Archives de catégorie : les commerces

La place de l’église, coté sud, numéro 11 et 12

Au n° 11, c’était la « maison Limousin » en 1900. Elle est devenue « la maison LASPERAS » dans les années 1940-1960. Aujourd’hui elle ne porte plus le nom d’un artisan qui y exercerait son art, elle est devenue résidence particulière.

La maison a pris le nom de « maison LIMOUSIN » après le mariage d’un LIMOUSIN et d’une GIZARDIN. Cette famille originaire de Rilhac-Lastours est présente à Nexon depuis Pierre GIZARDIN (1670-1720) qui était à la fois chirurgien, apothicaire et notaire à Nexon. Son fils, Mathurin GIZARDIN (1692-1762) et son petit-fils Nicolas GIZRDIN (1742-1806) furent tous les deux notaires à Nexon. Parmi leurs descendants plusieurs furent aubergistes à Nexon.

En 1896, Raymond LIMOUSIN (1842-1922) habite avec sa famille dans la maison de la place de l’église. Le 28 octobre 1867 il avait épousé Marie-Antoinette GIZARDIN (1846-1916), la fille de Léonard GIZARDIN (1876-1867). Au moment du recensement Raymond LIMOUSIN est fabricant de vinaigre, mais aussi épicier, mercier et quincailler. Il a été admis au Cercle de la Concorde en 1886 et dès son admission il en est élu secrétaire en remplacement de Fernand GIZARDIN qui a démissionné.

Recensement de 1896 (archives départementales de la Haute-Vienne)

La famille LIMOUZIN vit avec ses 3 derniers enfants, Gabriel (1883-1960), Léonce (1885-1966) et Raymond (1892-1956). Le beau-frère, Léonce GIZARDIN, vit avec eux ainsi que 2 domestiques dont l’un a 70 ans et l’autre 14ans.

Raymond LIMOUSIN et son épouse Marie Antoinette ont eu 12 enfants dont 4 ont vécus quelques jours ou quelques mois. Une photo réuni Raymond Limousin et son épouse au centre entourés de leurs 8 enfants ayant vécu, accompagnés de leur conjoint.

La famille de R. et M. A. LIMOUSIN – Photo communiqué par un des arrières petit-fils, Jean Pierre LIMOUSIN

Les enfants sont disposés par ordre de naissance, de gauche à droite et de haut en bas. En haut à gauche, Marie (1868-1929) et son époux Armand NANEIX, à droite Henri LIMOUSIN (1872-1955) et son épouse Berthe BOULANGER. Sur la 2ème rangée, Léon LIMOUSIN (1874-1948) et son épouse Marthe BOURDICHON-LAFARGE puis Jeanne LIMOUSIN ( 1877-1955 et son mari Louis BOURDICHON-LAFARGE. Au 3ème rang, Aimé LIMOUSIN (1878-1952) et son épouse Valentine JEANNOT puis Gabriel LIMOUSIN (1883-1960) et son épouse Berthe NAUDASCHER. Enfin, Léonce LIMOUSIN (1885-1966) et son épouse Hélène GUERIN puis Raymond LIMOUSIN (1892-1956) et son épouse Suzanne NOTTIN.

Raymond LIMOUSIN aime être entouré de ses enfants comme ici avec les parents sur la terrasse et les enfants sur les marches de l’escalier.

Raymond et marie Antoinette LIMOUZIN et leurs enfants vers 1900

L’enseigne sur le mur, en haut des marches, indique que c’est l’agence d’une compagnie d’assurance contre l’incendie.

Panonceau Assurances

En 1901, Léon (1874-1948), le 3ème des enfants, à rejoint la maison familiale. Agé de 27 ans, Léon est pharmacien. Il est venu passer quelques mois chez ses parents pour préparer son départ pour l’Indochine. Il restera à Tourane, aujourd’hui Da Nang, pendant 2 ans (1902-1904). Une fois rentré en France il revient chez ses parents et le 21 septembre 1904 il épouse Marthe BOURDICHON-LAFARGE. Ils partent ensuite à Poitiers ou ils restent quelques mois avant revenir dans la région et de s’installer à Solignac.

Gabriel LIMOUSIN qui avait commencé une carrière de comptable à Nexon n’est plus présent lors du recensement de 1906. le 10 mars 1902, il s’est engagé pour 4 ans au 26e bataillon de chasseurs à pied et il est affecté à Vincennes. Il ne termine pas les 4 ans de son contrat. En effet le 27 octobre 1904, son jeune frère Léonce s’est lui aussi engagé dans le même bataillon .

Libéré de son engagement, Gabriel LIMOUSIN choisi de s’expatrier. En 1906 il part pour rejoindre la Compagnie des chemins de fer de Kayes au Soudan.

Située sur le fleuve Sénégal, 500 kms à l’Ouest de Bamako, Kayes fut de 1892 à 1899 la capitale du Soudan français. Lorsque Gabriel LIMOUSIN y arrive le tronçon Kayes-Bamako a été inauguré 2 ans auparavant.

Gabriel rentre en France au début de l’année 1930 et ouvre un cabinet d’assurances au Bugue en Dordogne. Son fils Antoine (1914-2000) a dû hériter du désir d’exotisme de son père puisqu’il est parti au Maroc puis en Indochine où il s’est marié. Son fils Jean Pierre LIMOUSIN, moins globe-trotter mais héritier du gout des assurances, a ouvert un cabinet à Limoges où il a présidé la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Haute-Vienne, le Conseil économique social et environnemental régional (CESER) du Limousin puis le CESER de la grande région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes devenue Nouvelle Aquitaine. Ainsi, au-delà de notre amitié, nous avons des racines nexonnaises communes.

En 1911, Raymond et son épouse n’ont plus leurs enfants avec eux. Gabriel est en Afrique, Léonce après la fin de son engagement militaire deviendra représentant de commerce. Rappelé au service militaire en 1914 il effectuera une brillante campagne au cours de laquelle il sera blessé 2 fois. Promu lieutenant en 1917 il est décoré de la Légion d’Honneur en 1918. Raymond, le dernier, sera assureur et comme ses frères il s’engera en 1913 et fera une campagne en 1914-1918 qui lui vaudra d’etre décoré de la croix de guerre.

Recensement de 1911

Marie Antoinette décèdera le 8 septembre 1916 à 70 ans. Sa tombe est dans le cimetière de Nexon ainsi que celle de son père, Léonard GIZARDIN (1816-1867).

Après la guerre Raymond LIMOUSIN est veuf et tous ses enfants ont quitté Nexon. Au recensement de1921il est seul dans la maison. Il en loue une partie aux LAVAUD dont l’ époux, Louis, est tonnelier et l’épouse Léonie tient l’auberge, sans doute avec leur fille Marie âgées de 21 ans.

Recensement de 1921

Au recensement de 1926 un garage ouvre au rez de chaussée de l’immeuble. Il est tenu par Eugène BROUILLAUD. Les LAVAUD habitent maintenant rue du Centre, actuelle rue saint Ferréol. Monsieur est journalier, madame est aubergiste et leur fille qui a 26 ans est sans profession. Elles doivent tenir l’auberge sans habiter sur place. La maison est louée à la famille BROUSSEAUD.

Recensement de 1926

Avec le garage, la physionomie de cette partie de la place va changer. Des voitures vont stationner, une pompe à essence va être installée. Sur l’agrandissement de la carte postale ci-dessous, on voit les premières automobiles stationner et la pompe à essence actionnée à la main. A l’étage l’enseigne indique « Garage Moderne » mais l’auberge n’est pas mise en évidence. La boulangerie d’à côté est tenue par Jean MARTIN.

Le garage à la fin des années 1920

En 1931 la boulangerie MARTIN est recensée avec les habitations de la place de l’église. Monsieur BROUILLAUD a un ouvrier mécanicien logé et Madame BROUILLAUD tient le café.

Sur l’en-tête de la facture, non seulement le garage est présenté avec ses activités diverses mais aussi l’hôtel.

En 1936 m. BROUILLAUD est recensé comme « garagiste et hôtelier » et son épouse est hôtelière. dans l’immeuble habite Lydie GUILLOT qui est sage-femme.

A la fin des années 1930 M. René LASPERAS succède à M. BROUILLAUD. L’en-tête de la facture ne fait pas référence à l’hôtel<; le garage a conservé le même nom et il affiche « Citroën » dont il est agent sur le mur de la boulangerie.

Une facture du 30 septembre 1941

En 1947 rien n’a changé sur l’en-tête des factures.

Au milieu des années 1950 seule la couleur des factures change : le bleu remplace le noir.

Facture du 28 février 1958

Si l’hôtel a été fermé il reste le café du balcon très fréquenté les jours de foire mais aussi les jours d’enterrement par les hommes qui n’entrent pas dans l’église et par ceux qui attendent que la réparation de leur voiture soit terminée en prenant un petit verre…

Dans les années 1970 le garage quitte Citroën pour devenir agent FIAT et Bernard, le fils , devient associé à son père.

Facture du 27 décembre 1977

René LASPERAS n’était pas seulement un technicien de la mécanique c’était un homme engagé dans la cité. Très rapidement il devient pompier et souvent le garage fermait quand il y avait une intervention, le patron partait en intervention mais son ouvrier mécanicien, M. DEBORD, également pompier partait avec lui. M. LASPERAS a progressivement gravi tous les échelons pour devenir commandant de la compagnie de Nexon avec le grade de lieutenant. Son dévouement était unanimement apprécié dans tout le canton.

Lorsque son père a pris sa retraite son fils Bernard a conservé le garage mais il n’a plus fait de mécanique. Il a gardé la distribution d’essence et de gaz et a assuré les transports en taxi avec son épouse Andrée.

Facture du 31 aout 1985

Les pompes se sont modernisées et sont devenues électriques, la publicité sur le mur de la boulangerie a disparu.

Lorsque Bernard a pris sa retraite les Transports du Haut Limousin (THL) ont repris l’activité de taxi et se sont installés au numéro 4, à la place du coiffeur.

Aujourd’hui il n’y a plus d’activité commerciale au numéro 11. L’immeuble a été rénové dans le même style que son vis à vis du n° 1.

Notons que sur le côté droit, un escalier permet d’accéder aux appartements du numéro 12 de la place. Cette immeuble est distinct de celui du n° 11 et de celui de la boulangerie au n° 14 de la rue Victor Hugo. Les trois toitures sont différentes, et par la forme et par la couverture.

L’immeuble abrite 4 appartements dont certains donnent sur la rue Saint Ferréol..

La place de l’église, côté Sud, n° 9 et 10.

Sur le plan d’alignement de 1901 l’immeuble situé au n° 9 actuel est appelé « maison GUYOT ».

Jean GUYOT figure dans le registre du recensement de 1886 avec son épouse Marie BARBARY et 3 de ses 8 enfants. L’un d’eux, Jules, est cordonnier. Il a 19 ans en 1886 et c’est lui qui va rester le plus longtemps dans cette maison.

Recensement de 1886

Jean GUYOT décède le 3 avril 1890 âgé de 70 ans. Il est déclaré propriétaire-cultivateur. Son épouse va continuer à habiter la maison avec son fils Jules. Il n’y a pas encore de GUYOT boucher et lorsque son petit-fils, Jean Baptiste GUYOT (1890-1972) choisira de ce métier comme le fera son fils Albert GUYOT (1921-2000) les gens pour les distinguer des autres familles GUYOT bouchers préciseront GUYOT-BABARY et parfois simplement BARBARY. J’ai souvent entendu les gens parler ainsi.

Le 26 mars 1905, Marie VILLOUTREIX, l’épouse de Jean GUYOT décède. L’acte de décès précise que son mari est cordonnier et qu’ils habitent place de l’église.

Décès de Marie VILLOUTREIX. Archives départementales de la Haute-Vienne

En 1906 Marie BARBARY est toujours présente. Elle a 73 ans. On notera que les épouses sont alors appelées par leur nom de naissance, pratique qui varie selon les époques. On notera également que souvent les prénoms changent selon les documents. En effet dans les familles il était habituel de donner les prénoms des parents et des grands parents pour les honorer. Ainsi Jean GUYOT né en 1779 a eu un fils qu’il a nommé Jean, né en 1820 lequel a donné ce prénom a deux de ses fils, Jean né le 28 mars 1860 et Jean né le 28 avril 1866. Tous les deux ont eu une épouse dont le prénom était Marie… Ceci conduit parfois à des erreurs que l’on rencontre sur les sites généalogiques!

Recensement de 1906

En 1907, le 14 mai, Jean GUYOT épouse Marie DUFOUR. Lors du recensement de 19011, contrairement à ma remarque précédente, Marie DUFOUR est nommée Marie GUYOT comme sa belle mère. Il faut faire attention à la date de naissance pour ne pas se tromper. Jean GUYOT est appelé Jules-Jean.

Recensement de 1911

De son premier mariage, Jean GUYOT a eu 2 enfants, Jean Baptiste né le 21 septembre 1898 et Hélène née le 24 décembre 1901. Ils sont tous les deux écoliers au moment du recensement en 1911.

Après la guerre de 1914-1918, le recensement de 1921 montre que Jules GUYOT est toujours présent avec sa fille Hélène âgée de 19 ans mais son épouse ne figure plus sur le registre. D’autres personnes résident dans la maison dont la famille DEBORD dont le père est tailleur.

Recensement de 1921

En 1925 il y a toujours Jules GUYOT et sa fille Hélène et la famille DEBORD qui s’est agrandie puisqu’il y a maintenant 5 enfants avec les parents.

Recensement de 1926

En 1931 Jules GUYOT est toujours cordonnier et sa fille habite encore avec lui. Les DEBORD ne sont plus là et l’appartement qu’ils occupaient a été loué à Denise PAROT et ses deux enfants.

Recensement de 1931

En 1936 les GUYOT sont toujours présent. Il n’y pas d’autre famille dans l’immeuble.

Il y eu ensuite l’antenne nexonnaise de la régie d’électricité devenue EDF par la loi de nationalisation du 8 avril 1946. Puis M. et Mme. DELIAT y sont venu. Marie Jeanne DELIAT, née COUVIDOU (1920-2010), y tenait un atelier de couture. Ma mère y faisait faire ses manteaux et ses tailleurs et nous l’accompagnions souvent lorsqu’elle allait choisir les modèles et procéder aux essayages. M. Louis DELIAT (1918-1992) était coiffeur à la gare. Il était également apiculteur amateur et élevait des poules qui lui ont donné des œufs sortant de l’ordinaire :

Les œufs « géants » de M. DELIAT en 1984

En janvier 2013 Les Ateliers de l’Esperluette* y ouvrent une galerie d’art. L’exposition inaugurale (juillet-septembre 2013) était intitulées « La légèreté des pierres ». La dernière, perturbée par la crise de la COVID, était consacrée à « l’horizontale ».

  • L’esperluette est le signe &, une liaison du « e » et du « t ». Si on prononce en occitan es-per-lou-et  cela se traduit par : C’est pour le « et »

Au numéro 10 on trouve la « maison LELONG », au débouché de la rue St Ferréol. C’est une maison à la construction particulière. Le mur latéral s’amenuise en s’élevant, on dit que c’est le fruit du mur. Il est fait pour garantir sa solidité et sa résistancecdu mur.

Pendant plus de trois siècles cette maison a appartenu à la famille LELONG qui y a exploité une boucherie-charcuterie. Le premier de cette lignée est François LELONG, né en 1676 et mort en 1757. Parmi ses enfants on trouve un des aubergistes, des cordonniers, des boulangers, des bouchers, des médecins… Parmi eux François LELONG (1861-1925) qui fut maire de Nexon de mars 1904 à novembre 1919 et aussi le docteur François Philibert LELONG (1870-1956). Sa fille Lucienne, épouse du Dr. Marcoff, à son décès fit don de son patrimoine à la commune.

Lors du recensement de 1896 Laurent LELONG (1832-1927) est le patron de la boucherie. Il est le descendant à la sixième génération de François LELONG (1676-1757). , père d’une longue lignée de bouchers, de boulangers, de médecins et aussi de François LELONG (1861-1925)

Laurent LELONG est avec son épouse, Jeanne COMBROUZE, et ses deux fils Pierre LELONG (1858-1926) marié à Augustine LABREGERE et Jean LELONG (1880-1950) qui a 22 ans de moins que son frère Pierre. Trois enfants de Pierre vivent également avec eux comme cela se faisait à l’époque où trois générations vivaient sous le même toit.

Recensement de 1896

En 1901 Laurent LELONG est toujours le patron; Il travaille avec son fils Pierre et son petit fils Jean comme apprenti.

Recensement 1901

Laurent LELONG a plus de 70 ans continue a diriger la boucherie. Son fils Pierre et ses petits enfants prennent petit à petit la suite.

Après la guerre de 1914-1918, André et Baptiste ont pris les rênes de l’affaire.

André est resté célibataire tandis que son frère Jean-Baptiste a épousé, le 11 mai 1925 à Nexon, Françoise VIALLE, sa voisine de la rue du Centre (aujourd’hui Victor Hugo) ; leur fille, Yvette (1926-1987), a épousé en 1948 Michel COURAUD, pépiniériste en Creuse.

Mariage Michel COURAUD et Yvette Lelong. source : legermariefr

la boucherie LELONG était une boucherie très réputée avec un importante clientèle qui allait bien au-delà de la commune de NEXON.

A la fin des années 1960, lorsque tous les LELONG prirent leur retraite la boutique fut louée à l’auto école REYTIER. Celle ci y exerça son activité du 1er janvier 1979 au 31 décembre 1997.

A la fermeture de l’auto-école, Paul BUFORN quitte Limoges et y installe son atelier d’émailleur. C’est un Maître émailleur de renommée internationale qui a gagné en 1990 le Grand Prix du public de la Biennale Internationale de l’émail et en 1992 le Prix National du Travail Manuel.

En 2016 il arrête de créer et transforme son atelier en musée où il aime accueillir tous ceux qui ont envie de découvrir l’artiste et ses œuvres. En entrant on est surpris de trouver en vitrine des vélos, son autre passion. Il cherche des vieux vélos qu’il rénove et qu’il utilise pour parcourir les dizaines de kilomètres quotidiens qu’il effectue sur les routes du Limousin.

La place de l’église (II), le côté Sud, numéros 5 à 8.

En continuant le tour de la place, ayant traversé la rue Victor Hugo, on se trouve en face d’une grande maison portant le numéro 5. Elle faisait partie du domaine du baron de Nexon qui y logeait son régisseur ou d’autres salariés du haras. Elle n’était pas particulièrement bien entretenue jusqu’à ce qu’elle soit vendue à un particulier qui a fait refaire les crépis et les peintures.

Pendant les années 1900-1910 le régisseur est Alfred DESMAISON. Il y habite avec son épouse et sa fille. Les 3 servantes sont sans doute employées au château.

Après la guerre de 1914-1918 on constate que les résidants sont palefreniers, cuisiniers, servantes… Une partie du personnel du château est logé dans cet immeuble.

Après la seconde guerre mondiale on retrouve les mêmes catégories de résidents. Le dernier régisseurs, le dernier en date ayant été M. Louis FABRE. Au début des années 1970, l’annuaire des abonnés au téléphone indique Nexon, Haras et domaine de, 5 place de l’église

Annuaire 1976

En 1999 l’immeuble et ses dépandances ont été achetés par l’antiquaire Michel NAUDET. En 2021 l’ensemble est en vente.

Les jours de foire, pendant longtemps les 16 de chaque mois, le marché des porcs se tenait devant l’entrée du château et face à l’immeuble du régisseur.

Sur cette carte postale on peut constater que le marché aux cochons est animé. Les hommes sont en blouse bleue ou noire et portent un chapeau de feutre plat. Les femmes, peu nombreuses ici, sont en robe avec fichus et ombrelle. Le marché aux volailles quant à lui se tient devant la sacristie de l’église et celui des bovins sur le foirail en face de la poste.

Les marchands se plaignaient de ne pas pouvoir embarquer sur place les animaux qu’ils achetaient. En effet la place est vide de tout quai d’embarquement.

Un quai pour le chargement des porcs a été construit en 1922 et il existe toujours, bien qu’il n’y ait plus de foire depuis longtemps.

Le quai d’embarquement en 2021

N° 6, la conciergerie du château à l’entrée de la cour d’honneur.

C’était autrefois l’entrée de la loge du concierge. C’est devenu l’Office de Tourisme. Une partie du personnel du château logeait dans la tour et la construction attenante. Elle est suffisamment vaste pour accueillir plusieurs couples.

N° 6 Actuellement l’Office de Tourisme occupe la tour et le bâtiment accolé.

Au coin de la rue Saint Ferreol, qui s’appelait autrefois la rue du Midi, il y avait des urinoirs. On constate sur la photo précédente qu’ils n’y sont plus.

L’urinoir au coin de la rue saint Ferréol

Après le débouché de la rue St Ferréol sur la place, on trouve un ensemble de 5 immeubles. Un croquis d’alignement approuvé par le préfet en 1901 permet d’identifier les propriétaires de ces immeubles à l’époque.

Plan d’alignement 1901

N° 7, les cartes postales du début du siècle montrent une grande maison de deux étages avec des mansardes en toiture. C’était l’une des nombreuses auberges de Nexon qui en comptait 25 en 1905.

En 1843, le 3 juillet, Emile GIZARDIN, s’engage par écrit à ne pas nuire à son voisin Pierre LELONG par la construction qu’il fait à la place du poulailler. Mais il ne dit pas l’usage qu’il va faire de l’agrandissement de sa salle. Est-ce une salle de restaurant ?

Emile GIZARDIN (1808-1875) était le fils de Léonard Dit Pierre GIZARDIN (1771-1854). Comme son père, Emile était aubergiste place de l’église. Son fils Ferdinand (1841-1910) n’a pas continué l’activité de son père. Il a du quitter Nexon puisqu’il est mort à Limoges le 8 février 1910. Il avait sans doute rejoint son jeune frère Antoine qui avait épousé Berthe BERTRAND, héritière du magasin de chaussure « A la grâce de dieu ». J’ai raconté son histoire ici : http://etsinexonmetaitconte.fr/?s=a+la+gr%C3%A2ce+de+dieu

Au recensement de 1886 on constate qu’un plâtrier, Jean TREBUCHERE, et sa famille habitent l’immeuble avec deux ouvriers plâtriers. Son épouse est débitante aubergiste. L’auberge fonctionne donc encore.

Recensement de 1886

En 1890, aux mois de mai et de juin, plusieurs annonces sont publiées dans la Courrier du Centre pour louer la maison dont on dit qu’elle sert d’auberge avec écurie.

Le Courrier du Centre 26 mai 1890

Jean TREBUCHERE décède à Nexon le 8 juin 1894 à l’âge de 50 ans.

En 1896 la patronne de l’auberge est Louise Herminie BONNET (1849-1901). Elle a 45 ans et elle est veuve. Son mari, Louis RICHARD (1839-1889), est décédé à 49 ans. Il était marchand de vin en gros. Elle travaille avec ses deux enfants Arthur et Paul RICHARD qui sont voituriers. Elle emploie deux domestiques dont l’un est boulanger. On peut donc penser que l’auberge a une bonne clientèle.

Recensement de 1896

Au recensement de 1901 la famille BONNET-RICHARD n’est plus présente, l’auberge est tenue par Marcelle AUROYER et Ferdinand GIZARDIN y habite avec une servante.

Recensement de 1901

C’est la maison GIZARDIN du plan 1901. Ferdinand GIZARDIN, rentier de 58 ans est célibataire et s’il est rentier c’est qu’il est issu d’une famille de la bourgeoisie nexonnaise. Un des premiers GIZARDIN de cette lignée, Pierre, était apothicaire à Nexon au début des années 1700. Son fils Mathurin GIZARDIN (1692-1762) fut notaire ainsi que son petit-fils Nicolas GIZARDIN (1742-1806). Léonard GIZARDIN (1771-1854), fils ainé de Nicolas, était aubergiste à Nexon en 1823. Ayant acheté une propriété à Saint Hilaire les Places il s’y installa et fut adjoint au maire. Gabriel GIZARDIN (1789-1866), jeune frère de Léonard, fut épicier à Nexon ainsi que son fils Léonce GIZARDIN (1859-1922). Ceux-ci habitaient au numéro 11 actuel.

Mais, avant 1910, l’immeuble va changer d’allure. Des 2 étages avec 4 fenêtres en façades et 4 chambres mansardées il ne reste plus qu’un seul étage avec 3 fenêtres en façade et il n’y a plus de mansardes sur le toit.

La place de l’église dans les années 1930
N° 7 inoccupée en avril 2021

A l’arrière de la maison est accolé une autre habitation entourée d’un jardin. Un vieille pompe à main est accolée au mur.

Ce n’est plus un établissement qui reçoit du public mais la maison d’un cordonnier. En 1921 c’est Edmond TRUCHASSOU qui y est avec son épouse Anne. Il a avec lui un jeune apprenti, André DESBORDES.

En 1926 c’est Antoine DEBORD (1885-1978) qui est cordonnier-sabotier. Il a épousé Zélie LATOUILLE le 29 avril 1920 et ils ont eu en 1925 une fille, Berthe. Elle a été assistante sociale à Nexon et était très appréciée des nexonnais . C’était une camarade du docteur Rose FORGERON-VIGNERON qui me parlait souvent d’elle.

Recensement de 1926

Puis ce fut le cabinet de madame le docteur GARNIER. Elle comptait s’installer à Nexon mais cela ne s’est pas fait. Il eut ensuite plusieurs propriétaire et actuellement, début 2021, elle n’est pas occupée.

Au n° 8, une maison avec perron, « Maison TOURENNE » sur le document d’alignement de 1901 vu précédemment. Il s’agit d’un immeuble qui appartenait à Pierre LELONG (1806-1877) dont sa fille Marie (1846-1919) avait. Elle avait épousé Elie TOURAINE à Nexon le 9 juin 1866 et elle est parti habiter à Limoges. A son décès le 2 janvier 1919 sa fille Léonie TOURAINE en a hérité pour moitié avec sa sœur Jeanne, épouse LANTERNIER. Elles l’ont très rapidement vendu à Pierre DUROUX, l’acte étant signé le 25 janvier 1920.

C’est lui qui figure comme résidant au recensement de 1926. Avec son épouse Marie il y a également leur fille. En 1926 elle s’appelle Jeanne née en 1922 et en 1931 son nom est Berthe, également née en 1922!

Recensement de 1926

Quand les BONNET quittent leur logement celui-ci est loué à Emile LELONG qui y ouvre une boucherie. Les DUROUX sont trois, Monsieur, Madame et leur fille Berthe née en 1922.

Recensement de 1931

En 1936 la fille DUROUX n’est plus chez ses parents. Comme elle a 14 ans, elle devait être pensionnaire au moment du recensement. Chez les LELONG, Emile est appelé Octave mais il s’agit de la même personne. En effet les enfants avaient souvent 3 prénoms, les deux premiers étaient ceux des grands parents et c’était le 3ème prénom qui était le prénom d’usage. La boucherie est très connu à Nexon et, sans doute pour ne pas la confondre celle de leurs cousins au n°10, les gens parlaient de la boucherie « Chez Milord ». Les anciens se souvenaient des tournées qu’il effectuait à cheval dans les villages alentours.

Recensement de 1936

A la mort de Pierre DUROUX le 27 aout 1936, quelques mois après son épouse Marie, l’un des quatre enfants, Adrien Jean, achète la part des ses deux frères Aimé et Henri et de sa sœur Marie Louise. Il confirme la location à M. LELONG et loue l’étage à M. DUDOGNON, cordonnier. Maintenant il y a deux locataire dans la maison.

N° 8 de la viande est pendue à la porte.

A la fin de la guerre M. DUROUX décide de vendre son immeuble. Le 23 janvier 1948, chez Me GARRAUD, il signe l’acte de vente au profit de M. et Mme LASCAUX habitant à Meilhac. Il donne congé à ses locataires.

23 janvier 1948- Vente par M. et Mme Jean DUROUX à M. et Mme LASCAUD

M. et Mme LASCAUX viennent y habiter avec la famille de leur fille Marcelle. Celle-ci a épousé Paul DESSELAS (1919-1985). Du mariage naitront deux garçons, Gérard (1944-2019) et Jean Marie, bien connus à Nexon.

La maison a deux entrées, l’une au 8 place de l’église et l’autre au 11 rue Saint Ferréol. De ce fait il est facile de loger deux familles. Une grange et un jardin, situés rue saint Ferréol, font partie de la propriété.

Les enfants n’étant plus à la maison, le 18 mai 1976, M. et M. DESSELAS louent une partie de leur maison à la mairie de Nexon au profit de l’amicale du 3ème qui vient de se créer. A l’échéance du 30 juin 1988 le bail n’est pas renouvelé.

Après le décès de Mme Marcelle DESSELAS, le 13 janvier 2014, la maison va être mise en vente.

Elle est achetée par M. Bernard BEAUFILS qui y entreprend d’importants travaux afin de la transformer en chambres d’hôtes. La belle cheminée en pierre est mise en valeur dans la pièce d’entré avec son dallage en pierre. je ne sais pas ce qu’est devenu le sous-terrain dont Jean Marie me parlait et qu’il avait exploré avec ses copains quand il était jeune. Ce sous-terrain partait de la cave et se dirigeait vers le Nord, en direction du parc du château. Il était suffisamment haut pour qu’un personne se tienne debout. Son exploration n’a pas dépassé quelques dizaines de mètres et n’a pas permis de découvrir sa sortie.

Le décès de M. BEAUFILS, en juin 2020, alors que les travaux n’étaient pas terminés, amène son fils à mettre de nouveau en vente l’immeuble.

Avril 2021

Merci à Jean Marie DESSELAS pour toutes les informations et documents fournis.

La Place de l’Eglise (I) Le côté nord n° 1 à 4

L’Eglise Saint-Jean-Baptiste de Nexon, est au cœur de cette place à laquelle elle a donné son nom.  

La place est délimitée à l’ouest par la rue d’Arsonval. Cette rue a été tracée à la fin du XIXe siècle et s’appelait alors rue Nouvelle. De même la rue Victor Hugo qui traverse la place n’existait pas. La traversée de Nexon s’effectuait par la rue Gambetta et son prolongement la rie Pasteur L’accès à la place de la république n’était possible qu’à pied, une construction, le numéro 100 du plan napoléonien (croix rouge sur le plan), était au milieu de l’actuelle rue. Sur le plan Napoléonien ci-dessous, les deux voies de circulation anciennes sont en bleu et les voies nouvelles en jaune.

Sur la place les maisons sont numérotées de 1 à 12 en partant de la rue d’Arsonval et en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre pour revenir en face de la rue d’Arsonval.

Le numéro 1 a été attribué à la maison située à l’entrée de la place en venant du bourg. Cette maison n’existe pas sur le plan napoléonien. Les visiteurs pensent souvent qu’il s’agit de l’ancien presbytère ; Il n’en n’est rien, même si l’histoire dit que cette maison aurait été construite par un riche curé et qu’il l’aurait léguée à ses deux nièces…

Dans les années 1930 elle était habitée par la famille PINGARD, Victor PINGARD étant inspecteur à la Compagnie Paris-Orléans.

Recensement de 1936

En 1942 ou 1943 une photo prise pendant une fête religieuse la montre sans éclat, les volets non peints contrairement à ceux de la maison voisine, rue d’Arsonval.

Après la deuxième guerre Mme PINGARD vit avec les BRIDGELAND, la maison ne change pas d’aspect et elle est très souvent fermée.

Rachetée dans les années 1980 par la famille PAUZET, la maison a été remarquablement restaurée.

N° 1 place de l’église en 2020

Le numéro 2, se situe de l’autre coté de l’église. L’accès se situe entre la sacristie et la maison des n°3 et 4.

Les bâtiments du n° 2 encadrés en jaune

En 1896 y est installé François COUVIDOU (1839-1915) qui est marchand de bois et son épouse Babet FAUGERE (1844-1918) déclarée aubergiste au recensement de 1896. A cette date 4 enfants vivent avec eux, Simon (1862-1908), marchand de bière, Anna, Marie et Emile.

Recensement de 1896

En 1901 et en 1905 François et Simon sont toujours présents et exercent les mêmes activités. Une des filles COUVIDOU, Marie, épouse Jean QUINQUE (1861-1942) et après avoir habité au Courdein ils s’installent place de l’église où Jean va exercer son métier de tonnelier.

En 1911 Jean QUINQUE et son épouse sont installés avec leurs fils Edmond et Simon, tous les deux tonneliers avec leur père. Ils vivent avec une partie de la famille COUVIDOU. François a 72 ans et il est toujours marchand de bois, sa fille Amélie est couturière et son fils Emile et sellier , son épouse aubergiste. Simon COUVIDOU qui était marchand de bière est décédé en 1908 à l’âge de 46 ans.

Recensement de 1911

Jean QUINQUE a eu deux enfants, Edmond (1886-1975) et Simon (1890-1957). Edmond est resté à Nexon ou il a ouvert un commerce de bière et charbon et Simon qui était tonnelier est parti à Paris puis en Belgique comme représentant.

Le 5 octobre 1911 à Nexon, Edmond QUINQUE a épousé Marie BEYRAND (1892-1985).

Mariage d’Edmond Quinque et Marie Beyrand. Les parents du marié, Jean et Marie Quinque sont à droite, ceux de la mariée à gauche. Simon, le frère du marié, est debout, derrière sa mère. [Geneanet arbre Pascal LEMERCIER (gropif)]

Comme tous les garçons nés entre 1870 et 1896 ils ont fait leur service militaire d’une durée de deux ans et ils ont été rappelés en 1914. Edmond a effectué son service militaire du 7 octobre 1907 au 25 septembre 1909 qu’il a terminé comme brigadier. Rappelé le 3 aout 1914, il est fait prisonnier le 23 aout. Rapatrié d’Allemagne le 3 janvier 1919 il est démobilisé le 15 avril 1919. Son frère Simon a été appelé le 9 octobre 1911 pour rejoindre la 20e section de commis et ouvriers d’administration (20e SCOA) en Algérie. Il termine son service en novembre 1913 avec le grade de sergent. Rappelé le 4 aout 1914 il est revenu à la vie civile le 21 aout 1919 avec le grade d’adjudant. En 1939 il a été rappelé le 1er septembre 1939 et renvoyé dans ses foyers le 28 octobre 1939. On mesure les perturbations que plus de 6 ans passés sous les drapeaux, dans des conditions souvent très difficiles, entrainent pour la vie personnelle, familiale et professionnelle.

Edmond a eu deux enfants , Aimé (1913-1985) et Simone (1919-2013). Simone a épousé Jean Alfred COMBEAU et a effectué un beau parcours comme cadre supérieur à la Banque de France. Aimé est resté à Nexon et a travaillé avec son père.

Au recensement de 1936 , Jean QUINQUE et son épouse, son fils Edmond et son épouse, ses petits enfants Aimé et Simone ainsi que les beaux-parents d’Edmond vivent ensemble.

Recensement de 1936

Jean QUIQUE est décédé en 1942 et son épouse en 1945.

Le Populaire 9 novembre 1945

En 1942 également, le 24 octobre, Aimé Quinque a épousé Maria DESMOULIN (1919-1990 ). De ce mariage naitra leur fille Marie Françoise.

Edmond a développé son activité de brasseur et de marchand de charbon avec le concours de son fils Aimé.

Quand Edmond a pris sa retraite Aimé à continué uniquement le commerce de la bière.

L’immeuble qui abrite les numéros 3 et 4 actuels n’a pas toujours eu la même physionomie. On peut suivre son évolution sur les différentes cartes postales qui ont été publiées.

Agrandissement d’une carte postale postée le 27 novembre 1901

Sur cette agrandissement on voit qu’il a une maison a laquelle a été adossé un appentis. De droite à gauche on trouve une épicerie, tenue par Léonard DELIRAND, un tailleur et un zingueur, Henry CHARREIX.

Recensement de 1896

En 1905 la structure de l’immeuble n’a pas changé mais à la place d’Henry CHARREIX, zingueur, on trouve un sellier-bourrelier Emile COUVIDOU.

Vers 1910 l’appentis est démoli et l’ensemble de l’immeuble va être modifié.

La démolition de l’appentis et la reconstruction de l’immeuble.

Le nouvel immeuble est plus imposant que le précédent et il y a toujours trois activités mais seulement deux vitrines. A gauche le coiffeur et la buvette et à droite l’épicerie est toujours là.

Le coiffeur est François DEBORD, né à Nexon le 4 janvier 1892. Lorsqu’il épouse Marguerite PORTEFAIX il est déjà coiffeur. On notera que dans l’immeuble loge une infirmière, Marie CHABAUD, âgée de 60 ans.

Recensement de 1921

Pour le recensement de 1926 deux enfants sont nés dans la famille DEBORD, André en 1921 et Jean en 1923. Un autre coiffeur arrive, logé chez les DEBORD, Emile GOURINCHAS né en 1899. En 1931 il est rayé des listes électorales mais son épouse est recensée comme coiffeuse. Un garçon coiffeur, JANIN, est logé dans l’appartement.

Recensement de 1931

Un peu avant la seconde guerre mondiale l’épicerie devient buvette. Il y a ainsi deux buvettes pratiquement l’une à coté de l’autre.

Au numéro 3, lorsque le commerce a fermé l’immeuble est resté la propriété de la famille DEBORD dont le fils Jean était mécanicien chez M. LASPERAS.

Recensement de 1936

Dans les années 1960-70 le logement a été occupé par différentes personnes, en particulier l’entreprise de taxi qui a pris la suite de Bernard LASPERAS qui exerçait son activité au n° 11 de la place. L’entreprise CTRE AMBULANCIER ET FUNERAIRE LIM PERIGO était situé à Solignac a fonctionné de mai 1997 à octobre 2002.

En janvier 2008 la société Puissance Analyse y a exercé son activité du commerce de gros de composants et d’équipements électroniques et de télécommunication. En 2021 elle est installée à la ZA des Gannes.

Le numéro 4 . Un jeune coiffeur arrivé de Creuse, Georges ANDRE, le 10 septembre 1934 épouse une jeune nexonnaise, Marie Madelaine BONNAUD âgée de 20 ans.

Recensement de 1936

Georges et Marie Madelaine que les clients appelleront vite « La Madelon », vont travailler ensemble. Le salon et la buvette passent à droite de l’immeuble, Georges coupe les cheveux, son épouse fait les barbes.

Georges ANDRE à un banquet du foot;

Comme tous les salons à cette époque il n’y avait pas de rendez-vous. On attendait souvent une heure, surtout quand nous étions enfants, les adultes étaient prioritaire et le coiffeur s’arrêtait de temps en temps pour aller trinquer avec ses clients. Le charme résultait des discussions sur tous les sujets, chasse, pêche, mais surtout foot dont Georges était un inconditionnel et un dirigeant fidèle. Son épouse servait les clients qui attendaient leur tour à la buvette. La pause casse-croute du coiffeur vers 16h30 était sacrée ce qui permettait aux clients en attente de prendre une nouvelle consommation et pour ceux qui ne buvaient pas, comme mes frères et moi quand nous étions gamins, l’attente s’allongeait et nous plongions alors dans la lecture des Mickey et autres journaux pour enfants qui s’empilaient sur la table. Pour nous la coupe était simple, une brosse et les trois garçons nous avions la même tête!

Avec mas frères Daniel et Michel, Alain derrière à gauche, tous la même coupe de cheveux. 3 mai 1959

Lorsque Georges André a pris sa retraite il a été remplacé par Marc.

Puis par les Ambulance-Taxi BARRAUD Père et fils. Aujourd’hui il n’y a plus de commerce au numéro 4.

La ruelle qui fait l’angle du salon de coiffure était principalement empruntée par les chevaux qui sortant des écuries de la cour du château descendaient dans les près devenus aujourd’hui des lotissements. Elle a été baptisé au début des années 2000 « passage Pocheros » (prononcer peau-chair-os) du nom la Compagnie Pocheros fondée en 1993et composée d’anciens élèves du Centre national des arts du cirque. Elle est venue à Nexon plusieurs fois.

Le Passage Pocheros de la place de l’église vers la rue Pasteur.

Le long du mur, en allant vers le château une belle fontaine où s’abreuvaient les chevaux.

Les chevaux s’abreuvent en descendant au pré. Au premier plan la bascule.

Au milieu de la place, devant la sacristie se tenait la bascule publique. Le mécanisme était abrité dans une construction en pierre de forme carrée, coiffée d’un toit à quatre pans couvert en ardoises surmonté d’un épis en zinc. le fonctionnement de la bascule était assuré par M. et Mme QUINQUE.

Merci à Marie Françoise QUINQUE-GRIZON pour les souvenirs échangés et les précisions apportées.

La Rue Victor Hugo et ses commerces, hier et aujourd’hui.

Au début du XXe siècle la rue qui part du centre du bourg et mène à l’église s’appelle la Rue du Centre. Sur le coté droit, en montant, toutes les maisons ont un magasin au rez de chaussée et leur commerce est prospère. Sur le coté gauche, un mur clos le jardin de la maison bourgeoise, située à l’angle de la rue d’Arsonval, qui appartenait à la famille BOUTAUD-LACOMBE.

Il y a un caniveau sur le coté gauche par contre à droite un large trottoir facilite la déambulation des clients des nombreux magasins. Les maisons possèdent des mansardes, les toits sont en ardoise ce qui est le signe d’une certaine aisance. En effet, avant l’arrivé du train, dans les régions éloignées des ardoisières, les toitures étaient en tuiles. Seuls les châteaux, les églises et quelques maisons de notables étaient couvertes d’ardoises.

En 1948, comme presque toutes les rues de Nexon, la rue du Centre a vu son nom changer pour devenir la rue Victor HUGO.

Carte postale éditée par Champeaud-Terrasson
Carte postale éditée par Desprats

Prises presque sous le même angle, ces deux cartes postales donnent un bel aperçu de l’importance des commerces. Elles montrent la rue du Centre avant la Première Guerre mondiale à un moment ou de nombreux militaires stationnaient à Nexon à l’occasion de manœuvres.

La première maison en montant coté droit, numéro 2 actuel, était un bureau de tabac. Il est ici depuis 1910, et avant il se trouvait un peu plus haut dans la rue. Pierre DESPRATS est receveur buraliste depuis 1901. Cet emploi était réservé aux anciens combattants, ou victimes de guerre. Il vendait du tabac, monopole dEtat et percevait les taxes sur les alcools et leurs transports. A coté de la vente des timbres et des vignettes il édite des cartes postales. pendant l’année 1918 son bureau est très fréquenté par les soldats américains qui stationnent à Nexon. L’un deux indique au dos de la carte éditée par DESPRATS  » « Post Card Store ».

Par la suite le bureau de tabac a de nouveau changé de place, il a été installé rue Pasteur puis avenue Gambetta.

Le bureau de tabac est devenu une épicerie.

L’Alimentation en 1942

Au cours des années 1950 c’est une épicerie à l’enseigne DOC qui s’installe. Elle était tenue par M. Claude OLIVERO. Il a présidé l’A.S. Nexonnaise de 1985 à 1987.

Après le DOC c’est une compagnie d’assurance, la compagnie AXA, qui prend la suite.

Au dessus de la porte d’entrée, la date de construction de l’immeuble, « 1883 ».

L’agence AXA de Nexon a fermé, seule celle de saint Yrieix est ouverte. la vitrine est vide, seul le nom sur la boite aux lettres permet de connaitre le nouvel occupant : Le service équipent des communes du Conseil départemental.

Au numéro 4 se trouvait l’Hotel de France et la pâtisserie BOURDEIX.

Alexis BOURDEIX (1856 -1890) et son fils Raymond (1883 – 1964) étaient pâtissiers. La maison BOURDEIX était très réputée, l’une de ses spécialités appréciée par les nexonnais était le baba au rhum. La maison était également connue pour ses conserves de gibiers. Au décès de son mari en 1890, Madame BOURDEIX prend la direction des affaires. C’est sans doute la qualité de ses produits qui a conduit un officier américain, H.A. GIFFORD, qui séjournait à Nexon, sans doute à l’hôtel, à coller une vignette sur le livre souvenir de son régiment.

The History of Battery E 66th Artillery C.A.C.

Après les BOURDEIX ce sont les CROUZILLE qui prennent la gérance de la patisserie.

Au début des années 1960 un restaurant vient s’adjoindre à la pâtisserie. Le Doc fait l’angle avec la place Fratellini.

Après la fermeture de la pâtisserie, dans les années 1980, c’est une épicerie-primeur PINTEAUX qui s’y installe.

Puis plusieurs restaurants se sont succédés, sans demeurer très longtemps. L’Orchidée a ouvert en 2005.

Puis lui a succédé Chez Fifi, ouvert de mai 2009 à juin 2013.

Après les restaurants ce fut à partir du 15 juin 2016 un dépôt-vente, « L’Armoire Magique ». Fin avril 2017 l’entreprise a déménagé pour s’installer dans un local plus petit, juste à côté au numéro 6.

C’est une entreprise de services à la personne  » Quartier Libre Services  » qui a pris la place.

A côté, au numéro 6, au début des années 1900 il y avait une chapellerie de M. NOUHAUD qui était en même temps coiffeur et barbier.

Le bourrelier Prosper LAPLAUD qui était rue Gambetta y transfert son atelier.

Au début des années 1950 M. Lucien PASQUET qui était installé à Janailhac ouvre un magasin d’électricité et d’appareils radio à la marque RADIOLA. .

Au début des années 1960 M. PASQUET a transféré son magasin au N° 1 de la rue d’Arsonval.

A la place, M. Raymond LABREGERE a ouvert un atelier de tailleur d’habits. Il avait comme apprenti Gaston LABREGERE. Il réside à Nexon et m’a raconté le travail du tailleur jusqu’à ce qu’arrive l’industrialisation du prêt à porter. Nexon en a profité pendant quelques années lorsque Vet-France a ouvert un atelier, d’abord dans la rue Pierre et Marie Curie puis aux Gannes. Jusqu’à cette arrivée du « prêt à porter » les notables portaient tous les jours le costume et les dimanches ainsi que les jours de fête la plus grande partie des hommes s’habillaient en costume. Ils étaient faits sur mesure par le tailleur. Certains clients en faisaient faire plusieurs chaque année, et général il fallait un costume neuf pour Pâques. Les tissus étaient choisis sur échantillon et M. LABREGERE commandait le métrage nécessaire. Il fallait en moyenne 2 à 3 semaines pour que le costume soit prêt compte tenu du temps de transport du tissu et de l’essayage nécessaire avant les finitions. Mon grand-père, Henri MALARDEAU fabriquait du tissu que les dames appréciaient pour leurs manteaux.

L’Armoire magique qui avait transféré sa boutique du numéro 4 au 6 le 2 mai 2017 l’a fermée le 30 septembre 2017.

Aujourd’hui il n’y a plus de boutique, ce n’est qu’un logement.

Au numéro 8 il y avait jusqu’en 1910 le bureau de tabac, passé ensuite au numéro 2, et Louis CHARREIX. En 1900 le receveur-buraliste était M. SERRE et en 1896 M. ROUSSEL. On voit bien la carotte, nom donné à l’enseigne rouge que l’on trouve à l’entrée de tous les bureaux de tabac depuis 1906, qui se détache du mur, au bout de la rue.

Le bureau de tabac a été remplacé par l’épicerie de Mme IMBAUD. Elle était la sœur de Léonard LASPOUGEAS, forgeron à Saint Priest Ligoure qui a construit la première automobile du Limousin en 1896. L’épicerie est restée fermée au début des années 1960 puis ce fut le dépôt de pain de la coopérative de panification de la Valoine, la BOCOVAL, lorsque les boulangers n’ont plus accepté de faire l’échange-blé pain. Il ne s’y vendait pas de pain la semaine mais il y avait foule le dimanche. Ensuite s’y est installée l’agence d’assurance Générali.

A gauche de la porte d’entrée c’est la boutique d’Henri CHARREIX, ferblantier. C’est un homme éclectique qui est plombier, électricien, monteur de pompes et qui tient en même temps la salle de bal qui se trouvait sur l’actuelle place Fratellini. Après Henri c’est Jean CHARREIX qui a pris la suite. En 1946 il a cédé la moitié du fond à Robert-Jean CHARREIX

Robert-Jean (1908 – 1983) est le fils de Pierre CHARREIX lui même ferblantier rue du Centre.

Le Populaire du Centre 21 juin 1946
Les factures de Robert n’ont pas la beauté de celles d’Henri

Une boucherie a pris la suite du plombier. Ce fut d’abord M. PRADEAU, dit »Saucisson ». Ensuite pendant quelques mois M. AGARD et ensuite Pierre ASTIER. Ouvrier charcutier à Limoges il s’est installé à Nexon en 1963 et à fermé en décembre 1997. Je l’ai rencontré quelques mois avant son décès, en avril 2020. Il avait une mémoire fabuleuse et connaissait toutes les petites histoires du pays. Il m’a expliqué l’évolution de la consommation de viande, les éleveurs à qui il achetait les bêtes, l’arrivée des agriculteurs Normands qui se sont mis à élever des bovins Limousins… Mais sa vie était marquée par le décès de son fils Eric, tué accidentellement alors qu’il avait 47 ans. Il m’a donné une feuille du papier qui servait à emballer la viande, seul souvenir qui lui restait de sa boucherie. Je la trouve très belle.

L’élégant papier d’emballage de la viande de M. ASTIER

Aujourd’hui le cabinet d’architecture Epure occupe les deux boutiques qui hier étaient séparées.

le 1er janvier 2017 M Fabrice GERVILLE REACHE a quitté le cabinet Epure et cédé ses parts à Anne SIMON.

Au numéro 10 se trouvait la mercerie des demoiselles VIALLE.

Les trois sœurs VIALLE

La famille VIALLE était originaire de Corrèze. Des trois sœurs, Elise, Georgette et Françoise. Georgette et Françoise se sont mariées. Françoise a épousé le 11 mai 1925 à Nexon, Jean Baptiste LELONG, boucher Place de l’Eglise. Ils ont eu une fille, Yvette, une des meilleures amies de Rose FORGERON, née VIGNERON.

De chaque côté du magasin il y avait deux grands comptoirs. Du côté mercerie un grand choix de boutons, rubans, dentelles…de l’autre les tissus tout aussi abondants. Toutes les jeunes filles adoraient aller dans ce magasin.

Un magasin de Radio-Télé et Electro-ménager y a été installé dans les années 1970. A l’automne 1986 M. BETHOULE a fermé son magasin de Nexon et a conservé son atelier de Janailhac.

Puis il y eu Alain BUFFAT avec son atelier de réparation d’ordinateurs et d’équipements périphériques de fin 2009 à juin 2016. Le cabinet d’ostéopathie de Mme Elise GONZALEZ a pris la suite.

Le cabinet d’ostéopathie

L’immeuble du numéro 12 est divisé en deux parties. A droite de la porte d’entrée un immeuble d’habitation qui appartenait au début du XXe siècle à la famille JOUHAUD. Le père, Jean JOUHAUD né à Bourganeuf en 1864 était employé de commerce. Il a épousé le 11 janvier 1890 à Nexon Jeanne BARRET qui était sage femme. Il a ouvert un commerce de vin en gros avec un chais rue Saint Ferréol. Ils ont eu quatre enfants. L’aînée Marie Alice a épousé Jean Paulin LASPOUGEAS, puis ensuite Hélène, Renée et Maurice (1905 -1983). Ce dernier a pris la suite de son père. Sa fille Noëlle a épousé Angel VILLESSOT, garagiste à Jumilhac qui a créé une entreprise de transport par autocars que préside son fils Patrick .

A gauche de la porte d’entrée le magasin a été celui de M. MARTY « Nexon Mobilier » .

Ensuite M. Fernand ERBAULT y a transféré son atelier de moulage de porcelaine de la rue Pasteur et son épouse y a développé un commerce de fleurs.

Annuaire téléphonique 1976

Lorsqu’ils ont pris leur retraite ce fut d’abord l’agence immobilière S.T.I.A.

Puis HM Immo.

L’immeuble au numéro 14 a toujours compté une boulangerie le second commerce ayant changé selon les époques.

Il y a eu une auto-école, le dernier a y avoir un bureau était M. H. RAFFIER. Il est ensuite parti à Limoges.

Depuis novembre 2010 c’est la La Sabataria, un atelier de réparation de chaussures et d’articles en cuir de M. François FESNEAU qui y est installé. Autrefois il y avait ici le magasin de tissus des demoiselles DESCHAMPS. C’était celui dans lequel on trouvait les plus beaux tissus.

A coté la boulangerie existait depuis le XIXe siècle mais je n’ai pas retrouvé la trace des anciens propriétaires. Dans les années 1930 il y avait M. BRECZENSKI (BRZIZINSKI). Sa fille Janine allait à l’école avec Rose VIGNERON. Ensuite M. TEXEROT.

Après son départ pour la retraite M. TEXEROT a loué son fonds à M. VILLENEUVE, puis à M. COUTEAU et enfin, à partir du 3 novembre 2015 à Mme S. VALADE. La boulangerie a fermé en mars 2017 et elle cherche toujours un repreneur.

La Place Annie FRATELLINI et ses commerces, hier et aujourd’hui.

Sur le coté Est , faisant l’angle avec la rue Victor Hugo, autrefois rue du Centre, se trouvait l’Hotel de France. Depuis la place on ne voyait son nom que sur l’écurie – remise. Jusqu’aux années 1920 la plupart des voyageurs venaient en train ou en voiture attelée. D’un côté il fallait loger les hommes, de l’autre les chevaux. Dans les hôtels de luxe les écuries étaient comparables à celles des châteaux.

Après l’Hotel de France le rez de chaussée de l’immeuble a été transformé en épicerie à l’enseigne DOC, succursale des Docks de France puis en agence d’assurance. Nous verrons ceci avec la rue Victor Hugo

-Numéro 1, place Annie Fratellini

C’était autrefois la maison d’habitation des propriétaires de l’Hotel de France, la famille BOURDEIX. Le rez de chaussée a été transformé en cordonnerie. Elle était tenue par M. Henri DUDOGNON (1907-1989). Il habitait au premier étage avec sa femme Germaine, née PIQUET (cousine de Mme VIGNERON) et leurs trois enfants Yvonne, Jean et Marie (dite Ninou).

Après la fermeture de la cordonnerie la maison a retrouvé sa fonction initiale et est redevenue maison d’habitation.

Le numéro 1 redevenu maison d’habitation.

Numéro 2

A la fin des années 1920, un salon de coiffure pour hommes à été créé à cet endroit par M. Jean DEBORD (1904-1977). En 1967 Marie Noëlle DEBORD le transforme en salon de coiffure pour femme et le baptise « Salon Gisèle », son troisième prénom. . Elle va le tenir pendant 50 ans et cesse son activité le 31 décembre 2016. En janvier 2017, Mme Mireille BONNETAUD-AUVERT ouvre son salon qui devient Naturel Coiff’.

Numéro 2 bis

C’étaient autrefois les écuries de l’Hotel de France.

En 1942, les lettres de l’enseigne se sont estompées mais l’allure n’a pas changée.

Puis quand le lavoir de la fontaine a été démoli il ne resta plus qu’un robinet. L’enseigne pour la remise n’était presque plus lisible.

Au début des années 1950

Aujourd’hui c’est une maison d’habitation et la fontaine est à peine visible de la place, cachée qu’elle est par les voitures.

Numéro 2 ter

Cette maison, faisant l’angle avec la rue Saint-Ferréol, est l’ancienne maison de Louis FOUILLAUD, peintre, associé à son frère, Henri. Ils avaient pris la suite de leur père dans leur entreprise de peinture. Robert FOUILLAUD a continué le métier de son père Louis.

De leurs fenêtres du premier étage les FOUILLAUD pouvaient regarder le lavoir.

Le lavoir de la Mazerole à l’angle de la place et de la rue Saint Ferréol

Coté sud de la Place

De ce coté de la place, on se trouve dans le prolongement de la rue Saint Ferréol.

Numéro 3.

On est face à un bel immeuble, avec deux parties séparées par un porche.

La partie gauche abritait, depuis le début des années 1900, l’Hôtel du Champ de Foire tenu par M. GUYOT. Je ne sais pas s’il est de la famille des bouchers ? Par la suite il fut tenu par la famille NOUAILHAS et leurs deux filles, Marthe et Marcelle Monsieur NOUAILHAS était également laitier, .

L’Hotel du Champ de foire en 1942

C’est bien parce que les foires se déroulaient sur cette place. En effet l’ancienne mairie se trouvaient alors sur l’actuelle place de la République, puis après la démolition de la mairie c’est le monument aux morts qui y a été érigé et ce n’est qu’après son déplacement à côté du cimetière que les foires y ont eu lieu.

Aujourd’hui il n’y a plus d’hôtel, c’est une maison d’habitation.

A gauche débute la rue saint Ferréol

Au numéro 4 actuel c’était la Poste. Celle ci a déménagé plusieurs fois, d’abord dans l’actuelle rue Gambetta puis place de la République. C’est devenu ensuite le bar et la salle de spectacle CHARREIX.

Même pendant la guerre des concerts sont donnés :

5 avril 1942
24 avril 1943

La salle est également utilisées pour des réunions, des assemblées, des mariages et des bals.

C’est aussi l’atelier de Monsieur Henri CHARREIX, plombier, zingueur, couvreur… Ils sont apparentés aux PERRIARD de la rue Gambetta.

Avec la construction de la salle des fêtes les salles de bal privées ont perdu de l’activité, le bar perd sa clientèle et l’ensemble n’est plus entretenu. Le bâtiment est acheté par M. David BONNEAU, entrepreneur de maçonnerie à Valeix sur la commune de Nexon. Après l’avoir rénové, le 1er janvier 2014 il y transfert le siège social de son entreprise qu’il cède en mai 2016 à Cédric RIMBAUX.

Entraid’service, entreprise de service à la personne s’installe également dans ces locaux et après son dépôt de bilan locaux de l’agence sont repris par le réseau Free Dom qui poursuivant son expansion en France ouvre en juin 2017 sa deuxième en Haute-Vienne.

Numéro 5

A l’origine c’est la maison de la famille JOUHAUD, marchand de petits cochons. Puis elle deviendra la poissonnerie de M. BREUIL et de son épouse, Bernadette LAGORCE, (fille des LAGORCE épiciers). Madame BREUIL habite toujours dans sa maison. Elle est la plus ancienne habitante de la Place.

A gauche, volet baissé l’ancienne poissonnerie, à droite la fenêtre du salon

En prolongeant, vers l’ouest, la maison contiguë est dans la rue des écoles. C’est une belle maison en pierres qui appartenait au baron de Nexon. C’est ici que logeaient les palefreniers, la cour arrière servait d’espace pour la saillie des juments du haras. Elle a été acquise par M. Robert FOUILLAUD, peintre, et son épouse Denise.

3 rue des Ecoles

Numéro 6

C’est un très beau bâtiment du 19ème siècle se composant de deux maisons en équerre formant une cour intérieure bordée au sud par des communs qui longent la rue des écoles. Ceci explique les deux portes d’entrée sur la façade que l’on remarque sur les cartes postales anciennes. Aujourd’hui les deux maisons communiquent par le rez de chaussée et le deuxième étage.

La seconde porte a été transformée en fenêtre dont on voit l’assise. La glycine est toujours là

Le Docteur THOMAS et sa famille habitaient dans cette belle demeure. Sa petite fille Claude était dans la même classe que Rose VIGNERON, épouse FORGERON, à l’école libre.

Après le Docteur THOMAS la maison  a été vendue à la famille JOUHAUD, marchand de petits cochons. Ensuite, c’est le docteur Thierry LE BRUN qui a acheté la maison, au début des années 2000. Il quitte Nexon en 2008 et M. Jean Pierre BEL et son épouse achètent la maison. Elle est mise en vente à la fin de l’année 2019.

Au numéro 7 il y avait la boulangerie PRESSICAUD.

Il y a du monde !

Elle figure déjà dans les annuaires de 1897 mais elle doit dater de 1891. En effet Louis PRESSICAUD, âgé de 29 ans et de son état boulanger avec ses parents à Saint Just, épouse le 2 décembre 1890 à Nexon, Marguerite AUDEVARD dont les parents possèdent un café. On peut supposer que le café a été remplacé par la boulangerie que son mari a créé.

Acte de mariage de Louis PRESSICAUD et Marguerite AUDEVARD à Nexon le 2/12/1890

Louis PRESSICAUD n’a pas exploité pendant de longues années. Il le cède à Aristide MARTIGNE. En décembre 1924, celui-ci le revend à la société anonyme « L’Avenir du Centre-Ouest » dont le siège social était au 63 rue François Chénieux à Limoges. Le directeur était M. BERLAND et à cette adresse la société exploitait une épicerie. L’acte spécifie que la boulangerie est connue sous le nom de « Boulangerie PRESSICAUD ».

En 1934 le fond est de nouveau vendu à M. Léon BOUBY (1902 – 1962) qui, né à Saint Cyr, a épousé le 7 décembre 1928 une nexonnaise, Marguerite BONNET dont les parents étaient aubergistes à la Croix de Valette à Nexon.

De grands travaux sont réalisés et à la place de la vieille bâtisse un immeuble moderne est construit. La boulangerie est devenue le Café Moderne, tenu par M. GIBAUD. Dans le « Tout Limoges et Limousin » on lit « Café Moderne- F. GIBAUD, place du Champ de Foire, consommations de marque, concert-dancing, pick-up, brasserie, bar, Noces et Banquets, Billard.

La famille MASSY a succédé aux GIBAUD, et après transformations, le café est devenu l’Hôtel-Café-Moderne.       

                                                        

Carte postée le 26 juin 1940
En 1943
Le Moderne au début des années 1950

Au premier étage la grande salle était utilisée pour les banquets, les mariages et pour les bals.

M. CHAULET a repris le commerce dans les années 1950.

Passionné par le football il est devenu dirigeant de l’A.S. Nexonnaise. Les banquets étaient toujours l’occasion de réunir joueurs, dirigeants et élus municipaux.

Comme d’autres à Nexon, l’hôtel a été fermé et le nom a disparu de l’enseigne qui est devenue « Le Moderne ».

En 2002 le Moderne est repris par  Nathalie HYVERNAUD, née DESBORDES. L’établissement cesse son activité en juin 2007. M. Alain RATIER rachète l’établissement et crée LE NOCTAMBULE.

Le Noctambule

Au numéro 8 se trouvaient autrefois les écuries de l’Hôtel de la Poste qui était contiguë. Cet hôtel était tenu, dans les années 1910, par la famille DEFAYE puis dans le courant des années 1920 par la famille LEYMARIE. A la fermeture de l’hôtel de la Poste la famille LEYMARIE a exploité l’hôtel du Nord.

Après la démolition des vieilles écuries, un immeuble moderne a été construit. Il appartenait à la famille Jean PRADEAU, propriétaire de la maison d’à coté.

C’est le fils, Louis Jean PRADEAU (1909 – 2012), huissier de justice et maire de Nexon de 1946 à 1965 qui s’y installa.

Après la cession de l’activité de M. PRADEAU, le rez de chaussé a été transformé en magasins qui ont connus plusieurs gérants.

On y trouve les Ambulances Nexonnaises. Ces dernières gérées par Agnès BRUZAT puis par Catherine DUMAIN s’y sont installées en juillet 2000. Après le dépôt de bilan en novembre 2018, les Ambulances ont été reprises au début de l’année 2019 par la Société PIRONNEAU dont le siège social est à Saint Yrieix la Perche et deviennent les Taxis Nexonnais.

Du coté droit de l’immeuble il y avait la boutique de Tapisserie d’ameublement de M. Philippe MONAQUE dont l’atelier était à Bel Air. Ouvert en juillet 2012 la boutique a été transférée à Limoges, avenue Georges Dumas, en septembre 2019.

Le tapissier a été remplacé par Marylène RAMBERT qui pratique l’hypnose, le reiki…Son atelier s’appelle L’Etoile à 7 branches.

Au numéro 9 se trouve une maison que nous avons rencontré plusieurs fois (voir le chapitre « Place de la République »). C’est une des cartes postales les plus connues de Nexon car elle est très largement illustrée de personnes en costumes d’époque.

L’hôtel de la Poste et l’épicerie.

L’Hotel de la Poste a été créé au début des années 1930. Il été fermé et transformé par M. Jean PRADEAU en un commerce de vente de produits agricoles.


Sur la porte : Pâtes 1F63 – Beurre 2F75

Puis c’est M. BOUNY qui a pris la suite. Il a fait éditer quelques cartes postales. Ensuite du début des années 1960 jusqu’à la fin des années 1970 ce fut l’épicerie CELERIER.

L’épicerie est devenue ensuite dans les années 1980 une boutique de confection tenue par Madame MAZEAU.

En 1984 le docteur FARRANDO qui exerçait avec ses confrères ATZEMIS et CONORD avenue du général de Gaulle a acheté l’immeuble et l’a transformé en « Clinique Vétérinaire Saint Ferréol ».

La clinique décorée pour les Ostensions de 2002

Le docteur Joël BESSERON lui a succédé. La clinique a été fermée le 31 octobre 2013.

La clinique est fermée et un panneau « A Louer » est affiché sur la vitrine

Après quelques mois de fermeture la clinique est transformée en établissement de vente de produits alimentaires.

Travaux avant l’ouverture

La Fromagerie-Épicerie Fine « Crèmerie de Jadis » créée par Gwenaëlle GAUDIOZ a ouvert le samedi 17 décembre 2016. Après quelques mois d’activité la couleur des boiseries a changé.

La place a retrouvé un commerce d’alimentation, comme cela avait été le cas pendant plus de 100 ans.

Autrefois se tenait un marché le vendredi. Certains commerçants faisaient de la publicité pour leur stand, comme M. REBEYRAT :

La Place de la République n°7 à 11.

En continuant le tour de la place, en longeant la rue pasteur nous arrivons au numéro 7. S’y trouve un immeuble dont j’ai déjà parlé car c’était celui de mes grands-parents. Ma mère n’a pas vécu dans celui que nous voyons aujourd’hui puisqu’il a été construit au début des années 1950 et qu’à cette époque elle était mariée. Mais elle a passé sa jeunesse dans la vieille maison qui existait alors. C’était une petite maison à un étage avec la boutique au rez de chaussée et le logement à l’étage.

La maison en 1943

Ma mère à la fenêtre en 1943

La maison a été achetée par mon grand-père, Henri MALARDEAU, au début des années 1930. Il était arrivé à Nexon en 1931 après que sa filature, au pied du village d’Aurin sur la commune de Bussière Galand ait été détruite par un incendie causé par un orage. Il ne reste aucune trace de cette filature mais je ne désespère pas d’en trouver un jour !

Le Populaire du centre 15 mars 1929

Le stock de laine et la voiture qui étaient dans un bâtiment annexe n’ont pas été touché. Ceci permis la continuation de l’activité en attendant que tout soit réglé avec l’assurance ce qui a pris plus d’un an. Finalement la filature ne sera pas reconstruite. Aussi en 1931 Henri MALARDEAU décide de déménager et d’aller s’installer à Nexon. Il choisit ce bourg car il est connu pour son dynamisme économique et la qualité de ses foires, élément essentiel du commerce de la laine.

Il loue une maison rue Pasteur, juste après la boulangerie et poursuit son commerce de laine. Mais cela ne lui suffit pas. Mon grand-père est un manuel, très adroit de ses mains, il va donc créer une teinturerie. Pour cela il lui faut un grand local pour y installer des cuves. En 1935 la maison du maréchal-ferrant qui possède un grand garage à l’arrière est en vente. Il l’achète. Cette maison appartenait à Mr SANCIAUD. Elle n’a pas changé entre 1900 et 1930, seul l’environnement a évolué. Sur les cartes postales suivantes on constate l’arrivée de l’électricité avec le poteau au beau milieu de la carte postale, avec aussi le trottoir de rue Pasteur et enfin, sur la troisième carte le trottoir vautours de la place. On remarque également que la maison mitoyenne a été totalement refaite avec 2 étages. 

Lorsque mon grand-père achète la maison, le sol de l’atelier est en terre battue. Il le fait cimenter et transforme le rez de chaussée en boutique de teinturier, nettoyage et vente de laine. Dans le garage, situé à l’arrière du magasin, il fait monter, sur des foyers en brique, trois cuves en cuivre utilisées chacune pour une couleur différente. La teinture impliquait une série d’opérations que devaient subir les écheveaux de laine : bain colorant, rinçage, essorage et séchage. Le nettoyage s’effectue à la benzine dans un gros tambour qui tourne comme une machine à laver.

Avec l’énorme tas de fagots pour la boulangerie

Devant la maison on voit toujours l’énorme tas de fagots qui alimente le four du boulanger, de l’autre côté de la rue. Mais le feu frappe une nouvelle fois mon grand-père. Un incendie éclate, le 22 octobre 1941, dans l’atelier de la teinturerie et se repend rapidement à la toiture et gagne la maison voisine.

Le Populaire 30 octobre 1941

Dès la guerre terminée mon grand-père fait entièrement reconstruire sa maison. Elle a maintenant deux étages et la boutique occupe la totalité du rez de chaussée. Mais surtout il fait poser en grandes lettres rouges, le mot « Laines » au fronton.

Pendant les années 1950-1960 l’activité est variée. Dans l’atelier qu’il a acheté à la sortie du bourg, route du moulin Trouly, il a monté une filature pour retrouver le métier de sa jeunesse. Il est secondé par deux de ses gendres, René PEYRICHOUX et Marcel JEUDY. En même temps il sillonne les foires des environs pour acheter de la laine brut et vendre des pelotes tout en continuant a nettoyer et teindre les vêtements. A l’époque il est indispensable de respecter les codes et après un décès le deuil doit être porté par les proches pendant plusieurs mois. Aussi après un décès il fallait en quelques heures, l’engagement était de 8 heures, teindre en noir toute la garde-robe des parents du défunt. L’en tête de la facture résume cette activité variée.

Lorsqu’Henri MALARDEAU a pris sa retraite son gendre René PEYRICHOUX et son épouse Marie-Thérèse ont repris le commerce en le faisant évoluer. Le développement du prêt à porter a réduit les ventes de laine, le nettoyage était devenu la spécialité des « pressings » aussi c’est vers les vêtements de confection qu’ils se sont orientés.

En octobre 1989 le fond est repris par Mme Catherine DEBORD COUQUET. Elle baptisé son commerce « Cathy Boutique ».

L’immeuble du numéro 8 a lui aussi beaucoup changé au cours du siècle précédent. En 1900 c’est une petite maison d’un étage avec un grenier mansardé. Au rez de chaussée il y a deux commerces dont l’un, à droite, était une épicerie qui si je déchiffre bien l’enseigne était l’épicerie BREIX, l’autre l’atelier d’un peintre-vitrier.

Quelques années plus tard la vieille maison est remplacée par un immeuble de 2 étages avec au fronton, en grosses lettres « Horlogerie Bijouterie ».

 Cette construction a été faite par M. Henri DESPLANCHES qui y a transféré la boutique qu’il avait, rue Pasteur, à côté de la pharmacie. Sa première boutique était située rue Victor Hugo.

Henri DESPLANCHES était né à Nexon le 12 juillet 1873. De son mariage avec Louise GRANGER le 24 juin 1900 à Nexon il a eu deux enfants, Alice née en 1906 et René, né en 1909.

Henri et Louise le jour de leur mariage

Avec l’année 1900 le monde occidental et la France en particulier, ont connu jusqu’en 1914 des années heureuses que l’on a appelé « La belle époque ». Le 14 avril 1900, jour de l’inauguration de l’Exposition Universelle Paris est le centre du monde. Les nouveaux bâtiments comme le Grand et le Petit Palais, la gare d’Orsay ou le pont Alexandre III font briller Paris. La première ligne de métro est ouverte le 19 juillet 1900, l’électricité commence à éclairer les rues de celle qui est alors appelée la « Ville lumière ». A Nexon aussi règne une certaine joie de vivre. On déjeune sur l’herbe le dimanche et on va à la pêche en famille.

Les jours de fête, pour aller à la frairie les femmes revêtent leurs plus beaux habits.

Après la difficile période de la guerre ce sont de nouvelles années d’effervescence, « Les années folles ». Les bijoutiers sont un passage obligé pour chaque fête et à chaque évènement. Pour la naissance et le baptême des enfants on offre des médailles et des chaines en or ou en argent, des gobelets, des ronds de serviettes… Pour la communion solennelle les garçons reçoivent leur première montre, en or pour les familles aisées, et les filles une croix avec sa chaine. Il y a les boucles d’oreilles pour les filles, et les chevalières pour les garçons, puis vient le mariage avec les bagues et les alliances et l’incontournable ménagère en argent…

Comme horloger M. DESPLANCHES vendait pendules et horloges qu’il réparait.

En 1944 Henri DESPLANCHES transmet son commerce à son fils René-Jean DESPLANCHES.

Le Populaire 7 décembre 1944

L’horlogerie-bijouterie va petit à petit connaitre la concurrence des bijoux fantaisie et des montres bon marché. Dès 1955 le géant américain Timex s’associe à un fabricant de montre de Besançon pour produire des montres a bas cout sous le nom de TIMEX. La marque innove dans le choix de son réseau de distribution en ciblant les bureaux de tabac, les papeteries, les stations-service, les drugstores et les grands magasins. KELTON devient une marque emblématique avec son slogan « Vous vous changez, changez de KELTON ». Elle vend plus de 4 000 000 de montres au début des années 70. Au début des années 80, une nouvelle technologie arrive du Japon avec les montres à Quartz…

Françoise, la fille de M. et Mme DESPLANCHE n’a pas choisi de suivre la voie de ses parents et s’est orientée vers la coiffure. Elle a ouvert son salon dans la maison d’à coté et quand ses parents ont pris leur retraite la bijouterie a fermé.

C’est Michel CROZET-ROBIN qui a ouvert un salon de coiffure le 1er janvier 1979. Jeune et dynamique il choisit d’appeler son salon « Attitude coiffure ».

Le salon de coiffure au numéro 8

Il est le premier salon du groupe que M. CROZET-ROBIN va ensuite constituer. Il donnera à ce groupe le nom de sa fille Laurie. De ce fait, derrière le salon, un immense espace de travail réuni ceux qui gèrent la quinzaine de salons du groupe « Holding Laurie ».  Attitude Coiffure et Studio M sont les deux enseignes de ce groupe dont les salons sont implantés à Nexon, Limoges, Boisseuil, Montluçon – Domérat, Saint-Étienne – Villars, Moulins.

L’immeuble situé au numéro 9 était le plus imposant au début des années 1900. Deux commerces sont abrités sous le même toit, la bijouterie PAROT et une épicerie-poterie-buvette.

L’immeuble en 1900

La bijouterie est tenue par Eugène PAROT. Marié avec Emilie NOUHAUD, ils auront 2 garçons, François né le 22 août 1905 et René, né le 9 mai 1907 qui travailleront comme horlogers avec leur père.

Lorsque la famille PAROT a cessé ses activités, Melle Renée MOUNIER qui habitait à Valette installa son atelier de modiste à la place de la boutique. Puis Mme CLERMONTEIL dite « Nénette » lui a succédé en ouvrant une épicerie-primeurs.

Chaque matin elle se rendait aux halles, à Limoges, pour s’approvisionner en fruits et légumes. Elle partait avant le jour afin d’être de retour à Nexon pour servir ses clients à partir de 8 heures. Très courageuse, très avenante pour ses clients, elle était très appréciée de ses clients. Son mari, Martial CLERMONTEIL avait été fait prisonnier et sans nouvel de lui après l’armistice son épouse a publié, comme plusieurs autres femmes, un avis de recherche dans la presse :

Le Populaire 28 juillet 1945

Martial CLERMONTEIL était également pompier volontaire. Il a terminé son engagement avec le grade de sergent.

Au 1er étage se trouvait, pendant quelques années, le cabinet dentaire de M. et Mme DURENGUE. Ils avaient, depuis 1933 un cabinet place de l’église et ils travaillaient également dans des cabinets secondaires à Châteauneuf la Foret et à La Meyze. Ils ont ensuite transféré leur cabinet avenue de la gare. Au 2ème étage habitait M. Henri FOUILLAUD et sa famille. Lui était peintre mais il n’était pas associé à son frère Louis. A la Libération, du fait d’un engagement dans la milice et d’une collaboration active toute la famille a disparu et n’a plus jamais donné de nouvelles.

Quand l’épicerie a fermé, Françoise CONORT, a ouvert un salon de coiffure qui a très vite acquis une excellente réputation. Fille de M. et Mme DESPLANCHES, les bijoutiers de l’immeuble contiguë, elle est avait épousé Jean Pierre CONORT, fils du vétérinaire de Nexon. Leur fille Sophie est devenue coiffeuse. Elle a travaillé avec sa mère puis elle lui a succédé.

Aujourd’hui c’est Stéphanie TABESSE qui tient ce salon à l’enseigne « Art Coiff’»

Au numéro 10, au début des années 1900 il y avait une épicerie-buvette -poterie. C’était la maison de Mme Marie Christine HAUTIN. Ses parents étaient commerçants à Limoges mais sa mère, comme cela se faisait fréquemment à l’époque, est venue accoucher, le 18 juin 1883, chez son frère Jean VILLOUTREIX, épicier à Nexon. Puis le commerce a disparu et le rez de chaussée a été transformé en appartement. C’est ce que l’on constate sur cette photo de 1943.

La maison a été achetée au début des années 1950 par M. et Mme BOSBATY. En 1947 ils avaient acheté le fonds de commerce de boucherie-charcuterie de François LELONG. Ils l’ont d’abord installé 2 rue Michelet puis quand l’immeuble HAUTIN a été libre à l’achat ils y ont installé leur boucherie-charcuterie.

Le Populaire 27 novembre 1947

La boucherie-charcuterie a rapidement acquis une bonne clientèle, à la fois grâce à la qualité des produits et à la qualité de l’accueil.

Monsieur Emile BOSBATY faisait également preuve d’un fort engagement citoyen. Caporal du Corps des pompiers de Nexon en 1961 il en est promu chef de corps le 15 juin 1970 avec le grade de sous-lieutenant. Il quitte son commandement le 11 juin 1978 après 27 ans de services.

En 2005, quand ils ont pris leur retraite les BOSBATY ont été remplacés par la société GUINARD-RATIER dont le siège était à Saint Paul et le gérant M. Alain RATIER. La boucherie a fermé en 2007 et M. RATIER a alors créé Le Noctambule, place Fratellini.

Aujourdh’hui le rez de chaussée n’est pas occupé.

La dernière maison de la place, au numéro 11, abritait autrefois un restaurant. L’immeuble appartient à M. et Mme Henri DESBORDES. C’est Mélanie DESBORDES qui tenait le restaurant tandis que son époux était camionneur. Il avait un attelage à cheval et c’est lui qui faisait office de corbillard.

L’attelage conduit par René LASPOUGEAS

Madame le docteur FORGERON se souvient que lorsqu’elle était petite fille Mme Desbordes élevait des oies en toute liberté. Elles étaient agressives et menaçaient ses mollets quand elle apportait une lettre à la Poste.

Après la retraite de Mme DESBORDES le restaurant est devenu bistrot, tenu par Mme Ginette BANCAUD puis ce fut une annexe de la boulangerie DIVRY. Au début des années 2000 une brasserie au nom ironique « Aux vers de vin » s’est installée. Elle vendait également du vin. LA brasserie a fermé en 2006 et « Aux vers de vin » a déménagé pour s’établir 1 bis rue saint Ferréol.

Il y eu ensuite une boutique d’informatique puis pendant quelques mois David MAURY y a installé son entreprise de plomberie avant de la transférer rue Gambetta.

Le 1 mars 2017, Mme ISABELLE AUMAITRE a créé un salon original, un bar à ongle, qu’elle a appelé  « Mad Nails ».  

La place de la République du n°1 au n°6.

Aujourd’hui la place de la république recouvre 4 espaces différents qui, autrefois, ne portaient pas tous le même nom. Le numéro 1 se trouve au coin de la place FRATELLINI et de l’ancien champ de foire, sur la rue qui s’appelait autrefois la rue de la Poste. La numérotation s’effectue en se déplaçant dans le sens des aiguilles d’une montre.

Numéro 1. Les cartes postales du début du siècle montrent que la grande maison faisant l’angle était l’Hôtel de la Poste, tenu par M. DEFAYE. C’était l’un des 8 hôtels qui existaient à Nexon en 1905. On peut être surpris par ce nombre sachant qu’il n’y a plus d’hôtel aujourd’hui à Nexon !

L’hôtel de la poste en 1900
L’hôtel de la Poste et la maison mitoyenne, futur n° 1 et n° 2 de la place de la République

En 1900, date de la photographie de cette carte postale on remarque qu’un mur prolonge l’hôtel de la poste, la poste actuelle n’est pas encore construite. On voit également l’ancienne mairie, un bâtiment vétuste qui a été démoli après une décision du conseil municipal du 20 avril 1919.

Certains, dont des nexonnais, pensent que le bâtiment qu’ils voient sur la droite de cette carte postale est l’ancienne mairie devenue le Centre Agora. Il n’en est rien. Un regard attentif permet de constater qu’il n’y a pas de marches pour accéder au rez de chaussée et que le bâtiment est très proche de la route. Il s’agit de la vieille mairie qui a été démolie en 1919.

Sur la carte postale suivante on voit à gauche la vieille mairie à droite le bâtiment dans lequel a été installé la mairie en 1920. Elle remplira cette fonction jusqu’en 1986.

Vers 1910, à gauche la mairie et à droite la future mairie

Progressivement l’hôtel a laissé la place à l’épicerie PRADEAU. Avec le temps elle s’est développée et a proposé des articles de poterie et de vannerie.

Après M. PRADEAU, la grande épicerie a été tenu par M. BOUNY. Il a édité plusieurs cartes postales. On remarque la pompe à essence mécanique.

Lorsque l’épicerie a fermé l’immeuble est devenu un cabinet vétérinaire dans lequel Yves FARRANDO a exercé seul puis associé à Joel BESSERON.

L’immeuble a été rénové et en 1984 a été créée la « Clinique vétérinaire St Ferréol ». Elle a fermé le 31 octobre 2013.

L’entrée du numéro 1, nouvel appartement

La clinique vétérinaire a été remplacée par une fromagerie-crèmerie. Le local au numéro 1 de la place de la République est depuis 2017 la permanence parlementaire du député Jean-Baptiste DJEBBARI et de son suppléant, Pierre VENTEAU.

Jean-Baptiste DJEBBARI devant sa permanence le 13 octobre 2017

Au numéro 2, lorsque l’épicerie n’a plus occupé l’ensemble de l’immeuble, un magasin vendant de la vaisselle a ouvert. Ce fut par la suite, le bureau de tabac tenu par M. DESBORDES et M. CADIN.

Après le transfert du bureau de tabac la Caisse d’Epargne qui s’y est installée. La façade a changé avec l’évolution de son logo et de sa signalétique.

Au numéro 3, on trouvait l’un des nombreux café de Nexon, particulièrement fréquenté les jours de foire. Il était tenu par M. Pierre JOUHETTE qui était en même temps tailleur. Les deux activités se déroulaient dans la même salle.

Le bar de la Poste en 1984

Avec la retraite de M. JOUHETTE le bar a fermé.

Le bar de la poste en 2019

Au numéro 4 se trouve le bureau de poste construit en 1930-1931.

Au début du XIXe siècle la poste fonctionnait mal en Limousin, en grande partie du fait du mauvais état de la voirie, restée sans entretien jusqu’à la restauration. Sous le règne de Louis-Philippe (1830-1848) de nouvelles routes sont créées. La route Limoges Poitiers, achevée en 1843, avec les relais de Conore, Bellac, Bussière-Poitevine et Lussac-les-Eglises. Celle d’Angoulême à Nevers, traverse le nord du département avec des relais à Confolens, Champeaux, Bellac, Saint-Sornin-Leulac et la Souterraine. La liaison Limoges -Périgueux se faisait par Aixe, Chalus et Thiviers. Il n’était pas nécessaire d’en établir une autre par Saint-Yrieix. Mais un personnage important, le maréchal BUGEAUD, né à Limoges, s’était retiré dans sa propriété de La Durantie à Lanouaille. Il obtint la création d’une ligne de poste avec les relais de la Plaine (la liaison avec Nexon se faisait par un facteur à pied), Saint-Yrieix et Lanouaille à deux kilomètres de son domaine.

Le 2 mai 1830 le conseil municipal de Nexon proteste contre la lenteur du courrier. En effet une lettre postée à Limoges n’arrive à Nexon que 4 ou 5 jours après car le service est fait par un piéton qui va de Limoges à St-Yrieix tous les 2 jours. Il demande la création d’un bureau de poste à La Plaine ou au Plantadis où la commune ferait prendre son courrier à ses frais. Ce n’est que le 4 mai 1846 que Jacques PENICAULT, Maitre de Poste est installé au relais de Poste de La Plaine, par arrêté du Roi, avec engagement d’avoir de nombreux postillons, chevaux et équipages nécessaires et prescrits par le service.

 Le 10 mars 1929 décision est prise de construire l’actuel Hôtel des Postes. M. SAUTERAUD est désigné comme architecte. Il réalise les plans suivants :

Le 25 janvier 1931 le chauffage central est posé. Au milieu de l’automne le bâtiment est terminé et il est réceptionné le 7 novembre 1931.

Le Procès verbal de réception de la Poste

Lorsque le bureau de poste ouvre ses portes le receveur est M. LACOUR. Son fils, André LACOUR dit « Dédé » sera médecin à Nexon ; Un vieux garçon au verbe haut et au langage truculent toujours disponible. Je me souviens de l’avoir vu arriver chez mes parents à 10 heures du soir au moment des grippes. Il n’avait pas mangé et il avait encore des patients à voir.

A cette époque le monument aux morts se trouve en face de la Poste. Il sera déplacé en 1950 pour permettre d’agrandir le champ de foire sur lequel seront alors installées des barres pour attacher le bétail.

On remarque la Peugeot 402, sans doute celle du Dr Jumeaux-Lafond

Les Postes, télégraphes et téléphones, les fameux  PTT, changent de nom et deviennent Postes et télécommunications à partir de 1959. Au fur et à mesure des réformes de l’État la poste et les télécommunications sont séparés en deux sociétés de service public, France Télécom en 1988 et La Poste en 1991.

Au numéro 5, s’élève une belle villa dans le style Art-Déco qui appartenait au docteur JUMEAUX-LAFOND.

Après le décès de Monique JUMEAUX-LAFOND en mars 2018, la maison a été mise en vente.

A côté se trouve la maison la plus récente de la place. Elle a été construite en 1954 sur un terrain qui appartenait à M. PAPEL, terrain sur lequel sera également construite la salle des fêtes.

Sur la carte postale suivante reproduisant une cérémonie de mars 1941 un grand mur longe la place . Mme le docteur FORGERON se rappelle que lorsqu’elle était encore la petite Rose VIGNERON, les carrioles des gitans stationnaient devant le mur, et,comme tous les enfants elle en avait peur. C’est aussi devant ce mur que certains jours de frairies, les montgolfières gonflées à l’air chaud s’envolaient devant une foule admirative.

Ayant acheté le terrain M. LONGEQUEUE demande au Conseil municipal l’autorisation d’ouvrir un portail dans le mur qui sépare son terrain de la place. Cette ouverture entraînant l’enlèvement d’une barre les conseillers ont délibéré à huis clos et malgré la diminution de la taille du champ de foire qui allait en résulter, « considérant que M. LONGEQUEUE allait construire un immeuble important qui allait embellir la place, ont donné leur accord.

En 1984
En 2019

En continuant vers la droite on arrive au numéro 6 où il y avait autrefois un atelier de cordonnier, d’abord M. CLERMONTEIL puis M. ROUSSE. On voit la boutique avec le pare soleil baissé sur cette vue des années 1950.

Aujourd’hui il n’y a plus de cordonnier.

La rue Pasteur, côté pair.

La rue Pasteur longe la place de la République jusqu’à l’immeuble « MALARDEAU » au rez de chaussé duquel se trouve le magasin de vêtements « Cathy Boutique » avec son entrée au n° 7 place de la République. Catherine COUQUET y a débuté son activité en octobre 1989.

Le numéro 2 de la rue Pasteur est une petite entré du garage de l’immeuble « MALARDEAU ».

Le numéro 4 fait l’angle avec la rue Michelet.

Angle rue Pasteur et rue Michelet

Dans la rue Michelet il n’y a pas de boutique. Sur la droite on est à l’arrière des commerces de la place de la République. Un immense espace de travail abrite les bureaux de la société « Holding Laurie ». Créée par M. Michel CROZET-ROBIN, la société gère la quinzaine de salons de coiffure qu’elle possède.

Les bureaux de la holding Laurie

Autrefois on trouvait dans cette rue les écuries des maisons situées de part et d’autre. A droite on remarque la terrasse de la maison DESPLANCHES à l’endroit de laquelle se trouvent aujourd’hui les bureaux de la « Holding Laurie ».

La rue Michelet avant 1914.

Au numéro 4 de cette rue, M. Gilles GAUTHIER exerçait une activité d’électricien à l’enseigne « CON-SER-VAT ».

Au numéro 2, une belle maison donnant sur la place, appartenait à Madame LESTRADE. Au rez de chaussée il y avait la pâtisserie-bar JOUANINE, dont la réputation était excellente. Puis M. GRIMPERELLE a été pâtissier et à son décès seul le bar a continué son activité. Pendant quelques temps M. BOSBATY y avait son commerce de boucherie, jusqu’à ce qu’un local se libère place de la République. Aujourd’hui il n’y a plus de commerce.

Il n’y a plus de commerce au 2 rue Michelet

Revenons à la rue Pasteur.

Au numéro 4 il y avait l’épicerie DOC. Lorsqu’elle a déménagé rue Victor Hugo un horloger s’est installé. D’abord M. COMBACAL dans les années 1960 puis M. FORTIER. Aujourd’hui l’immeuble abrite trois appartements.

Au numéro 6, il y eu autrefois, pendant peu de temps, un magasin de cycles appartenant à M. DUGENET.

Au numéro 8 c’était la pâtisserie CROUZILLE. Elle faisait également bar. Les voisins n’étaient pas réveillés par le coq mais par la forte voix du fils, Alfred CROUZILLE qui égrenait les belles chansons d’autrefois dès 5 heures du matin parmi lesquelles revenait inlassablement la chanson d’André DASSARY, « Les blés d’or ».

La pâtisserie ne fut pas reprise et à la place, madame Léonie ADAM y ouvrit un restaurant-bar. Il y avait également quelques chambres.

Les repas étaient copieux et goûteux ce qui donna à la maison une solide réputation, aussi bien pour les repas ouvriers que pour les banquets. Les joueurs du club de foot aimaient y venir « boire un coup » et s’y retrouver lors des banquets d’autant plus que le mari de Léonie, Léon ADAM, était vice-président de l’ASN et que leur second fils, « Jeannot », fit les belles heures du club comme joueur (il signait sa première licence à 13 ans) puis comme éducateur et comme dirigeant.

Après la retraite de Mme ADAM, M. J.M. DEXET lui a succédé. Pendant quelques année la même fibre sportive vibrait dans l’établissement. Mais l’espace trop limité ne permettait pas le développement de l’affaire et M. DEXET la transféra rue du général de Gaulle.

Après le déménagement du restaurant il y eu une sophrologue.

Actuellement, c’est le siège d’une association, LES TÉMOINS DU FUTUR, déclarée le 1 février 2019 à la Préfecture de la Haute-Vienne pour promouvoir les arts et la culture.

L’ancien café-restaurant ADAM puis DEXET

Au numéro 10, la maison était autrefois le siège de la boucherie Eugène LELONG. Cette famille n’est pas apparentée aux LELONG, bouchers de la place de l’Eglise mais aux SANCIAUD. M. et Mme LELONG avaient une fille, Bernadette, employée à la Poste centrale à Limoges. C’était une bonne boucherie qui, du fait de l’évolution du commerce, a sans doute pâti du fait d’être excentrée.

A côté de la boucherie il y avait l’abattoir et derrière la boucherie, un très beau jardin avec un accès rue Michelet. Dans un petit appartement à l’arrière de la maison est venu s’installer la famille PICAT et leur fils Bernard après qu’ils eurent quitté leur logement de la rue Pierre et Marie Curie. Quand M. LELONG a pris sa retraite la boucherie n’a pas été reprise. Mme Emilie TABARAU-ROUFFY s’y est installée en 2012 pour y exercer la profession de praticienne en énergétique traditionnelle chinoise. Elle a présidé l’épicerie associative Vl’a aut’chose, de 2015 à 2017.

Aujourd’hui la façade a été entièrement refaite par les nouveaux propriétaires et on ne distingue plus la vitrine du boucher.

Il n’y a plus de trace de la boucherie LELONG

Au numéro 12 se trouve une belle petite maison avec grange. Elle était la propriété de M. MERLE qui était chef d’atelier à la Manufacture de chaussures ADAM. Décédé sans enfant, la maison a été achetée par M. CROZET-ROBIN. Sur le linteau de la grange on lit la date 1821.

A gauche la grange de 1821

Au numéro 14 c’est la grande maison ou habitaient les « demoiselles BONNET », Louise, l’aînée et Germaine sa cadette, dernières descendantes de la bourgeoisie nexonnaise. Elles vivaient de leurs rentes, possédaient des fermes et des métairies, notamment à Champagnac et à St Maurice les Brousses.

Leur maison était meublée à l’ancienne, avec de belles boiseries et une grande cheminée. A l’arrière de la maison s’étant un magnifique parc qui possède une entrée rue d’Arsonval.

Les demoiselles BONNET se déplaçaient en voiture hippomobile, l’écurie et la grange étaient de l’autre côté de la rue.

Elles n’avaient pas d’héritiers directs, seulement de lointains parents. A leur décès leur maison a été achetée par la famille CROZET-ROBIN.

Nous arrivons ensuite à la maison d’angle de la rue d’Arsonval. Elle appartenait à M. BECHADE, menuisier, ainsi que celle d’en face. Il avait son atelier au numéro 27.

En remontant la rue on longe le mur de soutènement des jardins avant d’arriver au passage Pocheros. On a alors une vue inhabituelle sur l’église qui se dégage sur un premier plan de verdure.

Une vue inhabituelle de l’église se détachant sur un premier plan de verdure.

La Compagnie Pocheros (prononcer peau-chair-os) a été co-fondée en 1993 par Adèll Nodé-Langlois, Gulko,  Titoune Krall, Mads Rosenbeck et a monté son premier spectacle dans la rue. La troupe est composée d’anciens élèves du centre national des arts du cirque. C’est sa venue en 2000 qui est commémorée par le nom de la rue.

Ce passage était utilisé par les chevaux du château pour rejoindre les près sur lesquels le lotissement a été réalisé.

En continuant vers la rue Victor Hugo, la rue Pasteur longe toujours un mur qui abrite de grands jardins et par-dessus lequel on aperçoit le clocher de l’église.

Le clocher semble émerger d’un bloc de bâtiments!

La rue Pasteur, coté impair, suite. Du numéro 15 à 33.

Un porche sépare les immeubles des numéros 13 et 15.

Au numéro 15 il y a eu pendant de très nombreuses années une boulangerie. Elle a été tenu pendant de nombreuses années par les MEYNIER, une famille de boulangers descendant de Jean MEYNIER né à la Meyze en 1831. Ces trois garçons furent tous les trois boulangers, à La Meyze puis à Nexon pour l’un, Pierre -Buffière et Coussac – Bonneval pour les deux autres. Le troisième, Martial MEYNIER a dû arriver à Nexon vers 1890, commune dans laquelle son premier fils Jean Martial est né en 1895. Son troisième fils, Martial Adrien, né en 1900 a pris sa suite comme boulanger. Dans la famille un des fils MEYNIER est transporteur et pendant la seconde guerre mondiale il est l’un des rares à posséder un camion. Aujourd’hui c’est le Docteur Marie-Claude FURELAUD-MEYNIER qui a vissé sa plaque à la place de l’ancienne boulangerie. Dans le même immeuble, Thierry FURELAUD exerce le métier d’architecte. On accède à son cabinet en passant par le porche. L’immeuble appartient toujours à la famille MEYNIER.

La boulangerie avant 1914.

Après la guerre de 1939-1945, la boulangerie a été tenue par MM. ANDRIEUX, puis GROLLAUD pendant les années 1960 et Michel BARNABET.  Il a ensuite transféré sa boulangerie dans la rue Gambetta

Monsieur FURELAU s’y installe comme architecte et son épouse, le docteur FURELAU-MEYNIER comme médecin.

-L’immeuble situé au numéro 17 appartenait à M. et Mme AYMARD. Après avoir créé son usine électrique M. AYMARD et son épouse ont acquis plusieurs maisons à Nexon. L’avantage des propriétés situées sur la droite en descendant la rue Pasteur, qui à l’époque s’appelait rue du nord, c’est qu’elles donnaient sur la rue de l’usine électrique où Monsieur AYMARD avait son usine électrique et son garage. Après son décès accidentel la maison appartint à sa veuve et à sa fille qui avait épousé M. LENOIR, électricien à Nexon jusqu’au début des années 1930. La famille LENOIR et Mme veuve AYMARD sont parti à Excideuil. En 1939 ils ont vendu leur immeuble à M. et Mme CHIROL.

Cet immeuble est ainsi décrit dans l’acte : « Immeuble situé à NEXON (Haute Vienne) rue du Nord et rue de l’Electricité, comprenant : Maison à usage d’habitation, en façade sur la rue du Nord, composée de rez de chaussée, cellier à coté, premier étage, grenier mansardé au-dessus ; derrière la maison cour avec petites dépendances et Jardin faisant suite au tout et dans son prolongement, bâtiment à usage de garage, cour au-devant sur ladite rue de l’Electricité. »

Après le décès accidentel de Louis AYMARD, Louis VALETTE qui était son mécanicien a pris sa suite.

Il loge dans l’immeuble et expose les modèles des nouvelles voitures au rez de chaussée.

 M. Henri DENIS (1889 – 1950) était locataire de la maison et propriétaire du chais qui donne sur la rue Pierre et Marie Curie. Né à Saint Martin le Vieux, il est rappelé sous drapeaux en 1915 et affecté au 20ème dragon. A la fin de la guerre il devient commis voyageur puis, excellent cavalier, il s’engage dans la gendarmerie à cheval. La vie de gendarme ne convient pas à son caractère alors il change de métiers. Il achète le garage VALETTE et y installe un chais. Il crée un commerce de vin en gros et en en détail. Son fils Maxime DENIS (1914 – 1987) le fera prospérer.

Dans le chais il y a toujours les traces de l’ancien garage avec en particulier le logo CITROËN gravé dans le ciment.

Le logo Citroën dans le chais de M. Denis

Lorsque madame CHIROL vend son immeuble Maxime Denis et son épouse l’achètent. Ils y créent des chambres pour l’hôtel et transforment le magasin en studio. Il sera loué, au début des années 1980 il l’est au docteur Marie Claude PEYRICHOUX qui y installera, jusqu’en 1985, son cabinet médical.

L’immeuble, entièrement rénové, est la résidence nexonnaise de M. et Mme LEOBON.

Le numéro 17 en 2020

-Numéro 19.

C’est un immeuble d’habitation qui appartenait à Mlle CHARREIX, employée à la Poste à Limoges.

Il y avait au rez de chaussée un bureau de tabac tenu par M. DESBORDES, mutilé de la guerre de 1914-1918. Il le transfèrera par la suite rue Gambetta.

Monsieur PERRIARD qui était plombier s’y installa puis M. F. ERBAULT qui fabriquait des moules en porcelaine. Il y eu ensuite, à la fin des années 1960, la Maison du Meuble de Mme ADAM.

Ensuite M. Raymond FONCHY achète l’immeuble et passe son activité d’électricien et son commerce d’appareils de radio et de télévision du n° 8 au n° 19 de la rue Pasteur.

Par la suite le magasin a été supprimé et n’est plus qu’un immeuble d’habitation appartenant à la famille FONCHY.

le numéro 19 en 2020.

-Au numéro 21, il y avait un restaurant et une habitation, propriété de de M. et Mme François AUTHIER. François AUTHIER, né à Nexon en 1878, a épousé en 1902, Joséphine AYMARD, la sœur de Louis AYMARD, le futur créateur d’une usine électrique à Nexon. Ils avaient acquis ce bien en 1907 de M. et Mme Pierre BRAGARD.

M. AUTHIER, au moment de son mariage en 1902, était tailleur d’habit et son épouse couturière. Ils sont devenu restaurateurs en 1906, peu de temps avant d’acheter l’immeuble. Ils l’ont vendu en février 1941 à M. et Mme PEYNICHOU.

L’acte notarié décrit ainsi l’immeuble ; « Une maison à usage d’habitation et de restaurant situées Nexon, rue du Nord et rue de l’Electricité, composée au rez de chaussée d’une salle de restaurant d’une cuisine et d’une salle à manger, cave sous le tout, au premier étage, quatre pièces et grenier au-dessus ; attenant à la maison, une cour dans laquelle se trouve un puits avec pompe, waters closets, deux petites étables, hangar et remise en façade dans la cour, le tout d’un seul tenant, figurant au plan cadastral de la commune de Nexon, sous les numéros 47- 48 et 45p de la section A, pour une contenance totale de deux cent vingt mètres carrés environ et confrontant dans son ensemble à la rue du Nord, aux immeubles Dudognon et Estier à la rue de l’Electricité, aux immeubles restant appartenir aux vendeurs et par eux réservés et aux immeubles de Mademoiselle Charreix. »

Après le décès de son père, Marthe PEYNICHOU, épouse de Maxime DENIS, hérite de l’immeuble et de ses dépendances. Elle développe le restaurant. Utilisant son prénom comme enseigne M. DENIS, le dénomme « Chez Maxime ». Mais il n’y avait alors pas besoin d’enseigne. Les jours de foire le restaurant était complet du matin au moment du casse-croûte jusqu’à la fin de l’après-midi. Les repas pour les fêtes de famille, les baptêmes, les communions, les fiançailles, les mariages s’y tenaient régulièrement. Les touristes aimaient y séjourner, des chambres avaient été aménagées au numéro 17.

Madame DENIS, à gauche, avec ses employées et sa fille Rachel au premier rang.

Le restaurant « Chez Maxime » deviendra une table recherchée pour les événements familiaux, baptêmes, communions et mariages mais aussi pour les repas copieux servis les jours de foire.

Pendant les congés, l’hôtel reçoit de nombreux vacanciers, souvent des habitués. Les voyageurs de commerces font partie des clients réguliers.

Des parisiens en vacances à Nexon.

La réputation de la maison résulte non seulement des talents de cuisinière de madame Marthe DENIS mais aussi de la qualité des vins que commercialise Maxime DENIS et que l’on retrouve sur la carte du restaurant. Nous consacrerons un prochain article à un extrait de sa carte.

Après sa retraire Madame DENIS louera son commerce à différents restaurateurs. Le premier d’entre eux fut M. Christian MARSAC au milieu des années 1970.

En 2005 le restaurant devient « Le Petit Chef ». Il est tenu par Bruno ROYER qui le fera prospérer jusqu’en 2010 avant de partir s’installer à Glandon.

Il est remplacé par Cyril TRILLAUD et son épouse. Ils exploitent le restaurant pendant quelques années et en novembre 2015 ils vendent le fond.

Mme Roselyne ROMANO achète le fond et transforme le restaurant en un « bar-crêperie » à l’enseigne « Les deux anges » dont la salle avait été entièrement redécorée.  

Le restaurant fonctionne quelques mois et cesse son activité.

Pour ne plus avoir à subir la succession de plus en plus rapide des gérants, Mme LEOBON rachète le fond et vend l’ensemble de l’immeuble. Il est acheté par un couple d’enseignants qui maintenant y habite.

-Au numéro 23 s’élève une des plus ancienne maison de Nexon. On y accède par un escalier qui descend au rez de chaussé, en contrebas du trottoir. L’immeuble appartenait à M. DESPLANCHES et pendant les années 1945 – 1970, M. et Mme DUDOGNON y sont coiffeurs. Germaine DUDOGNON a son salon installé au 1er étage tandis que se mari, Albert, coupe les cheveux au rez de chaussé. Il tient également, dans l’angle de la maison avec la rue Pierre et Marie Curie, une petite poissonnerie.

L’immeuble en 1984
Le numéro 23 en 2020

Après avoir traversé la rue Pierre et Marie Curie on longe un pré. Il appartenait à Baptiste LELONG dont la boucherie était située en face de l’église.  Il a été amputé de quelques mètres pour faciliter la prise du virage par les camions qui venaient de La Plaine ou de La Meyze. Au belles heures du haras les chevaux du baron étaient conduits régulièrement.  

Au numéro 23 bis se trouve l’entrée dans cet ancien pré devenu un parc au fond duquel un pavillon a été construit.

Au numéro° 25 il y avait autrefois un garagiste, M. GUYONNAUD, le frère du coiffeur de la rue Gambetta. Puis l’épicerie de Mme HELION, dont les crayons de couleur faisaient envie à tous les jeunes écoliers et écolières. Maintenant c’est une habitation.

En remontant vers Cornedie on passe devant les numéro 27 et 27 bis, puis on arrive à la Rue René Cassin qui a été ouverte pour permettre l’accès au lotissement construit sur les prés du baron.

Vue sur le lotissement

Au numéro 29 une belle petite maison avec jardin qui étaient avant-guerre la propriété de Mme Saint-Ange. Elle les a légués à l’Eglise et pendant quelque temps le curé LATZARUS y a habité. Par le suite la propriété a changé de main et appartient à Mme BILLAT.

Sur le côté droit de la maison, juste au-dessus du volet droit quand il est ouvert, une pierre de taille porte gravée l’année 1759.

Au numéro 31 une ancienne grange a été transformée en habitation. Dans les années 1930-1960 y habitait le garde champêtre, M. NARDOT et sa famille. Jusque vers la fin des années 1950 il battait le tambour et lisait, à forte voix, sur les places du bourg et dans les villages, les avis officiels.

Au numéro 33, une belle maison aux volets rouges et dans le coin droit du mur une croix avec gravé : JEAN guyo 1774 -.

Arrivé au bout de la rue, et avant de repartir pour parcourir le côté pair, je remercie une nouvelle fois Madame le docteur FORGERON dont la mémoire parcourt sans fatigue les rues de Nexon, me dressant une trame que je n’ai plus qu’à approfondir. Merci également à Madame LEOBON, redevenue la jeune Rachel DENIS pendant plusieurs heures que nous avons passées à faire revivre le Nexon de notre jeunesse.