La place de l’église, côté Sud, n° 9 et 10.

Sur le plan d’alignement de 1901 l’immeuble situé au n° 9 actuel est appelé « maison GUYOT ».

Jean GUYOT figure dans le registre du recensement de 1886 avec son épouse Marie BARBARY et 3 de ses 8 enfants. L’un d’eux, Jules, est cordonnier. Il a 19 ans en 1886 et c’est lui qui va rester le plus longtemps dans cette maison.

Recensement de 1886

Jean GUYOT décède le 3 avril 1890 âgé de 70 ans. Il est déclaré propriétaire-cultivateur. Son épouse va continuer à habiter la maison avec son fils Jules. Il n’y a pas encore de GUYOT boucher et lorsque son petit-fils, Jean Baptiste GUYOT (1890-1972) choisira de ce métier comme le fera son fils Albert GUYOT (1921-2000) les gens pour les distinguer des autres familles GUYOT bouchers préciseront GUYOT-BABARY et parfois simplement BARBARY. J’ai souvent entendu les gens parler ainsi.

Le 26 mars 1905, Marie VILLOUTREIX, l’épouse de Jean GUYOT décède. L’acte de décès précise que son mari est cordonnier et qu’ils habitent place de l’église.

Décès de Marie VILLOUTREIX. Archives départementales de la Haute-Vienne

En 1906 Marie BARBARY est toujours présente. Elle a 73 ans. On notera que les épouses sont alors appelées par leur nom de naissance, pratique qui varie selon les époques. On notera également que souvent les prénoms changent selon les documents. En effet dans les familles il était habituel de donner les prénoms des parents et des grands parents pour les honorer. Ainsi Jean GUYOT né en 1779 a eu un fils qu’il a nommé Jean, né en 1820 lequel a donné ce prénom a deux de ses fils, Jean né le 28 mars 1860 et Jean né le 28 avril 1866. Tous les deux ont eu une épouse dont le prénom était Marie… Ceci conduit parfois à des erreurs que l’on rencontre sur les sites généalogiques!

Recensement de 1906

En 1907, le 14 mai, Jean GUYOT épouse Marie DUFOUR. Lors du recensement de 19011, contrairement à ma remarque précédente, Marie DUFOUR est nommée Marie GUYOT comme sa belle mère. Il faut faire attention à la date de naissance pour ne pas se tromper. Jean GUYOT est appelé Jules-Jean.

Recensement de 1911

De son premier mariage, Jean GUYOT a eu 2 enfants, Jean Baptiste né le 21 septembre 1898 et Hélène née le 24 décembre 1901. Ils sont tous les deux écoliers au moment du recensement en 1911.

Après la guerre de 1914-1918, le recensement de 1921 montre que Jules GUYOT est toujours présent avec sa fille Hélène âgée de 19 ans mais son épouse ne figure plus sur le registre. D’autres personnes résident dans la maison dont la famille DEBORD dont le père est tailleur.

Recensement de 1921

En 1925 il y a toujours Jules GUYOT et sa fille Hélène et la famille DEBORD qui s’est agrandie puisqu’il y a maintenant 5 enfants avec les parents.

Recensement de 1926

En 1931 Jules GUYOT est toujours cordonnier et sa fille habite encore avec lui. Les DEBORD ne sont plus là et l’appartement qu’ils occupaient a été loué à Denise PAROT et ses deux enfants.

Recensement de 1931

En 1936 les GUYOT sont toujours présent. Il n’y pas d’autre famille dans l’immeuble.

Il y eu ensuite l’antenne nexonnaise de la régie d’électricité devenue EDF par la loi de nationalisation du 8 avril 1946. Puis M. et Mme. DELIAT y sont venu. Marie Jeanne DELIAT, née COUVIDOU (1920-2010), y tenait un atelier de couture. Ma mère y faisait faire ses manteaux et ses tailleurs et nous l’accompagnions souvent lorsqu’elle allait choisir les modèles et procéder aux essayages. M. Louis DELIAT (1918-1992) était coiffeur à la gare. Il était également apiculteur amateur et élevait des poules qui lui ont donné des œufs sortant de l’ordinaire :

Les œufs « géants » de M. DELIAT en 1984

En janvier 2013 Les Ateliers de l’Esperluette* y ouvrent une galerie d’art. L’exposition inaugurale (juillet-septembre 2013) était intitulées « La légèreté des pierres ». La dernière, perturbée par la crise de la COVID, était consacrée à « l’horizontale ».

  • L’esperluette est le signe &, une liaison du « e » et du « t ». Si on prononce en occitan es-per-lou-et  cela se traduit par : C’est pour le « et »

Au numéro 10 on trouve la « maison LELONG », au débouché de la rue St Ferréol. C’est une maison à la construction particulière. Le mur latéral s’amenuise en s’élevant, on dit que c’est le fruit du mur. Il est fait pour garantir sa solidité et sa résistancecdu mur.

Pendant plus de trois siècles cette maison a appartenu à la famille LELONG qui y a exploité une boucherie-charcuterie. Le premier de cette lignée est François LELONG, né en 1676 et mort en 1757. Parmi ses enfants on trouve un des aubergistes, des cordonniers, des boulangers, des bouchers, des médecins… Parmi eux François LELONG (1861-1925) qui fut maire de Nexon de mars 1904 à novembre 1919 et aussi le docteur François Philibert LELONG (1870-1956). Sa fille Lucienne, épouse du Dr. Marcoff, à son décès fit don de son patrimoine à la commune.

Lors du recensement de 1896 Laurent LELONG (1832-1927) est le patron de la boucherie. Il est le descendant à la sixième génération de François LELONG (1676-1757). , père d’une longue lignée de bouchers, de boulangers, de médecins et aussi de François LELONG (1861-1925)

Laurent LELONG est avec son épouse, Jeanne COMBROUZE, et ses deux fils Pierre LELONG (1858-1926) marié à Augustine LABREGERE et Jean LELONG (1880-1950) qui a 22 ans de moins que son frère Pierre. Trois enfants de Pierre vivent également avec eux comme cela se faisait à l’époque où trois générations vivaient sous le même toit.

Recensement de 1896

En 1901 Laurent LELONG est toujours le patron; Il travaille avec son fils Pierre et son petit fils Jean comme apprenti.

Recensement 1901

Laurent LELONG a plus de 70 ans continue a diriger la boucherie. Son fils Pierre et ses petits enfants prennent petit à petit la suite.

Après la guerre de 1914-1918, André et Baptiste ont pris les rênes de l’affaire.

André est resté célibataire tandis que son frère Jean-Baptiste a épousé, le 11 mai 1925 à Nexon, Françoise VIALLE, sa voisine de la rue du Centre (aujourd’hui Victor Hugo) ; leur fille, Yvette (1926-1987), a épousé en 1948 Michel COURAUD, pépiniériste en Creuse.

Mariage Michel COURAUD et Yvette Lelong. source : legermariefr

la boucherie LELONG était une boucherie très réputée avec un importante clientèle qui allait bien au-delà de la commune de NEXON.

A la fin des années 1960, lorsque tous les LELONG prirent leur retraite la boutique fut louée à l’auto école REYTIER. Celle ci y exerça son activité du 1er janvier 1979 au 31 décembre 1997.

A la fermeture de l’auto-école, Paul BUFORN quitte Limoges et y installe son atelier d’émailleur. C’est un Maître émailleur de renommée internationale qui a gagné en 1990 le Grand Prix du public de la Biennale Internationale de l’émail et en 1992 le Prix National du Travail Manuel.

En 2016 il arrête de créer et transforme son atelier en musée où il aime accueillir tous ceux qui ont envie de découvrir l’artiste et ses œuvres. En entrant on est surpris de trouver en vitrine des vélos, son autre passion. Il cherche des vieux vélos qu’il rénove et qu’il utilise pour parcourir les dizaines de kilomètres quotidiens qu’il effectue sur les routes du Limousin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.