Archives de catégorie : Connaissance de Nexon

1984-2024 : de nombreux anniversaires : Le débarquement, Oradour, attaque du camp de Nexon, libération de Limoges …

De nombreuses manifestations vont célébrer les 80 ans de la pluspart de ces évènements. Je participerai à certains d’entre eux et j’en parlerai plus tard. Mais pour aujourd’hui un évènement qui n’est plus dans le souvenir mais qui a pas marqué les nexonnais le 19 aout 1944 : la céréùmonie en hommage aux cinq maquisards tués à Jourgnac, à la Chaume Verte. La foule était nombreuse et les enfants des écoles étaient là. Quand on m’a proposé une photo de cérémonie je n’ai pas immédiatement reconnu Nexon. Mais il s’agissait bien de la mairie!

Que c’est-il passé pour que cinq cercueils soient exposés devant la mairie avec des maquisars qui rendent les honneurs…

1- La situation militaire après le 15 aout 1944

Depuis le débarquement réussi du 6 juin 1944 en Normandie, le rapport des forces entre les Allemands et les Alliés a progressivement changé. Un nombre de plus en plus important de jeunes s’engagent dans la résistance. Les parachutages sont plus nombreux qui apportent à chaque fois des armes, des munitions, des postes de radio, des uniformes … et même de l’argent. En même temps le commandement des maquis va s’unifier. Le 25 juin 1944 Georges Guingouin est nommé à la tête des maquis FTP de la Haute-Vienne

Les actions des maquis deviennent plus efficaces : capture et exécution du Major Kämpfe (9-11 juin), libération de prisonniers des camps d’internement de Nexon et de Saint Paul d’Eyjeaux (11 juin), Bataille du Mont Gargan (17 juillet – 25 juillet).

Au début du mois d’août la décision est prise d’encercler la ville de Limoges. Les allemands ne contrôlent plus qu’une zone de 10 km autour de la ville. A partir du 12 août 1944 alors que les premiers signes d’un départ imminent des troupes allemandes et de leurs collaborateurs se précisaient, les maquis de la Haute-Vienne, sur ordre du commandant départemental des FTP, le colonel Georges Guingouin, vinrent s’établir autour de Limoges.

Ces maquis s’installèrent à partir de la nuit du 13 au 14 août, dans les communes périphériques de Limoges, répartis en quatre secteurs : A pour l’est ; B pour le Sud avec deux bataillons de 900 hommes sous les ordres du commandant Nelson et la mission de bloquer les routes nationales 20 et 21 vers Toulouse ; C pour l’ouest avec quatre bataillons de 2050 hommes dirigés par le commandant Bernard avec mission de contrôler la route d’Angoulême et le secteur C,  au Nord, avec trois bataillons de 1500 hommes pour contrôler les axes de Paris et Poitiers.

Le 15 aout l’ensemble des forces armées, FFI et FTP, sont organisées sous un double commandement qui après le désistement de Huard ( Lucien Faure) pour l’AS laise le colonel Guingouin devenir le seul chef des FFI de la haute-Vienne.

Le 15 août, la 2408ème compagnie FTP placée sous les ordres du lieutenant Robert Marty, alias Nitchevo, quitte Gorre en camion pour rejoindre Solignac, au sud de Limoges. Pendant la nuit l’un des groupes gagna le secteur du château de Plaisance sur la commune de Feytiat où il prit position.

2 Les massacres entre Moissac et Le Vigen

Le 17 aout au matin des hommes de la 2408e compagnie FTP sont postés entre Feytiat et le Vigen à proximité du Bon-Abri, de Plaisance et de Moissaguet. Lucien Maillard, de son vrai nom Joseph-Louis Le Poupon, est à la tête d’un groupe de huit maquisards qui a pris position pour faire barrage aux troupes qui prendraient la route de Saint Yrieix. Ils sont chacun à son poste derrière les chênes, dans l’allée en face du château de Plaisance.

Au même moment, un convoi allemand, composé de trois blindés escortés de chenillettes et d’automitrailleuses appartenant au 19ème Régiment de police SS, se dirige vers le sud en direction de Saint-Yrieix-la-Perche par la D 704.

Pour les maquisards les consignes sont claires, l’ouverture du feu se fait sur ordre. Mais contrairement à l’ordre donné, lorsque le convoi allemand arrive à la hauteur de l’allée de chêne, l’un des maquisards ouvre le feu sur le dernier blindé. Le convoi stoppe, les soldats jaillissent des véhicules, ouvrent le feu. Six maquisards sont abattus. Ils sont affreusement mutilés, ventres ouverts à la baïonnette, têtes écrasées. Tout leur sang s’est répandu sur la chaussée. Un seul, Louis Chauprade, réussira à prendre la fuite.

Ce fut le premier massacre de la journée dont le souvenir est marqué par une stèle érigée sur la D 704 à droite en allant vers Saint Yrieix, à hauteur de Plaisance. parmi eux un jeune des Cars, Léon Devaud né le 25 juillet 1925, cultivateur,

L’avancée de la colonne allemande vers Le Vigen se poursuit sur la route 704 le long de laquelle ont été postés des maquisards, sans expérience militaire et dotés de simples fusils ou de mitraillettes face aux canons et aux mitrailleuses des allemands. Le massacre continue et huit nouveaux nom sont inscrits sur la stèle élevée au Mas-du-Puy commune du Vigen.

Parmi eux quatre jeunes qui habitaient sur le territoire de la communauté de commune , Pays de Nexon – Monts de Chalus :

  • Jean Delage né le 30 janvier 1913 à Flavignac (Haute-Vienne), cantonnier SNCF, 31 ans,
  • Aimé Pataud dit « Tarzan » né le 19 septembre 1928 à Chalus (Haute-Vienne), 16 ans,
  • Marcel Thomas né le 16 novembre 1921 à Flavignac (Haute-Vienne), 22 ans, cultivateur,
  • Aimé Valade dit « Nénou » né le 10 septembre 1925 à Bussière-Galant (Haute-Vienne), 18 ans, cultivateur.

3 La Chaume Verte

Au cours de l’après-midi, l’unité allemande change de direction et quitte la D 704 à Saint Maurice les Brousses. Elle part vers l’Ouest et se dirige vers Jourgnac d’où elle rejoindra Séreilhac.

Un groupe de maquisards appartenant à la 2449ème compagnie FTPF (sous-secteur B) avait été placé en position défensive sur la commune de Jourgnac afin d’assurer la protection du poste de commandement du bataillon FTP établi à Boissac sur la commune voisine du Vigen.

Au cours de l’après-midi, l’unité allemande change de direction et quitte la D 704  à Saint Maurice les Brousses. Elle part vers l’Ouest et se dirige vers Jourgnac d’où elle rejoindra Séreilhac. Vers 17h30 la tête de la colonne arrive à la hauteur de La Chaume Verte, à quelques centaines de mètres du bourg de Jourgnac. Un groupe de FTP qui traversait à découvert un pré en contre-bas de la route est surpris par cette arrivée des allemands. Ils n’ont pas le temps de se mettre à l’abris et malgré le courage de Fernand Dudognon qui, bien que blessé, continue à tirer avec son fusil mitrailleur jusqu’à l’épuisement de ses munitions, les cinq camarades sont tués et terriblement mutilés. La colonne continue sa route et les corps restent exposés dans le pré.

Ce n’est que le soir que des paysans qui participaient à une batteuse dans le bourg sont allés les chercher. Ils ont mis les corps dans une charrette et les ont conduits à l’église ou le curé, Pierre Rougerie les a accueillis. Les corps étaient tellement mutilés qu’il n’a pas été possible de les identifier. Pour rédiger le certificat de décès le maire les a désignés par la couleur de leurs cheveux et leur surnom de maquisard.

L’acte de décès est rédigé sans nom mais avec une description sommaire  » age approximatif, ving à ving cinq ans, taille un mètre soixante sept, cheveux chatain foncé, barbe rasée, teint brun, nez rectikigne, bouche moyenne, visage ovale, vêtu d’un uniforme de drap bleu ». L’acte sera mis à jour le 24 septembre 1946.

Deux jours plus tard, malgré la proximité des troupes allemandes, un hommage patriotique fut organisé à Nexon. Le FTP Chambon doit se rendre à Jourgnac avec un camion pour aller chercher les cinq corps pour qu’ils soient enterrés à Nexon.

Les cinq cercueils sont chargés sur le camion et déposés à la mairie de Nexon devant une foule de tous ages.

« Dans un camion gazogène portant encore la mention « ravitaillement », les cinq cercueils sont alignés tandis qu’à gauche et à droite se trouvent six maquisards. Derrière il y a vingt-quatre hommes armés…Puis on voit le drapeau tricolore frappé de la croix de Lorraine. Dix hommes casqués précèdent encore le grad drapeau de la mairie revêtu de crêpe. Soixante enfants des écoles, les bras chargés de fleurs des champs, passent devant la foule massée sur le champ de foire de Nexon. Entre trois cents et quatre cents personnes sont regroupées … pour rendre un dernier hommage à ces jeunes.» ( François Adeline 1940-1944- Haute-Vienne La guerre secrète- Le Populaire HS dec. 2006)

Le cortège se dirige vers le cimetière. Les inhumations vont etre temporaires car les morts vont etre rapidement identifiés par leurs chefs. Le 8 septembre le transfert des corps de Maurice Boissard et de Lucien Courtiaud a lieu au cimetuère de Louyat à Limoges. Le 31 octobre 1944 à Pageas ont lieu les obsèques de Roger Samuel.

Le Poppulaire 28 octobre 1944)

Les cinq tués à La Chaume Verte : Maurice BOISSARD, Lucien COURTIAUD, Fernand DUDOGNON, Raymond LAPOUGE et Roger SAMUEL.

BOISSARD Maurice, Eugène

Né le 30 mars 1924 à Limoges (Haute-Vienne), exécuté sommairement le 17 août 1944 à Jourgnac (Haute-Vienne) ; employé de banque ; résistant FTPF.

Célibataire, Maurice Boissard était domicilié 20, rue Platon à Limoges. Il s’engagea dans la Résistance à compter du 1er juin 1944 dans les rangs des FTPF, rejoignant un camarade Lucien Courtiaud, qui habitait à Limoges, à proximité de chez lui (rue Pradier) et avec qui il avait fréquenté l’Ecole Nationale Professionnelle (ENP) de Limoges (actuel lycée Turgot).

Maurice Boissard trouva la mort avec quatre autres résistants à la suite du combat de Jourgnac. Blessé, il fut « achevé à coup de crosse par les Allemands » au lieu-dit La Chaume-Verte. Son corps fut inhumé après la Libération, le 8 septembre 1944, lors d’une cérémonie patriotique, au cimetière de Louyat à Limoges.

Il obtint la mention mort pour la France et fut homologué au grade de sous-lieutenant des FFI.

COURTIAUD Lucien, Bernard, Marcel

Né le 14 février 1925 à Limoges (Haute-Vienne), exécuté sommairement le 17 août 1944 à Jourgnac (Haute-Vienne) ; étudiant, employé ; résistant FTPF.

Célibataire, Lucien Courtiaud était domicilié 15 rue Pradier à Limoges. Il s’engagea sous le pseudonyme « Alain » dans la Résistance à compter du 1er janvier 1943 dans les rangs des FTPF, sous les ordres du capitaine Authier. Il fut rejoint début juin 1944 par un camarade Maurice Boissard, qui habitait à Limoges, à proximité de chez lui (rue Platon) et avec qui il avait fréquenté l’Ecole Nationale Professionnelle (ENP) de Limoges (actuel lycée Turgot).

Lucien Courtiaud trouva la mort avec quatre autres résistants à la suite d’un combat au lieu-dit La Chaume-Verte (commune de Jourgnac). Blessé dans le combat, il fut achevé par les soldats allemands. Son corps d’abord inhumé à Nexon, fut transféré après la Libération, le 8 septembre 1944, lors d’une cérémonie patriotique, au cimetière de Louyat à Limoges.

Il obtint la mention mort pour la France et fut homologué au grade de sous-lieutenant des FFI.

DUDOGNON Fernand

Né le 21 mars 1923 à Bussière-Galant (Haute-Vienne), exécuté sommairement le 17 août 1944 à Jourgnac (Haute-Vienne) ; résistant FTPF.

Selon le récit rapporté par François Adeline (op. cit.) : « Grièvement blessé, Fernand Dudognon continue de tirer avec son FM jusqu’à épuisement des munitions tandis que ses quatre copains sont blessés, morts ou agonisants ». Il fut achevé par les soldats allemands. Il fut enterré à Nexon.

LAPOUGE Raymond

Né le 3 mars 1910 à Angoulême (Charente), exécuté sommairement le 17 août 1944 à Jourgnac (Haute-Vienne) ; résistant FTPF.

Originaire de Charente, il habitait vraisemblablement en 1944 à Nontron (son nom figure sur le monument aux morts de cette ville). Il s’engagea à une date inconnue dans la Résistance rejoignant un maquis FTPF de la Haute-Vienne. Raymond Lapouge trouva la mort avec quatre autres résistants à la suite d’un combat au lieu-dit La Chaume-Verte, (commune de Jourgnac). Blessé dans le combat, il fut achevé par les soldats allemands. Son corps fut inhumé à Nexon (Haute-Vienne).

SAMUEL Roger

Né le 29 octobre 1923 à Magnac-Laval (Haute-Vienne), exécuté sommairement le 17 août 1944 à Jourgnac (Haute-Vienne) ; ouvrier agricole ; résistant FTPF.

Célibataire, Roger Samuel était en 1944 domicilié à Pageas (Haute-Vienne) au sud de Limoges, où il exerçait la profession d’ouvrier agricole. Réfractaire au STO, il s’engagea dans la Résistance, sous le pseudonyme de « Caoutchouc », rejoignant la 2449ème compagnie FTPF de la Haute-Vienne. Roger Samuel trouva la mort avec quatre autres résistants à la suite d’un combat au lieu-dit La Chaume-Verte). Blessé dans le combat, il fut achevé par les soldats allemands. Son corps fut inhumé à Nexon puis transféré après la guerre à la nécropole nationale de Chasseneuil-sur-Bonnieure (Charente) où il repose depuis lors (carré 1D, tombe 417).

La stèle de La Chaume Verte à Jourgnac
La cérémonie en 2014

5 La tombe de Raymond LAPOUGE à Nexon

La tombe de Raymond Lapouge a peu à peu été abandonnée, son épouse après s’etre remariée ne venait plus s’y recueillir.

Au début des années 2000 le dévouement de Josette Dugot, déléguée de Nexon du Souvenir Français et son mari Jean Claude, délégué départemental, la fille de Raymond Lapouge née en novembre 1944 après la mort de son père, a été retrouvée. La tombe de Raymond Lapouge a été ouverte, la dépouille reconnue grace à la trace d’une ancienne fracture connue de la famille et la tombe refaite.

Avec le temps la couleur des drapeaux a palie mais la tombe est toujours entretenue.

Bonne année 2024

Pour vous souhaiter une belle; bonne et heureuse année je vous adresse cette carte postale, la plus ancienne de ma collection. Pour 124 ans elle très bien conservée.

J’aime bien également la première carte qui m’a été adressée, je n’avais pas un an, mais j’ai eu la chance que ma mère ait conservé toute les cartes postales que j’ai reçues pendant que j’étais enfant. J’ai gardé ce goût de la collection, ce qui me permet d’illustrer les articles que je publie sur ce blog. Et bien sur vous pouvez m’envoyer des cartes postales ou tout document pouvant intéresser l’histoire de Nexon.

Et pour rester dans les cartes postales limousine celle-ci de 1902 :

Joyeux Noël

Pour cette fête du renouveau, de la renaissance de la nature et pour les chrétiens la naissance de Jésus il n’y a pas de carte postale spécifique au Limousin, du moins je n’en ai pas trouvée. Quelques cartes anciennes montrent la manière dont Noël était perçu autrefois…

Bon Noel à Toutes et à tous.

De la publicité sur automobile il y a plus de 70 ans à Nexon !

La publicité sur les automobiles est née au début du XXe siècle aux Etats-Unis. Un fabricant de chocolats, Milton HERSHEY (1857-1945) qui  a réussi à produire de façon industrielle du chocolat au lait  a eu l’idée de peindre son  nom en forme de logo  « Hershey » sur tout son parc automobile. Il était surnommé « le Henry Ford des chocolatiers ».

A l’époque les lettres étaient peintes sur la carrosserie aussi la publicité sur les automobiles était rare. Mais avec l’invention du vinyle dans les années 1920, l’impression sur film vinyle remplacera progressivement la peinture pour la publicité automobile.

A Nexon Paul BITAUD était avant-gardiste en matière de publicité. Lorsqu’il a transféré sa boutique de la rue Gambetta, au numéro 6 actuel, pour l’installer dans l’ancien pensionnat pour jeunes filles, il la baptise « Sam Suffit ».

A gauche de la nouvelle boutique « Sam Suffit » le mur est couvert de la marque de peinture VALENTINE. Pour attirer le client les marques ne sont pas encore suffisamment développée; il faut montrer qu’il y a une abondance de marchandise aussi on en met sur le trottoir et dans la petite cour. Le camion qui est garé dans la cour est lui même chargé jusque sur le toit. Mais sur les cotés on ne voit pas de publicité.

Par contre sur celui d’Armand DENARDOU qui va épouser Jeanne BITAUD en 1939, une publicité vente les savons de Marseille, les savons « Latour » et « les deux haches » fabriqués par les Savonneries de la méditerranée.

Plus tard, un autre commerçant, Henri VIGNERON, va utiliser son automobile Citroën C4 qui date des années 1930 pour promouvoir la peinture « Novemail » qui vient d’être commercialisée en 1952. Le film vinyle va permettre de na pas abimer cette belle voiture qui est devenue collector…

En 1956 les commerçants de Nexon ont été sensibles au discours de Pierre POUJADE

Le 23 juillet 1953, à saint Céré dans le Lot, Pierre POUJADE prend la tête d’un groupe de commerçants pour s’opposer au contrôle fiscal d’un de leurs collègues. Les contrôleurs renoncent à leur contrôle. La nouvelle se repend rapidement et un mouvement de refus des contrôles va naitre dans la région.

Pierre POUJADE, qui est né à saint Cré le 1er décembre 1920, y a ouvert une librairie papèterie.

Saint Céré

Excellent orateur il va mobiliser autours de sa personne une mouvement de révolte des « petits » contre « l’État vampire ». Il méprise les élites et les médias et trouve un soutien auprès du parti communiste qui restera à ses cotés jusqu’en 1955, quand ses attaques contre Pierre MENDES FRANCE qu’il traite de juif « qui n’a de français que le mot FRANCE ajouté à son nom ».

Il crée l’Union de défense des commerçants et artisans (UDCA), syndicat professionnel dont le symbole est le coq gaulois. Un parti politique lui est adossé, l’Union et Fraternité Française (UFF). Le mouvement va compter jusqu’à 450 000 cotisants.

Il édite à Limoges un hebdomadaire, Fraternité Française, au 49 rue Emile Zola.

Une lettre est envoyée au lecteurs et amis :

Les commerçants du centre ville souscrivent à un abonnement au Journal de Pierre POUJADE : Emile BOSBATY, boucher charcutier place de la République, Mélanie DESBORDES qui tient le café à coté, henry MALARDEAU, mon grand père avec son commerce de laines sur le même coté de la place. André MASSY est sur la place du marché avec son hôtel Moderne, Albert GUYOT, boucher charcutier rue Gambetta. Je n’ai pas trouvé traces du café NAUDY. Peux être que l’une ou l’autre d’entre vous connait ?

Les élections législatives de 1955

‘Edgar Faure, président du Conseil sortant, avait provoqué, en décembre 1955, des élections anticipées. L’élection du 2 janvier 1956 a permis l’entrée de 52 députés poujadistes à l’Assemblée Nationale.

Un seul d’entre eux continuera en politique, Jean-Marie LE PEN qui, quelques mois après l’élection, volera de ses propres ailes. Les 2,5 millions de voix du mouvement Poujade (11,5% des votants à l’échelon national) ont cassé le jeu du bipartisme qui prévalait jusqu’alors. La SFIO qui obtient une majorité relative qui porte Guy MOLLET a la tête du gouvernement et le démocrates chrétiens du MRP qui deviennent minoritaires. Jusqu’au retour au pouvoir du général de Gaulle, aucun gouvernement ne durera, en moyenne, plus de six mois ! Pierre POUJADE, brillant orateur, a commis l’erreur de na pas se présenter à l’élection. Il a laissé la place à Jean Marie LE PEN qui le fascinait. Quand il a compris son erreur il a exclu de son parti, celui qu’il admirait mais qui devenait encombrant. Poujade ne voulant plus de lui, Jean Marie LE PEN se met en congé de l’Assemblée et rejoint son régiment pour aller en Algérie. A son retour en 1957 il regagne son siège de député. N’ayant plus de brillant orateur à l’Assemblée le mouvement Poujadiste tombe dans l’anonymat….

Pierre POUJADE continue à écrire mais son écho est de plus en plus faible. mais jusqu’à sa mort, en 2003, il milite pour un biocarburant alternatif à base de topinambours. Il était écologiste avant l’heure.

Pierre POUJADE au travail

Les infirmières à l’hôpital ouvert par la baronne de Nexon en 1914-1918

Un des premiers article que j’ai publié sur ce bog, le 27 février 2015, était consacré à l’hôpital 5 bis ouvert dés le début de la guerre par la baronne de Nexon dans les locaux du pensionnat de jeunes filles. Les jeunes nexonnais ne connaissent pas cet ancien établissement dont la structure est toujours présente, 36 boulevard Gambetta.

L’école de filles en 1930
36 Bd Gambetta en 2023

La baronne va faire appel à ses propres enfants et aux jeunes filles de Nexon. Ma collection c’est enrichie de deux nouvelles photos qui me permettent de mieux identifier les jeunes infirmières.

Sur la photo prise devant la porte de l’hôpital on compte 12 femmes en blouses blanches autours du médecin. La baronne est assise à droite du médecin, Derrière la baronne sa fille Thérèse est debout avec à ses cotés, derrière le médecin, sa sœur Jeanne.

Thérèse de GAY DE NEXON est née le 1er octobre 1890 à Azay-le-Rideau. En effet son père, Auguste de Nexon, louait le château de La Chevrière situé à Saché dans la banlieue d’Azay le Rideau. Devant le refus de son épouse à son souhait d’acheter le château d’Azay le Rideau, il a fait construire le château de La Garde à Nexon. Thérèse a exercé le métier d’infirmière et était enseignante à l’école d’infirmière à Limoges. Elle décède en 1961, à l’âge de 71 ans. Jeanne de Nexon est née à Saché (Indre et Loire) le 12 juillet 1895. Elle épouse M. de LAUZUN le 29 mars 1921 à Nexon. Elle décède en 1962.

Au premier rang, de gauche à droite, Madame St Ange, Madame de Nexon, Mlle Bragard, Mlle Thérèse de Nexon. Au deuxième rang, de gauche à droite, Mlle Tarrade, Mlle Jeanne de Nexon, Mlle Bonnafy, Mlle Lelong.

Mademoiselle Renée TARRADE (1890-1922) était la fille de Jean baptiste TAARADE, huissier à Nexon. Mlle Jeanne BONNAFY (1890 – 1988) était la fille d’Arsène BONNAFY, juge de paix à Nexon dont l’histoire se trouve sur ce blog. Je n’ai pas trouvé la filiation de Mme Saint Ange, ni celle de Mlle LELONG et de Melle BRAGARD.

D’autres photos que je viens de recevoir permettent de confirmer certaines identités.

Une autre photo est celle de Thérèse RALU (1889 – 1970) qui a épousé Jean DESBORDES (1887 – 1971) le 15 mai 1913. Jean DESBORDES est né à Nexon, coiffeur à Paris il y a rencontré sa future épouse. Mobilisé pendant toute la durée de la guerre de 1914-1918 son épouse a du venir chez ses beaux parents à Nexon. Son mari avait effectué son service militaire comme infirmier (1908-1910) et c’est en cette qualité qu’il a été mobilisé en 1914.

Thérèse RALU née DESBORDES

Retour sur ma conférence…

Le samedi 16 septembre, journée du patrimoine, les visites du château ont été prises d’assaut ! Il a fallu refuser du monde et le dimanche, jour des ostensions alors que la mairie était fermée plus de cent personnes se sont présentées pour effectuer une visite. Les conseillers de permanence ne pouvaient montrer que la salle des mariages ce qui atténua la déception des candidats à la visite.

Il faut dire que la presse avait été élogieuse en consacrant deux longs articles aux 400 ans du château. le premier, le 11 septembre résumait avec de belles photos la visite que j’avais faire avec les journalistes.

Quelques photos qui illustrent l’article dans la version en ligne :

Le lendemain un long article m’était consacré, la journaliste ayant voulu comprendre mon intérêt pour l’histoire de Nexon. Une promenade dans les rues et un verre pris à la librairie, café bar à vin  » o-coquin-de-sort » ont donné de la matière à un article qui me décrit parfaitement.

Déambulation rue saint Ferréol

Il n’est pas étonnant qu’avec une telle promotion près de 200 personnes étaient réunies dans la salle Méliès pour écouter ma conférence.

Deux bonnes heures m’ont été nécessaires pour montrer comment une famille partie de saint Léonard, les GAY, s’établit à Limoges où elle occupe de hautes fonctions dans la magistrature. Trois générations de hautes fonctions conduisent à la noblesse et les achats judicieux de terres nobles à Nexon ont fait que NEXON a été accolé au patronyme originel. Le château dont la construction a débutée en 1623, est devenu la demeure familiale. Les enfants furent d’abord de brillants officiers dont plusieurs ont laissé leur vie au combat avant que le cheval devienne l’activité de la famille.

Le haras de NEXON a fait briller pendant un siècle les couleurs de la casaque grise et de la toque cerise sur tous les grands hippodromes. L’esprit d’entreprise et le gout de l’innovation ont donné naissance à la race des anglo arabes quand en 1840 Astolphe de NEXON ramène d’Angleterre deux juments pur sang. Le haras pris rapidement une grande importance ce qui a nécessité la construction d’écuries, d’un hippodrome et d’aménager des prairies suffisantes pour nourrir tous les chevaux.

Un parc de 38 hectares a été dessiné en 1854 par le comte Choulot. Une chapelle y a été érigée où sont inhumés les membres de la famille.

Les tours du château ont été couvertes d’une toiture pointue et entourés d’une couronne de machicoulis.

La famille de NEXON conserva le château jusqu’en 1983 lorsque Ferréol de NEXON le vendit à la commune.

A l’issue de ma conférence le maire, Fabrice GERVILLE REACHE m’a remis la médaille de la ville de NEXON, ce qui m’honore et me conforte dans mes recherches.

De la création de l’Amicale du 3ème Age à sa nouvelle présidente.

Une première réunion a eu lieu le jeudi 12 Juin 1975 à l’Hôtel de Ville sous la présidence du Maire, René REBIERE, du Premier adjoint André LONGEQUEUE et de M. BONNEAU, conseiller. Une seconde réunion a été fixée le 7 Juillet. Présidée par René REBIERE et André LONGEQUEUE, avec le concours de Mesdemoiselles les Assistantes Sociales de NEXON et du département. C’est une assistance nombreuse qui a approuvé les statuts et élu le premier Bureau :

Présidents d’Honneur : Messieurs René REBIERE et André LONGEQUEUE

Présidente active : Madame Alice VIGNERON

Vice-président : Monsieur Martial LAROUDIE

Secrétaire : Monsieur Roger BOURGOIN

 Secrétaire adjoint : Madame Jeanne QUINOUE

Trésorier : Monsieur Jean PRADIER 

Trésorier adjoint : Madame LACORRE M. L

Membres du Conseil d’administration : Mesdames Marguerite CHIBOIS, Marie FAURE, Léonie FOUILLAUD, Marie ROBERT et Messieurs Jean GUILLAT, Adrien MENIER et Henri PERRIARD.

Les réunions habituelles ont été fixées le premier lundi de chaque mois.

De nombreux nexonnais ont adhéré à l’Amicale et les membres d’honneur et les membres bienfaiteurs généreux ont manifesté leur intérêt aussi bien de Nexon que des communes voisines. Les distractions et les voyages proposés ont eu un large effet mobilisateur.

Dès le dimanche 28 Septembre 1975 à 7 h 30, un groupe de 50 personnes attendaient le car VILLESSOT avec impatience pour un voyage en Corrèze en passant par la Mont Gargan, Uzerche, un déjeuner à Beyssac suivi par des chants et des danses. Ensuite visite de Pompadour et retour par Coussac Bonneval et la visite de son château.

Le 23 novembre 56 convives se sont retrouvés au restaurant CHARREIX en présence du maire, René REBIERE. Un couple anonyme a offert le champagne et tout le monde a chanté et dansé.

Le dimanche 21 Décembre, un voyage au Grand Théâtre de LIMOGES a permis aux amicalistes de voir l’opérette « Méditerranée » de Francis LOPEZ avec un accueil de qualité du au maire de Limoges, M. Louis LONGEQUEUE, frère du président d’Honneur de l’Amicale.

Le succès remporté par cette première sortie a incité les membres a vouloir revenir au Grand Théâtre pour la célèbre opérette « La belle de Cadix ». mais le succès était tel qu’aucune place n’était disponible. Une fois encore l’action du député -Maire de Limoges a fait qu’une matinée supplémentaire fut jouée au profit des clubs du 3ème Age.

Le 23 mai 1976 un premier voyage à l’ile d’Oléron a permis à un grand nombre d’anciens de prendre contact avec l’océan. mais pas question de short ou de maillots de bain, les robes sont la tenue de rigueur pour les dames !

Le 11 juillet 1976, 92 personnes âgées de 15 à 82 ans participer au voyage au Mont Dore. Après un arrêt au barrage de Bort les Orgues et un repas au sommet du Capucin ce fut le départ pour le Sancy.

Quelques photos ou certains pourront peut être reconnaitre des parents ou grands parents…

A gauche, Mme VIGNERON la présidente

On remarque que toutes les bouteilles de vin sont vides!

L’année se termine avec un voyage à Padirac.

Le début de l’année 1977 est marqué par la traditionnelle galette des rois au restaurant CHARREIX.

Avec Maurice QUEYROI tout sourire

L’année 1977 a vu l’ouverture le 10 janvier du Foyer dans l’immeuble de Mme DESSELAS, 8 place de l’église. Mme DESSELAS avait la responsabilité des clés et du chauffage. Les membres pouvaient y aller tous les après midi pour regarder la télévision (il n’y avait pas encore la télé dans tous les foyers !), jouer aux cartes et papoter…

Trois voyages ont agrémenté l’année 1977:

  • Le 5 avril aux Floralies de La Tranche sur Mer
  • Le 4 juin en Dordogne avec Brantome, Bourdeilles et le château de la Mercerie à Magnac Lavalette Villars. Situé en Charente, a quelques kilomètres de la Dordogne ce château est considéré comme le  » Versailles de la Charente » depuis que les deux frères RETHORE qui l’ont acquis en 1924. Ils ont investi leur fortune pour lui adjoindre une façade de plus de 200 mètres de long. Décédés en 1983 et 1986, sans héritiers directs, le château est devenu, après différentes transactions financières, la propriété de la Foncière Volta. Elle le loue depuis 2011 par bail emphytéotique à la commune qui l’entretien et l’anime. Lors de leur visite les membres de l’Amicale ont vu un château habité par ses propriétaires ayant l’espoir de mener à terme leur projet un peu fou ! Le 18 juin 1978 les membres de l’Association Culturelle et Artistique de Nexon ont fait le même voyage et au château ils ont été accueillis par M; Alphonse RETHORE qui leur a communiqué son enthousiasme et sa foi dans les belles choses au cours de la visite.

L’Assemblée générale annuelle s’est tenue à la Salle des fêtes le 12 décembre 1977 sous la présidence de Mme VIGNERON. Le rapport moral de la présidente a été approuvé à l’unanimité ainsi que le rapport du trésorier. Mais au moment du renouvellement du conseil d’administration, le conseil sortant a démissionné. Madame VIGNERDN a, elle aussi remis sa démission. Après une suspension séance, l’assemblée a élu un nouveau conseil qui a procédé à l’élection de son bureau :

Président actif ; Monsieur FOURNAND Robert

Vice-Président : monsieur DUROUX Henri

Secrétaire : Monsieur DUPUYDENUS Rene

Secrétaire adjoint : Madame QUINQUE Louise

Trésorier : Monsieur LAUTRETTE Jean

Trésorier adjoint : Monsieur PRADIER Jean

Déléguée aux cotisations ; Madame FOUILLAUD

Conseillers : Messieurs GUILLAT, FAYE, CHARREIX et Mesdames LACORRE, ROBERT, FAURE

Monsieur FOURNAND demande à l’assemblée de nommer Madame VIGNERON, présidente d’honneur aux cotés de de Messieurs LONGEQUEUE et REBIERE.

J’ignore les motifs de cette démission; le nouveau bureau a géré l’Amicale jusqu’au 6 février 1979, date à laquelle le président a donné sa démission. Personne n’a souhaité le remplacer. Il n’y avait personne non plus lors de l’assemblée générale du 11 janvier 1980. Le conseil d’administration a fait fonctionner l’Amicale.

En 1984 M. Marcel DELIAT a été élu à la présidence de l’Amicale. Il l’a présidée pendant près de 40 ans et lors de l’assemblée générale du 11 janvier il n’a pas souhaité continuer un nouveau mandat. L’assemblée a élu Chantal PUYMIRAT dont la première décision a été de proposer que M. DELIAT soit élu Président d’honneur.

La nouvelle et l’ancien président

C’est avec plaisir que je publierai tous les documents que vous voudrez bien me communiquer.

La prison du camp de Nexon a servi de logement a plusieurs familles jusqu’en 1960.

A la fin de ma conférence sur les 400 ans du château de Nexon une dame est venue m’apporter une photo et m’a expliqué que c’était la prison du camp de Nexon dans laquelle elle a vécu du début de l’année 1951 à juin 1956 avec ses parents et sa sœur. Etant née en 1950 elle n’a que des souvenirs d’enfants mais avec sa sœur plus âgées de 3 ans elles ont réalisé un plan pour montrer comment elles vivaient.

Par décision du Ministre de l’Intérieur du 21 juin 1945 les camps d’internement ont été supprimés et les 98 internés qui y séjournaient encore ont été transférés au camp de Poitiers. Parmi eux il y avait 82 hommes et 16 femmes, 58 étaient condamnés pour du « marché noir », 39 pour des motifs politiques et 1 pour des faits de droit commun.

Bien que vide d’internés à partir du 18 aout le camp était encore occupé, ce qui donna lieu à une polémique ! En effet le directeur occupait toujours sont logement et il disposait de 2 chauffeurs. Du personnel s’occupait de l’entretien et du gardiennage ce qui faisait un total de 25 personnes. Pendant plus de 10 mois ces personnes s’occupaient d’un camp sans aucun interné. La presse s’est émue de cette situation, a interpellé le Ministre des Armées, Edmond MICHELET mais le camp ne relevait pas de sa compétence. Le Ministre de l’Intérieur fit la même réponse et finalement les journalistes apprirent que le camp relevait du Ministre de la Justice …

Le camp libéré de tout personnel, le Ministère n’a plus versé de loyer au propriétaire du terrain, Madame Jeanne de LAUSUN, sœur de Georges de Nexon. Des baraquements ont été vendus et une famille fut autorisée à loger dans la prison en contrepartie de l’entretien du terrain du camp.

Une première famille y a vécu de 1947 à 1951.Ces premiers occupants avaient fait percer une fenêtre dans le couloir et selon les dire du maçon ce fut avec beaucoup de difficulté car « les murs étaient très ferraillés ». Une seconde famille, les parents de Mme B.G., y sont arrivés au début de l’année 1951. Son père qui avait été prisonnier et venait d’être embauché à la SNCF, n’avait pas de moyen de locomotion et de ce fait la proximité de la gare le satisfaisait. Il s’y est installé avec son épouse et ses deux jeunes filles âgées de 4 et 1 ans. Ces premiers occupants avaient fait percer une fenêtre dans le couloir et selon les dire du maçon ce fut avec beaucoup de difficulté car « les murs étaient très ferraillés ».

« Sur la photo, à gauche, on distingue le château d’eau. Derrière, le long de la clôture avec des barbelés en hauteur, nous nous souvenons du mirador en mauvais état qui devait permettre de voir loin et notamment la gare et ses environs.

En dessous du château d’eau, une cave qui nous paraissait très grande avait été creusée sous terre. Elle pouvait contenir un important stock de nourriture. Elle était très fraîche même en été. On y accédait par un escalier. Proche de cette cave et en descendant vers la prison, un lavoir creusé à même le sol ne manquait jamais d’eau. »

Le plan du logement réalisé par Mme B.G. et sa sœur :

Un plan du camp avec la prison colorisée permet de visualiser ce qui est décrit.

« À l’époque, ne subsistaient que les baraquements de gauche délabrés, et encore pas tous. Nous n’y pénétrions que rarement, souvent à l’insu de nos parents. Ceux-ci ne voulaient pas que nous y allions, non seulement à cause de leur vétusté mais sûrement à cause des images que ces bâtiments pouvaient leur renvoyer. »

Quelques mois avant une autre personne m’a écrit pour me signaler que ses grands-parents y avaient habité pendant quelques années à partir de mai 57. Elle m’a entouré les baraques qui existaient encore quand ils y vivaient.

En 1959 Mme de LAUSUN, sœur de Georges de NEXON a obtenu l’autorisation de réaliser un lotissement sur sur le terrain ou avait été construit le camp. Ce qui restait des constructions a été démoli à l’exception du château d’eau et d’un garage qui était à l’extérieur du camp.

Le château d’eau en 2015 et en 2022.

le garage :

L’évolution d’une boutique 1900-2023

La boutique qui fait l’angle de la place Fratellini et de la Place de République était la carte postale animée la plus connue de Nexon.

Le chocolat VINAY est fabriqué industriellement à Ivry sur Seine depuis 1897.

En 1912 la façade n’a pas fondamentalement changé.

En 1923 le Chocolat Dangély remplace Vinay. L’usine créée en 1919 est située à Saint Jean d’Angely.

Des caisses de chocolat MENIER sont empilés sur l’escalier. MENIER a commencé à fabriquer des tablettes de chocolat en 1856. Après 1945 la marque décline et n’est pratiquement plus utilisée par Nestlé qui a racheté l’entreprise.

A la fin des années 1930 Mme Pradeau fait construire un immeuble à la place de l’écurie -remise de l’hôtel de la Poste. L’enseigne « Produits Agricoles J. PRADEAU » remplace « Hôtel de la poste ». Les Graines et produits agricoles ont remplacé le chocolat.

vers 1950, l’épicerie est devenue épicerie BOUNY. La pompe à essence est devant la Grainerie.

Le chocolat Poulain est maintenant un des leader du marché ainsi que BANANIA. Les biscuits LU vont devenir le gouter des écoliers. On remarque le bureau de Tabac en montant vers la poste

Puis l’épicerie ferme et le docteur Yves FARRANDO y implante son cabinet vétérinaire après avoir transformé le rez de chaussée en clinique vétérinaire.

Ostensions de 1995
Ostensions de 2002

le Dr BESSERON va faire repeindre les boiseries en vert.

Après la fermeture de la clinique vétérinaire, en novembre 2016 s’installe une crémerie « la Crémerie de jadis ».

2017

La crèmerie devient aussi une charcuterie à la coupe

2022
2023 octobre