Archives de catégorie : XX siècle

LOGO2Les gendarmes à Nexon : les gendarmeries (IV)

Lorsqu’en 1810, le Juge de Paix qui ne savait pas où loger ses délinquants sollicite le maire Nexon il n’y a pas encore de gendarmerie dans la commune. Il propose de transformer la petite chapelle qui se trouvait dans le vieux cimetières, en haut de l’ancien champ de foire, aujourd’hui place de la République.  C’était un petit bâtiment d’à peine 50m2.

Lorsque la brigade de gendarmerie a été créée, il a fallu loger les gendarmes. On a donc cherché une maison assez grande pour loger au moins cinq familles. Ce type de maison n’était pas rare et il y avait des propriétaires qui étaient disposés à les louer. Notons que dans certains cantons les gendarmes étaient logés dans une caserne appartenant au département. C’était le cas, dès les années 1840, à Limoges, Saint Léonard, Rochechouart…

A la création de la brigade de Nexon les gendarmes ont été logés dans la maison d’un propriétaire privé dont le département payait le loyer. C’était le cas de la majorité des brigades en Haute-Vienne où, jusqu’en 1850, seules les casernes de Limoges, Rochechouart et Saint Léonard appartenaient au département.

1 – La caserne dans l’immeuble BONNET (1854-1881)

On ne connait ni le propriétaire ni le loyer qui était payé au premier propriétaire. On trouve d’un loyer à M. BONNET lorsque le Conseil Général a négocié le renouvellement du bail qui arrivait à échéance le 1er janvier 1873. Le propriétaire souhaitait une augmentation du loyer tandis que le Conseil Général n’était pas favorable. Mais faute de trouver un local satisfaisant aux exigences de la gendarmerie M. BONNET a obtenu satisfaction et le bail fut renouvelé.

En 1881 M. BONNET ne souhaite pas prolonger le bail de son bâtiment avec la gendarmerie. Le Conseil général en prend acte et cherche un autre immeuble.

Ou se trouvait la gendarmerie jusqu’en 1881 ? Lors des recensements de 1836 et de 1841 les immeubles du bourg ne sont pas classés par rue. Les familles des gendarmes apparaissent immédiatement après les habitants du château et de ses dépendances. On peut donc penser que la gendarmerie se situait sur la place de l’église. Quant à M. BONNET, le propriétaire de la gendarmerie, il s’agit sans aucun doute de la famille de Mathurin BONNET (1761-1840), aubergiste rue du Nord dont le fils, Jean Baptiste BONNET (1819 – 1896) est déclaré propriétaire en 1841 alors qu’il n’a que 21 ans. Il entamera des études de notariat puis deviendra commerçant à Limoges et sera nommé maire de Nexon par décret le 15 fevrier 1878.

2-La caserne dans l’immeuble FRUGIER (1881-1910)-BONNAFY Pierre Arsène (1852 – 1937)

M. BONNET ne voulant plus louer à la gendarmerie, le département fait affaire avec M. FRUGIER.

Conseil Général – Première session ordinaire 1881

Maintenant le recensement classe les maisons par rue et la gendarmerie est clairement située route de la gare, notons que cette dénomination correspond à une partie de la rue Gambetta actuelle. Les cartes postales du début des années 1900 permettent de situer la gendarmerie dans la maison qui abrite aujourd’hui le restaurant MASSY.

Propriété des FRUGIER, l’immeuble tombera dans le patrimoine des BONNAFY après le mariage en 1885 de Jeanne FRUGIER (1864-1941) avec Pierre Arsène BONNAFY (1852-1937), d’abord Greffier de le justice de paix du canton de Nexon puis Juge de paix.

En 1898 au moment d’une nouvelle négociation du bail, le maire de NEXON, M. THOMAS, demande au Conseil Général un délais afin de chercher un autre immeuble, plus proche du centre du bourg car il trouve la caserne, situé à 800 mètres du centre, trop éloignée.

Conseil Général 1898

Les recherches ayant été vaines, dans sa session d’aout 1898, le Conseil Général renouvelle le bail avec M. BONNAFY jusqu’en 1911.

Conseil Général 1898

En 1910, lors de la négociation pour le renouvellement du bail, M. BONNAFY demande une augmentation que le Conseil Général trouve trop élevée. Les recherches pour trouver un immeuble moins cher sont tout aussi vaines qu’en 1898. L’hypothèse de la construction d’une gendarmerie est envisagée mais le terrain pressenti appartenant au baron de Nexon est jugé trop cher. Finalement les Conseillers trouvent le loyer plus avantageux qu’une construction neuve et le bail est renouvelé avec M. BONNAFY.

Conseil Général 1910

Sur trois cartes postales de Nexon on voit la gendarmerie située rue de la gare. Sur les deux premières elle est en gros plan sans que l’on puisse déterminer la date du cliché. Sut la troisième carte on voit la gendarmerie sur le côté de la rue.

Collection F.G.R.

La croix au dessus du chef de brigade pouvait laisser penser que son nom figurait au verso, mais le verso ne comporte aucune correspondance.

C’est la même chose sur une autre carte postale.

Une troisième carte ne montre pas la gendarmerie de face, on l’aperçoit en montant à droite, cerclée en jaune. Au delà de la gendarmerie on peut admirer la tenue des dames pour la promenade du dimanche. Les piétons ne sont pas gênés par la circulation, les seuls véhicules sont les carrioles comme celle qui descend vers la gare sur la gauche de la carte postale.

En 1923 le bail arrive à échéance. Du fait de la guerre de 1914 – 1918 les prix ont augmenté et M. BONNAFY demande une hausse du loyer. De 1 400 francs par ans il passera à 3 000 francs; Le Conseil Général n’a pas de marge de manœuvre non seulement parce que de telle augmentations ont été acceptées pour d’autres brigades et surtout, à Nexon, il n’y a pas de solution de rechange. On notera que le nouveau bail est négocié pour trois ans et plus sur 12 ans. Il semble en effet difficile de s’engager pour une longue durée quand on n’a pas d’idée de la hausse des prix possibles et il semble qu’il n’y a pas de clause d’indexation de prévue.

Conseil Général 1923

Lors des réunions du Conseil Général de 1925 la négociation du nouveau bail est abordée. Une hausse du loyer de 1 000 francs est acceptées et le bail est signé pour 9 ans. De plus le propriétaire a accepté de faire pour 3 000 francs de travaux et les logements satisfont les gendarmes.

Conseil général 1925

Au début de l’année 1931 un texte législatif, la loi du 31 mars 1931, prévoit que les loyers versés pour les casernes par les départements sont remboursées par l’Etat. cela ne change rien pour les gendarmes et pour les propriétaires mais réduit les charges des départements.

Conseil général 1934

M. Bonnafy consent à renouveler le bail et propose un loyer de 7 000 francs que le Ministre des Armées accepte et de ce fait le département accepte la proposition.

Conseil Général 1934

En 1944 le bail a été renouvelé avec la famille BONNAFY mais deux inconvénients vont faire que la mairie de Nexon va chercher un autre immeuble. Le premier argument qui avait déjà été évoqué en 1898 par le maire, M. THOMAS, est celui de l’éloignement du centre du bourg. le second est le manque de confort et l’exiguïté des appartements qui ne correspondent plus aux besoins d’une famille avec des enfants.

3- La gendarmerie rue Champlain (1954-1971)

La mairie de Nexon se met donc en quête de trouver un nouvel emplacement pour la gendarmerie. Un grand bâtiment existe, à coté des écoles, au croisement de la rue Champlain et de la rue Lavoisier. Ces bâtiments appartiennent à la famille PAPEL qui possède également les terrains qui sont autours et sur lesquels sera construite la salle des fêtes.

L’emprise de la gendarmerie est encerclée en jaune sur le plan cadastral suivant. Un grand bâtiment longe la route et entoure une cour dans laquelle est construit un petit immeuble. L’immeuble est mitoyen de l’école dont il est séparé par le mur de l’école maternelle.

Le conseil municipal se met d’accord avec le famille Papel et achète les bâtiments pour 6, 3 millions de francs ( ce qui équivaut, en pouvoir d’achat, à 145 000 euros en 2020) et engage des travaux pour 5 millions de fracs. Pour financier cette dépense la commune emprunte 11, 3 millions de francs à 6% sur vingt ans à la Caisse des Dépôts et des Consignations.

Quand on passe devant ces bâtiments aujourd’hui on a du mal à imaginer que c’était la gendarmerie.

On voit de suite que le bâtiment est beaucoup plus spacieux que celui de l’avenue de la gare. En s’approchant du porche, sur l’arc, on devine sous la couche de peinture blanche, de « République Française « .

je n’ai pas de photos de l’intérieur de la gendarmerie si ce n’est la porte de la prison qu’avait photographié Jean ATZEMIS:

La porte de la prison -Photo J. ATZEMIS

Les gendarmes seraient peut-être restés plus longtemps rue Champlain mais le nombre des élèves augmentant il fallait agrandir l’école. Dès le milieu des années 1960 la question d’une nouvelle gendarmerie c’est posée. Il était évident qu’il fallait une construction neuve.

Le Conseil Municipal du 11 septembre 1968, afin de permettre l’extension du groupe scolaire dans la gendarmerie et le jardin décide d’acquérir un terrain pour construire une nouvelle gendarmerie et un centre de secours incendie. Le pré jouxtant le terrain acheté par la commune pour agrandir le cimetière est acquis aux consorts PRADIER ainsi que 32m2 à M. Sazerat des Rochilles pour redresser la limite du cimetière.

La construction de la nouvelle gendarmerie et du centre de secours va se faire pendant l’année 1971 et le samedi 17 juin 1972 à 11 heures régnait une animation inhabituelle Rue Gambetta. Monsieur Olivier PHILIP, Préfet de Région, avait accepté de venir inaugurer les nouveau immeubles récemment mis en service. De nombreuses personnalités étaient présentes : M. LAUCOURNET, Sénateur, Le Dr. BOUTARD, Député de la circonscription, M. RABAUD, Conseiller General, les Maires du Canton, le Colonel VIRY, Commandant le Groupement de Gendarmerie de la Haute-Vienne, le Commandent PELAPRAT, le Colonel CONSTANT, ancien Inspecteur Départemental des Services d’Incendie, M. JALOUX, Architecte et ses proches collaborateurs, tous les Ingénieures, Techniciens et Entrepreneurs ayant travaillé à la construction des immeubles et de leurs abords, les Présidents des Sociétés Locales, les représentants du Crédit Agricole, de l’Administration des Impôts, des P.T.T. etc… les Conseillers Municipaux, le Maire, René REBIERE et le Corps des Sapeurs-Pompiers de NEXON.

Après avoir coupé le ruban tricolore tendu à l’entrée des locaux de service de la nouvelle Gendarmerie, Monsieur Le Préfet accompagné de quelques personnalités visitait le rez de chaussée très fonctionnel, un appartement, les cours de service et enfin le garage du Service Incendie.  Un Vin d’Honneur regroupait tous les invités à la Mairie.

Le Maire remerciait les personnes présentes, rappelait les motifs de la création de cet ensemble, le montant des travaux soit 675 000 Frs ( soit 713 000 € en 2020) pour la Gendarmerie et 210 000 Frs (220 000 € en 2020) pour les garages, ces derniers étant subventionnes à concurrence de 34 000 Frs, rappeler les services rendus par les Gendarmes et les Sapeurs-Pompiers….

Le Colonel VIRY devait dire à son tour sa satisfaction de compter a NEXON une caserne neuve fonctionnelle et dotée de logements confortables et le Colonel CONSTANT pour sa part se félicitait de voir le Corps de Sapeurs-Pompiers doté de garages importants et bien situes. Enfin, M. Le Préfet a dit tout le bien qu’il pensait de ces réalisations et a rappelé les projets d’investissements en cours d’étude sans pouvoir annoncer le financement des travaux des écoles qui étaient pourtant à l’origine de la nouvelle gendarmerie. (Source Bulletin Municipal n° 74 Juin-Juillet 1972).

Dès 2006, à peine 35 ans après l’inauguration de la caserne la construction d’une nouvelle est envisagée. mais dans un communique publié dans le Bulletin Municipal n°219 du 4e trimestre 2007, Mme JAMAIN, maire, annonçait la renonciation à ce projet car le cout aurait été trop élevé pour la commune.

Mais le projet d’une nouvelle gendarmerie n’est pas enterré. En effet construite sur des plans qui ont plus de 40 ans la gendarmerie ne correspond plus aux besoins des gendarmes. Les exigences de confort sont celles de tous leurs concitoyen aussi bien en therme de confort, thermique et acoustique, d’environnement, d’économie d’énergie…

Des échanges ont eu lieu avec le commandement de la gendarmerie de la Haute-Vienne et le projet pourrait voir le jour dans les années 2022-2023…

LOGO2La photo de l’US Nexon (rugby) dans « Match : l’intran » du 6 décembre 1932

Match l’intran (pour « l’intransigeant ») a été créé en 1926 par Léon BAILBY. C’est un hebdomadaire sportif qualifié de « plus grand hebdomadaire sportif ». Il est repris en 1938 par Jean Prouvost qui en fait un magazine d’actualités . Renommé Match, l’hebdomadaire de l’actualité mondiale, il devient à partir de 1940 Le Match de la Guerre puis en 1949 Paris Match.

Le numéro du 6 décembre 1932 publie sur une pleine page les photos de 15 clubs qui jouent le dimanche à travers la France. Parmi eux figure l’US Nexon rugby.

J’ai déjà publié cette photo le 27 décembre 2015 dans l’article consacré à l’histoire du rugby à Nexon de 1920 à 1940. C’était un fragment découpé dans la revue. Aujourd’hui j’ai le numéro :

je cherche toujours des photos, des documents ( licences, convocations…) et surtout les noms des joueurs sur les différentes photos publiées. Merci à celles et ceux qui fouilleront dans les vieux papiers qu’il doit encore y avoir dans des familles à Nexon.

LOGO2Les gendarmes à Nexon : 1945 – 2020 (III)

A la fin de l’année 1944, 11 gendarmes sont présents à Nexon :

-Joseph GRANET, Maréchal des logis chef arrivé le 5 mai 1944 en remplacement du chef MAGNOL. Il fera 8 mois à Nexon qu’il quittera en janvier 1945.

-Dans l’ordre de leur arrivée à Nexon, Louis BERTHOUX,1er juin 1941; André CELERIER, 15 avril 1941; Emile FAYE, 1er juin 1941; Joseph OLMEN, 27 décembre 1940; Paul GAUDY, 9 octobre 1942; Jean GAUTHIER, 1er avril 1942; Roger MANDET, 8 mars 1943; Gaston PRILLEUX, 12 novembre 1943; Fernand DEMICHEL, 19 janvier 1944; René DUCOURTIEUX, 11 mai 1944;

Au cours de l’année 1944 les mouvements ne sont pas nombreux dans la gendarmerie à Nexon. Ils vont s’accélérer en 1945 avec huit départs.

I- La gendarmerie à Nexon de 1945 à 1958

Au plan national l’année 1945 va voir la publication de nombreux textes qui ramènent progressivement la gendarmerie à son organisation de 1939 et qui intègrent les évolutions internationales : création d’un corps de gendarmerie d’occupation déployé en Allemagne, des conséquences. La brigade de Nexon n’est pas impactée par ces évolutions.

Dès le 9 janvier 1945, le chef GRANET quitte Nexon. Puis ce seront les gendarmes OLMEN le 2 mars, PRILLEUX le 30 avril, FAYE le 9 mai, BERTHOUX et MANDET le 9 aout, GAUTHIER le 11 aout et DEMICHEL qui, partant le 31 octobre, aura passé un peu plus d’un an à Nexon. Ces huit départs vont, en partie, être compensés par cinq arrivées : le maréchal des logis chef Gustave DEVERNAY arrive le 9 février 1945 puis les gendarmes Pierre VILLARD le 1er juin, Lucien DUPLANT le 11 juillet, Henri RICARD le 17 septembre et Georges PECOUX le 13 septembre. De onze gendarmes au début de l’année 1945, la brigade de Nexon n’en compte plus, à la fin, que huit.

L’existence du camp d’internement à Nexon explique, en partie, la présence de gendarmes en nombre supérieur à celui d’une commune de même taille. Il y avait à la fois une brigade motorisée et une brigade territoriale; Ainsi les gendarmes CELERIER et GAUDY sont passés de la brigade motorisée de Nexon à la brigade territoriale.

Les évolutions constitutionnelles de l’année 1946 ne vont pas non plus impacter la brigade, sauf à lui donner beaucoup de travail du fait des nombreuses consultations politiques qui se succèdent depuis le référendum du 21 octobre 1945, par lequel, en votant « oui » à 96 %, les français et les françaises, celles-ci votaient pour la première fois, ont mis fin à la Troisième République et mis en place l’Assemblée Constituante élue le même jour. Il y eu le référendum du 5 mai 1946 qui a rejeté le projet de Constitution, les élections constituantes le 2 juin, un nouveau référendum le 13 octobre qui approuve le projet de Constitution dont le texte sera promulgué le 27 octobre 1946 devenant la Constitution de la Quatrième République et les élections législatives du 10 novembre.

En 1946 , la brigade a connu moins de mouvements que l’année précédente. Il n’y a pas eu d’arrivée mais 3 gendarmes sont partis ce qui a ramené les effectifs à six.

Lucien DUPLANT, en quittant Nexon, a effectué la suite de sa carrière dans l’Indre, son département de naissance, avec une interruption de 2 ans, de février 1947 à mars 1947, à la 3ème Légion de Garde Républicaine Mobile (GRM) en Indochine. Pour sa retraite il est venu habiter à Nexon ou il est décédé en mars 2012, dans sa 92ème année .

Pendant l’année 1947 il n’y a pas de mouvement à la brigade. Elle compte toujours six gendarmes.

En 1948, Paul GAUDY quitte la brigade ainsi que René DUCOURTIEUX, ce dernier y reviendra en 1952. Deux arrivées compensent ces deux départs, celle du Maréchal des logis chef, Louis DEBERNARD et celle du gendarme Georges DOUSSAUD.

Du fait de ces mouvements, à la fin de l’année 1948, la brigade compte toujours six gendarmes.

Il n’y a pas de mouvement en 1949 ni en 1950 et 1951. Pendant ces trois années la brigade de Nexon était ainsi composée:

En 1952 le chef PIERRE quitte Nexon et le gendarme DUCOURTIEUX y revient. Il y restera jusqu’à sa retraite en 1970.

En 1953 le chef DEBERNARD part à la retraite, et la commune de Nexon lui rend un bel hommage dans la presse. Il est remplacé par le chef RICHEMOND.

Le Populaire-29 janvier 1953

De 1953 à 1958 il n’y a pas mouvement à la brigade.

Au cours de l’année 1958 les gendarmes RICARD et VILLARD ont quitté Nexon. Est arrivé le gendarme François BOURBOULOU et sans doute Gabriel VIDEAUT mais je n’ai trouvé la date de son arrivée ni celle de son départ.

II- La gendarmerie à Nexon de 1958 à 1980

En 1959 François BOURBOULOU quitte Nexon où il sera resté moins d’un an et aussi André CELERIER. Ce gendarme était présent à Nexon depuis 1941 où il a donc passé 18 ans et un mois. Il connaissait tout le monde et tout le monde le connaissait. Il n’est pas le seul à être resté aussi longtemps dans la brigade comme nous le verrons plus loin mais une telle durée n’est plus possible aujourd’hui. Les missions des gendarmes ont changé, ils n’ont plus en charge la connaissance de la population et de toute façon ils ne pourraient pas le faire tant leurs zone d’exercice c’est étendue.

Le gendarme André CELERIER à Nexon de mars 1941 à mai 1959.

Pendant les années cinquante et soixante il y eu pratiquement toujours trois gendarmes présent depuis au moins six ou sept ans dans la brigade. Ceci explique le faible nombre de mouvements au cours de cette période. Une seule arrivée a eu lieu en 1959, celle du gendarme Maurice FERRET qui remplace BOURBOULOU. Pendant près de cinq ans il n’y aura pas de mouvement et la brigade ne changera pas.

Le 7 janvier 1964 le commandant de brigade, Jean Lucien RICHEMOND part à la retraite qu’il passera dans sa Corrèze natale. Il est remplacé par le chef André RIVET qui arrivant à Nexon le 1er février y restera 5 ans avant de partir à Chalus et de terminer sa carrière en 1978 à Limoges avec le grade de Major. Il revient alors à Nexon avec son épouse Renée pour y passer sa retraite. Il est décédé le 20 mars 2016 à 92 ans.

Le major André RIVET

En 1965 et en 1966 il n’y a aucun mouvement à la brigade que commande le maréchal des logis chef RIVET.

En 1967, le 9 juillet, c’est le départ du gendarme DOUSSEAUD qui a passé 18 ans et 7 mois à Nexon. C’est le plus long séjour en continu d’un gendarme à Nexon. Il est remplacé par René PICHON qui arrive à NEXON le 15 octobre 1967.

En 1968 il n’y a aucun mouvement de personnel par contre en 1969 le commandant de brigade change : le chef RIVET part commander la brigade de Chalus et l’adjudant Charles MEIRAUD le remplace. Arrivent également deux gendarmes, Claude PEYRELADE et Désiré MEYNIEUX. La brigade est ainsi composée:

En 1970 on note deux départs et deux arrivées. Le premier départ est celui de René DUCOURIEUX. En deux séjours il aura passé 21 ans et 4 mois à Nexon et il y restera pour passer sa retraite. Décédé le 7 mars 1985 à 70 ans, il n’a pas vu mourir son Jean Pierre, emporté par la maladie à 58 ans le 12 aout 2004. Nous nous connaissions bien, il avait un an de plus que moi et nous étions collègues à l’Université de Limoges ou il enseignait la Mécanique. C’était un garçon brillant, calme, discret et serviable.

Le second départ a été celui de René PICHON qui aura passé presque trois ans à Nexon.

La première arrivée est celle de Roland PINTAUD le 16 mars suivi le 16 septembre de celle de Raymond FAYE.

Pendant les deux années 1971 et 1972 il n’y a aucun mouvement de personnel. En juillet 1973 arrive le gendarme André FARGEAS qui restera un an tandis que part Maurice FERRET. Le 1er novembre 1974 Dominique LENOIR est nommé à Nexon et le 16 juillet 1975 Claude PEYRELADE part pour la brigade de Grand Bourg en Creuse puis celle de Pierre Buffière qu’il commandera avec le grade d’adjudant. Il reviendra à Nexon pour y passer sa retraite. Le 1er septembre 1975 Raymond DESBORDES est nommé à Nexon.

Dominique LENOIR

Dominique LENOIR se souvient d’un fait récurrent des années 70 et plutôt gênant pour la tranquillité des familles : « Pratiquement tous les samedis soirs, se tenait un bal à NEXON (parquet-salon ou salle des fêtes). Et lors de ces soirées « parfois trop arrosées », le commandant de brigade planifiait systématiquement une patrouille pour veiller au grain. Notre intervention était alors régulièrement sollicitée pour des accidents plus ou moins graves, parfois mortels, survenant à la fin de ces bals et souvent à plusieurs reprises. Les accidents étaient malheureusement beaucoup plus nombreux qu’aujourd’hui. La caserne des pompiers étant contiguë à la brigade, c’était le planton de la brigade qui recevait les appels à destination des soldats du feu et qui déclenchait la sirène installée… sur le toit de la gendarmerie pour les alerter puis leur remettre la fiche d’intervention et les clés de leurs locaux. Par conséquent, le sommeil était plutôt chaotique pour les familles des gendarmes… »

Après ces départs et arrivées, pendant près de cinq ans la brigade ne va connaitre aucun mouvement.

Désiré MEYNIEUX au bureau et Roland PINTAUD au téléphone. Photo Dominique LENOIR

III- La gendarmerie à Nexon de 1980 à 2020

Le 15 septembre 1980 l’adjudant Pierre COEUR arrive à Nexon et le 31 décembre c’est Dominique LENOIR qui s’en va.

Le 17 avril 1981, jour de ses 55 ans, Charles MEIRAUD, commandant la brigade, titulaire de la Médaille Militaire, prend sa retraite. Il reste à Nexon où il va s’investir dans l’Association des Anciens Combattants dont il deviendra président. Il décède le 10 octobre 2014.

Pour compenser les départs il faut des arrivées et le 12 fevrier 1981, Roland PEDELACQ est nommé à Nexon.

Le 31 aout 1984 Raymond FAYE fait valoir ses droits à la retraite après 14 ans et 1 mois de présence à la brigade de Nexon. Il choisit d’y passer sa retraite, pas loin de sa commune de naissance, Saint Hilaire les Places, et très près de sa fille Martine qui a connu Nexon avant d’y travailler, ayant vécu avec ses parents dans la caserne qui était alors rue Champlain. C’est avec l’aide de Martine que tout le monde a reconnu, oui Martine qui accueille tous ceux qui viennent à la mairie avec une grande gentillesse , qui connait tout le monde et qui m’aide beaucoup pour la réalisation de ce blog, en particulier pour ce chapitre. Son papa m’a aidé à comprendre l’évolution de la gendarmerie, à préciser les dates d’arrivées et de départ de certains. Parmi ses occupations de retraité il y a l’association des anciens combattants qu’il préside. Merci aussi à Dominique LENOIR qui m’a raconté quelques souvenirs de son passage à Nexon et qui a réalisé un beau parcours en terminant commandant de la brigade de Nantiat.

De 1981 à 1984 la brigade va rester avec la même composition :

Le 1er mars 1985 Pierre COEUR quitte Nexon pour Aixe sur Vienne. Au cours de son séjour de moins de cinq ans il a été promu Adjudant puis Adjudant chef. Il a été remplacé par l’adjudant René MAYERAS.

Bulletin Municipal d’Information n° 129, juin 1985

Le 1er janvier 1985, Alain COMBEAU est arrivé à la brigade. Dans la brigade il y un sixième gendarme, Jean Marie POLO dont je ne connais pas les dates d’arrivée et de sortie.

La brigade est ainsi composée:

En 1986 Désiré MEYNIEUX quitte la brigade pour prendre sa retraite après presque 17 ans passés à Nexon. Il a été remplacé par le gendarme André CRUGNAUD qui passera lui aussi près de 18 ans à Nexon. Pendant son séjour il a cherché à reconstituer la liste de ses anciens. C’est grâce à son travail que je peux écrire cette histoire des gendarmes à Nexon.

En 1987 arrive Jean Marc ROUDIER tandis que Jean Marie POLO quitte Nexon.

En 1988, après un peu plus de 13 ans passés à Nexon, Raymond DESBORDES quitte la brigade. Il est remplacé par le gendarme Gérard GIRODIAS.

En 1989 l’adjudant MAYERAS fait valoir ses droits à la retraite et l’adjudant CHEVALLIER prend le commandement de la brigade.

L’année 1989 a été marquée par le départ de l’Adjudant MAYERAS, admis à faire valoir ses droits à la retraite à compter du 10 octobre. Dès le 1er octobre il est remplacé dans ses fonctions de Commandant de Brigade par l’Adjudant CHEVALLIER. Le 29 décembre, c’est le Gendarme Roland PINTEAUX qui après un tout petit peu moins de 20 ans de présence à Nexon, accéda également à la retraite. Il sera remplacé dès le 16 janvier 1990 par le Gendarme Pascal PRUVOT .

Il n’y a pas de mouvement en 1991 et en 1992 le gendarme PRUVOST quitte la brigade et arrive le maréchal des logis chef JACQUET.

Le 1er avril 1993 le maréchal des logis chef Marc CLAISSE est nommé commandant de la brigade de Nexon en remplacement de l’Adjudant chef CHEVALLIER qui a fait valoir ses droits à la retraite. Il est décoré de la Médaille militaire par décret du 21 avril 1993. En 1994 on note le départ du gendarme CRUGNAUD et l’arrivée du maréchal des logis chef Maurice ROUX-DURRAFFOUR. La médaille militaire lui a été décernée lors de la promotion du 31 décembre 2010 alors qu’il avait atteint le grade de Major.

Il n’y aura pas de mouvement pendant les années 1995, 1996 et 1997.

En 1998 le Maréchal des logis chef ROUX-DURRAFFOUR quitte Nexon et arrivent les gendarmes FERRER et LAURENT, ce dernier étant gendarme adjoint volontaire (GAV).

En 1999 il n’y a pas de mouvement et en 2000, au début de l’année le gendarme COMBEAU quitte la brigade et il est remplacé par Roland PEDELAC qui revient à Nexon avec son séjour au début des années 1980. A la fin de l’année l’adjudant chef CLAISSE quitte Nexon pour Limoges. Il sera remplacé au début de l’année 2001 par l’adjudant WOZNY.

En 2001, 2002 et 2003 il y a peu de mouvement sinon la fin du contrat du GAV LAURENT et la structure de la brigade est la suivante :

Au début de l’année 2004 les gendarmes CRUGNAUD et PEDELAC quittent Nexon. Ils sont remplacé par les gendarmes Rodolphe DUMAS et Christophe LINGLIN.

En 2006 arrivent le maréchal des logis chef Mathieu LE BAUZEC qui prendra le commandement de la brigade en 2011 et le gendarme Régis LAINE tandis que Jean Marc ROUDIER quitte Nexon.

En 2007 le maréchal des logis chef RIPOLL est nommé à Nexon où il restera jusqu’en 2012. Cette année là, la brigade comptera pour la première fois une femme, Anne Lise LUCAS, gendarme auxiliaire volontaire.

En 2008 arrive le gendarme Benoit BOUCHOT qui restera à la brigade jusqu’en 2012.

En 2009 le gendarme JACQUET quitte Nexon.

Le 1er février 2011 l’Adjudant-chef Alain WOZNY quitte Nexon pour Uzerche. Le 1 septembre 2011 il est promu au grade de Major.

Le 1 mars 2011, le Maréchal des logis chef Matthieu LE BAUZEC prend le commandement de la brigade. Il est promu adjudant le 1 septembre 2011. Cette même année, la brigade accueille sa deuxième gendarme, Nadège LACHAUD. Depuis le décret du 10 février 1983 qui autorisait l’entrée des femmes dans la gendarmerie en limitant leur nombre à 5% du corps, la féminisation s’est faite lentement. A partir de 1985 ce pourcentage a augmenté d’un demi point par an. En 1993 a lieu la nomination de la première femme commandante de brigade à Saint-Mamet-la-Salvetat (Cantal). Le 21 novembre 1996 la diffusion du premier épisode de la série Une femme d’honneur, sur TF1, qui raconte les missions d’une dynamique commandante de brigade, interprétée par la comédienne Corine TOUZET, rencontre un grand succès avec 11,5 millions de téléspectateurs. En 2020 la part des femmes dépasse les 20% et à Nexon ce pourcentage est largement dépassé.

Le gendarme Oualid CHAMI arrive à Nexon en septembre 2012, il est promu au grade de maréchal des logis chef le 1er mai 2013.

Le 30 juin 2014, lorsque l’adjudant LE BAUZEC quitte le commandement de la brigade de Nexon pour celle de la Coquille, c’est le maréchal des logis chef CHAMI qui assure le commandement de la brigade jusqu’à l’arrivée de l’adjudant FLOC’H, le 16 mars 2016.

L’adjudant Matthieu Le Bauzec au centre avec son épouse entouré à gauche du maire de Nexon, Fabrice Gerville Reache,
et de son supérieur hiérarchique , à droite du maréchal des logis chef CHAMI. Photo Le Populaire 4 juillet 2014.
Le Populaire 4 juillet 1914

Le maréchal des logis chef, Oualid CHAMI, qui assura la suppléance du commandant de brigade a été promu adjudant le 1 octobre 2016.

Le 16 mars 2016, l’adjudant Yannick Le FLOC’H prend le commandement de la brigade. En 2017 elle est ainsi composée :

En 2021, dans la brigade commandée par l’adjudant FLOC’H, il y a trois femmes sur les six membres qu’elle compte.

Bulletin municipal janvier 2021

IV – Les commandants de brigade depuis 1946

Depuis 1946 la brigade a connu 13 commandants. Les durées de commandement varient de 3 ans et 3 mois (LE BAUZEC) à 12 ans (MEIRAUD), 11 ans (RICHEMOND), 10 ans (WOZNY).

En moyenne les commandants de brigade restent 5 ans en poste. Les longues durées étaient fréquentes jusqu’au début des années 1980. Elles sont plus rares par la suite et si l’Adjudant-chef WOZNY est resté en poste 10 ans « on dit » que c’est parce que son épouse travaillait à la poste à Nexon. Il m’étonnerait que le commandement de la gendarmerie soit sensible à ces situations !

Pour certains des commandants de brigade Nexon a été un poste de fin de carrière, pour d’autres une étape vers le grade de Major. Ce grade ayant été créé en 1972, cette remarque ne vaut que pour ceux qui ont commandé la brigade après cette date.

V- Les activités de la brigade hier et aujourd’hui.

Il saute aux yeux que depuis le début des années 2000 il y a une rotation plus rapide des personnels. Comme dans toutes les professions l’organisation du travail évolue et les missions changent.

Les gendarmes sont des militaires, profondément attachés à ce statut que la réforme de 2009, en les rattachant au Ministère de l’Intérieur, n’a pas modifié. La condition militaire en 1950 et celle de 2021 sont différentes en termes de disponibilité et de congés en particuliers, dans la manière de travailler… Les casernes qui n’étaient pas toujours très confortables ont le plus souvent été transformées en pavillons individuels. Les astreintes qui revenaient très souvent, les amplitudes de travail qui dépassaient souvent 12 heures, les réveils en pleine nuit… sont des conditions que ne connaissent pas celles et ceux pour qui le règlement actuel précise que, dans toute la mesure du possible, la journée de travail doit se dérouler entre 7 heures et 18 heures, et la durée hebdomadaire moyenne du travail ne doit pas excéder trente-huit heures. De même le mode de calcul des 45 jours de permissions annuelles, calculé sur une semaine de cinq jours (hors samedi et dimanche), a pour effet d’octroyer 9 semaines de vacances.

Sil est militaire et qu’à ce titre le gendarme rempli des missions militaires (police militaire, concours aux autorités militaires, renseignement, protection…) il remplit deux autres missions : celle de police judiciaire qu’il effectue sous le contrôle du parquet et des juges d’instruction et celle de police administrative sous l’autorité du préfet et des autorités administratives.

La recherche et l’exploitation du renseignement est présente dans les trois missions mais elle ne s’effectue plus tout à fait de la même manière. La numérisation de l’information a fait de l’ordinateur l’outil quotidien du gendarme des années 2000. Il suit les déplacements des suspects en « épluchant » les listings des fournisseurs d’accès au téléphone ou les images des nombreuses caméras installées dans les rues et les magasins. Le développement du numérique, qui n’en est encore qu’à ses débuts, s’il est une source d’information est également, et de plus en plus, une source d’agression, d’attaques avec la cybercriminalité.

Le gendarme des années 1950 devait interroger les gens d’où sa présence longue sur un territoire « où le gendarme savait tout » comme me le disait un ancien gendarme. Rien de ce qui se passait à la campagne n’échappait à la vigilance des habitants. Dans un village où tout le monde se connaissait, où les mêmes familles vivaient depuis des décennies le moindre évènement était noté, rapporté…

Ajoutons depuis le début des années 1960, l’accroissement considérable de la circulation automobile avec les infractions et les accidents qui en découlent a induit une mission d’assistance et de secours nouvelle . Dans certaines zones elle qui a nécessité la création d’unités spéciales comme les Pelotons de Gendarmerie en Haute-Montagne (PGHM).

Du fait du niveau scolaire plus élevé des gendarmes, tous bacheliers, la hiérarchie monte en grade. Pendant les années 1950-1960 le commandant de brigade était maréchal des logis chef, depuis 1970 il est adjudant ou adjudant-chef.

Dans un monde qui bouge rien n’est jamais fini et de nouveaux dangers apparaissent comme la drogue dans les plus petits villages de nos campagne, certains comportements cachés ou ignorés ne le sont plus comme les violences aux femmes, les abus sexuels… Ceci a donné de nouvelles taches d’investigation et d’enquête et des nouvelles missions comme la sensibilisation des collégiens mais aussi des familles.

Le gendarme des années 1950 n’avait pas le baccalauréat alors qu’il est exigé pour le jeune qui veut passer le concours d’entrée en gendarmerie ( ce qui n’est pas le cas pour les gendarmes auxiliaires volontaires). M. FAYE m’a expliqué qu’après une période dans l’armée où il était sergent il s’est présenté à la brigade d’Eymoutiers et après un entretien avec le commandant il a eu à faire une dictée, des exercices de mathématiques et une rédaction. La moralité des candidats était plus importante que leurs connaissances littéraires ou scientifiques et comme on connaissait non seulement les parents mais aussi les grands parents, les amis, la compagne il était facile de se faire une idée des qualités ou des défauts du jeune qui se présentait.

Il était courant de dire, jusqu’aux années 1970, que la famille du gendarme était la gendarmerie. Certains comparaient leur métier à une vocation. En dehors des engagements religieux on le disait d’autres métiers comme ceux de médecin ou infirmière… mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. mais être gendarme n’est pas un métier comme les autres, c’est un engagement.

Pour avoir une idée de l’activité de la brigade de Nexon je reprends les grandes lignes du procès verbal publié dans le bulletin municipal pour les années 1988, 1989 et 1991.

  • ACTIVITES DE LA BRIGADE DE GENDARMERIE DE NEXON EN 1988

Effectif moyen : 3,2 / 6

Nombre d’heures d’activité journalière : 8,14

Crimes et délits de police judiciaire constatés : 116 dont 86 élucidés

Personnes mises en cause par indices de culpabilité : 61

Personnes présentées au Parquet et écrouées : 2

Personnes recherchées, découvertes par l’unité : 12

Vérification d’identité de personne : 686

Vérification de véhicules : 205 dont faisant l’objet de recherches : 9 personnes – 3 véhicules

Infractions au Code de la Route constatées : 7 délits – 49 contraventions dont 11 étaient susceptibles de donner lieu à retrait de permis de conduire

Enquêtes traitées : 245 judiciaires – 241 administratives – 83 militaires pour un total de 569 enquêtes.

Kilomètres parcourus : 28.004

Accidents corporels constatés : 11

37 usagers impliqués : 9 blessés graves – 19 blessés légers – 9 indemnes.

causes : 1 vitesse excessive – 2 circulation à gauche – 1 influence de l’alcool – 2 changements de direction sans précaution – 1 dépassement dangereux – 2 autres causes infractionnelles : 1 dû aux intempéries – 1 causes indéterminées.

Nombre d’heures consacrées à la sécurité publique générale : 4.489 dont 1.126 de nuit

Il est à noter une recrudescence assez importante des vols et plus particulièrement dans les résidences secondaires et maisons d’habitation.

  • ACTIVITES DE LA BRIGADE DE GENDARMERIE DE NEXON EN 1989

Au cours de l’année 1989, la Brigade a constaté par procès-verbal :

1 crime au sens donné par le Code Pénal (tentative de hold-up à la Caisse d’Epargne le 13 octobre). L’enquête se poursuit pour retrouver le ou les auteurs de ce méfait ;

68 délits dont 62 ont été solutionnés (vols – escroqueries, abus de confiance, etc…) ;

102 délits et contraventions au Code de la Route et notamment 5 délits de fuite, tous solutionnés et 5 conduites sous l’empire d’un état alcoolique ;

145 procédures dites de renseignements judiciaires, soit d’initiative pour relater des faits particuliers à porter à la connaissance du Procureur de la République, soit sur réquisitions de ce magistrat ;

20 accidents corporels de la circulation routière qui ont fait 27 blessés, ce qui double les accidents par rapport à 1988. Il est à noter – une étude approfondie a été faite – que 14 de ces accidents mettent en cause des conducteurs de la circonscription ou des communes environnantes et que leur responsabilité semble être engagée. Je nommerais cela le « délit d’habitude ou de routine ».

Le total des procédures est de 420.

  • ACTIVITES DE LA BRIGADE DE GENDARMERIE DE NEXON EN 1991

En 1991, 48 vols se décomposant en 1 vol avec violences, 18 cambriolages et 29 vols divers ont été constatés. La première affaire (qualifiée « crime » par le Code Pénal) n’a pas été solutionnée à ce jour. 11 cambriolages et 11 vols divers ont eu une issue favorable. Par ailleurs 3 affaires de recel consécutives à des vols ont vu leurs auteurs découverts. Si les vols de toute nature se maintiennent au même niveau, les cambriolages continuent à progresser. Ils sont le fait de bandes organisées sévissant sur plusieurs départements. Les unités de recherches du groupement de la Haute-Vienne poursuivent les investigations sans relâche, en collaboration avec les brigades.

(1990 : 56 vols dont 14 cambriolages – 38 solutionnés dont 8 cambriolages).

54 autres délits (121 en 90) dont un éventail comprenant les escroqueries, les abus de confiance, des faux et usages de faux, le non-paiement des appels téléphoniques anonymes, des outrages, des coups et blessures volontaires, des violences sur des citoyens chargés d’un Ministère, défaut de carnet de circulation, ont été constatés. 60 ont été solutionnés (différence provenant du traitement d’affaires avec origine en dehors du canton).

Seulement une vingtaine de chèques sans provision ont été traités par la Brigade, le Parquet du Procureur de la République recevant maintenant directement les plaintes qui transitaient auparavant par la Gendarmerie.

279 procès-verbaux de renseignements judiciaires ont été établis (261 en 90). Il s’agit de procédures faites sur demande directe des Magistrats du Parquet mais aussi d’initiative.

8 accidents de la circulation routière ont nécessité l’intervention de la Brigade. Ils ont fait 3 blessés graves et 9 blessés légers. (En 90 : 13 accidents : 10 blessés graves et 6 blessés légers).

1 seul accident dû à l’alcoolémie, 2 à la vitesse, 3 à la non observation de la signalisation STOP, 1 à l’état de l’usager (malaise) et enfin 1 pouvant être imputé à un refus de priorité mais tous mettent en cause des conducteurs du canton ou des communes limitrophes, responsables de l’accident. Si une diminution des accidents est constatée, l’action de la Brigade n’y est certainement pas étrangère avec une chasse impitoyable des mauvais conducteurs notamment au niveau de l’alcoolémie. (21 infractions relevées en 90, 8 en 91) entraînant des suspensions de permis de conduire pour des durées relativement longues.

160 infractions ont été relevées (169 en 90).

Quelques anecdotes, à poursuivre …

Il arrive qu’au cours de leur carrières les gendarmes aient à gérer des situations qui n’existent plus ou qu’ils aient à intervenir pour des faits divers amusants.

Ainsi Dominique LENOIR, à Nexon de 1974 à 1980, se souvient du rituel d’ouverture des foires pour lesquelles les gendarmes devaient veiller à ce que les transactions ne débutent pas avant la sonnerie de la cloche.

Toujours a l’occasion d’une foire, un taureau qui au sortir de la bascule s’échappe au lieu de monter dans la bétaillère. Il fallut aller chercher le vétérinaire, Jean ATZEMIS, pour qu’avec une fléchette tirée avec son fusil à air comprimé il endorme l’animal.

Une autre fois, les gendarmes interviennent pendant la messe que célébrait l’abbé REDOR ayant été prévenus du cambriolage qui se déroulait dans le presbytère. Mais la vigilance du garagiste LASPEYRAS avait permis l’interpellation du voleur avant que curé et gendarmes arrivent sur les lieux du délit.

LOGO2Les coccinelles, le groupe de majorettes créé à Nexon au début des années 1970.

Martine FOUGERAS m’a fait découvrir ce groupe de Majorettes dont je n’ai trouvé aucune trace dans les archives municipales. Mais sans doute qu’avec la photo du groupe prise devant l’ancienne mairie des souvenirs, des noms, des photos vont revivre.

Merci d’avance.

Pour la fête de septembre 1975 un char a été réalisé par les Majorettes de Nexon.

LOGO2Les bons points et les cahiers à l’école : les miens à Nexon de 1953 à 1957 et ceux de mon père en 1927 à Gleixhe, petit village de Belgique.

En rangeant de vieux papier j’ai retrouvé les bons points que mon père avait reçu lorsqu’il était à l’école à Gleixhe, petit village de Belgique situé à 16 km de Liège sur la route de Namur. Mon père y vivait, son père ayant repris le moulin familial au décès de son père.

Bon élève mon père a reçu de nombreux bons points tant pour la conduite que pour le travail. Ce qui m’a frappé c’est le côté pédagogique des images qui y étaient associées.

En Belgique comme en France les bons points récompensaient le mérite tant pour le travail que pour la conduite. C’était des petits rectangles en carton léger et lorsque l’élève en avait il les échangeait contre une image. Dans certaines écoles contre dix images, l’élève avait droit à un livre. Mais le bon point servait aussi à « rembourser » les bêtises, par exemple en cas de bavardage, l’élève devait rendre un de ses bons points et se trouvait quitte ! Ce système de gratifications est peu à peu tombé en désuétude après Mai 68.

Les bons points étaient simples, souvent comme ceux-ci :

I – Mes bons points et mes cahiers à Nexon

Je vais passer 4 ans à l’école primaire du CP avec Mme PRADIER au CM1 avec Melle BOISSIERE qui deviendra Mme ROUSSIN. A l’issu du CM1 j’irai en pension et entrerai directement en 6ème.

  • Le CP, 1953-1954

Je suis entré au CP en septembre 1953 à 6 ans comme c’est la règle. La maitresse était Mme Pradier. Je ne me souviens pas bien d’elle mais je me rappelle qu’elle amenait souvent sa fille et elle se trouve sur la photo de classe. Comme l’école n’était pas mixte il est facile de l’identifier. Bernard Sanciaud la tient par l’épaule. Bernard était mon meilleur camarade, nous nous disputions les premières places. Je reconnais un certains nombre des élèves mais je les ai presque tous perdus de vue si ce n’est, sur cette photo, Patrice VALETTE et moins souvent Jean Pierre LAMONERIE. J’ai revu Christian DERLIN, à coté de moi, pendant les années 1970-1980 avec son groupe de musiciens et j’ai appris son décès en fevrier 2020.

J’ai conservé quelques cahiers et ce qui m’a frappé ce sont les leçons de morale. Elles commencent en décembre 1954 avec les vœux puis à partir du mois de janvier, tous les deux jours en moyenne une phrase qui, en les relisant aujourd’hui, me montrent que le monde a changé :

Cette phrase est d’autant plus importante pour moi que je l’entendais souvent à la maison, non seulement parce que mes parents avaient une boulangerie mais surtout parce que mon père, ayant été prisonnier pendant cinq ans, ne supportait pas qu’on ne finisse pas le morceau de pain qu’on nous avait donné.

Les autres leçons traitaient du comportement : politesse, respect, orgueil, égoïsme…

Je terminerai pas ces deux leçons sur le courage, a la fois ne pas reculer devant le danger mais aussi faire face à la douleur…

Les journées se déroulaient sur le même rythme et avec les mêmes rituels : en rang en silence devant la porte de la classe , entrée lorsque la maitresse donne le signal, debout derrière sa table, assis au signal puis leçon de morale, écriture, calcul, dictée, grammaire, récitation ou dessin, le tout entrecoupé d’une récréation le matin et l’après-midi et le repas de midi pour beaucoup pris à la cantine. La maitresse ne faisait pas de cours d’éducation physique, c’était M. DUGUET qui venait de Limoges qui les assurait les mercredi après midi ou toutes les classes de garçons montaient au stade, en rangs par quatre…

A la fin de chaque journée il avait la distribution des bons points, trois ou quatre, parfois plus, parfois moins pour ceux qui avaient bien travaillé. Nous échangions dix bons points contre une image. J’en ai gardé, du moins c’est ma mère qui l’a fait pour moi, et pour être certain que c’était bien une image donnée par la maitresse elle la signait au dos.

Image signée par Mme PRADIER, mon prénom est ajouté par ma mère pour ne pas mélanger les bons points entre ceux de mes frères et de mes sœurs.
  • Le Cours Elémentaire CE1,1954-1955

Le maitre, M. Guy BARJOU, rentrait juste de son service militaire. C’est le maitre qui m’a le plus marqué et c’est avec plaisir que je l’ai retrouvé à Limoges, alors qu’il était à la retraite et que nous participions aux mêmes conférences.

La classe de CE1 avec M. BARJOU

Les CE1 et les CE2 sont ensemble ce qui fait une classe de 35 élèves, mais il n’y avait aucun problème de discipline, M. BARJOU était naturellement respecté. Bernard SANCIAUD est au premier rang et j’ai un nouveau très bon camarade dont la maman est institutrice à l’école des filles, Jacques MATHIEU, également au premier rang. Comme pour la classe de CP j’ai perdu de vue la plupart de ces camarades de classe mais j’ai toujours gardé des contacts avec certains d’entre eux, ceux que j’ai cité de la classe du CP, Patrice VALETTE et Jean Pierre LAMONERIE que je n’ai jamais perdu de vue comme François MARCELLAUD, au dernier rang à côté du maitre, Guy DEFAYE au dernier rang… Je suis au 2ème rang, le 6ème en partant de la gauche et je porte une blouse noire. Elle était obligatoire, grise ou noire, seuls deux ou trois n’en portent pas faute de moyens insuffisants pour les parents, ce qui n’était pas le cas de Jacques, au premier rang.

C’est avec ces garçons que nous étions « de la classe ». le 14 avril 1965, nous avons passé le conseil de révision ensemble. Ce fut le dernier ou nous étions tout nu devant les autorités! Notre bal des conscrits a rempli la salle des fêtes au point qu’il était impossible de danser et la cagnotte que nous nous sommes partagée était si importante qu’elle nous a permis de sortir pendant plusieurs samedi de suite, d’aller au bal ou dans les bars comme l’Azur, rue Baudelaire, où il était de tradition de conduire les plus niais pour qu’ils perdent leur innocence…

Je n’ai qu’un seul cahier du cours élémentaire, le cahier de récitation :

M. BARJOU distribuait des bons points et j’ai gardé une image :

L’image a pour but de montrer la manière dont on s’habillait aux différentes époques. Ici c’est Louis XVI dont le costume est décrit au verso. Comme pour le CP, le maitre signe au dos, sans doute parce que ces bons points sont des images publicitaires quelques élèves malins auraient pu faire croire qu’une image trouvée dans un paquet de gâteaux était un bon point ! Le CE, 1955-1956

  • Le CE2, 1955-1956

Cette année là nous avons changé de maitre, M. BARJOU est parti à Limoges et nous sommes avec M. Albert GRAFEUILLE. Il est sorti de l’Ecole Normale en 1954, c’est donc un tout jeune prof. Nous avons eu la chance pour nos années de CE et de CM d’avoir des jeunes profs dont l’enthousiasme transparaissait dans leur manière d’enseigner. Autoritaires sans être caractériels, proches des élèves sans être familiers, dynamiques même si nous n’avons pas profité des talents de footballeur d’Albert GRAFEUILLE à la différence des jeunes de Lubersac. Il fut un excellent joueurs de la JS Lubersac avec laquelle il remporta la Coupe de la Corrèze en 1961 et dont il devint un dirigeant jusqu’à son décès en septembre 2016. Sa passion pour le sport l’a conduit à devenir prof d’EPS au collège de Lubersac puis conseiller pédagogique dans cette discipline.

J’ai plusieurs cahiers de cette classe et je dispute toujours les places du podium avec Bernard SANCIAUD. Outre ceux avec qui j’étais au CE1 je suis maintenant avec mon frère Michel, au milieu de 3ème rang, et deux camarades malheureusement disparus, Michel CANARD, au dernier rang, et Jean Claude CLERMONTEIL au 2ème rang.

J’ai plusieurs cahiers de cette année de CE2. Ce qui m’a marqué c’était les compositions. Au cours de la même journée on avait géométrie ( j’aimais beaucoup cette discipline…), leçon de chose, histoire, vocabulaire, récitation… Je joins le contrôle du vendredi 27 janvier 1956 :

Je n’ai pas réussi à être premier mais de troisième le mois précédent j’ai gagné la deuxième place et j’ai reçu les encouragements du maitre.

Ce qui me frappe c’est l’absence de note en éducation physique. Il est vrai que pendant plusieurs années il fallait avoir une tête bien faite, le corps était moins important et souvent les sportifs étaient considérés comme ayant une  » petite cervelle » ! Cette vision a bien changé et je l’ai vécu de prêt lorsque j’enseignais l’économie du sport au centre de droit et d’économie du sport a Limoges ou à la faculté des sports de Marseille ou j’ai eu l’occasion d’avoir comme étudiants des champions Olympiques, des Champions de France…

Tout bon travail était accompagné de bons points qui se transformaient en images :

L’image n’appartient pas à une série publicitaire mais provient d’une édition éducative. A l’époque la Cote française des Somalis était une colonie . Elle est devenue en 1967 le Territoire français des Afars et des Issas puis en 1977 la République de Djibouti.

  • Le CM1, 1956-1957

Avec le changement de classe, changement de maitre et c’est de nouveau un maitresse, une jeune maitresse, Melle BOISSIERE qui deviendra plus tard Mme ROUSSIN. Comme MM. BARJOU et GRAFEUILLE c’était une excellente maitresse, exigeante et sévère. Nous n’aimions pas quand elle prenait sa règle en fer et nous tapait sur le bout des doigts que nous devions tenir droits, collés les uns aux autres.

Je n’ai pas la photo de ma classe de CM1, mais peut-être qu’un lecteur de ce blog l’a ? Mais j’ai quelques cahiers et bons points.

A cette époque il ne fallait pas faire de fautes, avec cinq fautes on avait zéro. Je faisais beaucoup de fautes d’étourderie et ici avec 4 fautes j’ai 2 sur 10 !

Mais cela ne m’empêchait pas d’avoir des bons points et des images :

J’ai beaucoup insisté sur les cours de morale de Mme PRADIER en CP et je suis surpris de n’en avoir pas eu par la suite. Aujourd’hui on ne parle plus de morale mais d’éducation civique et citoyenne mais le rappel d’une morale universelle ne serait pas inutile !

II Les bons points de mon père en Belgique en 1928.

En 1928 mon père avait 9 ans et était dans une classe équivalente au CE2 que j’ai suivi.

Ses cahiers étaient remarquablement bien tenus. L’exigence pour une belle écriture était forte :

Sur cette page la correction de « l » de mal en surprendrait plus d’un aujourd’hui mais le modèle de l’écriture cursive doit être respecté.

En plus de l’exigence « calligraphique » je trouve que la morale est intéressante. C’est presque la même que celle que j’ai copié avec Mme PRADIER sous une forme que je ne connaissais pas :  » pain mal acquit remplit la bouche de gravier ».

Les bons points eux mêmes étaient de véritables leçon d’éducation civique. Sur les 11 images que j’ai trouvé j’en choisi quelques une que l’on peut toujours mettre en pratique aujourd’hui:

Si la règle est claire  » Respectons la liberté d’autrui », certaines maximes ne seraient plus acceptées aujourd’hui. C’est le cas de celle du Jeudi relative au Congo. Le territoire actuel de la République démocratique du Congo a été de 1885 à 1908 la propriété personnelle du roi des Belges, Léopold II. S’il a le pays délivré du fléau des esclavagistes venant des pays arabes ce fut au prix de confiscation de terres, de travail forcé, de bouleversement des coutumes et d’une exploitation de la population.

Au début des années 1900 une vague d’indignation nait en Grande Bretagne et se répand aux Etats-Unis. Sous la pression internationale et conscient de sa faible popularité dans son pays, en 1908, Léopold II transfert le Congo à la Belgique qui en fait une colonie sous le nom de Congo Belge. Elle accèdera à l’indépendance le 30 juin 1960 sous le nom de Congo Belge. En 1927 le mouvement anticolonialiste n’existait pas et la Belgique, comme la France, ventait les mérites de la colonisation, source de Progrès.

Le verso ne me semble pas lisible par un élève de 9 ans ni même plus âgé. Si la première phrase est facile, elle est écrite dans un style désuet. L’élève comprend t’il ce qu’est une « clause attentatoire à sa liberté  » ? On voit bien que ces bons points s’adressent à des enfants d’agriculteurs et qu’on incite ceux ci à utiliser des engrais, surtout le sulfate d’ammoniaque que l’on trouve cité dans presque tous les bons points. Comme aucun nom de marque ne figure on peut penser que c’est un moyen d’inciter les parents qui vont lire ces textes, à utiliser plus d’engrais afin d’accroitre les rendements.

Le bon point suivant traite d’un thème qui est rarement pour ne pas dire jamais en éducation civique à l’école élémentaire, celui de la défense nationale. C’est en troisième que le programme d’enseignement moral et civique aborde explicitement la défense et la sécurité. Il est vrai qu’en 1927, aussi bien Belgique qu’en France la défense était assurée par les citoyens qui effectuaient leur service militaire. Celui-ci ayant été suspendu, l’armée est devenue une armée de professionnels.

Pour la dernière image je choisi celle qui parle de l’Avenir. Il y a plein de sagesse dans les maximes qui sont proposées :

Lorsque mon père est arrivé en France l’année suivante, les bons points qu’il a obtenu ressemblent aux miens. En 1928 , ce sont des images sur des animaux, des métiers, autrefois et au verso une publicité principalement Blédine, une farine pour les enfants en bas âge Liebig. Queques rares bons points ne comportent pas de publicité.

.

Sur ces bons points, le motif de leur obtention est indiqué.

Sur la série suivante on trouve la publicité Liebig. Cette marque a été créée en 1847, quand le chimiste allemand Justus von Liebig a déposé un brevet pour son invention d’un procédé d’extrait de viande de bœuf.

Au verso l’image est expliquée, mais la publicité est plus visible.

Sur la série suivante on trouve la publicité pour Blédine. Au verso le métier est expliqué mais la place réservée à la publicité est plus importante.

La série des animaux compte de nombreuses espèces avec au verso une courte description de l’animal et une très grande place à Blédine.

Le dernier bon point que je présente m’a surpris car il a été attribué à mon père pour le ménage !

Si vous avez des bons points, des images, des cahiers de Nexon ils pourront enrichir ce texte…

LOGO2Les américains à Nexon en 1918, quelques compléments.

Quelques photos pour compléter les articles publiés le 27 juillet 2015, « Nexon, une étape pour les soldats américains.. », et le 6 juillet 2018, « En 1918, 2 soldats américains se marient à Nexon ».

D’abord une photo prise par Martial DESPLANCHES, né en 1873, horloger place de la mairie à Nexon. Ce sont deux soldats américains dans une cariole. Ces jeunes étaient tous surpris par les modes de vie en France et ils prenaient des photos qu’ils envoyaient à leurs parents. Le jeune garçon en habit blanc avec un chapeau, à gauche, indiqué par une croix, est René DESPLANCHES qui sera lui aussi horloger à Nexon. Il a 9 ans.

Les autres photos ont été prises au château de La Garde. L’épouse du baron Auguste de Nexon, Gertrude RICARDO, était anglaise. Elle faisait venir d’Angleterre des nurses afin que leurs enfants parlent régulièrement l’anglais.

Quand les américains sont arrivés en France Robert, le quatrième fils du baron Auguste de Nexon, avait 28 ans. Au moment de la déclaration de guerre il effectuait son service militaire comme officier de cavalerie. Son brillant comportement pendant les combats lui avait valu d’être rapidement promu capitaine. Détaché comme officier de liaison auprès de l’armée américaine il favorisa le séjour d’un régiment à Nexon. Les officiers, ceux qui étaient logés au château de La Garde et ceux qui logeaient en dehors de Nexon, se retrouvaient pour des réceptions ou des parties de tennis avec les jeunes enfants du baron. Plusieurs photos, confiées par le baron Ferreol, montrent la famille de NEXON avec les officiers américains du 66ème régiment d’artillerie (66th CAC).

La partie de tennis vient juste de se terminer et tout le monde est réuni pour la photo. Le baron Auguste est au second rang, au centre, derrière le Colonel HOWELL. A la droite de celui-ci sur la photo, la baronne Gertrude de NEXON, née RICARDO. Sa fille Thérèse est à coté d’elle et Claire à l’autre extrémité du banc. Entre Claire et le colonel se trouve le Major MONROE.

Au second rang, à droite du baron, le Lieutenant Colonel KERFOOT. C’est lui qui commande le détachement qui séjourne à Nexon, l’autre partie du régiment est à Aixe sur Vienne. Les trois officiers supérieurs sont en uniforme et n’ont pas joué au tennis. Les trois officiers qui ont joué sont en tenue décontractée. Ils ont du jouer avec les trois filles qui, elles, sont en tenue de sport blanche. Marguerite est la première à gauche au second rang, à coté d’elle son frère Georges de NEXON, qui a 18 ans, est en costume et cravate. Il est à coté du capitaine HATCHER qui vient de disputer une partie de tennis. A coté du Lieutenant Colonel KERFOOT se trouve le capitaine RANNEY. Le dernier officier n’est pas identifié.

On remarque que pour être admis au château il faut au moins être capitaine. L’un deux pose dans l’allée qui y mène, en arrière plan sans doute la voiture du colonel.

Une autre photo a été prise un autre jour, également après une partie de tennis. On y retrouve pratiquement les mêmes personnes.

le Baron Armand de Nexon est décédé en 1912, sa veuve, née Chérade de MONBRON, est assise au premier rang, à l’extrême droite, à coté de la baronne Auguste de NEXON dont l’époux est absent. On dit que n’étant pas aussi à l’aise en anglais que son épouse il n’était pas aussi souvent présent qu’elle pour discuter avec les officiers. Une des filles qui était absentes sur la photo précédente, Jeanne, est ici la deuxième au premier rang à coté de sa sœur Thérèse qui tient sa raquette à la main.

Dans une lettre qu’elle a envoyé à son oncle Ferréol sa tante Claire, qui avait 15 ans en 1918, écrit :  » Nos amis HATCHER et RANNEY jouaient aux tennis avec nous, surtout avec mes sœurs ainées car les plus jeunes avaient surtout le droit de rouler et marquer le tennis et ramasser les balles. On jouait tout de même après. Ces officiers étaient très gentils. Ils nous ont aussi appris à danser…

Je me suis rappelé quelques noms. Je ne suis pas sur du colonel qui est assis. On le voyait peu. C’est KERFOOT qui commandait à Nexon. Ils aimaient chanter. Un soir ou mes sœurs ainées avaient chanté au piano des Negro spirituals, HATCHER avait pleuré… »

Il y a sans doute des photos de Nexon aux Etats-Unis. Les courriers que j’ai envoyé n’ont pas permis d’entrer en contact avec des familles de ces anciens soldats. M. LAVAUD qui a fait un très important travail sur la présence américaine à Aixe et Chalus a pu joindre les descendants d’un soldat qui était à Aixe. Il m’a confié quelques une des photos qu’il a reçu.

D’abord à Aixe sur Vienne : Les soldats sont toujours attirés par les charrettes tirées par des bœufs, choses qu’ils ne connaissent pas aux Etats-Unis, les églises qu’ils prennent pour des cathédrales, le tramway, les cimetières avec les nombreuses perles sur les croix … mais aussi les moments de leur propre vie avec leur toilette à la pompe, les séances d’épouage ( cootie= poux)…

La toilette

A Chalus on les voit toujours intéressés par les vieilles pierres dont ils manquent chez eux. Ils se font prendre en photo dans les ruines du château ce qui permet de voir les changements entre 19118 et 2020..

Concert sur la place

LOGO2Pour reprendre les derniers commentaires …

L’auteur du blog sur Saint Yrieix la Perche nous invite à regarder plusieurs sites qui traitent du barbichet, ceci pour actualiser le chapitre que j’ai consacré au barbichet le 6 novembre 2017 : http://etsinexonmetaitconte.fr/wp-admin/post.php?post=2363&action=edit

Il commence par une photographie qui lui donne la nostalgie du barbichet : https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2020/12/27/jai-la-nostalgie-du-barbichet/

Puis il nous donne l’adresse de deux sites limousin qui consacrent un article au barbichet

L’eicolau dau barbichet : https://eicoladaubarbichet.jimdofree.com/costumes/

Lou rossigno do limouzi : http://www.lourossignodolimouzi.fr/le-barbichet/

Un autre correspondant m’a envoyé des photos en me demandant si elles correspondaient au domaine de La Vigne appartenant à la famille MAZEAUD. Ayant eu par M. jacques MAZEAUD que certaines avaient bien été prise à La Vigne j’en extrait deux ou l’on voit le groupe des servantes en costume limousin, devant la maison, dans les années 1880-1890, les photos ayant été tirées de plaques photographiques.

L’article sur La Vigne et les MAZEAUD a été publié le 10 mars 2019 : http://etsinexonmetaitconte.fr/wp-admin/post.php?post=3213&action=edit

LOGO2Recherche d’informations sur la famille BALAIZE.

Claude BALAIZE qui a 85 ans et habite Senlis cherche des informations sur ses arrières grands parents qui ont vécu à Nexon.

Yrieix Balaize, son arrière grand-père est né le 27-05-1849 à Le Chalard et décédé à Nexon le 12-10-1908. Il a été inhumé dans le cimetière communal (concession 289).

Quant à son arrière-grand-mère, veuve Balaize, elle est née Marie Eléonore Léonard le 21-03-1849 à Rochechouart et décédée à Nexon le 20 janvier 194. Il n’y a pas de registre des inhumations qui remontent a cette date donc on ne sait pas si elle est inhumée dans ce caveau.

Ces deux personnes se sont mariées le 09-05-1871 à Rochechouart. Ils ont eu une fille, Balaize Marie Louise, née le 11-04-1872, veuve en 1ères noces de Gabriel Meunier-Quinsac, veuve en 2èmes noces de François Lelong, maire de Nexon. Elle est décédée le 21-07-1960 à Tulle. François Lelong est mort à Nexon le 27-03-1925.

Balaize Yrieix a d’abord été instituteur et ensuite Agent voyer et il aurait été un citoyen « actif » à Nexon !

Merci à tous ceux et celles qui pourront apporter des informations.

LOGO2Un très bel article sur le baron Robert de Nexon dans la revue BeBridge de Novembre – Décembre 2020.

Robert de NEXON a non seulement été un grand joueur de bridge et sans doute le seul nexonnais à avoir conquis un titre de champion du monde mais il fut aussi un brillant officier et un chef d’entreprise performant. Marc MECHENOUA, qui a écrit l’article que lui consacre la revue BeBridge, a eu connaissance de mon blog et nous avons longuement échangé sur le sujet qu’il souhaitait traiter. Il m’a autorisé à mettre son article ainsi que le numéro de la revue sur mon blog, ce que je fais avec plaisir.

Que l’on soit ou non joueur de bridge on ne peut qu’apprécier la qualité de BeBridge. Cette revue a pris la suite du très ancien Le Bridgeur en le modernisant et en abordant des sujets comme la musique, le cinéma, la musique, la gastronomie …

Bonne lecture.

LOGO2Les évacués de Buhl racontent leur arrivée à Nexon

A la suite de mon article sur les évacués de Buhl, Monsieur Robert BALL m’a envoyé un article qu’il a publié dans le Bulletin communal de Buhl pour l’année 2019. C’est l’histoire de son village pendant la deuxième guerre mondiale avec une première évacuation vers la Haute-Vienne, d’abord à Darnac puis à Nexon. Il décrit le choc que cet épisode a créée chez les 335 habitants du village, alertée par le tocsin le 1er septembre 1939 et recevant l’ordre d’évacuer en 2 heures en emportant 30 kg d’effets personnels. Après 8 jours de marche et d’arrêts plus ou moins longs c’est le départ en train, sans confort et sans hygiène. Puis c’est l’arrivée au Dorat et le choc des cultures. Un grand nombre des Alsaciens ne parlaient pas un mot de français ce qui fait qu’ils ont parfois été traités de « Boches ». Mais outre la langue tout les séparaient des Limousins: le paysage, le climat, l’habitat avec des fermes dispersées alors les fermes en Alsace sont toutes regroupées dans des villages, le travail des champs avec des bœufs alors que chez eux on utilise les chevaux, la nourriture, la boisson…

La photo est prise en haut de la rue Pasteur.

Avec l’armistice c’est le retour à la maison mais une maison sous occupation et une germanisation forcée accompagnée d’un endoctrinement. C’est particulièrement dur pour les jeunes de 17 à 25 ans soumis au service du travail, le « Reichsarbeitsdienst ». puis à partir du 26 aout 1942 l’incorporation de force dans la « Wehrmacht ». La fin de l’année 1944 a été très difficile. L’arrivée des troupes américaines à Buhl le 14 décembre 1944 ne donne pas lieu à une liesse débordante car ce qui reste de l’armée allemande se prépare à une vaste offensive contre les Alliés. Des combats violents opposent le 315e régiment d’infanterie US à la 21e Panzerdivision. le 14 janvier 1945 des bombes tombent sur Buhl. Les habitants évacuent pour la seconde fois leur village qu’ils retrouveront en partie détruit, à partir du 16 mars après que la grande offensive lancée par la 2ème DB du général Leclerc ait permis la libération des villages alsaciens. Cette fois ci c’était la joie et le début d’une nouvelle vie pour cette population qui en 75 ans a changé 4 fois d’appartenance politique.

J’avais une image imprécise de la ligne Maginot. J’ai découvert que Buhl se trouvait en plein milieu de ce qui n’est pas une ligne mais un couloir de plusieurs kilomètres de large avec des postes d’observation près de la frontière, puis, environ 5 kilomètres en arrière de la frontière, une ligne de points d’appui et d’avant postes avec des blockhaus antichars devant opposer une première résistance et, à 10 kilomètres de la frontière, la LIGNE PRINCIPALE DE RESISTANCE précédée d’un obstacle antichar, un champ de rails plantés verticalement. Celui-ci est combiné avec un obstacle anti-personnel fait de réseaux de fil de fer barbelé très dense et d’ardillons, petites pointes émergeant du sol. Des barrières routières antichars permettaient d’obstruer les routes aux points de passage dans le champ des rails. Les casemates sont armées de mitrailleuses et de canons antichars. Elles ont généralement 2 étages, un niveau de combat et un étage inférieur de repos et de services (groupes électrogènes, réserves d’eau, de carburant, de vivres, ventilation, etc.). Elles sont surmontées de 1 à 2 cloches de guetteur et leur équipage est de 20 à 30 hommes.

Buhl se trouvait entre les avant-postes et la ligne principale de défense.

es constructions ont été réalisées par les Sections Techniques du Génie (STG) ou par la Main d’Œuvre Militaire (MOM).

Voici les 20 pages du texte de Robert Ball. Elles nous permettent de comprendre les drames vécus par les habitants de cette région et, avec eux, militer pour que nos enfants et petits enfants vivent dans une Europe en paix qu’il nous faut consolider.