Archives de catégorie : Histoire

Un article de Limousin Elevage d’avril 1978 consacrait un article à l’élevage de Guy DEFAYE. Souvenir…

Près de 45 ans après ce bel hommage à cet éleveur, digne continuateur de son père Louis et modèle pour son fils Stéphane, ce clin d’œil au camarade avec lequel je partageait les bans de l’école primaire à Nexon…

Limousin Elevage n°65 avril 1978

Quelques années après la publication de cet article, le 3 avril 1983, Guy se voyait remettre la médaille du mérite agricole, décoration rarement remise à une personne de moins de 40 ans !

Guy DEFAYE et Léon PAUZET décorés du Mérite agricole le 3 avril 1983

IL Y A 51 ANS, LE 26 SEPTEMBRE 1971, NEXON ORGANISAIT LA FINALE DU CHAMPIONNAT DE FRANCE DE LABOUR. A CETTE OCCASION LA PREMIERE CARAVELLE SE POSAIT à L’AEROPORT DE LIMOGES.

Le Populaire 14 septembre 1971

Le Comité département des Jeunes agriculteurs (C.D.J.A.) de la Haute-Vienne, pépinière de champions de France de labours, avait été chargé d’organiser le dimanche 26 septembre 1971 la finale du championnat de France de labour. Avec quatre champions de France, Guy BOUTET, René COMMUN, Albert NEXON et Gilbert CHARTIER la Haute-Vienne possédait alors le plus grand nombre de champions.

Jean BABAUDOU, président du C.D.J.A. 87 et son équipe ont choisi le site de La Plaine, bien desservi par la route nationale qui va de Limoges à Saint Yrieix. Un terrain de 60 hectares a été prêté par MM. ROZIER, ROUX, BAUDOU, SIBILOT, GOUDENEIX, FRUGIER et POUJAUD.

Ce championnat voulait être une grande fête de l’agriculture. A coté des labours un colloque sur la régénération des prairies était organisé et des expériences réalisées, une exposition de vieux matériels, et un festival folklorique apportaient une note festive à cette manifestation.

mais avant le concours de labour tous les regards étaient tournés vers Bellegarde ou une Caravelle affétée par le groupe ESSO, sponsor de la manifestation, devait amener une centaine de personnalités et des journalistes à ce championnat.

I- Le premier atterrissage d’une Caravelle à Limoges

Le dimanche 26 septembre près de 3000 personnes étaient massées derrière les barrières, dès 9h00 du matin, pour voir arriver la Caravelle. Ce qui nous semble banal aujourd’hui était un évènement en 1971. La Caravelle avait effectué son premier vol le 17 mai 1955 à Toulouse et avait reçu son certificat de navigabilité le 2 avril 1959. La Caravelle, premier avion commercial moyen courrier à réaction biréacteur, fut une réussite technique et symbolisait la réussite de l’industrie aéronautique française. Elle n’eut pas le succès commercial qu’elle méritait car elle a été éclipsée par le programme du supersonique Concorde qui absorbait une grande partie des moyens financiers. Boeing et Douglas en ont profité pour occuper une grande partie du marché international de ce secteur. La chaîne de production s’arrête en mars 1973, moins de deux ans après son atterrissage à Limoges.

La foule scrute son arrivée
La Caravelle se pose
La Caravelle arrive
La Caravelle est arrivée.

Cette arrivée de la Caravelle correspond à l’ouverture de l’aéroport à la circulation aérienne publique. La piste est longue de 2.280 m et large de 45 m et elle est dotée d’un balisage pour les atterrissages de nuit mais ce n’est qu’en 1973 qu’elle a été dotée d’un système d’atterrissage tout temps.

Il faut faire la queue pour monter à bord et visiter la Caravelle

Tous ceux qui sont venus à Bellegarde n’étaient pas intéressés par le championnat de labour mais à la Plaine la foule n’a pas manqué.

2- Le concours de labour

Pour les concurrents la compétition a les mêmes contraintes et les mêmes exigences qu’une course cycliste ou un rallye automobile. Il faut avoir un bon matériel et il faut s’entrainer ce qui exige du temps et de l’argent. Pour faire face à ces exigences les candidats cherchent des sponsors. Et comme tous les sportifs chacun participe pour gagner.

Le Populaire 25 septembre 1971

Les concurrents sont sponsorisés par les fabricants de tracteurs et les fabricants de charrues. les trois concurrents de la Haute-Vienne sont équipés de charrues Huard et conduisent des tracteurs McCormick ou Someca.

De 9 à 10 heures les concurrents préparaient leurs tracteurs dans le bourg de Saint Maurice les Brousses et les décoraient. A 10 heures ils partaient en convoi vers le lieu du concours.

Le plan du site au croisement de La Plaine
Dans le bourg de Saint Maurice en direction de La Plaine

Arrivés sur le terrain chacun se place sur sa parcelle et après avoir déjeuné, la compétition débute à 13 heures. Le terrain est en légère pente ce qui permet aux spectateurs de suivre la compétition dans les moindre détails.

A l’arrivée les locaux n’ont pas laissé leur place et remportent les titres :

La tribune des personnalités
A gauche M. REGAUDIE, président du Conseil département est avec René Rebière, maire de Nexon, et Maurice DESCHAMPS, maire de Saint Maurice avec Olivier PHILIP, préfet de région.
La coupe

Le colloque sur la régénération sans labour des prairies, présidé par M. HENIN, chef du département d’Agronomie de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) le colloque était animé par M. JEANNIN également de l’INRA. Il a réuni le samedi après midi plus de 300 personnes à la salle des fêtes. Les démonstrations sur le terrain ont également intéressé un grand nombre d’agriculteurs.

Et si la modernité attirait l’ancien temps n’était pas en reste …

3- Retrouvailles 50 ans après…

Les champions Gilbert CHARTIER et Raymond CAMUS se sont retrouvés avec des participants et des organisateurs de cet évènement pour évoquer sur les lieux mêmes les souvenirs d’une époque aujourd’hui révolue. le monde de l’agriculture a été bouleversé, le nombre d’agriculteurs a fondu comme neige au soleil, la mécanisation a fait un bond considérable …

Le Populaire 9 octobre 2021

En 2009 Nexon avait un champion de France : David EYRICHINE

Bulletin municipal n° 226 3e trimestre 2009

Le 29 aout 1942, 458 juifs raflés dans la Région de Limoges ( les 3 départements limousins et les parties non occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l’Indre, de l’Indre et Loire, du Loir et cher et de la Vienne) partent de la gare de Nexon pour Drancy puis Auschwitz.

Si l’on connaît la grande rafle du Vel’ d’Hiv’ » des 16 et 17 juillet 1942 on oublie qu’il y en a eu avant et surtout après.

Ces rafles avaient pour but de livrer à l’Allemagne les juifs pour lesquels Hitler et ceux qui mettaient en œuvre ses idées voulaient réaliser « la solution finale ».

Le 11 juin 1942, une conférence qui réunit à Berlin tous les services des affaires juives de la Gestapo dans les pays occupés, décide de prendre des mesures rapides et efficaces pour y arriver. Pour cela la France devait livrer 100 000 Juifs des deux sexes.

  1. La politique anti juive du Reich et de Vichy

La législation antisémite mise en place le 27 septembre 1940 par les allemands dans la zone occupée conduit à un recensement de 170 000 juifs dont 150 000 pour l’agglomération parisienne. En zone libre le recensement exigé par le Reich et réalisé par les fonctionnaires de Vichy dénombre 140 000 personnes juives.

Depuis le 3 octobre 1940, date à laquelle la loi portant statut des Juif a été promulguée, la notion de « race juive » est proclamée et en fait des citoyens éliminés des fonctions électives et de la fonction publique. Le 4 octobre 1940, une nouvelle loi permet aux préfets de procéder à l’internement des « étrangers de race juive ». Le 7 octobre les Juifs d’Algérie, français depuis le décret Crémieux de 1870, sont déchus de leur nationalité et soumis à un régime d’exclusion. Ainsi le camp de Nexon va recevoir ses premiers internés.

Le Populaire 19 octobre 1940

En mars 1941 est créé à Vichy, le “Commissariat Général aux Questions Juives” (C.G.Q.J.), véritable ministère des affaires juives et en novembre l’“Union Générale des Israélites de France” (U.G.I.F.) rassemble en une seule organisation toutes les œuvres juives de France afin de mieux les contrôler.

En juin 1941 le statut des juifs devient plus sévère et leur interdit l’exercice des professions libérales et commerciales ainsi que les fonctions dans l’enseignement supérieur. En juillet ils sont dépossédé de toutes leurs entreprises et de leurs biens meubles et immeubles. Ils ne peuvent pratiquement plus voyager, sortir de leur domicile entre 20 heures et 6 heures, posséder une radio, une bicyclette, un téléphone. Il n’ont pas le droit d’entrer dans un jardin public, dans un théâtre, un cinéma, une piscine, des bains-douches, de changer de résidence. Leurs pièces d’identité sont marquées du tampon “Juif”. En zone occupée, à partir du 29 mai 1942, dès l’âge de 6 ans, ils doivent porter une étoile jaune avec le mot “Juif”.

2. La rafle du Vélodrome d’Hiver

Dès le 27 mars 1942, un premier convoi quitte la France pour Auschwitz suivi de quatre autres en juin emportant 4 000 hommes raflés en 1941.

Après l’accord du 11 juin 1942 à Berlin, Dannecker, représentant d’Adolf Eichmann à Paris ,qui avait proposé pour la France la déportation de 100.000 Juifs de 16 à 40 ans doit, dès le 15 juin, réviser son quota à la baisse et le réduire à 40.000 Juifs en trois mois à partir de la mi-juillet.

A partir du 16 juin, Bousquet, secrétaire général de la police du régime de Vichy sous le gouvernement de Pierre LAVAL, consent à livrer 10.000 Juifs apatrides de la zone libre. Les négociations butent sur le concours de la police française en zone occupée pour arrêter 30.000 Juifs dans cette zone, dont 22.000 dans l’agglomération parisienne et parmi eux 40 % de ressortissants français.

Le 2 juillet, Bousquet et Knochen, responsable de la Gestapo, tombent d’accord pour que les Juifs soient arrêtés uniquement par la police française, mais seuls les Juifs apatrides seront arrêtés.

Le 4 juillet, Laval entérine l’accord Bousquet-Knochen.

Le 15 juillet, Bousquet donne au préfet de police le feu vert pour la grande rafle. Il n’a pas voulu qu’elle ait lieu de 14 juillet ! Elle va être effectuée à partir du fichier juif constitué dès l’automne 1940.

Lettre n° 173 42 ordonnant la rafle

 Les personnes interpellées n’ont le droit de prendre qu’une couverture, un pull, une paire de chaussures et deux chemises. Les directives précisent que « les opérations doivent être effectuées avec le maximum de rapidité, sans paroles inutiles et sans aucun commentaire ».

Le 16 juillet à 4 heures du matin l’opération commence. Il y a peu de photos de la rafle elle même car elle a eu lieu dans le secret et à commencé très tôt. Par contre pour celle du 14 mai 1941 a été largement photographiée par un photographe allemand, Harry Croner, d’ une unité de la Wehrmacht chargée de l’endoctrinement, présent dans le gymnase Japy (11e arrondissement), le principal centre réquisitionné pour cette opération. A la fin de 1941, il est radié quand ses supérieurs découvrent que son père est juif. Il reprendra son métier de photographe en 1946. Les planches contacts de l’opération du 14 mai 1941 avaient disparu de la circulation jusqu’à l’automne 2020. Un brocanteur qui les avait achetées puis oubliées les montre à des spécialistes de la Shoas qui parmi elles reconnaissent une centaine de clichés de la rafle du 14 mai 1941. Entre mai 1941 et juillet 1942 il n’y a pas de différence dans la méthode, aussi j’utilise quelques cliché du 14 mai 1941 pour montrer le calme des juifs interpellés qui discutent avec les gendarmes et qui embrassent leurs femmes avant de partir pour un voyage dont ils ne reviendront pas.

La rafle du 14 mai 1941 dite du « billet vert ». Une répétition de ce qui se réaliser dans toute la France en 1942

Les quelques photos de la rafle du Vel d’hiv sont toutes réalisées à l’extérieur. On montre parfois une photo de l’intérieur mais elle a été réalisée à l’automne 1944, lorsqu’ y ont été enfermés des hommes et des femmes suspects de collaboration. 

La seule photo connue de la rafle réalisée  prise par un photojournaliste de Paris-Midi et censurée par les Allemands à l’époque est une photo d’extérieur :

La seule photo de la rafle du Vel d’Hiv

L’opération conduira à l’arrestation de 13 152 Juifs : 4 115 enfants, 5 919 femmes et 3 118 hommes. Après leur arrestation, une partie d’entre eux est emmenée par autobus au camp de Drancy. L’autre partie, 8 160 personnes : 4 115 enfants, 2 916 femmes et 1 129 hommes est envoyée au Vélodrome d’Hiver où elles resteront pendant cinq jours, sans nourriture, avec un seul point d’eau et dans une chaleur étouffante … Ils rejoindront Drancy, les camps de Beaune la Rolande et Pithiviers et finalement Auschwitz.

Le vélodrome a été démoli en 1959 pour laisser place à des immeubles. Il n’y a pas de manifestations, un pan de l’histoire disparait.  L’événement reste dans la conscience populaire sans image jusqu’en 1967 avec la publication du livre de Claude Lévy et Paul Tillard, le premier consacré à la rafle ( La grande rafle du Vél’ d’Hiv’ chez Robert Laffont)

3- Les rafles du 26 aout 1942

Elles surviennent six semaines après celle du Vel d’Hiv et ont lieu dans toute la zone non occupée.

Elles s’inscrivent dans la lignée  de l’accord du 2 juillet 1942 entre Carl Oberg, chef de la SS en France et René Bousquet, secrétaire général de la Police à Vichy.

Carl Oberg (à droite devant un officier de la SS) et son aide de camp Herbert Hagen (à gauche, de face) avec René Bousquet (de profil, à gauche) en 1942. 

L’accord protège les Juifs de nationalité française sur tout le territoire et les autorités de Vichy s’engagent à livrer 40 000 juifs : 10 000 Juifs étrangers de la zone libre et 30 000 de la région parisienne.

Le 5 août 1942 tous les préfets régionaux reçoivent une lettre confidentielle des services de René Bousquet, secrétaire général de la police, qui définit les juifs à arrêter et à transporter en zone occupée « avant le 15 septembre » : leur nationalité, leur date d’entrée sur le territoire français (1er janvier 1936), la liste des exemptés (« vieillards de plus de 60 ans », femmes « en état de grossesse », « enfants de moins de 16 ans non accompagnés », entre autres).

Lettre du Secrétaire général de la police au Préfet régional de Limoges. A.D.C. 147w4812

Le 10 août, le préfet Lemoine tient dans son cabinet de Limoges une conférence où il fait part des mesures envisagées prochainement par le gouvernement à l’égard de certaines catégories d’Israélites. Dans un courrier qu’il adresse aux préfets, il rappelle les dispositions prises : Pour effectuer le ramassage, le groupement et la conduite des israélites au centre régional de Nexon (Haute-Vienne), vous pourrez faire appel au concours des divers services de police et de gendarmerie de votre département qui, sous votre autorité, seront chargés de procéder à ces opérations. En ce qui concerne les groupes mobiles de réserve, je vous serais obligé de bien vouloir me faire connaître, dès que possible, le nombre de gardiens qui vous seraient nécessaires pour effectuer les opérations précitées. En effet je dois maintenir dans chaque groupe mobile un effectif de réserve destiné, le cas échéant, à assurer le maintien de l’ordre public. …

Pour le département de la Haute-Vienne le préfet adresse ses instructions détaillées aux services de police et de gendarmerie :

À l’issue de la conférence du 10 août 1942, le préfet Lemoine a remis une note résumant les instructions données par le contrôleur général de la Police nationale dans laquelle il est précisé que les israélites doivent être assemblés dans un camp régional d’où l’on fera partir un train complet.

Le camp de Nexon, après transfert des internés qui y séjournent vers le camp de Saint-Paul-d’Eyjeaux, a été désigné comme camp régional avec une capacité de 800 personnes au maximum. Il est prévu des camps primitifs où pourront être acheminés les israélites le jour du ramassage. En Haute-Vienne, il est envisagé de créer un centre provisoire à Saint-Germain-Les-Belles où pourront être logées environ 300 personnes. Mais compte tenu du nombre des personnes interpellées il ne sera pas utilisé. Les départements de la région doivent étudier la possibilité d’organiser un centre, notamment en Corrèze, en Dordogne et dans l’Indre, pour procéder à des décentralisations dans chaque département. Les israélites groupés dans ces centres seront ensuite dirigés vers Nexon au fur et à mesure des départs.

Dès que les listes seront prêtes, les services de police et de gendarmerie devront procéder à une prospection discrète pour s’assurer si les intéressés sont bien toujours domiciliés à l’endroit désigné.

Les embarquements pour la zone occupée se feront de nuit. Un service d’ordre de surveillance accompagnera les convois. Pour le moment il est prévu que les trains de départ seront dirigés vers Chalon-sur-Saône. Un service d’ordre important devra assister à l’embarquement. Dans chaque gare se trouvant sur le trajet, il sera placé un service discret susceptible d’être immédiatement renforcé. Dans les dernières gares avant la ligne de démarcation, la surveillance devra être particulièrement stricte.

Le 19 août 1942, un télégramme du préfet régional annonce la date de l’opération : « Vous informe que mesures d’arrestations et regroupements prévus par dépêche du 5 août auront lieu mercredi 26 août, heure fixée par contrôleur Surville STOP tenir cette date rigoureusement secrète. »

A cette même date les dérogations qui étaient au nombre de 11 sont ramenées à 6. Ainsi sont exemptés les parents d’un enfant de moins de deux ans au lieu de cinq ans comme précédemment.

Le 26 août 1942, le « plan de ramassage » est déclenché sur l’ensemble de la zone non occupée. Pour la Région de Limoges, 9 préfectures ou sous préfectures vont être concernées : Loches (Indre et Loire), Châteauroux (Indre), Saint Amand Montrond (Cher), Montmorillon (Vienne), Guéret (Creuse), Confolens (Charente), Limoges (Haute-Vienne), Périgueux (Dordogne) et Tulle (Corrèze). 5 centres de pré ciblage sont retenus : le camp de Douadic dans l’Indre pour le Nord de la Région, Boussac pour la Creuse, Auchères et Egletons pour la Corrèze, Saint Pardoux la Rivière et le château du Roc, au Change en Dordogne.

La carte de Guy Perlier dans son ouvrage La Rafle aux Edition « Les Monédières » en 2012 montre les liens entre ces différentes villes et Nexon, lieu de rassemblement final.

Les recensements des juifs effectués en 1941 dénombraient 6 270 juifs étrangers dans la région. Trois départements en réunissaient 80% : La Dordogne 2 265, la Haute–Vienne 1600 et la Corrèze 1 165.

La Creuse ne comptait que 534 Juifs d’origine étrangère. C’était le département de la région qui en comptait le moins. Beaucoup sont arrivés dans ce département par hasard. Ils n’ont pas eu de grandes difficultés pour se loger et après quelques mois de présence ils se pensaient à l’abris. Pourtant ce ne fut pas le cas pour 91 d’entre eux. Parmi eux se trouvait le jeune Henri Wolff. Il fut l’un des rares a revenir vivant. Il a raconté souvent, et sur de nombreux médias, sont histoire.

https://www.youtube.com/watch?v=2jIlLsV6r6k&ab_channel=YadVashemFran%C3%A7ais

Henri Wolff était un jeune belge de 14 ans lorsqu’il arrive avec ses parents aux Combes, un village d’une quinzaine d’habitations sur la commune de Saint-Hilaire-le-Château. Il découvre  » un havre de paix et de chaleur « . Le recensement de juin 1941 le rappelle à  la réalité.  » Un jour le secrétaire de mairie est venu : « Je dois recenser tous les juifs du canton et vous avez à  remplir ce questionnaire ».  » La mère d’Henry s’étonne :  » Nous n’avons jamais dit que nous étions juifs. « . Le secrétaire de mairie :  » Moi, je le sais ! Vous ne voulez pas remplir le questionnaire ? Je le ferai.  » Son père est envoyé dans un Groupements de travailleurs étrangers (G.T.E.), sur le plateau de Millevaches pour extraire de la tourbe tandis que sa mère et lui travaillent à la ferme aux Combes. Tout les deux sont obligés de pointer à  la gendarmerie où ils sont traités avec suspicion. Le vélo d’Henri est régulièrement inspecté, car les résistants utilisent souvent ce moyen pour convoyer leurs tracts.

Le 26 août 1942, cinq gendarmes se présentent, à  quatre heures du matin, à  leur domicile. Ils leur laissent un quart d’heure pour faire leurs bagages. L’un d’eux gifle Henri qui n’est pas assez rapide. Il gardera toute sa vie le souvenir de cette gifle. Ils sont d’abord regroupés à  Boussac, dans une cartoucherie désaffectée puis convoyés au camp de Nexon, en fin de journée. Henri est arrivé à Nexon avec sa mère et il y retrouve son père. Il décrit le camp ainsi  » Six cents à  huit cents prisonniers parqués dans une douzaine de baraques, vingt-quatre latrines … soixante robinets situés sur le terre-plein du camp et trois douches. « 

Henri Wolff poursuit :  » Nous avons reçu aussi la visite d’un fonctionnaire de Vichy qui nous assura que nous serions convenablement traités, envoyés en Allemagne ou en Pologne et serions astreints au travail de la terre.  » Il continue :  » Nous sommes restés un jour et une nuit à  Nexon et ce fut le départ pour Drancy. A la ligne de démarcation, nous attendait la Feldgendarmerie allemande, prenant le relais de la gendarmerie française. Une journée à  Drancy et le départ vers l’enfer. Le convoi n° 26 partit le 29 août et arriva à  Auschwitz le 2 septembre 1942. Le voyage dura quatre jours et trois nuits, entassés, une centaine par wagon à  bestiaux. Dans un coin, deux seaux : l’un servant de tinette, l’autre contenant de l’eau. La chaleur y était infernale. Sur les  » 957 juifs du convoi n° 26, 918 ont été gazés.  » Parmi eux, la mère d’Henry Wolff et probablement son père. Il sera l’un des 39 survivants de ce convoi.

Au total en Creuse, 90 personnes furent arrêtées le 26 août 1942 dont une quinzaine d’enfants. Regroupées à La Souterraine, Dun, Châtelus-Malvaleix, Bonnat et Guéret, elles sont ensuite conduites vers Boussac. Lors du criblage 39 personnes n’ont pas été retenus car elles remplissaient l’une des six conditions d’exemption comme ces deux familles, avec quatre enfants, dont les pères, d’origine allemande, s’étaient engagés en septembre 1939 dans les rangs de l’armée française. De Boussac 44 personnes sont dirigés vers le camp de Nexon.

En Corrèze la rafle a été réalisée en 2 fois. D’abord dès le 18 aout 1942, 59 Juifs qui appartenaient aux différents groupements de travailleurs étrangers ( 101, 405, 651,653,665,881) sont regroupés au camp d’Auchères sur la commune de Rosiers d’Egletons. Le 23 août, ils se rendent à pieds du camp à la à gare d’Egletons et parcourent les 4 kms en chantant selon le Rabbin Deutsch. en c.

Rapport du Rabbin Deutsch, Archives du Mémorial de la Shoah

De là ils rejoignent Lyon et leurs wagons seront rattachés au convoi n°5 à destination de Drancy. Le nombre des wagons n’étant pas suffisant, un convoi de 33 personnes rejoindra Nexon par la route le 27 aout.

Départ d’Egletons pour Nexon le 27 aout 1942

Le 26 aout, dans toute la Corrèze les gendarmes doivent interpeller les Juifs étrangers recensés et les regrouper à Egletons où l’Ecole Nationale Professionnelle est transformée en camp.

Télégramme du Préfet de la Corrèze pour l’organisation de l’ENP .

Les prévisions du préfet font état de 210 noms sur liste principale et de 64 en liste complémentaire.

Télégramme du Préfet de la Corrèze avec nombre de personnes sur les listes

Mais entre les « recensés » et les « ramassés » il y a des écarts. Certains ont fui car des informations leur étaient parvenus. D’autres étaient malades et intransportables. En ajoutant les motifs d’exemptions ce sont 58 Corréziens qui sont arrivés à Nexon.

En Dordogne deux centres sont aménagés à Saint-Pardoux-la-Rivière et dans le château du Roc, au Change, ce dernier une semaine avant le début de la rafle. 329 Juifs auraient dû être arrêtés mais 242 personnes seulement le seront et après les différents criblages 174 partiront de Nexon pour Drancy et 172 seront déportées à Auschwitz.

Stèle commémorative au Château du Roc en Dordogne

En Haute-Vienne 102 personnes ont été arrêtées, aucune à Nexon et dans les communes du canton. En effet lors de l’enquête du 3 juin 1941 la mairie de Nexon avait déclaré qu’aucun réfugié israélite ne vivait sur la commune. Il est vrai qu’entre le 1er juin 1941 et le 26 aout 1942 certains auraient pu y venir. Je pense que la présence du camp les dissuadait.

Enquête de la Préfecture sur la présence des réfugiés israélites

Parmi les arrestations autours de Nexon on en note 9 à Chalus : Maurice Blau, son épouse Elsa et sa sœur Bertha; un jeune russe de 25 ans, Willy Grandenz; Meyer Loschner, son épouse Sarah et leur fille Ruth; Sigmund Pommer et son épouse Sarah. Ils seront 7 a être arrêtés à Saint Yrieix, d’autres le seront à Aixe sur Vienne et dans toute la Haute-Vienne.

Parfois c’est toute une famille comme les Jonap, les parents et leurs 3 fille ou les parents Kamelgarn avec leurs 3 enfants. La plupart de ces arrestations concernent des Allemands, des Autrichiens ou des Polonais qui ont fui dès le début de la guerre. Ils sont souvent passés par la Belgique qui était neutre et sont venu en France à partir de juin 1940. Ils passaient par Paris mais ils n’y restaient pas longtemps et cherchaient à gagner la zone libre. Ils sont arrivés à Limoges ou dans sa banlieue d’où ils ont été expulsés au début de l’année 1942; Ils sont allés alors à Chalus, Oradour sur Vayres, Saint Léonard… Quelques uns ont été pris dès leur arrivée en Haute-Vienne, soit qu’ils aient été arrêté en franchissant la ligne de démarcation avec des faux papiers, soit en arrivant en gare de Limoges où ils ont été dénoncés par un contrôleur.

Au total 680 personnes ont été amenées au camp de Nexon les 27 et 28 aout 1942. Leurs documents vont de nouveaux être examinés. En une journée les inspecteurs vont examiner les papiers et libérer ceux qui remplissant les conditions d’exemption. Aux partants on retirera les cartes d’alimentations à tout ceux qui remplissent les conditions pour être retenus.

Après toutes les vérifications 458 personnes ont été embarquées dans le train pour Drancy. Ce sont donc plus de 200 personnes qui ont été libérées parce qu’elles remplissaient les conditions pour ne pas partir.

Les 458 personnes retenus ont quitté le camp dans la soirée et ont pris place dans les wagons : 3 voitures de voyageurs réservées aux femmes, enfants et malades et 27 voitures à bestiaux aménagées. Les bagages étaient dans 4 fourgons à bagages et une voiture était réservée à l’escorte.

Le train a quitté Nexon le 29 aout 1942 à 6h55. Il a franchi la ligne de démarcation à Vierzon à 11h31 d’où il est reparti à 12h15. Il est arrivé à Drancy à 18h03.

La plupart sont partis pour Auschwitz très rapidement. Le convoi n°26 avec 307 « raflés » est parti le 31 aout et le convoi n°27 est parti le 2 septembre avec 75 « raflés ». La plupart ont été gazés le jour de leur arrivée.

Quelles réactions alors ?

A Nexon aucune. Il n’y a pas un mot dans la Presse. A part les personnels du camp personne n’a vu les « raflés ». Ils sont sortis du camp à la nuit tombée. Dans les quelques maisons devant lesquelles ils passaient pour aller à la gare les habitants avaient été priées de fermer leurs volets. Il n’y avait pas de cris car ils ne pensaient pas que ce voyage serait sans retour.

Dans les communes où il y a eu des arrestations s’il n’y a pas eu de manifestations violentes, le mécontentement et la désapprobation étaient visibles. Mais comme toutes les arrestations ont été effectuées par des gendarmes ou des policiers, sans aucune présence de soldats allemands à la différence de ce qui s’était passé à Paris quelques semaines avant, la légalité semblait respectée. Mais la censure veillant il n’y eu aucune photo dans la presse aussi bien de la rafle du Vel d’Hiv que des rafles d’aout 1942. Il n’y eu pas de manifestation de désobéissance de la part des fonctionnaires chargés des opérations. Il y eu des fuites et des personnes furent prévenues ce qui explique le nombre d’arrestations inférieures aux prévisions.

On cite le cas du gendarme Honoré Haessler évacué du Bas Rhin et affecté à la brigade de gendarmerie de Solignac de 1941 à 1943. Il s’y installe avec son épouse Marie-Louise et leur fils Pierre. A Solignac plus de 80 juifs sont réfugiés. Chaque fois que cela lui a été possible, il prévenait les familles juives des menaces de rafles ou de l’arrivée des allemands. Ainsi de nombreuses familles ont pu se cacher et éviter l’arrestation. Mais quelques jours avant le 26 aout, quand il prévient la famille Imbert, celle ci ne veut pas fuir car Juda Imbert était malade et son épouse n’a pas voulu l’abandonner. Ils ont été arrêtés avec leur fille Elsa. Tous les trois déportés vers Auschwitz par le convoi n° 27 du 2 septembre 1942, ils sont les seules victimes juives parmi les réfugiés à Solignac, arrêtés le 26 août 1942. Le 3 février 2004, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à titre posthume à Honoré Haessler le titre de Juste parmi les Nations. La caserne de Solignac porte le nom de caserne du gendarme Haessler. Il y a eu d’autres fonctionnaires de police qui ont agit ainsi en Limousin comme Jean Cubertafond, policier inspecteur au service des étrangers, lui aussi reconnu Juste parmi les nations.

Si peu de personnes ont réellement vu les rafles elles vont cependant susciter un mouvement qui marque une rupture dans l’opinion. Parmi les éléments marquants il faut rappeler la lettre envoyée le 23 aout 1942 par Mgr Saliège, archevêque de Toulouse, à tous les curés de son diocèse pour qu’elle soit lue le dimanche à la messe. Radio de Londres l’a largement relayée.

Cette lettre n’est en fait que la partie visible d’un réseau d’entraide et de sauvetage, en lien avec les institutions juives et les réseaux de résistance que l’on appelé le « réseau Saliège ». Le conseil national de l’Église réformée de France, que préside le pasteur Boegner, se réunit à Nîmes le 22 septembre 1942 et rédige un texte qui est lu dans tous les temples de France (sauf huit refus) le dimanche 4 octobre. Il exprime sa condamnation des persécutions et appelle les fidèles à la solidarité avec les Juifs. Et Combat dans son numéro d’octobre 1942 s’appui sur Charles Péguy pour écrire : Les juifs nos frères.

4- L’oubli, puis le temps de la mémoire et de la commémoration.

A la fin de la guerre, comme les camps, les rafles ont été oubliées. Pendant des années on n’en a pas parlé, comme si une chappe de plomb s’était abattue sur ces évènements. Comme tous mes camarades nexonnais nés après la guerre, nos parents ne nous en non jamais parlé, ni nos instituteurs, ni nos professeurs.

C’est au début des années 1970 que les choses ont changé. Des travaux universitaires, des monographies… ont été publiées sur les camps et sur les rafles. D’abord celle du Vel d’Hiv, ce qui a eu pour effet d’occulter les autres. Et maintenant il existe une littérature abondante. Sur ce qui c’est passé dans la Région de Limoges l’ouvrage de Guy Perlier, La Rafle- Aout 1942 – Région de Limoges Editions « Les Monédières » en 2012 est très complet. Le site de Fanny Dupuy sur les Réfugiés juifs en Haute-Vienne est riche car la vie de tous les déportés de la Haute-Vienne est retracée : https://www.refugiesjuifs87.fr

Pour la Creuse le livre de Christophe Moreigne – La Mesure J- Points d’Encrage 2022 ne se limite pas à des chiffres et des documents administratifs mais lui aussi fait revivre les personnes déportées

Un travail effectué par les élèves des classes de 1eres S, TEB et TP du lycée Pierre Caraminot d’Egletons en 2018-2019 est un bon résumé de ce qui c’est passé en Corrèze : https://blogsenclasse.fr/19-egletons-caraminot-commemoration/category/avancee-des-travaux-le-travail-dhistoire/larrestation-des-juifs-de-correze-en-aout-1942/

Pour la Dordogne la référence est le travail pionnier de Bernard Reviriego -Les Juifs en Dordogne- 1934.1945- Archives départementales de la Dordogne. Fanlac 2003- 255 p.

Sur la police en général un énorme travail de plus de 1000 pages de Jean-Marc Berlière – Les Polices des temps noirs : France, 1939-1945, Paris, Perrin, 2018, 1357 p.

Les travaux de Serge Klarsfeld sont la référence absolue : Vichy-Auschwitz. Le rôle de Vichy dans la solution finale de la question juive en France, 1942, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1983, 544 p. Mais au delà de ses publications il y a ses actions. Serge Klarsfeld et de son épouse Beate ont passé leur vie à démasquer les responsables de la Shoah et à faire vivre la mémoire de ces évènements funestes. Par leur travail et leur conviction ils ont amené le président Chirac à commémorer le 53e anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv le 16 juillet 1995 en prononçant un discours dans lequel il reconnait la responsabilité de la France.

A Nexon, le 22 mai 1993, d’anciens internés de Nexon, militants politiques et syndicalistes français, ont fait apposer une plaque à la gare de Nexon : « Ici à Nexon, en 1940, est ouvert un camp d’internement surveillé. De cette gare sont partis en direction de Port-Vendres, en mars 1941, pour être déportés dans des camps en Afrique du Nord, des patriotes résistants antifascistes de toujours qualifiés d’indésirables français et internés par les gouvernements français et de Vichy. Victimes de la répression fasciste, ils furent les premiers à nous montrer le chemin de la Résistance. Plus tard, des juifs, des résistants et des patriotes furent déportés en Allemagne. N’oublions jamais leurs souffrances, leur courage, leur sacrifice. Restons vigilants, souvenez vous. »

Quelques mois plus tard, le 12 septembre 1993, en présence de Serge Klarsfeld et de Gérard Gobitz, ancien interné et déporté, a été inaugurée une stèle dressée à côté de celle de 1959 à la porte de l’ancien camp, avec une forme inversée, et lui faisant pendant. La plaque porte l’inscription : « Le 29 août 1942, 450 Juifs dont 68 enfants habitant les départements de la région de Limoges, arrêtés à leurs domiciles et rassemblés au camp de Nexon, furent livrés aux nazis par le gouvernement de Vichy et déportés vers le camp d’extermination d’Auschwitz. Passant, souviens toi  »

Les deux stèles en 2022

Une pierre gravée fut également dressée à la gare. Son environnement a évolué avec la temps. D’une simple pierre dressée à l’origine c’est aujourd’hui un vrai espace du souvenir. Des panneaux expliquent le mouvement d’enfermement des années 1940 -1945 avec l’histoire des camps mais aussi de la déportation des juifs vers les camps de la mort. Ce fut un long travail mené par les associations de déportés, espagnols et juifs Polonais, Allemands, Autrichiens, Lettons, Tchèques…Apatrides, pour que l’on n’oublie pas. Le 28 avril 2018 a été inauguré un sentier de la mémoire rappelant l’histoire des 458 juifs déportés de la gare de Nexon vers Drancy la nuit du 29 aout 1942.

13 septembre 1993 inauguration de la stèle de la rafle d’aout 1942. René Rebière, à gauche, est maire
29 avril 2007 De G à D Mme Jamin, Maire, Josette Dugot, Souvenir Français, Françoise Dubuc, infirmière au camp, Jeanine Hery prisonnière au camp alors âgée de 6 ans, la fille de Mme Dubuc.

26 avril 2009, pour la première fois, lors des cérémonies commémoratives de la Journée de la Déportation, les descendants des espagnols républicains, à travers l’Ateneo Republicano du Limousin, étaient présents.

26 avril 2009
26 avril 2009
29 aout 2012, Liliane Jamin Maire avec Claude Bérody et à gauche la porte drapeau Ateneo Republicano du Limousin
2012 Discours de Guy Perlier
2012
28 avril 2015,Fabrice GERVILLE-REACHE maire
Bulletin municipal d’Information n° 264 Juin 2021

Souhaitons que nous n’ayons pas à revivre des heures aussi cruelles…

De belles photos de Nexon

Jean RIBIÈRE (1922 -1989) est un photographe de renom, qui, avec son épouse Micheline VIALLE a créé leur agence de presse.  Pendant les années 1950 ils s’orientent vers la vie quotidienne des français. Il venait souvent à Coussac Bonneval où vivait la grand-mère de son épouse. De là il partait en moto et s’arrêtait pour photographier des scènes de la vie Il cherche l’instant ou son cliché va rendre le geste, l’expression les plus parlants.

En 2013, Page centrale, une maison d’édition coopérative de Clermont Ferrand édite un ouvrage intitulé « Jean Ribière Instantanés de l’Auvergne et du Limousin » dans lequel sont publiées des photos que jean RIBIERE a réalisées dans les années 1952-1954.

Quand j’ai vu cet ouvrage je me suis précipité pour l’acheter ! la couverture était une photo de la place de l’église avec, sur la route huit jeunes se tenant par la main. Je pensais trouver des explications mais il n’y avait qu’une simple légende  » les huit solidaires . Nexon. Haute-Vienne ».

Un galerie qui vend cette photo qu’il intitule « Les 8 enfants descendant la grand-rue du village, Nexon, 1952  » j’ai montré cette photo a plusieurs personnes qui habitaient place de l’église dans les années 1950, principalement à ceux qui avaient entre 3 et 7 ans en 1952. Aucun e n’a reconnu le moindre de ces jeunes. Je lance donc un appel à mes lecteurs pour trouver qui étaient ces jeunes.

Dans sa préface Annick FAURET écrit que les scènes photographiées ne sont pas préméditées. C’est sans doute vrai pour la plupart d’entre elles mais il est difficile d’imaginer à Nexon huit jeunes garçons et filles remontant du bourg en se tenant par la main et occupant la totalité de route.  C’est d’autant plus étonnant que la jeune fille qui tourne la tête vers la droite se retrouve sur une autre photo, prise quelques mètres plus loin, en train de mener un attelage de bœufs.

Quelqu’un reconnaît il l’agriculteur ?

Il y a deux autres photos avec un agriculteur au travail. Ce sont de belles photos et pour des nexonnais ne pas connaître les acteurs est frustrant. Je fais appel à vos mémoires.

La gare de Nexon et son quartier. II-un développement qui conduit à l’ouverture de trois hôtels -restaurants

Lors du recensement de 1841 il bien évidemment pas question de la gare. Dans le quartier seul est mentionné le lieu dit Lombertie avec la famille LOMBERTIE qui y habite. Lors du recensement suivant, en 1886 la gare y occupe une place importante. D’abord par l’avenue de la gare qui commence à la sortie du bourg à l’époque c’est à dire à la hauteur de la rue Gay Lussac et de la rue Lavoisier. Les maisons bourgeoises qui étaient construites autours de l’église au XVIIIe siècle puis dans les rues commerçantes ensuite sont maintenant à la sortie des bourgs, en retrait de la rue avec un parterre devant et un parc jardin à l’arrière. Le fait que des 1886 cette rue porte le nom d’avenue est significatif. C’est le lieu des promenades dominicales et les plus courageux vont voir passer les trains, spectacle surprenant en 1880 ! Les auberges sur le parcours ou à la gare permettent de passer un agréable moment. La carte postale ci dessous qui date des années 1910 permet de mesurer ce phénomène.

L’avenue de la gare un après midi

A la hauteur de la gendarmerie, à droite sur la carte postale (restaurant Massy aujourd’hui) l’avenue devient la rue de la gare. Dans cette partie ce ne sont plus des maisons bourgeoises comme celles que l’on voit de part et d’autre de l’avenue mais une ferme et un moulin en descendant sur la gauche et un étang à droite. Nous reviendrons sur cette avenue et cette rue devenue avenue Charles de GAULLE.

Pendant la construction de la ligne de chemin de fer il a fallu construire des bâtiment, d’abord la gare et les logements pour le personnel et très vite des auberges et des hôtels ont vus le jour.

1 – L’Hôtel de la gare des voyageurs

Les affaires ont sans doute eux du mal à démarrer puisque dès le mois de fevrier 1877 M. LAFFARET cherche un gérant pour son hôtel.

Le Courrier du Centre 13 février 1877

En mai 1880 le Tribunal de commerce de Saint Yrieix la perche annonce la faillite de Fulbert LAFFARET. Il est invité au Tribunal pour entendre ses propositions, afin de lui consentir un concordat, ou, à défaut, être constitués en état d’union.

Le Courrier du centre 14 mai 1880

Il faut croire que M. LAFFARET a trouvé une solution pour régler ses dettes puisqu’au recensement de 1886 l’auberge est au nom de Fulbert LAFFARET. Avec son épouse ils ont quatre enfants ; un neveu et une servante vivent avec eux.

La famille DECOULHAC habite toujours à la gare avec leurs trois enfants. Ils ont une cuisinière et deux domestiques. Les autres personnes du quartier sont essentiellement des employés du chemin de fer, le chef de gare, le chef de dépôt …au total 20 personnes.

Au recensement de 1891 LAFFARET n’habite plus à la gare, Annet DIEUAIDE est aubergiste et il l’est encore au recensement de 1896.

Recensement de 1891. ADHV

le quartier de la gare n’est pas encore très vivant? Il n’y a qu’une auberge et la majorité des habitants travaillent pour le chemin de fer.

Les choses changent à partir de 1990. Au recensement de 1901 la famille Decoulhac habite toujours à la gare, le restaurant est tenu par Antonin MOMOT et Jean BONNET a créé une affaire de négoce.

Le restaurant MOMOT acquiert une certaine notoriété. Il figure sur les cartes postales de la gare. En 1906, au recensement Antonin MOMOT est déclaré menuisier et c’est son épouse Louise qui est restauratrice.

Recensement 1906 ADHV
Une belle photo avec la locomotive, les réservoirs d’eau et le restaurant vers 1910

Après la guerre de 1914-1918 le restaurant passera ensuite les mains de la famille LATHIERE, le mari était peintre et son épouse tenait le restaurant.

Emile LATHIERE a épousé le 13 juillet 1912 à Nexon, Clémence dite Germaine PRUGNY (1890-1984) dont les parents étaient débitants de tabac et éditeurs de cartes postales. Monsieur LATHIERE (1887 – 1967) a été une personnalité à Nexon ou il a été premier ou deuxième adjoint au maire de 1947 à 1967. Ils ont eu le malheur de perdre leur fils Daniel abattu dans un pré à l’entrée des Cars par les allemands. Il avait 21 ans et avait rejoint le maquis à Cussac.

L’Hôtel de la Gare des Voyageurs

Après la famille Lathière l’hôtel-Restaurant-tabac a été racheté par Adrien RATINAUD et exploité par Mme Alice BEYRAND.

Publicité 1968

L’hôtel a eu son dernier client pour la nuit du 30 décembre 1974. Lorsque le restaurant a fermé le bâtiment a été transformé en résidence.

mars 2021

2 – René-Mathurin BONNET un entrepreneur dynamique véritable créateur du quartier

René-Mathurin BONNET (1889-1959) a un peu plus de 20 ans quand il crée avant la guerre de 1914 une entreprise de négoce. Il vend des légumes, des fruits, des céréales mais aussi des engrais, de la chaux et du ciment. Il achetait beaucoup de pommes de terre dont il écoulait le plus gros tonnage dans la région bordelaise. Il n’avait pas été gâté par la nature car il était bossu mais il en riait et s’appelait lui même « BONNET la bosse ». Pendant la seconde guerre mondiale il avait ouvert une épicerie de première nécessité dans la partie droite de la mairie. Il y vendait de tout, y compris des glands qu’il faisait ramasser dans les bois.

A droite épicerie de 1ere nécessité

Son activité devait être florissante car à l’exception de l’hôtel LATHIERE il possédait toutes les maisons et hôtels de la gare, adossés à la colline.

Proposition commerciale pour l’Hérault

La société, dans les années 1950, a été gérée par sa fille Marie-Edith qui avait épousé M. Armand DAURIAT (1913-1972) le 3 juin 1937.

A l’intérieur de la halle de la gare des marchandises il y avait un Bureau dit PV, soit Petite Vitesse, qui gérait le trafic des wagons de marchandises. On mesure l’importance de la gare de Nexon à l’époque quand on pense aux voies de garage, au parc centralisateur, au district, et, en face du hall, entre gare voyageurs et gare marchandises, le dépôt de matériel électrique avec trois appartements tout autour. Ce dépôt a pris feu en septembre 1969 et il n’est rien resté. Depuis 3 semaines soufflait un vent d’est très sec, ce qui fait que lorsque les flammes atteignirent la charpente, les pompiers de Nexon, aidés par ceux de Limoges, ne purent rien sauver et noyèrent les décombres. La SNCF ne reconstruisit rien, mieux, elle démolit les deux châteaux d’eau quelques années après.

3 – L’Hôtel des Deux Gares qui deviendra Le Nouvel Hôtel

Dans les maisons construites le long de la colline on trouve deux hôtels. Le premier, presque en face de la gare a le toit mansardé.

Cet hôtel est à l’enseigne « Hôtel des Deux Gares » pour bien montrer d’un côté la gare des voyageurs et de l’autre la gare des marchandises. Le premier propriétaire est Pierre LOMBERTIE. Le 20 juillet 1914, lorsque son fils Albert nait, il est donné comme aubergiste à la gare. On le retrouve exerçant cette profession lors du recensement de 1921

Recensement de 1921. ADHV

En 1926, Pierre LOMBERTIE n’est plus aubergiste mais agriculteur. Paul MORELLO qui vient du midi ouvre un commerce de vin et son épouse gère l’hôtel qui devient le « Nouvel Hôtel ».

Recensement de 1931
Le Nouvel Hôtel. Une R16 devant fin des années 1960.

Lorsque René DUPUYDENUS installe son garage dans le local contiguë à l’hôtel son épouse prend la gérance de l’hôtel et du restaurant. L’activité du restaurant est particulièrement importante les jours de foire.

Par la suite plusieurs gérants vont se succéder; L’hôtel deviendra le « Lézard vert ». Une des gérantes a marqué l’histoire locale, la fameuse Requitta, une femme très affriolante qui attirait beaucoup d’hommes, jeunes et moins jeunes dans son établissement … Et petit à petit la gare a perdu son attractivité, l’hôtel et le bar ont fermé. Le bâtiment a été transformé en appartements dont certains semblent fermés en 2022.

mars 2021

3 – L’Hôtel de la Gare

Le troisième hôtel, l’Hôtel de la Gare était géré par Louis BEYRAND (1883-1951) et son épouse Marie BOYER (1887-1979).

Recensement 1926 – ADHV

La salle de bal servait de salle de restaurant les jours de foire et ces jours là, il se consommait 2 barriques de vin rouge et une barrique de vin blanc.

Comme les autres hôtels restaurants du quartier de la gare, l’activité a fortement diminuée avec la fin des foires à Nexon en Octobre 1980.

Il n’y a plus d’activités commerciales dans cette rue. Certaines maisons ont été rénovées mais souvent fermées. Le quartier de la gare s’est peu à peu endormi. Les trains de voyageurs s’arrêtent encore à Nexon. Souhaitons que ce soit encore pour longtemps…

Juillet 2021

La Place de la Mairie autrefois… et aujourd’hui.

La couverture du « Trait d’Union nexonnais » du mois de mai 2022 m’amène a reprendre quelques vues de la place de la mairie depuis le début du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

La couverture de ce bulletin montre l’évolution en un peu plus d’un siècle.

En haut, couleur sépia, une vue de l’ancienne mairie ; en bas, la même place en 2022. Il est difficile pour les jeunes nexonnais d’imaginer que le bâtiment que l’on voit à droite soit l’ancienne mairie. Nombreux sont ceux qui me montrant d’anciennes cartes postales croient qu’il s’agit de l’ancien Agora. Une lecture attentive de l’image montre qu’il n’en est rien.

Un peu d’histoire.

Quelques cartes postales permettent de bien comprendre la disposition des deux bâtiments.

La place de la mairie vers 1910

Au premier plan la mairie qui se situe à l’emplacement actuel des gradins et à l’arrière plan, à droite, le grand bâtiment qui deviendra la mairie en 1919 puis le centre Agora et la Maison de l’intercommunalité.

La place de la mairie avant 1914

Sur cette carte postale la route n’est pas apparente, il n’y a pas de trottoirs.

Sur la carte postale du bas on voit la trace de la route. Les premières voitures automobiles circulent à Nexon. Celle qui est garée devant la mairie est certainement celle de François LELONG qui a été maire de Nexon de 1904 à 1919.

La photo du bulletin communal montre le travail de macadamisation de la route. Cette technique utilisée avant le goudronnage a été élaborée par John McAdam, un écossais, vers 1820. Elle consiste à répandre sur un sol nivelé et asséché, des couches successives de pierres concassées de tailles différentes, liées avec du sable et de l’eau, et agglomérées par le passage d’un rouleau compresseur.

La macadamisation de la route

Aujourd’hui on confond macadam et goudron mais c’est un abus de langage.

Pendant la durée des travaux le conducteur du rouleau vivait dans une roulote qu’il attelait à son engin. On imagine qu’il ne pouvait pas rentrer chez lui le soir, à la fin de sa journée de travail … Son épouse et ses enfants le suivaient.

Le rouleau compresseur et sa roulotte avec le conducteur et sa famille

Une carte postale intéressante montre un rouleau appelé ici machine routière, au travail à Flavignac.

Si l’on revient à la place de la mairie avant la deuxième guerre mondiale quelques photos la montre sous un autre jour. Par exemple avec une batterie d’artillerie qui fait étape à Nexon vers 1905. C’était très fréquent à l’occasion des manœuvres, grandes ou petites.

Il arrivait que plusieurs centaines d’hommes et de chevaux passent 2 ou 3 jours à Nexon et qu’il faille assurer l’hébergement des officiers et la nourriture des hommes et des animaux. L’officier commandant avait, en cas de difficultés, le droit de procéder à des réquisitions.

On voit sur cette photo, des militaires devant l’école. Ils n’ont pas l’air en manœuvre et sont peut-être en convalescence. Les salles ont sans doute été réquisitionnées pour loger les soldats.

L’évolution de la place.

Le 20 avril 1919 le conseil municipal décide la démolition de la Mairie, vétuste et dangereuse, et installe la Mairie dans l’ancien presbytère. La place prend une autre allure, d’autant plus que la route est maintenant matérialisée par des caniveaux. Le monument aux morts dont la construction avait également été décidée en 1919, y a tout naturellement trouvé sa place.

De nombreuses cérémonies ont eu lieu sur cette place idéalement centrale entre la mairie et l’église.

11 novembre 1940

En 1950 le monument aux morts est déplacé à coté du cimetière. Des barres sont installées sur cette place qui est alors uniquement utilisée pour y attacher les animaux les jours de foire.

1983

Lorsque les foires vont disparaitre, les barres seront enlevées et la place connaitra plusieurs évolutions…

mai 2016
juin 2016
Travaux en 2020
17 mai 2021
mai 2022

Henri JABET (1871-1958), résidant au château du Plantadis, cavalier émérite, 6ème d’un raid de 750 km…

L’annuaire DUMONT de 1905 recensait 8 châteaux à Nexon parmi lesquels le château du Plantadis à M. JABET et un second à Mme Veuve FOUREST. Aujourd’hui on ne les considèrent plus comme des châteaux mais comme manoir, gentilhommière ou maison bourgeoise.

Annuaire DUMONT 1905

Je vais m’intéresser à la famille JABET. On en trouve trace lors du recensement de 1901. Henri JABET a 30 ans et il est déclaré comme rentier. Son épouse Gabrielle DECHABACQUE a 28 ans et ils ont deux enfants, Henriette qui a 5 ans et Robert 4 ans. Une servante, Madelaine MAZAUD âgée de 19 ans vit avec eux.

Recensement de 1901

Henri JABET est né le 15 mars 1871 à Bordeaux. Il est l’ainé de cinq enfants, son second a vécu trois jours, puis Léon (1873 – 1931), Marthe (1874 – 1961) et Albert (1878 – 1941). La famille JABET était une famille de commerçants de Limoges.

Leur ancêtre, Jean Baptiste Joseph JABET (1732 -1798) était négociant. Il a présidé le Tribunal de commerce de Limoges vers 1785 et sa fortune lui a permis d’acheter le fief de COYOL (Couzeix) à la famille de sa femme. Il a eu 6 enfants et parmi sa descendance (5ème génération) on trouve Henri JABET. Son grand père, Siméon JABET (1805 – 1869), a épousé Clara CLOUET de PIETTRE, sœur de Clarisse CLOUET de PIETTRE qu’avait épousé son frère ainé Jean Baptiste (1799- 1890). L’histoire des CLOUET de PIETTRE est passionnante mais sort du cadre de cet article. Disons simplement que c’est une famille franco-espagnole qui joua un rôle important en Louisiane, immense Province française devenue espagnole avant d’être achetée par les Etats-Unis. L’un d’entre eux, Louis CLOUET a acheté un hôtel particulier à Bordeaux. De ce fait les familles JABET, qui ont eu de nombreux enfants, se sont épanouies à Limoges et à Bordeaux. Il n’est donc pas étonnant de voir qu’ Henri JABET soit rentier à 30 ans. Il avait épousé Gabrielle de CHABAQUE le 31 juillet 1895 à Panazol.

Extrait du registre des mariages ADHV

La liste des témoins permets de constater que les mariés appartiennent à la fois à la bourgeoisie bordelaise et limougeaude puisqu’on y trouve le vicomte Louis de CLOUET, Alfred PETINIAUD, Louis BRIGUEUIL ancien président du tribunal civil de Lyon, maire de Saint Just, Ludovic de PLAS, capitaine d’infanterie…

Extrait du registre des mariages ADHV

Lors du recensement de 1901 Henri JABET et son épouse sont au Plantadis avec leurs deux premiers enfants Henriette et Robert. Henriette est née le 22 juillet 1896 à Panazol ou résidait alors la famille tandis que son frère Robert est né le 16 octobre 1897 au château de Maumont à Juignac en Charentes.

En 1901, le 20 octobre au Plantadis nait le troisième enfant de la famille, Joseph – Michel dont les témoins sont les barons Armand et Félix de Nexon. Ceci montre les relations qui existaient entre ces deux familles qui se retrouvaient aux courses, à la chasse…

Extrait de naissance de Joseph Michel JABET au Plantadis ADHV

Au recensement de 1906 la famille est encore au Plantadis mais on ne trouve pas mentionné le jeune Joseph Michel. Il n’y a plus de servante à domicile.

Figurent également un domestique et plusieurs propriétés cultivées par des domestiques et un colon aux nombreux enfants.

recensement 1906 le Plantadis ADHV
recensement 1906 Le Plantadis ADHV
recensement 1906 Le Plantadis ADHV

Entre 1900 et 19010 Henri JABET occupe son temps a gérer ses propriétés, à élever ses chevaux et ses chiens et à participer à des courses et des concours. Il figure aux palmarès de compétitions hippiques pour gentlemen, à des raids militaires, à des tirs aux pigeons… Henri JABET monte des chevaux du baron de Nexon

1902 Le Courrier du Centre 28 aout
1904 Le Courrier du Centre 24 mai
1905 Gil Blas 27 juillet

Ce qui me frappe le plus dans la vie de Henri JABET c’est sa participation aux raids hippiques sur des très longues distances, plus de 500 km. Il était lieutenant de réserve. C’était une spécialité militaire à une époque ou la cavalerie était l’arme essentielle et noble des armées. En lisant les discours des généraux lors des remises des prix aux vainqueurs je suis surpris de leur manque de lucidité lorsqu’ils pensent que la qualité des chevaux et de leurs cavaliers permettront à la France de gagner les futures batailles.

Henri JABET a raconté les 750 km qu’il a parcouru de Biarritz à Versailles en 8 jours en avril 1913, la connaissance de son cheval, les soins qu’il lui donne … Son allure est précise, trot cadencé de 250 par minute avec alternance de temps de trot et de pas; A la fin du parcours il pousse sa jument à un rythme de 17 km/h avec des stimulants étonnants : du lait sucré et 2 bouteilles de champagne. Sur les 80 cavaliers du départ il a terminé à la 6ème place. C’était une référence dont il était fier et il entretenait sa forme en participant régulièrement à des raids de plusieurs centaines de kilomètres.

Henri Jabet a dilapidé sa fortune dans les courses. Le Plantadis a été vendu. Je n’ai pas terminé mes recherches mais je souhaitais rappeler les exploits de ces hommes capables de vivre des journées entières avec leurs chevaux. C’était une autre époque. Si vous avez des documents sur la famille et sur les successeurs au château, n’hésitez pas à me laisser un commentaire.

La gare de Nexon et son quartier. I la construction de la ligne et l’arrivée du premier train.

La décision de créer une ligne de chemin de fer entre Limoges et Agen passant par Nexon et Périgueux a été prise par décret impérial le 21 avril 1853. Elle est considérée comme prolongement de Paris – Limoges vers Périgueux et Agen, puis ultérieurement les Pyrénées et s’inscrit dans la politique de Napoléon III de développer l’économie par une politique de grands travaux, confiés à l’initiative privée.

Le premier train est arrivé à Limoges le 2 juin 1856, c’était un train de marchandises, les voyageurs arriveront 2 semaines plus tard. Il était logique de poursuivre la ligne vers le Sud. La concession a été accordée à la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France. Ce choix résultait de la volonté de fractionner le réseau en plusieurs compagnies pour éviter qu’elles deviennent plus puissantes que l’Etat. Mais très vite la Grand-Central connaît des difficultés financières qui conduisent à sa dissolution. La concession est alors transférée à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans le 19 juin 1857.

Les travaux, commencent en 1856 mais le tracé n’est pas encore définitif. A Nexon la compagnie exproprie les terrains au cours de l’années 1859. On évite les villages et le tracé de la ligne ne doit pas comporter de pentes trop importantes et pour cela elle va contourner Nexon comme on le voit sur le plan cadastral de 1817.

Plan cadastral de 1817 avec la voie ferrée tracée en jaune

Les expropriations ont touchés des centaines de propriétaires, le plus souvent pour des parcelles de quelques dizaines d’ares et rarement de plus d’un hectare. Le journal « Le 20 décembre » publie dans son numéro du 6 octobre 1859 la liste des parcelles expropriées sur la commune de Nexon.

La manchette du journal du 6 octobre 1859 comporte deux encadrés , surlignés en jaune, avec les heures de départ et d’arrivée des trains pour Paris. Les trois trains qui partent de Limoges pour Paris sont à 7 heures, 11h.40 et 4h. 40 le soir.

On note ici qu’une terre de plus de 2 hectares est expropriées à M. Jean DUCOUILLAC. Au total ce sont plus de 5 hectares qui lui sont expropriés. On peut également noter que l’une de ses terres se nomme ‘de la vigne », nom que l’on retrouve plusieurs fois, ce qui montre qu’il y a eu des vignes à Nexon. Toutes les parcelles expropriées sont des terres, des prés, des châtaigneraies et parfois des pâturages ou des vergers.

Une enquête publique est ouverte du 1er au 9 mai 1860 sur l’emplacement des gares de Nexon, Saint-Hilaire-Lastours ( cette commune est devenue Saint-Hilaire-les-Places par le décret du 27 mars 1905) et Bussière-Galant.

Le 20 décembre du 30 avril 1860

Il n’a pas toujours été nécessaire d’exproprier les propriétaires, des acquisitions ont également eu lieu. Elles ont pris du temps puisque la liste en a été publiée dans Le Courrier du Centre du 19 fevrier 1861 avec le nom, la nature des parcelles, leur surface et le prix payé. Incontestablement ils sont moins nombreux que ceux qui ont été expropriés. A Nexon seul M. DECOULAC, meunier au moulin de l’Etang, devenu étang Barlet a vendu une parcelle mais a été exproprié pour une plus grande superficie.

Le Courrier du Centre du 19 février 1861

Au mois de mai 1861 la ligne Limoges – Périgueux est terminée. Le 13 mai 1861, un train avec les ingénieurs de la Compagnie Paris Orléans effectue un premier voyage de Périgueux à Limoges sans encombre.

Le Courrier du Centre 14 mai 1861

Le 22 aout le journal annonce l’ouverture de la ligne Limoges – Périgueux pour le lundi 26 aout et donne les horaires pour chacune des gares du parcours. On constate que le train met 40 mn pour aller à Limoges en effectuant un arrêt à Beynac. Cette gare n’était pas prévue à l’origine du projet mais le Conseil général, dans sa séance du 28 aout 1858 a souhaité que la ligne ait un arrêt proche d’Aixe sur Vienne :

Le 20 Décembre du 21 septembre 1858

La logique de la proximité l’a emporté sur celle de la vitesse, ce qui ce comprend pour cette époque. le trajet de Périgueux à Limoges s’effectue en 3h.22 ce qui la première marche dans l’accélération de la vitesse des déplacements dans le monde.

Le Courrier du Centre 22 aout 1861

Le lundi 26 aout, jour d’ouvrir de la ligne entre Limoges et Périgueux il n’y a pas d’article dans la presse mais la manchette du Courrier du Centre ajoute aux horaires des trains pour Paris ceux des deux trains pour Périgueux.

Le journal rendra compte de cette ouverture dans son édition du 28 aout en décrivant en détail le parcours de Limoges à Périgueux.

Le Courrier du Centre 28 aout 1861

Très vite l’impact de la gare va se faire sentir. Pour les courses de Périgueux du 1er septembre la compagnie PO met en place un train spécial au départ de Limoges avec arrêt à toutes les gares, quelques jours plus tard une importante vente de chevaux a lieu à Nexon…

… et à Saint Yrieix on se plaint de manquer de déserte et en attendant le train la ville souhaite un accroissement des transports par route…

Le Courrier du centre 21 septembre 1861

La gare va progressivement devenir un quartier vivant de Nexon. Les employés de la compagnie et leur famille formeront un groupe d’une trentaine de personnes, les voyageurs entraineront l’ouverture d’un hôtel puis un deuxième jusqu’à trois après la guerre de 1914 – 1918. La construction de la ligne vers Brive va favoriser le commerce vers Saint Yrieix… Toute la commune va profiter des activités engendrées par la gare et la population de Nexon va régulièrement augmenter jusqu’à la Première Guerre Mondiale passant de 2 648 habitants en 1866, à 2954 en 1881 et 3 135 en 1911.

Un parc de groupement de bétail en 1914 à Nexon

Le hasard des recherches de cartes postales m’a permis de trouver une carte postale originale. Le recto ne m’intéressait pas particulièrement car je possédais déjà cette carte mais je lis toujours le verso car les textes révèlent la vie courante de ceux qui écrivent.

Cette carte a été envoyée de Nexon le 22 novembre 1914 par un militaire qui vient d’y arriver. Il participe au rassemblement et à l’expédition de bétail pour les soldats qui sont au front.

Le soldat est arrivé à Nexon après des marches et des contremarches mais il ne se plaint pas car il voit du pays et il est bien nourri et logé chez des gens très gentils. Il est affecté au parc de regroupement du bétail qui est chargé d’expédier les bêtes au parc général à Meung sur Loire qui était rattaché à la Station Magasin des Aubrais.

Quand on parle de la guerre on pense surtout aux combattants mais on oublie souvent ceux qui les font vivre, les services du ravitaillement. Au moment de la déclaration de la guerre, le 3 septembre 1914, il y avait 880 000 hommes dans les casernes , ceux des classes 1911, 1912 et 1913 qui sont nés entre 1891 et 1893. Entre le 2 et le 7 août, 2 200 000 hommes de la réserve sont appelés, ceux des classes 1900 à 1910 qui sont nés entre 1880 et 1890 et avaient donc de 24 à 34 ans. A partir du 14 août, sont appelés les 700 000 hommes des troupes territoriales, ceux des classes 1893 à 1899, nés entre 1873 et 1879 et donc âgés de 35 à 41 ans. A partir du 16 août il a fallu ajouter la réserve de la territoriale formée des classes 1887 à 1892 ainsi que les 71 000 engagés volontaires qui avaient devancé l’appel. Il y eu rapidement plus de 3 millions de militaires à nourrir…

Chaque armée doit fournir 300 000 rations chaque jour. Pour cela ce sont 500 à 600 bœufs ou vaches qui, tous les jours, partent pour le front. Une fois par semaine, on donnait aux soldats de la viande de porc. Pour ce jour-là, 1.000 à 1.500 porcs vivants étaient expédiés aux abattoirs de l’armée….

Des plans étaient prévus puisque depuis la défaite de 1870 qui s’est traduite par la perte de l’Alsace et la Moselle par le traité du 10 mai 1871, tous les efforts étaient organisés en vue de leur reconquête. Et bien sur le ravitaillement n’était pas oublié. Chaque corps d’armée dispose d’une sous-intendance spéciale comprenant 3 officiers et 6 secrétaires, chargée du ravitaillement en viande fraîche. Le corps d’armée dispose également d’un parc de bétail conduit et administré par 7 officiers et 125 hommes. Ils sont dotés de 16 automobiles pour amener la viande au front… Et s’il fallait des bouchers il fallait également des boulangers, des cuisiniers …

Cette carte postale me permet d’approfondir le ravitaillement en viande fraiche des militaires pendant la guerre de 1914 – 1918

L’Instruction sur l’alimentation et le ravitaillement en viande des troupes en campagne du 18 mars 1901 mise à jour plusieurs fois jusqu’au 1er août 1915 permet de se faire une idée de cette organisation .

Art. 1er. Toutes les fois que cela est possible, on distribue aux troupes de la viande fraîche ; à défaut de viande fraîche, on distribue de la viande de conserve.

La viande fraîche est fournie d’abord par l’exploitation des ressources locales (1) des pays traversés par les troupes : ces ressources servent à assurer les distributions ainsi qu’à organiser et à entretenir des troupeaux marchant à la suite des troupes (troupeaux de ravitaillement, parcs de bétail de corps d’armée).

A défaut de ressources dans les pays traversés par les troupes, le bétail est envoyé de l’arrière par le service des étapes qui se le procure soit au moyen des ressources de la zone d’étapes si elles sont suffisantes, soit, dans le cas contraire, en le demandant aux stations-magasins.

Les stations-magasins sont alimentées en bétail par le service territorial du ravitaillement qui fournit le bétail nécessaire à la formation de troupeaux d’approvisionnement (entrepôts de stations-magasins, parcs de groupement).

Si les troupes ont dû consommer de la viande de conserve ou si l’envoi de bétail par l’arrière est impossible, les stations magasins expédient de la viande de conserve dont un approvisionnement, constitué dès le temps de paix dans chaque station-magasin, est entretenu par des envois de l’intérieur.

Un troupeau de ravitaillement est affecté à chacune des grandes fractions du corps d’armée (divisions, éléments non endivisionnés), sous la direction immédiate des sous-intendants de ces unités.

Lorsque les ressources de la zone immédiate seront épuisées ou avant ce moment si les circonstances l’exigent (art. 33), le bétail nécessaire sera tiré de zones réservées plus en arrière le long de la ligne de communication qui dessert la station magasin. Dans chacune de ces zones (art. 24), est prévu (sur la ligne de communication et ses embranchements), un parc de groupement de bétail.

Qu’il s’agisse de l’approvisionnement de l’entrepôt ou du parc de groupement, le bétail est rassemblé dans un ou plusieurs centres de réception d’où il est dirigé par voie de terre sur l’entrepôt de la station-magasin ou le parc de groupement (2e échelon) par les soins d’une ou plusieurs commissions de réception, fonctionnant conformément aux instructions en vigueur pour l’exploitation méthodique des ressources du territoire national par le service du ravitaillement.

Quelques cartes postales illustre cet aspect de la guerre dont on ne parle pas souvent !

Parc de ravitaillement à Autun
Les vaches ont remplacé les chevaux sur l’hippodrome de Longchamp

C’est sans doute ce qui se passait à Nexon. le bétail qui était rassemblé dans le parc de groupement était conduit à la gare pour être embarqué vers Orléans et se rendait ensuite à Meung sur Loire par la route.

Le parcours sur la route était organisé dans les moindres détails. L’instruction prévoit que les ouvriers préposés à la garde et à l’entretien des bestiaux prennent le nom de bouviers ou de toucheurs. Leur nombre varie selon le nombre des animaux et la nature du terrain qui, suivant qu’il est plus ou moins accidenté, augmente ou diminue les difficultés de la surveillance. En thèse générale, on admet qu’il faut en moyenne : en station, 3 à 4 toucheurs et 1 surveillant (caporal, autant que possible) pour 100 bêtes ; en marche, 6 à 8 toucheurs et 1 surveillant par 100 bêtes. Les toucheurs sont chargés des soins de propreté, de la conduite et de la garde des troupeaux au pâturage ou à l’abreuvage, de la distribution des fourrages, de la nourriture sur place quand il y a lieu, de la surveillance en marche ; enfin de tout ce qui a trait à la conduite et à l’entretien des animaux.

Pour conduire les troupeaux au pâturage ou à l’abreuvage, on les divise en groupes de 60 à 80 bêtes au plus, que l’on confie à un surveillant ayant sous ses ordres le nombre de toucheurs nécessaire, à raison de 2 toucheurs pour 30 à 40 bêtes. Chaque groupe est compté à la sortie et à la rentrée. On munit les toucheurs d’aiguillons. Chaque animal est pourvu de sa longe.

Marche des troupeaux.

Les troupeaux doivent avoir été examinés le matin du départ ou la veille au soir par le vétérinaire qui désigne les bêtes qui ne peuvent pas suivre et doivent être laissées sur place, confiées aux autorités locales contre reçu.

Les bœufs (ou vaches) peuvent faire 30 kilomètres par jour, à raison de 4 kilomètres à l’heure, mais à la condition qu’on ne presse pas leur marche, qu’on puisse les abreuver plusieurs fois et qu’on fasse des haltes de temps en temps (toutes les trois heures si possible). A moins de nécessité absolue, on évite de faire marcher les animaux pendant les heures de forte chaleur. On les fait marcher de préférence le matin et le soir.

Les haltes ont lieu, autant que possible, dans des endroits qui offrent aux bestiaux de l’eau potable, des pâturages et un abri contre le soleil ou le mauvais temps.

A l’arrivée à l’étape, le troupeau est de nouveau réuni. On cherche à se procurer des étables, hangars et à défaut un emplacement quelconque entouré de clôtures. S’il n’en existe pas, on y supplée en choisissant le campement le plus convenable et on y fait veiller les toucheurs à tour de rôle. Le service de surveillance de nuit doit être fortement organisé.

Des instructions ont été données pour que les toucheurs ne frappent ni ne piquent les bêtes ce qui fait perdre de la qualité à la viande.

Interdiction d’utiliser des moyens violents dans la conduite et le gardiennage du bétail
le Miroir n°45 – 4 octobre 1914

Si un des lecteurs a des informations sur ce parc de regroupement de bétail il peut me le signaler par un commentaire.

Quand l’ancien cimetière se rappelle au bon souvenir des nexonnais à l’occasion de travaux …

M. et Mme CAUQUIL ayant acheté le garage attenant à l’ancien café de la poste pour le transformer en cabinet d’infirmière commencèrent à y réaliser des travaux au mois de novembre 2021. Après quelques coups de pioche pour refaire le sol des ossements apparaissent. M. CAUQUIL pense qu’il s’agit d’animaux qui auraient été enterrés par les vétérinaires. Mais l’œil d’une infirmière ne pouvait pas confondre des os d’animaux avec des os humains. Quand un fémur fut déterré il ne pouvait plus y avoir de doutes , il s’agissait bien d’ossements humains.

Le reflexe de Mme CAUQUIL a été de prévenir la gendarmerie de cette découverte. Les recherches ont consisté à savoir s’il n’y avait pas une disparition, un meurtre non élucidé à Nexon dans le passé.

Les gendarmes ont immédiatement déposés des scellés sur la porte de local interdisant toute entrée jusqu’à l’élucidation de l’origine des ces ossements.

Ayant appris qu’il y avait eu un ancien cimetière dans cette zone, l’adjudant chargé de l’enquête à la gendarmerie de Saint Yrieix m’a contacté afin que je lui communique les documents relatifs à ce cimetière.

Après quelques semaines de recherches la gendarmerie a conclu que les ossements provenaient bien de l’ancien cimetière. Les scellés ont été retirés et Mme CAUQUIL a pu continuer les travaux de création de son cabinet de soins infirmiers.

Le futur cabinet de soins infirmiers en avril 2022

Où se trouvait l’ancien cimetière ?

En 1651, les inhumations se faisaient à Nexon dans deux cimetières à la fois. Le plus ancien entourait en partie l’église et forme aujourd’hui la place qui s’étend jusqu’au portail du château. Le second, plus récent, occupait l’emplacement de l’ancien Champ de Foire, aujourd’hui place de la République, et fut utilisé jusqu’à la fin de 1817.

Le cimetière qui autours de l’église fut abandonné vers 1680 et il n’y eu alors qu’un seul cimetière, plus grand que le premier. Son emplacement était bizarrement choisi, sur un sol rocheux en forte déclivité ce qui facilitait le ravinement des eaux pluviales. Il fut assez vite entouré d’habitations si bien qu’à la fin du XVIIIe siècle il se trouvait à peu près au centre du bourg. Les registres municipaux de cette époque relatent à plusieurs reprises les inconvénients résultant de la présence de ce lieu de sépulture sur ce terrain et en cet endroit.

Ils signalent que les tombes se trouvaient presque à fleur de terre et que les chiens et les pourceaux y déterraient parfois les cadavres, « quelques précautions que l’on ait prises ». Il était cependant clôturé « de murs d’une hauteur suffisante » et deux portes y donnaient accès, l’une dite « supérieure » et l’autre « inférieure ». De gros noyers l’ombrageaient de leurs rameaux. A l’intérieur se trouvait une Chapelle dédiée à Saint Léonard dont l’existence nous est révélée par un acte de 1652 : « le troisième d’avril mil six cent cinquante deux est decede en la Communion de nostre mère la Ste Esglise Jacques marginier âge de cinquante ans et fust ensevely dans nostre Cymetiére proche la Chapelle de St-Léonard confefsé et communié par moi soubsigné. F. Tarade pbre vicaire a Nexon ».

La question de son transfert a été posée en 1807, sous le Premier Empire. Le 20 octobre 1807, lors d’une séance extraordinaire, le Conseil fut saisi de plusieurs plaintes de particuliers et examina la question du déplacement du cimetière. Il délibéra sur les questions suivantes :

1°Acceptation de la proposition faite par Gabriel THOMAS, adjoint, de fournir un local en ce quoi on lui laisse une petite portion de cimetière à côté de son jardin ?

2°Laissera-t-on pour une place de foirail l’emplacement de l’ancien cimetière, déduction faite de l’échange THOMAS ?

3°Quel est l’emplacement le moins coûteux et en même temps le plus commode pour un nouveau cimetière afin d’atteindre le but proposé ?

4°Le terrain proposé par TARRADE remplit il le vœu de la 3éme question ?

5°Quels sont les moyens à prendre pour trouver les fonds nécessaires aux fins de la clôture du nouveau cimetière ?

Les premières, secondes et quatrièmes questions ont été adoptées à l’unanimité. Quant à la proposition TARRADE, après une longue discussion, l’échange est accepté avec une délimitation très précise. Quant à la 5éme question (financement) le Conseil décide de vendre les noyers se trouvant dans le cimetière actuel et dans le jardin de la cure et, pour le surplus, imposer tous les contribuables au marc le franc. Le surplus de l’ancien cimetière serait transformé en foirail.

Le 15 décembre 1807, le Conseil délibère à nouveau sur le changement du cimetière et fait connaître à Monsieur le Préfet : 1° que l’ancien cimetière se trouvant placé presque au milieu du bourg entouré d’ailleurs des maisons d’habitation pourrait dans les chaleurs excessives corrompre l’air et occasionner une épidémie ? 2° qu’il est incommode pour les habitants du bourg en ce que l’espace qu’il renferme gène  considérablement leur sortie ce qui fait qu’on a vu de temps en temps quelques cadavres exhumés par des cochons, quelques précautions qu’on ait pu prendre; 3° que les particuliers les plus près ayant senti pendant l’été quelques odeurs infectes, on a entendu de temps en temps des plaintes; 4° que sa position est nettement contraire à la loi; 5° que le nouveau local choisi par la commune doit ne présenter aucun des inconvénients, ne peut en aucune façon nuire à la salubrité de l’air, étant placé à 112 mètres de la maison la plus près ; 6° qu’à la vérité ce nouveau local présenterait une distance un peu plus longue pour certains villages, mais que cet inconvénient, si cela en est un, ne saurait être mis en parallèle avec les dangers qui pourraient résulter de l’insalubrité de l’air si le changement réclamé par le Conseil n’avait pas lieu.

Le terrain proposé par TARRADE était éloigné du bourg mais il fallu plusieurs années de discussions avant que le projet avance.

Le 27 mai 1812 le Maire désigne le sieur Antoine GUYOT du village du Brouillet, expert de la commune pour procéder à la délimitation de nouveau cimetière, à l’estimation du terrain et au coût du mur de clôture. Il nomme les sieurs François LIMOUSIN et François TARRADE officier de santé pour voir si la parcelle acquise peut bien servir de cimetière et s’il se trouve bien à la distance requise et ne cause aucun inconvénient aux voisins.

Enfin le 10 janvier 1813 le Conseil Municipal valide toutes les opérations relatives au nouveau cimetière et décide son aménagement. Il en demande l’autorisation au gouvernement.

Par un décret du 11 novembre 1813, Napoléon autorise le maire de Nexon à échanger avec le sieur TARRADE le cimetière actuel d’une superficie de cinq ares soixante centiares estimé à trois cent francs contre un terrain de cinquante ares et cinquante centiares estimé à quatre cent francs. Le décret autorise la commune à augmenter les impôts pour couvrir les frais et elle ne pourra commencer les travaux que lorsque le devis sera approuvé par le ministre de l’Intérieur.

Afin de réaliser le transfert dans les meilleurs délais, la commune a fait réaliser un devis par Laurent GUILLAT, maitre maçon à Bosmarèche, commune de Nexon. Le montant s’élève à 1 222 francs. La délibération du Conseil de Fabrique et du maire a été enregistrée à la mairie le 8 novembre 1814 et approuvée par le préfet de la Haute-Vienne le 13 janvier 1815.

Dans cette délibération le conseil constate que le devis estimatif et descriptif de la clôture du nouveau cimetière coûtera 1 222 francs mais que la vente des noyers de l’ancien cimetière n’a produit qu’une somme de 480 francs. Il demande à l’Empereur de prendre en charge la différence, la commune étant déjà trop imposée.

Le 15 Mai 1818 le Conseil décide la restitution des pierres de taille provenant de l’ancien cimetière, pierres que diverses personnes se sont appropriées. Il autorise GIZARDIN à faire toutes poursuites contre les délinquants.

Sur le plan cadastral de 1823 la rue Victor Hugo n’existe pas encore, je l’ai tracée au Stabilo orange. La parcelle n° 11est notée « du cimetière » et est une terre, la n°12 est notée place « aux habitants propriétaires de la commune » ainsi que la n° 13 qui est « la cure » et la n° 14 qui est la petite chapelle qui se trouvait en haut du cimetière.

La croix verte marque marque l’emplacement du cabinet infirmierCadastre napoléonien 1817 – ADHV
Tableau indicatif des propriétaires, des propriétés foncières … Cadastre napoléonien 1823 – ADHH

Ainsi il arrive que le passé se rappelle à nous.. C’est une belle occasion pour le faire revivre.