Une histoire illustrée de nexon
Header

Robert de NEXON, un homme aux multiples talents.

18 juin 2018 | Posté par admin dans Famille Gay de Nexon | Histoire | XX siècle

Robert de Nexon est le fils d’Auguste de Nexon (1854-1932) et de Gertrude Hainguerlot (1859-1886). Il est né le 30 septembre 1892 à Saché (37)  et il est mort à l’âge de 74 ans, le 10 septembre 1967 dans une maison de retraite à Sceaux dont les frais étaient pris en charge par son vieil ami Pierre Wertheimer, puis à sa mort, par son fils Jacques Wertheimer.

Le jeune Robert arrive à Nexon en 1897, au château de La Garde que son père vient de faire construire. Il y passera sa jeunesse mais une fois entré dans la vie professionnelle il viendra occasionnellement à Nexon, pour voir ses parents.

Mes très sincères remerciements au baron Ferréol de Nexon pour les nombreuses photographies qu’il m’a prêté et les documents qu’il m’a fournis.

Le militaire héroïque   

Il est admis à Saint-Cyr ou il est élève officier de 1912 à 1914,au sein de la « Promotion « Montmirail ».

Robert de Nexon en « Grand Uniforme » de Saint-Cyrien (collection F. de Nexon)

A la sortie de l’école il est affecté au 3ème régiment de Hussards. Il est cité à l’ordre du Corps d’Armée le 9 avril 1915 et reçoit la Croix de guerre.

Jeune lieutenant dans les tranchées en 1916, une canne à la main à la suite de ses blessures.(collection F. de Nexon)

Trouvant que son régiment n’est pas assez engagé, il a demandé à servir chez les chasseurs alpins. C’est presque un sacrilège dans cette famille qui ne compte que des cavaliers ! En août 1916 il est affecté au 14ème bataillon et le 13 novembre 1916 il est cité à l’ordre de l’armée.

Citation à l’ordre de l’armée signée par le général Fayolle, commandant la 6ème armée.

Il est promu capitaine le 6 juillet 1917.


Robert de Nexon, capitaine au 14e bataillon de chasseurs alpins en 1918. (collection F. de Nexon)

 

En congé sans solde à partir de 1920 il passe ensuite dans la réserve où il est promu commandant en juillet 1937.

Le commandant Robert de Nexon en sur la ligne Maginot 1939. (collection F. de Nexon)

Il prend une année sabbatique pour jouer au bridge et part ensuite aux Etats-Unis pour effectuer un stage chez  Esso. Il rentre en France comme sous-directeur de cette société.

L’élégant Robert de Nexon à New-York en 1921 -1922

Il épouse en 1930 Marthe BIDEGAIN (1900-2001). Il n’auront pas d’enfant.

Lorsque la deuxième guerre mondiale éclate il a 47 ans mais il n’hésite pas à s’engager. Il est fait prisonnier en juin 1940 et interné à l’oflag 10 B.

L’homme qui a du caractère…

 La croix de guerre qu’a obtenu Robert de Nexon récompensait son courage et sa témérité. Mais même en dehors de la guerre il sait se faire respecter et corriger ceux qui l’attaquent.

C’est ainsi que, dans un numéro du journal satirique Le Grand Guignol du mois de janvier 1923, Robert de Nexon était attaqué dans sa vie privée en même temps que Monsieur Pierre de Jumilhac. Ils décidèrent de punir l’auteur de l’article, qui bien que signé Fantômas, était sans aucun doute pour eux Georges Anquetil, le directeur de ce journal.

Le 29 janvier, arrivés en taxi devant son domicile ils le suivirent jusque devant la porte du Journal afin d’être certain qu’ils ne se trompaient pas de cible. Ils l’interpellèrent par son nom et lorsqu’il se retourna ils lui assénèrent des coups de canne, assez violents pour que des employés des autobus accourent et mettent fin à l’algarade.

Pour montrer qu’ils agissaient en parfaite connaissance de cause les deux compères se rendirent aussitôt au commissariat de police pour expliquer leur geste. Toute la Presse a rendu compte de cet événement. Voici l’article publié dans « Le Journal » le 30 janvier 1923.

Le Journal, 30 janvier 1923

Les deux protagonistes écrivent aux journaux qui ont relaté les faits pour expliquer les raisons de leur action :

La demande d’insertion publiée le 30 janvier 1923 par Le Matin.

Leur victime ayant porté plainte pour coups et blessures ils furent convoqués au tribunal correctionnel le 20 mars 1923 qui les a condamnés à 200 francs d’amende et à 1000 francs de dommages et intérêts alors que M. Anquetil en demandait 20 000. La encore la presse a largement rendu compte du procès, comme par exemple Le Journal des débats du 22 mars 1923

Le Journal des débats du 22 mars 1923

Le brillant champion de bridge

Quand, jeune officier, Robert de Nexon venait à Nexon il en profitait pour aller au cercle des officiers ou il regardait les parties tout en « kibitzant », c’est-à-dire en faisant des commentaires pas toujours désirés par les joueurs. Mais son talent va vite être reconnu au niveau national et il va faire partie de l’équipe de France. Des Championnats d’Europe sont organisés à partir de 1932 et en 1935, la France y envoie sa meilleure équipe composée de Pierre Albarran, Robert de Nexon, Georges Rousset, Sophocle Venizelos (colonel grec exilé à Paris, qui deviendra, en 1950, premier ministre de la Grèce), Emmanuel Tulumaris et Joseph Broutin. Ils deviennent champions d’Europe et on les surnommera les « Mousquetaires », en référence à la victoire de l’équipe Lacoste en Coupe Davis contre les Etats-Unis…

L’équipe championne d’Europe en 1935. Robert de Nexon est le deuxième en partant de la droite

Son palmarès donne à Robert de Nexon une telle notoriété que des affiches sont éditées et qu’il est croqué par des dessinateurs :

Le baron à la table de jeu en 1935.

L’équipe sera invitée à disputer un match de trois cents donnes contre la meilleure équipe américaine du moment, surnommée les « Four Aces », au Madison Square Garden, à New-York, en 1936, pour un virtuel championnat du monde. Elle perd par une courte défaite alors que l’on prédisait, en Amérique, une défaite magistrale. Ce succès lui inspire des propos plus que jamais d’actualité : « il faut former des paires pour faire des équipes. (…) Il faut se mettre au travail pour perfectionner sa technique. En tournoi, on ne peut pas jouer sur la réussite et, encore moins, improviser. Il est indispensable pour se comprendre de jouer une méthode commune ». Rentré en France le baron de Nexon reçoit 200 dollars du directeur du Madison Square Garden. Il verse 100 $ à l’hôpital américain de Neuilly et 100 $ à la Croix Rouge.

Le Figaro, 20 avril 1936

Le baron Robert n’est pas seulement un excellent joueur de bridge, c’est un brillant orateur capable de parler de sa passion avec des mots simples :

Le Journal 18 février 1936. 

La notoriété du baron est telle que les parties qu’il organise dans les salons des grands hôtels ou des clubs privés sont suivies par l’aristocratie parisienne et la haute bourgeoisie. La presse s’en fait l’écho comme le Figaro ci-dessous:

Le Figaro 11 avril 1937

Il se cantonne ensuite au rôle de capitaine non joueur pour de nombreuses équipes de France qu’il conduira à la victoire en 1953 et 1955 (championnat d’Europe), 1956 (Bermuda Bowl).

Equipe de France 1956. Au premier plan, René Bacherich, Robert Lattès, Pierre Jaïs.

Debout, Roger Trézel, Pierre Ghestem, le Capitaine Robert de Nexon qui tient la coupe et Bertrand Romanet.

Pendant un tournois . (collection F. de Nexon)

En 1928, il fût de ceux qui décidèrent d’adopter un code commun à l’ensemble des clubs parisiens, puis il participa en 1935 à la création de la Fédération Française de Bridge (FFB) dont il devint le second président en 1941, succédant au comte de Chambure. Il conserva cette présidence jusqu’en 1965. Il fût élu en 1951, président de la Fédération Européenne de Bridge. Il conserva cette présidence pendant 14 ans ! Enfin, il fût élu Président de la Fédération Mondiale en Bridge en 1958. Simultanément président des trois fédérations, il était alors l’homme le plus influent du bridge mondial. Il donna au bridge un nouvel élan, notamment en organisant en 1960, les premières Olympiades de bridge à Turin. La France gagne avec Jaïs-Trézel, Ghestem-Bacherich et Bourchtoff-Delmouly.

De gauche à droite Pierre Jaïs, Roger Trézel, Gérard Bourchtoff, Claude Delmouly, René Bacherich, Pierre Ghestem, Robert de Nexon, capitaine non joueur.

La 1ère Olympiade de bridge. Turin 23 avril – 4 mai 1960

L’histoire retiendra de lui son rôle majeur dans le développement des instances nationales et internationales du bridge et dans l’organisation des grandes épreuves internationales. Président de la fédération française de 1943 à 1965, de la fédération européenne de 1951 à 1965, et de la fédération mondiale (qu’il a largement contribué à mettre sur pied) de 1958 à 1964, on lui doit notamment la création des Olympiades, en 1960. Son prestige à l’étranger est considérable et, quand il cesse ses activités en 1964, le monde du bridge lui rend hommage en lui décernant le titre de président emeritus des fédérations européenne et mondiale. Véritable ambassadeur du bridge, il a contribué au rapprochement des bridgeurs de compétition du monde entier.

Lorsqu’au cours de l’année 1965, Robert de Nexon se sent fatigué aussi il démissionne de ses mandats de président. Il est unanimement regretté et ses qualités sont louées par tous ceux qui l’ont côtoyé.

Vulgarisateur avec Pierre Alabarran

Avec Pierre Albarran, il élabore en 1935 un système à base de majeure quatrième, le Canapé, qui va longtemps rester le « standard » français. Pierre Albarran n’est pas seulement un grand champion de bridge, c’est un brillant médecin, professeur agrégé d’urologie . Robert de Nexon écrira avec lui plusieurs méthodes de jeu de bridge : Notre Méthode de Bridge, 1936, Le Bridge pour Tous, A. Fayard, 1949, Le Nouveau Bridge Pour Tous, 1958.

 

L’industriel éclairé

Après avoir quitté l’armée, Robert de Nexon entre Chez Esso Standard au service des ventes d’essence et de pétrole. Il effectue un stage au siège new-yorkais de la compagnie dont il devient, une fois rentré en France sous-directeur. En 1932, Pierre Wertheimer le recrute pour diriger les parfums Bourjois. Une longue coopération va naître entre les deux hommes et les lier à la fois dans la vie professionnelle et dans la vie privée.

Robert va ainsi se trouver à côtoyer dans son travail Coco Chanel, qui est associée depuis 1924 avec les Wertheimer pour la fabrication du célèbre Parfum No 5. Les Wertheimer détiennent 70 % du capital, Coco Chanel 10 % et Théophile Bader,  propriétaire des Galeries Lafayette, 20 %. Dès 1928, les difficultés surgissent entre Coco Chanel et les Wertheimer, celle–ci se considérant comme spoliée. En 1934, elle prendra un jeune avocat pour la défendre, Maître René de Chambrun.

Au début de la guerre la famille Wertheimer s’étant réfugiée aux Etats-Unis, leurs biens sont placées sous séquestre. Coco Chanel joue de ses relations avec les Allemands pour récupérer ses parfums mais contre toute attente ce n’est pas un administrateur allemand qui est nommé à la tête de la société mais Robert de Nexon qui vient d’être libéré de l’Oflag X B près de Hanovre ou il était prisonnier. Les Wertheimer ont encore un puissant réseau d’influence. Robert de Nexon dirige alors les Parfums Bourjois et la maison Chanel. A la fin de la guerre les Wertheimer rentrent en France et retrouvent leurs biens que Robert de Nexon a parfaitement gérés. Ils lui en seront très reconnaissants.

En 1947 un accord est trouvé avec la Société des Parfums. Coco Chanel reçu une forte indemnité pour les ventes réalisées pendant la guerre et une redevance de 2% sur toutes les ventes. Elle était alors à l’abri du besoin !

Robert de Nexon a dirigé la société des parfums Chanel avec toute la confiance de la famille Wertheimer dont il était également un conseiller écouté en matière d’élevage de chevaux.

Le baron Robert de Nexon, dans son bureau de directeur de Chanel à Neuilly.(collection F. de Nexon)

Le passionné d’équitation

Cavalier émérite, suivant de près l’élevage des chevaux à Nexon, le baron Robert va être un conseiller précieux pour Pierre Wertheimer. Pour bien exploiter les saillies d’Epinard, le premier grand crack de Pierre Wertheimer, Robert de Nexon le pousse à louer un haras en Normandie, dans l’Orne, à Saint-Léonard-des-Parcs. Et c’est d’ailleurs lui qui s’en occupe. Pendant la guerre, les pur-sang de Pierre Wertheimer pourront même courir sous les couleurs – casaque grise, brassards rouges et toque grise – de Robert de Nexon, qui gère son écurie.

C’est encore sur le conseil de Robert de Nexon qu’en 1949, Pierre Wertheimer a confié son écurie à Jacques-Alexandre Head, 24 ans, petit-fils d’entraîneur, fils de jockey, lui-même ancien jockey (d’obstacles) victime d’une mauvaise chute. Pour la casaque bleue et blanche des Wertheimer, il va gagner les plus grandes classiques avant de raccrocher en 1983.

Robert de Nexon a terminé sa vie dans une maison de retraite, dans la campagne près de Sceaux. Il y a été conduit en 1964, et Pierre Wertheimer s’est occupé de son cher et vieil ami. A la mort de Pierre, le 24 avril 1965, c’est Jacques, son fils, qui a pris le relais. « Mon oncle s’est éteint le 10 septembre 1967, souligne Ferréol de Nexon, et Jacques a subvenu à ses besoins jusqu’à son ultime souffle.»[1]

 

Le bridge à Nexon.

Robert de Nexon ne venait pas souvent à Nexon mais pour autant son empreinte a été forte. En effet Roger Trézel, membre de l’équipe de France, possédait une maison à Nexon, en face de la grille du château.

Trois fois champion du monde, vingt-cinq fois champion de France il retrouvait avec plaisir les bridgeurs de Limoges et de Nexon chaque fois qu’il venait en Limousin. Il apportait sans aucun doute de judicieux conseils au Nexonnais qui s’adonnaient, pratiquement tous les samedis après-midi, dans la pharmacie d’André Longequeue,à ce divertissement que beaucoup considèrent comme un sport. Il y avait toujours quatre joueurs parmi les habitués, messieurs Albert Adam, Georges Jalicon, François Laplaud, René Laplaud et André Longequeue. D’autres joueurs se joignaient occasionnellement à eux, comme M. Urbain, gendre d’Albert Adam…

 

[1] Bruno Abescat, Yves Stavridès «Derrière l’empire Chanel- La fabuleuse histoire des Wertheimer 4- Jacques, fils de Pierre » L’Express 25/07/2005

 

Vous pouvez suivre les réponses à cet article sur RSS 2.0 Vous pouvez laisser une réponse, ou revenir en arrière.

One Response

  • rose Forgeron says:

    Les quatre joueurs de bridge qui se réunissaient tous les samedis après-midi dans le bureau de la pharmacie Longequeue à Nexon,pour jouer à leur sport favori étaient André Longequeue,François Laplaud,Georges Jalicon,directeur de l’école de garçons et Albert Adam,fabricant de chaussures . Les autres étaient occasionnels, Monsieur Urbail était le gendre de Monsieur Adam.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.