Philippe, le dernier de la famille de Nexon à vivre sur la commune dont il porte le nom.

Philippe de NEXON est né le 25 mai 1933 au château de la Garde. Il est le troisième enfant du baron Georges de NEXON et de son épouse Anne, née CESBRON-LAVAU.

Philippe dans les bras de sa mère.

Il a passé sa jeunesse entre le château de la Garde, une bâtisse que son grand-père Auguste de NEXON avait faite construire en 1897 et le château de Nexon. S’il n’a pas connu son grand père, décédé un an avant sa naissance, il a eu la chance de connaitre sa grand mère, née Gertrude RICARDO. Anglaise de naissance, elle a fait venir à Nexon des jeunes filles anglaises et l’anglais était concurremment parlé au château. Il fallait bien les 13 domestiques pour entretenir les 44 pièces et assurer le quotidien de la famille et des proches qui appréciaient la qualité de la vie à la Garde.

Le passé prestigieux de la famille en matière équestre impliquait que tous les enfants pratiquent l’équitation. Pendant les vacances scolaires, tous les matins, une sortie d’au moins deux heures était organisée sous la férule de leur père. C’est donc sans difficulté qu’il obtint son monitorat à l’Ecole Nationale des Haras.

Sur Fracasse su Haras de Pin lors d’un Concours Complet à Verrie-Saumur en 1958

Le gout de l’équitation n’a pas diminué avec le temps et il était fréquent de voir Philippe de Nexon parcours le parc du château de Nexon comme si c’était un parcours complet. On le voit ici en 1988 franchissant un obstacle.

Dans le parc du château en 1988

Mais c’est dans l’agroalimentaire que Philippe de Nexon construit sa carrière. Elève de l’Ecole Supérieure d’Agriculture de Beauvais, il obtint son diplôme d’ingénieur. Il commence à Paris, au Centre français du commerce extérieur, chargé des missions agricoles. Puis il revient à Nexon et de 1970 à 1982 il reprend la gestion des terres familiales et chausse les bottes pour devenir agriculteur. Le couronnement de sa carrière fut les nombreux titres qu’il ,obtint avec Lascar un taureau de 1 331kg : Champion au Concours Spécial de Limoges en 1979 et au Concours Interdépartemental de Brantome, troisième au Concours Général à Paris.

De gauche à droite Philippe de NEXON, Camille LARCHER, Robert LACORE et René REBIERE, maie en mars 1980

Lorsqu’une partie des terres a été vendue, à 50 ans, Philippe de NEXON change de nouveau de métier. Il devient délégué régional au commerce et à l’artisanat, d’abord en Normandie, puis il est muté auprès du préfet de la région Limousin. A 60 ans, par arrêté du Premier ministre en date du 29 mai 1998, il est mis fin à ses fonctions. C’est maintenant l’âge de la retraite.

Il va passer plus de temps dans la villa de Varnet qu’il a achetée après la vente du château de La garde. Cette villa était la propriété de M Guy RICHARD D’AMARZIT et de son épouse Marie des COURRIERES.

Philippe de Nexon continue à s’intéresser aux chevaux et chaque année il est présent à Pompadour pour le prix du Baron de Nexon.

Prix baron de Nexon, 12 juillet 2012

Le 28 Octobre 1961, Philippe de Nexon a épousé Anne-Laurence de Blonay, issue d’une vieille famille seigneuriale du pays de Vaud en Suisse. Elle lui a donné un fils, Frédéric.

Lorsqu’il a divorcé il n’est plus reçu au château par son père. Il épouse, en secondes noces Renate DIELS, de nationalité allemande, petite fille d’Otto DIELS, prix Nobel de chimie en 1950. De ce mariage sont nés trois enfants : Amaury, Constance et Stéphanie.

Dernier des Nexon à vivre sur la commune dont il porte le nom, Philippe de Nexon a répondu aux journalistes de France 3-Limousin dans l’émission Paroles d’anciens : » le Baron de Nexon, descendant d’une noble lignée ».

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/paroles-anciens-baron-nexon-descendant-noble-lignee-1678639.html

1 réflexion sur « Philippe, le dernier de la famille de Nexon à vivre sur la commune dont il porte le nom. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.