NEXON 1905

Pierre Dumont, Imprimeur, Éditeur et Libraire à Limoges édite l’Annuaire Dumont, à partir de 1903, puis du Tout-Limoges et Limousin, concurrent et rival de l’Almanach-Annuaire Limousin de Ducourtieux. L’Annuaire 1905, troisième année de son édition, donne une description précise de l’activité économique des communes en particulier celle de Nexon.

Le canton compte 8 communes qui regroupent 11 963 habitants et 3 747 électeurs. ( Le suffrage universel masculin est adopté par le décret du 5 mars 1848 et ne sera plus remis en cause. Sont électeurs les Français âgés de 21 ans et jouissant de leurs droits civils et politiques. Pour voter, il faut résider depuis six mois au même endroit. Les militaires, les Français habitant à l’étranger ne votent pas. Le droit d’être élu est accordé à tout électeur de plus de 25 ans. Le vote devient secret.)
La commune de Nexon a 3 228 habitants et 1 032 électeurs.

Administration 

Conseiller général : Louis Nouhaud, pharmacien

Conseillers d’arrondissement : MM. Valery, Joseph Tarrade, huissier.

Le conseil d’arrondissement était formé par des conseillers élus sur les territoires des cantons, au scrutin majoritaire uninominal à deux tours. Le conseil devait compter un minimum de 9 conseillers, pour 9 cantons. Les fonctions de conseiller d’arrondissement n’étaient pas rémunérées, et elles pouvaient être cumulables avec un mandat parlementaire.
Dès le début du XXe siècle le scrutin d’arrondissement fut très critiqué du fait des inégalités de population, en particulier pour les arrondissements de montagne. Après les pertes dramatiques de population dues à la Première Guerre mondiale les inégalités devinrent encore plus flagrantes.
Mais ce n’est que le 10 septembre 1926 qu’un décret-loi supprima 106 arrondissements, réduisant ainsi leurs nombres de 386 à 280. L’arrondissement de Saint-Yrieix qui avait été créée le 17 février 1800 a ainsi été supprimée le 10 septembre 1926.

Maire : François Lelong

Adjoints : André Grospas et Arsène Bonnafy

Conseillers : François Lelong, Louis Mayéras, Simon Rebeyrol, Ferréol Jouhaud, Jean Doudet, Martial Barret, Léonard Desplanches, Joseph Tarrade, Jean Lathouille, Jean Chirol, Henri Bragard, Bernard Noailhas, Louis Nouhaud, Jean Parthonnaud, Pierre Faure, Henri Pradeau, Jean Barret, Jean Pradeau, Armand de Nexon.

Secrétaire de Mairie : F. Goïau

Gardes champêtres : MM. Piquet et Bregère.

Percepteur : Cyprien Guyonnet.

Juge de paix : Henri Portes.
Greffier du juge de paix : M. Bonnafy.

Huissier : Joseph Terrade

Gendarmerie : MM. Breilloux, maréchal des logis ; Marquet, Février, Quillard, Caillés, gendarmes.

Receveuse des postes et télégraphes : Mme Lestrade, suppléante : Mlle Mérigot.
Receveur buraliste : Pierre Desprats.

Tambour-afficheur : Louis Nouhaud.

Chefs de gare : MM. Bouygues et Rocques

Ecoles

Ecole communale de garçons : MM. Chambon, directeur ; Lamaud et Sicot, adjoints.
Ecole communale de filles : Mme Chambon, directrice ; Mme Sicot, adjointe.
Ecole libre et pensionnat de jeunes filles : Mlle Migaud, directrice.

Bureau de bienfaisance : MM. François Lelong, maire, président. Dr Henri Frugier, Dr Albert Thomas, Gabriel Blanchard propriétaire, Arsène Bonnafy propriétaire, Jean Bonnet débitant, Joseph Tarrade, membres.

Société de secours mutuels : La fraternelle Nexonnaise (6 juillet 1904). MM. Joseph Tarrade, président, Desplanches trésorier, Aupetit, secrétaire, Lombertie, surveillant. La société semble avoir été créée en 1900. Les archives de la Haute Vienne ont des documents des années 1900 à 1939.
En Limousin, ce sont les ouvriers porcelainiers qualifiés qui fondent en 1821 la première société de secours mutuels des peintres porcelainiers. De nombreuses autres suivront et regrouperont les ouvriers par métiers. Le 26 mars 1852, Louis Napoléon Bonaparte légalise par un décret les « sociétés mutualistes » ou « sociétés de secours mutuels ». Le 16 décembre 1888, le Syndicat des Sociétés de Secours Mutuels de Limoges et de la Haute-Vienne est constitué. La loi du 1er avril 1898, dénommée Charte de la Mutualité, précisera leur fonctionnement jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

Culte 

Curé doyen : Charles Moussard, chanoine, curé doyen de 2eme classe ;
Vicaire : Edmond Giraud.
Noter qu’il a 10 curés dans le doyenné de Nexon.

Les professionnels de santé

Médecins, ils sont quatre : Henri Cubertafon, Henri Frugier, Félix Lelong, Albert Thomas.
Pharmaciens: Paul Bonnet, Louis Nouhaud.
Sages-femmes : Mmes Coulon, née Truchassou et Jouhaud, née Barret.

Foires

Elles ont lieu le 1er de chaque mois de janvier, février, mars, avril, mai, et décembre et le 16 de chacun des mois de janvier, février, mars, avril, mai, juillet, août, octobre, novembre, décembre et les 14 juin, 1er août et 18 septembre.

Les commerçants et artisans

Armuriers : Charreix, Delaty.

Assurances : Belier (L’Aigle), Nicolas, à Meilhac (Centre Mutuel, Océan, Ferme), Gizardin (France), Fournier (Générale).

Aubergistes : Bégot, Bonnet, Bourdeix, Breix, Charreix, Chatard, Couvidou, Defaye, Décubes, Desmaisons, Duroux, Guyot, Jourdes, Lauzeille, Lavaud, Momot, Nouhaud, Pirat, Pruny, Queyroix, Richard, Tarrade, Tombelaine, Tricard , Truchassou. 25 aubergistes, c’est impressionnant !

Banquiers : Blanchard et Lachenaud, Antonin Delaty.

Bières : Couvidou, Faure, Faure (M.), Queyroix.

Bijoutiers-horlogers : Desplanches, Parrot.

Bois (Marchand de) Couvidou, père.

Bois de construction : Laspougeas.

Bonneterie : Lavergne (Vve), Prunet (Vve), Verneuil, Hubert (Vve).

Bouchers : Charreix, Guyot, Antoine Laleu, Cyprien Laleu, Laurent Lelong, Barthelemy Lelong.

Boulangers : Deschamps (Vve), Meynier, Pressicaud, Veyriéras.

Bourreliers : Couvidou fils, Laplaud, Pruny.

Bureaux de tabac : Sallon (Mme), Thomas.

Cafés : Guyonnaud (Vve), Laplaud, Peyrat.

Camionneurs : Laspougeas, Fernand Richard.

Carriers : Dudognon, Guyot.

Cartes à jouer : Pierre Desprats, receveur buraliste.

Chapeliers : Denis, Guyonnaud, Nouhaud, Texier.

Chaisier : Denis.

Charbon : Aupetit.

Charcutier : Bégot.

Charpentiers : Déliran, Laspougeas, Rousseau.

Charrons : Combrouze, Desmaisons, Perrier, Peyrat, Truchassou.
Chaudronniers-Ferblantiers : Charreix, Delaty.

Chaussures (Marchand de) : Adam.

Chevaux (Loueur de) : Fernand Richard.

Coiffeurs : Denis, Guyonnaud, Nouhaud, Texier.

Cordonniers : Adam, Guyot, Lamberty, Marquet, Sazerat, Truchassoux, Verneuil.

Couturières en robes : Mmes Aymard, Breix, Combrouze, Mlle Desmaisons, Mmes Jourde, Rougerie, Texier.

Distillateur : Jouhaud.

Draperie et rouennerie : Mme Hubert, Vve Lavergne, Vve Prunet, Verneuil.

Entrepreneurs : Breix, Dumont, Jules Rousseau.

Épiciers : Breix, Deschamps, Duroux, Imbeau, Lomberty, Limousin, Meaux, Nardot, Pradeau, Prunet (Vve), Pyrat, Suiduiraud.

Experts : Henri Bragard, Léon Bragard, François Lelong.

Ferblantiers-lampistes : Charraix, Delaty.

Fabricant d’enseignes : Charraix, Delaty.

Hôtels : Jean Bonnet ( de la Gare), Bourdeix (Vve) (de France), François Chatard (des Voyageurs), Defaye (de la Poste), Desmaisons (du Faisan), Guyot ( du Champ de foire), Lauzeille (du Nord), Pruny (du Commerce).

Maçons : Breix, Dumont, Meaux, Pélopidas.

Maréchaux-ferrants : Descubes, Imbert, Parvaud, Rapnouille.

Mécaniciens : Louis Aymard, Léonard Peyrat, Pierre Peyrat.

Menuisiers-Ebénistes : Laurent Béchade, Chenu, Gibaud, Grandmagnat, Lanternat, Laurent, Perrier, Ratier.

Merciers : Breix, Charraix, Imbaud, Lomberty, Limousin, Meaux, Prunet (Vve), Verneuil, Pyrat.

Messagers : Laspougeas, Peynichoux, Philippe Rochette.

Monuments funéraires : Dunaud.

Moulins à farine : Gibaud, moulin des moulins ; Latouille, moulin de Biart, Nadomme, moulin Pinton et Barlet ; Thomas, moulin des Ebras ; Brochet, moulin Mazeau ; Chirol, moulin de Meilhac.

Pâtissiers : Bourdeix, Tombelaine.

Peintres : Dupuy, Lafarest, Mariette.

Plafonneurs : Bataille, Dupuy, Fouyaud, Lafarest.

Pressoirs à cidre : Gropas, Laspougeas, Nadomme, Peyrat (Ld); à huile : Laspougeas.

Quincailliers : Charraix, Delaty, Limousin, Suiduiraud.

Sabotiers : Arnault, Aupetit, Bonnet, Estier, Lamour, Latouille, Nouhaud, Perrier.

Serruriers : Aymard, Desmaisons, Grospas, Perrier, Peyrat (Ld), Pierre Peyrat, Combrouze, Thomas.

Tailleurs : Authier, Barraud, Combrouze, Mathieu, Meaux, Rougerie, Truchassoux.

Tailleur de pierres : Dunaud.

Tisserand : Roussel.

Fabricant de tuiles : Duché, René Frugier, Léonard Frugier.

Vins en gros : Léon Bragard, Jouhaud, Lauzeille, Rebeyrol.

Voitures à volonté : Georges Parot, Antoine Peynichou, Arthur Richard, Philippe Rochette.

Voitures publiques : Nexon- Les Cars durée du trajet 1h30.

Propriétaires notables : MM. Blanchard, Bonnafy, Bonnet, Boutaud-Lacombe, Decoulhac, Frugier, Jabet, Lachenaud, Armand de Nexon, Auguste de Nexon, Félix de Nexon, Papel, Thomas, de Veyrinas.

Châteaux

Château de la Garde à Auguste de Nexon ; Château de Nexon à Armand de Nexon ; château du Plantadis à M. Jabet ; Château des Pousses à Émile Lachenaud, Château de Sazerat à Alphonse Lemaire, Château de Varneix à M. le commandant Louis Duboys ; Château de Veyrinas à M. de Veyrinas.

3 réflexions sur « NEXON 1905 »

  1. christophe chastang

    C’est un plaisir inattendu de trouver encore une manifestation d’intérêt si légitime pour le haras de Nexon, un des hauts lieux du Limousin hippique. Cette notice mériterait cependant d’être développée, notamment en évoquant Maurice de Nexon, qui outre la direction de son haras, fut président de la Société de Sport de France (et comme tel le maître d’oeuvre de l’hippodrome d’Enghien), président du Club des Gentlemen Riders, membre du Comité Consultatif des courses et du Comité de la Société d’Encouragement. Il se consacra aussi aux sociétés de courses de Fontainebleau, de Vichy et de Biarritz. Gentleman rider de grand talent lui-même, il ne remporta pas moins de 176 courses plates entre sa première victoire à Guéret en 1904, et la dernière en 1951 à Fontainebleau. A son palmarès figuraient 5 grand prix des Gentlemen et 4 prix des Lions. Sa plus grande réussite d’éleveur fut sans doute Blabla (Lavandin et Barina), gagnante en 1965 du prix de Diane, et dont les dernières juments de Nexon étaient les alliées en droite ligne maternelle.

    Répondre
  2. Jeff

    Quelqu’un aurait-il des informations sur la tuilerie Frugier? Je cherche à savoir si René Frugier, le patron de la tuilerie, pourrait avoir un lien avec le René Frugier, fondateur de la manufacture de porcelaine Aluminite-Frugier? C’est exactement la même époque mais le nom Frugier étant très répandu, je ne pense pas qu’il s’agisse de la même personne mais j’aimerais en être sûr.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.