L’histoire de Nexon vue à travers les délibérations du conseil municipal : XIV – 1870-1900

Année 1870

28 janvier 1870, Décès subit de M.de Beaune-Beaurie père, ancien avoué près la cour et ancien juge au tribunal de Limoges à l’âge de quatre-vingt-cinq ans. M. de Beau de Beaurie avait représenté pendant plusieurs années, avec le plus grand dévouement, au conseil général de la Haute- Vienne, le canton de Nexon. (Le Courrier du Centre, 28 janvier 1870)

4 septembre 1870, le Corps législatif est envahi par des manifestants. L’Impératrice fuit le palais des Tuileries et réussit à gagner l’Angleterre tandis que l’Empereur est prisonnier en Allemagne. Léon Gambetta annonce la déchéance de l’empereur et en compagnie de Jules Ferry et d’autres députés, il proclame la République et constituent un gouvernement provisoire.

10 septembre, installation du nouveau conseil municipal. Ont été élus : FAURE, DE NEXON, SIRIEIX, LIMOUSIN Raymond, DECOULHAC, MAZEAUD, COMBROUSE, FRUGIER, CUBERTAFOND, JOUHAUD, MORTEROL, LELONG, FAURE, BARRET, LELONG Laurent, DE VEYRINAS, BRAGARD, CHIROL Simon, LIMOUSIN Maire, GIZARDIN Ferdinand et GRANGER Pierre.

Paulin LIMOUSIN est désigné comme Maire en remplacement de son frère.

17 septembre 1870, le conseil, élu par le suffrage universel, se réuni et le nouveau Maire Paulin LIMOUSIN, non élu par le peuple mais désigné par le Préfet, prononce une allocution appelant les conseillers à le soutenir dans les moments difficiles que la France traverse. C’est à ce moment qu’un membre du Conseil, non désigné déclare : « Convoqués pour recevoir ici une communication de préfet et nous occuper de la défense nationale du pays, permettez-moi de vous faire une proposition à laquelle je ne doute pas que M. LIMOUSIN, Maire, ne s’associe également.

Cette proposition est d’adresser à M. le Préfet quelques observations sur une mesure qui nous parait inopportune, sinon dangereuse dans un moment ou nous devons tous nous réunir contre l’ennemi commun, l’ETRANGER ».

Le conseil sauf le Maire vote la motion suivante : « Les membres du Conseil élus par le suffrage universel sont profondément humiliés d’apprendre qu’il leur a été donné un Maire pris en dehors de leur conseil. Ne doutant pas que M. le Préfet ne veuille agir dans tous ses actes dans l’intérêt du Pays et du Gouvernement de la défense Nationale qu’il représente, ils croient devoir le prévenir que les renseignements qui lui ont été donnés sont inexacts et complètement contraires aux sentiments patriotiques et populaires de la commune toute entière, jalouse du reste d’user de ses droits légitimes »

18 septembre, le conseil désigne la formation de deux compagnies de Gardes Nationaux et nomme Messieurs QUENTIN et MEGARD comme capitaines.

Le Préfet révoque et dissous le Conseil Municipal.  Il désigne la commission suivante pour administrer la commune : LIMOUSIN Paulin, CHAULE, DESMAISON, FAURE, THOMAS, FRUGIER, JOUHAUD, FRUGIER Jean, ancien Maire, QUENTIN horloger, LALEU, SIRIEIX huissier, TARRADE, huissier.

La commission administrative ainsi formée, désigne à nouveau les capitaines officiers et sous-officiers des deux compagnies de gardes Nationaux. Ils s’occupent des effets d’habillement, d’équipement de campement et de solde.

18 novembre, la Commission décide que l’instituteur appelé à remplacer M. BESSE soit un laïque, repoussant de toute son énergie tout instituteur congréganiste et demande que POUCHUT remplisse ce poste.

 

Année 1871

Bismarck ne veut signer la paix qu’avec un gouvernement légitime et représentatif. Une Assemblée nationale est élue le 8 février 1871, présidée par Jules Ferry. Adolphe Thiers devient, provisoirement, chef du pouvoir exécutif. Le peuple de Paris supporte mal l’entrée des Prussiens dans la capitale et se méfie de ce nouveau gouvernement qui multiplie les maladresses, essayant de désarmer la garde nationale. Une insurrection spontanée a lieu le 18 mars : c’est la Commune. L’Assemblée décide de s’établir à Versailles. Elle y restera jusqu’en janvier 1879.

 

6 avril, le conseil fait droit à la demande de M. FOURNIER, instituteur communal, de prendre des élèves pensionnaires.

30 avril, nouvelles élections municipales. M. de GAY de NEXON obtient le plus de voix. Sont élus également BOUTAUD LACOMBE, COMBROUSE, DECOULHAC, FAURE, LELONG, FRUGIER, BRAGARD, BARRET, LIMOUSIN, VERGNOLLE. LIMOUSIN Henri, MORTEROL, CHIROL, GRANGER, MAZAUD, de VEYRINAS, JOUHAUD, SIRIEIX, GIZARDIN et FAURE.

Le Conseil élit LIMOUSIN Jean Baptiste comme Maire, BOUTAUD LACOMBE comme 1er adjoint et FRUGIER Léonard 2ème adjoint.

Le 10 mai 1871, le traité de Francfort est signé. L’Allemagne annexe l’Alsace et le nord de la Lorraine. Des troupes d’occupation sont maintenues en France jusqu’au paiement d’une lourde indemnité de guerre. La Commune de Paris est écrasée lors de la « semaine sanglante » (du 21 au 28 mai 1871). En mai 1873 les monarchistes font chuter Thiers qui était président de la République depuis août 1871 et élisent un royaliste, le maréchal Mac-Mahon

18 Juin, FRUGIER donne sa démission d’adjoint. Le Conseil le remplace par COMBROUSE.

En juillet 1871, le comte de Chambord, Henri d’Artois, chef des légitimistes, fait capoter le retour de la monarchie pour une question de drapeau : il préfère le blanc au tricolore. Devant les querelles internes entre monarchistes, la République apparaît comme celle qui divise le moins.

25 août, suite aux événements de la Commune, fut votée la dissolution des gardes nationales dans toutes les communes de France.

 

Année 1872

15 Janvier, François GOUET est nommé instituteur adjoint.

3 juillet, Alexandre MANGAUD est nommé instituteur adjoint.

Une somme de 500 francs est votée pour réparations à la Chapelle des Garennes.

Un orage épouvantable avec grêle ravage les récoltes, le Conseil fait remise de l’impôt afférent à ces fonds de terre.

 

Année 1873

26 Mai, pose d’une pompe au presbytère.

L’école de filles compte 100 élèves, une deuxième institutrice est demandée d’urgence.

 

Année 1874

5 janvier,  le conseil demande que le raccordement de ligne de St-YRIEIX se fasse à Nexon et non à Lafarge.

Madame JOUVE Joséphine est nommée institutrice à l’école communale de filles.

21 Octobre, M. CHATEAU Joseph est nommé instituteur adjoint.

15 Novembre, le conseil demande la création d’un passage à niveau au moulin Trouly et la construction d’un Pont sur le CD 15 à la sortie de Nexon, au lieu d’un passage à niveau. Même décision pour le pont des Vanneaux et de Masmondeix. Satisfaction est donnée au conseil par la compagnie.

Les élections municipales, d’abord fixées au mois d’avril 1874, sont reportées à l’automne et les préfets sont invités à « changer autant de maires qu’ils le jugeront utile».

22 Novembre, élections municipales. Sont élus : De GAY de NEXON, DAURIAT, BOUTAUD LACOMBE, JOUHAUD, BARRET, LIMOUSIN, SAZERAT, VERGNOLLE, RATIER, BRAGARD, FAURE, LELONG, MORTEROL, FRUGIER, DECOULHAC, COMBROUSE, GRANGER, MAZEAUD, SIRIEX, GIZARDIN, FAURE Annet.

 

Année 1875

Le 30 janvier, l’amendement Wallon, prévoyant l’élection du président de la République pour sept ans, par la Chambre des députés et le Sénat réunis en Assemblée nationale, est adopté par 353 voix contre 352. La IIIe République est donc proclamée à une voix près… Trois autres amendements viendront le compléter pour former la Constitution de 1875.

14 février, le conseil décide de nommer un cantonnier communal, c’est le premier poste créé. Son salaire est fixé à 40 francs.

20 juin, l’enlèvement des boues est mis en adjudication.

1er juillet, le Conseil vote une subvention de 500 francs pour les sinistrés du midi (20,000 inondés).

Plusieurs anciens chemins sont vendus à des particuliers.

Le sieur LELONG Léonard ayant perdu ses droits civils à la suite d’une condamnation de la Cour d’Appel du 19 novembre 1857, demande à être réhabilité. Le conseil constate qu’il est né à Nexon et qu’il y a toujours demeuré, qu’il possède plusieurs immeubles et une fortune très aisée. Quant à sa conduite, par 7 voix contre 6, il décide qu’elle fut bonne.

Le plan d’alignement du bourg est étudié.

Le 12 août 1876 voit le rétablissement des élections des maires et adjoints dans toutes les communes sauf les chefs-lieux de département, arrondissement, cantons où ils étaient nommés par le président de la république et choisis dans le conseil municipal.

Les élections municipales prévues pour fin 1877 sont repoussées à janvier 1878.

16 octobre, décès du baron Astolphe de NEXON

 

Année 1877

1er novembre, Jeanne ROCHE est nommée institutrice.

 

Année 1878

6 janvier élections municipales. Sont élus : BOUTAUD LACOMBE, FAURE, DECOULHAC, BONNET, TARRADE, FRUGIER, DEMAISON, CHARLUE, JOUHAUD, LIMOUSIN, NARDOT, CHIROL, LASPOUGEAS, LALEU, DESPLANCHE, GUYOT, PERRIER, VILLOUTREIX, LAUZEILLE et  GIZARDIN.

19 février, le Président de la République nomme Jean Baptiste BONNET, Maire de Nexon, BOUTAUD LACOMBE et Alfred DEMAISON, Adjoints.

24 février, adjudication de la bascule publique (pesées).

19 mai, le Conseil reconnaît la quantité et la qualité des eaux de la fontaine Mazerolle et le débit étant limité, nomme une commission pour rechercher les causes.

18 août, le conseil donne un avis favorable pour la création d’une foire à Château-Chervix.

 

Année 1879

Conseiller général : baron Armand de NEXON

Conseillers d’arrondissement : BESSOULE, LALAGE et BONNET J.B

Maire : BONNET

Adjoints : BOUTAUD-LACOMBE et DEMAISON

Juge de paix : DUPETY

Greffier : FRUGIER

Notaire : BOUTAUD-LACOMBE

Huissiers : SIRIEIX et TARRADE

Instituteur : FOURNIER

Institutrice : S. ODILON

30 janvier 1879, Jules Grévy est élu président de la République au premier tour, débute son mandat.
2 mars 1879, le Conseil décide de transférer au service des PTT le service télégraphique de Nexon.

18 mai, le Conseil recommande au Garde Champêtre de veiller à ce que les bacs des fontaines de Nexon soient propres. Il décide la création d’un lavoir à Nexon par souscription publique.

 

Année 1880

14 mars, M. CHAULE Alphonse est désigné comme délégué à l’élection du Sénateur.

16 Mai, Monsieur l’Inspecteur LIES-BODARD, a été frappé par l’insuffisance d’instituteurs pour l’école de Nexon qui compte 192 élèves.

11 Juillet, le Conseil organise la fête du 14 juillet sur invitation du Ministre de l’Intérieur et vote une somme de 50 francs pour illuminer la nuit . Il invite les habitants à pavoiser leur maison et à les illuminer.

 

Année 1881

13 février, BONNET Jean Baptiste est désigné comme Maire de Nexon, BOUTAUD LACOMBE Louis et FRUGIER Henri comme adjoints.

Les habitants d’Aixette versent une somme de 1.000 francs pour la construction du chemin d’Aixette à Valeix.

Jules Ferry président du conseil fait voter la loi du 16 juin 1881 rendant l’enseignement primaire gratuit puis laïc et obligatoire par la loi du 29 mars 1882.

25 septembre, le Conseil décide l’agrandissement des classes d’école, le déplacement des lieux d’aisances, la création d’une cour de recréation et l’achat de mobilier scolaire.

 

Année 1882

17 décembre, le conseil désigne une commission afin de choisir un emplacement pour construire l’école. De nombreux chemins publics devenus inutiles sont vendus à des particuliers. Le conseil décide l’achat d’un indicateur à placer au bureau de poste de Nexon.

 

Année 1883

14 mai, M. JOUHAUD Antoine fait rapport au conseil que la commission a désigné le jardin de M. SUIDURAUD pour l’édification de l’école et que le propriétaire est prêt à le céder pour la somme de 25 000 Francs. Le conseil refuse cette proposition.

 

Année 1884

Le 5 avril 1884, une loi sur l’organisation municipale (encore en vigueur) est promulguée. Elle régit le principe de l’élection du maire et des adjoints par le conseil municipal, quelle que soit l’importance de la commune, sauf pour Paris. Elle fixe le mandat à quatre ans, durée portée à six ans le 10 avril 1929.

18 mai, sont élus conseillers municipaux : BOUTAUD LACOMBE Louis, CHIROL Jean, TARRADE Firmin, NARDOT Martial, GUYOT Léonard, JOUHAUD Ferréol, PERRIER Jacques, FAURE Joseph, SUIDURAUD Pierre, BONNET Jean Baptiste, THOMAS Albert, FAURE François, DE NEXON Armand, FRUGIER Henri, DELOMENIE Jean, JOUHAUD Jean Baptiste, LELONG Léonard, LASPOUGEAS Léon, VILLOUTREIX Martial, DESPLANCHES Jean et MORTEROL Ernest. BONNET Jean Baptiste est élu Maire, BOUTAUD LACOMBE Louis et FRUGIER Henri Adjoints.

Le conseil donne un avis favorable à la création de deux nouvelles foires à La Meyze.

10 Août, le conseil donne un avis favorable à la création de 10 foires à BURGNAC.

 

Année 1885

12 Juin, il est décidé de vendre les noyers du cimetière, de couvrir la Fontaine Mazerolle, de niveler la place de l’Eglise et de reconstruire les murs du cimetière. Il est fait achat d’une nouvelle bascule publique moyennant le prix de 12.000 francs. Le conseil décide la création d’une école au hameau d’Aixette, (projet qui n’a jamais été réalisé).

28 décembre, Jules Grévy est facilement élu à la présidence de la République pour un second mandat.

 

Année 1887

12 Juin, le conseil décide la réparation du clocher qui, ainsi, pourra durer 100 ans et vote la somme de 900 francs à cet effet.

2 décembre, Jules Grévy est contraint à la démission lors du scandale des décorations dans lequel est impliqué son gendre, Daniel Wilson.

3 décembre, Sadi Carnot est élu président de la République au second tour. Sadi Carnot est né à Limoges le 11 août 1837.

Année 1888

20 Mai, sont élus conseillers municipaux : TARADE Firmin, BOUTAUD LACOMBE Louis, DE NEXON Armand, PRECHER Henri, GUYOT Léonard, MORTEROL Ernest, BARRET Martial, NARDOT Martial, DECOULEAC Léonard, LALEU David, DESCHAMPS François, JOUHAUD Jean Baptiste, BARNAGAUD François, LELONG Laurent, SUIDURAUD Pierre, HEBRARD DE VEYRINAS, PRADEAU Jean, FAYE François, GRANGER Pierre, TARRADE Jean Baptiste et PAUZET Pierre.

Monsieur le Baron de NEXON est élu Maire par 19 voix sur 21, BOUTAUD LACOMBE et FRUGIER sont nommés adjoints.

9 Août, le conseil municipal émet le vœu que la brigade de gendarmerie de Nexon soit remise à cheval.

 

Année 1889

10 février, le conseil municipal autorise la culture des vignes américaines dans l’arrondissement de Rochechouart. Le conseil refuse de participer à la nomination d’un vétérinaire pour la surveillance des foires de Nexon.

31 mai, le conseil demande à ce que la gendarmerie soit transférée dans le bourg de Nexon. La caserne de gendarmerie a été logée dans des immeubles loués à MM. Bonnet (1854-1881) ; Frugier (1881-1910) ; Bonafy (1911-1940).

 

Année 1890

5 janvier, le conseil décide de vendre les arbres du cimetière, il donne un avis défavorable à l’établissement d’un marché hebdomadaire de bestiaux à Limoges.

24 août, le conseil demande la création d’un deuxième bureau de tabac à Nexon.

 

Année 1892

15 mai, le conseil municipal est réélu. M. THOMAS Gabriel est élu Maire par 11 voix contre 10 à M. Armand de NEXON.

10 novembre, le conseil décide de faire restituer aux propriétaires les communaux qu’ils ont usurpés. Il demande la diminution des impôts sur les terres et les propriétés bâties.

 

Année 1893

19 février, M. LAVERTUJON, Député, fait don de 100 francs au bureau de bienfaisance et de 100 francs à la fanfare.

19 juin, le conseil dégrève de la taxe militaire plusieurs jeunes gens reconnus comme insolvables.

 

Année 1894

19 août, il est décidé la construction d’un lavoir sur le ruisseau de la Vanelle, au lieu dit le pont de la Grange.

25 juin, assassinat de Sadi Carnot à Lyon par des anarchistes.

27 juin, élection de Jean Casimir-Perrier à la présidence de la République.

Année 1895

16 janvier, démission de Jean Casimir-Perrier, frustré par la faiblesse des pouvoirs de sa fonction. Il a effectué six mois et vingt jours de fonction. C’est le mandat le plus court d’un président français.

17 janvier, élection de Félix Faure.

Année 1896

17 mai, sont élus conseillers municipaux : THOMAS Gabriel, LELONG François, DOUDET Jean, FRUGIER Prosper, CHIROL Jean, PRADEAU Pierre, BONNET Jean, JOUHAUD Ferréol, LATOUILLE Jean, LASPOUGEAS Léon, REBEYROL Simon, DESPLANCHES Léonard, GROPAS André, PARTHONNAUD Jean, NOUILLAS Bernard, BARRET Martial, FAURE Pierre, SAZERAT Jean, VILLOUTREIX Léon, PRADEAU Jean, NOUHAUD Pierre. THOMAS Gabriel est élu Maire, LELONG François et FRUGIER Prosper, adjoints.

13 Juin, le conseil révoque le garde champêtre SAZERAT qui a manqué à tousses devoirs lors des élections municipales. Deux brancards et un drap mortuaire sont acquis pour l’enterrement des indigents.

 

Année 1898

2 janvier, M. de Nexon offre de donner gratuitement le terrain qu’il possède aux Garennes pour la construction d’un champ de foire.

 

Année 1899

16 février, le président Félix Faure meurt au palais de l’Elysée d’une congestion cérébrale survenue alors qu’il est en compagnie de sa maîtresse Marguerite Steinheil.

18 février, élection d’Emile Loubet à la présidence de la République.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.