Une histoire illustrée de nexon
Header

L’histoire de Nexon vue à travers les délibérations du conseil municipal : XII – La République de 1848

17 avril 2017 | Posté par admin dans Connaissance de Nexon | Connaissance politique | XXI siècle

La Deuxième République, naît le 24 février 1848, date de la proclamation provisoire de la République à Paris, jusqu’à la proclamation de LOUIS-NAPOLÉON BONAPARTE comme empereur le 2 décembre 1852.

Le 24 février 1848, les parisiens se révoltent pour deux raisons : la crise économique (le prix du pain augmente) et l’interdiction des banquets républicains. Dès le mois de Juillet 1847 l’opposition au gouvernement conservateur de Guizot va se manifester au travers de nombreux banquets qui vont se dérouler dans toute la France. Un important banquet était prévu à Paris le 22 février 1848. Son interdiction génère des manifestations. des barricades sont érigées dans les rues de Paris. Guizot démissionne malgré cela les barricades demeurent. Des manifestants sont tués. Les manifestants marchent vers le palais des Tuileries. Le 24 février le roi abdique en faveur de son petit-fils, le comte de Paris, âgé de neuf ans. Le roi fuit en Angleterre, signant ainsi la fin de la monarchie de Juillet. La Chambre démissionne dans la foulée. La duchesse d’Orléans est pressentie pour assurer la régence en attendant la majorité du roi. Mais les insurgés ne lui en laisse pas le temps. ils envahissent le Palais Bourbon et les députés proclament la République.

Le 27 février 1848 le Maire de Nexon reçoit un message, daté à Limoges du 26 février lui indiquant :

– que la République est proclamée

– la création à Limoges d’un Comité Administratif Provisoire composé de BAC, CHAMIOT, COURCELLES, DUSSOUBS et VILLEGOUREIX. Ce Comité concentre tous les pouvoirs. Vous ne devez recevoir d’ordre d’aucune autre autorité.

– d’afficher la proclamation, d’assurer l’ordre et la tranquillité et de rendre compte.

En exécution, le Maire a fait afficher et publier à son de caisse la proclamation de la République et le public à la sortie de la Messe a été invité à se réunir à la Mairie. 53 citoyens ont répondu à cet appel et la République a été proclamé à laquelle l’assemblée a donné son adhésion.

Il a été décidé d’organiser la Garde Nationale et de désigner un bureau provisoire par bulletin secret, ce qui fut fait sur le champ. Le sieur BONNET a protesté contre le contenu du procès verbal de cette manifestation.

Le Commissaire du Gouvernement provisoire nomme comme Maire le citoyen Henry LIMOUSIN en remplacement du citoyen CUBERTAFOND, révoqué et le sieur BONNET Cadet, adjoint en remplacement de GAYOT révoqué.

On constate que les choses sont allées vites. Les Républicains n’ont pas voulu renouveler les hésitations de Juillet 1830.

Le 15 Mars, le Maire décide que pour éviter les accidents les jours de foire la répartition du bétail se ferait comme suit : sur les deux places neuves et de la Chapelle les bœufs, moutons, brebis et cochons. Sur la place de l’Eglise les autres bestiaux, les étalagistes et autres marchands.

La chapelle de la place est affectée comme salle d’archives. C’est le citoyen COMBELLAS, menuisier qui est chargé de ce travail.

Le 13 avril la commune est divisée en deux parties pour former deux compagnies de Garde Nationale, l’une est dite compagnie Sud et l’autre compagnie Nord.

Le Maire taxe le pain de 1ère qualité à 35 centimes le kilo, la mêlée de 2 kilos à 57 centimes 50, la tourte de 5 kilos à 75 centimes.

Le budget de la commune s’élève à 11 879 francs.

Les hivers des années 1846 et 1847 ayant été très rigoureux, Léonard LAURENT fermier des droits de place obtient une indemnité de 40 francs.

Il est voté une somme de 18 francs pour payer les frais des obsèques de Pierre BONNET, indigent.

Le 12 juin la première bascule publique est construite. Le prix des pesées est ainsi fixé :

– voitures de foin et paille       0,50

– deux chevaux et au dessus  1,00

– un bœuf, mouton ou porc    0,25

– deux bœufs                             0,40

 

Election du Maire

 Le 8 juillet élections municipales. Sont élus : J.B. LIMOUSIN, Jean GUYOT, Jean Baptiste BONNET, F. Gay de Nexon, GIZARDIN, LELONG Pierre
dit Pimpi, GUYOT Annet, JOUHAUD Antoine, TARADE Léon, SIRIEX Pierre, JOUHAUD Mathurin, DESMAISON Guy, LASPOUGEAS Michel, LAFARET Jean B., FRUGIER Léonard et PAUZET Martial.

Le 16 juillet LIMOUSIN a été élu Maire par 11 voix et BONNET Adjoint par 16 voix.

Le reste de l’année 1848 a été l’objet des alignements et constructions des chemins départementaux.

Le 10 décembre a lieu l’élection présidentielle. Louis Napoléon BONAPARTE est élu avec plus de 5 millions de voix soit 74,2% des .

Le 19 décembre la Commune accepte le drapeau National.

Année 1849

13  et 14 mai 1849, victoire des conservateurs aux élections législatives. La Haute-Vienne ne suit pas le mouvement national et sur les 7 députés elle en élit 6 de gauche.

Le 25 Septembre 1849 Martial LAFAYE ayant demandé la vente du Communal du Brouillet, le Conseil refuse cette aliénation. Le traitement du Vicaire est fixé à 150 francs.

Année 1850

Le 12 Janvier 1850 le Conseil décide l’expropriation de plusieurs terrains destinés au tracé des routes mais les propriétaires se refusent à toute cession.

Année 1851

La commune compte 2 461 habitants au recensement.

Le 6 Février 1851, 19 enfants sont admis gratuitement à l’Ecole de Nexon, les parents étant incapables de payer.

Le traitement de l’Instituteur est fixé ainsi :

  • 1, 50 franc pour ceux qui apprennent à lire seulement
  • 2 francs pour ceux qui lisent et qui commencent à écrire
  • 3 francs pour ceux qui sont plus avancés.

Des réparations sont effectuées au presbytère, à l’école, à la Mairie et à la Justice de Paix.

Le août l’installation des boulangeries et la fabrication du pain sont réglementées par le Maire. Le pain est taxé tous les mois.

Le coup d’état du 2 décembre 1851

Dans la nuit du 1er au 2 décembre 1851 soixante mille hommes et plus de cent pièces d’artillerie occupent la capitale. Louis-Napoléon Bonaparte fait occuper toutes les imprimeries et seuls les journaux qui lui sont favorables peuvent paraître. Les cafés, lieux de discussion politique, et les écuries où l’on pourrait louer des chevaux pour fuir Paris sont fermés. Les chefs de l’opposition, républicaine ou monarchiste, sont arrêtés. L’état de siège est déclaré, l’Assemblée nationale est dissoute, le suffrage universel est rétabli et le peuple français est convoqué à des élections et à la préparation d’une nouvelle Constitution.

Après le coup d’État des députés tentent d’organiser la résistance. Martial Gaston DUSSOUBS (1815-1856) élu député le 13 mai 1849 ne peut y participer car il est malade. Son frère Denis DUSSOUBS* prend alors son écharpe et le 4 décembre il est sur la barricade et harangue les soldats comme Victor Hugo le raconte dans « Histoire d’un crime »: « Citoyens de l’armée écoutez-moi (…) savez-vous quel est l’homme qui vous parle en ce moment ? Ce n’est pas seulement un citoyen, c’est un législateur ! C’est un élu du suffrage universel ! Je me nomme Dussoubs, et je suis représentant du peuple. (…) c’est au nom de la loi que je vous somme de m’entendre. Soldats, vous êtes la force. Eh bien ! Quand la loi parle, la force écoute. » Victor Hugo poursuit : « Ce qu’il faut ajouter à ses paroles pour bien en comprendre l’effet, c’est l’attitude, c’est l’accent, c’est le tressaillement ému, c’est la vibration des mots sortant de cette noble poitrine, c’est l’autorité de l’heure et du lieu terrible. Il fut ardent, éloquent, profond, un juge pour Bonaparte, un ami pour les soldats. »

Il parla ainsi pendant environ vingt minutes, puis descendit sans arme de la barricade pour aller au devant des soldats postés derrière celle située à une cinquantaine de mètres, dans un ultime espoir de fraterniser.

Là les récits divergent. Victor Hugo dit qu’il fut tué au moment ou il allait atteindre la barricade tenue par la troupe et qu’on aurait entendu le commandement du feu.  Victor Schœlcher dans « Histoire des crimes du 2 décembre » raconte qu’il fut abattu de deux balles dans la tête, au moment ou, sa tentative ayant échoué, il rejoignait la barricade des républicains, aucun ordre de feu n’ayant été entendu.

Sous la troisième République la municipalité de Limoges a donné le nom de Denis Dussoubs à l’ancienne place Royale et y à fait ériger une statue en bronze.  Elle fut fondue par l’Occupant pendant la deuxième guerre mondiale pour des besoins militaires.

  • Denis Dussoubs est né le 20 août 1818 à Saint Léonard de Noblat de parents boulanger. Son frère et lui ont pu faire des études de droit à Paris grâce à leur oncle qui avait fortune en Amérique.

Les 21 et 22 décembre, le plébiscite valide le coup d’État par 7,5 millions de « oui », contre 640 000 « non » et un million et demi d’abstentions.

 

Vous pouvez suivre les réponses à cet article sur RSS 2.0 Vous pouvez laisser une réponse, ou revenir en arrière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *