Une histoire illustrée de nexon
Header

La Rue Victor Hugo et ses commerces, hier et aujourd’hui.

15 juin 2020 | Posté par admin dans Connaissance de Nexon | Connaissance Economique | les commerces | les métiers | XX siècle

Au début du XXe siècle la rue qui part du centre du bourg et mène à l’église s’appelle la Rue du Centre. Sur le coté droit, en montant, toutes les maisons ont un magasin au rez de chaussée et leur commerce est prospère. Sur le coté gauche, un mur clos le jardin de la maison bourgeoise, située à l’angle de la rue d’Arsonval, qui appartenait à la famille BOUTAUD-LACOMBE.

Il y a un caniveau sur le coté gauche par contre à droite un large trottoir facilite la déambulation des clients des nombreux magasins. Les maisons possèdent des mansardes, les toits sont en ardoise ce qui est le signe d’une certaine aisance. En effet, avant l’arrivé du train, dans les régions éloignées des ardoisières, les toitures étaient en tuiles. Seuls les châteaux, les églises et quelques maisons de notables étaient couvertes d’ardoises.

En 1948, comme presque toutes les rues de Nexon, la rue du Centre a vu son nom changer pour devenir la rue Victor HUGO.

Carte postale éditée par Champeaud-Terrasson
Carte postale éditée par Desprats

Prises presque sous le même angle, ces deux cartes postales donnent un bel aperçu de l’importance des commerces. Elles montrent la rue du Centre avant la Première Guerre mondiale à un moment ou de nombreux militaires stationnaient à Nexon à l’occasion de manœuvres.

La première maison en montant coté droit, numéro 2 actuel, était un bureau de tabac. Il est ici depuis 1910, et avant il se trouvait un peu plus haut dans la rue. Pierre DESPRATS est receveur buraliste depuis 1901. Cet emploi était réservé aux anciens combattants, ou victimes de guerre. Il vendait du tabac, monopole dEtat et percevait les taxes sur les alcools et leurs transports. A coté de la vente des timbres et des vignettes il édite des cartes postales. pendant l’année 1918 son bureau est très fréquenté par les soldats américains qui stationnent à Nexon. L’un deux indique au dos de la carte éditée par DESPRATS  » « Post Card Store ».

Par la suite le bureau de tabac a de nouveau changé de place, il a été installé rue Pasteur puis avenue Gambetta.

Au cours des années 1950 c’est une épicerie à l’enseigne DOC qui s’y est installée. Elle était tenue par M. Claude OLIVERO. Il a présidé l’A.S. Nexonnaise de 1985 à 1987.

Après le DOC c’est une compagnie d’assurance qui s’est installée au numéro 2, la compagnie AXA.

Au dessus de la porte d’entrée, la date de construction de l’immeuble, « 1883 ».

L’agence AXA de Nexon a fermé, seule celle de saint Yrieix est ouverte. la vitrine est vide, seul le nom sur la boite aux lettres permet de connaitre le nouvel occupant : Le service équipent des communes du Conseil départemental.

Au numéro 4 se trouvait l’Hotel de France et la pâtisserie BOURDEIX.

Alexis BOURDEIX (1856 -1890) et son fils Raymond (1883 – 1964) étaient pâtissiers. La maison BOURDEIX était très réputée, l’une de ses spécialités appréciée par les nexonnais était le baba au rhum. La maison était également connue pour ses conserves de gibiers. Au décès de son mari en 1890, Madame BOURDEIX prend la direction des affaires. C’est sans doute la qualité de ses produits qui a conduit un officier américain, H.A. GIFFORD, qui séjournait à Nexon, sans doute à l’hôtel, à coller une vignette sur le livre souvenir de son régiment.

The History of Battery E 66th Artillery C.A.C.

Après les BOURDEIX ce sont les CROUZILLE qui prennent la gérance de la patisserie.

Au début des années 1960 un restaurant vient s’adjoindre à la pâtisserie. Le Doc fait l’angle avec la place Fratellini.

Après la fermeture de la pâtisserie, dans les années 1980, c’est une épicerie-primeur PINTEAUX qui s’y installe.

Puis plusieurs restaurants se sont succédés, sans demeurer très longtemps. L’Orchidée a ouvert en 2005.

Puis lui a succédé Chez Fifi, ouvert de mai 2009 à juin 2013.

Après les restaurants ce fut à partir du 15 juin 2016 un dépôt-vente, « L’Armoire Magique ». Fin avril 2017 l’entreprise a déménagé pour s’installer dans un local plus petit, juste à côté au numéro 6.

C’est une entreprise de services à la personne  » Quartier Libre Services  » qui a pris la place.

A côté, au numéro 6, au début des années 1900 il y avait une chapellerie de M. NOUHAUD qui était en même temps coiffeur et barbier.

Le bourrelier Prosper LAPLAUD qui était rue Gambetta y transfert son atelier.

Au début des années 1950 M. Lucien PASQUET qui était installé à Janailhac a ouvert un magasin d’électricité et d’appareils radio à la marque RADIOLA. .

Au début des années 1960 M. PASQUET a transféré son magasin au N° 1 de la rue d’Arsonval.

A la place, M. Raymond LABREGERE a ouvert un atelier de tailleur d’habits. Il avait comme apprenti Gaston LABREGERE. Il réside à Nexon et m’a raconté le travail du tailleur jusqu’à ce qu’arrive l’industrialisation du prêt à porter. Nexon en a profité pendant quelques années lorsque Vet-France a ouvert un atelier, d’abord dans la rue Pierre et Marie Curie puis aux Gannes. Jusqu’à cette arrivée du « prêt à porter » les notables portaient tous les jours le costume et les dimanches ainsi que les jours de fête la plus grande partie des hommes s’habillaient en costume. Ils étaient faits sur mesure par le tailleur. Certains clients en faisaient faire plusieurs chaque année, et général il fallait un costume neuf pour Pâques. Les tissus étaient choisis sur échantillon et M. LABREGERE commandait le métrage nécessaire. Il fallait en moyenne 2 à 3 semaines pour que le costume soit prêt compte tenu du temps de transport du tissu et de l’essayage nécessaire avant les finitions. Mon grand-père, Henri MALARDEAU fabriquait du tissu que les dames appréciaient pour leurs manteaux.

L’Armoire magique qui avait transféré sa boutique du numéro 4 au 6 le 2 mai 2017 l’a fermée le 30 septembre 2017.

Aujourd’hui il n’y a plus de boutique, ce n’est qu’un logement.

Au numéro 8 il y avait jusqu’en 1910 le bureau de tabac, passé ensuite au numéro 2, et Louis CHARREIX. En 1900 le receveur-buraliste était M. SERRE et en 1896 M. ROUSSEL. On voit bien la carotte, nom donné à l’enseigne rouge que l’on trouve à l’entrée de tous les bureaux de tabac depuis 1906, qui se détache du mur, au bout de la rue.

Le bureau de tabac a été remplacé par l’épicerie de Mme IMBAUD. Elle était la sœur de Léonard LASPOUGEAS, forgeron à Saint Priest Ligoure qui a construit la première automobile du Limousin en 1896. L’épicerie est restée fermée au début des années 1960 puis ce fut le dépôt de pain de la coopérative de panification de la Valoine, la BOCOVAL, lorsque les boulangers n’ont plus accepté de faire l’échange-blé pain. Il ne s’y vendait pas de pain la semaine mais il y avait foule le dimanche. Ensuite s’y est installée l’agence d’assurance Générali.

A gauche de la porte d’entrée c’est la boutique d’Henri CHARREIX, ferblantier. C’est un homme éclectique qui est plombier, électricien, monteur de pompes et qui tient en même temps la salle de bal qui se trouvait sur l’actuelle place Fratellini. Après Henri c’est Jean CHARREIX qui a pris la suite. En 1946 il a cédé la moitié du fond à Robert-Jean CHARREIX

Robert-Jean (1908 – 1983) est le fils de Pierre CHARREIX lui même ferblantier rue du Centre.

Le Populaire du Centre 21 juin 1946
Les factures de Robert n’ont pas la beauté de celles d’Henri

Une boucherie a pris la suite du plombier. Ce fut d’abord M. PRADEAU, dit »Saucisson ». Ensuite pendant quelques mois M. AGARD et ensuite Pierre ASTIER. Ouvrier charcutier à Limoges il s’est installé à Nexon en 1963 et à fermé en décembre 1997. Je l’ai rencontré quelques mois avant son décès, en avril 2020. Il avait une mémoire fabuleuse et connaissait toutes les petites histoires du pays. Il m’a expliqué l’évolution de la consommation de viande, les éleveurs à qui il achetait les bêtes, l’arrivée des agriculteurs Normands qui se sont mis à élever des bovins Limousins… Mais sa vie était marquée par le décès de son fils Eric, tué accidentellement alors qu’il avait 47 ans. Il m’a donné une feuille du papier qui servait à emballer la viande, seul souvenir qui lui restait de sa boucherie. Je la trouve très belle.

L’élégant papier d’emballage de la viande de M. ASTIER

Aujourd’hui le cabinet d’architecture Epure occupe les deux boutiques qui hier étaient séparées.

le 1er janvier 2017 M Fabrice GERVILLE REACHE a quitté le cabinet Epure et cédé ses parts à Anne SIMON.

Au numéro 10 se trouvait la mercerie des demoiselles VIALLE.

Les trois sœurs VIALLE

La famille VIALLE était originaire de Corrèze. Des trois sœurs, Elise, Georgette et Françoise. Georgette et Françoise se sont mariées. Françoise a épousé le 11 mai 1925 à Nexon, Jean Baptiste LELONG, boucher Place de l’Eglise. Ils ont eu une fille, Yvette, une des meilleures amies de Rose FORGERON, née VIGNERON.

De chaque côté du magasin il y avait deux grands comptoirs. Du côté mercerie un grand choix de boutons, rubans, dentelles…de l’autre les tissus tout aussi abondants. Toutes les jeunes filles adoraient aller dans ce magasin.

Un magasin de Radio-Télé et Electro-ménager y a été installé dans les années 1970. A l’automne 1986 M. BETHOULE a fermé son magasin de Nexon et a conservé son atelier de Janailhac.

Puis il y eu Alain BUFFAT avec son atelier de réparation d’ordinateurs et d’équipements périphériques de fin 2009 à juin 2016. Le cabinet d’ostéopathie de Mme Elise GONZALEZ a pris la suite.

Le cabinet d’ostéopathie

L’immeuble du numéro 12 est divisé en deux parties. A droite de la porte d’entrée un immeuble d’habitation qui appartenait au début du XXe siècle à la famille JOUHAUD. Le père, Jean JOUHAUD né à Bourganeuf en 1864 était employé de commerce. Il a épousé le 11 janvier 1890 à Nexon Jeanne BARRET qui était sage femme. Il a ouvert un commerce de vin en gros avec un chais rue Saint Ferréol. Ils ont eu quatre enfants. L’aînée Marie Alice a épousé Jean Paulin LASPOUGEAS grand père de Michèle (1944 -1986) ma première épouse, puis Hélène, Renée et Maurice (1905 -1983). Ce dernier a pris la suite de son père. Sa fille Noëlle a épousé Angel VILLESSOT, garagiste à Jumilhac qui a créé une entreprise de transport par autocars que préside son fils Patrick .

A gauche de la porte d’entrée le magasin a été celui de M. MARTY « Nexon Mobilier » .

Ensuite M. Fernand ERBAULT y a transféré son atelier de moulage de porcelaine de la rue Pasteur et son épouse y a développé un commerce de fleurs.

Annuaire téléphonique 1976

Lorsqu’ils ont pris leur retraite ce fut d’abord l’agence immobilière S.T.I.A.

Puis HM Immo.

L’immeuble au numéro 14 a toujours compté une boulangerie le second commerce ayant changé selon les époques.

Depuis novembre 2010 c’est la La Sabataria, un atelier de réparation de chaussures et d’articles en cuir de M. François FESNEAU qui y est installé. Autrefois il y avait ici le magasin de tissus des demoiselles DESCHAMPS. C’était celui dans lequel on trouvait les plus beaux tissus.

A coté la boulangerie existait depuis le XIXe siècle mais je n’ai pas retrouvé la trace des anciens propriétaires. Dans les années 1930 il y avait M. BRECZENSKI. Sa fille Janine allait à l’école avec Rose VIGNERON. Ensuite M. TEXEROT.

Après son départ pour la retraite M. TEXEROT a loué son fonds à M. VILLENEUVE, puis à M. COUTEAU et enfin, à partir du 3 novembre 2015 à Mme S. VALADE. La boulangerie a fermé en mars 2017 et elle cherche toujours un repreneur.

Vous pouvez suivre les réponses à cet article sur RSS 2.0 Vous pouvez laisser une réponse, ou revenir en arrière.

One Response

  • Rose FORGERON says:

    Je suis toujours éblouie par tout ce que vous réussissez à retrouver et par lé travail que cela représente. Concernant Nexon,je suis triste parce que Nexon a été un bourg vivant,prospère,avec beaucoup de commerces ,et que ce n’est vraiment plus du tout le cas!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.