La rue Pasteur, coté impair, suite. Du numéro 15 à 33.

Un porche sépare les immeubles des numéros 13 et 15.

Au numéro 15 il y a eu pendant de très nombreuses années une boulangerie. Elle a été tenu pendant de nombreuses années par les MEYNIER, une famille de boulangers descendant de Jean MEYNIER né à la Meyze en 1831. Ces trois garçons furent tous les trois boulangers, à La Meyze puis à Nexon pour l’un, Pierre -Buffière et Coussac – Bonneval pour les deux autres. Le troisième, Martial MEYNIER a dû arriver à Nexon vers 1890, commune dans laquelle son premier fils Jean Martial est né en 1895. Son troisième fils, Martial Adrien, né en 1900 a pris sa suite comme boulanger. Dans la famille un des fils MEYNIER est transporteur et pendant la seconde guerre mondiale il est l’un des rares à posséder un camion. Aujourd’hui c’est le Docteur Marie-Claude FURELAUD-MEYNIER qui a vissé sa plaque à la place de l’ancienne boulangerie. Dans le même immeuble, Thierry FURELAUD exerce le métier d’architecte. On accède à son cabinet en passant par le porche. L’immeuble appartient toujours à la famille MEYNIER.

La boulangerie avant 1914.

Après la guerre de 1939-1945, la boulangerie a été tenue par MM. ANDRIEUX, puis GROLLAUD pendant les années 1960 et Michel BARNABET.  Il a ensuite transféré sa boulangerie dans la rue Gambetta

Monsieur FURELAU s’y installe comme architecte et son épouse, le docteur FURELAU-MEYNIER comme médecin.

-L’immeuble situé au numéro 17 appartenait à M. et Mme AYMARD. Après avoir créé son usine électrique M. AYMARD et son épouse ont acquis plusieurs maisons à Nexon. L’avantage des propriétés situées sur la droite en descendant la rue Pasteur, qui à l’époque s’appelait rue du nord, c’est qu’elles donnaient sur la rue de l’usine électrique où Monsieur AYMARD avait son usine électrique et son garage. Après son décès accidentel la maison appartint à sa veuve et à sa fille qui avait épousé M. LENOIR, électricien à Nexon jusqu’au début des années 1930. La famille LENOIR et Mme veuve AYMARD sont parti à Excideuil. En 1939 ils ont vendu leur immeuble à M. et Mme CHIROL.

Cet immeuble est ainsi décrit dans l’acte : « Immeuble situé à NEXON (Haute Vienne) rue du Nord et rue de l’Electricité, comprenant : Maison à usage d’habitation, en façade sur la rue du Nord, composée de rez de chaussée, cellier à coté, premier étage, grenier mansardé au-dessus ; derrière la maison cour avec petites dépendances et Jardin faisant suite au tout et dans son prolongement, bâtiment à usage de garage, cour au-devant sur ladite rue de l’Electricité. »

Après le décès accidentel de Louis AYMARD, Louis VALETTE qui était son mécanicien a pris sa suite.

Il loge dans l’immeuble et expose les modèles des nouvelles voitures au rez de chaussée.

 M. Henri DENIS (1889 – 1950) était locataire de la maison et propriétaire du chais qui donne sur la rue Pierre et Marie Curie. Né à Saint Martin le Vieux, il est rappelé sous drapeaux en 1915 et affecté au 20ème dragon. A la fin de la guerre il devient commis voyageur puis, excellent cavalier, il s’engage dans la gendarmerie à cheval. La vie de gendarme ne convient pas à son caractère alors il change de métiers. Il achète le garage VALETTE et y installe un chais. Il crée un commerce de vin en gros et en en détail. Son fils Maxime DENIS (1914 – 1987) le fera prospérer.

Dans le chais il y a toujours les traces de l’ancien garage avec en particulier le logo CITROËN gravé dans le ciment.

Le logo Citroën dans le chais de M. Denis

Lorsque madame CHIROL vend son immeuble Maxime Denis et son épouse l’achètent. Ils y créent des chambres pour l’hôtel et transforment le magasin en studio. Il sera loué, au début des années 1980 il l’est au docteur Marie Claude PEYRICHOUX qui y installera, jusqu’en 1985, son cabinet médical.

L’immeuble, entièrement rénové, est la résidence nexonnaise de M. et Mme LEOBON.

Le numéro 17 en 2020

-Numéro 19.

C’est un immeuble d’habitation qui appartenait à Mlle CHARREIX, employée à la Poste à Limoges.

Il y avait au rez de chaussée un bureau de tabac tenu par M. DESBORDES, mutilé de la guerre de 1914-1918. Il le transfèrera par la suite rue Gambetta.

Monsieur PERRIARD qui était plombier s’y installa puis M. F. ERBAULT qui fabriquait des moules en porcelaine. Il y eu ensuite, à la fin des années 1960, la Maison du Meuble de Mme ADAM.

Ensuite M. Raymond FONCHY achète l’immeuble et passe son activité d’électricien et son commerce d’appareils de radio et de télévision du n° 8 au n° 19 de la rue Pasteur.

Par la suite le magasin a été supprimé et n’est plus qu’un immeuble d’habitation appartenant à la famille FONCHY.

le numéro 19 en 2020.

-Au numéro 21, il y avait un restaurant et une habitation, propriété de de M. et Mme François AUTHIER. François AUTHIER, né à Nexon en 1878, a épousé en 1902, Joséphine AYMARD, la sœur de Louis AYMARD, le futur créateur d’une usine électrique à Nexon. Ils avaient acquis ce bien en 1907 de M. et Mme Pierre BRAGARD.

M. AUTHIER, au moment de son mariage en 1902, était tailleur d’habit et son épouse couturière. Ils sont devenu restaurateurs en 1906, peu de temps avant d’acheter l’immeuble. Ils l’ont vendu en février 1941 à M. et Mme PEYNICHOU.

L’acte notarié décrit ainsi l’immeuble ; « Une maison à usage d’habitation et de restaurant situées Nexon, rue du Nord et rue de l’Electricité, composée au rez de chaussée d’une salle de restaurant d’une cuisine et d’une salle à manger, cave sous le tout, au premier étage, quatre pièces et grenier au-dessus ; attenant à la maison, une cour dans laquelle se trouve un puits avec pompe, waters closets, deux petites étables, hangar et remise en façade dans la cour, le tout d’un seul tenant, figurant au plan cadastral de la commune de Nexon, sous les numéros 47- 48 et 45p de la section A, pour une contenance totale de deux cent vingt mètres carrés environ et confrontant dans son ensemble à la rue du Nord, aux immeubles Dudognon et Estier à la rue de l’Electricité, aux immeubles restant appartenir aux vendeurs et par eux réservés et aux immeubles de Mademoiselle Charreix. »

Après le décès de son père, Marthe PEYNICHOU, épouse de Maxime DENIS, hérite de l’immeuble et de ses dépendances. Elle développe le restaurant. Utilisant son prénom comme enseigne M. DENIS, le dénomme « Chez Maxime ». Mais il n’y avait alors pas besoin d’enseigne. Les jours de foire le restaurant était complet du matin au moment du casse-croûte jusqu’à la fin de l’après-midi. Les repas pour les fêtes de famille, les baptêmes, les communions, les fiançailles, les mariages s’y tenaient régulièrement. Les touristes aimaient y séjourner, des chambres avaient été aménagées au numéro 17.

Madame DENIS, à gauche, avec ses employées et sa fille Rachel au premier rang.

Le restaurant « Chez Maxime » deviendra une table recherchée pour les événements familiaux, baptêmes, communions et mariages mais aussi pour les repas copieux servis les jours de foire.

Pendant les congés, l’hôtel reçoit de nombreux vacanciers, souvent des habitués. Les voyageurs de commerces font partie des clients réguliers.

Des parisiens en vacances à Nexon.

La réputation de la maison résulte non seulement des talents de cuisinière de madame Marthe DENIS mais aussi de la qualité des vins que commercialise Maxime DENIS et que l’on retrouve sur la carte du restaurant. Nous consacrerons un prochain article à un extrait de sa carte.

Après sa retraire Madame DENIS louera son commerce à différents restaurateurs. Le premier d’entre eux fut M. Christian MARSAC au milieu des années 1970.

En 2005 le restaurant devient « Le Petit Chef ». Il est tenu par Bruno ROYER qui le fera prospérer jusqu’en 2010 avant de partir s’installer à Glandon.

Il est remplacé par Cyril TRILLAUD et son épouse. Ils exploitent le restaurant pendant quelques années et en novembre 2015 ils vendent le fond.

Mme Roselyne ROMANO achète le fond et transforme le restaurant en un « bar-crêperie » à l’enseigne « Les deux anges » dont la salle avait été entièrement redécorée.  

Le restaurant fonctionne quelques mois et cesse son activité.

Pour ne plus avoir à subir la succession de plus en plus rapide des gérants, Mme LEOBON rachète le fond et vend l’ensemble de l’immeuble. Il est acheté par un couple d’enseignants qui maintenant y habite.

-Au numéro 23 s’élève une des plus ancienne maison de Nexon. On y accède par un escalier qui descend au rez de chaussé, en contrebas du trottoir. L’immeuble appartenait à M. DESPLANCHES et pendant les années 1945 – 1970, M. et Mme DUDOGNON y sont coiffeurs. Germaine DUDOGNON a son salon installé au 1er étage tandis que se mari, Albert, coupe les cheveux au rez de chaussé. Il tient également, dans l’angle de la maison avec la rue Pierre et Marie Curie, une petite poissonnerie.

L’immeuble en 1984
Le numéro 23 en 2020

Après avoir traversé la rue Pierre et Marie Curie on longe un pré. Il appartenait à Baptiste LELONG dont la boucherie était située en face de l’église.  Il a été amputé de quelques mètres pour faciliter la prise du virage par les camions qui venaient de La Plaine ou de La Meyze. Au belles heures du haras les chevaux du baron étaient conduits régulièrement.  

Au numéro 23 bis se trouve l’entrée dans cet ancien pré devenu un parc au fond duquel un pavillon a été construit.

Au numéro° 25 il y avait autrefois un garagiste, M. GUYONNAUD, le frère du coiffeur de la rue Gambetta. Puis l’épicerie de Mme HELION, dont les crayons de couleur faisaient envie à tous les jeunes écoliers et écolières. Maintenant c’est une habitation.

En remontant vers Cornedie on passe devant les numéro 27 et 27 bis, puis on arrive à la Rue René Cassin qui a été ouverte pour permettre l’accès au lotissement construit sur les prés du baron.

Vue sur le lotissement

Au numéro 29 une belle petite maison avec jardin qui étaient avant-guerre la propriété de Mme Saint-Ange. Elle les a légués à l’Eglise et pendant quelque temps le curé LATZARUS y a habité. Par le suite la propriété a changé de main et appartient à Mme BILLAT.

Sur le côté droit de la maison, juste au-dessus du volet droit quand il est ouvert, une pierre de taille porte gravée l’année 1759.

Au numéro 31 une ancienne grange a été transformée en habitation. Dans les années 1930-1960 y habitait le garde champêtre, M. NARDOT et sa famille. Jusque vers la fin des années 1950 il battait le tambour et lisait, à forte voix, sur les places du bourg et dans les villages, les avis officiels.

Au numéro 33, une belle maison aux volets rouges et dans le coin droit du mur une croix avec gravé : JEAN guyo 1774 -.

Arrivé au bout de la rue, et avant de repartir pour parcourir le côté pair, je remercie une nouvelle fois Madame le docteur FORGERON dont la mémoire parcourt sans fatigue les rues de Nexon, me dressant une trame que je n’ai plus qu’à approfondir. Merci également à Madame LEOBON, redevenue la jeune Rachel DENIS pendant plusieurs heures que nous avons passées à faire revivre le Nexon de notre jeunesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.