La place de l’église, coté sud, numéro 11 et 12

Au n° 11, c’était la « maison Limousin » en 1900. Elle est devenue « la maison LASPERAS » dans les années 1940-1960. Aujourd’hui elle ne porte plus le nom d’un artisan qui y exercerait son art, elle est devenue résidence particulière.

La maison a pris le nom de « maison LIMOUSIN » après le mariage d’un LIMOUSIN et d’une GIZARDIN. Cette famille originaire de Rilhac-Lastours est présente à Nexon depuis Pierre GIZARDIN (1670-1720) qui était à la fois chirurgien, apothicaire et notaire à Nexon. Son fils, Mathurin GIZARDIN (1692-1762) et son petit-fils Nicolas GIZRDIN (1742-1806) furent tous les deux notaires à Nexon. Parmi leurs descendants plusieurs furent aubergistes à Nexon.

En 1896, Raymond LIMOUSIN (1842-1922) habite avec sa famille dans la maison de la place de l’église. Le 28 octobre 1867 il avait épousé Marie-Antoinette GIZARDIN (1846-1916), la fille de Léonard GIZARDIN (1876-1867). Au moment du recensement Raymond LIMOUSIN est fabricant de vinaigre, mais aussi épicier, mercier et quincailler. Il a été admis au Cercle de la Concorde en 1886 et dès son admission il en est élu secrétaire en remplacement de Fernand GIZARDIN qui a démissionné.

Recensement de 1896 (archives départementales de la Haute-Vienne)

La famille LIMOUZIN vit avec ses 3 derniers enfants, Gabriel (1883-1960), Léonce (1885-1966) et Raymond (1892-1956). Le beau-frère, Léonce GIZARDIN, vit avec eux ainsi que 2 domestiques dont l’un a 70 ans et l’autre 14ans.

Raymond LIMOUSIN et son épouse Marie Antoinette ont eu 12 enfants dont 4 ont vécus quelques jours ou quelques mois. Une photo réuni Raymond Limousin et son épouse au centre entourés de leurs 8 enfants ayant vécu, accompagnés de leur conjoint.

La famille de R. et M. A. LIMOUSIN – Photo communiqué par un des arrières petit-fils, Jean Pierre LIMOUSIN

Les enfants sont disposés par ordre de naissance, de gauche à droite et de haut en bas. En haut à gauche, Marie (1868-1929) et son époux Armand NANEIX, à droite Henri LIMOUSIN (1872-1955) et son épouse Berthe BOULANGER. Sur la 2ème rangée, Léon LIMOUSIN (1874-1948) et son épouse Marthe BOURDICHON-LAFARGE puis Jeanne LIMOUSIN ( 1877-1955 et son mari Louis BOURDICHON-LAFARGE. Au 3ème rang, Aimé LIMOUSIN (1878-1952) et son épouse Valentine JEANNOT puis Gabriel LIMOUSIN (1883-1960) et son épouse Berthe NAUDASCHER. Enfin, Léonce LIMOUSIN (1885-1966) et son épouse Hélène GUERIN puis Raymond LIMOUSIN (1892-1956) et son épouse Suzanne NOTTIN.

Raymond LIMOUSIN aime être entouré de ses enfants comme ici avec les parents sur la terrasse et les enfants sur les marches de l’escalier.

Raymond et marie Antoinette LIMOUZIN et leurs enfants vers 1900

L’enseigne sur le mur, en haut des marches, indique que c’est l’agence d’une compagnie d’assurance contre l’incendie.

Panonceau Assurances

En 1901, Léon (1874-1948), le 3ème des enfants, à rejoint la maison familiale. Agé de 27 ans, Léon est pharmacien. Il est venu passer quelques mois chez ses parents pour préparer son départ pour l’Indochine. Il restera à Tourane, aujourd’hui Da Nang, pendant 2 ans (1902-1904). Une fois rentré en France il revient chez ses parents et le 21 septembre 1904 il épouse Marthe BOURDICHON-LAFARGE. Ils partent ensuite à Poitiers ou ils restent quelques mois avant revenir dans la région et de s’installer à Solignac.

Gabriel LIMOUSIN qui avait commencé une carrière de comptable à Nexon n’est plus présent lors du recensement de 1906. le 10 mars 1902, il s’est engagé pour 4 ans au 26e bataillon de chasseurs à pied et il est affecté à Vincennes. Il ne termine pas les 4 ans de son contrat. En effet le 27 octobre 1904, son jeune frère Léonce s’est lui aussi engagé dans le même bataillon .

Libéré de son engagement, Gabriel LIMOUSIN choisi de s’expatrier. En 1906 il part pour rejoindre la Compagnie des chemins de fer de Kayes au Soudan.

Située sur le fleuve Sénégal, 500 kms à l’Ouest de Bamako, Kayes fut de 1892 à 1899 la capitale du Soudan français. Lorsque Gabriel LIMOUSIN y arrive le tronçon Kayes-Bamako a été inauguré 2 ans auparavant.

Gabriel rentre en France au début de l’année 1930 et ouvre un cabinet d’assurances au Bugue en Dordogne. Son fils Antoine (1914-2000) a dû hériter du désir d’exotisme de son père puisqu’il est parti au Maroc puis en Indochine où il s’est marié. Son fils Jean Pierre LIMOUSIN, moins globe-trotter mais héritier du gout des assurances, a ouvert un cabinet à Limoges où il a présidé la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Haute-Vienne, le Conseil économique social et environnemental régional (CESER) du Limousin puis le CESER de la grande région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes devenue Nouvelle Aquitaine. Ainsi, au-delà de notre amitié, nous avons des racines nexonnaises communes.

En 1911, Raymond et son épouse n’ont plus leurs enfants avec eux. Gabriel est en Afrique, Léonce après la fin de son engagement militaire deviendra représentant de commerce. Rappelé au service militaire en 1914 il effectuera une brillante campagne au cours de laquelle il sera blessé 2 fois. Promu lieutenant en 1917 il est décoré de la Légion d’Honneur en 1918. Raymond, le dernier, sera assureur et comme ses frères il s’engera en 1913 et fera une campagne en 1914-1918 qui lui vaudra d’etre décoré de la croix de guerre.

Recensement de 1911

Marie Antoinette décèdera le 8 septembre 1916 à 70 ans. Sa tombe est dans le cimetière de Nexon ainsi que celle de son père, Léonard GIZARDIN (1816-1867).

Après la guerre Raymond LIMOUSIN est veuf et tous ses enfants ont quitté Nexon. Au recensement de1921il est seul dans la maison. Il en loue une partie aux LAVAUD dont l’ époux, Louis, est tonnelier et l’épouse Léonie tient l’auberge, sans doute avec leur fille Marie âgées de 21 ans.

Recensement de 1921

Au recensement de 1926 un garage ouvre au rez de chaussée de l’immeuble. Il est tenu par Eugène BROUILLAUD. Les LAVAUD habitent maintenant rue du Centre, actuelle rue saint Ferréol. Monsieur est journalier, madame est aubergiste et leur fille qui a 26 ans est sans profession. Elles doivent tenir l’auberge sans habiter sur place. La maison est louée à la famille BROUSSEAUD.

Recensement de 1926

Avec le garage, la physionomie de cette partie de la place va changer. Des voitures vont stationner, une pompe à essence va être installée. Sur l’agrandissement de la carte postale ci-dessous, on voit les premières automobiles stationner et la pompe à essence actionnée à la main. A l’étage l’enseigne indique « Garage Moderne » mais l’auberge n’est pas mise en évidence. La boulangerie d’à côté est tenue par Jean MARTIN.

Le garage à la fin des années 1920

En 1931 la boulangerie MARTIN est recensée avec les habitations de la place de l’église. Monsieur BROUILLAUD a un ouvrier mécanicien logé et Madame BROUILLAUD tient le café.

Sur l’en-tête de la facture, non seulement le garage est présenté avec ses activités diverses mais aussi l’hôtel.

En 1936 m. BROUILLAUD est recensé comme « garagiste et hôtelier » et son épouse est hôtelière. dans l’immeuble habite Lydie GUILLOT qui est sage-femme.

A la fin des années 1930 M. René LASPERAS succède à M. BROUILLAUD. L’en-tête de la facture ne fait pas référence à l’hôtel<; le garage a conservé le même nom et il affiche « Citroën » dont il est agent sur le mur de la boulangerie.

Une facture du 30 septembre 1941

En 1947 rien n’a changé sur l’en-tête des factures.

Au milieu des années 1950 seule la couleur des factures change : le bleu remplace le noir.

Facture du 28 février 1958

Si l’hôtel a été fermé il reste le café du balcon très fréquenté les jours de foire mais aussi les jours d’enterrement par les hommes qui n’entrent pas dans l’église et par ceux qui attendent que la réparation de leur voiture soit terminée en prenant un petit verre…

Dans les années 1970 le garage quitte Citroën pour devenir agent FIAT et Bernard, le fils , devient associé à son père.

Facture du 27 décembre 1977

René LASPERAS n’était pas seulement un technicien de la mécanique c’était un homme engagé dans la cité. Très rapidement il devient pompier et souvent le garage fermait quand il y avait une intervention, le patron partait en intervention mais son ouvrier mécanicien, M. DEBORD, également pompier partait avec lui. M. LASPERAS a progressivement gravi tous les échelons pour devenir commandant de la compagnie de Nexon avec le grade de lieutenant. Son dévouement était unanimement apprécié dans tout le canton.

Lorsque son père a pris sa retraite son fils Bernard a conservé le garage mais il n’a plus fait de mécanique. Il a gardé la distribution d’essence et de gaz et a assuré les transports en taxi avec son épouse Andrée.

Facture du 31 aout 1985

Les pompes se sont modernisées et sont devenues électriques, la publicité sur le mur de la boulangerie a disparu.

Lorsque Bernard a pris sa retraite les Transports du Haut Limousin (THL) ont repris l’activité de taxi et se sont installés au numéro 4, à la place du coiffeur.

Aujourd’hui il n’y a plus d’activité commerciale au numéro 11. L’immeuble a été rénové dans le même style que son vis à vis du n° 1.

Notons que sur le côté droit, un escalier permet d’accéder aux appartements du numéro 12 de la place. Cette immeuble est distinct de celui du n° 11 et de celui de la boulangerie au n° 14 de la rue Victor Hugo. Les trois toitures sont différentes, et par la forme et par la couverture.

L’immeuble abrite 4 appartements dont certains donnent sur la rue Saint Ferréol..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.