La gare de Nexon et son quartier. II-un développement qui conduit à l’ouverture de trois hôtels -restaurants

Lors du recensement de 1841 il bien évidemment pas question de la gare. Dans le quartier seul est mentionné le lieu dit Lombertie avec la famille LOMBERTIE qui y habite. Lors du recensement suivant, en 1886 la gare y occupe une place importante. D’abord par l’avenue de la gare qui commence à la sortie du bourg à l’époque c’est à dire à la hauteur de la rue Gay Lussac et de la rue Lavoisier. Les maisons bourgeoises qui étaient construites autours de l’église au XVIIIe siècle puis dans les rues commerçantes ensuite sont maintenant à la sortie des bourgs, en retrait de la rue avec un parterre devant et un parc jardin à l’arrière. Le fait que des 1886 cette rue porte le nom d’avenue est significatif. C’est le lieu des promenades dominicales et les plus courageux vont voir passer les trains, spectacle surprenant en 1880 ! Les auberges sur le parcours ou à la gare permettent de passer un agréable moment. La carte postale ci dessous qui date des années 1910 permet de mesurer ce phénomène.

L’avenue de la gare un après midi

A la hauteur de la gendarmerie, à droite sur la carte postale (restaurant Massy aujourd’hui) l’avenue devient la rue de la gare. Dans cette partie ce ne sont plus des maisons bourgeoises comme celles que l’on voit de part et d’autre de l’avenue mais une ferme et un moulin en descendant sur la gauche et un étang à droite. Nous reviendrons sur cette avenue et cette rue devenue avenue Charles de GAULLE.

Pendant la construction de la ligne de chemin de fer il a fallu construire des bâtiment, d’abord la gare et les logements pour le personnel et très vite des auberges et des hôtels ont vus le jour.

1 – L’Hôtel de la gare des voyageurs

Les affaires ont sans doute eux du mal à démarrer puisque dès le mois de fevrier 1877 M. LAFFARET cherche un gérant pour son hôtel.

Le Courrier du Centre 13 février 1877

En mai 1880 le Tribunal de commerce de Saint Yrieix la perche annonce la faillite de Fulbert LAFFARET. Il est invité au Tribunal pour entendre ses propositions, afin de lui consentir un concordat, ou, à défaut, être constitués en état d’union.

Le Courrier du centre 14 mai 1880

Il faut croire que M. LAFFARET a trouvé une solution pour régler ses dettes puisqu’au recensement de 1886 l’auberge est au nom de Fulbert LAFFARET. Avec son épouse ils ont quatre enfants ; un neveu et une servante vivent avec eux.

La famille DECOULHAC habite toujours à la gare avec leurs trois enfants. Ils ont une cuisinière et deux domestiques. Les autres personnes du quartier sont essentiellement des employés du chemin de fer, le chef de gare, le chef de dépôt …au total 20 personnes.

Au recensement de 1891 LAFFARET n’habite plus à la gare, Annet DIEUAIDE est aubergiste et il l’est encore au recensement de 1896.

Recensement de 1891. ADHV

le quartier de la gare n’est pas encore très vivant? Il n’y a qu’une auberge et la majorité des habitants travaillent pour le chemin de fer.

Les choses changent à partir de 1990. Au recensement de 1901 la famille Decoulhac habite toujours à la gare, le restaurant est tenu par Antonin MOMOT et Jean BONNET a créé une affaire de négoce.

Le restaurant MOMOT acquiert une certaine notoriété. Il figure sur les cartes postales de la gare. En 1906, au recensement Antonin MOMOT est déclaré menuisier et c’est son épouse Louise qui est restauratrice.

Recensement 1906 ADHV
Une belle photo avec la locomotive, les réservoirs d’eau et le restaurant vers 1910

Après la guerre de 1914-1918 le restaurant passera ensuite les mains de la famille LATHIERE, le mari était peintre et son épouse tenait le restaurant.

Emile LATHIERE a épousé le 13 juillet 1912 à Nexon, Clémence dite Germaine PRUGNY (1890-1984) dont les parents étaient débitants de tabac et éditeurs de cartes postales. Monsieur LATHIERE (1887 – 1967) a été une personnalité à Nexon ou il a été premier ou deuxième adjoint au maire de 1947 à 1967. Ils ont eu le malheur de perdre leur fils Daniel abattu dans un pré à l’entrée des Cars par les allemands. Il avait 21 ans et avait rejoint le maquis à Cussac.

L’Hôtel de la Gare des Voyageurs

Après la famille Lathière l’hôtel-Restaurant-tabac a été racheté par Adrien RATINAUD et exploité par Mme Alice BEYRAND.

Publicité 1968

L’hôtel a eu son dernier client pour la nuit du 30 décembre 1974. Lorsque le restaurant a fermé le bâtiment a été transformé en résidence.

mars 2021

2 – René-Mathurin BONNET un entrepreneur dynamique véritable créateur du quartier

René-Mathurin BONNET (1889-1959) a un peu plus de 20 ans quand il crée avant la guerre de 1914 une entreprise de négoce. Il vend des légumes, des fruits, des céréales mais aussi des engrais, de la chaux et du ciment. Il achetait beaucoup de pommes de terre dont il écoulait le plus gros tonnage dans la région bordelaise. Il n’avait pas été gâté par la nature car il était bossu mais il en riait et s’appelait lui même « BONNET la bosse ». Pendant la seconde guerre mondiale il avait ouvert une épicerie de première nécessité dans la partie droite de la mairie. Il y vendait de tout, y compris des glands qu’il faisait ramasser dans les bois.

A droite épicerie de 1ere nécessité

Son activité devait être florissante car à l’exception de l’hôtel LATHIERE il possédait toutes les maisons et hôtels de la gare, adossés à la colline.

Proposition commerciale pour l’Hérault

La société, dans les années 1950, a été gérée par sa fille Marie-Edith qui avait épousé M. Armand DAURIAT (1913-1972) le 3 juin 1937.

A l’intérieur de la halle de la gare des marchandises il y avait un Bureau dit PV, soit Petite Vitesse, qui gérait le trafic des wagons de marchandises. On mesure l’importance de la gare de Nexon à l’époque quand on pense aux voies de garage, au parc centralisateur, au district, et, en face du hall, entre gare voyageurs et gare marchandises, le dépôt de matériel électrique avec trois appartements tout autour. Ce dépôt a pris feu en septembre 1969 et il n’est rien resté. Depuis 3 semaines soufflait un vent d’est très sec, ce qui fait que lorsque les flammes atteignirent la charpente, les pompiers de Nexon, aidés par ceux de Limoges, ne purent rien sauver et noyèrent les décombres. La SNCF ne reconstruisit rien, mieux, elle démolit les deux châteaux d’eau quelques années après.

3 – L’Hôtel des Deux Gares qui deviendra Le Nouvel Hôtel

Dans les maisons construites le long de la colline on trouve deux hôtels. Le premier, presque en face de la gare a le toit mansardé.

Cet hôtel est à l’enseigne « Hôtel des Deux Gares » pour bien montrer d’un côté la gare des voyageurs et de l’autre la gare des marchandises. Le premier propriétaire est Pierre LOMBERTIE. Le 20 juillet 1914, lorsque son fils Albert nait, il est donné comme aubergiste à la gare. On le retrouve exerçant cette profession lors du recensement de 1921

Recensement de 1921. ADHV

En 1926, Pierre LOMBERTIE n’est plus aubergiste mais agriculteur. Paul MORELLO qui vient du midi ouvre un commerce de vin et son épouse gère l’hôtel qui devient le « Nouvel Hôtel ».

Recensement de 1931
Le Nouvel Hôtel. Une R16 devant fin des années 1960.

Lorsque René DUPUYDENUS installe son garage dans le local contiguë à l’hôtel son épouse prend la gérance de l’hôtel et du restaurant. L’activité du restaurant est particulièrement importante les jours de foire.

Par la suite plusieurs gérants vont se succéder; L’hôtel deviendra le « Lézard vert ». Une des gérantes a marqué l’histoire locale, la fameuse Requitta, une femme très affriolante qui attirait beaucoup d’hommes, jeunes et moins jeunes dans son établissement … Et petit à petit la gare a perdu son attractivité, l’hôtel et le bar ont fermé. Le bâtiment a été transformé en appartements dont certains semblent fermés en 2022.

mars 2021

3 – L’Hôtel de la Gare

Le troisième hôtel, l’Hôtel de la Gare était géré par Louis BEYRAND (1883-1951) et son épouse Marie BOYER (1887-1979).

Recensement 1926 – ADHV

La salle de bal servait de salle de restaurant les jours de foire et ces jours là, il se consommait 2 barriques de vin rouge et une barrique de vin blanc.

Comme les autres hôtels restaurants du quartier de la gare, l’activité a fortement diminuée avec la fin des foires à Nexon en Octobre 1980.

Il n’y a plus d’activités commerciales dans cette rue. Certaines maisons ont été rénovées mais souvent fermées. Le quartier de la gare s’est peu à peu endormi. Les trains de voyageurs s’arrêtent encore à Nexon. Souhaitons que ce soit encore pour longtemps…

Juillet 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.