Une histoire illustrée de nexon
Header

HISTORIQUE DU COLLÈGE DE NEXON de 1947 à 1980 par M. J. PICAT, Directeur

20 avril 2017 | Posté par admin dans Connaissance de Nexon | L'école | XX siècle

Monsieur J. PICAT, Principal du Collège, a proposé à la Municipalité, d’insérer dans le bulletin n° 107 du 4ème trimestre 1979 et dans les suivants, un historique de l’établissement qu’il dirige depuis 1963. Je reproduis cet article qui retrace trente ans d’évolution. Je me revois à l’école primaire, au début des années 1950 avec des maîtres ou maîtresse que je n’ai pas oublié, M. Grafeuille, M. Barjou, Mlle Boissière devenue Mme Roussin. L’école était dirigée par M. Jalicon. Nous allions à l’école à pied. Nous parcourrions presque 3 kilomètres. Nous rejoignions un groupe garçons et de filles partis de La Bouenne, à plus de 5 kilomètres de l’école. Le nombre des élèves augmentait à chaque maison devant laquelle la joyeuse troupe avançait. Nous marchions sur la route, mais il y avait moins de voitures qu’aujourd’hui. Nous prenions le chemin qui conduisait aux Rochilles avec le passage difficile de la carrière… Il n’y a jamais eu d’accident. La cour, avec les garçons d’un côté et les filles de l’autre, les deux préaux, la cantine, les salles de classe avec les encriers en porcelaines. En les remplissant d’encre quelques gouttes tombaient sur la table ; certaines s’échappaient d’une plume trop largement garnie. Aussi à la fin de chaque trimestre, le dernier jour de classe nous venions avec une feuille de papier de verre et nous frottions les tables pour leur ôter les souillures que nous avions faites… Et un grand nombre d’entre nous partons en pension au moment d’entrer en sixième. Ce fut mon parcours avec deux de mes frères. Les plus jeunes, deux frères et deux sœurs, ont connu l’évolution décrite par M. Picat et sont restés au Collège avant de rejoindre, pour la plupart le lycée en seconde.

Voici le texte de M. PICAT :

« Le Collège de NEXON est un établissement scolaire qui a maintenant un tiers de siècle d’existence. Depuis sa création, il a plusieurs fois changé d’identité, il s’est agrandi et à l’heure actuelle, par le nombre des personnes qui y travaillent : élèves, professeurs, agents, administrateurs, il est l’une des plus importantes ”entreprises » de NEXON.

Son passé et son présent valent d’être contés. Bien des Nexonnais l’ont fréquenté, évidemment ; dans cet article et les suivants certains trouveront des souvenirs de leur jeunesse, les autres trouveront des renseignements utiles sur le fonctionnement de l’établissement et du système éducatif dont l’aspect a été modifié par les différentes réformes de l’enseignement : celles de 1947 – de 1959 et enfin de 1975.

 

I – HISTORIQUE DU COLLEGE

Avant 1947, les enfants qui avaient achevé leur scolarité dans les écoles communales de NEXON ou celles des autres localités du canton n’avaient pas d’autres ressources pour continuer leurs études que de rejoindre un lycée, celui de St-YRIEIX, appelé Collège à l’époque, ou ceux de LIMOGES. Il était pratiquement obligatoire qu’ils y soient internes car les moyens de communication étaient moins faciles qu’aujourd’hui, de plus les bourses accordées par l’état étaient bien plus rares (il fallait passer un concours pour en obtenir une) et par suite, les charges financières, laissées entièrement aux familles, limitaient le nombre de ceux qui faisaient des études secondaires.

La démocratisation de l’enseignement réalisée après la seconde guerre mondiale amena le gouvernement à multiplier le nombre des cours complémentaires et c’est ainsi qu’un établissement de ce genre naquit à NEXON à la rentrée scolaire de 1947.

Ces cours complémentaires, comme leur nom l’indique d’ailleurs, n’étaient pas des établissements secondaires, ils étaient seulement constitués de classes créées dans une école primaire pour y accueillir, après un examen sévère, les meilleurs élèves. Les programmes d’étude dans ces classes étaient assez voisins de ceux des collèges et lycées. Un enfant entrant au cours complémentaire pouvait donc après quatre ans de scolarité atteindre un niveau sanctionné par le Brevet et ensuite il entrait dans la vie active ou bien il allait préparer le Baccalauréat dans un collège ou un lycée, mais là encore la sélection était sévère.

Néanmoins la création de ces cours complémentaires permettait aux familles de garder leurs enfants quatre ans de plus et de parfaire leur instruction sans grands frais.

C’est donc en Octobre 1947 que fut créé à l’école de garçons de NEXON, dirigée par Monsieur Georges JALICON, un cours complémentaire de deux classes : une classe de 6ème et une classe de 5ème, il n’avait cette année-là que 32 élèves ! Les enfants y venaient de NEXON, bien sûr, mais aussi des autres communes à pied ou en bicyclette car les transports scolaires ne seront créés que bien plus tard (1964). Certains l’ont fréquenté qui venaient de Champsiaux tous les jours par tous les temps ! La vie était encore rude à l’époque : les classes étaient chauffées par des poêles à bois et certains matins d’hiver l’encre était gelée dans les encriers – car on écrivait encore à la plume -. A midi, avec les jeunes des écoles primaires et maternelle les élèves prenaient å la cantine un repas bien simple dont la soupe constituait invariablement le plat d’entrée. Cantine exigüe où soupe, purée, viande étaient préparées dans de grandes-braisières, chauffées au bois et Dieu sait combien les cantonniers de l’époque ont dû casser de stères de bois pour alimenter tous ces feux !

L’enseignement, dans ces classes de cours complémentaires, était donné par des instituteurs sélectionnés par l’Inspecteur d’Académie. Des stages de perfectionnement furent créés pour eux : ainsi ceux qui enseignaient les sciences allaient tous les jeudis matin suivre des cours de 8 h à midi à l’Ecole de Médecine de LIMOGES (Limoges n’avait pas encore de facultés !). Les maîtres assuraient 29 heures de cours par semaine (21 h aujourd’hui !). Leur nombre réduit empêchait une spécialisation pourtant nécessaire et entrainait pour chacun d’eux un énorme travail de préparation de leurs cours. Deux professeurs seulement, eh bien, l’un enseignait les matières littéraires, l’autre les matières scientifiques et… l’anglais !

En 1948 création d’une classe de 4ème et nomination d’un 3ème maître, en 1949 création d’une classe de 3ème et nomination d’un 4ème professeur. On commençait à sortir de l’époque héroïque mais tout n’était pas rose loin s’en faut. Le professeur de Sciences utilisait des verres à moutarde en guise d’éprouvette, dans les logements des maîtres il n’y avait ni eau courante ni WC ni chauffage central. Il n’y avait bien sûr pas de surveillants et par conséquent à tour de rôle il fallait surveiller les récréations et l’interclasse de midi. L’école et son cours complémentaire était sous la tutelle d’un « Inspecteur primaire » pas mieux loti que ses administrés et par temps de neige il n’était pas rare de le voir arriver car NEXON desservi par le train lui était accessible : il montait de la gare à pied et repartait de même. Epoque héroïque oui car, sans téléphone, évidemment, les liaisons rapides avec la hiérarchie étaient impossibles au point qu’un jour le directeur et sa femme ayant été appelés d’urgence au chevet de leur fils dans une clinique de LIMOGES, le 3ème maître étant, lui, à l’hôpital à la suite d’un accident le 4ème maître se retrouva tout seul avec les quatre classes sur le dos pour accueillir l’Inspecteur, qui, par une coïncidence malheureuse, arriva sur ces entrefaits : surveiller deux classes mises en étude dans des salles voisines, faire cours à la fois aux deux autres et être inspecté dans ces conditions il fallait le faire et ce fut fait. Ne croyez pas que les maîtres et les élèves conservent un mauvais souvenir de cette époque difficile, loin de là ! Les périodes dures sont génératrices d’enthousiasme : les enfants qui affrontaient les intempéries pour venir étaient plus heureux de se réchauffer autour d’un poêle à bois que ceux de l’époque actuelle arrivant dans des locaux uniformément maintenus à 20 °, ils mangeaient leur soupe avec plus de satisfaction que leurs cadets qui aujourd’hui rechignent parfois devant le poulet rôti ou les fruits frais que nous leur servons. Ils étaient toujours très polis et très respectueux du matériel…

Avec quelques améliorations : installation du chauffage central en 1955 et l’installation de l’eau courante dans les logements, la situation évolua ainsi lentement jusqu’en 1957.

A cette époque le fondateur du cours complémentaire, G. JALICON quitta NEXON pour LIMOGES et fut remplacé par Monsieur DUPUY. La réforme de l’Enseignement de 1959 arriva qui, liée à la démographie des années d’après-guerre, amena un afflux d’élèves : 100 en 1957, 112 en 1958, 129 en 1959, 145 en 1960, 149 en 1961 les locaux devenaient trop petits et des classes furent alors construites sous les préaux de l’époque : 4 classes dont 3 d’enseignement général et une de sciences en même temps la chaufferie au charbon était convertie au fuel. On se modernisait mais c’était aux dépens d’autres postes puisqu’il fallut attendre 7 ans pour avoir de nouveaux préaux ! Dans, l’éducation nationale les progrès sont toujours très lents une réforme ne s’applique pas du jour au lendemain, il arrive même qu’une réforme intervienne avant que l’application de la précédente ne soit achevée et c’est dans les années 60 que la situation devint presque dramatique. En effet, les seuls locaux existants étaient ceux qui avaient été construits en 1913 pour les écoles communales de l’époque et les effectifs ne cessaient de croître : 159 élèves en 1962, 174 en 1963, 206 en 1966, 296 en 1967, 320 en 1968. Monsieur DUPUY ayant quitté NEXON en 1962 son successeur dut résoudre le problème des classes surchargées (47 élèves dans la classe de 6ème en 1962) et à partir de cette date les créations de postes d’enseignement et de classes se firent régulièrement : 1962 : 5 classes – 6 professeurs ; 1963 : 6 classes – 8 maîtres ; 1964 : 7 classes, 9 maîtres ; 1965 : 8 classes, 11 maîtres ; 1968 : 12 classes – 19 maîtres. Bien entendu la question des locaux se posait avec acuité sans pour cela être facile à résoudre car la municipalité disait « je veux bien agrandir mais si l’on crée des classes, aurez-vous les professeurs nécessaires ? » et l’administration rétorquait « Je veux bien nommer des maîtres mais aurez-vous les locaux nécessaires ? » et le Directeur faisait preuve de témérité en disant  « Oui, Monsieur l’Inspecteur j’aurai les locaux », « Oui, Monsieur Le Maire, j’aurai des professeurs » alors que ni la construction des uns ni la nomination des autres n’étaient de son ressort !

Néanmoins, grâce à ces pieux mensonges on implanta, puisque le bâtiment de 1913 n’était pas dilatable, un bâtiment préfabriqué (3 classes) acheté par la commune en 1963 (il existe encore) puis en 1969, 70 et 71 trois bâtiments préfabriqués appartenant à l’état car à cette dernière date on arrivait à 333 élèves et 14 classes.

Au cours de cette période d’agrandissement, en 1965, un bâtiment en dur avait été construit qui nous donnait deux préaux, un bloc sanitaire, une cuisine et deux réfectoires et libérait trois petites salles immédiatement converties en salles de classes. Il n’en restait pas moins que si les classes étaient beaucoup moins chargées (On avait alors en 1971, 4 classes de 6ème, 4 classes de 5ème, 3 classes de 4ème et 3 classes de 3ème) le taux d’occupation des locaux atteignaient tout de même 90 % c’est-à-dire que chaque salle était pratiquement occupée à toutes les heures de la semaine et il faudra attendre patiemment l’année 1975 pour voir la construction d’un groupe scolaire primaire et maternelle ce qui libérera 9 salles au Collège et nous mettra à l’aise tout en permettant de se débarrasser de trois bâtiments préfabriqués aussi inesthétiques qu’inconfortables.

Je viens de dire Collège oui car, en 1960, les cours complémentaires sont devenus « Collège d’enseignement général” (C.E.G.) pendant que les Collèges urbains sont devenus “collège d’enseignement secondaire” (C.E.S.), la mesure est surtout d’ordre pédagogique, désormais tous les collèges (C.E.S. ou C.E.G.) ont les mêmes programmes d’études, on peut donc faire sa scolarité aussi bien dans les uns que dans les autres : c’est un nouvel avantage pour les enfants des populations rurales.

Puis en 1968, le C. E. G. de NEXON a été municipalisé, c’est à dire que le cordon ombilical qui le liait à l’école de garçons a été coupé, il est maintenant autonome, c’est vraiment un établissement secondaire avec sa direction propre et son budget propre -budget qui reste néanmoins alimenté et géré par la Municipalité de NEXON.

Et enfin, nous en arrivons à l’histoire contemporaine en 1976 (loi HABY) le C.E.G. de NEXON comme tous les CEG ou CES de France devient purement et simplement un “collège“ il n’y a plus, désormais, aucune différence administrative ou pédagogique entre tous les établissements portant ce nom.

En 1978, le Collège de NEXON sera nationalisé, ce qui veut dire que financièrement il établira lui-même son budget, le gérera lui-même, ce budget étant alimenté par l’état et les communes qui y envoient leurs enfants.

Cette nationalisation amènera de nouveaux personnels d’intendance, de bureau et de service tous fonctionnaires ou agents de l’Etat. Elle améliorera les ressources de l’établissement et son fonctionnement et ouvrira une ère nouvelle au cours de laquelle il faudra moderniser et embellir les bâtiments car tout comme un bureau des P.T.T., une gare, une gendarmerie, ou une mairie, un collège devrait être fonctionnel, confortable et coquet. Déjà au moment où sont écrites ces lignes une tranche importante de travaux va s’ouvrir par la réfection totale de l’installation de chauffage du bâtiment 1913, d’autres devront suivre.

A la fin de cette longue histoire, tout en étant satisfait bien sûr des progrès accomplis peut-on regretter que l’évo1ution soit si lente et qu’au bout de 30 ans il reste autant de travail à faire au Collège, peut-être est-ce normal car alors nous n’aurions plus de soucis…

 

II – LE COLLEGE ACTUEL

Il accueille selon les années presque 300 élèves répartis en un nombre de divisions qui varie lui aussi en fonction de l’effectif réel, la norme actuelle est de 24-25 élèves par classe. Aussi cette année (1979-80) nous avons deux classes de 6ème, 4 classes de 5ème, 4 classes de 4ème et 2 classes de 3ème et pour accueillir ces enfants il faut du personnel administratif, du personnel enseignant, du personnel d’intendance, du personnel de bureau, du personnel de service.

  1. LE PERSONNEL

1°) Personnel de direction, d’administration et d’intendance – 4 personnes

– L’établissement est dirigé par un Principal qui est responsable de tout ce qui se passe ou se fait dans sa maison.

– Un conseiller d’Education est plus spécialement chargé de ce qui se tient à la « Vie Scolaire ».

– Un secrétaire d’intendance s’occupe de la gestion financière

– Une employée de bureau est chargée du courrier

– Un professeur désigné par le Recteur prend la place du Principal en cas d’absence de celui-ci mais ce professeur n’étant pas déchargé de cours ne peut, en temps ordinaire, participer de près aux travaux de direction.

2°) Personnel enseignant – actuellement 17 personnes dont 15 professeurs d’enseignement Général de Collège (PEGC), 1 certifié, 1 adjoint d’enseignement.

3°) Personnel de surveillance : 2 surveillants d’externat chacun à mi-temps.

4°) Personnel de service : 1 cuisinier qualifié, un ouvrier d’entretien, 1 agent spécialiste, 2 agents non spécialisés, 1 agent municipal.

Si l’on compte l’Agent comptable qui, lui, n’est pas en poste à NEXON, on arrive ainsi à 30 personnes.

Par arrêté préfectoral du 6 février 1980, le Collège est autorisé à porter le nom de « Collège Arsène BONNEAUD »

Pourquoi ?

Simplement parce que depuis fort longtemps, il est d’usage d’honorer la mémoire de personnalités en donnant leur nom à un établissement scolaire. Il faut, bien sûr que « cette personnalité présente des mérites d’un caractère exceptionnel dignes d’un témoignage officiel ». Les exemples ne manquent pas dans notre région et ailleurs de lycées et de collèges portant le nom d’un savant, d’un écrivain, d’un artiste…

Qui fut Arsène BONNEAUD ?

C’était le fils d’un charpentier de village. A force d’études courageuses il devint professeur au lycée gay Lussac et à l’Ecole de Médecine de Limoges. Agrégé de physique il était aussi pharmacien, docteur en médecine, chimiste de la ville de Limoges, Ingénier des poudres.

En 1942 il entra en Résistance en disant : « Ce que je suis-je le dois à la république, il est normal de payer ses dettes. » Arrêté par la Gestapo en 1943, il mourut au camp de Buchenwald en mars 1944.

C’était un limousin, ses mérites furent bien exceptionnels, il était donc normal qu’il fût l’objet d’un hommage officiel.

B- LES LOCAUX

Le Collège dispose de trois corps de bâtiments.

  1. a) Bâtiment Ouest construit en 1913, remanié en 1958 il contient :

– dans son aile Nord : 2 salles d’enseignement général, 3 salles de langues, 2 salles de sciences, 1 salle de travail manuel.

– dans sa partie centrale : 4 logements de fonction et 3 classes d’enseignement général, 1 salle d’enseignement ménager, la salle des professeurs.

– dans son aile Sud : 4 salles d’enseignement général, 1 salle de permanence et 3 bureaux pour la direction, l’intendance et le secrétariat.

  1. b) Bâtiment Est, est constitué par les préaux, le bloc sanitaire, la cuisine, 2 réfectoires l’un de 250 places, l’autre de 150 et 5 logements dont la municipalité s’est réservée l’usage.
  2. c) Un bâtiment préfabriqué de 3 classes d’enseignement général.

Au total donc, 19 salles de classe dont 7 spécialisées, 1 salle de permanence, 1 salle des professeurs et 3 bureaux auxquels s’ajoutent depuis la rentrée 1979, 1 atelier pour le travail du bois et des métaux.

Nous sommes donc à l’aise mais il manque encore, et c’est un lourd handicap, un gymnase et un cabinet médical.

C- L’ENSEIGNEMENT

Il est exactement le même que celui dispensé dans n’importe quel autre collège de France (mêmes programmes, mêmes horaires). C’est celui du Français, des Mathématiques, des langues (Anglais, Espagnol), des Sciences physiques et naturelles, des Sciences humaines (Histoire – Géographie, Economie), de la musique, du dessin, de l’Education manuelle et technique et de l’Education physique. Tous les professeurs sont maintenant des spécialistes enseignant une matière ou deux au plus. Cette spécialisation a été réalisée essentiellement pendant les années 1960 et toutes les disciplines sont couvertes par les valences de maîtres sauf pour l’atelier bois – métaux où il serait souhaitable d’avoir un professeur de l’enseignement technique. Nos élèves n’ont donc pas, en général, de difficultés pour entrer, à l’issue de la classe de 3ème, dans les lycées où ils entament des études les menant aux baccalauréats ou aux brevets d’études professionnelles. .

D – LA MARCHE DE L’ETABLISSEMENT

1°) Les différents conseils :

  1. a) Le Conseil d’établissement : c’est si l’on peut dire, le parlement de la maison.

Composé du chef d’établissement qui le préside, de 5 représentants du corps enseignant, 5 représentants de l’administration et des services, de 5 représentants des parents d’élèves, de 5 personnalités locales et de 2 représentants des élèves il a à connaître de tout ce qui touche au Collège et trois fois par an au moins le Principal doit le réunir pour rendre compte de sa gestion et prendre ses avis.

  1. b) Le Conseil de discipline, émanation du Conseil d’établissement comprend 10 membres et sanctionne les fautes très graves par l’exclusion définitive de l’élève. Sans doute les enfants de la région sont-ils sages puisque ce conseil ne s’est réuni qu’une fois en vingt ans ! les peines moins graves sont prononcées par le chef d’établissement.
  2. c) Les conseils de classe, un par division, réunissent au moins une fois par trimestre les professeurs de la classe, deux représentants des parents d’élèves et deux élèves pour traiter de l’évolution des études, apprécier les résultats et à la fin de chaque année émettre un avis d’orientation concernant chaque enfant.

2°) La gestion de l’établissement :

  1. a) La gestion administrative et pédagogique : c’est le Principal qui en est responsable devant les autorités hiérarchiques : Inspecteur d’Académie et Recteur. C’est lui, qui chaque année prévoit la structure de l’établissement et l’organisation des services pour l’année suivante, il établit l’emploi du temps des classes. Il est chargé de veiller à l’application des lois, décrets, arrêtés et circulaires ministériels ou rectoraux relatifs à l’éducation. Il préside tous les conseils, est responsable de la sécurité des biens et des personnes, il représente le Collège auprès des autorités locales et le cas échéant en justice.
  2. b) Gestion financière, elle est caractérisée essentiellement par la séparation des pouvoirs : le Principal est ordonnateur des dépenses et recettes mais seul le comptable est habilité à payer les dépenses et à recouvrer les recettes. Aucun acte financier ne peut être réglé par une seule de ces deux personnes. Aucune d’elles ne peut remplacer l’autre. Le budget annuel est préparé par le Chef d’établissement et le gestionnaire puis soumis au Conseil d’établissement qui l’approuve où le rejette. Finalement après vote par le Conseil d’établissement, le budget est soumis au Recteur et devient exécutoire après approbation.

3°) La vie scolaire :

Au Collège de NEXON, jusqu’en 1979-80, les élèves ont 27 à 28 heures de cours par semaine autant que les élèves des écoles primaires, ceci a permis depuis toujours de faire coïncider les horaires des différents établissements scolaires et facilité l’org1nisation des transports scolaires. A l’heure actuelle, il existe 7 circuits de ramassage des élèves, 4 organisés par la Mairie de NEXON, et 3 autres organisés respectivement par les Mairies de Janailhac, Jourgnac et St-Hilaire Les Places et quel que soit son lieu d’habitation aucun élève ne passe plus d’une heure par jour dans le car.

L’an prochain (1980-81) l’horaire des élèves de 3ème et 4ème sera porté à 30 h 1/2 par semaine et il faudra alors modifier ces transports.

Les cours commencent à 9 heures, récréation d’un quart d’heure dans la matinée et s’achèvent è midi. Reprise des cours à 13 h 30 jusqu’à 16 h 30 avec récréation d’un quart d’heure. Le déjeuner a lieu à midi et alors 230 collégiens se mettent à table. Depuis 1978 la cantine est gérée par le Collège mais une convention passée entre le Principal et le Maire de NEXON permet d’y accueillir aussi 120 écoliers. Le Collège a fait un effort important depuis 1978 pour améliorer les repas : nomination d’un cuisinier de métier, équipement de la cuisine : chambre froide, armoire chauffante, carrelage intégral de cette cuisine, création d’un local spécial pour la plonge, d’un magasin pour les vivres, renouvellement des assiettes et couverts, achat d’assiettes à dessert. Les menus par leur contenu et leur présentation ne laissent rien à désirer et tout ce domaine de la demi-pension est surveillé et contrôlé périodiquement par le médecin scolaire et un docteur vétérinaire.

Mis à part le temps des cours et celui des repas, il reste très peu de temps libre aux collégiens de NEXON, c’est pour cela que foyers et clubs n’ont pas été mis en place ; mais les volontaires peuvent revenir au Collège le mercredi après-midi pour y pratiquer du sport au sein des équipes de l’établissement qui participent tous les ans aux championnats départementaux et académiques.

4°) L’équipement en matériel d’enseignement :

Dans ce domaine, un effort important a été fait depuis la municipalisation du Collège (1968). Bien sûr on peut être certain qu’il manquera toujours quelque chose mais jamais tout n’a été possible tout de suite.

Pour ne citer que quelques chiffres, dans le domaine de l’audio-visuel le Collège dispose à l’heure actuelle de :

– un rétroprojecteur ;

– seize électrophones ;

– cinq magnétophones à bande ;

– un téléviseur ;

– un appareil photo ;

– sept microscopes types PCB ;

– deux loupes monoculaires ;

– un opascope ;

– un projecteur cinéma 16 mm ;

– un projecteur cinéma 8 mm ;

– quatre magnétophones à cassettes ;

– deux postes de radio à modulation de fréquence ;

– quatre loupes binoculaires ;

– deux photocopieurs,

et de 1970 à 1976, plus de 10 millions d’anciens francs ont été consacrés à l’achat de matériel d’enseignement.

EN CONCLUSION :

Après une enfance et une adolescence difficiles de 1947 à 1968, le Collège de NEXON a atteint une taille normale et une très bonne santé.

 

III – LE COLLEGE DANS LE FUTUR :

Il est toujours difficile de faire de la prospective, soyons donc prudent !

Il est certain qu’en fonction de la démographie, les effectifs varieront chaque année mais s’ils ont suivi une courbe ascendante de 1947 (32 élèves) à 1972 (334 élèves) puis un fléchissement de 1972 à 1979 (270 élèves) dès l’année prochaine ces effectifs vont remonter et ceci jusqu’en 1983 au moins. Il est donc essentiel de lui maintenir une capacité d’accueil de 300 élèves au minimum sinon il arriverait un moment peut-être où faute de place les enfants de certaines communes voisines seraient dirigés vers SAINT-YRIEIX ou LIMOGES. Peu à peu, le Collège s’étiolerait puis fermerait ses portes. On retomberait dans la situation d’avant-guerre et quelques années après les familles, ayant vu les inconvénients d’envoyer leurs enfants dès l’âge de 11 ans en pension, redemanderaient la création d’un collège à NEXON. Mais comme “tout homme bien portant est un malade qui s’ignore », il est indispensable d’entretenir le Collège et de lui donner les équipements qui manquent encore.

A court terme, il faut créer un gymnase et refaire la toiture du bâtiment Ouest, à court terme aussi, il faut remplacer le bâtiment préfabriqué par une construction en dur englobant un cabinet médical et, refaire les peintures intérieures du bâtiment Ouest. Le matériel de cuisine devra être complété (sauteuse, fours électriques).

A moyen terme, il sera nécessaire de refaire les plafonds et poser des revêtements de sol dans ce même bâtiment. Bien sûr, cette vieille construction de 1913 est solide mais les exigences de la vie ne sont plus, à l’heure actuelle, ce qu’elles étaient au début du siècle. Cela fait beaucoup de travail et représente beaucoup d’argent, mais, il ne faut pas que l’œuvre de rénovation de modernisation d’embellissement qui a entrepris dans les bâtiments publics depuis quelques années passe à côté des établissements d’enseignement.

Souhaitons donc au Collège de NEXON, puisque c’est notre Collège, une très longue vie.

 

Bulletin Municipal d’Information n° 107 -4eme trimestre 1979 ; n°108- 1er trimestre 1980 ; n°110 – 3eme trimestre 1980 ; n° 111 – Décembre 1980.

Vous pouvez suivre les réponses à cet article sur RSS 2.0 Vous pouvez laisser une réponse, ou revenir en arrière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.