Une histoire illustrée de nexon
Header

Généalogie et historique de la famille Gay, à Nexon, de la fin du XVe à 2017.

30 avril 2017 | Posté par admin dans Connaissance de Nexon | Famille Gay de Nexon | Histoire

Cet article est tiré du document  » Histoire d’une ancienne famille Limousine : Les Gay de Nexon »réalisé par Stéphane Rey en décembre 2000 a l’issu d’un stage à l’Office de tourisme du pays de Nexon, des différentes généalogies sur la famille de Nexon publiées sur Internet et de discussions avec Philippe de Nexon.

Les armoiries de la famille Gay de Nexon sont « d’azur au chevron d’or, accompagné de trois chausse-trappes d’argent ». On peut les apercevoir sculptées sur un écu de pierre, sur la troisième clef de voûte de la nef centrale de l’église de Nexon et sur deux vitraux de la façade sud.

La famille De Gay de NEXON, essentiellement limousine, est partie peut-être de La Souterraine puis de Saint Leonard de Noblat. La migration présumée de Saint Léonard n’eut d’autre étape que Limoges (château) avec séjour d’un demi-siècle environ. Les GAY eurent la coseigneurie de NEXON dès 1532.

La famille de GAY est l’une des 4 ou 5 familles nobles établies dans la paroisse de Nexon à cette même époque et antérieurement à eux. Possesseurs de la Seigneurie de Nexon pour la plus grande partie ils se qualifièrent jusqu’à la Révolution de « Seigneur de Nexon ».

Les autres familles nobles sont :

  • Les TEXEROT de la Seylive.
  • Les de BONNETIE de Champagnac.
  • Les COMBROUSE du Brouillet.
  • Les des POUSSES de l’Heyraud et de Bonnetie.

C’est au début du 18° siècle seulement que parurent Les DOUDET de Bosmarèche, Les DAVID de Vantaux dont la branche établie à Nexon retint le nom des Étangs.

Les HEBRARD de Veyrinas issus de la vieille famille bourgeoise des HEBRARD ne furent anoblis que quelques années avant la Révolution.

Après avoir essuyé non sans périls tous les orages de la période qui à la fin du 18° siècle bouleversa de nombreuses familles françaises, nobles et non nobles, les Gay de Nexon sont restés fidèles à Nexon dont ils ont conservé et illustré le nom.

La Seigneurie de Nexon appartenait au moyen âge à la famille féodale de Lastours, mais au 16° siècle cette famille n’avait plus qu’un mineur qui ne fit pas souche et dont le tuteur PEYRUSSE des Cars vendit la Seigneurie à la famille de Nexon. Le premier installé à Nexon fut Paul de GAY

I- Paul Gay (XVe siècle ; vers 1523). Il exerce une charge de judicature, de Conseiller du Roi en son Grand Conseil, à Limoges. II réside avec sa famille dans la partie appelée le « Château » (actuel centre-ville). En 1500, le chevalier François de Coignac, seigneur de Saint-Jean-Ligoure et de Jumilhac, vend à la famille Gay l’hôtel noble de Collatie, situé à proximité de l’église de Nexon placée sous le vocable de la décollation de Saint-Jean-Baptiste. En plus de Collatie, le chevalier de Coignac vend aux Gay les féodalités de Rémondie, de Biars et des Vanneaux, par contrat reçu par maître Martial des Vergnes, le 04 janvier 1500. Paul a trois fils qui effectuent une transaction le 17 octobre 1509 en faveur du fils aîné, Léonard. Paul est le premier à investir dans des offices anoblissant sur plusieurs générations. Au début du XVI’ siècle, il prête aux Lastours de l’argent, que ces derniers et leurs descendants ne pourront rembourser.

1)            Léonard (qui suit).

2)            Pierre (fin XVe siècle ; milieu XVIe siècle), les descendants actuels sont issus de lui.

3)            Jacques (fin XVe siècle ; milieu XVIe siècle).

II- Léonard (fin XVe siècle ; 1536), Conseiller du Roi en son Grand Conseil et lieutenant général en Guyenne. Léonard achète en 1532 la coseigneurie de Nexon à Galliot II, baron de Lastours, qui ne peut rembourser les dettes que son père a accumulées envers la famille Gay. Il n’a qu’un fils.

1)            Pierre (qui suit).

III- Pierre (début XVIe siècle ; 1547), écuyer, il est qualifié de noble le 23 juillet 1536 dans un acte passé à Montpellier. Dans un autre acte il est qualifié écuyer, seigneur de Nexon. Il se marie avec Catherine Valeys. Léonard, son père, stipule dans son testament que si son fils n’a pas de descendance mâle, son héritage ira à son neveu Paul Gay, fils de son frère Pierre. Pierre n’aura qu’une fille.

1)            Anne (XVIe siècle), elle se marie avec Joseph d’Aymar, Président au Parlement de Bordeaux. Elle hérite en indivision de la coseigneurie de Nexon avec Martial Gay, fils de Paul Gay et petit neveu de Léonard, l’acquéreur de la coseigneurie de Nexon

IV- Martial (milieu XVIe siècle ; 1603), écuyer il épouse le 2 juin 1587 Barbe de Chenau, fille du seigneur de Meilhac. Il teste le 7 février 1596 en instituant héritier son fils Léonard.

1)            Léonard (qui suit).

2)            Marie (fin XVIe siècle ; milieu XVIIe siècle), elle épouse Jacques de la Breuilhe le 19 mars 1609

3)            Anne (fin XVIe siècle ; milieu XVIIe siècle), elle épouse Jean de la Breuilhe le 19 mars 1609.

V- Léonard II (1588 ; 1634), écuyer, seigneur de Nexon et de Campagne, sert en qualité de volontaire au siège de La Rochelle, alors place forte protestante, en 1628. Il épouse le 19 mars 1609, Françoise Bonet de la Porte et de la Breuilhe des Pousses. En 1618, il devient seigneur de Meilhac (paroisse du canton de Nexon). Il lance à partir de 1623-1624 la construction de l’actuel château de Nexon. Après sa mort, sa veuve Françoise de la Breuilhe rachète en 1644, la moitié de la coseigneurie de Nexon qui avait été partagée en 1611 entre les Gay et les Bernet, héritiers d’Anne, la petite fille de Léonard, l’acquéreur de cette terre. La tombe de Léonard II, le constructeur du château, est dans l’église de Nexon. Les descendants possèdent la plaque de cuivre qui y était apposée.

1)            François (qui suit).

2)            Gaston (1626 ; 169? ), il est l’origine de la branche dite Gay des Enclaves établie à Saint-Léonard-de-Noblat. Il épouse Antoinette Texier dont le père possède une terre appelée le Ladeys à Saint-Léonard-de-Noblat. Leur fils Léonard Gay des Enclaves est maintenu dans sa noblesse en 1706.

VI- François (1620 ; 1680), écuyer, seigneur de Nexon, du Breuil, brigadier des Chevaux Légers de la garde du Roi, maintenu dans sa noblesse en 1669. Il épouse le 26 janvier 1646 Isabeau de la Bastide de Chateaumorand, fille de Charles de la Bastide, seigneur de Cognac, baron de Chateaumorand et de Jeanne de Lambertye (fille de Gabriel de Lambertye et d’Isabeau de Rochechouart). Après le décès de sa femme, François épouse en secondes noces Léonarde de Benoit, veuve du baron d’Aigueperse, dont il n’aura pas d’enfants. François est tué d’un coup de canon à la bataille de Nerwinde.

1)            Françoise (1647 ; ?), religieuse à Notre-Dame de Limoges.

2)            Jeanne (1648 ; ?), elle épouse Jacques de Villoutreix de la Judie.

3)            Marc Antoine (1650 ; 1693), il sert aux Chevaux légers. Il est tué au service du Roi en Hollande, après le passage du Rhin.

4)            Marie (1651 ; ?), religieuse aux Filles de Notre-Darne de Saint-Léonard.

5)            Marie Christine (1652 ; ?), religieuse aux Filles de Notre-Dame de Saint-Léonard

6)            Marguerite (1653, ?), religieuse à Notre-Dame de Limoges.

7)            Jeanne (XVIIe et XVIIIe siècle), elle épouse Pierre de la Roufie de la Pouyade.

8)            Thoynette (XVIIe et XVIIIe siècle), elle épouse François Barbiés de la Grange. Monsieur de Nexon a acquis les droits qu’elle pouvait prétendre sur Cognac-le-Froid (aujourd’hui Cognac-la-Forêt) en 1740.

9)            Jean (qui suit).

10)         Léonard (1665 ; 1692), il est lieutenant au Royal Vaisseau lorsqu’il est tué à Steinkerque.

VII- Jean (1661 ;1746), écuyer, seigneur de Nexon, la Garde, capitaine au régiment de la Sarre. Il s’unit le 25 octobre 1694 à Marguerite de Trion de Montalembert, décédée en 1712, qui lui donne, entre autres, deux fils. Par la suite, Jean, se remarie avec Jeanne de Moreau du Reignac, avec laquelle il a d’autres enfants.

1)            Pierre (1695 1712), il meurt cornette dans le régiment de Chateaumorand au camp de Wissembourg.

2)            Philippe Ignace (qui suit).

3)            Antoinette (1699 ; ?), elle épouse en 1717 François de la Grange de Rignac.

4)            Marie (1700 ; 1732), elle meurt à Nexon.

5)            Marie Anne (1701 ; ?), religieuse à Saint-Léonard.

6)            Gabrielle (1704 ; ?), religieuse à Saint-Léonard.

7)            Marie Séverin (1704 ; ?), religieuse à Saint-Léonard

8)            François Alexis (1705 ; 1793), il est sous-brigadier et porte-étendard des Gardes du Corps dans les Compagnies du Maréchal de Nouailles. A la bataille de Fontenoy, son cheval est tué sous lui, alors qu’il est près de Louis XV. Le Roi le fait Chevalier de l’Ordre de Saint Louis et lui donne un titre de courtoisie de marquis dans une lettre toujours conservée par la famille, pour le récompenser d’avoir protégé sa royale personne. Il ne laisse pas d’enfant.

VIII- Philippe Ignace (1697 ;1765), chevalier, seigneur de Campagne, de Nexon. Il épouse en 1716, Jeanne de la Grange, fille du baron de Tarnac.

1)            Louise (1719 ; 1721).

2)            Gabrielle (1721 ; 1727).

3)            Antoinette (1723 ; 1726).

4)            Louise Gabrielle (1728 ;1788), elle meurt à Veyrinas.

5)            Jean Baptiste (qui suit)

6)            Marie Charlotte (1729 ; 1760), elle est reçue à Saint Cyr en 1740, elle en sort en 1748, elle est dotée en 1750.

7)            Marie Jeanne (1731 ; 1738).

8)            Gabrielle Charlotte (1732 ; ?), religieuse à Sainte-Ozone.

9)            Marie Marthe (1734 ; 1802), religieuse à Sainte-Croix à Poitiers.

IX- Jean Baptiste (1727 ; 1808), chevalier, seigneur de Nexon. Il épouse Anne Marie Hébrard de Veyrinas. Il vote à l’Assemblée de la Noblesse le 16 mars 1789. Pendant la Révolution, le citoyen Jean Baptiste Nexon est obligé de faire un inventaire détaillé de ses biens, conformément à la loi du 9 floréal an 3 qui oblige les pères et mères d’immigrés à fournir un état détaillé de leurs biens à la Nation.

1)            Philippe (1748 ; 1809), il est brigadier de la Garde du Roi de 1758 à 1764, mousquetaire de 1764 à 1782. Il est fait Chevalier de l’Ordre de Saint Louis. Il meurt sans alliance.

2)            Marie Louise (1752 ; 1788).

3)            Luc (1754 ;1846), il est vicaire général d’Oloron, mais il refuse le serment de la Révolution, et il se cache un temps en Espagne. Il revient en France sous le Directoire et reste à Nexon. De la période de son exil lui est venu le goût de la généalogie de sa famille.

4)            Marie Jeanne (1756 ; 1802), elle meurt sans alliance.

5)            Jean Joseph (1757 ; 1809), il ne laisse pas de descendance mâle.

6)            Marie Valérie (1758 ; 1785), elle meurt sans alliance

7)            Claude Joseph (1759 ; 1767).

8)            Jean Baptiste (1761 ; 1844), il est lieutenant sous Louis XVI. Sa formation intellectuelle traditionaliste le pousse à émigrer le 28 juillet 1791, pendant la Monarchie Constitutionnelle. Il est ainsi nommé au grade de capitaine dans l’armée de Condé. Il est capturé en Champagne et il est conduit à Paris, où il est condamné à la guillotine. Mais des femmes l’aident à s’échapper de la charrette qui le mène à la mort et elles le cachent. Il regagne ensuite les rangs de l’armée contre-révolutionnaire. Il est blessé au bras gauche à la bataille d’Oberkamlach en Autriche, tandis qu’est tué son frère cadet Philippe Joseph. Jean Baptiste est fait Chevalier de l’Ordre de Saint Louis en 1797 par Louis Joseph de Bourbon (futur Louis XVIII). Il est démobilisé en 1801 quand l’armée des Émigrés se disloque. Il obtient en 1814 une pension pour ses services en temps de guerre et le Roi lui accorde le droit de porter des fleurs de lys sur son armorial meurt sans alliance.

9)            Louise Gabrielle (1763 ; ?), elle meurt sans alliance.

10)         Marie Ann (1764 ; 1785), elle meurt sans alliance

11)         Philippe Ignace (1765 ; 1806), il meurt officier au régiment Aquitaine.

12)         Luc Martin (1767 ; 1787), il meurt au régiment Austrasie.

13)         François Alexis (qui suit).

14)         Philippe Joseph (1771 ; 1796), il fut page de Monseigneur le comte d’Artois (futur Charles X), fonction pour laquelle il faut justifier d’une noblesse antérieure à 1550. Engagé dans l’armée de Condé, il est tué aux côtés de son frère Jean Baptiste, à la bataille d’Oberkamlach en 1796.

X- François Alexis (1769 ; 1837), il est sous-lieutenant au régiment de Penthièvre, capitaine en 1795 dans ce même régiment devenu une composante de l’armée émigrée. Il est fait Chevalier de Saint Louis en 1814. Il se marie avec Hortense de Bermondet de Cromières.

1)            Marie Hortense (1814 ; 189?), elle épouse en 1834 Jean Léon de Livron.

2)            Astolphe Armand (qui suit).

XI- Astolphe Armand (1817 ; 1876), est fait Chevalier de la Légion d’honneur. Il réorganise le haras et le développe après avoir été en Angleterre en 1840, d’où il ramène deux juments de race pure (pur-sang). C’est sous son impulsion que se crée la race chevaline appelée anglo-arabe. Grâce à son action le haras de Nexon, qui a failli disparaître lors des événements révolutionnaires, connaît un développement qui va durer jusqu’au milieu du XXe siècle. En 1841, il fonde une écurie de course qui va rapidement devenir l’une des plus importante de la circonscription du Midi. Astolphe qui porte un vif intérêt à ses produits, ne peut se résigner à les faire entraîner loin de sa surveillance. Aussi fait-il aménager sur son domaine de Nexon, une piste de sable de 2 000 mètres et un gazon de la même longueur. Il épouse en 1844 Alix Clotilde de Narp, fille du comte de Narp, Maréchal de camp, Chevalier de Saint-Louis, Commandeur de la Légion d’honneur, Grand-Croix de l’ordre de Léopold de Belgique, et de Zoé de Rouvroy, son épouse. Avec le prestige grandissant du haras de Nexon, Astolphe Armand devient le premier baron de Nexon, en prenant le titre de baron des Etangs, avec l’assentiment de son vieil oncle l’abbé Luc.

1)            Armand (qui suit)

2)            Félix Renaud (1850 ; 1909), il est capitaine de cavalerie. Un accident de cheval le rend infirme, ce qui met fin à sa carrière équestre.

3)            Auguste Maurice (qui suit).

XII- Armand (1847 ; 1912), lieutenant pendant la guerre de 1870, il resta longtemps conseiller général du canton de Nexon. Il crée sa propre écurie de course en 1876 (casaque grise, toque cerise). Après le décès de son père il reprend le haras. Il est lui-même un brillant « gentleman rider ». Le nouveau baron de Nexon épouse en 1892, Marie Antoinette de Chérade de Montbron, fille du comte de Montbron, qui était réputée pour être excellente cavalière comme son père. Ils n’ont pas eu de descendance. Armand resta dans les mémoires pour sa légendaire endurance à cheval. Il fut l’un des plus grands veneurs de France, souvent accompagné de son épouse, elle-même grande adepte de ce loisir aristocratique. Avec Armand, les heures de chasse à courre ne pesaient pas, même quand les longues heures de retraite, après l’hallali, la nuit, pendant l’hiver, venaient s’ajouter à celles de la journée.

XII bis- Auguste Maurice (1853 ; 1932), il est officier de cavalerie et il est fait Chevalier de la Légion d’honneur. A la mort de son frère Armand, il devient à son tour baron de Nexon. Il reconstitue l’écurie en association avec son fils Maurice à qui il cède la glorieuse écurie avant la Grande Guerre. Il fait construire le château de la Garde en 1895-1896, pour la somme de 3 000 francs or, provenant des gains des courses. Il habita cette nouvelle demeure en 1897, où il reste jusqu’à sa mort. Auguste Maurice a aussi acheté un charmant château avec une propriété de 80 hectares, dont la moitié consacrée à l’exploitation viticole, à Ludon dans le Médoc. Ce domaine fut vendu par l’indivision après le décès de son acquéreur, vers 1933. Aujourd’hui encore, à Ludon, une rue porte toujours le nom de la famille de Nexon. Auguste Maurice s’est marié en premières noces, le 17 janvier 1883, avec Gertrude Hainguerlot, descendante d’Edouard III, Roi d’Angleterre de 1327 à 1377. De ce lit sont nés deux premiers enfants. Veuf il s’est remarié avec Gertrude Ricardo, nièce du célèbre économiste britannique David Ricardo (1772 ; 1823), un des premiers penseurs de l’économie politique classique, avec la théorie du libre-échange. A sa mort, le domaine de Nexon est partagé entre ses héritiers. Son fils aîné Maurice, reçoit le château de Nexon et tout ce qui s’y rapportait, dont la dignité familiale de baron parmi ses autres enfants, Georges hérite du château de la Garde.

1)            Maurice (qui suit).

2)            Alice (1885 ; 1970), elle épouse le 11 novembre 1908 le baron du Bourdieu.

3)            Thérèse (1890 ; 1961).

4)            Robert (qui suit)

5)           Jeanne (1895 ; 1967), elle épouse Joseph Vidal de Lausun, originaire de Cuq-Toulza dans la région de Castres.

6)            Georges (qui suit)

7)            Marguerite (1901 ;1926), épouse François de la Quintinye en 1924. Sur son lit de mort, elle suggère à son mari d’épouser sa saur cadette Claire après son décès.

8)            Claire (1903), elle épouse François de la Quintinye le 27 août 1927.

XIII- Maurice (1884 ;1967), est chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de la Croix de Guerre de 1914-1918. Au décès de son père il a hérité du château de Nexon et du haras. Il fut un brillant gentleman rider et devint président de la Société de Sport de France dont dépendait les hippodromes du Tremblay, remplacé plus tard par celui d’Evry, de Fontainebleau, de Vichy et de Biarritz. Il compte plus de 170 victoires en course. Il s’est marié avec Adrienne Chanel, la tante de Coco Chanel, avec laquelle elle était très liée du fait qu’elles étaient du même âge. Ainsi Maurice qui vécut la brillante apogée du haras dans l’Entre-Deux-Guerres, côtoya par le biais de Coco Chanel, le « tout Paris », des artistes d’avant-garde à l’aristocratie bohème. Ainsi il fréquenta des personnalités comme le grand-duc Dimitri, le prince Youssoupov, les chorégraphes Diaghilev et Serge Lifar, le compositeur Stravinsky, mais aussi Cocteau, Picasso, Darius Milhaud, etc. Maurice a aussi et surtout vécut avec les grands du monde hippique, dont il était non seulement l’un des membres, mais en plus le chef de file attitré, de par sa fonction de président de la Société de Sport de France. Ainsi ses amis des champs de course étaient le duc Decazes, le vicomte d’Harcourt, monsieur Lazard, le baron Robert de Rothschild, le baron Bayens, le marquis de Triquerville, monsieur , monsieur Volterra, le prince Aly Khan, monsieur Wertheimer, etc… Dans la mémoire collective des Nexonnais, Maurice fut parmi les barons de Nexon, l’un des plus admirés et des plus appréciés, tant pour sa gentillesse que pour son talent. Il n’a pas eu d’enfants.

III bis – Robert (1892 ; 1967), Saint-Cyrien il est capitaine au début de la Première Guerre mondiale. Ne trouvant pas la cavalerie assez engagée il sert dans les chasseurs alpins. Il est le premier fantassin de la famille ! Il quitte l’armée en 1920 avec le grade de commandant. Après une année sabbatique consacrée au bridge il part aux Etats-Unis pour effectuer un stage chez Esso. Il rentre en France comme sous-directeur de cette société. Il la quitte en 1932 pour devenir PDG de la société Bourjois, propriété de la famille Wertheimer. Pour le compte de cette dernière il crée la maison de parfums Chanel et fait racheter le célèbre n°5 créé par Coco. Pour autant Il n’oublie pas le bridge. En 1935 il fut membre de l’équipe de France victorieuse lors des championnats d’Europe par équipes (open)de 1935. Il écrivit à cette occasion : « quand j’ai commencé jouer au bridge, je ne pensais pas que cela me vaudrait l’honneur de porter les couleurs de mon pays et d’entendre la Marseillaise ». Dès lors, il n’aura qu’un désir, entendre ce chant le plus souvent possible, en menant l’équipe de France à la victoire. Sa personnalité le fit désigner tout naturellement à des fonctions dirigeantes et, il fut le président de la Fédération européenne, bridge de 1941 à 1965. En même temps, il réorganisa la Fédération européenne, qu’il dirigea jusqu’en 1964. C’est enfin son initiative que furent créées, en 1960, les Olympiades du bridge, dont l’équipe de France remporta la première édition.  Robert rédigea avec Pierre Albaran « Notre méthode de bridge » en 1935 et participa à l’élaboration de plusieurs autres ouvrages. Président de la Fédération mondiale en 1958, il cessa ses activités en 1964. Le monde du bridge lui rendit hommage en lui décernant le titre de président emeritus des instances européennes et mondiales. Lorsque la deuxième guerre mondiale éclate il a 47 ans mais il n’hésite pas à s’engager. Il est fait prisonnier en juin 1940 et interné à l’oflag 10B. Au bout d’une année il est libéré en raison de son âge. Il reprend sa place de PDG de la société Bourjois et gère les biens de la famille Wertheimer partie en exil aux Etats-Unis.  Il s’occupe en particulier de leur haras de Normandie et fait courir les chevaux sous ses couleurs. Il continuera à en assurer la gestion après le retour d’exil des Wertheimer.

Le baron Robert de Nexon, dans son bureau à Neuilly, à la fin des années 1950

XIII ter- Georges (1900 ; 1973), à la mort de son père il hérite du château de la Garde, le deuxième château de sa famille à Nexon. Il est ingénieur agronome et il s’occupe non seulement de son domaine de la Garde et de la Sélive, mais aussi de celui de la Grange, propriété de ses sœurs Thérèse et Claire et aussi du domaine de son frère Maurice. Georges épouse Anne Renée Cesbron Lavau. De leurs quatre enfants, c’est l’aîné qui, selon la tradition, sera désigné par son oncle Maurice comme héritier. Georges a choisi de pratiquement toujours habiter à Nexon plutôt que de jouir d’une vie mondaine à Paris. Sa famille lui doit le mérite d’avoir assumé avec bonheur la gestion de tous les domaines familiaux et du haras de 1928 à 1970. Il était également très investi dans la vie économique et sociale comme président du comice agricole, premier président de la caisse locale de Crédit Agricole de Nexon, administrateur de la caisse Mutuelle Sociale Agricole à Limoges, président de la Société d’Agriculture de la Haute-Vienne. De ce fait il était plus connu que ses frères des Nexonnais qui l’appelaient couramment « monsieur Georges ».  Il était toujours prêt à rendre service à qui le lui demandait, toujours avec une grande amabilité. Après la disparition, sans descendance mâle, de ses deux frères aînés, Georges devient à son tour, en 1967, le chef de la maison des Gay de Nexon.

Son épouse, Anne Renée de Nexon, est décédée à Nexon en 2005 à l’âge de 103 ans. Elle était dans le cœur des Nexonnais, la « baronne douairière » de Nexon.

1)            Ferréol (qui suit)

2)            Marie Amélie (1929), elle épouse Jean Houille de la Chesnais le 15 juillet 1950.

3)            Philippe (qui suit)

4)            Anne (1939), elle épouse Michel d’Aboville le 6 juillet 1963.

XIV- Ferréol (1928), est le neveu et l’héritier de Maurice à la mort de celui-ci. Il a fait une carrière dans l’aviation civile. Mais il a surtout la dure tâche de succéder à son illustre oncle, à une époque qui ne favorise plus guère l’élevage des cheveux de pur-sang. Nexon est loin des grandes villes possédant un hippodrome et un centre d’entraînement, loin de la Normandie où sont désormais regroupés la plupart des grands haras de pur-sang. De plus Ferréol est victime de la crise des années 1970-1980 qui frappe le monde hippique et l’agriculture comme beaucoup d’autres secteurs économiques. Il est contraint de réduire l’activité du haras au profit de l’élevage bovin. Le domaine familial conserve encore au début des années 1980 une certaine rentabilité, mais celle-ci décroît et elle ne suffit plus pour entretenir le château, les dépendances et le parc. En 1983, Ferréol se résout à vendre le château de Nexon à la commune qui, sous l’impulsion de son Maire, René Rebière, décide d’y établir l’Hôtel de Ville après avoir réalisé d’importants travaux. En 1990, Ferréol vend, bien à regret, sa dernière poulinière dont les derniers produits gagnèrent quelques courses en France et à l’étranger et ainsi marque un point final à une histoire qui a duré 500 ans entre les Gay de Nexon, le cheval et la ville de Nexon. Ferréol est parti résider à Paris puis il s’est installé en Normandie pour retrouver le pays de sa mère et les chevaux. Il a épousé en premières noces Marie Claire de Nervo, de nationalité franco-suisse et en secondes noces, France de Marcillac. Ses enfants, deux issus de son premier mariage, deux issus du second, n’ont pas maintenu de liens étroits avec le Pays de Nexon.

1)            Jérôme (1958-2012).

2)            Éric (1960).

3)            Caroline (1974).

4)            Alban (1978).

 

XIV bis- Philippe (1933), frère cadet de Ferréol, est retraité de la fonction publique. Il fut élève de l’Ecole Supérieure d’Agriculture de Beauvais où il obtint son diplôme d’ingénieur agricole et de l’Ecole Nationale des Haras ou il obtint son monitorat d’équitation. De 1970 à 1982 il a mené une carrière dans l’agriculture avec d’excellents résultats dans l’élevage des bovins. Puis il est entré dans l’administration et il a été Délégué régional au Commerce et à l’Artisanat du calvados puis du Limousin. Il réside à Varnet dans une charmante maison de maître, ayant appartenu à famille Barbout des Courrières, une ancienne famille Limousine. Philippe a épousé Anne-Laurence de Blonay, issue d’une vieille famille seigneuriale du pays de Vaud en suisse. Elle lui a donné un fils. En secondes noces, il s’est remarié avec Renate Diels, de nationalité allemande, petite fille du prix Nobel de chimie en 1950, Otto Diels. Philippe est le dentier représentant des Gay de Nexon à maintenir par sa présence une continuité de l’histoire de sa famille à Nexon, présence commencée au début du XVI° siècle avec son aïeul Paul Gay.

Philippe de Nexon, au centre, remet un tableau au vainqueur du prix de Nexon aux courses de Pompadour

1)            Frédéric (1962)

2)            Amaury (1966).

3)            Constance (1969).

4)            Stéphanie (1974).

Vous pouvez suivre les réponses à cet article sur RSS 2.0 Vous pouvez laisser une réponse, ou revenir en arrière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *