Une histoire illustrée de nexon
Header
  • Création de la Société pour le développement de l’Instruction Primaire dans la Haute-Vienne

Le 14 décembre 1865, M. Boby de La Chapelle, Préfet de la Haute-Vienne adresse à tous les maires du département « un exemplaire des statuts d’une société qui vient de se constituer à Limoges, sous le patronage de son Exc. Le Ministre de l’instruction publique, pour le développement de l’instruction primaire. »

Il ajoute « Aux termes de ces statuts, vous êtes appelé à faire partie de la commission cantonale ; je vous prie d’accepter ces fonctions…

Je vous prie d’user de toute votre influence pour provoquer de nombreuses adhésions, soit à titre de donateurs, de fondateurs ou de membres associés. Toutes les personnes notables du département doivent tenir à honneur de figurer sur nos listes ».

 

  • La mise en place de la Société dans le canton de Nexon

Les statuts de la Société ont été adoptés le 2 décembre 1865 à la Préfecture de Limoges.

Le 22 décembre le Sous-Préfet de Saint Yrieix écrivait au Maire de Nexon en insistant sur la nécessité de « provoquer les souscriptions des fondateurs ou associés ». Le Sous-Préfet précise qu’il se fera « un devoir de présider le plus souvent possible les réunions trimestrielles des commissions cantonales et joindre mes efforts personnels aux vôtres. »

 

La commission du canton de Nexon est ainsi composée : Monsieur le maire de Nexon ; MM. le baron de Nexon, conseiller général ; de Luret de Feix, conseiller d’arrondissement ; Bessoule notaire, conseiller, maire de la Meyze ; le curé doyen ; le juge de paix, Muret de Bort, propriétaire, délégué cantonal ; l’instituteur public.

  • Bilan de l’année 1865-1866

La Commission départementale se réunit le 2 janvier 1866 sous la présidence de M. le Préfet. On note la présence du baron de Nexon en sa qualité de membre du Conseil général. Le préfet se félicite du nombre d’adultes qui fréquentent l’école le soir. Parfois le nombre d’adultes au cours du soir dépasse le nombre des enfants pendant la journée. On attribue ce résultat à la difficulté pour les agriculteurs de se priver de leurs enfants pendant le jour pour les travaux de la campagne.

le Préfet propose d’établir un concours dans chaque canton entre les meilleurs élèves de chaque école de garçons, au mois de juillet ; les vainqueurs se retrouveraient pour le prix d’arrondissement puis les primés de chaque arrondissement concourraient pour le prix départemental. Pour les cours d’adulte, M. le Préfet propose de décider qu’une somme de 50 fr. sera donnée, à titre d’encouragement, à l’instituteur le plus méritant de chaque canton et ayant le plus grand nombre d’élèves ;

Il est intéressant de noter qu’un membre demande que le nombre des élèves ne soit pas considéré comme le principal titre d’un instituteur aux yeux de la Commission; il fait remarquer qu’il arrive souvent qu’un instituteur, malgré tout son zèle, ne peut réunir qu’un petit nombre d’élèves, soit que les villages de la commune soient plus rapprochés d’une autre école, soit pour toute autre raison indépendante de lui; que le mérite d’un instituteur est, avant tout, de faire de bons élèves , de s`occuper activement des enfants qui fréquentent son école, et de mériter la confiance des parents et l’estime de ceux qui l’entourent. C’est une remarque judicieuse pour nous rappeler que la politique du nombre n’est toujours la meilleure !

La commission arrête la somme de 50 francs par canton pour récompenser l’instituteur qui aura obtenu les meilleurs résultats pour les cours d’adultes et que des médailles d’argent et de bronze seront distribuées aux instituteurs dont les cours d’adulte se seront distingués par des résultats exceptionnels.

Le 9 janvier 1866, le Vicomte Marc de La Guéronnière, secrétaire général de la Société, informe le Président de la commission cantonale de ces décisions et demande que les propositions lui soient adressées dans le courant du mois de mars.

La commission communale adopte les propositions suivantes :

  • La somme de 50 francs à M. Besse, instituteur à Nexon
  • Une médaille d’argent pour M. Roche de saint Priest
  • Une médaille de bronze pour M. Fournier de Meilhac
  • Une médaille de bronze pour M. Colin de La Meyze
  • Une médaille de bronze pour M. Florentin de Nexon
  • Une médaille de bronze pour M. Laporte de Laroche.

Le tableau suivant avait été établi pour obtenir ce classement :

Nexon……………….. : 2445 habitants – M. Besse 58 adultes

– Ecole religieuse 48 adultes

Laroche………………. : 1384 habitants – 17 adultes

La Meyze ……………. : 1262 habitants  – 22 adultes

Saint Priest Ligoure : 1236 habitants – 16 adultes

Saint Hilaire …………. : 919 habitants – 9 adultes

Janailhac……………… : 916 habitants 23 adultes

Meilhac ………………… : 680 habitants – 52 adultes

Rilhac……………………….  Absent

 

 

« Le 30 août 1866, a eu lieu, à Limoges, la séance annuelle de la Société pour le développement de l’instruction primaire dans la Haute-Vienne. On y remarquait M. le vicomte de la Guéronnière, sénateur, président d’honneur ; M. le préfet de la Haute-Vienne, président ; MM. Calley de Saint-Paul et Noualhier, députés du département, vice-présidents ; M. Bonnin, inspecteur d’académie à Limoges ; plusieurs membres du Conseil général, M. Malevergne, président de chambre, etc. etc.

  1. le vicomte de la Guéronnière, après avoir rappelé qu’aux termes des statuts, le secrétaire général et le trésorier doivent présenter, dans cette séance annuelle, un rapport et un compte rendu des opérations de la société, a donné la parole à M. Guille¬ mot, secrétaire adjoint, chargé du rapport.
  2. de la Guéronnière a prononcé ensuite l’allocution suivante :

« Messieurs, je crois être votre interprète à tous en remerciant M. le secrétaire général adjoint du rapport remarquable qu’il vient de présenter, et dans lequel les idées les plus justes, les renseignements les plus intéressants sont rehaussés par toutes les délicatesses du goût littéraire le plus pur. Cette lecture laissera dans vos esprits une impression complète de satisfaction et de confiance pour l’avenir de l’institution fondée par M. le préfet de la Haute-Vienne, avec le précieux concours de M. Eugène Rendu et la haute approbation de l’éminent Ministre de l’instruction publique.

« En effet, Messieurs, une œuvre qui répond à de si vrais intérêts ; qui, dès son début, a obtenu l’adhésion des hommes les plus considérables du pays ; qui compte à sa tête les deux honorables députés du département, les représentants les plus élevés de l’administration, de la magistrature, du clergé, de l’Université, le Conseil général tout entier, une telle œuvre ne pouvait que réussir. Son but seul garantissait son succès.

« M. le rapporteur vient de vous le dire, un auguste patronage qui ne fait jamais défaut à aucun intérêt légitime est venu consacrer nos efforts. L’Empereur a voulu être l’un des fondateurs de notre société pour le développement de l’instruction du peuple, et c’est avec bonheur que j’ai transmis à M. le trésorier l’importante souscription qu’il avait daigné m’adresser.

L’Empereur, Messieurs, est avec tous ceux qui luttent contre la misère et l’ignorance, et qui travaillent au progrès moral et matériel de nos populations. C’est pourquoi il est avec nous.

« Poursuivons notre tâche : elle est noble et sainte. Il y a beaucoup à faire dans ce pays, plus que dans tout autre, et c’est avec une réelle tristesse que je constatais hier, dans une délibération du Conseil général, que le tiers des enfants de notre département ne reçoivent aucune instruction. C’est le capital de l’intelligence et de la moralité qui se trouve diminué d’un tiers !

« L’Administration, les députés, le Conseil général, tous les pouvoirs publics, tous les hommes dévoués rivaliseront pour améliorer cet état de choses. Quant à notre Société, créée pour donner l’élan du bien et pour relier tous ces généreux efforts, elle remplira sa mission, et elle peut compter sur l’appui du Gouvernement comme sur la reconnaissance du pays. »

 

Enfin, M. Petiniaud-Dubost, trésorier, a présenté le compte rendu des opérations et a constaté l’état florissant des finances de la Société.

Ses recettes se sont élevées à 7 744 fr. 40c

Et ses dépenses à …………………5 692 fr. 00c

Restent donc en caisse …………2 0552 F 40C, auxquels il convient d’ajouter 1,200 fr. environ, représentant des souscriptions dont le versement n’est pas encore effectué. »

Lors de la séance départementale du 16 avril 1867 il n’est pas référence à la commission du canton de Nexon. Lors de cette réunion la commission adopte un vœu relatif au rétablissement d’une Ecole normale dans la Haute-Vienne. Il est également décidé que le prix de 50 francs sera réduit à 40 francs en argent, plus une médaille d’environ 10 francs au motif que l’argent est dépensé tandis que la médaille reste. Nous sommes loin de la société de consommation !

  • Bilan 1866 -1867

Le 9 aout 1867 le Préfet adresse aux maires un courrier dans lequel il écrit : « Je désire que ces diverses récompenses soient remises à ceux qui les ont obtenues, le 15 aout courant, jour de la fête de l’Empereur, en présence des élèves des écoles de votre commune…Les discours prononcés devront m’être adressés et pourront être reproduits dans le journal du département… »

  • Bilan 1867-1868

La société a décidé d’organiser un concours entre les élèves des écoles de chaque canton. Chaque instituteur public fera concourir ses meilleurs élèves qu’il désignera lui-même dans la proportion d’un sur dix ;

Les compositions eurent lieu le lundi 3 aout dans la salle de l’école publique de Nexon de neuf heures à midi réunissant les élèves des communes de Nexon, Meilhac, Rilhac Lastours et Saint Hilaire Lastours. Les élèves ont été surveillés par MM. Le Curé et le Juge de Paix de Nexon.

« Madame Markoff était née Céline Léonide Lucienne Lelong le 4 décembre 1909 à Nexon. De ces trois prénoms Lucienne a été utilisé comme prénom d’usage.

Dernière représentante d’une vieille famille limousine, très attachée à sa terre natale Nexon, elle tenait sa fortune de son père, le Docteur Lelong. Médecin expérimenté, compétent, dévoué et qui a sauvé de nombreuses vies, alors même que la médecine disposait de peu de thérapeutiques efficaces. Félix était le prénom d’usage du docteur Lelong. Né le 31 juillet 1870 à Nexon on père, Léonard Lelong, lui donne comme prénoms François Philibert. Il portera comme prénom d’usage celui de Félix, prénom sous lequel il est connu à Nexon. Il était le dernier d’une famille de cinq enfants : Françoise, née en 1855 ; Catherine née en 1857 ; François né en 1861 et maire de Nexon de 1904 à 1919 ; Lucien né en 1866, mort en 1868.

Le docteur Lelong avait soutenu sa thèse de doctorat en médecine à Paris en 1899. Le 20 août 1908, à Limoges, il a épousé Catherine Céline Gabrielle BORDE (1879-1935). Ils auront une fille, Lucienne. Il décède à Nexon le 11 novembre 1955 à l’âge de 85 ans.

Lucienne épouse le 8 juillet 1939, à Limoges, Boris Markoff, vétérinaire à Nexon. Son mari, d’origine Bulgare, est né le 22 avril 1897 à Rebro, une petite ville située à 50 km à l’ouest de Sofia. Le docteur Marcoff exerce son métier de vétérinaire avec compétence, métier qui ne ressemble plus guère à celui pratiqué aujourd’hui. En effet le vétérinaire est rarement à son cabinet, il parcourt la campagne pour soigner le gros bétail, rarement les chats et les chiens. Il aime cette campagne nexonnaise qui lui rappelle sa Bulgarie natale. Il aime accompagner son beau-père dans les fermes que celui-ci possède. On le voit sur la photo suivante, au côté de son épouse et du docteur Lelong, dans une des fermes de ce dernier.

Le docteur Lelong avec sa fille et son gendre a sa ferme de la Joussonie.

Sur la photo suivante le docteur Lelong est plus âgé. Fatigué, il est assis entouré de sa fille et de son gendre, toujours habillé de la même manière. A gauche, madame Borde, tante de Lucienne Lelong.

A la mort de son père, en 1955, Lucienne Lelong-Marcoff hérite de sa fortune.  Quand son mari décède en 1969, Madame Marcoff qui n’a pas eu d’enfant et qui n’a pas d’héritiers proches souhaite que ses biens profitent à sa commune. C’est sans doute tout naturellement que Madame Lucienne Lelong fait de la commune de Nexon son légataire universel avec comme condition d’en faire un usage utile aux habitants. Elle décède le 27 juin 2003 et repose auprès de son époux dans le caveau de la famille Lelong.

Progressivement la commune réalise le souhait de sa donatrice. L’une des dernières étapes a été l’inauguration, vendredi 6 octobre 2017, de l’espace Lelong-Marcoff.    Fabrice Gerville-Reache  et la directrice de cabinet du préfet dévoilent la plaque. 

Le maire, pendant son discours, entouré des personnalités. 

De gauche à droite: M Vincent, représentant le Président de la Région; Mme Pérol-Dumont, sénatrice; La Directrice de cabinet du préfet;

M. Leblois, président du Conseil départemental; Mme Plazzi, Vice présidente du conseil départemental; M. Delautrette, président de la communauté de communes.

Dans de nombreuses communes de France, jusqu’au début de la Troisième république, les écoles primaires sont dirigées par des congrégations religieuses car, surtout dans les campagnes, les communes n’ont pas les moyens de construire des écoles. Nexon n’échappe pas, en partie, à cette règle : il y avait à Nexon deux écoles dirigées par des religieux, l’une pour les filles, l’autre pour les garçons mais pour eux il y avait aussi l’école communale. L’école des filles dépendait des Sœurs de l’enfant Jésus, congrégation née au Puy au XVIIe siècle. Celle des garçons dépendait des Frères du Sacré Cœur, congrégation fondée à Lyon en 1827 par le Père André Coindre.

  • L’école de garçon et le pensionnat des Frères du Sacré Cœur, créée en 1834.

L’école de garçon, comme celle des filles, a été créée par la volonté du baron Astolphe de Nexon qui en a mis à disposition le terrain et apporté un financement. On trouve indistinctement le nom de « Frères du sacré cœur » ou « des Frères du Paradis ». Il s’agit de la même congrégation, le nom de Paradis venant de ce que le Frère Polycarpe, considéré comme le second fondateur des Frères du sacré cœur a fait acheter à sa congrégation une propriété importante à Espaly, près du Puy en Velay, au lieu-dit Paradis. Cette propriété est devenue la maison mère de la congrégation que l’on appelle parfois du nom de ce lieu-dit, symbolique pour les catholiques.

On connait le fonctionnement de l’école par la nécrologie du Frère Florentin, son directeur, publiée dans « Le Courrier du Centre » du 23 avril 1890.

« Le 17 avril dernier, on a célébré dans l’église paroissiale de Nexon les obsèques de M. Robert, en religion Frère Florentin, directeur de l’école libre et du pensionnat des Frères de Nexon.

Le vaste édifice pouvait à peine contenir les nombreuses personnes venues pour rendre hommage à cet homme de bien, aimé et respecté de tous.

Né dans la Haute-Loire, d’une nombreuse famille chrétienne, dont plusieurs membres appartenaient déjà à l’enseignement congréganiste ou au clergé, M. Robert, de l’ordre des Frères du Paradis, près-le Puy, vint à Nexon en 1834.

C’est à cette époque que M. le baron de Nexon, voulant assurer aux enfants de la commune une instruction éclairée, en même temps qu’une éducation forte et religieuse, avait fondé l’école libre congréganiste de Nexon et en avait assuré la dotation. Déjà, sous ses auspices, les sœurs de l’Enfant Jésus avaient établi leur école de filles, toujours encore florissante. Celle des garçons s’ouvrit à son tour et était confiée aux Frères de l’ordre du Paradis.

En même temps que son généreux fondateur, Mme la marquise de Livron, sa sœur assurait la charge de son entretien. Le vénérable curé Pradeau leur apportait tout d’abord le concours de son zèle et plus tard contribuait lui-même de ses libéralités au développement de l’œuvre.

Le Frère Florentin, nommé directeur de l’établissement, devait conserver les fonctions pendant plus de 33 ans. Il avait vu naitre son école, il l’a vue grandir et prospérer. Il a vu le vaste local occupé par lui devenir bientôt insuffisant. Soutenu par la générosité de ses bienfaiteurs, apportant lui-même son zèle et quelquefois son obole, il a été l’architecte, le constructeur et le directeur du magnifique établissement élevé à l’entrée du bourg, que MM. De Nexon mettent à la disposition de l’institut des Frères pour recevoir leurs élèves et leurs pensionnaires.

Comment retracer l’histoire de ces trente années consacrées par le Frère Florentin à l’instruction des enfants de Nexon ? Y a-t-il plus noble mission que celle de l’éducation quand on sait la remplir comme il l’a fait ? Former les jeunes intelligences, les éclairer par la science, faire do ces enfants des adolescents respectueux de leurs parents, des hommes aimant leur pays, et avant tout des chrétiens soumis à Dieu, voilà la lâche que le Frère Florentin devait assurer et mener à bonne fin. Ses méthodes étaient si excellentes, son instruction si solide, ses explications si nettes et si claires, qu’on saisissait à l’instant toutes ses leçons. Rapides étaient les progrès de ses élèves, et grand nombre d’entre eux, après avoir reçu de lui les bienfaits de l’instruction élémentaire, ont été surpris de la facilité avec laquelle ils ont poursuivi leurs études de l’enseignement secondaire, spécial ou supérieur, tant il est vrai que les assises solides permettent toujours d’élever un édifice de plus en plus haut.

Que dirais-je de son zèle pour ses élèves ? La note dominante de son caractère était une patience et une bonté évangéliques. C’était merveille que de voir de tout petits enfants captivés en quelques heures par cet homme à la stature athlétique, doué, par contraste, d’un caractère aimable, doux, patient et charitable.

Son humeur était toujours égale, sa gaieté inaltérable. Aussi qui- ne connaissait à Nexon cette figure ouverte et souriante, ce regard franc, rayonnant et bienveillant ?

Il avait élevé la majeure partie des hommes arrivés aujourd’hui à l’Age mûr. Il recevait à tour de rôle leurs enfants, et s’il était le maître de ceux-ci, il était resté l’ami souvent et le conseiller de ceux-là.

Aussi est-ce avec une profonde douleur qu’on apprenait tout à coup la mort du cher Frère ! Elle est venue inopinée, subite, et l’a frappé dans l’exercice de ses fonctions au moment où il reprenait mardi son cours de la veille. Terrassé par une apoplexie foudroyante, il est mort, comme un soldat, sur le champ de bataille, à son poste d’honneur.

Il n’est pas étonnant qu’un tel homme ait laissé de profonds regrets. Mais, spectacle touchant, ce n’est pas sans émotion que nous avons vu des hommes de tous les partis venir en foule à ses obsèques, déposer des couronnes et des fleurs sur sa tombe et déplorer tout haut sa fin prématurée, car elle montre encore vivace à Nexon un grand et noble sentiment : celui de la reconnaissance.

Le cher Frère Florentin était vraiment populaire, et en voyant ses funérailles, nous nous rappelions celles de notre vieux curé Pradaud, apôtre pendant cinquante ans de la paroisse, qui avait été son guide et son modèle.

Tous deux reposent aujourd’hui en paix, l’un près de l’autre, au milieu du cimetière de Nexon. Ils ont également < passé > en faisant le bien. Tous deux ont trouvé dans l’estime de leurs concitoyens une récompense qu’ils ne cherchaient point.

Mais tous deux n’ont été si grands dans leur simplicité que parce qu’ils ambitionnaient une couronne plus grande qui ne leur a pas été refusée : celle que Dieu accorde à ses bons serviteurs.

Après avoir fait l’éloge des qualités personnelles du défunt et sans les vouloir diminuer, reportons sur ses collaborateurs et sur l’ordre des Frères tout entier, une partie des éloges que nous lui avons adressés. Ses méthodes étaient celles que l’institut a partout adoptées, la direction de son établissement, celle qui émane du directeur général, et son esprit religieux celui qui anime partout ces hommes de talent et de dévouement inspirés par l’amour de Dieu.

La tradition fait la force. Dans l’ancienne monarchie, le héraut chargé d’annoncer la mort du roi, criait à la cour : « Le roi est mort, vive le roi ! » Nous sommes tentés de nous écrier : « Notre frère Florentin est mort, vivent les Frères ! » Entre les mains de l’ordre l’école libre de Nexon ne périclitera pas.

L’esprit qui anime tous les Frères est le même, les mêmes bienfaiteurs sont toujours debout, ou représentés par leurs fils ; un nouveau directeur reprendra l’œuvre à peine Interrompue quelques jours, et les nombreux enfants qui fréquentent l’école, les nombreux pensionnaires qu’elle abrite, sont toujours sûrs de trouver les mêmes soins, la même sollicitude, la même instruction et les grands enseignements qu’ils ont reçus dans le passe. »  (Le Courrier du Centre, 23 avril 1890)

  • L’école n’est pas obligatoire et il y a souvent des absents…

Chaque mois le Frère Florentin adresse au Maire de Nexon la liste des élèves absents au cour du mois. Si un certain nombre d’entre eux sont absents à cause de maladies un certain nombre d’entre eux l’est pour aider leurs parents. On note ainsi qu’en octobre 1883, Emile Lelong a été retenu pendant 4 jours pour garder les brebis, que Jean Valette et baptiste Brousseau ont été occupés aux champs pendant 3 jours … Il est souvent indiqué « retenu par les parents » et on trouve même « retenu par Mr le curé ». D’un mois à l’autre ce sont souvent les mêmes qui sont retenus par les parents.

Pour le mois d’octobre 1883, 12 élèves absents totalisent 36 jours d’absence dont 19 (50%) retenus par les parents ou occupés aux champs. Jean Estier a été absent 8 jours pour maladie, Emile Lelong et Louis Trébuchère ont été retenus chacun 4 jours par leurs parents.

Pour le mois de novembre 1883, 19 élèves ont été absent cumulant 82 journées d’absence dont 19 jours retenus par les parents et 3 par Mr le curé. Louis Trébuchère a été absent pendant 10 jours pour un « mal aux yeux », Jacques Téliot a été retenu 8 jours par ses parents et Emile Lelong pendant 6 jours. Pendant 7 jours, Jean Grospas est absent à cause du mauvais temps.

Au mois de janvier 1884 10 élèves sont absents pour 69 jours, dont 24 journées ou les élèves sont retenus par les parents et 3 par le curé. Emile Lelong a été une nouvelle fois retenu pendant 9 jours et Jean Déliat pendant 15 jours.

Nous ne connaissons pas les professions des parents, sans doute des agriculteurs, mais en étant régulièrement absents ces enfants ne devaient pas avoir de très bons résultats scolaires.

  • La laïcisation des écoles

Avec la troisième république l’école va profondément se modifier. Elle deviendra obligatoire et gratuite et les enseignants seront formés et diplômés par des institutions publiques. Ces évolutions ne vont pas bouleverser l’école de garçons à la différence de ce qui va se passer pour l’école de filles. En effet il existe à Nexon une école communale de garçons, distincte de l’école religieuse alors que pour les filles il n’y avait que l’école religieuse.

Toutefois, en vertu des différentes lois votées depuis 1901, il faut que les écoles liées aux congrégations religieuses soient autorisées.

Le 22 novembre 1901, le préfet de la Haute Vienne demande au Conseil municipal un avis sur la demande formulée par la Congrégation des frères du Sacré Cœur d’ouvrir son établissement à Nexon. Le 3 décembre le préfet adresse un télégramme au maire de Nexon pour lui demander la date à laquelle il a convoqué son conseil pour délibérer sur cette demande.

La Congrégation des Frères du Sacré Cœur ayant été dissoute par un jugement du tribunal du Puy en date du 3 avril 1903, un administrateur judiciaire, Monsieur Henri Lecouturier, signe un bail avec Monsieur Thomas, maire de Nexon par lequel la commune prend l’immeuble avec ses dépendances et les meubles contre paiement d’un loyer annuel de 800 francs payable à l’administrateur. Le bail prévoit que celui-ci serait résolu si la revendication du baron de Nexon ( doté du titre de marquis dans le bail !) sur la propriété de ce bien était reconnue par un tribunal.

Bail signé le 22 janvier 1904 à Nexon et le 26 février à Paris, approuvé par le Préfet le 15 mars 1904

L’état des lieux qui a été effectué par M. Henri Couturier, architecte-expert à Limoges, les 19 et 21 janvier 1904 décrit les bâtiments :  »

L’établissement en question se compose d’un corps principal et de deux ailes formant avant corps. Il est construit en moellons ordinaires. Les angles et encadrements des ouvertures sont en pierre granitique du pays. La couverture est en tuiles mécaniques façon Montchanin.

Le Rez de chaussée comprend dans la partie centrale un couloir à l’entrée avec escalier dans le fond, un couloir longitudinal allant à l’aile droite. Une petite salle à manger et un cabinet de réception à droite du couloir d’entrée et sur façade principale. Un office et une cuisine sur la façade postérieure.

Dans la partie gauche, une classe sur la façade postérieure et un réfectoire sur la façade principale.

Au rez de chaussée, l’aile droite forme 3 classes et l’aile de gauche forme un grand préau. »

Le  plan de masse qui figure dans le document permet de comprendre la disposition des pièces :

L’établissement des Frères du Sacré Cœur de Paradis en 1904

L’état des lieux décrit un bâtiment mal entretenu :

 » Couloir d’entrée – La peinture extérieure de la porte d’entrée est complètement enlevée…Le plafond est très fumé…les peintures sont très  défraichies. Le plancher est en mauvais état.

Petite salle à manger – Le contrevent est en très mauvais état…Le plafond est fendu en plusieurs endroits et fumé…Les papiers et peintures sont très défraichis. Le parquet est en mauvais état.

Grand Réfectoire – Les contrevents sont en très mauvais état…Les enduits sont dégradés et soufflés en plusieurs parties…Le plancher est troué en plusieurs endroits. Les peintures sont très défraichies.

Aile de droite – 1ère classe sur façade…La porte à 2 battants est en mauvais état. La plinthe extérieure est complètement pourrie…La poignée est cassée. 2 ouvertures croisées sans contrevents…Il n’y a pas de plafond. Les peintures sont très défraichies. Parquet en très mauvais état, percé en plusieurs endroits…La porte de communication entre les deux classes avec petit bec de cane a six carreaux cassés. Classe du milieu – 1 ouverture croisée en très mauvais état. Il n’y a pas de contrevent. Il n’y a pas de plafond. Mêmes observations pour tout le reste… 3e classe sur cour – deux croisées sans contrevents sont en très mauvais état… Il n’y a pas de plafond. Mêmes observations pour tout le reste…

1er Etage

La partie centrale forme cinq chambres sur la façade principale. Un grand lavabo et la chapelle sur la façade postérieure. L’aile droite forme un grand dortoir. L’aile de gauche forme un grand débarras.

1ère chambre sur le devant – Chambre à donner. Une ouverture. Contrevent persienne en très mauvais état comme menuiserie…deux carreaux sont cassés. Cette croisée ne ferme pas très bien. La crémone ne fonctionne pas… Une cheminée avec devant briqueté et un trou pour le poêle. Le foyer est dégradé. Le plafond est soufflé et fendu et inondé par les gouttières de la toiture. Le papier est très défraichi et décollé en partie. La porte intérieure n’a pas de peinture. Le plancher est en assez bon état.

2e chambre à la suite – Le contrevent de l’ouverture est en très mauvais état…Le plafond est soufflé, fendu et totalement détérioré par les gouttières…

Lavabo sur façade postérieure- deux ouvertures extérieures croisées sans contrevents, à l’une la crémone ne fonctionne pas. Le plafond est en fort mauvais état et prêt à tomber…Le plancher est en mauvais état…Il existe dans le milieu de cette pièce un lavabo formant table avec revêtement en zinc et douze petits robinets en cuivre. Le tout en mauvais état…

Aile droite.

Grand dortoir – Quatre ouvertures croisées avec contrevents intérieurs…le plafond est fendu en plusieurs endroits et percé au-dessus de la porte sur couloir par les gouttières de la toiture…

Aile de gauche

Grand débarras – quatre ouvertures croisées extérieures sans contrevents sont en mauvais état comme menuiserie. Trois ouvertures sont complètement à refaire. En tout onze carreaux sont cassés…Le plafond et les enduits sont en très mauvais état et dégradés et soufflés en partie. Le plancher est troué en plusieurs endroits et gondolé…

La couverture en tuiles mécaniques est en mauvais état, des tuiles sont cassées et auraient besoin d’être remplacées.

Les murs de clôture en façade sur la route et le mur du côté du couvent, école libre sont en bon état… »

L’état des lieux précise que « Les toitures de tous les bâtiments vont être resuivies, les carreaux des ouvertures extérieures remplacés. Les menuiseries extérieures ajustées et les serrures et ferrements divers des portes extérieures réparés par les oins de Mr Rousseau Jules entrepreneur à Nexon moyennant la somme de cent cinquante-neuf francs quatre-vingt-onze centimes. Ces réparations seront payées par le bailleur »

Dernière page de l’état des lieux .

  • De l’école congréganiste à l’école libre…

Le 7 juin 1906, Jean-François Colomb fait part au maire de Nexon de son intention d’ouvrir une école privée primaire avec pensionnat dans les locaux situés aux Garennes appartenant à M. le baron de Nexon, précédemment occupés par l’école communale de garçons.

Assez régulièrement dans la presse on trouve une annonce pour le recrutement d’un instituteur. Ainsi le 15 juillet 1922 on pouvait lire dans les Petites annonces : « Institution du Sacré-Cœur à Nexon (Haute-Vienne), demande adjoint breveté, bonnes références, traitement avantageux. S’adresser au curé doyen de Nexon »

Pendant la première guerre mondiale le bâtiment a été affecté à des unités militaires stationnant à Nexon. Sur cette carte postale on voit des soldats laver du linge dans la pièce d’eau et on constate que les fenêtres n’ont pas de contrevents. Certains sont dans la cour de l’école et d’autres dans le petit près. Les soldats appartiennent au  68e régiment d’artillerie à pied (R.A.P.).  Les mécaniciens et les chauffeurs des locomotives militaires appartenaient au 68e et au 69e R.A.P. de même que les personnels chargés de construire le réseau ferré utilisé par l’artillerie au front. Les soldats de la 15e batterie ici à Nexon devaient travailler sur le matériel stocké à la gare de Nexon.

L’école affectée aux militaires. Carte postée le 19 juillet 1918

  • Une réunion des anciens élèves en 1933.

A l’initiative de Louis Mouret, ancien militaire et catholique fervent et du curé Paul Latzarus une réunion des anciens a été organisée au cours de laquelle plusieurs discours ont été prononcés, nous permettant d’en connaitre un peu sur cette école. Le directeur en poste, M. Bachellerie était présent. Le compte rendu de cette première réunion de l’Amicale des Anciens Elèves de l’école libre de garçons de Nexon a eu lieu le 16 juillet 1933. Voici le compte rendu publié dans le numéro d’aout 1933 de l’Echo religieux de Nexon, Entre Nous.

« Le Dimanche, 16 Juillet, les anciens élèves de l’école libre de garçons de Nexon, convoqués par l’heureuse initiative de quelques-uns d’entre eux, se réunissaient pour un banquet amical.

Dès onze heures, plusieurs se trouvaient au café moderne, et, à midi, heure fixée, c’était plus de soixante, certains venus de Paris, Limoges et Périgueux, qui, après, avoir répondu à l’appel reçu, se groupaient autour des tables, gracieusement ornées en leur honneur par les soins de Me Gibeau, et se régalaient du menu préparé avec un soin non moindre.

Il serait difficile de décrire l’entrain des conversations et la gaieté du repas. Les échos de la salle résonnent encore des rires et des propos qui furent échangés.

Au dessert, naturellement, ce furent les discours : Successivement, M.M. Delaty et Mouret, au nom des anciens élèves de l’école, M. Bachellerie, directeur de l’école ; Monsieur Georges de Nexon, président du Comité de Patronage ; Mr. L’abbé Latzarus, curé-doyen de Nexon, prirent la parole évoquant le passé et montrant les possibilités de l’avenir et les raisons qui dictaient leur action et leurs espoirs.

Après quelques chansons, ce n’est qu’à quatre heures qu’on se décida â se séparer pour se retrouver encore sur les prés de la Seyne, où Mr. Raoul Delaty, ancien élève et notre fin pilote, fit le plaisir â ses camarades de venir se poser après quelques évolutions au-dessus de Nexon.

A l’issue du Banquet, on “forma une association d’anciens à laquelle sont conviés à s’inscrire les anciens qui n’ont pu assister à la réunion. Le Docteur Frugier, qui en fut nommé président, par quelques mots plein de cordialité et de sagesse remercia en précisant encore l’action des écoles libres et en assurant ses camarades de tout le dévouement dont il serait capable. On applaudit comme il convenait à cette improvisation si pleine de cœur qu’il est malheureusement impossible de reproduire in extenso.

On promit de recommencer et de se retrouver plus nombreux encore l’an prochain à une époque plus favorable pour les agriculteurs, retenus en cette saison par les travaux des champs.

Voici la constitution du Bureau :

Président d’honneur : Mr. le Curé-Doyen

Mr. Bachellerie Directeur.

Président :                          Le Docteur Frugier

Vice-Présidents :              Antonin Delaty, Mr. Papel

Trésorier :                           Eugène Lelong.

Secrétaires :                       Louis Mouret, Albert Fouillaud.

Conseillers :                       Mr. Baptiste Lelong, Jérémie Jourde, Albert Adam, Pierre Chatard, Pierre Delhoménie, Jean Sanciaud, Henri Papel, René Delaty, Marcel Morello. »

En parcourant les autres discours on trouve la liste des anciens directeurs et enseignants : MM. Florentin, Ulrich, Colomb et Bachellerie.

Les bâtiments du couvent ont été vendus à Monsieur Bitaud. Il  y a transféré son commerce de quincaillerie et l’école des filles est passée dans l’ancienne école du Sacré Coeur comme on le voit sur cette carte postale:

Les élèves sont peux nombreux. Si l’on compare le nombre des enfants inscrits au catéchisme en octobre 1932 on compte 3 garçons et 4 filles en première année, 6 garçons et 7 filles en deuxième année. Comme tous les élèves de l’école libre doivent suivre la catéchisme on peut en déduire que les effectifs de l’école sont égaux à ceux du catéchisme.

  • L’école de filles des sœurs de l’enfant Jésus.

On trouve la trace de la demande de création d’une école religieuse, sans doute pour les filles puisque l’école de garçon existe, dans une lettre du Frère Louis-Marie de l’Institution des Frères Maristes à Notre Dame de l’Hermitage de Saint Chamond. Le 17 aout 1854 il écrit à Madame de Livron, née de Nexon, à Nexon. Sa lettre est une réponse à sa demande de créer un établissement à Nexon. Voici sa réponse :

« Madame,

En réponse à votre honorée lettre du 8 de ce mois, je vous adresse le prospectus de nos conditions pour un établissement. Je vous les donne pour trois frères (le traitement est de 1.500 fr.), car nous ne pourrions pas consentir à commencer par deux seulement à une si grande distance de la Maison-Mère.

Vous verrez aussi par les dimensions des salles pour les classes et par l’énumération des pièces nécessaires au logement des frères que le local que vous avez en vue ne pourrait pas convenir.

Vu ces difficultés je suspendrai l’inscription de votre demande jusqu’à ce que vous m’ayez écrit. Dans tous les cas, il nous serait impossible, faute d’un nombre suffisant de sujets, de faire votre établissement cette année, ni même l’année prochaine ; à moins, pour 1855, qu’il ne se présente dans de bonnes conditions et que la Providence nous ménage quelques ressources plus qu’ordinaires. Nous sommes bien décidés à faire toujours tout ce qui dépendra de nous pour répondre à vos pieux désires.

Veuillez agréer, etc. …

  1. Louis-Marie.

ND Hermitage »

L’école de filles se tenait dans le bâtiment appelé « l’ancien couvent ». Le bâtiment de l’école des garçons et celui de l’école de filles se touchent. Ils sont séparés de la rue par un long mur de pierre tel qu’on le voit sur la carte postale ci dessous. Les personnes sur la rue viennent de la gare et se dirigent vers le bourg.

A droite , au premier plan l’école de filles, au fond l’école de garçon.

Je n’ai pas encore trouvé la date précise d’ouverture de l’école de filles à Nexon. La certitude c’est qu’il s’agissait d’une école congrégationiste car il n’y avait pas d’école communale pour les filles. La Troisième république va faire changer cette situation en incitant les communes à construire des écoles. La loi du 1 juin 1878 contraint la commune de devenir propriétaire de l’immeuble où s’organise une école publique et crée une Caisse pour la construction des écoles chargée « de délivrer aux communes les subventions qui leur auront été accordées » (article 7).

Le poids de l’Etat va encore s’accroitre avec la nomination de Jules Ferry à la tête du ministère de l’Instruction Publique le 4 février 1879. Les plus connues des lois qu’il a défendu au Parlement sont celles sur la gratuité de l’enseignement primaire dans les écoles publiques (loi du 16 juin 1881) et celle relative à l’obligation, pour les enfants des deux sexes, de fréquenter l’école de 6 à 13 ans (loi du 28 mars 1882 sur l’enseignement primaire obligatoire).

Il n’est alors pas étonnant de trouver des courriers des représentants de l’Etat pour inciter les maires à faire construire une école.

Ainsi le 24 février 1882 le sous-préfet de Saint Yrieix écrit au maire de Nexon pour lui demander de construire une école communale de filles. En effet l’école de filles est logée dans le bâtiment d’une congrégation religieuse. Celle-ci a accepté de s’installer à Nexon à la condition que des membres de cet ordre soient nommées institutrices communales. Le sous-préfet insiste sur la nécessité pour la commune d’être propriétaire de son école car la congrégation pourrait du jour au lendemain priver la commune d’école publique en lui retirant l’usage de ses locaux. La commune ne pourrait sans doute pas trouver rapidement un autre bâtiment. Mais la construction par la commune est nécessaire pour un autre motif, il faut « que l’autorité préfectorale et l’autorité universitaire aient sur le personnel et l’enseignement l’action et le pouvoir que la loi leur a attribuées. »

Le 27 août 1882, le sous-préfet refuse la création d’un poste pour une seconde institutrice pour l’école de filles en arguant d’une superficie insuffisante pour deux classes et surtout parce que « la création d’un poste d’adjointe, serait donner … une sanction officielle à une situation évidemment défectueuse ». Le sous-préfet termine en rappelant « une nouvelle fois de plus, la nécessité de construire une école de filles ».

Le 25 septembre 1883, l’Inspecteur d’académie de la Haute-Vienne écrit au préfet du département pour lui demander d’inviter la commune de Nexon à construire une école de garçons et ensuite d’affecter le bâtiment occupé actuellement par les garçons à l’école de filles. Dans son courrier l’Inspecteur d’académie rappelle que la commune de Nexon compte 526 enfants d’âge scolaire, 269 garçons et 257 filles, et qu’elle ne possède qu’une maison d’école pour les garçons.

On trouve dans le cimetière de nexon un vieille tombe où sont enterrées deux religieuses : Sœur Elidie décédée le 1er novembre 1857 et Sœur des Anges décédée le 11 octobre 1865 âgée de 32 ans.

 – la marche vers la laïcisation de l’enseignement

 

La loi Goblet du 30 octobre 1886 prolonge la loi de 1882 et confie à un personnel exclusivement laïque l’enseignement dans les écoles publiques. Les religieux et religieuses des congrégations enseignantes ne peuvent plus exercer dans les écoles communales.

A Nexon, il faut donc que la commune crée une école de fille pour se mettre en conformité avec ces lois.

Je n’ai pas trouvé d’injonction de l’Etat dans ce sens avant un courrier du Préfet de la Haute-Vienne Edgar Monteil en date du 15 octobre 1901, annonçant au maire que conformément aux différentes lois citées précédemment, « l’école de fille va être laïcisée. » Le maire est prié « de rechercher immédiatement un immeuble que la commune prendra en location pour l’installation de la nouvelle école ». La commune devra également acquérir le mobilier scolaire si elle ne le possède pas déjà.

Le maire ayant demandé un délai jusqu’à la construction d’un groupe scolaire, le préfet lui écrit le 6 novembre 1901 en le mettant en demeure de louer un local sous 3 jours. Si la municipalité ne répond pas positivement à cette injonction le préfet agira d’office.

La réponse du maire est tout aussi ferme. Il écrit le 10 novembre « le conseil municipal n’admet pas que du jour au lendemain vous l’obligiez à laïciser l’école sans savoir si on pourra trouver un local… »

La presse catholique nationale s’empare de l’affaire et le journal La Croix du 17 novembre 1901 écrit : « M. Monteil, l’homme aux fiches, le célèbre préfet de la Haute-Vienne, avait ordonné au Conseil municipal de Nexon de trouver, dans les quarante-huit heures, un local pour les institutrices laïques qu’il allait envoyer pour remplacer les religieuses, très populaires et depuis longtemps dévouées à la jeunesse du pays

Après un moment de faiblesse, le maire et les conseillers se sont ressaisis, nous dit la Croix de Limoges. Ils ont répondu qu’ils ne se mêleront de rien et que le préfet peut venir lui-même, s’il le veut, chercher et louer la maison qui lui plaira. Si le préfet envoie son institutrice, elle est exposée à coucher dehors. »

Le préfet Monteil avait déjà été critiqué dans le même journal le 10 mars 1901 : « LES BOUFFONNERIES D’UN PREFET – La Croix de Limoges avait fait de larges emprunts aux œuvres littéraires de son préfet, M. Edgar Monteil, afin de prouver que la plume qui signe en ce moment des arrêtés aussi extravagants que sectaires était exercé jadis à des œuvres tout aussi recommandables et qui faisaient pressentir le préfet actuel.

Ces citations étaient-elles désagréables à M. Edgar Monteil ou a-t-il été poussé par la pénurie de son budget ? On ne sait. Mais il vient de demander à la Société des gens de lettres de poursuivre la Croix de Limoges en payement des emprunts faits à sa littérature.

C’est une bouffonnerie de plus à l’actif de M. Edgar. »

Finalement le 30 novembre un bail est signé pour la location d’une partie de la maison de Madame Estier, route de la gare, en vue de l’installation de l’Ecole publique laïque de filles. Il est approuvé par le préfet le 3 décembre.

Mais cette location sera de courte durée puisque dans sa séance du 2 février, le conseil municipal décide de résilier le bail à compter du 1er mars 1902 et de louer l’immeuble Combellas. Madame Estier demande donc à la commune de lui payer 246,25 francs, prix de la location d’une partie de sa maison pour un trimestre et des frais afférents.

  • Les conséquences de la loi de 1901.

La Congrégation des Demoiselles de l’Institution dite de l’Enfant Jésus demande officiellement au sous-préfet de Saint Yrieix l’agrément pour son établissement de Nexon. Le 6 janvier 1902, le sous-préfet demande un avis rapide du Conseil municipal…

Comme cela c’est passé pour les garçons la Congrégation n’assure plus la direction de l’école… les écoles vont être créées par des particuliers. La Cour de cassation, dans son arrêt du 17 janvier 1902,  déclare que l’instituteur qui veut ouvrir une école libre n’a d’autre formalité à remplir que celle de la déclaration. Le maire va ainsi recevoir plusieurs lettres l’informant de l’intention de leur auteur d’ouvrir une école. Et conformément à la jurisprudence des tribunaux la seule déclaration suffisant, les écoles ouvrent…

Le 9 juin 1903, Laure Massy informe le maire de Nexon de son intention d’ouvrir une école primaire et une école enfantine dans l’établissement précédemment occupé par les religieuses de l’Institution de l’Enfant Jésus et dirigé par Madame Marie Prunière.

Le 4 août elle déclare qu’elle va ouvrir un pensionnat de jeunes filles dans l’école de Jeunes filles qu’elle dirige.

Le 27 août, Félicie Migaud informe le maire qu’elle ouvre une école primaire avec pensionnat et une école enfantine dans l’établissement dirigé par mademoiselle Massy.

  • Au cours de la guerre de 1914-1918,  Monsieur de Nexon fait installer 20 lits à l’école destinés aux militaires blessés. Un hôpital teporaire est créé. Un autre hôpital, bénévole celui-ci sera crée par madame de Nexon au château de La Garde.

 

Recto et verso de la carte postale écrite le 8 janvier 1916

Depuis la création de l’école communale pour les filles les effectifs sont faibles, moins de vingt élèves en général.

Années 1931-1932

L’école fermera définitivement en 1953. le bâtiment sera vendu et transformé en logements.

Bibliographie : Pour comprendre comment entre 1902 et 1910 on a assisté à la fin des écoles congréganistes et à la naissance de l’école libre sous diverses formes avant que s’opère une unification des différentes structures en une école catholique sous direction diocésaine on pourra lire la thèse de doctorat d’André LANFREY , publiée sous le titre « Sécularisation, séparation et guerre scolaire. Les catholiques français et l’école (1901-
1914). Paris, Le Cerf, 2003.

 

     Les présidents

1949 – 1953 : Jean BUSSIERE
1953 – 1954 : Maurice LAMBOTTE
1954 – 1957 : Jean CROUZILLAC
1957 – 1960 : Jean LASPOUGEAS
1960 – 1965 : Jean CROUZILLAC
1965 – 1972 : Jean LASPOUGEAS
1972 – 1981 : Robert FOUILLAUD
1981 – 1983 : Jean Pierre TIGOULET
1983 – 1985 : Achille THEODORESCO
1985 – 1987 : Claude OLIVERO
1987 – 1993 : Gilbert JOACHIM
1993- 1995 : Lucien MAZIERE
1995 – 2008 : Jean Pierre TIGOULET
2009- 2010 : Jean Pierre TIGOULET et Marcel JAVERLIAT
2010-2017 : Marcel JAVERLIAT

2017 – Jean-Luc BONNAFY

Saison 1950 -1951

Saison 1951 -1952

Saison 1952 -1953

Saison 1953 -1954

Saison 1954 -1955

Saison 1955 -1956

Saison 1956 -1957

C’est à cette époque que je commence à accompagner mon père au stade les dimanche après-midi. Quelques noms de joueurs sont restés gravés dans ma mémoire parmi lesquels celui de Jeannot ADAM qui a marqué le club, aussi bien comme joueur que comme dirigeant.

ASN 1956-1957

Saison 1957 – 1958

1957 58

Le Président Jean CROUZILLAC a le sourire. Le club est dynamique et vient d’accéder à la promotion de 1ère division. Pour leur plus grande part les joueurs sont originaire de Nexon ou des environs. Il est vrai que dans la commune il n’y a pas de chefs d’entreprise qui comme aux Cars ou à Cussac, deux clubs souvent adversaires de Nexon, font venir des joueurs de Limoges en leur offrant un emploi dans leur usine.

 

Saison 1958 – 1959

En vue du match du 21 septembre 1958 contre Les Cars les joueurs suivants sont convoqués : BARNABET, LAPLAUD, CHIBOIX, GIROUX, MAZABRAUD, C. MAGNAUD, GRIMPERELLE, M. MAGNAUD, FILLOUX, ANDRIEUX, PENOT, MASPATAUD. (Centre Presse-20 septembre 1958)

 

Saison 1959 – 1960

J’étais encore plus passionné car un des employés de mes parents, Henri PHELIPEAU, jouait dans l’équipe première. Attaquant très adroit il apportait son expérience et sa vision du jeu. Un jeune avant-centre, KADER, arrive au club et pendant plusieurs saisons il fait le bonheur de l’équipe. Robert THOUREAU, Bébert pour nous, ne chausse plus les crampons, du moins pour jouer en équipe première. Il met ses compétences rédactionnelles au service de l’administration du club.

1959-1960

asn-juin-1960-phelipeau-kader

Henri Phelippeau, Louis Desset, capitaine, Kader Labbas en Juin 1960

Banquet chez Léonie Adam

Saison 1960 – 1961

Banquet au restaurant Chaulet, la date n’est pas certaine. Sur la première photo,debout Kader Labbas un canotier sur la tête, Jean Ducaillou et Michel Voisin qui m’a passé ces photos, assis à gauche Daniel Limousin. Sur la deuxième photo, de gauche à droite : Riri Bertignac, J. P. Adam, D. Limousin, B. Tricard, Kader, H. Peyrat, J. Ducaillou, Baby Bertignac, Pierre Pradeau. Sur la troisième photo, sur la table : Jean Ducaillou, Kader et Jean Pradeau, maire de Nexon.

 

Saison 1961 – 1962

1961 1962

Président : Jean CROUZILLAC
Vices Présidents : Léon ADAM, René LOUIT, René REBIERE, R. ROBARD
Trésorier : Émile BUISSON
Trésoriers adjoints : A. BERTIGNAC, Robert FOUILLAUD
Secrétaire : Albert THOUREAU
Secrétaire adjoint : Edmond MAZABREAUD
Membres : Georges ANDRÉ, R. CHAULET, M. COMBACAL, JARRY, KADER, D. LAGORCE, PAYRAT, PICAT, Henri PHELIPPEAU, ROUSSE, SEGUE, SIMON, LAGNAUD.

L’équipe 1 est en deuxième division. Il y a une équipe réserve et une équipe de minimes. A la fin de la saison l’équipe 1 accède à la première division de district.

La page de Centre Ouest Football consacrée à l’ASN. Elle est financée par les encarts publicitaires pris par les commerçants.

Un jour de tournoi au début des années 1960. René REBIERE et Edmond MAZABRAUD sont a la sono. Au pied du camion Monsieur BUSSIERE discute tandis que le président CROUZILLAC est appuyé contre le camion.

Saison 1962 – 1963

Saison 1963 – 1964

Saison 1964 – 1965

1964 65

De nouveaux jeunes nexonnais entrent en équipe première, Jean Paul LASPOUGEAS, Jean Pierre VALETTE, Alain FOUILLAUD, Michel VOISIN… Les anciens comme Jeannot ADAM sont toujours là et le pied gauche de Claude MAGNAUD fait des ravages dans les défenses adverses.

Une nouvelle page de Centre Ouest Football consacrée à l’ASN.

Juillet 1965, l’ASN reçoit le Challenge du Fair-play

ASN 1965 Fair Play

ASN fair play papa alain et michelMon père et deux de mes frères assistent à la remise du challenge du Fair-play

 

Saison 1965 – 1966
5 équipes engagées :
– l’équipe première évolue en 1ère Division
– la réserve 1 est engagée dans le même championnat
– la réserve 2 joue en 5ème Division
– 2 équipes de cadets (A et B) voient le jour.
Si le recrutement de l’équipe 1ère est resté calme, 4 joueurs nouveaux, des signatures relativement nombreuses ont été enregistrées en réserve. Cela a permis aux différentes formations de ne pas manquer d’éléments et de combler les lacunes de la saison précédente.
Le bureau, pour cette saison, se présente de la façon suivante :
Présidents d’honneur : J. BUSSIERE- A. LONGEQUEUE.
Président actif : J. LASPOUGEAS.
Vice-présidents : L. ADAM – L. NYS.
Secrétaires : A. THOUREAU – C. MAGNAUD.
Trésoriers : E. BUISSON – P.J. LACORE.
Membres : G. ANDRÉ, J.P. ADAM, A. BERTIGNAC, L. BREGEON, A. CHAULET, M. COMBACAL, R. DUGUET, F. ERBAULT, P. FORTIER, R. FOUILLAUD, P. JOACHIM, M. LAGNEAU, B. LASPERAS, E. MAZABRAUD, G. PAYRAT, C. PILLARD, J. PRADEAU, P. PRADEAU, A. RATINAUD, A. REBEYROL, R. REBIERE, L. ROUSSE, P. SENAMAUD, R. VILLENEUVE.
La pharmacie est confiée, comme chaque saison, à René LASPOUGEAS.

Saison 1966-1967

Présidents d’honneur : J. BUSSIERE – A. LONGEQUEUE – M. DEBELEIX.
Président actif : J. LASPOUGEAS.
Vice-présidents : L. ADAM – L. NYS.
Secrétaires : A. THOUREAU – C. MAGNAUD.
Trésoriers : E. BUISSON – P.J. LACORE.
Membres : G. ANDRÉ, J.P. ADAM, A. CHAULET, CLAVAUD, R. DUGUET, F. ERBAULT, J.P. GIRY, P. JOACHIM, M. LAGNEAU, MAURILLEGANT, E. MAZABRAUD, PICAT, C. PILLARD, J. PRADEAU, P. PRADEAU, A. REBEYROL, R. REBIERE, L. ROUSSE, A. VILLENEUVE, R.VILLENEUVE.

1967 68

1966 67Photo publiée dans Centre Presse le 26 mai 1967

Une saison qui se termine par le titre de Champion de la Haute-Vienne de 1ere division et la montée en promotion de Ligue. Parmi les joueurs plusieurs ont 20 ans ou moins: Patrice VALETTE, Guy LASCAUX, Alain FOUILLAUD, Claude BARRIÈRE, Jean Marie DESSELAS. Albert MORELON est le capitaine entraîneur. Après plusieurs saisons à Nexon il ira apporter ses compétences au Limoges FC puis dans d’autres clubs de la Haute-Vienne.

Le club compte près de 80 licenciés qui opèrent dans 5 équipes : 3 équipes seniors, 1 équipe de cadets, 1 équipe de minimes.

jean laspougeas

Saison 1967 – 1968

Renforts de FAUCHER et MASSALOUX (A.S. Aixoise) et JAMMES (ASPTT). Albert MORELON est joueur et entraîneur.
A la fin de la saison l’équipe 1 descend en 1ère division.

R Duguet 1967 68Raymond DUGUET, responsable des jeunes

 

Saison 1968 – 1969

Elle se termine par une 5ème place en 1ère division pour l’équipe première.

Saison 1969-1970

1969 70

L’équipe 1ère termine la saison deuxième de sa poule avec la meilleure défense. Elle a été éliminée en 8ème de finale de la Coupe du centre-Ouest par Saintes qui jouait en Division d’Honneur. Les frères VALETTE sont en attaque. Ils ont vu arriver un jeune barbu, excellent technicien amené par A. MORELON, Dany JAMIN.  Le jeune Gilbert JOACHIM, encore cadet fait son entrée en équipe première. Sur la gauche de la photo on voit M. Jean BUSSIERE, premier président du club, alors dirigeant.

L’équipe 2 accède à la 2ème division de district.

En cadet plusieurs jeunes se distinguent parmi lesquels Gilbert JOACHIM, déjà cité, Christian BUISSON, Pierre PERRIER…

 

Saison 1970 -1971

Cette saison est à marquer d’une pierre blanche car l’équipe première termine première de sa poule, s’adjuge le titre de champion du District de la Haute –Vienne et monte en promotion de Ligue.

1970 71

Les buts sont gardés par un goal expérimenté, PERRIER, protégés par une défense aguerrie ou l’on trouve Michel VOISIN, Jean Marie DESSELAS, Patrice VALETTE et le jeune Jean Pierre TIGOULET, qui 10 ans plus tard sera président du club. En attaque le virevoltant Dany JAMIN, bien servi par Jean Paul LASPOUGEAS, Jean Claude BARRIERE et MEDEREL.

 

Saison 1971 – 1972

1971 72

C’est presque la même équipe que la saison précédente. Parmi les nouveaux, un attaquant, MEDEUF.

 

 


Saison 2000 – 2001

L’équipe A accède à la division d’Excellence, l’équipe b est en promotion de première division et l’équipe C en promotion de deuxième division.

Président : Jean Pierre TIGOULET

Vice-président délégué : Jacques BARRY
Vice-présidents : Jean Pierre ADAM et Claude OLIVERO
Secrétaire : Marcel JAVERLIAT
Secrétaires adjoints : Martine ROUGERIE et Pierre JENESTE
Trésorier : Lucien GRATADE
Trésoriers adjoints : Patrice JAMIN et J-Marie PARTHONNAUD

Saison 2001 – 2002

L’équipe A se maintien en Excellence tandis, l’équipe B redescend en deuxième division et l’équipe C se maintien en promotion de deuxième division.

Président : Jean Pierre TIGOULET

Vice-président délégué : Jacques BARRY
Vice-présidents : Jean Pierre ADAM et Raymond DUGUET
Secrétaire : Marcel JAVERLIAT
Secrétaires adjoints : Martine ROUGERIE et Pierre JENESTE
Trésorier : Lucien GRATADE
Trésoriers adjoints : Patrice JAMIN et J-Marie PARTHONNAUD

Membres : Philippe ADAM, Kamel AMRI, Régis AUXEMERY, Raymond BONNAUD, Gérard BONNET, Frédéric BOSSELUT, Jacques BOULESTIN, Dominique BRETON, Joël CATINAUD, Gilles COUADE, Michel DELOMENIE, Bernadette DESCHAMPS, Daniel DITLECADET, Sylvain DUVERDIER, Anibal FERREIRA, David GRASSAUD, Henri GUYOT,  Jean Jacques JAVERLIAT, Robert JENESTE, Yves LABRUNE,  Paul LACORE, Jean Pierre LATOUR, Stéphane LEGROS, André LEYMARIE, Gérald MAROTTA, Marcel MICHAUD, Jean Claude NORMAND, Philippe NOUHAUD, Hervé ORLIANGE, Jean Michel PRADEAU, Gérard RIVET, Fabrice ROULAUD, Claude VALARY et Maurice VILLENEUVE.

Saison 2002 – 2003

L’entraîneur du club est Thierry FERNIER. Marcel JAVERLIAT qui assurait la responsabilité de l’équipe B abandonne cette fonction pour des raisons professionnelles. Il est remplacé par Mickaël AMRI qui revient au club.

Président : Jean Pierre TIGOULET

Vice-président délégué : Jacques BARRY
Vice-présidents : Jean Pierre ADAM

Chargé de mission : Raymond DUGUET
Secrétaire : Marcel JAVERLIAT
Secrétaire adjoint : Martine ROUGERIE
Trésorier : Lucien GRATADE
Trésoriers adjoints : Corinne FAUCHER et J-Marie PARTHONNAUD

Membres : Philippe ADAM, Kamel AMRI, Régis AUXEMERY, Eric BONAFY, Raymond BONNAUD, Gérard BONNET, Frédéric BOSSELUT, Dominique BRETON, Joël CATINAUD, Gilles COUADE, Bernadette DESCHAMPS, Daniel DITLECADET, Sylvain DUVERDIER, Thierry FERNIER, Anibal FERREIRA, David GRASSAUD, patrice JAMIN, Jean Jacques JAVERLIAT, Pierre JENESTE, Robert JENESTE, Paul LACORE, Jean Pierre LATOUR, Stéphane LEGROS, André LEYMARIE, Gérald MAROTTA, Marcel MICHAUD, Jean Claude NORMAND, Philippe NOUHAUD, Philippe NURY, Jean Michel PRADEAU, Gérard RIVET, Fabrice ROULAUD, Claude VALARY.

Entraîneur : Jacques BOULESTIN

Saison 2003 – 2004

Saison 2004 – 2005

Saison 2005 – 2006

L’équipe A termine 4ème de première division. L’équipe B termine 6ème en troisième division et l’équipe C, 10ème en cinquième division.

Les jeunes de 15 ans terminent 1er de leur poule en promotion et gagnent le titre de champion de la Haute-Vienne

Saison 2006 -2007

L’équipe A évolue en première division, entraînée par Thierry FERNIER. Elle termine la saison à la 11ème place du championnat de 1ère division (ex Excellence). Un changement de coach a lieu en cours de saison avec l’arrivée de Bernard MADIGOUT. L’équipe B évolue en 3ème division. Elle est dirigée par Jean Luc DESCHAMP. La saison n’a pas été brillante et le nombre des défaites dépasse celui des victoires ; En terminant 10ème de sa poule l’équipe est reléguée en quatrième division. L’équipe C dispose d’un faible effectif et joue en 5ème division. Elle termine difficilement la saison, grâce aux vétérans qui pallient l’absence de certains jeunes licenciés.

2007 2008

L’approche de la Coupe du monde de football suscite des vocations ce qui se traduit par un afflux de jeunes à l’Ecole de football.

Le club s’est vu confier l’organisation le 5 mai 2007, de la finale de la coupe du centre-Ouest couplée avec la journée des bénévoles.

Présidents : Jean Pierre TIGOULET

Vice-présidents délégués : B. MADIGOUT, J.M. PRADEAU

Vice-présidents : Jean Pierre ADAM et J-Luc BONAFY
Secrétaire :  Régis AUXEMERY
Secrétaires adjoints : P. HAEFLIGER et F. ROULEAU
Trésorière : C. FAUCHER

Trésoriers adjoints : Lucien GRATADE et J-Marie PARTHONNAUD
Membres : Kamel AMRI, Pierre BOISSIERE, Eric BONAFY, N. BONAFY, Raymond BONNAUD, Gérard BONNET, Sébastien BONNET, Lionel CALOIN, Jean Luc DESCHAMPS, S. DUVERDIER, Youssef  EL HAFIANE, Th. FERNIER, P. JAMIN, Pierre JENESTE, Robert JENESTE, Paul LACORE, Guy LATOUR, Serge LEGROS, Muriel MAURY, Stéphane MAUSSET, M. MICHAUD, Cyril NORMAND, Jean Claude NORMAND, P. NURY, B. PARTHONNAUD, B. RIBET, J.M. THOMASSON.

Saison 2007 – 2008

Le club compte 210 licenciés : 32 débutants, 27 poussins, 14 benjamins, 20 « 13 ans », 8 « 15 ans », 18 « 18 ans », 50 seniors, 7 vétérans et 45 dirigeants.

L’équipe A termine 6ème de sa poule en en championnat de deuxième division. C’est une saison au gout amère, avec une première partie de championnat attrayante mais une fin décevante. L’équipe B a créé la surprise en décrochant le titre de champion de la Haute-Vienne en quatrième division , fêtant ainsi son retour en troisième division. L’équipe C termine 10ème de sa poule, payant cette mauvaise place du fait de l’instabilité de son équipe, ses joueurs étant appelés à pallier les manques des équipes A et B.

Présidents : Jean Pierre TIGOULET

Vice-présidents délégués : B. MADIGOUT, J.M. PRADEAU

Vice-présidents : Jean Pierre ADAM et J-Luc BONAFY
Secrétaire :  Régis AUXEMERY
Secrétaires adjoints : F. ROULEAU et M. MAURY
Trésorière : C. FAUCHER

Trésoriers adjoints : Lucien GRATADE et J-Marie PARTHONNAUD
Membres : Kamel AMRI, Pierre BOISSIERE, Eric BONAFY, Nicolas BONAFY, Raymond BONNAUD, Gérard BONNET, Lætitia BONNET, Sébastien BONNET, Lionel CALOIN, Jean Luc DESCHAMPS, Youssef  EL HAFIANE, Patrice JAMIN, Robert JENESTE, Hervé LABREGERE,  Guy LATOUR, Jean-Pierre LATOUR,  Stéphane LEGROS, Muriel MAURY, Stéphane MAUSSET, Marcel MICHAUD, Cyril NORMAND, Jean Claude NORMAND, Paul NURY, Bernard RIBET, Jean-Marie THOMASSON, Jean-Yves THOUMIEUX, Arlette VIROULAUD.

Saison 2008 – 2009

Présidents : Jean Pierre TIGOULET

Coprésident : Marcel JAVERLIAT

Vice-président délégué : Jean Michel PRADEAU

Vice-présidents : Jean Pierre ADAM et Lucien GRATADE
Secrétaire :  Muriel MAURY
Secrétaires adjoints : Régis AUXEMERY et Jean Luc BONAFY.
Trésorière : Corinne FAUCHER

Trésoriers adjoints : Fabrice ROULAUD et Jean-Marie PARTHONNAUD
Membres : Kamel AMRI, Florian BARRAUD, Pierre BOISSIERE, Eric BONAFY, Raymond BONNAUD, Gérard BONNET, Lætitia BONNET, Sébastien BONNET, Lionel CALOIN, Christian CHAPELLE, Jean Luc DESCHAMPS, Youssef EL HAFIANE, Pierre GUINARD, Patrice JAMIN, Robert JENESTE, Hervé LABREGERE, André LACROIX, Guy LATOUR, Christian MAURY, Stéphane MAUSSET, Marcel MICHAUD, Pascal NAUD, Cyril NORMAND, Warhel OBEYD, Bernard RIBET, Jean-Marie THOMASSON.

L’entraîneur est remplacé par un trio qui assure l’entrainement et le coaching des trois équipes : Jean Luc DESCHAMPS, Florian BARRAUD et Kamel AMRI.

Saison 2009 – 2010
Présidents : Jean Pierre TIGOULET et Marcel JAVERLIAT
Vice-présidents : Jean Pierre ADAM et Lucien GRATADE
Secrétaire : Muriel MAURY
Secrétaires adjoints : J-Luc BONAFY et Hervé LABREGERE
Trésorier : Patrice JAMIN
Trésoriers adjoints : J-Marie PARTHONNAUD et Fabrice ROULAUD
Vérificateurs aux comptes : Marcel MICHAUD et Jean Jacques JAVERLIAT
Membres : Xavier ADAM, Kamel AMRI, Régis AUXEMERY, Florian BARRAUD, Pierre BOISSIERE, Eric BONAFY, Raymond BONNAUD, Gérard BONNET, Lætitia BONNET, Sébastien BONNET, Lionel CALOIN, Christian CHAPELLE, Jean Luc DESCHAMPS, Olivier GIBAUD, Pierre GUINARD, Youssef EL HAFIANE, Pierre JENESTE, Robert JENESTE, Catherine LABREGERE, André LACROIX, Guy LATOUR, Jean Pierre LATOUR, Christian MAURY, Stéphane MAUSSET, Cyril NORMAND, Warhel OBEY WAYSSI, Bernard RIBET, Soazig SERVOUZE et Jean Yves THOUMIEUX.

Saison 2010 – 2011

L’équipe 1 se classe 7ème de sa poule en deuxième division de district. L’équipe 2 obtient le même classement en quatrième division.

Le 10ème tournoi national U15 et U17 s’est déroulé les 11 et 12 juin. Il a réuni 30 équipes
Président : Marcel JAVERLIAT
Vice-Président Délégué : Jean Pierre TIGOULET
Vice-Présidents : Jean Pierre ADAM – Kamel AMRI – Lucien GRATADE
Secrétaire : Muriel MAURY
Secrétaires adjoints : Jean Luc BONAFY – Hervé LABREGERE
Trésorier : Patrice JAMIN
Trésoriers adjoints : Jean Marie PARTHONNAUD – Fabrice ROULAUD
Membres : Xavier ADAM, Djimet ADOUM, Florian BARRAUD, Eric BONAFY, Raymond BONNAUD, Gérard BONNET, Sébastien BONNET, Lætitia BONNET, Lionel CALOIN, Christian CHAPELLE, Jean Luc DESCHAMPS, Olivier GIBAUD, Robert JENESTE, Pierre JENESTE, Cathy LABREGÈRE, André LACROIX, Guy LATOUR, Jean Pierre LATOUR, Christian MAURY, Stéphane MAUSSET, Cyril NORMAND, Warhel OBEYD, Thierry PONTOIZEAU, Emmanuel RAYMOND, Bernard RIBET, Soazig SERVOUZE, Frédéric THÉVENY, Régis AUXEMERY, Cécile VIAUX.

L’assemblée générale a lieu le Vendredi 24 juin 2011. Après la lecture du bilan moral par Muriel MAURY et du bilan financier par Patrice JAMIN qui laisse apparaître une trésorerie saine avec un équilibre des comptes parfait, l’assemblée enregistre le souhait de Jean Pierre TIGOULET, et de Muriel MAURY de prendre un peu de recul dans le fonctionnement du bureau tout en continuant à participer à la vie du club.

Philippe NOUHAUD est félicité pour sa médaille district joueur et l’accomplissement de toute sa carrière de footballeur à l’AS NEXON

Saison 2011-2012

L’équipe 1 termine à la 2ème place de sa poule et accède à la première division. L’équipe 2 finit à la 5ème place.

Le tournoi national U15-U17 a été organisé pendant le weekend de la pentecôte, les 26 et 27 mai. Le nombre d’équipes invitées avait volontairement été réduit à 23. L’équipe U17 de l’école de foot du pays de Nexon a remporté la coupe.

U17 2011 2012L’équipe U17

Présidents d’honneur: Liliane JAMIN, Raymond DUGUET, Daniel FAUCHER, Claude JARRY- LACOMBE, Paul LACORE, René REBIERE et Albert THOUREAU
Président : Marcel JAVERLIAT
Vice-Président : Jean Pierre ADAM, Kamel AMRI, Lucien GRATADE
Secrétaire : Jean Luc BONAFY
Secrétaires adjoints : Muriel MAURY, Hervé LABREGERE
Trésorier : Patrice JAMIN
Trésoriers Adjoints : Jean–Marie PARTHONNAUD, Fabrice ROULAUD
Membres : Xavier ADAM, Djimet ADOUM, Florian BARRAUD, Pierre BOISSIERE, Eric BONAFY, Raymond BONNAUD, Gérard BONNET, Lætitia BONNET, Sébastien BONNET, Lionel CALOIN, Christian CHAPELLE, Yannick CHARTAGNAC, Jean Luc DESCHAMPS, Youssef El HAFFIANE, Olivier GIBAUD, Jean-Jacques JAVERLIAT, Pierre JENESTE, Robert JENESTE, Catherine LABREGERE, André LACROIX, Annie LACROIX, Guy LATOUR, Jean Pierre LATOUR, Jean-Michel MAZEAUD, Christian MAURY, Stéphane MAUSSET, Marcel MICHAUD, Cyril NORMAND, Warhel OBEYD WAYSSI, Thierry PONTOIZEAU, Bernard RIBET, Soazig SERVOUZE, Frédéric THEVENY, Jean Pierre TIGOULET, Cécile VIAUX.
Vérificateurs aux comptes : Marcel MICHAUD, Jean-Jacques JAVERLIAT.
Entraîneur : Frédéric THEVENY

Saison 2012 – 2013

Avril 2013, décès de Raymond DUGUET qui a joué un rôle important à l’ASN et plus largement pour le football en Haute-Vienne. En effet il a présidé le district de football de la Haute-Vienne pendant plusieurs années.

L’équipe A termine à la 7ème place de la première division de la Haute-Vienne. L’équipe B se classe 8ème. Le club compte 192 licenciés, soit 6 de plus que la saison précédente.

Le 12ème tournoi national U15-U17 a réuni 21 équipes pour le weekend de pentecôte. La pluie qui a perturbé la fête n’a pas empêché l’équipe U17 du Pays de Nexon de remporter pour la 2ème fois consécutive la coupe.

Président : Marcel JAVERLIAT
Vice-Président : Jean Pierre ADAM, Kamel AMRI, Lucien GRATADE
Secrétaire : Jean Luc BONAFY
Secrétaires adjoints : Muriel MAURY, Pierre BOISSIERE
Trésorier : Patrice JAMIN
Trésoriers Adjoints : Jean–Marie PARTHONNAUD, Fabrice ROULAUD
Membres : Xavier ADAM, Djimet ADOUM, Florian BARRAUD, Eric BONAFY, Raymond BONNAUD, Gérard BONNET, Lætitia BONNET, Sébastien BONNET, Lionel CALOIN, Christian CHAPELLE, Yannick CHARTAGNAC, Jean Luc DESCHAMPS, Pascal DUCOURANT, Olivier GIBAUD, Jean-Jacques JAVERLIAT, Pierre JENESTE, Robert JENESTE, Catherine LABREGERE, Hervé LABREGERE, André LACROIX, Annie LACROIX, Christophe LAFAYE, Guy LATOUR, Jean Pierre LATOUR, Christian MAURY, Jean-Michel MAZEAUD, Marcel MICHAUD, Warhel OBEYD WAYSSI, Thierry PONTOIZEAU, Bernard RIBET, Soazig SERVOUZE, Frédéric THEVENY, Jean Pierre TIGOULET, Cécile VIAUX, Michel VILLENEUVE.

Saison 2013 – 2014

Le 6 octobre 2013 l’ASN a reçu un équipement de maillots et shorts pour l’équipe première offerts par Groupama.

2013 2014 Groupama

Le club compte 179 licenciés, en baisse de 13 par rapport à la saison précédente.

L’équipe 1 a réalisé une excellente saison et se classe 1ère de sa poule et championne de la Haute-Vienne de première division. Elle retrouve, trente ans après, le championnat de ligue. Cette réussite est due, outre aux mérites des joueurs, à la qualité du travail réalisé par l’entraîneur, Frédéric THEVENY depuis 5 ans.

2013 2014

L’équipe 2 termine à la 5ème place et assure son maintien en 4ème division.

Le 13ème tournoi national U15-U17 a réuni 18 équipes sur les 20 invitées pendant le weekend de pentecôte les 7 et 8 juin.

Président : Marcel JAVERLIAT
Vice-Président : Jean Pierre ADAM, Kamel AMRI, Lucien GRATADE
Secrétaire : Jean Luc BONAFY
Secrétaires adjoints : Pierre BOISSIERE, Fabrice ROULAUD
Trésorier : Patrice JAMIN
Trésorier Adjoint : Jean–Marie PARTHONNAUD

Membres : Xavier ADAM, Djimet ADOUM, Florian BARRAUD, Eric BONAFY, Raymond BONNAUD, Gérard BONNET, Lætitia BONNET, Sébastien BONNET, Lionel CALOIN, Christian CHAPELLE, Yannick CHARTAGNAC, Jean Luc DESCHAMPS, Pascal DUCOUVENT, Olivier GIBAUD, Jean-Jacques JAVERLIAT, Pierre JENESTE, Robert JENESTE, Catherine LABREGERE, Hervé LABREGERE, André LACROIX, Annie LACROIX, Thomas LACROIX, Guy LATOUR, Jean Pierre LATOUR, Alain MAGNAUD, Christian MAURY, Muriel MAURY, Jean Michel MAZEAUD, Marcel MICHAUD, Warhel OBEYD WAYSSI, Julien PICHOU, Thierry PONTOIZEAU, Bernard RIBET, Frédéric THEVENY, Jean Pierre TIGOULET, Cécile VIAUX, Michel VILLENEUVE.

Saison 2014-2015

L’équipe 1 évoluait en ligue après 30 ans de diète ; deux objectifs avaient été fixés : pour l’équipe fanion le maintien, et pour l’équipe 2 la montée en 3e division. Ils ont été plus que réussi. L’équipe réserve encadrée par Bernard RIBET, Robert JENESTE, Fabrice ROULAUD et Sébastien BONNET, a terminé 2e de sa poule et accède donc à la 3e division.
Quant à l’équipe 1 encadrée par Frédéric THEVENY, Alain MAGNAUD et Jean-Luc DESCHAMPS, elle a assuré son maintien en finissant 5e de sa poule. Elle a, de plus, effectué un très long parcours en coupe du Centre Ouest où elle ne s’est inclinée qu’en 8e de finale.

L’AS Nexon fournit le plus gros potentiel de l’effectif de l’École de football. Elle était représentée dans toutes les catégories et même par plusieurs équipes dans certains niveaux. Seuls les U19 n’ont pas été engagés par insuffisance d’équipes en Limousin.

fair play 2014 2015

Jeu de maillots offert par le district et le conseil général de la Haute-Vienne pour la 1ère au challenge fair-play

Président : Marcel JAVERLIAT
Vice-présidents : Kamel AMRI, Lucien GRATADE
Secrétaire : Jean-Luc BONAFY
Secrétaires adjoints : Fabrice ROULAUD, Pierre BOISSIERE
Trésorier : Patrice JAMIN
Trésoriers adjoints : Alain MAGNAUD, Pierre JENESTE.

Membres: Xavier ADAM, Jean François ANDRIEUX, Djimet ADOUM, Eric BONAFY, Raymond BONNAUD, Gérard BONNET, Lætitia BONNET, Sébastien BONNET, Lionel CALOIN, Christian CHAPELLE, Yannick CHARTAGNAC, Jean Luc DESCHAMPS, Olivier GIBAUD, Jean-Jacques JAVERLIAT, Frédéric JAYAT, Robert JENESTE, Catherine LABREGERE, Hervé LABREGERE, André LACROIX, Annie LACROIX, Thomas LACROIX, Guy LATOUR, Jean Pierre LATOUR, Christian MAURY, Muriel MAURY, Jean Michel MAZEAUD, Marcel MICHAUD, Warhel OBEYD WAYSSI, Jean Marie PARTHONNAUD, Julien PICHOU, Thierry PONTOIZEAU, Bernard RIBET, Frédéric THEVENY, Jean Pierre TIGOULET, Michel VILLENEUVE.

À l’ouverture de l’assemblée générale de la saison, en juillet 2015, le président Marcel JAVERLIAT demande une minute de silence à la mémoire de    Jean-Pierre ADAM décédé cette saison.

Adam 1957

Membre de l’A.S.Nexon depuis sa création en 1949, il a occupé d’abord le poste de joueur

ASN Adam 1983

puis ceux de dirigeant,secrétaire et vice-président, dernier poste qu’il tenait encore cette saison.

Le nombre de demande de licences validées est resté relativement stable avec 188 pour 179 la saison précédente.

Bilan financier. Le trésorier Patrice JAMIN annonce un déficit d’exercice important. Les 2 principales causes : la baisse des recettes des lotos et l’augmentation des frais liés à l’accession en ligue.

Saison 2015 – 2016

Le bureau reste inchangé.
Président : Marcel JAVERLIAT
Vice-présidents : Kamel AMRI, Lucien GRATADE
Secrétaire : Jean-Luc BONAFY
Secrétaires adjoints : Fabrice ROULAUD, Pierre BOISSIERE
Trésorier : Patrice JAMIN
Trésoriers adjoints : Alain MAGNAUD, Pierre JENESTE.

Saison 2016-2017

L’assemblée générale de fin de saison se déroule sans le président Marcel JAVERLIAT, absent pour raison de santé. La vice-présidente Muriel MAURY, préside la réunion.

Le bilan sportif est mitigé mais les deux équipes évoluant en 1 ère et 3 e divisions de District ont réussi à se maintenir.

Suite à la démission de certains membres du bureau pour raisons multiples, l’assemblée a élu un nouveau bureau.

Saison 2017-2018

Président : Jean-Luc BONAFY ;

Présidente déléguée : Muriel MAURY ;

Vice-présidents : Marcel JAVERLIAT, Lucien GRATADE ;

Secrétaire : Christian PARTHONNAUD ;

Secrétaire adjoint : Christian CHAPELLE ;

Trésorier : Kamel AMRI ;

Trésoriers adjoints : Cécile LATOUR, Alain MAGNAUD et Pierre JENESTE.

Le 27 septembre 2017, l’église de Nexon était tout juste assez grande pour contenir toutes les personnes venues rendre un dernier hommage à Marcel décédé dans sa 52 ème année. Secrétaire de l’AS Nexon de 1993 à juin 2005, co-président en juin 2009 avec Jean-Pierre Tigoulet, président en 2011 jusqu’en 2017 où la maladie ne lui a pas permis de poursuivre cette mission.

Le Populaire du Centre 26 octobre 2017

La page Face Book de l’ASN:

https://www.facebook.com/ASNexon87/

 L’Assemblée générale du 24 juin 2018.

Une présidente pour l’ASN : Muriel MAURY.

 

Le réseau ferroviaire du Limousin s’est constitué par étapes à partir de 1856, lorsque le 2 juin le premier train venant de Paris par Châteauroux est entré en gare de Limoges. En 1860 Limoges est une gare terminale et aucune grande ville du Limousin n’est desservie par le train.

 Limoges fut reliée à Toulouse avec l’ouverture du tronçon Toulouse – Lexos le 24 octobre 1864. Le tracé passait par Nexon, Périgueux, Brive et Capdenac, soit 824 km. Le trajet fut réduit à 755 km par l’ouverture du barreau Nexon – Brive, le 20 décembre 1875 puis à 713 km, sa longueur actuelle, avec l’ouverture du tronçon Limoges-Uzerche-Brive le 1 er juillet 1893.

Nexon est rapidement devenue un centre ferroviaire important du fait des deux embranchements vers Périgueux puis vers Brive.

La ligne Limoges – Nexon – Périgueux.

Le 30 mars 1853 est constituée la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France afin de réaliser la ligne de Limoges à Agen par Périgueux.

Une convention qui concède à titre définitif à la compagnie la ligne de Limoges à Agen est signée avec le ministre des Travaux publics les 2 février et 6 avril 1855. Elle est approuvée par décret impérial le 7 avril 1855. Mais rapidement la Compagnie Grand-Central connait des difficultés financières. Le 7 mars 1857 le conseil d’administration du Grand-Central accepte le principe d’une fusion avec le PO et le Lyon-Méditerranée. La ligne Limoges-Agen est confiée à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans.

Les travaux, commencés en 1856, se sont terminés en mai 1861 et la ligne est mise en service le 26 août 1861. D’une longueur de 97 km, cette ligne, non électrifiée, cette ligne a été mise à double voie en 1863. Son point le plus élevé se situe à 425 m d’altitude, sur la commune de Bussière-Galant, en limite des bassins versants de l’Isle et de la Vienne.

Neuf gares sont desservies entre Limoges et Périgueux : Beynac, Nexon, Lafarge, Bussière-Galant, La Coquille, Thiviers, Négrondes, Agonac et Château-L’Evêque. S’y ajouteront ensuite les gares de Mavaleix et de Chancelade.

En 1962, la deuxième voie a été déposée entre Nexon et Périgueux. Cependant plusieurs points de croisements sont prévus dans les gares.

Accidents

Le 15 novembre 1862, un train de voyageurs se dirigeant vers Limoges percute par l’arrière un train de marchandises sous un tunnel proche de la gare de Thiviers. Le garde-frein du train tamponné et le mécanicien du train de voyageurs meurent dans l’accident.

Le 30 octobre 1930, en pleine nuit, l’express Lyon-Bordeaux déraille près de la gare de Ligueux à la suite d’un affaissement de la voie en zone argileuse. Douze passagers et trois agents de la compagnie ferroviaire trouvent la mort dans cet accident.

Exploitation

Le 20 décembre 1875, une partie du trafic en direction de Toulouse a été détournée par la mise en service de la ligne de Nexon à Brive-la-Gaillarde.

Aujourd’hui la ligne a perdu de son importance. Jusqu’en 2004 elle était empruntée par les Turbotrains Lyon-Bordeaux. De 2004 à 2012 cet itinéraire a été desservit par des rames corail tractées par des BB 67000 puis ont circulées des rames X 72500. Cette liaison est suspendue depuis décembre 2012 entre Limoges et Lyon.

Du fait de la création de la région Nouvelle Aquitaine une liaison directe Bordeaux-Guéret est indispensable. La reprise du trafic entre Bordeaux et Montluçon, en passant par Guéret est prévue avant la fin 2018, la poursuite vers Lyon étant prévue pour plus tard.

Aujourd’hui cette ligne permet des liaisons TER entre Limoges et Périgueux et des liaisons Limoges-Bordeaux.

 

La ligne de Limoges – Nexon – Brive-la-Gaillarde.

En 1857, à la suite des difficultés financières de la Compagnie du Grand-Central de France, la Compagnie Paris à Orléans reçoit la concession d’une ligne « de Limoges à Brive ». Le but de cette nouvelle ligne est de réduire le temps de parcours au sud de Limoges en évitant de passer par Périgueux. La construction de la ligne entre Limoges et Brive est déclarée d’utilité publique par décret impérial le 17 mai 1865. Construite avec une seule voie, par souci d’économie, cette ligne a permis de réduire le temps de parcours entre Paris et Toulouse de 70 km par rapport à l’ancien itinéraire passant par Périgueux.

Le 5 janvier 1874 le conseil municipal demande que le raccordement de ligne de St-YRIEIX se fasse à Nexon et non à Lafarge. Le décret du 13 juin 1874 porte la décision du détachement du chemin de fer de Limoges à Brive, de la ligne de Limoges à Périgueux, à ou près de Nexon. Il corrige le décret du 17 mai 1865 dans ses dispositions contraires au nouveau décret.

Source: http: //florent.brisou.pagesperso-orange.fr/NN-BLG.pdf

Ce n’est pas la ligne la plus directe, puisqu’elle a un tracé occidental, mais elle dessert Saint-Yrieix où est exploité le kaolin. C’était l’opportunité de relier la région productrice avec Limoges, là où sont installées nombre de fabriques de porcelaine. Malgré la crainte des patrons d’exploitation de carrières de kaolin des Monts d’Ambazac, l’arrivée directe de kaolin de Saint Yrieix ne les concurrencera guère sur le marché de Limoges et n’aura aucun impact sur l’exportation du kaolin des Monts d’Ambazac hors du Limousin. Par contre de nouvelles manufactures de porcelaine se créeront à Limoges, du fait d’une arrivée plus importante et plus rapide de kaolin de Saint Yrieix.

La liaison Limoges-Brive par Nexon et Saint-Yrieix fut ouverte le 18 décembre 1875. Le convoi inaugural, composé d’une locomotive, son tender et sept wagons, partit en réalité de Brive à 9h25 pour arriver à Nexon à 17h44. La vitesse moyenne était de 27km à l’heure. Elle est mise en service le 20 décembre 1875 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO).

Jusqu’en 1893 elle accueillait l’important trafic voyageur et fret de l’axe Paris – Toulouse – Espagne avant d’être supplantée par la ligne Limoges – Brive via Uzerche.

Cachets de convoyeurs de la ligne Nexon-Brive

Un employé recueillait le courrier déposé dans les boites aux lettres des gares. Ils apposent un cachet formé d’un cercle à contour festonné ou ondulé sans circonférence intérieure. Il possède à partir de 1877 de deux cachets, un pour chaque direction. Sur la première ligne figure, à gauche, le numéro des départs quotidiens, 1°,2°,3°. A droite de ce numéro figure le quantième ; En dessous apparaissent les lettres du mois. Sur la troisième ligne figurent les deux derniers chiffres de l’année. Ce dernier nombre est souvent peu lisible.

Cachet Nexon -Brive

Cachet Brive – Nexon

Cachet premier jour pour le centenaire de la ligne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jusqu’en 1893 elle accueillait l’important trafic voyageur et fret de l’axe Paris – Toulouse – Espagne avant d’être supplantée par la ligne Limoges – Brive via Uzerche.

 

 


Le coup d’état du 2 décembre 1851

Dans la nuit du 1er au 2 décembre 1851 soixante mille hommes et plus de cent pièces d’artillerie occupent la capitale. Louis-Napoléon Bonaparte fait occuper toutes les imprimeries et seuls les journaux qui lui sont favorables peuvent paraître. Les cafés, lieux de discussion politique, et les écuries où l’on pourrait louer des chevaux pour fuir Paris sont fermés. Les chefs de l’opposition, républicaine ou monarchiste, sont arrêtés. L’état de siège est déclaré, l’Assemblée nationale est dissoute, le suffrage universel est rétabli et le peuple français est convoqué à des élections et à la préparation d’une nouvelle Constitution.

Après le coup d’État des députés tentent d’organiser la résistance. Martial Gaston Dussoubs (1815-1856) élu député démocrate socialiste le 13 mai 1849 ne peut y participer car il est malade. Son jeune frère Denis prend alors son écharpe et le 4 décembre il est sur la barricade. Il harangue les soldats comme Victor Hugo le raconte dans « Histoire d’un crime »: « Citoyens de l’armée écoutez-moi (…) savez-vous quel est l’homme qui vous parle en ce moment ? Ce n’est pas seulement un citoyen, c’est un législateur ! C’est un élu du suffrage universel ! Je me nomme Dussoubs, et je suis représentant du peuple. (…) c’est au nom de la loi que je vous somme de m’entendre. Soldats, vous êtes la force. Eh bien ! Quand la loi parle, la force écoute. » Victor Hugo poursuit : « Ce qu’il faut ajouter à ses paroles pour bien en comprendre l’effet, c’est l’attitude, c’est l’accent, c’est le tressaillement ému, c’est la vibration des mots sortant de cette noble poitrine, c’est l’autorité de l’heure et du lieu terrible. Il fut ardent, éloquent, profond, un juge pour Bonaparte, un ami pour les soldats. » Il parla ainsi pendant environ vingt minutes, puis descendit sans arme de la barricade pour aller au devant des soldats postés derrière celle située à une cinquantaine de mètres, dans un ultime espoir de fraterniser.

Là les récits divergent. Victor Hugo dit qu’il fut tué au moment ou il allait atteindre la barricade tenue par la troupe et qu’on aurait entendu le commandement du feu.  Victor Schœlcher dans « Histoire des crimes du 2 décembre » raconte qu’il fut abattu de deux balles dans la tête, au moment ou, sa tentative ayant échoué, il rejoignait la barricade des républicains, aucun ordre de feu n’ayant été entendu.

La mort de Denis Dussoubs

Année 1852

Le préfet de la Haute-Vienne, officier de la Légion d’Honneur,

Vu le décret du 29 décembre 1851,

Considérant que les cafés, cabarets et débits d’eau-de vie ci-après désignés ont été des foyers de propagande anarchique,

Arrête :

ART. 1er

Le café du sieur Passemard,

Le débit d’eau-de-vie du sieur Dupuy,

Le cabaret du sieur François Raffaillat,

Celui du sieur Frange (Antoine),

Celui de la veuve Pinet,

Tous ces établissemens situés à Saint-Yrieix.

Les cabarets du sieur Duché (Martial), à St-Germain,

Du sieur Bancaud (Jean), à Vicq,

Du sieur Pejou (Jacques), à Magnac-Bourg,

Du sieur Blanchard-Girout, à Chalus,

Le café du sieur Buisson (Léonard), dit Chapeloud, à Chalus,

Les cabarets du sieur Mazabraud (Pierre), à Nexon,

Du sieur Lagarde (Jean), à Nexon,

Le débit d’eau-de-vie du sieur Touyeras (Pierre), à Nexon,

Le cabaret du sieur Gizardin ainé à Lastour (commune de Rilhac-Lastour),

Du sieur Ventaux (Pierre), à La-Roche-Labeille,

Sont fermés et interdits définitivement.

ART. 2.

Le sous-préfet de Saint-Yrieix, MM. les maires des communes où sont situés lesdits établissements, et la gendarmerie sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté.

Limoges, le 19 mars 1852.

DE MENTQUE.

 

Le 27 Juin 1852, le Conseil fixe le prix des concessions dans le cimetière actuel à 20 francs le mètre carré et organise sa réglementation.

Un nouveau Maire.

Durant le second empire (1852-1871) Les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants. La durée de leur mandat est de 5 ans à partir de 1855. Ainsi le 17 juillet LIMOUSIN est nommé Maire et DEMAISON Guy Adjoint à charge de prêter serment et de faire l’inventaire des biens et mobiliers de la commune.

Le 19 septembre nouvelles élections municipales. Sont élus : FAURE Pierre Annet, DECOULHAC, CUBERTAFOND, DESMAISON, LELONG, GUYOT François, TARRADE Léon, BONNET, FRUGIER, GUYOT Jean, GIZARDIN, DERVAUD, DE VEYRINAS, DE GAY DE NEXON, FAURE Pierre.

Le Conseil adresse au Président de la République le message suivant :

« Le conseil de NEXON a voulu d’un geste unanime inaugurer la première séance d’installation en vous témoignant sa sympathie et sa vive reconnaissance pour les services remarquables que vous avez rendu au Pays par votre acte héroïque du 2 décembre. Le Conseil reconnaît et proclame hautement que depuis ce moment la confiance et le commerce, ces deux grands nerfs de la vie sociale ont pénétré partout, même dans nos campagnes. Il voit avec bonheur que leur idée de conciliation et d’union se font jour dans tous les esprits sages et éclairés, amis de leur pays. Désireux de voir notre Pays jouir avec calme de la Paix et de l’Ordre, source de tous les biens, et harmonisant ses désirs et sa voix sur la grande voix du Pays, il émet le vœu que le pouvoir soit assis sur une base forte et durable. »

 

2 décembre 1852 : RÉTABLISSEMENT DE L’EMPIRE

 

Le 5 décembre 1852 le Conseil Municipal, les fonctionnaires publics, les Gendarmes, l’instituteur, spécialement convoqués, se sont réunis sur la Place Publique où il a été lu au Peuple le décret selon lequel par la grâce de Dieu et la volonté nationale Louis NAPOLÉON BONAPARTE est EMPEREUR des Français sous le nom de NAPOLÉON III. Cette lecture a été suivie du cri de VIVE L’EMPEREUR, et la Ville a été illuminée.

Année 1853

Le 30 janvier 1853, l’Empereur Napoléon III épousait, en Notre-Dame de Paris, une aristocrate espagnole : Eugénie de Guzman, plus connue sous le nom de Montijo. Pour l’occasion, l’impératrice arbore une magnifique robe de velours blanc recouvert de dentelles.

Le 13 février 1853 , le Conseil félicite l’Empereur à l’occasion de son mariage et lui envoie le message suivant :

« SIRE

Votre cœur guidé par votre haute raison d’un coté et par votre politique de l’autre vous a dicté une union par laquelle nous vous portons nos sincères et humbles félicitations. Heureux dans toutes vos grandes entreprises, nous aimons à penser que la providence dans cette solennelle circonstance continuera de veiller sur vous, sur votre auguste compagne et sur toute la France sa nouvelle patrie.

C’est le vœu que nous adressons tous, sans cesse au ciel »

Le même jour le Conseil constate que le clocher de l’église menace ruine. Il décide de le faire réparer et vote 450 francs.

 

Le 13 novembre est voté un impôt extraordinaire de 20 centimes sur les quatre contributions pour secourir les pauvres de la commune mais cet impôt fut réduit à 0,15 centimes le 4 décembre par suite des difficultés d’imposition.

 

Année 1854

Projet de ligne de chemin de fer passant à Nexon.

Le 5 juillet 1854 ce fut la première délibération donnant un avis sur le passage de la ligne de Chemin de Fer dans la commune de NEXON. Cette ligne était appelée « Grand Central ». Il y avait trois projets présentés :

  1. un tracé par Nexon et St-Yrieix – Périgueux
  2. un autre par Nontron – Périgueux
  3. un autre par Thiviers

Le tracé par Nexon et St-Yrieix fut adopté et demandé à la mission nationale.

Le 8 octobre le conseil ajourne la création d’une Société de Secours Mutuel faute d’un assez grand nombre de membres honoraires.

Le 23 Novembre une partie de la place des Marronniers est cédée à Mr de Nexon et le produit de cette vente est affecté à la construction de la fontaine de la Place de l’Eglise.

Le conseil donne un avis favorable à la création de foires à la Roche l’Abeille et Château Chervix.

 

Année 1855

Le 14 Juin 1855, Napoléon III désigne comme Maire, LIMOUSIN Jean Baptiste et comme Adjoint, DESMAISON Guy, qui jurent fidélité et obéissance à l’Empereur.

Le 15 Août délibération imposant les chiens de chassé d’une taxe de 2 francs et ceux de berger de 1 franc.

Le 12 Novembre Mr de GAY de NEXON offre 1000 francs, Mr de VEYRINAS 500 francs, Mr LAFAYE du Brouillet 600 francs, et Mr MAZAUD à La Vigne 300 francs à la commune pour parfaire la subvention de l’Etat pour travaux d’utilité communale, notamment la réfection et construction de routes.

Le 14 Novembre Mr de GAY de NEXON prête une somme de 1000 francs au bureau de bienfaisance avec intérêt à 5%.

Le Maire taxe le pain tous les mois.

 

Année 1856

2 juin, arrivée du premier train de marchandises à Limoges. Les premier train de voyageur arrivera quinze jours plus tard en provenance d’Argenton sur Creuse.

Le 31 Août 1856 le Conseil désigne Mr NARJOUX architecte diocésain pour dresser le devis des réparations à effectuer à l’église.

 

Année 1857

Le 18 février le conseil vote 250 francs pour lutter contre la mendicité et rejette la nomination d’un garde champêtre.

Le 11 avril, rétrocession de la ligne Limoges-Nexon a la Compagnie Paris-Orléans.

Le 13 Mai, le Conseil décide la construction de WC à la Salle d’Ecole et vote une allocation de 150 francs à la Fabrique de l’Eglise.

Le 2 août le conseil décide de déplacer la fontaine Mazerolle qui se trouvait à cette époque dans le jardin Breuil (on y accédait par une venelle) et de la placer sur la place publique.

Le 1er novembre, Mgr DESPREZ, évêque de Limoges, autorise la création d’une maison de frères du Sacré Cœur de Paradis.

Le 22 novembre le Préfet ayant nommé d’office un Garde Champêtre, le Conseil fixe son traitement à 150 francs. Le Garde Champêtre se nommait Simon PENOT. Il prêta serment devant le Juge de Paix.

 

Année 1858

Le 4 août 1858 le Conseil approuve le devis de réparation à l’Eglise s’élevant à 11 900 francs et vote un impôt extraordinaire de 16 centimes le franc sur les plus imposés pour y faire face.

Le 8 Novembre, Mr VIGNERAS est nommé instituteur à Nexon.

 

Année 1859

Le 24 avril 1859 une somme de 211 francs 80 est votée à Mr DUTREIX, balancier à Limoges, pour réparations à la bascule publique. 800 francs sont votés pour les murs du cimetière.

 

Année 1860

Le 9 février 1860 le Conseil décide l’empierrement et le pavage des rues de Nexon et met cette dépense à la charge des riverains.

Le 10 mai le conseil regrette que la Gare de Nexon ne puisse être construite dans le bourg par suite du terrain, il accepte la construction à son lieu actuel.

Nomination du Maire

Le 14 juillet l’Empereur nomme comme Maire de Nexon Mr Jean Baptiste Limousin.

Le 12 Août il prête serment à l’Empereur et désigne Mr Guy DEMAISON comme adjoint, qui prête également serment.

Pour le 23 septembre, jour de Fête et de Comice Agricole, il est voté une somme de 150 francs.  Mrs De VEYRINAS et FRUGIER sont chargés d’en surveiller l’emploi.

Election au Conseil Municipal.

Sont élus : DEMAISON, LELONG, BONNET, GIZARDIN, FAURE Annet, FAURE Pierre, De GAY DE NEXON, TARRADE, FRUGIER, SENAMAUD, DECOULHAC, De VEYRINAS, Guy GUYOT, SIRIEIX, LIMOUSIN et CUBERTAFON. Ils prêtent serment à l’Empereur le 21 septembre.

 

Année 1861

Le 26 août 1861, ouverture de la ligne Limoges – Nexon – Périgueux.

Avec la mise en service de cette ligne, les transports de kaolin et de porcelaine de Saint Yrieix seront chargés sur des wagons en gare de Lafarge, cela ne concurrencera pas le kaolin des Monts d’Ambazac.

Le 2 mai 1855, une ligne de Limoges à Agen via Périgueux a été concédée à la Compagnie du Chemin de fer Grand Central. Cependant, suite à des difficultés financières, cette compagnie fut dissoute et la concession a été transférée le 19 juin 1857 à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans. Les travaux, commencés en 1856, se sont terminés en mai 1861. La ligne a été mise en service le 26 août 1861. En 1863, elle a été mise à double voie. Elle constituait à l’époque un maillon important de la ligne de Lyon à Bordeaux comme pour la liaison Paris – Toulouse qui s’effectuait via Périgueux. Le 20 décembre 1875, une partie du trafic en direction de Toulouse a été détournée par la mise en service de la ligne de Nexon à Brive la Gaillarde. Aux neuf gares d’origine comprises entre Limoges et Périgueux (Beynac, Nexon, Lafarge, Bussière Galant, La Coquille, Thiviers, Négrondes, Agonac et Château l’évêque) sont venues s’ajouter ensuite les gares de Mavaleix (sur la commune de Chalais) et de Chancelade, ainsi qu’un arrêt à Ligueux, en rase campagne. En 1962, la deuxième voie a été déposée entre Nexon et Périgueux.

 

 

Année 1862

Le 7 mai 1862 il est décidé d’aménager une deuxième classe dans les bâtiments de l’Hôtel de Ville et de faire réparer celles existantes qui sont très vétustes. 1000 francs sont votés à cet effet.

 

Année 1863

Le 30 octobre 1863, Louis NADAUD est nommé instituteur à Nexon.

 

Année 1864

Le 15 avril 1864, Jean DUPUYTREN notaire à Limoges a fait don par testament d’une somme de 500 francs aux pauvres de la commune. Le Conseil vote des remerciements à la mémoire de feu DUPUYTREN.

 

Année 1865

Le 19 mai 1865 le Conseil proteste contre l’Etablissement d’un marché tous les 5 jours à Sereilhac car, dit-il, l’agriculture en souffre, les cultivateurs abandonnant leurs travaux pour courir les foires et marchés.

Le 13 août 1865 les conseillers sont réélus en totalité et LIMOUSIN est à nouveau désigné comme Maire par décret impérial.

Le 29 Décembre 1865 il fut créé à Nexon une commission cantonale pour le développement de l’instruction primaire dans la Haute-Vienne.

Elle se composait de Messieurs De GAY de NEXON – BESOUILLE – CROUZAUD, Juge de Paix – BESSE, Instituteur – LIMOUSIN, Maire – DELURET – Le Curé de NEXON et Monsieur MURE de BORD.

Cette association avait pour but de provoquer et de recueillir le plus d’adhésion possible soit comme donateurs, fondateurs ou membres de la Société, à émettre des idées et propositions qui seraient propres au développement de l’enseignement et de l’instruction, Cette commission décida de s’adjoindre Messieurs les Maires et les Instituteurs du Canton ainsi que le notaire de Nexon et le Directeur de l’Ecole libre des frères et Monsieur LIMOUSIN Paulin secrétaire de la Mairie.

Tous ces membres déclarent vouloir être fondateurs de l’association et versèrent à eux tous la somme de 52 francs.

Elle siégea plusieurs fois jusqu’en 1868 et distribua des récompenses en espèces à plusieurs instituteurs qui avaient au cours de l’année recrutée le plus grand nombre d’élèves.

Elle attribua aussi des médailles de bronze et d’argent à divers instituteurs. Le premier récompensé fut Monsieur BESSE, instituteur à Nexon, qui comptait à cette époque 82 élèves.

Cette même année le même BESSE, instituteur communal à Nexon, écrivait une lettre au Maire de Nexon afin de soumettre au Conseil Municipal des projets dans l’intérêt de l’Ecole. Dans cette lettre, il disait notamment : « Vous avez construit une salle de classe vaste et bien aérée mais le matériel est pour ainsi dire à créer. Les tables ont un besoin urgent d’être réparées et le nombre en est insuffisant.  Les tableaux de lecture que j’ai fournis et renouvelés à mes frais sont entièrement usés. Nous manquons de tableaux noirs, de cartes murales et d’autres objets d’une nécessité indispensable pour la bonne tenue d’une école. Un bon matériel contribuera beaucoup aux progrès des élèves. J’espère que le Conseil Municipal consentira à l’achat des objets d’une nécessité pressante,

Vous avez dû savoir, Monsieur le Maire, que Monsieur le Ministre recommande aux Maires d’établir dans toutes les communes des distributions de prix, ce qu’il appelle à bon droit des fêtes de villages, des fêtes de famille. J’ai toujours remarqué qu’une distribution des prix est un puissant encouragement pour les enfants aussi je me suis quelquefois imposé de grands sacrifices pour satisfaire aux vœux des élèves et des familles.

J’espère que vous ferez comprendre au Conseil Municipal que notre belle salle de classe fut inaugurée par une distribution de prix. Il est encore un point Monsieur le Maire d’appeler l’attention du Conseil Municipal. L’école de Nexon est classée depuis longtemps dans le nombre de celles qui nécessitent la tenue d’un instituteur adjoint. J’ai pourvu jusqu’à ce jour au traitement de cet adjoint dont l’entretien est une charge communale. Mes ressources ne permettent plus longtemps de faire ce sacrifice. Je viens vous demander Monsieur le Maire de solliciter de votre Conseil une allocation qui me dégrève de cette lourde charge.

Cet instituteur était un maître plus que dévoué et la récompense allouée était sûrement la bien venue.

 

Année 1867

Le 6 décembre Jean BEYRAND est nommé instituteur à Nexon.

 

Année 1869

Le 24 février 1869 le Conseil décide l’installation d’un bureau télégraphique à Nexon. Il sera installé dans une partie de l’Ecole Libre et le Directeur en sera le Frère REVERSAT, homme instruit, bon, honnête et aimé et si ce dernier est malade, le frère FLORENTIN pour le suppléer.

Le 27 février Anne Marie Rosalie LIABEUF, sœur EMILIENNE est nommée institutrice à l’Ecole communale de Nexon.

Le 30 mai, le Conseil décide de placer une deuxième fontaine publique sur la rue Gambetta actuelle et vote 1400 francs.

La bascule publique est déplacée.

Le 23 novembre Louis REBEYROLLE est nommé instituteur à Nexon.

 

Année 1870

Le 28 janvier 1870, décès subit de M. de Beaune-Beaurie père, ancien avoué près la cour et ancien juge au tribunal de Limoges à l’âge de quatre-vingt-cinq ans. M. de Beau de Beaurie avait représenté pendant plusieurs années, avec le plus grand dévouement, au conseil général de la Haute- Vienne, le canton de Nexon. (Le Courrier du Centre, 28 janvier 1870)

Les tensions avec la Prusse sont utilisées par tous ceux qui veulent la guerre. De son coté le chancelier Bismarck y voit le moyen d’accélérer l’unification Allemande. Thiers et de Gambetta déploient des efforts désespérés pour l’éviter. Finalement l’Empereur va utiliser le motif de l’insulte publique contenue dans la dépêche d’Ems envoyée par le Chancelier à toutes les ambassades pour déclarer la guerre le 19 juillet 1870. Mais l’armée française était mal préparée, avec moins de soldats que ses adversaires et une artillerie de moins bonne qualité. Les français furent sévèrement battus  et le 2 décembre à Sedan, l’Empereur capitula. Cette capitulation provoqua un soulèvement populaire à Paris, la chute du Second Empire et la proclamation de la République, le 4 septembre 1870.

 

Bismarck et napoléon III après la défaite de Sedan.

  Cet article est tiré du document  » Histoire d’une ancienne famille Limousine : Les Gay de Nexon »réalisé par Stéphane Rey en décembre 2000 a l’issu d’un stage à l’Office de tourisme du pays de Nexon, des différentes généalogies sur la famille de Nexon publiées sur Internet et de discussions avec Philippe de Nexon.

Les armoiries de la famille Gay de Nexon sont « d’azur au chevron d’or, accompagné de trois chausse-trappes d’argent ». On peut les apercevoir sculptées sur un écu de pierre, sur la troisième clef de voûte de la nef centrale de l’église de Nexon et sur deux vitraux de la façade sud.

La famille De Gay de NEXON, essentiellement limousine, est partie peut-être de La Souterraine puis de Saint Leonard de Noblat. La migration présumée de Saint Léonard n’eut d’autre étape que Limoges (château) avec séjour d’un demi-siècle environ. Les GAY eurent la coseigneurie de NEXON dès 1532.

La famille de GAY est l’une des 4 ou 5 familles nobles établies dans la paroisse de Nexon à cette même époque et antérieurement à eux. Possesseurs de la Seigneurie de Nexon pour la plus grande partie ils se qualifièrent jusqu’à la Révolution de « Seigneur de Nexon ».

Les autres familles nobles sont :

  • Les TEXEROT de la Seylive.
  • Les de BONNETIE de Champagnac.
  • Les COMBROUSE du Brouillet.
  • Les des POUSSES de l’Heyraud et de Bonnetie.

C’est au début du 18° siècle seulement que parurent Les DOUDET de Bosmarèche, Les DAVID de Vantaux dont la branche établie à Nexon retint le nom des Étangs.

Les HEBRARD de Veyrinas issus de la vieille famille bourgeoise des HEBRARD ne furent anoblis que quelques années avant la Révolution.

Après avoir essuyé non sans périls tous les orages de la période qui à la fin du 18° siècle bouleversa de nombreuses familles françaises, nobles et non nobles, les Gay de Nexon sont restés fidèles à Nexon dont ils ont conservé et illustré le nom.

La Seigneurie de Nexon appartenait au moyen âge à la famille féodale de Lastours, mais au 16° siècle cette famille n’avait plus qu’un mineur qui ne fit pas souche et dont le tuteur PEYRUSSE des Cars vendit la Seigneurie à la famille de Nexon. Le premier installé à Nexon fut Paul de GAY.

I- Paul Gay (XVe siècle ; vers 1523). Il exerce une charge de judicature, de Conseiller du Roi en son Grand Conseil, à Limoges. II réside avec sa famille dans la partie appelée le « Château » (actuel centre-ville). En 1500, le chevalier François de Coignac, seigneur de Saint-Jean-Ligoure et de Jumilhac, vend à la famille Gay l’hôtel noble de Collatie, situé à proximité de l’église de Nexon placée sous le vocable de la décollation de Saint-Jean-Baptiste. En plus de Collatie, le chevalier de Coignac vend aux Gay les féodalités de Rémondie, de Biars et des Vanneaux, par contrat reçu par maître Martial des Vergnes, le 04 janvier 1500. Paul a trois fils qui effectuent une transaction le 17 octobre 1509 en faveur du fils aîné, Léonard. Paul est le premier à investir dans des offices anoblissant sur plusieurs générations. Au début du XVI’ siècle, il prête aux Lastours de l’argent, que ces derniers et leurs descendants ne pourront rembourser.

1)            Léonard (qui suit).

2)            Pierre (fin XVe siècle ; milieu XVIe siècle), les descendants actuels sont issus de lui.

3)            Jacques (fin XVe siècle ; milieu XVIe siècle).

 

II- Léonard (fin XVe siècle ; 1536), Conseiller du Roi en son Grand Conseil et lieutenant général en Guyenne. Léonard achète en 1532 la coseigneurie de Nexon à Galliot II, baron de Lastours, qui ne peut rembourser les dettes que son père a accumulées envers la famille Gay. Il n’a qu’un fils.

1)            Pierre (qui suit).

 

III- Pierre (début XVIe siècle ; 1547), écuyer, il est qualifié de noble le 23 juillet 1536 dans un acte passé à Montpellier. Dans un autre acte il est qualifié écuyer, seigneur de Nexon. Il se marie avec Catherine Valeys. Léonard, son père, stipule dans son testament que si son fils n’a pas de descendance mâle, son héritage ira à son neveu Paul Gay, fils de son frère Pierre. Pierre n’aura qu’une fille.

1)            Anne (XVIe siècle), elle se marie avec Joseph d’Aymar, Président au Parlement de Bordeaux. Elle hérite en indivision de la coseigneurie de Nexon avec Martial Gay, fils de Paul Gay et petit neveu de Léonard, l’acquéreur de la coseigneurie de Nexon

 

IV- Martial (milieu XVIe siècle ; 1603), écuyer il épouse le 2 juin 1587 Barbe de Chenau, fille du seigneur de Meilhac. Il teste le 7 février 1596 en instituant héritier son fils Léonard.

1)            Léonard (qui suit).

2)            Marie (fin XVIe siècle ; milieu XVIIe siècle), elle épouse Jacques de la Breuilhe le 19 mars 1609

3)            Anne (fin XVIe siècle ; milieu XVIIe siècle), elle épouse Jean de la Breuilhe le 19 mars 1609.

V- Léonard II (1588 ; 1634), écuyer, seigneur de Nexon et de Campagne, sert en qualité de volontaire au siège de La Rochelle, alors place forte protestante, en 1628. Il épouse le 19 mars 1609, Françoise Bonet de la Porte et de la Breuilhe des Pousses. En 1618, il devient seigneur de Meilhac (paroisse du canton de Nexon). Il lance à partir de 1623-1624 la construction de l’actuel château de Nexon. Après sa mort, sa veuve Françoise de la Breuilhe rachète en 1644, la moitié de la coseigneurie de Nexon qui avait été partagée en 1611 entre les Gay et les Bernet, héritiers d’Anne, la petite fille de Léonard, l’acquéreur de cette terre. La tombe de Léonard II, le constructeur du château, est dans l’église de Nexon. Les descendants possèdent la plaque de cuivre qui y était apposée.

1)            François (qui suit).

2)            Gaston (1626 ; 169? ), il est l’origine de la branche dite Gay des Enclaves établie à Saint-Léonard-de-Noblat. Il épouse Antoinette Texier dont le père possède une terre appelée le Ladeys à Saint-Léonard-de-Noblat. Leur fils Léonard Gay des Enclaves est maintenu dans sa noblesse en 1706.

 

VI- François (1620 ; 1680), écuyer, seigneur de Nexon, du Breuil, brigadier des Chevaux Légers de la garde du Roi, maintenu dans sa noblesse en 1669. Il épouse le 26 janvier 1646 Isabeau de la Bastide de Chateaumorand, fille de Charles de la Bastide, seigneur de Cognac, baron de Chateaumorand et de Jeanne de Lambertye (fille de Gabriel de Lambertye et d’Isabeau de Rochechouart). Après le décès de sa femme, François épouse en secondes noces Léonarde de Benoit, veuve du baron d’Aigueperse, dont il n’aura pas d’enfants. François est tué d’un coup de canon à la bataille de Nerwinde.

1)            Françoise (1647 ; ?), religieuse à Notre-Dame de Limoges.

2)            Jeanne (1648 ; ?), elle épouse Jacques de Villoutreix de la Judie.

3)            Marc Antoine (1650 ; 1693), il sert aux Chevaux légers. Il est tué au service du Roi en Hollande, après le passage du Rhin.

4)            Marie (1651 ; ?), religieuse aux Filles de Notre-Darne de Saint-Léonard.

5)            Marie Christine (1652 ; ?), religieuse aux Filles de Notre-Dame de Saint-Léonard

6)            Marguerite (1653, ?), religieuse à Notre-Dame de Limoges.

7)            Jeanne (XVIIe et XVIIIe siècle), elle épouse Pierre de la Roufie de la Pouyade.

8)            Thoynette (XVIIe et XVIIIe siècle), elle épouse François Barbiés de la Grange. Monsieur de Nexon a acquis les droits qu’elle pouvait prétendre sur Cognac-le-Froid (aujourd’hui Cognac-la-Forêt) en 1740.

9)            Jean (qui suit).

10)         Léonard (1665 ; 1692), il est lieutenant au Royal Vaisseau lorsque, le 3 août 1692, il est tué à la bataille de Steinkerque, victoire française sur la Ligue d’Augsbourg.

On peut être surpris par le nombre de filles qui deviennent religieuses, mais il faut se souvenir qu’à son mariage il fallait doter les filles. Si elles étaient nombreuses cela coûtait cher. En les faisant religieuses ont évitait la dot et on se mettait en bons termes avec l’Eglise. Les garçons cadets embrassaient généralement une carrière militaire ou rentraient dans les ordres. Ce n’a pas été souvent le cas dans la famille de Nexon puisqu’on ne compte qu’un curé, l’abbé Luc.

On pourra lire : Laurent BOURQUIN, « La noblesse du XVIIe siècle et ses cadets », PUF 2010 ; Monique de SAINT-MARTIN, « Les stratégies matrimoniales dans l’aristocratie. Notes provisoires », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 59, septembre 1985, pp. 74-77

VII- Jean (1661 ;1746), écuyer, seigneur de Nexon, la Garde, capitaine au régiment de la Sarre. Il s’unit le 25 octobre 1694 à Marguerite de Trion de Montalembert, décédée en 1712, qui lui donne, entre autres, deux fils. Par la suite, Jean, se remarie avec Jeanne de Moreau du Reignac, avec laquelle il a d’autres enfants.

1)            Pierre (1695 1712), il meurt cornette dans le régiment de Chateaumorand au camp de Wissembourg.

2)            Philippe Ignace (qui suit).

3)            Antoinette (1699 ; ?), elle épouse en 1717 François de la Grange de Rignac.

4)            Marie (1700 ; 1732), elle meurt à Nexon.

5)            Marie Anne (1701 ; ?), religieuse à Saint-Léonard.

6)            Gabrielle (1704 ; ?), religieuse à Saint-Léonard.

7)            Marie Séverin (1704 ; ?), religieuse à Saint-Léonard

8)            François Alexis (1705 ; 1793), il est sous-brigadier et porte-étendard des Gardes du Corps dans les Compagnies du Maréchal de Nouailles. A la bataille de Fontenoy, son cheval est tué sous lui, alors qu’il est près de Louis XV. Le Roi le fait Chevalier de l’Ordre de Saint Louis et lui donne un titre de courtoisie de marquis dans une lettre toujours conservée par la famille, pour le récompenser d’avoir protégé sa royale personne. Il ne laisse pas d’enfant.

VIII- Philippe Ignace (1697 ;1765), chevalier, seigneur de Campagne, de Nexon. Il épouse en 1716, Jeanne de la Grange, fille du baron de Tarnac.

1)            Louise (1719 ; 1721).

2)            Gabrielle (1721 ; 1727).

3)            Antoinette (1723 ; 1726).

4)            Louise Gabrielle (1728 ;1788), elle meurt à Veyrinas.

5)            Jean Baptiste (qui suit)

6)            Marie Charlotte (1729 ; 1760), elle est reçue à Saint Cyr en 1740, elle en sort en 1748, elle est dotée en 1750.

7)            Marie Jeanne (1731 ; 1738).

8)            Gabrielle Charlotte (1732 ; ?), religieuse à Sainte-Ozone.

9)            Marie Marthe (1734 ; 1802), religieuse à Sainte-Croix à Poitiers.

 

IX- Jean Baptiste (1727 ; 1808), chevalier, seigneur de Nexon. Il épouse Anne Marie Hébrard de Veyrinas. Il vote à l’Assemblée de la Noblesse le 16 mars 1789. Pendant la Révolution, le citoyen Jean Baptiste Nexon est obligé de faire un inventaire détaillé de ses biens, conformément à la loi du 9 floréal an 3 qui oblige les pères et mères d’immigrés à fournir un état détaillé de leurs biens à la Nation.

1)            Philippe (1748 ; 1809), il est brigadier de la Garde du Roi de 1758 à 1764, mousquetaire de 1764 à 1782. Il est fait Chevalier de l’Ordre de Saint Louis. Il meurt sans alliance.

2)            Marie Louise (1752 ; 1788).

3)            Luc (1754 ;1846), il est vicaire général d’Oloron, mais il refuse le serment de la Révolution, et il se cache un temps en Espagne. Il revient en France sous le Directoire et reste à Nexon. De la période de son exil lui est venu le goût de la généalogie de sa famille.

4)            Marie Jeanne (1756 ; 1802), elle meurt sans alliance.

5)            Jean Joseph (1757 ; 1809), il ne laisse pas de descendance mâle.

6)            Marie Valérie (1758 ; 1785), elle meurt sans alliance

7)            Claude Joseph (1759 ; 1767).

8)            Jean Baptiste (1761 ; 1844), il est lieutenant sous Louis XVI. Sa formation intellectuelle traditionaliste le pousse à émigrer le 28 juillet 1791, pendant la Monarchie Constitutionnelle. Il est ainsi nommé au grade de capitaine dans l’armée de Condé. Il est capturé en Champagne et il est conduit à Paris, où il est condamné à la guillotine. Mais des femmes l’aident à s’échapper de la charrette qui le mène à la mort et elles le cachent. Il regagne ensuite les rangs de l’armée contre-révolutionnaire. Il est blessé au bras gauche à la bataille d’Oberkamlach en Autriche, tandis qu’est tué son frère cadet Philippe Joseph. Jean Baptiste est fait Chevalier de l’Ordre de Saint Louis en 1797 par Louis Joseph de Bourbon (futur Louis XVIII). Il est démobilisé en 1801 quand l’armée des Émigrés se disloque. Il obtient en 1814 une pension pour ses services en temps de guerre et le Roi lui accorde le droit de porter des fleurs de lys sur son armorial meurt sans alliance.

9)            Louise Gabrielle (1763 ; ?), elle meurt sans alliance.

10)         Marie Ann (1764 ; 1785), elle meurt sans alliance

11)         Philippe Ignace (1765 ; 1806), il meurt officier au régiment Aquitaine.

12)         Luc Martin (1767 ; 1787), il meurt au régiment Austrasie.

13)         François Alexis (qui suit).

14)         Philippe Joseph (1771 ; 1796), il fut page de Monseigneur le comte d’Artois (futur Charles X), fonction pour laquelle il faut justifier d’une noblesse antérieure à 1550. Engagé dans l’armée de Condé, il est tué aux côtés de son frère Jean Baptiste, à la bataille d’Oberkamlach en 1796.

 

X- François Alexis (1769 ; 1837), il est sous-lieutenant au régiment de Penthièvre, capitaine en 1795 dans ce même régiment devenu une composante de l’armée émigrée. Il est fait Chevalier de Saint Louis en 1814. Il se marie avec Hortense de Bermondet de Cromières.

1)            Marie Hortense (1814 ; 189?), elle épouse en 1834 Jean Léon de Livron.

2)            Astolphe Armand (qui suit).

 

XI- Astolphe Armand (1817 ; 1876), est fait Chevalier de la Légion d’honneur. Il réorganise le haras et le développe après avoir été en Angleterre en 1840, d’où il ramène deux juments de race pure (pur-sang). C’est sous son impulsion que se crée la race chevaline appelée anglo-arabe. Grâce à son action le haras de Nexon, qui a failli disparaître lors des événements révolutionnaires, connaît un développement qui va durer jusqu’au milieu du XXe siècle. En 1841, il fonde une écurie de course qui va rapidement devenir l’une des plus importante de la circonscription du Midi. Astolphe qui porte un vif intérêt à ses produits, ne peut se résigner à les faire entraîner loin de sa surveillance. Aussi fait-il aménager sur son domaine de Nexon, une piste de sable de 2 000 mètres et un gazon de la même longueur. Il épouse en 1844 Alix Clotilde de Narp, fille du comte de Narp, Maréchal de camp, Chevalier de Saint-Louis, Commandeur de la Légion d’honneur, Grand-Croix de l’ordre de Léopold de Belgique, et de Zoé de Rouvroy, son épouse.

Alix de Narp, baronne de Nexon.

Avec le prestige grandissant du haras de Nexon, Astolphe Armand devient le premier baron de Nexon, en prenant le titre de baron des Etangs, avec l’assentiment de son vieil oncle l’abbé Luc.

1)            Armand (qui suit)

2)            Félix Renaud (1850 ; 1909), il est capitaine de cavalerie. Un accident de cheval le rend infirme, ce qui met fin à sa carrière équestre.

3)            Auguste Maurice (qui suit).

 

XII- Armand (1847 ; 1912), lieutenant pendant la guerre de 1870, il resta longtemps conseiller général du canton de Nexon. Il crée sa propre écurie de course en 1876 (casaque grise, toque cerise). Après le décès de son père il reprend le haras. Il est lui-même un brillant « gentleman rider ». Le nouveau baron de Nexon épouse en 1892, Marie Antoinette de Chérade de Montbron, fille du comte de Montbron, qui était réputée pour être excellente cavalière comme son père. Ils n’ont pas eu de descendance. Armand resta dans les mémoires pour sa légendaire endurance à cheval.

Il fut l’un des plus grands veneurs de France, souvent accompagné de son épouse, elle-même grande adepte de ce loisir aristocratique. Avec Armand, les heures de chasse à courre ne pesaient pas, même quand les longues heures de retraite, après l’hallali, la nuit, pendant l’hiver, venaient s’ajouter à celles de la journée.

 

XII bis- Auguste Maurice (1853 ; 1932), Ancien élève de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, promotion «du Shah» (1872-1874), Sous-écuyer à l’Ecole de Cavalerie de Saumur (1879) il est officier de cavalerie et il est fait Chevalier de la Légion d’honneur. A la mort de son frère Armand, il devient à son tour baron de Nexon.

Photo prise au château de Veyrinas en 1864.Auguste à 11 ans, il est au premier rang, le deuxième en partant de la gauche. A droite, à ses cotés, sa grand-mère la Baronne de Nexon née Alix de Narp. On note la richesse de sa robe. Armand de Nexon est au premier rang, avant dernier à droite. Il a 17 ans.

 Auguste reconstitue l’écurie en association avec son fils Maurice à qui il cède la glorieuse écurie avant la Grande Guerre. Il fait construire le château de la Garde en 1895-1896, pour la somme de 3 000 francs or, provenant des gains des courses. Il habita cette nouvelle demeure en 1897, où il reste jusqu’à sa mort.

Médaille gravée à l’occasion de la première pierre du château le 23 mars 1896. L’architecte est Paul Blondel, grande prix de Rome. Exemplaire de Ferréol de Nexon.

Auguste Maurice a aussi acheté un charmant château avec une propriété de 80 hectares, dont la moitié consacrée à l’exploitation viticole, à Ludon dans le Médoc. Ce domaine fut vendu par l’indivision après le décès de son acquéreur, vers 1933. Aujourd’hui encore, à Ludon, une rue porte toujours le nom de la famille de Nexon.

                                                             

 

Le château s’appelait Nexon-Lemoyne  lorsqu’il appartenait à la famille de Nexon. Il devenu ensuite Lemoyne Nexon.

Le baron Auguste, brillant cavalier, était également un grand chasseur. Il possédait l’équipage de Villandry que son beau-père avait fondé. Lorsqu’il a habité à Nexon il a continué à chasser en Touraine alors que son frère Armand et son équipe Nexon qui deviendra Rallye Fayat chassait en Limousin.

Auguste Maurice s’est marié en premières noces, le 17 janvier 1883, avec Gertrude Hainguerlot, descendante d’Edouard III, Roi d’Angleterre de 1327 à 1377, fille des propriétaires du château de Villandry. Il loue le château de La Chevrière ou naîtront ses deux premiers enfants.Son épouse décède le 28 mai 1886 à l’age de 26 ans. Le baron est alors capitaine commandant au 3e Régiment de Dragons à Tours.

Faire part du décès de Gertrude Hainguerlot.  On remarquera la très nombreuse liste de personnes qui y figurent. En particulier la Baronne Stéphanie Hainguerlot née Oudinot, fille du Maréchal d’Empire Nicolas Oudinot.

Le 30 novembre 1889 à Nexon, il épouse la meilleure amie de sa première épouse, Gertrude Ricardo, nièce du célèbre économiste britannique David Ricardo (1772 ; 1823), un des premiers penseurs de l’économie politique classique, avec la théorie du libre-échange.

Gertrude Ricardo, baronne de Nexon

Il loue encore le château de La Chevrière et envisage d’acheter le château d’Azay le Rideau que son propriétaire, le marquis de Biencourt, ruiné par le krach boursier de l’Union Générale en 1882, met en vente. Son épouse refuse car elle a peur que leurs enfants se noient dans les douves remplies d’eau qui entourent le château. Il décide alors de faire construire le château de La Garde. Ils auront 6 enfants.

A sa mort, le domaine de Nexon est partagé entre ses héritiers. Son fils aîné Maurice, reçoit le château de Nexon et tout ce qui s’y rapportait, dont la dignité familiale de baron parmi ses autres enfants, Georges hérite du château de la Garde.

1)            Maurice (qui suit).

2)            Alice (1885 ; 1970), elle épouse le 11 novembre 1908 le baron du Bourdieu.

3)            Thérèse (1890 ; 1961).

4)            Robert (qui suit)

5)           Jeanne (1895 ; 1967), elle épouse Joseph Vidal de Lausun, originaire de Cuq-Toulza dans la région de Castres.

6)            Georges (qui suit)

7)            Marguerite (1901 ; 1926), épouse François de la Quintinye en 1924. Sur son lit de mort, elle suggère à son mari d’épouser sa soeur cadette Claire après son décès.

8)            Claire (1903 ; 2000  ), elle épouse François de la Quintinye le 27 août 1927.

 

XIII- Maurice (1884 ;1967), est chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de la Croix de Guerre de 1914-1918. Au décès de son père il a hérité du château de Nexon et du haras. Brillant gentleman rider il était membre du comité de la Société des Steeple-Chases de France et présidait les courses de Vichy, Biarritz, Le Tremblay et présida la Société de Sport de France de 1937 à 1966*. Il compte plus de 170 victoires en course. Du fait de ses diverses présidences les éleveurs lui réservaient leurs meilleurs chevaux, ce qui n’enlève rien à ses mérites.

Maurice de Nexon sur Desperado au Tremblay en 1938 après sa victoire au Grand Prix des Gentlemen.

Il s’est marié avec Adrienne Chanel, la tante de Coco Chanel, avec laquelle elle était très liée du fait qu’elles étaient du même âge. Ainsi Maurice qui vécut la brillante apogée du haras dans l’Entre-Deux-Guerres, côtoya par le biais de Coco Chanel, le « tout Paris », des artistes d’avant-garde à l’aristocratie bohème. Ainsi il fréquenta des personnalités comme le grand-duc Dimitri, le prince Youssoupov, les chorégraphes Diaghilev et Serge Lifar, le compositeur Stravinsky, mais aussi Cocteau, Picasso, Darius Milhaud, etc. Maurice a aussi et surtout vécut avec les grands du monde hippique, dont il était non seulement l’un des membres, mais en plus le chef de file attitré, de par sa fonction de président de la Société de Sport de France. Ainsi ses amis des champs de course étaient le duc Decazes, le vicomte d’Harcourt, monsieur Lazard, le baron Robert de Rothschild, le baron Bayens, le marquis de Triquerville, monsieur Volterra, le prince Aly Khan, monsieur Wertheimer, etc… Dans la mémoire collective des Nexonnais, Maurice fut parmi les barons de Nexon, l’un des plus admirés et des plus appréciés, tant pour sa gentillesse que pour son talent. Il n’a pas eu d’enfants.

Voici un article qu’une revue hippique consacrait au baron Maurice, le 5 mai 1951 :

« La 176e victoire du baron Maurice de Nexon

Le samedi 5 mai, le baron Maurice de Nexon, président de la Société de Sport de France, le plus populaire des gentlemen riders, a remporté à Fontainebleau sa 176e victoire. Il avait monté et gagné sa première course à Guéret, en 1904, à 20 ans. Fils et neveu d ‘écuyers de Saumur, grandi à Nexon, un des plus anciens haras de France (sa création remonte au XVIe siècle) où étaient toujours entretenus 50 à 60 chevaux, le baron Maurice de Nexon n’a vécu que pour le cheval et les courses. Se sentant “rouillé ” après la guerre de 1914, il avait failli renoncer à monter, mais l’entraîneur Bariller l’encouragea à se remettre en selle. La “rouille” était légère, puisque le baron de Nexon n ‘a plus cessé de gagner et qu’il monte encore victorieusement à 67 ans. Spécialiste des courses plates, il s’est vu confier des chevaux par toutes les grandes écuries et a fait triompher notamment les casaques du duc Decazes, du vicomte d’Harcourt, de M. Lazard, du baron Robert de Rothschild, du baron Bayens, du marquis de Triquerville, de M. Boussac, de M. Volterra, du prince Aly Khan, de M. Wertheimer, etc. Son plus beau titre sportif est d ‘avoir gagné cinq fois le Grand Prix des Gentlemen riders.

L’Yser, Despérado, Balthazar, Wigombirou sont les chevaux dont il cite le plus volontiers les noms ; il garde un souvenir particulier du dernier nommé, avec lequel il n’a pas remporté moins de sept victoires. Il cite aussi ses insuccès dont il sait parler avec humour. Aucune amertume ne peut naître d ‘une déception chez un homme aussi droit, dont tout le monde s’accorde à vanter les qualités morales plus encore que les qualités équestres. »

*La Société des Sports de France (SSF) a succédé à la Société de sport de Fontainebleau en 1885. Elle exploite alors cet hippodrome auquel elle adjoindra en 1893 celui de Colombes jusqu’en 1906. Elle fait alors construire l’hippodrome du Tremblay. Il est inauguré le 19 septembre 1906. Largement voué aux Gentlemen Riders (avec le Grand Prix des Gentlemen Riders) et  aux Apprentis il était considéré comme le plus fleuri et le plus coquet de France. La Piste était sélective et faite pour des spécialistes courageux et lents (Ligne d’arrivée montante). Il a été fermé en 1966 suite à l’expropriation par la ville de Paris qui voulait en faire un parc des sports, projet qui n’a finalement jamais vu le jour. Désormais, l’ancien hippodrome est devenu un parc urbain. Avec l’indemnité d’expropriation la SSF a reconstruit un hippodrome très moderne à EVRY. Inauguré le 5 avril 1973 il ne fonctionnera que quelques années et, malgré sa modernité, il sera fermé en 1996. Utilisé comme terrain d’entrainement par l’émir de Dubaï il est à l’abandon au début des années 2000. racheté par la Fédération Française de Rugby en 2013 pour y construire son Grand Stade, projet abandonné en 2017.

Le 3 mai 1995, la « Société d’Encouragement et des Steeple-Chases de France », la « Société de Sport de France » et la « Société Sportive d’Encouragement »fusionnent et créent la société « France Galop ».

Les Présidents successifs de la SSF furent : le Vicomte H. GREFFULHE (Société de Sport de Fontainebleau, 1882 à 1932), Baron Maurice de WALDNER (1932 à 1934), Comte D’IDEVILLE (1934 à 1937), Baron de NEXON (1937 à 1966), Baron Geoffroy de WALDNER (1966 à 1970), Jean GILLOIS (1970), Hubert de CATHEU.

 

III bis – Robert (1892 ; 1967), Saint-Cyrien il est capitaine au début de la Première Guerre mondiale. Ne trouvant pas la cavalerie assez engagée il sert dans les chasseurs alpins. Il est le premier fantassin de la famille ! Il quitte l’armée en 1920 avec le grade de commandant. Après une année sabbatique consacrée au bridge il part aux Etats-Unis pour effectuer un stage chez Esso. Il rentre en France comme sous-directeur de cette société. Il la quitte en 1932 pour devenir PDG de la société Bourjois, propriété de la famille Wertheimer. Pour le compte de cette dernière il crée la maison de parfums Chanel et fait racheter le célèbre n°5 créé par Coco. Pour autant Il n’oublie pas le bridge. En 1935 il fut membre de l’équipe de France victorieuse lors des championnats d’Europe par équipes (open)de 1935. Il écrivit à cette occasion : « quand j’ai commencé jouer au bridge, je ne pensais pas que cela me vaudrait l’honneur de porter les couleurs de mon pays et d’entendre la Marseillaise ». Dès lors, il n’aura qu’un désir, entendre ce chant le plus souvent possible, en menant l’équipe de France à la victoire. Sa personnalité le fit désigner tout naturellement à des fonctions dirigeantes et, il fut le président de la Fédération européenne, bridge de 1941 à 1965. En même temps, il réorganisa la Fédération européenne, qu’il dirigea jusqu’en 1964. C’est enfin son initiative que furent créées, en 1960, les Olympiades du bridge, dont l’équipe de France remporta la première édition.  Robert rédigea avec Pierre Albaran « Notre méthode de bridge » en 1935 et participa à l’élaboration de plusieurs autres ouvrages. Président de la Fédération mondiale en 1958, il cessa ses activités en 1964. Le monde du bridge lui rendit hommage en lui décernant le titre de président emeritus des instances européennes et mondiales. Lorsque la deuxième guerre mondiale éclate il a 47 ans mais il n’hésite pas à s’engager. Il est fait prisonnier en juin 1940 et interné à l’oflag 10B. Au bout d’une année il est libéré en raison de son âge. Il reprend sa place de PDG de la société Bourjois et gère les biens de la famille Wertheimer partie en exil aux Etats-Unis.  Il s’occupe en particulier de leur haras de Normandie et fait courir les chevaux sous ses couleurs. Il continuera à en assurer la gestion après le retour d’exil des Wertheimer.

Le baron Robert de Nexon, dans son bureau à Neuilly, à la fin des années 1950

XIII ter- Georges (1900 ; 1973). A la sortie de l’école d’agronomie il entre à l’Ecole Nationale des Haras et devient officier des Haras. De 1926 à 1928 il est sous directeur du haras de Pompadour. Son père n’apprécie pas plus que cela la profession de son fils car pour la première dans son histoire la famille va compte « un fonctionnaire du cheval ».

Georges de Nexon, officier des Haras

A la mort de son père Georges hérite du château de la Garde, le deuxième château de sa famille à Nexon. Ayant donné sa démission d’officier des Haras il utilise ses compétences d’ingénieur agronome pour gérer son domaine de la Garde et de la Sélive, mais aussi celui de la Grange, propriété de ses sœurs Thérèse et Claire et également le domaine de son frère Maurice.

Le 9 juin 1927 à Versailles il épouse Anne Renée Cesbron Lavau (1902 ; 2005). De leurs quatre enfants, c’est l’aîné qui, selon la tradition, sera désigné par son oncle Maurice comme héritier. Georges a choisi de pratiquement toujours habiter à Nexon plutôt que de jouir d’une vie mondaine à Paris. Sa famille lui doit le mérite d’avoir assumé avec bonheur la gestion de tous les domaines familiaux et du haras de 1928 à 1970. Il était également très investi dans la vie économique et sociale comme président du comice agricole, premier président de la caisse locale de Crédit Agricole de Nexon, administrateur de la caisse Mutuelle Sociale Agricole à Limoges, président de la Société d’Agriculture de la Haute-Vienne. De ce fait il était plus connu que ses frères des Nexonnais qui l’appelaient couramment « monsieur Georges ».  Il était toujours prêt à rendre service à qui le lui demandait, toujours avec une grande amabilité. Après la disparition, sans descendance mâle, de ses deux frères aînés, Georges devient à son tour, en 1967, le chef de la maison des Gay de Nexon.

Son épouse, Anne Renée de Nexon, est décédée à Nexon en 2005 à l’âge de 103 ans. Elle était dans le cœur des Nexonnais, la « baronne douairière » de Nexon.

1)            Ferréol (qui suit)

2)            Marie Amélie (1929), elle épouse Jean Houte de la Chesnais le 15 juillet 1950.

3)            Philippe (qui suit)

4)            Anne (1939), elle épouse Michel d’Aboville le 6 juillet 1963.

XIV- Ferréol (1928), est le neveu et l’héritier de Maurice à la mort de celui-ci. Il a fait une carrière dans l’aviation civile. Mais il a surtout la dure tâche de succéder à son illustre oncle, à une époque qui ne favorise plus guère l’élevage des cheveux de pur-sang. Nexon est loin des grandes villes possédant un hippodrome et un centre d’entraînement, loin de la Normandie où sont désormais regroupés la plupart des grands haras de pur-sang. De plus Ferréol est victime de la crise des années 1970-1980 qui frappe le monde hippique et l’agriculture comme beaucoup d’autres secteurs économiques. Il est contraint de réduire l’activité du haras au profit de l’élevage bovin. Le domaine familial conserve encore au début des années 1980 une certaine rentabilité, mais celle-ci décroît et elle ne suffit plus pour entretenir le château, les dépendances et le parc. En 1983, Ferréol se résout à vendre le château de Nexon à la commune qui, sous l’impulsion de son Maire, René Rebière, décide d’y établir l’Hôtel de Ville après avoir réalisé d’importants travaux. En 1990, Ferréol vend, bien à regret, sa dernière poulinière dont les derniers produits gagnèrent quelques courses en France et à l’étranger et ainsi marque un point final à une histoire qui a duré 500 ans entre les Gay de Nexon, le cheval et la ville de Nexon. Ferréol est parti résider à Paris puis il s’est installé en Normandie pour retrouver le pays de sa mère et les chevaux. Il a épousé en premières noces Marie Claire de Nervo, de nationalité franco-suisse et en secondes noces, France de Marcillac. Ses enfants, deux issus de son premier mariage, deux issus du second, n’ont pas maintenu de liens étroits avec le Pays de Nexon.

1)            Jérôme (1958-2012).

2)            Éric (1960).

3)            Caroline (1974).

4)            Alban (1978).

 

XIV bis- Philippe (1933), frère cadet de Ferréol, est retraité de la fonction publique. Il fut élève de l’Ecole Supérieure d’Agriculture de Beauvais où il obtint son diplôme d’ingénieur agricole et de l’Ecole Nationale des Haras ou il obtint son monitorat d’équitation. De 1970 à 1982 il a mené une carrière dans l’agriculture avec d’excellents résultats dans l’élevage des bovins. Puis il est entré dans l’administration et il a été Délégué régional au Commerce et à l’Artisanat du calvados puis du Limousin. Il réside à Varnet dans une charmante maison de maître, ayant appartenu à famille Barbout des Courrières, une ancienne famille Limousine. Philippe a épousé Anne-Laurence de Blonay, issue d’une vieille famille seigneuriale du pays de Vaud en suisse. Elle lui a donné un fils. En secondes noces, il s’est remarié avec Renate Diels, de nationalité allemande, petite fille du prix Nobel de chimie en 1950, Otto Diels. Philippe est le dentier représentant des Gay de Nexon à maintenir par sa présence une continuité de l’histoire de sa famille à Nexon, présence commencée au début du XVI° siècle avec son aïeul Paul Gay.

Philippe de Nexon, au centre, remet un tableau au vainqueur du prix de Nexon aux courses de Pompadour

1)            Frédéric (1962)

2)            Amaury (1966).

3)            Constance (1969).

4)            Stéphanie (1974).

Monsieur J. PICAT, Principal du Collège, a proposé à la Municipalité, d’insérer dans le bulletin n° 107 du 4ème trimestre 1979 et dans les suivants, un historique de l’établissement qu’il dirige depuis 1963. Je reproduis cet article qui retrace trente ans d’évolution. Je me revois à l’école primaire, au début des années 1950 avec des maîtres ou maîtresse que je n’ai pas oublié, M. Grafeuille, M. Barjou, Mlle Boissière devenue Mme Roussin. L’école était dirigée par M. Jalicon. Nous allions à l’école à pied. Nous parcourrions presque 3 kilomètres. Nous rejoignions un groupe garçons et de filles partis de La Bouenne, à plus de 5 kilomètres de l’école. Le nombre des élèves augmentait à chaque maison devant laquelle la joyeuse troupe avançait. Nous marchions sur la route, mais il y avait moins de voitures qu’aujourd’hui. Nous prenions le chemin qui conduisait aux Rochilles avec le passage difficile de la carrière… Il n’y a jamais eu d’accident. La cour, avec les garçons d’un côté et les filles de l’autre, les deux préaux, la cantine, les salles de classe avec les encriers en porcelaines. En les remplissant d’encre quelques gouttes tombaient sur la table ; certaines s’échappaient d’une plume trop largement garnie. Aussi à la fin de chaque trimestre, le dernier jour de classe nous venions avec une feuille de papier de verre et nous frottions les tables pour leur ôter les souillures que nous avions faites… Et un grand nombre d’entre nous partons en pension au moment d’entrer en sixième. Ce fut mon parcours avec deux de mes frères. Les plus jeunes, deux frères et deux sœurs, ont connu l’évolution décrite par M. Picat et sont restés au Collège avant de rejoindre, pour la plupart le lycée en seconde.

Voici le texte de M. PICAT :

« Le Collège de NEXON est un établissement scolaire qui a maintenant un tiers de siècle d’existence. Depuis sa création, il a plusieurs fois changé d’identité, il s’est agrandi et à l’heure actuelle, par le nombre des personnes qui y travaillent : élèves, professeurs, agents, administrateurs, il est l’une des plus importantes ”entreprises » de NEXON.

Son passé et son présent valent d’être contés. Bien des Nexonnais l’ont fréquenté, évidemment ; dans cet article et les suivants certains trouveront des souvenirs de leur jeunesse, les autres trouveront des renseignements utiles sur le fonctionnement de l’établissement et du système éducatif dont l’aspect a été modifié par les différentes réformes de l’enseignement : celles de 1947 – de 1959 et enfin de 1975.

 

I – HISTORIQUE DU COLLEGE

Avant 1947, les enfants qui avaient achevé leur scolarité dans les écoles communales de NEXON ou celles des autres localités du canton n’avaient pas d’autres ressources pour continuer leurs études que de rejoindre un lycée, celui de St-YRIEIX, appelé Collège à l’époque, ou ceux de LIMOGES. Il était pratiquement obligatoire qu’ils y soient internes car les moyens de communication étaient moins faciles qu’aujourd’hui, de plus les bourses accordées par l’état étaient bien plus rares (il fallait passer un concours pour en obtenir une) et par suite, les charges financières, laissées entièrement aux familles, limitaient le nombre de ceux qui faisaient des études secondaires.

La démocratisation de l’enseignement réalisée après la seconde guerre mondiale amena le gouvernement à multiplier le nombre des cours complémentaires et c’est ainsi qu’un établissement de ce genre naquit à NEXON à la rentrée scolaire de 1947.

Ces cours complémentaires, comme leur nom l’indique d’ailleurs, n’étaient pas des établissements secondaires, ils étaient seulement constitués de classes créées dans une école primaire pour y accueillir, après un examen sévère, les meilleurs élèves. Les programmes d’étude dans ces classes étaient assez voisins de ceux des collèges et lycées. Un enfant entrant au cours complémentaire pouvait donc après quatre ans de scolarité atteindre un niveau sanctionné par le Brevet et ensuite il entrait dans la vie active ou bien il allait préparer le Baccalauréat dans un collège ou un lycée, mais là encore la sélection était sévère.

Néanmoins la création de ces cours complémentaires permettait aux familles de garder leurs enfants quatre ans de plus et de parfaire leur instruction sans grands frais.

C’est donc en Octobre 1947 que fut créé à l’école de garçons de NEXON, dirigée par Monsieur Georges JALICON, un cours complémentaire de deux classes : une classe de 6ème et une classe de 5ème, il n’avait cette année-là que 32 élèves ! Les enfants y venaient de NEXON, bien sûr, mais aussi des autres communes à pied ou en bicyclette car les transports scolaires ne seront créés que bien plus tard (1964). Certains l’ont fréquenté qui venaient de Champsiaux tous les jours par tous les temps ! La vie était encore rude à l’époque : les classes étaient chauffées par des poêles à bois et certains matins d’hiver l’encre était gelée dans les encriers – car on écrivait encore à la plume -. A midi, avec les jeunes des écoles primaires et maternelle les élèves prenaient å la cantine un repas bien simple dont la soupe constituait invariablement le plat d’entrée. Cantine exigüe où soupe, purée, viande étaient préparées dans de grandes-braisières, chauffées au bois et Dieu sait combien les cantonniers de l’époque ont dû casser de stères de bois pour alimenter tous ces feux !

L’enseignement, dans ces classes de cours complémentaires, était donné par des instituteurs sélectionnés par l’Inspecteur d’Académie. Des stages de perfectionnement furent créés pour eux : ainsi ceux qui enseignaient les sciences allaient tous les jeudis matin suivre des cours de 8 h à midi à l’Ecole de Médecine de LIMOGES (Limoges n’avait pas encore de facultés !). Les maîtres assuraient 29 heures de cours par semaine (21 h aujourd’hui !). Leur nombre réduit empêchait une spécialisation pourtant nécessaire et entrainait pour chacun d’eux un énorme travail de préparation de leurs cours. Deux professeurs seulement, eh bien, l’un enseignait les matières littéraires, l’autre les matières scientifiques et… l’anglais !

En 1948 création d’une classe de 4ème et nomination d’un 3ème maître, en 1949 création d’une classe de 3ème et nomination d’un 4ème professeur. On commençait à sortir de l’époque héroïque mais tout n’était pas rose loin s’en faut. Le professeur de Sciences utilisait des verres à moutarde en guise d’éprouvette, dans les logements des maîtres il n’y avait ni eau courante ni WC ni chauffage central. Il n’y avait bien sûr pas de surveillants et par conséquent à tour de rôle il fallait surveiller les récréations et l’interclasse de midi. L’école et son cours complémentaire était sous la tutelle d’un « Inspecteur primaire » pas mieux loti que ses administrés et par temps de neige il n’était pas rare de le voir arriver car NEXON desservi par le train lui était accessible : il montait de la gare à pied et repartait de même. Epoque héroïque oui car, sans téléphone, évidemment, les liaisons rapides avec la hiérarchie étaient impossibles au point qu’un jour le directeur et sa femme ayant été appelés d’urgence au chevet de leur fils dans une clinique de LIMOGES, le 3ème maître étant, lui, à l’hôpital à la suite d’un accident le 4ème maître se retrouva tout seul avec les quatre classes sur le dos pour accueillir l’Inspecteur, qui, par une coïncidence malheureuse, arriva sur ces entrefaits : surveiller deux classes mises en étude dans des salles voisines, faire cours à la fois aux deux autres et être inspecté dans ces conditions il fallait le faire et ce fut fait. Ne croyez pas que les maîtres et les élèves conservent un mauvais souvenir de cette époque difficile, loin de là ! Les périodes dures sont génératrices d’enthousiasme : les enfants qui affrontaient les intempéries pour venir étaient plus heureux de se réchauffer autour d’un poêle à bois que ceux de l’époque actuelle arrivant dans des locaux uniformément maintenus à 20 °, ils mangeaient leur soupe avec plus de satisfaction que leurs cadets qui aujourd’hui rechignent parfois devant le poulet rôti ou les fruits frais que nous leur servons. Ils étaient toujours très polis et très respectueux du matériel…

Avec quelques améliorations : installation du chauffage central en 1955 et l’installation de l’eau courante dans les logements, la situation évolua ainsi lentement jusqu’en 1957.

A cette époque le fondateur du cours complémentaire, G. JALICON quitta NEXON pour LIMOGES et fut remplacé par Monsieur DUPUY. La réforme de l’Enseignement de 1959 arriva qui, liée à la démographie des années d’après-guerre, amena un afflux d’élèves : 100 en 1957, 112 en 1958, 129 en 1959, 145 en 1960, 149 en 1961 les locaux devenaient trop petits et des classes furent alors construites sous les préaux de l’époque : 4 classes dont 3 d’enseignement général et une de sciences en même temps la chaufferie au charbon était convertie au fuel. On se modernisait mais c’était aux dépens d’autres postes puisqu’il fallut attendre 7 ans pour avoir de nouveaux préaux ! Dans, l’éducation nationale les progrès sont toujours très lents une réforme ne s’applique pas du jour au lendemain, il arrive même qu’une réforme intervienne avant que l’application de la précédente ne soit achevée et c’est dans les années 60 que la situation devint presque dramatique. En effet, les seuls locaux existants étaient ceux qui avaient été construits en 1913 pour les écoles communales de l’époque et les effectifs ne cessaient de croître : 159 élèves en 1962, 174 en 1963, 206 en 1966, 296 en 1967, 320 en 1968. Monsieur DUPUY ayant quitté NEXON en 1962 son successeur dut résoudre le problème des classes surchargées (47 élèves dans la classe de 6ème en 1962) et à partir de cette date les créations de postes d’enseignement et de classes se firent régulièrement : 1962 : 5 classes – 6 professeurs ; 1963 : 6 classes – 8 maîtres ; 1964 : 7 classes, 9 maîtres ; 1965 : 8 classes, 11 maîtres ; 1968 : 12 classes – 19 maîtres. Bien entendu la question des locaux se posait avec acuité sans pour cela être facile à résoudre car la municipalité disait « je veux bien agrandir mais si l’on crée des classes, aurez-vous les professeurs nécessaires ? » et l’administration rétorquait « Je veux bien nommer des maîtres mais aurez-vous les locaux nécessaires ? » et le Directeur faisait preuve de témérité en disant  « Oui, Monsieur l’Inspecteur j’aurai les locaux », « Oui, Monsieur Le Maire, j’aurai des professeurs » alors que ni la construction des uns ni la nomination des autres n’étaient de son ressort !

Néanmoins, grâce à ces pieux mensonges on implanta, puisque le bâtiment de 1913 n’était pas dilatable, un bâtiment préfabriqué (3 classes) acheté par la commune en 1963 (il existe encore) puis en 1969, 70 et 71 trois bâtiments préfabriqués appartenant à l’état car à cette dernière date on arrivait à 333 élèves et 14 classes.

Au cours de cette période d’agrandissement, en 1965, un bâtiment en dur avait été construit qui nous donnait deux préaux, un bloc sanitaire, une cuisine et deux réfectoires et libérait trois petites salles immédiatement converties en salles de classes. Il n’en restait pas moins que si les classes étaient beaucoup moins chargées (On avait alors en 1971, 4 classes de 6ème, 4 classes de 5ème, 3 classes de 4ème et 3 classes de 3ème) le taux d’occupation des locaux atteignaient tout de même 90 % c’est-à-dire que chaque salle était pratiquement occupée à toutes les heures de la semaine et il faudra attendre patiemment l’année 1975 pour voir la construction d’un groupe scolaire primaire et maternelle ce qui libérera 9 salles au Collège et nous mettra à l’aise tout en permettant de se débarrasser de trois bâtiments préfabriqués aussi inesthétiques qu’inconfortables.

Je viens de dire Collège oui car, en 1960, les cours complémentaires sont devenus « Collège d’enseignement général” (C.E.G.) pendant que les Collèges urbains sont devenus “collège d’enseignement secondaire” (C.E.S.), la mesure est surtout d’ordre pédagogique, désormais tous les collèges (C.E.S. ou C.E.G.) ont les mêmes programmes d’études, on peut donc faire sa scolarité aussi bien dans les uns que dans les autres : c’est un nouvel avantage pour les enfants des populations rurales.

Puis en 1968, le C. E. G. de NEXON a été municipalisé, c’est à dire que le cordon ombilical qui le liait à l’école de garçons a été coupé, il est maintenant autonome, c’est vraiment un établissement secondaire avec sa direction propre et son budget propre -budget qui reste néanmoins alimenté et géré par la Municipalité de NEXON.

Et enfin, nous en arrivons à l’histoire contemporaine en 1976 (loi HABY) le C.E.G. de NEXON comme tous les CEG ou CES de France devient purement et simplement un “collège“ il n’y a plus, désormais, aucune différence administrative ou pédagogique entre tous les établissements portant ce nom.

En 1978, le Collège de NEXON sera nationalisé, ce qui veut dire que financièrement il établira lui-même son budget, le gérera lui-même, ce budget étant alimenté par l’état et les communes qui y envoient leurs enfants.

Cette nationalisation amènera de nouveaux personnels d’intendance, de bureau et de service tous fonctionnaires ou agents de l’Etat. Elle améliorera les ressources de l’établissement et son fonctionnement et ouvrira une ère nouvelle au cours de laquelle il faudra moderniser et embellir les bâtiments car tout comme un bureau des P.T.T., une gare, une gendarmerie, ou une mairie, un collège devrait être fonctionnel, confortable et coquet. Déjà au moment où sont écrites ces lignes une tranche importante de travaux va s’ouvrir par la réfection totale de l’installation de chauffage du bâtiment 1913, d’autres devront suivre.

A la fin de cette longue histoire, tout en étant satisfait bien sûr des progrès accomplis peut-on regretter que l’évo1ution soit si lente et qu’au bout de 30 ans il reste autant de travail à faire au Collège, peut-être est-ce normal car alors nous n’aurions plus de soucis…

 

II – LE COLLEGE ACTUEL

Il accueille selon les années presque 300 élèves répartis en un nombre de divisions qui varie lui aussi en fonction de l’effectif réel, la norme actuelle est de 24-25 élèves par classe. Aussi cette année (1979-80) nous avons deux classes de 6ème, 4 classes de 5ème, 4 classes de 4ème et 2 classes de 3ème et pour accueillir ces enfants il faut du personnel administratif, du personnel enseignant, du personnel d’intendance, du personnel de bureau, du personnel de service.

  1. LE PERSONNEL

1°) Personnel de direction, d’administration et d’intendance – 4 personnes

– L’établissement est dirigé par un Principal qui est responsable de tout ce qui se passe ou se fait dans sa maison.

– Un conseiller d’Education est plus spécialement chargé de ce qui se tient à la « Vie Scolaire ».

– Un secrétaire d’intendance s’occupe de la gestion financière

– Une employée de bureau est chargée du courrier

– Un professeur désigné par le Recteur prend la place du Principal en cas d’absence de celui-ci mais ce professeur n’étant pas déchargé de cours ne peut, en temps ordinaire, participer de près aux travaux de direction.

2°) Personnel enseignant – actuellement 17 personnes dont 15 professeurs d’enseignement Général de Collège (PEGC), 1 certifié, 1 adjoint d’enseignement.

3°) Personnel de surveillance : 2 surveillants d’externat chacun à mi-temps.

4°) Personnel de service : 1 cuisinier qualifié, un ouvrier d’entretien, 1 agent spécialiste, 2 agents non spécialisés, 1 agent municipal.

Si l’on compte l’Agent comptable qui, lui, n’est pas en poste à NEXON, on arrive ainsi à 30 personnes.

Par arrêté préfectoral du 6 février 1980, le Collège est autorisé à porter le nom de « Collège Arsène BONNEAUD »

Pourquoi ?

Simplement parce que depuis fort longtemps, il est d’usage d’honorer la mémoire de personnalités en donnant leur nom à un établissement scolaire. Il faut, bien sûr que « cette personnalité présente des mérites d’un caractère exceptionnel dignes d’un témoignage officiel ». Les exemples ne manquent pas dans notre région et ailleurs de lycées et de collèges portant le nom d’un savant, d’un écrivain, d’un artiste…

Qui fut Arsène BONNEAUD ?

C’était le fils d’un charpentier de village. A force d’études courageuses il devint professeur au lycée gay Lussac et à l’Ecole de Médecine de Limoges. Agrégé de physique il était aussi pharmacien, docteur en médecine, chimiste de la ville de Limoges, Ingénier des poudres.

En 1942 il entra en Résistance en disant : « Ce que je suis-je le dois à la république, il est normal de payer ses dettes. » Arrêté par la Gestapo en 1943, il mourut au camp de Buchenwald en mars 1944.

C’était un limousin, ses mérites furent bien exceptionnels, il était donc normal qu’il fût l’objet d’un hommage officiel.

B- LES LOCAUX

Le Collège dispose de trois corps de bâtiments.

  1. a) Bâtiment Ouest construit en 1913, remanié en 1958 il contient :

– dans son aile Nord : 2 salles d’enseignement général, 3 salles de langues, 2 salles de sciences, 1 salle de travail manuel.

– dans sa partie centrale : 4 logements de fonction et 3 classes d’enseignement général, 1 salle d’enseignement ménager, la salle des professeurs.

– dans son aile Sud : 4 salles d’enseignement général, 1 salle de permanence et 3 bureaux pour la direction, l’intendance et le secrétariat.

  1. b) Bâtiment Est, est constitué par les préaux, le bloc sanitaire, la cuisine, 2 réfectoires l’un de 250 places, l’autre de 150 et 5 logements dont la municipalité s’est réservée l’usage.
  2. c) Un bâtiment préfabriqué de 3 classes d’enseignement général.

Au total donc, 19 salles de classe dont 7 spécialisées, 1 salle de permanence, 1 salle des professeurs et 3 bureaux auxquels s’ajoutent depuis la rentrée 1979, 1 atelier pour le travail du bois et des métaux.

Nous sommes donc à l’aise mais il manque encore, et c’est un lourd handicap, un gymnase et un cabinet médical.

C- L’ENSEIGNEMENT

Il est exactement le même que celui dispensé dans n’importe quel autre collège de France (mêmes programmes, mêmes horaires). C’est celui du Français, des Mathématiques, des langues (Anglais, Espagnol), des Sciences physiques et naturelles, des Sciences humaines (Histoire – Géographie, Economie), de la musique, du dessin, de l’Education manuelle et technique et de l’Education physique. Tous les professeurs sont maintenant des spécialistes enseignant une matière ou deux au plus. Cette spécialisation a été réalisée essentiellement pendant les années 1960 et toutes les disciplines sont couvertes par les valences de maîtres sauf pour l’atelier bois – métaux où il serait souhaitable d’avoir un professeur de l’enseignement technique. Nos élèves n’ont donc pas, en général, de difficultés pour entrer, à l’issue de la classe de 3ème, dans les lycées où ils entament des études les menant aux baccalauréats ou aux brevets d’études professionnelles. .

D – LA MARCHE DE L’ETABLISSEMENT

1°) Les différents conseils :

  1. a) Le Conseil d’établissement : c’est si l’on peut dire, le parlement de la maison.

Composé du chef d’établissement qui le préside, de 5 représentants du corps enseignant, 5 représentants de l’administration et des services, de 5 représentants des parents d’élèves, de 5 personnalités locales et de 2 représentants des élèves il a à connaître de tout ce qui touche au Collège et trois fois par an au moins le Principal doit le réunir pour rendre compte de sa gestion et prendre ses avis.

  1. b) Le Conseil de discipline, émanation du Conseil d’établissement comprend 10 membres et sanctionne les fautes très graves par l’exclusion définitive de l’élève. Sans doute les enfants de la région sont-ils sages puisque ce conseil ne s’est réuni qu’une fois en vingt ans ! les peines moins graves sont prononcées par le chef d’établissement.
  2. c) Les conseils de classe, un par division, réunissent au moins une fois par trimestre les professeurs de la classe, deux représentants des parents d’élèves et deux élèves pour traiter de l’évolution des études, apprécier les résultats et à la fin de chaque année émettre un avis d’orientation concernant chaque enfant.

2°) La gestion de l’établissement :

  1. a) La gestion administrative et pédagogique : c’est le Principal qui en est responsable devant les autorités hiérarchiques : Inspecteur d’Académie et Recteur. C’est lui, qui chaque année prévoit la structure de l’établissement et l’organisation des services pour l’année suivante, il établit l’emploi du temps des classes. Il est chargé de veiller à l’application des lois, décrets, arrêtés et circulaires ministériels ou rectoraux relatifs à l’éducation. Il préside tous les conseils, est responsable de la sécurité des biens et des personnes, il représente le Collège auprès des autorités locales et le cas échéant en justice.
  2. b) Gestion financière, elle est caractérisée essentiellement par la séparation des pouvoirs : le Principal est ordonnateur des dépenses et recettes mais seul le comptable est habilité à payer les dépenses et à recouvrer les recettes. Aucun acte financier ne peut être réglé par une seule de ces deux personnes. Aucune d’elles ne peut remplacer l’autre. Le budget annuel est préparé par le Chef d’établissement et le gestionnaire puis soumis au Conseil d’établissement qui l’approuve où le rejette. Finalement après vote par le Conseil d’établissement, le budget est soumis au Recteur et devient exécutoire après approbation.

3°) La vie scolaire :

Au Collège de NEXON, jusqu’en 1979-80, les élèves ont 27 à 28 heures de cours par semaine autant que les élèves des écoles primaires, ceci a permis depuis toujours de faire coïncider les horaires des différents établissements scolaires et facilité l’org1nisation des transports scolaires. A l’heure actuelle, il existe 7 circuits de ramassage des élèves, 4 organisés par la Mairie de NEXON, et 3 autres organisés respectivement par les Mairies de Janailhac, Jourgnac et St-Hilaire Les Places et quel que soit son lieu d’habitation aucun élève ne passe plus d’une heure par jour dans le car.

L’an prochain (1980-81) l’horaire des élèves de 3ème et 4ème sera porté à 30 h 1/2 par semaine et il faudra alors modifier ces transports.

Les cours commencent à 9 heures, récréation d’un quart d’heure dans la matinée et s’achèvent è midi. Reprise des cours à 13 h 30 jusqu’à 16 h 30 avec récréation d’un quart d’heure. Le déjeuner a lieu à midi et alors 230 collégiens se mettent à table. Depuis 1978 la cantine est gérée par le Collège mais une convention passée entre le Principal et le Maire de NEXON permet d’y accueillir aussi 120 écoliers. Le Collège a fait un effort important depuis 1978 pour améliorer les repas : nomination d’un cuisinier de métier, équipement de la cuisine : chambre froide, armoire chauffante, carrelage intégral de cette cuisine, création d’un local spécial pour la plonge, d’un magasin pour les vivres, renouvellement des assiettes et couverts, achat d’assiettes à dessert. Les menus par leur contenu et leur présentation ne laissent rien à désirer et tout ce domaine de la demi-pension est surveillé et contrôlé périodiquement par le médecin scolaire et un docteur vétérinaire.

Mis à part le temps des cours et celui des repas, il reste très peu de temps libre aux collégiens de NEXON, c’est pour cela que foyers et clubs n’ont pas été mis en place ; mais les volontaires peuvent revenir au Collège le mercredi après-midi pour y pratiquer du sport au sein des équipes de l’établissement qui participent tous les ans aux championnats départementaux et académiques.

4°) L’équipement en matériel d’enseignement :

Dans ce domaine, un effort important a été fait depuis la municipalisation du Collège (1968). Bien sûr on peut être certain qu’il manquera toujours quelque chose mais jamais tout n’a été possible tout de suite.

Pour ne citer que quelques chiffres, dans le domaine de l’audio-visuel le Collège dispose à l’heure actuelle de :

– un rétroprojecteur ;

– seize électrophones ;

– cinq magnétophones à bande ;

– un téléviseur ;

– un appareil photo ;

– sept microscopes types PCB ;

– deux loupes monoculaires ;

– un opascope ;

– un projecteur cinéma 16 mm ;

– un projecteur cinéma 8 mm ;

– quatre magnétophones à cassettes ;

– deux postes de radio à modulation de fréquence ;

– quatre loupes binoculaires ;

– deux photocopieurs,

et de 1970 à 1976, plus de 10 millions d’anciens francs ont été consacrés à l’achat de matériel d’enseignement.

EN CONCLUSION :

Après une enfance et une adolescence difficiles de 1947 à 1968, le Collège de NEXON a atteint une taille normale et une très bonne santé.

 

III – LE COLLEGE DANS LE FUTUR :

Il est toujours difficile de faire de la prospective, soyons donc prudent !

Il est certain qu’en fonction de la démographie, les effectifs varieront chaque année mais s’ils ont suivi une courbe ascendante de 1947 (32 élèves) à 1972 (334 élèves) puis un fléchissement de 1972 à 1979 (270 élèves) dès l’année prochaine ces effectifs vont remonter et ceci jusqu’en 1983 au moins. Il est donc essentiel de lui maintenir une capacité d’accueil de 300 élèves au minimum sinon il arriverait un moment peut-être où faute de place les enfants de certaines communes voisines seraient dirigés vers SAINT-YRIEIX ou LIMOGES. Peu à peu, le Collège s’étiolerait puis fermerait ses portes. On retomberait dans la situation d’avant-guerre et quelques années après les familles, ayant vu les inconvénients d’envoyer leurs enfants dès l’âge de 11 ans en pension, redemanderaient la création d’un collège à NEXON. Mais comme “tout homme bien portant est un malade qui s’ignore », il est indispensable d’entretenir le Collège et de lui donner les équipements qui manquent encore.

A court terme, il faut créer un gymnase et refaire la toiture du bâtiment Ouest, à court terme aussi, il faut remplacer le bâtiment préfabriqué par une construction en dur englobant un cabinet médical et, refaire les peintures intérieures du bâtiment Ouest. Le matériel de cuisine devra être complété (sauteuse, fours électriques).

A moyen terme, il sera nécessaire de refaire les plafonds et poser des revêtements de sol dans ce même bâtiment. Bien sûr, cette vieille construction de 1913 est solide mais les exigences de la vie ne sont plus, à l’heure actuelle, ce qu’elles étaient au début du siècle. Cela fait beaucoup de travail et représente beaucoup d’argent, mais, il ne faut pas que l’œuvre de rénovation de modernisation d’embellissement qui a entrepris dans les bâtiments publics depuis quelques années passe à côté des établissements d’enseignement.

Souhaitons donc au Collège de NEXON, puisque c’est notre Collège, une très longue vie.

 

Bulletin Municipal d’Information n° 107 -4eme trimestre 1979 ; n°108- 1er trimestre 1980 ; n°110 – 3eme trimestre 1980 ; n° 111 – Décembre 1980.

Le Bulletin municipal n°58 d’Octobre-Novembre 1969 annonçait :

« UNE DÉCOUVERTE INTÉRESSANTE :

Si notre Limousin est riche en monuments historiques, il ne recèle par contre que peu de richesses préhistoriques, nos voisins de la Dordogne détiennent le ruban bleu dans ce domaine. Aussi quelle ne fut pas la surprise de Mr LALLET de Montezol lorsqu’il y a environ 18 mois il vit le sol de son enclos s’effondrer et mettre à jour un puits qui n’avait rien de naturel. Il le signala aussitôt, fit des sondages et découvrit un magnifique souterrain qu’il dota ensuite d’une entrée plus accessible que le puits profond.

Le souterrain a été exploré par GIZARDIN et LEMOINE père et fils, membres de la société archéologique ; il est semblable à un grand nombre de souterrains découverts à ce jour, tant par sa forme et son orientation que par sa longueur, (varie de 15 à 25 mètres). Il retient toutefois l’attention parce qu’il est entièrement maçonné, ce qui est très rare. LES AVIS des spécialistes sont très partagés en ce qui concerne son utilisation. Il semble cependant que la majorité est d’accord pour admettre que ces endroits étaient des lieux réservés au culte des morts. Pour la date de construction il est vraisemblable qu’elle se situe aux environs de 2500 ans avant J.C.

Mr LEMOINE a pris plusieurs photos des lieux ; elles sont très réussies et elles enrichiront heureusement les archives communales.

Signalons toutefois qu’il y a de très grands dangers et de grandes difficultés à s’aventurer dans le souterrain. »

L’entrée créée par M. LALLET

   Un passage étroit dans une galerie

 

Vue d »une salle en arrière plan

Carrefour de galeries

Finalement les experts ont considéré que ce souterrain était banal et on n’en a plus parlé. Dommage!