Archives de catégorie : Gendarmerie

LOGO2Les gendarmes à Nexon : 1945 – 2020 (III)

A la fin de l’année 1944, 11 gendarmes sont présents à Nexon :

-Joseph GRANET, Maréchal des logis chef arrivé le 5 mai 1944 en remplacement du chef MAGNOL. Il fera 8 mois à Nexon qu’il quittera en janvier 1945.

-Dans l’ordre de leur arrivée à Nexon, Louis BERTHOUX,1er juin 1941; André CELERIER, 15 avril 1941; Emile FAYE, 1er juin 1941; Joseph OLMEN, 27 décembre 1940; Paul GAUDY, 9 octobre 1942; Jean GAUTHIER, 1er avril 1942; Roger MANDET, 8 mars 1943; Gaston PRILLEUX, 12 novembre 1943; Fernand DEMICHEL, 19 janvier 1944; René DUCOURTIEUX, 11 mai 1944;

Au cours de l’année 1944 les mouvements ne sont pas nombreux dans la gendarmerie à Nexon. Ils vont s’accélérer en 1945 avec huit départs.

I- La gendarmerie à Nexon de 1945 à 1958

Au plan national l’année 1945 va voir la publication de nombreux textes qui ramènent progressivement la gendarmerie à son organisation de 1939 et qui intègrent les évolutions internationales : création d’un corps de gendarmerie d’occupation déployé en Allemagne, des conséquences. La brigade de Nexon n’est pas impactée par ces évolutions.

Dès le 9 janvier 1945, le chef GRANET quitte Nexon. Puis ce seront les gendarmes OLMEN le 2 mars, PRILLEUX le 30 avril, FAYE le 9 mai, BERTHOUX et MANDET le 9 aout, GAUTHIER le 11 aout et DEMICHEL qui, partant le 31 octobre, aura passé un peu plus d’un an à Nexon. Ces huit départs vont, en partie, être compensés par cinq arrivées : le maréchal des logis chef Gustave DEVERNAY arrive le 9 février 1945 puis les gendarmes Pierre VILLARD le 1er juin, Lucien DUPLANT le 11 juillet, Henri RICARD le 17 septembre et Georges PECOUX le 13 septembre. De onze gendarmes au début de l’année 1945, la brigade de Nexon n’en compte plus, à la fin, que huit.

L’existence du camp d’internement à Nexon explique, en partie, la présence de gendarmes en nombre supérieur à celui d’une commune de même taille. Il y avait à la fois une brigade motorisée et une brigade territoriale; Ainsi les gendarmes CELERIER et GAUDY sont passés de la brigade motorisée de Nexon à la brigade territoriale.

Les évolutions constitutionnelles de l’année 1946 ne vont pas non plus impacter la brigade, sauf à lui donner beaucoup de travail du fait des nombreuses consultations politiques qui se succèdent depuis le référendum du 21 octobre 1945, par lequel, en votant « oui » à 96 %, les français et les françaises, celles-ci votaient pour la première fois, ont mis fin à la Troisième République et mis en place l’Assemblée Constituante élue le même jour. Il y eu le référendum du 5 mai 1946 qui a rejeté le projet de Constitution, les élections constituantes le 2 juin, un nouveau référendum le 13 octobre qui approuve le projet de Constitution dont le texte sera promulgué le 27 octobre 1946 devenant la Constitution de la Quatrième République et les élections législatives du 10 novembre.

En 1946 , la brigade a connu moins de mouvements que l’année précédente. Il n’y a pas eu d’arrivée mais 3 gendarmes sont partis ce qui a ramené les effectifs à six.

Lucien DUPLANT, en quittant Nexon, a effectué la suite de sa carrière dans l’Indre, son département de naissance, avec une interruption de 2 ans, de février 1947 à mars 1947, à la 3ème Légion de Garde Républicaine Mobile (GRM) en Indochine. Pour sa retraite il est venu habiter à Nexon ou il est décédé en mars 2012, dans sa 92ème année .

Pendant l’année 1947 il n’y a pas de mouvement à la brigade. Elle compte toujours six gendarmes.

En 1948, Paul GAUDY quitte la brigade ainsi que René DUCOURTIEUX, ce dernier y reviendra en 1952. Deux arrivées compensent ces deux départs, celle du Maréchal des logis chef, Louis DEBERNARD et celle du gendarme Georges DOUSSAUD.

Du fait de ces mouvements, à la fin de l’année 1948, la brigade compte toujours six gendarmes.

Il n’y a pas de mouvement en 1949 ni en 1950 et 1951. Pendant ces trois années la brigade de Nexon était ainsi composée:

En 1952 le chef PIERRE quitte Nexon et le gendarme DUCOURTIEUX y revient. Il y restera jusqu’à sa retraite en 1970.

En 1953 le chef DEBERNARD part à la retraite, et la commune de Nexon lui rend un bel hommage dans la presse. Il est remplacé par le chef RICHEMOND.

Le Populaire-29 janvier 1953

De 1953 à 1958 il n’y a pas mouvement à la brigade.

Au cours de l’année 1958 les gendarmes RICARD et VILLARD ont quitté Nexon. Est arrivé le gendarme François BOURBOULOU et sans doute Gabriel VIDEAUT mais je n’ai trouvé la date de son arrivée ni celle de son départ.

II- La gendarmerie à Nexon de 1958 à 1980

En 1959 François BOURBOULOU quitte Nexon où il sera resté moins d’un an mais également André CELERIER. Ce gendarme était présent à Nexon depuis 1941 où il a donc passé 18 ans et un mois. Il connaissait tout le monde et tout le monde le connaissait. Il n’est pas le seul à être resté aussi longtemps dans la brigade comme nous le verrons plus loin mais une telle durée n’est plus possible aujourd’hui. Les missions des gendarmes ont changé, ils n’ont plus en charge la connaissance de la population qu’ils avaient alors et de toute façon ils ne pourraient pas le faire tant leurs zone d’exercice c’est étendue.

Le gendarme André CELERIER à Nexon de mars 1941 à mai 1959.

Pendant les années cinquante et soixante il y eu pratiquement toujours trois gendarmes présent depuis au moins six ou sept ans dans la brigade. Ceci explique le faible nombre de mouvements au cours de cette période. Une seule arrivée a eu lieu en 1959, celle du gendarme Maurice FERRET qui remplace BOURBOULOU. Pendant près de cinq ans il n’y aura pas de mouvement et la brigade ne changera pas.

Le 7 janvier 1964 le commandant de brigade, Jean Lucien RICHEMOND part à la retraite qu’il passera dans sa Corrèze natale. Il est remplacé par le chef André RIVET qui arrivant à Nexon le 1er février y restera 5 ans avant de partir à Calus et de terminer sa carrière en 1978 à Limoges avec le grade de Major. Il revient alors à Nexon avec son épouse Renée pour y passer sa retraite. Il est décédé le 20 mars 2016 à 92 ans.

Le major André RIVET

En 1965 et en 1966 il n’y a aucun mouvement à la brigade que commande le maréchal des logis chef RIVET.

En 1967, le 9 juillet, c’est le départ du gendarme DOUSSEAUD qui a passé 18 ans et 7 mois à Nexon. C’est le plus long séjour en continu d’un gendarme à Nexon. Il est remplacé par René PICHON qui arrive à NEXON le 15 octobre 1967.

En 1968 il n’y a aucun mouvement de personnel par contre en 1969 le commandant de brigade change : le chef RIVET part commander la brigade de Chalus et l’adjudant Charles MEIRAUD le remplace. Arrivent également deux gendarmes, Claude PEYRELADE et Désiré MEYNIEUX. La brigade est ainsi composée:

En 1970 on note deux départs et deux arrivées. Le premier départ est celui de René DUCOURIEUX. En deux séjours il aura passé 21 ans et 4 mois à Nexon et il y restera pour passer sa retraite. Décédé le 7 mars 1985 à 70 ans, il n’a pas vu mourir son Jean Pierre, emporté par la maladie à 58 ans le 12 aout 2004. Nous nous connaissions bien, il avait un an de plus que moi et nous étions collègues à l’Université de Limoges ou il enseignait la Mécanique. C’était un garçon brillant, calme, discret et serviable.

Le second départ a été celui de René PICHON qui aura passé presque trois ans à Nexon.

La première arrivée est celle de Roland PINTAUD le 16 mars suivi le 16 septembre de celle de Raymond FAYE.

Pendant les deux années 1971 et 1972 il n’y a aucun mouvement de personnel. En juillet 1973 arrive le gendarme André FARGEAS qui restera un an tandis que part Maurice FERRET. Le 1er novembre 1974 Dominique LENOIR est nommé à Nexon et le 16 juillet 1975 Claude PEYRELADE part pour la brigade de Grand Bourg en Creuse puis celle de Pierre Buffière qu’il commandera avec le grade d’adjudant. Il reviendra à Nexon pour y passer sa retraite. Le 1er septembre 1975 Raymond DESBORDES est nommé à Nexon.

Après ces départs et arrivées, pendant près de cinq ans la brigade ne va connaitre aucun mouvement.

III- La gendarmerie à Nexon de 1980 à 2020

Le 15 septembre 1980 l’adjudant Pierre COEUR arrive à Nexon et le 31 décembre c’est Dominique LENOIR qui s’en va.

Le 17 avril 1981, jour de ses 55 ans, Charles MEIRAUD, commandant la brigade, titulaire de la Médaille Militaire, prend sa retraite. Il reste à Nexon où il va s’investir dans l’Association des Anciens Combattants dont il deviendra président. Il décède le 10 octobre 2014. Pour compenser les départs il faut des arrivées et le 12 fevrier 1981, Roland PEDELAC est nommé à Nexon.

Le 31 aout 1984 Raymond FAYE fait valoir ses droits à la retraite après 14 ans et 1 mois de présence à la brigade de Nexon. Il choisi d’y passer sa retraite, pas loin de sa commune de naissance, Saint Hilaire les Places et très près de sa fille Martine qui a connu Nexon avant d’y travailler, ayant vécu avec ses parents dans la caserne qui était alors rue Champlain. C’est avec l’aide de Martine que tout le monde a reconnu, oui Martine qui accueille tous ceux qui viennent à la mairie avec une grande gentillesse , qui connait tout le monde et qui m’aide beaucoup pour la réalisation de ce blog, en particulier pour ce chapitre. Son papa m’a aidé à comprendre l’évolution de la gendarmerie, à préciser les dates d’arrivées et de départ de certains. parmi ses occupations de retraité il y l’association des anciens combattants qu’il préside. Merci aussi à Dominique LENOIR qui m’a raconté quelques souvenirs de son passage à Nexon et qui réalisé un beau parcours en terminant commandant de la brigade de Nantiat.

De 1981 à 1984 la brigade va rester avec la même composition :

Le 1er mars 1985 Pierre COEUR quitte Nexon pour Aixe sur Vienne. Au cours de son séjour de moins de cinq ans il a été promu Adjudant puis Adjudant chef. Il a été remplacé par l’adjudant René MAYERAS.

Bulletin Municipal d’Information n° 129, juin 1985

Le 1er janvier 1985, Alain COMBEAU est arrivé à la brigade. Dans la brigade il y un sixième gendarme, Jean Marie POLO dont je ne connais pas les dates d’arrivée et de sortie.

La brigade est ainsi composée:

En 1986 Désiré MEYNIEUX quitte la brigade pour prendre sa retraite après presque 17 ans passés à Nexon. Il a été remplacé par le gendarme André CRUGNAUD qui passera lui aussi près de 18 ans à Nexon. Pendant son séjour il a cherché à reconstituer la liste de ses anciens. C’est grâce à son travail que je peux écrire cette histoire des gendarmes à Nexon.

En 1987 arrive Jean Marc ROUDIER tandis que Jean Marie POLO quitte Nexon.

En 1988, après un peu plus de 13 ans passés à Nexon, Raymond DESBORDES quitte la brigade. Il est remplacé par le gendarme Gérard GIRODIAS.

En 1989 l’adjudant MAYERAS fait valoir ses droits à la retraite et l’adjudant CHEVALLIER prend le commandement de la brigade.

L’année 1989 a été marquée par le départ de l’Adjudant MAYERAS, admis à faire valoir ses droits à la retraite à compter du 10 octobre. Dès le 1er octobre il est remplacé dans ses fonctions de Commandant de Brigade par l’Adjudant CHEVALLIER. Le 29 décembre, c’est le Gendarme Roland PINTEAUX qui après un tout petit peu moins de 20 ans de présence à Nexon, accéda également à la retraite. Il sera remplacé dès le 16 janvier 1990 par le Gendarme Pascal PRUVOT .

Il n’y a pas de mouvement en 1991 et en 1992 le gendarme PRUVOST quitte la brigade et arrive le maréchal des logis chef JACQUET.

Le 1er avril 1993 le maréchal des logis chef Marc CLAISSE est nommé commandant de la brigade de Nexon en remplacement de l’Adjudant chef CHEVALLIER qui a fait valoir ses droits à la retraite. Il est décoré de la Médaille militaire par décret du 21 avril 1993. En 1994 on note le départ du gendarme CRUGNAUD et l’arrivée du maréchal des logis chef Maurice ROUX-DURRAFFOUR. La médaille militaire lui a été décernée lors de la promotion du 31 décembre 2010 alors qu’il avait atteint le grade de Major.

Il n’y aura pas de mouvement pendant les années 1995, 1996 et 1997.

En 1998 le Maréchal des logis chef ROUX-DURRAFFOUR quitte Nexon et arrivent les gendarmes FERRER et LAURENT, ce dernier étant gendarme adjoint volontaire (GAV).

En 1999 il n’y a pas de mouvement et en 2000, au début de l’année le gendarme COMBEAU quitte la brigade et il est remplacé par Roland PEDELAC qui revient à Nexon avec son séjour au début des années 1980. A la fin de l’année l’adjudant chef CLAISSE quitte Nexon pour Limoges. Il sera remplacé au début de l’année 2001 par l’adjudant WOZNY.

En 2001, 2002 et 2003 il y a peu de mouvement sinon la fin du contrat du GAV LAURENT et la structure de la brigade est la suivante:

Au début de l’année 2004 les gendarmes CRUGNAUD et PEDELAC quittent Nexon. Ils sont remplacé par les gendarmes Rodolphe DUMAS et Christophe LINGLIN.

En 2006 arrivent le maréchal des logis chef Mathieu LE BAUZEC qui prendra le commandement de la brigade en 2011 et le gendarme Régis LAINE tandis que Jean Marc ROUDIER quitte Nexon.

En 2007 le maréchal des logis chef RIPOLL est nommé à Nexon où il restera jusqu’en 2012. Cette année là la brigade comptera pour la première fois une femme, Anne Lise LUCAS, gendarme auxiliaire volontaire.

En 2008 arrive le gendarme Benoit BOUCHOT qui restera à la brigade jusqu’en 2012.

En 2009 le gendarme JACQUET quitte Nexon.

Le 1er février 2011 l’Adjudant-chef Alain WOZNY quitte Nexon pour Uzerche. Le 1 septembre 2011 il est promu au grade de Major.

Le 1 mars 2011, le Maréchal des logis chef Matthieu LE BAUZEC prend le commandement de la brigade. Il est promu adjudant le 1 septembre 2011. cette même année, la brigade accueille sa deuxième gendarme, Nadège LACHAUD. Depuis le décret du 10 février 1983 qui autorisait l’entrée des femmes dans la ,gendarmerie en limitant leur nombre à 5% du corps, la féminisation c’est faite lentement. A partir de 1985 ce pourcentage a augmenté d’un demi point par an. En 1993 a lieu la nomination de la première femme commandante de brigade à Saint-Mamet-la-Salvetat (Cantal). Le 21 novembre 1996 la diffusion du premier épisode de la série Une femme d’honneur, sur TF1 qui raconte les missions d’une dynamique commandante de brigade, interprétée par la comédienne Corine TOUZET, rencontre un grand succès avec 11,5 millions de téléspectateurs. En 2020 la part des femmes dépasse les 20% et à Nexon ce pourcentage est largement dépassé .

Le gendarme Oualid CHAMI arrive à Nexon en septembre 2012, il est promu au grade de maréchal des logis chef le 1er mai 2013.

Le 30 juin 2014, lorsque l’adjudant LE BAUZEC quitte le commandement de la brigade de Nexon pour celle de la Coquille, c’est le maréchal des logis chef CHAMI qui assure le commandement de la brigade jusqu’à l’arrivée de l’adjudant FLOC’H, le 16 mars 2016.

L’adjudant Matthieu Le Bauzec au centre avec son épouse entouré à gauche du maire de Nexon, Fabrice Gerville Reache,
et de son supérieur hiérarchique , à droite du maréchal des logis chef CHAMI. Photo Le Populaire 4 juillet 2014.
Le Populaire 4 juillet 1914

Le maréchal des logis chef, Oualid CHAMI, qui assura la suppléance du commandant de brigade a été promu adjudant le 1 octobre 2016.

Le 16 mars 2016, l’adjudant Yannick Le FLOC’H prend le commandement de la brigade. En 2017 elle est ainsi composée :

En 2021, dans la brigade commandée par l’adjudant FLOC’H, il y a trois femmes sur les six membres qu’elle compte.

IV – Les commandants de brigade depuis 1946

Depuis 1946 la brigade a connu 13 commandants. Les durées de commandement varient de 3 ans et 3 mois (LE BAUZEC) à 12 ans (MEIRAUD), 11 ans (RICHEMOND), 10 ans (WOZNY).

En moyenne les commandants de brigade restent 5 ans en poste. Les longues durées étaient fréquentes jusqu’au début des années 1980. Elles sont plus rares par la suite et si l’Adjudant-chef WOZNY est resté en poste 10 ans « on dit » que c’est parce que son épouse travaillait à la poste à Nexon. Il m’étonnerait que le commandement de la gendarmerie soit sensible à ces situations !

Pour certains des commandants de brigade Nexon a été un poste de fin de carrière, pour d’autres une étape vers le grade de Major. ce grade ayant été créé en 1972, cette remarque ne vaut que pour ceux qui ont commandé la brigade après cette date.

V- Les activités de la brigade hier et aujourd’hui.

Il saute aux yeux que depuis le début des années 2000 il y a une rotation plus rapide des personnels. Comme dans toutes les professions l’organisation du travail évolue et les missions changent.

Les gendarmes sont des militaires, profondément attachés à ce statut que la réforme de 2009, en les rattachant au Ministère de l’Intérieur, n’a pas modifié. La condition militaire en 1950 et celle de 2021 sont différentes en termes de disponibilité et de congés en particuliers, dans la manière de travailler… Les casernes qui n’étaient pas toujours très confortables ont le plus souvent été transformées en pavillons individuels. Les astreintes qui revenaient très souvent, les amplitudes de travail qui dépassaient souvent 12 heures, les réveils en pleine nuit… sont des conditions que ne connaissent pas celles et ceux pour qui le règlement actuel précise que, dans toute la mesure du possible, la journée de travail doit se dérouler entre 7 heures et 18 heures, et la durée hebdomadaire moyenne du travail ne doit pas excéder trente-huit heures. De même le mode de calcul des 45 jours de permissions annuelles, calculé sur une semaine de cinq jours (hors samedi et dimanche), a pour effet d’octroyer 9 semaines de vacances.

Sil est militaire et qu’à ce titre le gendarme rempli des missions militaires (police militaire, concours aux autorités militaires, renseignement, protection…) il remplit deux autres missions : celle de police judiciaire qu’il remplit sous le contrôle du parquet et des juges d’instruction et celle de police administrative sous l’autorité du préfet et des autorités administratives.

La recherche et l’exploitation du renseignement est présente dans les trois missions mais elle ne s’effectue plus tout à fait de la même manière. La numérisation de l’information a fait de l’ordinateur l’outil quotidien du gendarme des années 2000. Il suit les déplacements des suspects en « épluchant » les listings des fournisseurs d’accès au téléphone ou les images des nombreuses caméras installées dans les rues et les magasins. Le développement du numérique, qui n’en est encore qu’à ses débuts, s’il est une source d’information est également, et de plus en plus, une source d’agression, d’attaques avec la cybercriminalité.

Le gendarme des années 1950 devait interroger les gens d’où sa présence longue sur un territoire « où le gendarme savait tout » comme me le disait un ancien gendarme. Rien de ce qui se passait à la campagne n’échappait à la vigilance des habitants. Dans un village où tout le monde se connaissait, où les mêmes familles vivaient depuis des décennies le moindre évènement était noté, rapporté…

Ajoutons depuis le début des années 1960, l’accroissement considérable de la circulation automobile avec les infractions et les accidents qui en découlent a induit une mission d’assistance et de secours nouvelle . dans certaines zones elle qui a nécessité la création d’unités spéciales comme les Pelotons de Gendarmerie en Haute-Montagne (PGHM).

Du fait du niveau scolaire plus élevé des gendarmes, tous bacheliers, la hiérarchie monte en grade. Pendant les années 1950-1960 le commandant de brigade était maréchal des logis chef, depuis 1970 il est adjudant ou adjudant chef.

Dans un monde qui bouge rien n’est jamais fini et de nouveaux dangers apparaissent comme la drogue dans les plus petits villages de nos campagne, certains comportements cachés ou ignorés ne le sont plus comme les violences aux femmes, les abus sexuels… Ceci a donné de nouvelles taches d’investigation et d’enquête et des nouvelles missions comme la sensibilisation des collégiens mais aussi des familles.

Le gendarme des années 1950 n’avait pas le baccalauréat alors qu’il est exigé pour le jeune qui veut passer le concours d’entrée en gendarmerie ( ce qui n’est pas le cas pour les gendarmes auxiliaires volontaires). M. FAYE m’a expliqué qu’ après une période dans l’armée où il était sergent il s’est présenté à la brigade d’Eymoutiers et après un entretien avec le commandant il a eu à faire une dictée et des exercices de mathématiques et une rédaction. La moralité des candidats était plus importante que leurs connaissances littéraires ou scientifiques et comme on connaissait non seulement les parents mais aussi les grands parents, les amis, la compagne il était facile de se faire une idée des qualités ou des défauts du jeune qui se présentait.

Il était courant de dire, jusqu’aux années 1970, que la famille du gendarme était la gendarmerie. Certains comparaient leur métier à une vocation. On dehors des engagements religieux on le disait d’autres métiers comme médecin ou infirmière… ce n’est plus le cas aujourd’hui même si être gendarme n’est pas un métier comme les autres, c’est un engagement.

Pour avoir une idée de l’activité de la brigade de Nexon je reprends les grandes lignes du procès verbal publié dans le bulletin municipal pour les années 1988, 1989 et 1991.

  • ACTIVITES DE LA BRIGADE DE GENDARMERIE DE NEXON EN 1988

Effectif moyen : 3,2 / 6

Nombre d’heures d’activité journalière : 8,14

Crimes et délits de police judiciaire constatés : 116 dont 86 élucidés

Personnes mises en cause par indices de culpabilité : 61

Personnes présentées au Parquet et écrouées : 2

Personnes recherchées, découvertes par l’unité : 12

Vérification d’identité de personne : 686

Vérification de véhicules : 205 dont faisant l’objet de recherches : 9 personnes – 3 véhicules

Infractions au Code de la Route constatées : 7 délits – 49 contraventions dont 11 étaient susceptibles de donner lieu à retrait de permis de conduire

Enquêtes traitées : 245 judiciaires – 241 administratives – 83 militaires pour un total de 569 enquêtes.

Kilomètres parcourus : 28.004

Accidents corporels constatés : 11

37 usagers impliqués : 9 blessés graves – 19 blessés légers – 9 indemnes.

causes : 1 vitesse excessive – 2 circulation à gauche – 1 influence de l’alcool – 2 changements de direction sans précaution – 1 dépassement dangereux – 2 autres causes infractionnelles : 1 dû aux intempéries – 1 causes indéterminées.

Nombre d’heures consacrées à la sécurité publique générale : 4.489 dont 1.126 de nuit

Il est à noter une recrudescence assez importante des vols et plus particulièrement dans les résidences secondaires et maisons d’habitation.

  • ACTIVITES DE LA BRIGADE DE GENDARMERIE DE NEXON EN 1989

Au cours de l’année 1989, la Brigade a constaté par procès-verbal :

1 crime au sens donné par le Code Pénal (tentative de hold-up à la Caisse d’Epargne le 13 octobre). L’enquête se poursuit pour retrouver le ou les auteurs de ce méfait ;

68 délits dont 62 ont été solutionnés (vols – escroqueries, abus de confiance, etc…) ;

102 délits et contraventions au Code de la Route et notamment 5 délits de fuite, tous solutionnés et 5 conduites sous l’empire d’un état alcoolique ;

145 procédures dites de renseignements judiciaires, soit d’initiative pour relater des faits particuliers à porter à la connaissance du Procureur de la République, soit sur réquisitions de ce magistrat ;

20 accidents corporels de la circulation routière qui ont fait 27 blessés, ce qui double les accidents par rapport à 1988. Il est à noter – une étude approfondie a été faite – que 14 de ces accidents mettent en cause des conducteurs de la circonscription ou des communes environnantes et que leur responsabilité semble être engagée. Je nommerais cela le « délit d’habitude ou de routine ».

Le total des procédures est de 420.

  • ACTIVITES DE LA BRIGADE DE GENDARMERIE DE NEXON EN 1991

En 1991, 48 vols se décomposant en 1 vol avec violences, 18 cambriolages et 29 vols divers ont été constatés. La première affaire (qualifiée « crime » par le Code Pénal) n’a pas été solutionnée à ce jour. 11 cambriolages et 11 vols divers ont eu une issue favorable. Par ailleurs 3 affaires de recel consécutives à des vols ont vu leurs auteurs découverts. Si les vols de toute nature se maintiennent au même niveau, les cambriolages continuent à progresser. Ils sont le fait de bandes organisées sévissant sur plusieurs départements. Les unités de recherches du groupement de la Haute-Vienne poursuivent les investigations sans relâche, en collaboration avec les brigades.

(1990 : 56 vols dont 14 cambriolages – 38 solutionnés dont 8 cambriolages).

54 autres délits (121 en 90) dont un éventail comprenant les escroqueries, les abus de confiance, des faux et usages de faux, le non-paiement des appels téléphoniques anonymes, des outrages, des coups et blessures volontaires, des violences sur des citoyens chargés d’un Ministère, défaut de carnet de circulation, ont été constatés. 60 ont été solutionnés (différence provenant du traitement d’affaires avec origine en dehors du canton).

Seulement une vingtaine de chèques sans provision ont été traités par la Brigade, le Parquet du Procureur de la République recevant maintenant directement les plaintes qui transitaient auparavant par la Gendarmerie.

279 procès-verbaux de renseignements judiciaires ont été établis (261 en 90). Il s’agit de procédures faites sur demande directe des Magistrats du Parquet mais aussi d’initiative.

8 accidents de la circulation routière ont nécessité l’intervention de la Brigade. Ils ont fait 3 blessés graves et 9 blessés légers. (En 90 : 13 accidents : 10 blessés graves et 6 blessés légers).

1 seul accident dû à l’alcoolémie, 2 à la vitesse, 3 à la non observation de la signalisation STOP, 1 à l’état de l’usager (malaise) et enfin 1 pouvant être imputé à un refus de priorité mais tous mettent en cause des conducteurs du canton ou des communes limitrophes, responsables de l’accident. Si une diminution des accidents est constatée, l’action de la Brigade n’y est certainement pas étrangère avec une chasse impitoyable des mauvais conducteurs notamment au niveau de l’alcoolémie. (21 infractions relevées en 90, 8 en 91) entraînant des suspensions de permis de conduire pour des durées relativement longues.

160 infractions ont été relevées (169 en 90).

Quelques anecdotes, à poursuivre …

Il arrive qu’au cours de leur carrières les gendarmes aient à gérer des situations qui n’existent plus ou qu’ils aient à intervenir pour des faits divers amusants.

Ainsi Dominique LENOIR, à Nexon de 1974 à 1980, se souvient du rituel d’ouverture des foires pour lesquelles les gendarmes devaient veiller à ce que les transactions ne débutent pas avant la sonnerie de la cloche.

Toujours a l’occasion d’une foire, un taureau qui au sortir de la bascule s’échappe au lieu de monter dans la bétaillère. Il fallu aller chercher le vétérinaire, Jean ATZEMIS, pour qu’avec une fléchette tirée avec son fusil a air comprimé il endorme l’animal.

Une autre fois, les gendarmes interviennent pendant la messe que célébrait l’abbé REDOR ayant été prévenus du cambriolage qui se déroulait dans le presbytère. Mais la vigilance du garagiste LASPEYRAS avait permis l’interpellation du voleur avant que curé et gendarmes arrivent sur les lieux du délit.

LOGO2Les gendarmes à Nexon : De 1830 à 1914 (I)

La gendarmerie a été créée par la loi du 16 février 1791 en remplacement de la maréchaussée. Loi relative à l’organisation de la Gendarmerie nationale est promulguée le 29 avril 1792.

La loi prévoit la création de 1560 brigades et leur répartition sur le territoire. La Haute-Vienne est dotée de 15 brigades et de 9 officiers. Nexon ne figure pas dans la liste, Saint-Yrieix, avec un lieutenant, et Chalus sont les brigades de l’arrondissement.

La loi du 28 germinal an VI (17 avril 1798) précise que « le corps de la Gendarmerie nationale est une force instituée pour assurer dans l’intérieur de la République le maintien de l’ordre et l’exécution des lois ».

Durant tout le Premier Empire, la Gendarmerie, en manque d’effectifs et mal formés, impose difficilement son autorité. Épurée sous la Restauration, elle est réorganisée par l’ordonnance du 29 octobre 1820, en 24 légions divisées en compagnies.

Un arrêté ministériel du 20 mars 1832 rend le port de la moustache obligatoire pour tous les militaires mais deux mois plus tard cette obligation ne s’applique plus aux gendarmes. Cette décision est très mal perçue et soulève un véritable tollé. Cependant il faudra attendre 1841 pour que les gendarmes aient de nouveau l’obligation de porter la moustache. Cette obligation perdurera jusqu’en 1933. Cette moustache, comme le bicorne, a contribué à fixer l’image des gendarmes dans l’imaginaire des français.

Le Petit Journal, 13 septembre 1896.

Quand a été crée la brigade de Nexon ? L’Établissement central d’administration et de soutien de la gendarmerie nationale (ESCAGN) interrogé n’a pas trouvé les documents créant la brigade de Nexon. La loi du 29 juillet 1850 fixant l’objectif d’une brigade par canton il est certain qu’au moins à cette date Nexon disposait d’une brigade.

En fait c’est bien plus tôt que la gendarmerie a été installée à Nexon. En effet les archives départementales de la Haute-Vienne possèdent les listes nominatives des recensements de la population depuis 1836. En recherchant dans ces listes j’ai trouvé les noms des gendarmes de Nexon et de leur famille dans le registre de 1836 et dans les suivants. J’en donnerait les noms un peu plus loin. On a donc la preuve que la brigade de gendarmerie de Nexon a été crée avant 1836 mais il manque encore la date précise de sa création.

La chaine hiérarchique entre le Ministre et les brigades a changé au rythme des réformes ministérielles. Ainsi la brigade de Nexon a été rattachée à Saint-Yrieix, Rochechouart et Limoges.  

Ainsi par la loi du 24 juillet 1873 qui divisait la France en 18 régions, la Haute-Vienne appartenait à la 1ère subdivision de la XIIe Région et Nexon à la 1ère subdivision.

Les débuts de la Troisième République sont surtout marqués par la question du maintien de l’ordre et la Gendarmerie a fortement été mobilisée lors des grèves et des inventaires des biens du clergé.

Le 21 mars 1904, une petite révolution dans l’uniforme du gendarme : le képi remplace le bicorne.

Quelques interpellations et actes de courage des gendarmes de Nexon entre 1860 et 1900.

La presse rend compte des nominations des officiers généraux mais rarement des gendarmes. Aussi la gendarmerie a créé ses propres journaux. Le Gendarme (1897-1913), Journal de la Gendarmerie, L’Écho de la Gendarmerie (1887 -), L’Avenir de la Gendarmerie, Le phare de la gendarmerie (1909), Le progrès de la gendarmerie, organe de défense des intérêts de la gendarmerie et de la garde républicaine. (1911-), Journal de la gendarmerie de France (1839-1849), Gendarmerie nationale et De la gendarmerie, 1839-1920…

Une tâche importante des gendarmes est la recherche des délinquants et leur interpellation. En juillet 1883 un hommage rendu aux gendarmes de Nexon pour avoir arrêté un voleur à Charroux avec un simple signalement.

Le Courrier du Centre 28 juillet 1883

L’année suivante, le 4 mars et le 5 avril 1884 Le Courrier du centre rend compte de deux arrestations de deux inculpés :

Le Courrier du Centre, 4 mars et 5 avril 1884

En 1891, c’est la perspicacités des gendarmes de Nexon qui fait avancer l’enquête sur le crime de Gorsas :

Mais les missions de la gendarmerie ne se limitent pas à la recherche et à l’arrestation des délinquants. Le décret du 1er mars 1854, indique que le devoir de l’Arme est d’agir envers « toute personne qui réclame son secours dans un moment de danger » et précise que « l’une de [ses] principales obligations : veiller à la sûreté individuelle » et ajoute, notamment en cas d’incendie.

La plus grande partie des chroniques d’actualité du Journal de la Gendarmerie, lancé en 1839, est consacrée au récit des « belles actions » de gendarmes sauveteurs. Sur les 400 militaires, qui, en moyenne, sont cités à l’ordre de la légion, un tiers environ sont récompensés pour des enquêtes menées à bien, des arrestations dangereuses et des opérations de maintien de l’ordre difficiles. Les autres, une grosse majorité, sont distingués pour des actions de secours, parmi lesquelles la maîtrise d’animaux emballés devance largement le sauvetage des noyés et la lutte contre l’incendie.

C’est ainsi qu’a Nexon, le dimanche 30 décembre 1860, un cheval qui mangeait de l’avoine a été affolé par la foule qui sortait de l’église. Il s’est enfui au risque de blesser beaucoup de monde aussi le gendarme RAMA s’est élancé sur lui et lui saisissant la tête il a pu l’attacher.

Le Courrier du centre 31 décembre 1860

Mais si des animaux peuvent s’échapper et des chevaux s’emballer, les incendies sont une menace permanente dans une société où les murs sont en torchis et beaucoup de toitures en chaume. Vite prévenus par les habitants les gendarmes sont les premiers représentants de l’autorité arrivés sur les lieux. Leur rôle est d’autant plus important que les pompiers restent très rares dans les campagnes, mal formés et inégalement équipés. Leur mission, telle que la définit le décret de 1854 récapitule « [ordonner] toutes les mesures d’urgence », « sauver les individus en danger », « requérir le service personnel des habitants », « empêcher le pillage des meubles et effets évacués », enquêter sur les causes du sinistre, arrêter les suspects éventuels.

Le Petit Journal 19 janvier 1896

Lors d’un incendie qui a éclaté à Nexon dans la nuit du 7 janvier 1876, le gendarme à cheval GODON Jean Baptiste de la brigade de Nexon et trois autres collègues ont fait preuve de courage pour sauver une petite fille âgée de 2 ans qui était couchée dans son berceau, et pour en retirer une somme de 800 francs enfermée dans un meuble d’une chambre en feu dont le plafond était près de s’effondrer.

Cet acte de bravoure leur a valu plusieurs citations.

Le Courrier du Centre 11 janvier 1876

Une demande de médaille d’honneur faite en faveur du gendarme GODON a été transmise par le ministre de la guerre à son collègue de l’intérieur. — Cette médaille lui a été accordée avec une citation à l’ordre du corps d’armée « pour le courage qu’il a déployé dans un incendie, à Nexon, et dans lequel il a, au péril de sa vie et en se blessant lui-même, sauvé un enfant de deux ans, abandonné par sa mère malade, et être retourné un instant après dans la même chambre pour sauver une somme de 800 fr. qui était tout l’avoir de celle pauvre femme. »

GRADEPOST, gendarme à Bort (Corrèze), le 20 janvier 1875 est mis à l’ordre de la légion et du 12° corps d’armée pour s’être signalé par son énergie, son entrain et son intelligence dans un incendie qui a eu lieu à Nexon (Haute-Vienne), où il se trouvait en permission.

DEFRENE, gendarme à Nexon, est le 31 juillet, mis à l’ordre de la légion pour le zèle et le grand dévouement qu’il a déployés dans un incendie qui a éclaté à Nexon et qui aurait causé de grands ravages sans l’activité, l’énergie et le courage qu’on a mis à le circonscrire. — GODON et DUCLOUX, gendarmes, même citation.

En avril 1882 les gendarmes de Nexon interpellent arrêtent l’auteur de l’incendie d’une maison à Saint Priest Ligoure :

Le Courrier du Centre 12 avril 1882

Noms de quelques gendarmes en poste à Nexon de 1836 à 1914

En 1836, le recensement révèle qu’il y a à Nexon 3 gendarmes et le commandant de brigade. Jean GAUTHIER, 53 ans, est brigadier. Il vit à la caserne avec son épouse Justine Sarazin, 38 ans, et leurs cinq enfants, Olimpe, 17 ans, Estelle 10 ans, les jumeaux henry et Victor, 6 ans, et Barbe Corinne 3 ans.

Il y a trois gendarmes :

-Antoine CHEVALIER, 45 ans et son épouse Françoise TIONET, 45 ans.

-Vincent FLOIRAT, 45 ans et Scolastique CHAUMARD, 45 ans, son épouse.

-Louis THIRION, 56 ans et son épouse Marie LESCURAS, 50 ans.

Recensement de 1836. Archives départementales de la Haute-Vienne.

Le 26 septembre 1839 se présente un sieur MATHIEU Jean, gendarme à cheval qui déclare fixer sa résidence à NEXON et vouloir acquérir la Nationalité Française, étant né en Bavière. Le Brigadier de Gendarmerie de Nexon se nommait LACROIX, la brigade était pourvue de chevaux.

En 1841, le brigadier est Henry LACROIX, 42 ans. Il est avec son épouse Jeanne MUSMEURE, 41 ans, et leur fils Victor, 9 ans et sa nièce Françoise JENNE âgée de 11 ans.

Il y a trois gendarmes à la brigade :

-Jean François MATHIEU, son épouse Marie Joséphine GAUDIER et leurs deux enfants, Aménaide, 14 ans, et Julie, 10 ans.

-Antoine CHEVALIER, 48 ans, et son épouse Françoise TIONNET, 52 ans.

-Louis LIMOUSIN, 29 ans.

De 1841 à 1886 le recueil des recensements n’est pas conservé aux archives. cependant on peut suivre quelques gendarmes de Nexon au travers des articles de la presse qui en relatent les actes de courage, les décorations ou les nominations.

En 1866, la presse rend hommage au brigadier REBOUL, décédé encore jeune…

Le Courrier du Centre 9 aout 1866

En 1876 on retrouve les noms des gendarmes qui sont intervenus lors de l’incendie du 7 janvier de cette année évoqué plus haut : les gendarmes DEFRENE, DUCLOUX, DUPUY et GODON et le brigadier RASTOUIT.

On trouve également les noms des gendarmes récompensés par la Société des chasseurs de la Haute-Vienne. Celle-ci honore les gendarmes et les gardes champêtres qui ont œuvré en faveur de la chasse. Les chasseurs sont particulièrement reconnaissants aux gendarmes pour les interpellations de ceux qui chassent sans permis ; ces délits sont fréquemment rapportés par la presse.

En 1882 :

Le Courrier du Centre 26 aout 1882

En 1886, le commandant est le brigadier Jean ESCURE, âgé de 40 ans. Il est avec son épouse Marguerite BELLIGOU, 35 ans, et leurs deux enfants, Jean, 12 ans et Marie Louise 4 ans.

Il y a, à la brigade, quatre gendarmes :

  • Louis GODON, 38 ans, son épouse Marie CAMBREZY, 30 ans et leur fille Marie, 6 ans.
  • Antoine FROMENTIN, 35 ans, son épouse Marie MICHELOT, 29 ans et leurs deux filles Alphansa 7 ans et Marie 5 ans.
  • Pierre ROIG, 30 ans, son épouse Josèphe PARES, 21 ans, et leur fille Marie Jeanne, 16 mois.
  • Georges MARTINET, 35 ans, Marie Louise ARNAUD son épouse, 27 ans, et leur fille Marie âgée de 8 ans.

La moyenne d’âge est de 35,6 ans.

Pendant son affectation a Nexon, Pierre ROIG a eu un fils, Joseph, né le 27 juillet 1889. Il fut un héros de l’aviation pendant la première guerre mondiale et un pionnier de l’Aéropostale. J’ai publié son histoire le 7 novembre 2018 ici : http://etsinexonmetaitconte.fr/wp-admin/edit.php?s=Roig&post_status=all&post_type=post&action=-1&m=0&cat=0&paged=1&action2=-1

Le 24 mai 1889, l’Assemblée générale de la Société des Chasseurs de la Haute- Vienne décerne sa médaille d’argent au brigadier Jean ESCURE et aux gendarmes François DECHAMBRE et Pierre ROIG de Nexon. Le gendarme Georges MARTINET recevra la médaille de bronze.

La brigade en 1891.

Le brigadier est toujours Jean ESCURE et il est avec son épouse et ses deux enfants.

Il y a quatre gendarmes :

  • Antoine FROMENTIN, âgé de 40 ans avec son épouse Marie MICHELET âgée de 34 ans et leurs trois enfants Alphonse 12 ans, Marie 10 ans et Albert 2 ans.
  • François DECHAMBRE, 35 ans, avec son épouse Anne FRUGIER, 26 ans, et quatre enfants, Camille-Françoise, 8 ans, Alice 4 ans, Hippolyte 3 ans et Noémie 1ans.
  • Jean BONET, 35 ans et son épouse Marie CONSTANT, 27 ans.
  • Léonard BREILLOUX, 33 ans, son épouse Jeanne BAYLE, 27 ans, et deux enfants Joseph, 7 ans et Rose, 3 ans.

La moyenne d’âge est de 36,6 ans.

Le 28 décembre 1891 le brigadier à pied DUPUY, de Ruffec (Charente) est nommé à Nexon.

le 3 juin 1892 les gendarmes Jean BONNET et léonard BREILLOUX reçoivent la médaille de bronze de la société des chasseurs de la Haute-Vienne

Mutations du 28 décembre 1994 : Le brigadier à pied DUPUY quitte Nexon pour Allassac en Corrèze, brigade créée le 15 février 1895 ; Le gendarme à pied MOREAU est nommé brigadier à pied à Nexon.

Par décision ministérielle du 9 juin 1894, Léonard BREILLOUT, gendarme à pied à Nexon (Haute-Vienne), est nommé brigadier à pied à Barbezieux, en remplacement du brigadier DESFARGES, décédé.

La Charente, 22 juin 1894

Mutations d’octobre 1895 : Le maréchal des logis à pied DELAGE, de Saint-Laurent-sur-Gorre à Nexon, devenu poste de maréchal des logis.

La brigade en 1896 : le commandant de la brigade est le maréchal des logis Louis DELAGE, 46 ans avec son épouse Marie DUFOUR et trois enfants Clémence 17 ans, Ferdinand 11 ans et Raoul 9 ans.  

Il y a quatre gendarmes :

  • Antoine FROMENTIN qui était déjà dans la brigade en 1891avec son épouse et leurs trois enfants.
  • François DECHAMBRE également présent en 1891 avec son épouse et leurs quatre enfants.
  • Léonard LAFON, 46 ans, son épouse Anne SATO, 38 ans et leurs deux enfants Blanche 16 ans et Françoise 5 ans.
  • Jean BONNET, 40 ans, et son épouse Marie CONSTANT, 31 ans.

La moyenne d’âge de la brigade a augmenté et passe à 43,4 ans.

Décret du 8 juillet 1896 : Le gendarme GODON, 27 ans de service, est retiré à Nexon.

20 juin 1900 : Le brigadier à pied GAUTHIER, maréchal des logis à pied, est nommé à Nexon.

25 juin 1900 : le maréchal des logis à pied PAULY, de Carlux (Dordogne), passe à Nexon

La brigade en 1901 : le commandant de brigade est le maréchal de logis Lucien PAULY. Il est âgé de 43 ans et habite avec son épouse, Louise BARD âgée de 38 ans.

Il y a dans la brigade 4 gendarmes :

  • Antoine FROMENTIN, déjà présent en 1891 et 1896 avec son épouse et deux enfants, Marie qui a 20 ans et qui est couturière et Albert 12 ans.
  • François DECHAMBRE, 45 ans, avec son épouse Anne FRUGIER, 36 ans et 3 enfants, Françoise, 14 ans, Hippolyte 13 ans et Renée 11 ans.
  • Léonard LAFON, déjà présent en 1896 avec son épouse Anne et leur fille Françoise.
  • Jean BONNET et son épouse Marie CONSTANT, présents en 1896.

La moyenne d’âge de la brigade a encore augmenté pour s’établir à 48 ans ; ceci est dû au fait que deux gendarmes ont plus de 50 ans et que deux gendarmes sont présents depuis au moins dix ans à la brigade.

Recensement de 1901, Source : Archives départementales de la Haute-Vienne

En 1903 la Société des chasseurs de la Haute-Vienne récompense les gendarmes Jean FEVRIER et Pierre CHEVALIER de la médaille de bronze. GORDON, l’ancien gendarme qui a pris sa retraite, est devenu garde à Nexon. Il reçoit la médaille de bronze. Le Courrier du Centre 14 aout 1903.

Pour les exercices 1905-1906 la Société centrale des chasseurs décerne la médaille d’argent 2eme classe au maréchal des logis BREILLOUT et aux gendarmes FEVRIER et QUILLARD.

En 1906 le commandant de brigade est le maréchal de Logis Léonard BREILLOUT, 48 ans, avec son épouse Jeanne BAYLE, et 43 ans et leur nièce Marguerite, 5 ans.

Il y a toujours quatre gendarmes :

  • Léonard MARQUET, 42 ans et son épouse Jeanne DOUDET, 42 ans avec leur fils Maurice, 4 ans.
  • Louis QUILLARD, 26 ans, et son épouse marie GUILLIN, 22 ans. Ce sont les plus jeunes gendarmes que la brigade de Nexon a connu.
  • Louis CALES, 41 ans et son épouse Marie MERLE, 38 ans.
  • Jean FEVRIER, 33 ans, son épouse Jeanne BLANCHER, 27 ans et leurs deux enfants, René, 4 ans et Germaine, 1 an.

Par rapport à 1901 la brigade a été totalement renouvelée et la moyenne d’âge tombe à 36,6 ans.

Le Courrier du Centre 22 aout 1905

Pour l’année 1907, la Société centrale des chasseurs décerne au gendarme FEVRIER de Nexon, la médaille argent 1ere classe et au gendarme LALOI la médaille argent 2eme classe.

Par décision du Ministre de l’agriculture en date du 9 avril 1907, une plaquette et un diplôme sont attribués aux agents de l’autorité qui se sont spécialement distingués par leur zèle dans la recherche et la constatation des délits de chasse et de pêche. A Nexon sont honorés BREILLOUT, maréchal des logis de gendarmerie, et FEVRIER, gendarme à Nexon.

Tableau d’avancement aout 1908 : Comme brigadier à pied le gendarme FEVRIER, à Nexon.

23 juin 1909, la Médaille de bronze de la société des chasseurs de la Haute-Vienne est décernée au maréchal des logis BREILLOUT, à Nexon.

Lettres d félicitations : vices e félicitations sociétés d’éducation physique et de préparation au seroice militaire à la date du 30 décembre 1937

En 1911 le chef est le maréchal de Logis Anatole LARGE, 41 ans, son épouse Joséphine LARGE et leur fille Adrienne 10 ans.

La brigade compte toujours quatre gendarmes :

  • Paul LANTINIER, 32 ans avec son épouse Marie Louise, 28 ans, et leur fille Odette 3 ans.
  • Léonard GENET, 32 ans, son épouse Françoise, 29 ans, et leur fils André, 5 ans.
  • Martial MAGNONAUD, 31 ans, son épouse Marie, 28 ans et leur fille Rachel, 3 ans.
  • Albert AGLAURE, 31 ans et son épouse Valérie, 31 ans.

Comme en 1906, la brigade est entièrement renouvelée et la moyenne d’âge baisse encore à 33,4 ans.

Recensement de 1911. Source : Archives départementales de la Haute-Vienne

En 1913, par décision du 9 novembre, le ministre a conféré des récompenses honorifiques pour les soins ou les médicaments donnés gratuitement, soit aux militaires de la gendarmerie et à leurs familles, soit aux chevaux de l’arme. Parmi les médecins récompensés on relève le nom du Dr. THOMAS à Nexon qui reçoit la Médaille de vermeil (délivrées après 25 années de soins gratuits).

A suivre…