Une histoire illustrée de nexon
Header

L’inhumation dans une propriété privée est exceptionnelle mais elle est possible. Elle est autorisée par le préfet du département où est située cette propriété sur attestation que les formalités prescrites par l’article R. 2213-17 du Code Général des Collectivités territoriales (constat du décès par l’officier d’état civil) et aux articles 78 et suivants du code civil (relatifs à l’acte de décès) ont été accomplies et après avis d’un hydrogéologue agréé. Il faut que la propriété soit hors de l’enceinte des villes et des bourgs et à la distance d’au moins 35 mètres.

Sauf modification notable du site et de ses environs, si plusieurs inhumations ont lieu sur le même terrain privé, l’administration considère qu’il n’est point besoin de solliciter un avis pour chacune d’elles, le premier avis étant suffisant.

A Nexon les seules inhumations sur terrain privé au cours des dernières décennies ont été effectuées dans la Chapelle de la famille de Nexon située dans le parc du château.

La chapelle dans le parc du château sous le soleil de juillet  

La Chapelle avant sa rénovation

CHAPELLE DU PARC DU CHÂTEAU DE NEXON

SÉPULTURE DE LA FAMILLE DE GAY DE NEXON

 

– Baronne Jean-Baptiste de GAY de NEXON, née Anne de VEYRINAS (1736 – 1806)

– Baron Jean Baptiste Ferréol de GAY de NEXON Dit Monsieur de Campagne (1761 – 1844)

– Baron François Alexis de GAY de NEXON Chevalier de Saint Louis (1769-1837)

– Général Marquis Félix de NARP, Maréchal de camp près l’armée Belge (1786- 1844)

– Abbé Luc de GAY de NEXON, Grand Vicaire d`Oloron (1754 – 1846)

– Marie Clotilde de GAY de NEXON (1849- 1849)

– Comte Maurice de NARP (1824 – 1851)

– Marquise Félix de NARP, Née Alix Zoé de ROUVROY (1796 1851)

– Baronne François Alexis de GAY de NEXON, née Amable de BERMONDET de CROMIERES (1780-1858)

– Baron Astolphe Hippolyte de GAY de NEXON (1817 – 1876)

– Baronne Astolphe de GAY de NEXON, née Alix Clothilde de NARP (1828 – 1881)

– Baron Félix de GAY de NEXON (1850 – 1909)

– Baron Armand de GAY de NEXON (1847 – 1912)

– Baron Auguste de GAY de NEXON (1853- 1932)

– Baronne Armand de GAY de NEXON, née Marie-Antoinette de MONTBRON (1873- 1933)

– Baronne Auguste de GAY de NEXON, née Gertrude RICARDO (1863 – 1941)

– Baronne Maurice de GAY de NEXON, née Adrienne CHANEL (1882 – 1956)

– Mademoiselle Thérèse de GAY de NEXON (1890 – 1961)

– Baron Maurice de GAY de NEXON (1884 – 1967)

– Baron Robert de GAY de NEXON (1892 – 1967)

– Baron Georges de GAY de NEXON (1900 – 1973)

– Baronne Georges de GAY de NEXON, née Anne Renée CESBRON-LAVAU (1902 – 2005)

– Madame Lieselotte DIELS, née DRABA (1919 – 2013)

 

Une belle gravure en couleur du pavillon de garde situé à l’entrée du château de la Garde. Elle a été publiée dans la revue « L’Habitation pratique  » du 2 avril 1904.  Ce pavillon est l’oeuvre de l’architecte Louis Charles Geay.

 

Louis, Charles GEAY (1843 – 1898) est né à Saint-Georges de Didone (Charente-Maritime). Ingénieur des arts et manufactures il est architecte à Cognac à partir de 1868 ; Il est nommé inspecteur des édifices diocésains de Limoges par arrêté du 31 mars 188.

Il a construit des écoles et des chapelles en Charente, divers bâtiments en Charente-Maritime, Creuse et Haute-Vienne ; restauré les châteaux de Chesnel, Grandmoulin et Lafont en Charente ; construit l’église de Guéret, restauré comme inspecteur les églises du Chalard (Haute-Vienne), du Dorat et Solignac.

Son fils Louis-Charles-Henri GEAY (1875-1945) est également architecte. Il débute sa carrière en 1907 avec la réalisation de la Bourse et de la Chambre de commerce d’Angoulême.

De 1911 à 1929, il occupe le poste d’architecte des monuments historiques de la Haute-Vienne. On lui doit l’immeuble des PTT de l’avenue E. Vaillant mis en service en 1931. De style art déco il se caractérise par sa sobriété et par l’emploi de nouveaux matériaux tels que le béton moulé et la brique.

Le château de La Garde a été réalisé par Paul Blondel (1847 – 1897), Grand Prix de Rome en 1876. Paul Blondel est mort moins d’un an après la fin de la construction du château.

 

Robert de Nexon est le fils d’Auguste de Nexon (1854-1932) et de Gertrude Hainguerlot (1859-1886). Il est né le 30 septembre 1892 à Saché (37)  et il est mort à l’âge de 74 ans, le 10 septembre 1967 dans une maison de retraite à Sceaux dont les frais étaient pris en charge par son vieil ami Pierre Wertheimer, puis à sa mort, par son fils Jacques Wertheimer.

Le jeune Robert arrive à Nexon en 1897, au château de La Garde que son père vient de faire construire. Il y passera sa jeunesse mais une fois entré dans la vie professionnelle il viendra occasionnellement à Nexon, pour voir ses parents.

Mes très sincères remerciements au baron Ferréol de Nexon pour les nombreuses photographies qu’il m’a prêté et les documents qu’il m’a fournis.

Le militaire héroïque   

Il est admis à Saint-Cyr ou il est élève officier de 1912 à 1914,au sein de la « Promotion « Montmirail ».

Robert de Nexon en « Grand Uniforme » de Saint-Cyrien (collection F. de Nexon)

A la sortie de l’école il est affecté au 3ème régiment de Hussards. Il est cité à l’ordre du Corps d’Armée le 9 avril 1915 et reçoit la Croix de guerre.

Jeune lieutenant dans les tranchées en 1916, une canne à la main à la suite de ses blessures.(collection F. de Nexon)

Trouvant que son régiment n’est pas assez engagé, il a demandé à servir chez les chasseurs alpins. C’est presque un sacrilège dans cette famille qui ne compte que des cavaliers ! En août 1916 il est affecté au 14ème bataillon et le 13 novembre 1916 il est cité à l’ordre de l’armée.

Citation à l’ordre de l’armée signée par le général Fayolle, commandant la 6ème armée.

Il est promu capitaine le 6 juillet 1917.


Robert de Nexon, capitaine au 14e bataillon de chasseurs alpins en 1918. (collection F. de Nexon)

 

En congé sans solde à partir de 1920 il passe ensuite dans la réserve où il est promu commandant en juillet 1937.

Le commandant Robert de Nexon en sur la ligne Maginot 1939. (collection F. de Nexon)

Il prend une année sabbatique pour jouer au bridge et part ensuite aux Etats-Unis pour effectuer un stage chez  Esso. Il rentre en France comme sous-directeur de cette société.

L’élégant Robert de Nexon à New-York en 1921 -1922

Il épouse en 1930 Marthe BIDEGAIN (1900-2001). Il n’auront pas d’enfant.

Lorsque la deuxième guerre mondiale éclate il a 47 ans mais il n’hésite pas à s’engager. Il est fait prisonnier en juin 1940 et interné à l’oflag 10 B.

L’homme qui a du caractère…

 La croix de guerre qu’a obtenu Robert de Nexon récompensait son courage et sa témérité. Mais même en dehors de la guerre il sait se faire respecter et corriger ceux qui l’attaquent.

C’est ainsi que, dans un numéro du journal satirique Le Grand Guignol du mois de janvier 1923, Robert de Nexon était attaqué dans sa vie privée en même temps que Monsieur Pierre de Jumilhac. Ils décidèrent de punir l’auteur de l’article, qui bien que signé Fantômas, était sans aucun doute pour eux Georges Anquetil, le directeur de ce journal.

Le 29 janvier, arrivés en taxi devant son domicile ils le suivirent jusque devant la porte du Journal afin d’être certain qu’ils ne se trompaient pas de cible. Ils l’interpellèrent par son nom et lorsqu’il se retourna ils lui assénèrent des coups de canne, assez violents pour que des employés des autobus accourent et mettent fin à l’algarade.

Pour montrer qu’ils agissaient en parfaite connaissance de cause les deux compères se rendirent aussitôt au commissariat de police pour expliquer leur geste. Toute la Presse a rendu compte de cet événement. Voici l’article publié dans « Le Journal » le 30 janvier 1923.

Le Journal, 30 janvier 1923

Les deux protagonistes écrivent aux journaux qui ont relaté les faits pour expliquer les raisons de leur action :

La demande d’insertion publiée le 30 janvier 1923 par Le Matin.

Leur victime ayant porté plainte pour coups et blessures ils furent convoqués au tribunal correctionnel le 20 mars 1923 qui les a condamnés à 200 francs d’amende et à 1000 francs de dommages et intérêts alors que M. Anquetil en demandait 20 000. La encore la presse a largement rendu compte du procès, comme par exemple Le Journal des débats du 22 mars 1923

Le Journal des débats du 22 mars 1923

Le brillant champion de bridge

Quand, jeune officier, Robert de Nexon venait à Nexon il en profitait pour aller au cercle des officiers ou il regardait les parties tout en « kibitzant », c’est-à-dire en faisant des commentaires pas toujours désirés par les joueurs. Mais son talent va vite être reconnu au niveau national et il va faire partie de l’équipe de France. Des Championnats d’Europe sont organisés à partir de 1932 et en 1935, la France y envoie sa meilleure équipe composée de Pierre Albarran, Robert de Nexon, Georges Rousset, Sophocle Venizelos (colonel grec exilé à Paris, qui deviendra, en 1950, premier ministre de la Grèce), Emmanuel Tulumaris et Joseph Broutin. Ils deviennent champions d’Europe et on les surnommera les « Mousquetaires », en référence à la victoire de l’équipe Lacoste en Coupe Davis contre les Etats-Unis…

L’équipe championne d’Europe en 1935. Robert de Nexon est le deuxième en partant de la droite

Son palmarès donne à Robert de Nexon une telle notoriété que des affiches sont éditées et qu’il est croqué par des dessinateurs :

Le baron à la table de jeu en 1935.

L’équipe sera invitée à disputer un match de trois cents donnes contre la meilleure équipe américaine du moment, surnommée les « Four Aces », au Madison Square Garden, à New-York, en 1936, pour un virtuel championnat du monde. Elle perd par une courte défaite alors que l’on prédisait, en Amérique, une défaite magistrale. Ce succès lui inspire des propos plus que jamais d’actualité : « il faut former des paires pour faire des équipes. (…) Il faut se mettre au travail pour perfectionner sa technique. En tournoi, on ne peut pas jouer sur la réussite et, encore moins, improviser. Il est indispensable pour se comprendre de jouer une méthode commune ». Rentré en France le baron de Nexon reçoit 200 dollars du directeur du Madison Square Garden. Il verse 100 $ à l’hôpital américain de Neuilly et 100 $ à la Croix Rouge.

Le Figaro, 20 avril 1936

Le baron Robert n’est pas seulement un excellent joueur de bridge, c’est un brillant orateur capable de parler de sa passion avec des mots simples :

Le Journal 18 février 1936. 

La notoriété du baron est telle que les parties qu’il organise dans les salons des grands hôtels ou des clubs privés sont suivies par l’aristocratie parisienne et la haute bourgeoisie. La presse s’en fait l’écho comme le Figaro ci-dessous:

Le Figaro 11 avril 1937

Il se cantonne ensuite au rôle de capitaine non joueur pour de nombreuses équipes de France qu’il conduira à la victoire en 1953 et 1955 (championnat d’Europe), 1956 (Bermuda Bowl).

Equipe de France 1956. Au premier plan, René Bacherich, Robert Lattès, Pierre Jaïs.

Debout, Roger Trézel, Pierre Ghestem, le Capitaine Robert de Nexon qui tient la coupe et Bertrand Romanet.

Pendant un tournois . (collection F. de Nexon)

En 1928, il fût de ceux qui décidèrent d’adopter un code commun à l’ensemble des clubs parisiens, puis il participa en 1935 à la création de la Fédération Française de Bridge (FFB) dont il devint le second président en 1941, succédant au comte de Chambure. Il conserva cette présidence jusqu’en 1965. Il fût élu en 1951, président de la Fédération Européenne de Bridge. Il conserva cette présidence pendant 14 ans ! Enfin, il fût élu Président de la Fédération Mondiale en Bridge en 1958. Simultanément président des trois fédérations, il était alors l’homme le plus influent du bridge mondial. Il donna au bridge un nouvel élan, notamment en organisant en 1960, les premières Olympiades de bridge à Turin. La France gagne avec Jaïs-Trézel, Ghestem-Bacherich et Bourchtoff-Delmouly.

De gauche à droite Pierre Jaïs, Roger Trézel, Gérard Bourchtoff, Claude Delmouly, René Bacherich, Pierre Ghestem, Robert de Nexon, capitaine non joueur.

La 1ère Olympiade de bridge. Turin 23 avril – 4 mai 1960

L’histoire retiendra de lui son rôle majeur dans le développement des instances nationales et internationales du bridge et dans l’organisation des grandes épreuves internationales. Président de la fédération française de 1943 à 1965, de la fédération européenne de 1951 à 1965, et de la fédération mondiale (qu’il a largement contribué à mettre sur pied) de 1958 à 1964, on lui doit notamment la création des Olympiades, en 1960. Son prestige à l’étranger est considérable et, quand il cesse ses activités en 1964, le monde du bridge lui rend hommage en lui décernant le titre de président emeritus des fédérations européenne et mondiale. Véritable ambassadeur du bridge, il a contribué au rapprochement des bridgeurs de compétition du monde entier.

Lorsqu’au cours de l’année 1965, Robert de Nexon se sent fatigué aussi il démissionne de ses mandats de président. Il est unanimement regretté et ses qualités sont louées par tous ceux qui l’ont côtoyé.

Vulgarisateur avec Pierre Alabarran

Avec Pierre Albarran, il élabore en 1935 un système à base de majeure quatrième, le Canapé, qui va longtemps rester le « standard » français. Pierre Albarran n’est pas seulement un grand champion de bridge, c’est un brillant médecin, professeur agrégé d’urologie . Robert de Nexon écrira avec lui plusieurs méthodes de jeu de bridge : Notre Méthode de Bridge, 1936, Le Bridge pour Tous, A. Fayard, 1949, Le Nouveau Bridge Pour Tous, 1958.

 

L’industriel éclairé

Après avoir quitté l’armée, Robert de Nexon entre Chez Esso Standard au service des ventes d’essence et de pétrole. Il effectue un stage au siège new-yorkais de la compagnie dont il devient, une fois rentré en France sous-directeur. En 1932, Pierre Wertheimer le recrute pour diriger les parfums Bourjois. Une longue coopération va naître entre les deux hommes et les lier à la fois dans la vie professionnelle et dans la vie privée.

Robert va ainsi se trouver à côtoyer dans son travail Coco Chanel, qui est associée depuis 1924 avec les Wertheimer pour la fabrication du célèbre Parfum No 5. Les Wertheimer détiennent 70 % du capital, Coco Chanel 10 % et Théophile Bader,  propriétaire des Galeries Lafayette, 20 %. Dès 1928, les difficultés surgissent entre Coco Chanel et les Wertheimer, celle–ci se considérant comme spoliée. En 1934, elle prendra un jeune avocat pour la défendre, Maître René de Chambrun.

Au début de la guerre la famille Wertheimer s’étant réfugiée aux Etats-Unis, leurs biens sont placées sous séquestre. Coco Chanel joue de ses relations avec les Allemands pour récupérer ses parfums mais contre toute attente ce n’est pas un administrateur allemand qui est nommé à la tête de la société mais Robert de Nexon qui vient d’être libéré de l’Oflag X B près de Hanovre ou il était prisonnier. Les Wertheimer ont encore un puissant réseau d’influence. Robert de Nexon dirige alors les Parfums Bourjois et la maison Chanel. A la fin de la guerre les Wertheimer rentrent en France et retrouvent leurs biens que Robert de Nexon a parfaitement gérés. Ils lui en seront très reconnaissants.

En 1947 un accord est trouvé avec la Société des Parfums. Coco Chanel reçu une forte indemnité pour les ventes réalisées pendant la guerre et une redevance de 2% sur toutes les ventes. Elle était alors à l’abri du besoin !

Robert de Nexon a dirigé la société des parfums Chanel avec toute la confiance de la famille Wertheimer dont il était également un conseiller écouté en matière d’élevage de chevaux.

Le baron Robert de Nexon, dans son bureau de directeur de Chanel à Neuilly.(collection F. de Nexon)

Le passionné d’équitation

Cavalier émérite, suivant de près l’élevage des chevaux à Nexon, le baron Robert va être un conseiller précieux pour Pierre Wertheimer. Pour bien exploiter les saillies d’Epinard, le premier grand crack de Pierre Wertheimer, Robert de Nexon le pousse à louer un haras en Normandie, dans l’Orne, à Saint-Léonard-des-Parcs. Et c’est d’ailleurs lui qui s’en occupe. Pendant la guerre, les pur-sang de Pierre Wertheimer pourront même courir sous les couleurs – casaque grise, brassards rouges et toque grise – de Robert de Nexon, qui gère son écurie.

C’est encore sur le conseil de Robert de Nexon qu’en 1949, Pierre Wertheimer a confié son écurie à Jacques-Alexandre Head, 24 ans, petit-fils d’entraîneur, fils de jockey, lui-même ancien jockey (d’obstacles) victime d’une mauvaise chute. Pour la casaque bleue et blanche des Wertheimer, il va gagner les plus grandes classiques avant de raccrocher en 1983.

Robert de Nexon a terminé sa vie dans une maison de retraite, dans la campagne près de Sceaux. Il y a été conduit en 1964, et Pierre Wertheimer s’est occupé de son cher et vieil ami. A la mort de Pierre, le 24 avril 1965, c’est Jacques, son fils, qui a pris le relais. « Mon oncle s’est éteint le 10 septembre 1967, souligne Ferréol de Nexon, et Jacques a subvenu à ses besoins jusqu’à son ultime souffle.»[1]

 

Le bridge à Nexon.

Robert de Nexon ne venait pas souvent à Nexon mais pour autant son empreinte a été forte. En effet Roger Trézel, membre de l’équipe de France, possédait une maison à Nexon, en face de la grille du château.

Trois fois champion du monde, vingt-cinq fois champion de France il retrouvait avec plaisir les bridgeurs de Limoges et de Nexon chaque fois qu’il venait en Limousin. Il apportait sans aucun doute de judicieux conseils au Nexonnais qui s’adonnaient, pratiquement tous les samedis après-midi, dans la pharmacie d’André Longequeue,à ce divertissement que beaucoup considèrent comme un sport. Il y avait toujours quatre joueurs parmi les habitués, messieurs Albert Adam, Georges Jalicon, François Laplaud, René Laplaud et André Longequeue. D’autres joueurs se joignaient occasionnellement à eux, comme M. Urbain, gendre d’Albert Adam…

 

[1] Bruno Abescat, Yves Stavridès «Derrière l’empire Chanel- La fabuleuse histoire des Wertheimer 4- Jacques, fils de Pierre » L’Express 25/07/2005

 

1 -Les jeunes années d’Adrienne

Adrienne Clotilde CHANEL est née le 5 avril 1882 à Saintes (Charente-Maritime) et sa naissance a été enregistrée le lendemain. Son père, Henri Adrien CHANEL (1832-1916), âgé de 49 ans est marchand ambulant. Sa mère Virginie Angéline Fournier (1836 – 1912) a 44 ans et elle est sans profession. Elle a épousé Henri Adrien en 1854 dont elle a eu 19 enfants dont Henri-Adrien, né en 1856 qui a donc 26 ans de plus que sa sœur Adrienne. Lorsque le 19 août 1883 naîtra à Saumur, Gabrielle, fille d’Henri-Adrien CHANEL, tante et nièce n’ont qu’un an de différence. COCO en jouera beaucoup quand elles étaient jeunes en faisant souvent passer sa tante pour sa sœur.

On ne connait pas les premières années de sa vie mais la notoriété de sa nièce, Gabrielle CHANEL, va faire que l’on va s’intéresser aussi à elle et la suivre à partir du moment la nièce et la tante vont se retrouver ensemble.

Son père l’aurait alors placée avec ses deux sœurs, dans l’orphelinat de l’abbaye cistercienne d’Aubazine en Corrèze. À l’orphelinat, elle aurait appris la couture et mené une vie austère et rigoureuse pendant les six années qu’elle y aurait passées.

Ce séjour de Coco Chanel à Aubazine est controversé, en particulier par Henri PONCHON . Dans son livre « L’enfance de Chanel » publié en juin 2016 aux Éditions Bleu Autour, l’auteur montre qu’au printemps 1896, Gabrielle Chanel vivait à Thiers chez une cousine germaine de sa mère ou elle était  « bonne d’enfants et domestique ». Elle ne pouvait donc pas être à Aubazine ! La légende d’Aubazine aurait été créée par Edmonde Charles-Roux dans son livre « L’Irrégulière » publié chez Grasset en 1974, soit 3 ans après la mort de COCO, sans véritable enquête sur la jeunesse de Coco CHANEL.  Les révélations d’Henri Ponchon sont remises en cause par ceux qui se demandent pourquoi Coco Chanel est venue plusieurs fois à Aubazine, entre 1950 et 1970 ?

En 1901 Gabrielle et Adrienne se retrouvent à l’Institut Notre Dame à Moulins ou elles vont rester deux ans. En 1903 elles sont placées comme commis dans une maison spécialisée dans la dentelle tenue par la famille Grampayre. Sur l’enseigne de la boutique on lit : « A Sainte Marie, soieries, dentelles et rubans ».

A gauche la boutique ou travaillaient Adrienne et Gabrielle Chanel en 1903

Adrienne et Gabrielle étaient logées par leur employeur et partageaient la même chambre ce qui accroit leur complicité. Chargées des commandes et des retouches elles sont vite appréciées par les clientes. Elles sont alors affectées au rayon confection pour dames et fillettes ou elles ont comme clientes les familles bourgeoises de Moulins.

Après quelques mois Gabrielle prend une chambre rue du Pont Ginguet dans un quartier populaire de Moulins ou elle est rejointe par Adrienne. Elles profitent de leurs heures de loisir pour confectionner des vêtements et se constituent ainsi clientèle fidèle.

Gabrielle et Adrienne qui avaient en commun la beauté et l’élégance sont toujours ensemble si bien qu’on les prend pour deux sœurs, ce qu’elles ne démentent pas. Elles sortent ensemble, fréquentent le Grand Café, la Rotonde… Pendant l’hivers 1905 elles vont à Vichy ou une clientèle fortunée vient en cure. Elles y admirent les beaux vêtements et les belles coiffures.

Gabrielle et Adrienne à Vichy en 1905

De retour à Moulins Gabrielle séduit un jeune officier, Étienne Balsan, héritier d’une riche famille. Passionné de chevaux il renonce à la carrière militaire pour se consacrer à l’élevage et aux courses. Il va faire découvrir ce monde à Gabrielle qui accepte de le suivre à Royallieu, son domaine de la forêt de Compiègne en 1907. Leur idylle ne dura que quelques mois, mais il lui permis de rencontrer des gens de la haute société qui influenceront son destin.

Adrienne était aussi séduisante que sa nièce mais elle ne fréquentait pas les mêmes personnes aussi elle ne reste pas à Moulins et choisi d’habiter à Souvigny, à une douzaine de kilomètres de Moulins chez Maud Mazuel. Gabrielle vient souvent la voire et toutes les deux continuent à vivre de leurs travaux de couture.

2- Adrienne et sa nièce Gabrielle rencontrent les jeunes aristocrates.

L’année 1908 va être importante pour toutes les deux. Au cours de randonnées à cheval Gabrielle rencontre un joueur de polo et homme d’affaires anglais, Boy Capel, qui deviendra son grand amour. Adrienne rencontre Maurice de Nexon.

En 1909, Gabrielle ouvre un atelier à Paris dans la garçonnière d’Etienne Balsan, au rez-de-chaussée du 160 boulevard Malesherbes. Elle vie avec Boy Capel qui l’encourage et l’aide à ouvrir en 1910 sa première boutique de chapeaux, « Chanel Modes », au 21 rue Cambon.

Adrienne n’oublie pas ses parents. Elle leur rend régulièrement visite par le train. Lorsqu’elle arrive à la gare de Varennes sur Allier elle fait l’admiration des habitants peu habitués à voir arriver une femme aussi élégante dans leur village.

Gabrielle continue sa marche vers la notoriété et le 29 mai 1913 ouvre une boutique rue Gontaut-Biron à Deauville. Elle y vend ses chapeaux à larges bords sobrement ornés d’une plume ou d’un ruban, mais surtout, elle propose à des clientes aisées des tenues de plein air qui rompent avec le style « Belle Epoque » corsetée et surchargée de mise jusqu’alors. Pour l’aider elle a fait venir sa jeune sœur Antoinette et sa tante Adrienne. Toutes les trois se promènent sur la jetée avec les vêtements et chapeaux de COCO qu’elles changent tous les jours.

Gabrielle avec Adrienne à Deauville en 1913, devant la première boutique Chanel

Adrienne , sans doute au Maroc

Son amoureux, le baron Maurice de Nexon en 1913 aux ventes de Yearling

Au mois d’aout 1914, lorsqu’éclate la Première Guerre Mondiale, Adrienne n’a pas le cœur à être à Deauville, loin de son amoureux, le baron Maurice qui est mobilisé. Elle vient quand même rejoindre Gabrielle pour la saison.

La pénurie de tissus due à la Première Guerre mondiale, ainsi que le manque relatif de main-d’œuvre domestique ont créé de nouveaux besoins pour les femmes de ce milieu, et Chanel perçoit ces besoins. Elle achète à Rodier des pièces entières d’un jersey utilisé à l’époque uniquement pour les sous-vêtements masculins, et lance la marinière. Adrienne sera toujours la première à porter les vêtements que sa nièce aura conçu.

3- Adrienne n’est pas acceptée par la famille de son amoureux

La relation du baron ne plait pas à sa famille. Le baron Auguste de Nexon n’apprécie pas que son fil ainé fréquente une roturière. Il craint qu’Adrienne ne soit qu’une courtisane qui pourrait ruiner son fils et lui briser le cœur. Malgré de refus de son père de recevoir Adrienne, le jeune baron resta ferme et ne quitta pas Adrienne. Mais pour ne pas risquer les foudres de son père il vit discrètement avec Adrienne à Paris et à Vichy jusqu’à ce que la mort de son père.

A la fin de l’année 1914 Adrienne a la tristesse de perdre son père, un an après le décès de sa mère . Elle fait inhumer les deux à Vichy.

En septembre 1915 Gabrielle ouvre sa première maison de couture à Biarritz et de nouveau fait venir sa sœur Antoinette et sa tante Adrienne. Celle-ci ne répond pas immédiatement car elle a rendu visite à son amoureux qui est au front. Gabrielle n’aime pas qu’on ne réagisse pas immédiatement à ses appels et elle répondait sèchement « Ton plus tard est désormais trop tard »[1].

A la fin de la guerre Coco Chanel avait créé son style : des vêtements qui libèrent le corps, simples et confortables…

Le 11 novembre 1919 Antoinette, la jeune sœur de Gabrielle, épouse Oscar Flemming, un canadien chez qui elle va partir. Elle a comme témoins Arthur Capel et Maurice de Nexon. En 1921 le baron Maurice est le témoin de Jeanne sa jeune sœur pour son mariage avec M. de Lauzun. Il est seul puisque son père n’accepte pas de recevoir Adrienne.

Une fois la guerre terminée le baron Maurice va s’adonner à sa passion : les chevaux. Depuis 1912 il est propriétaire du haras de Nexon avec son père, le baron Auguste de Nexon. Remarquable cavalier il dispute sa première course en 1904. Elle sera suivie de de nombreuses autres couronnées de plus de 170 victoires. Il consacre beaucoup de temps à l’administration des courses et dès 1919 il est élu  au comité et commissaire de la Société des Sports de France qui possède les hippodromes du Tremblay et de Colombes. En 1925 il est membre de la Société des Steeple Chase de France. Adrienne l’accompagne sur les champs de course, ceux ou ses chevaux courent et ceux où il est commissaire. Le baron Maurice est également propriétaire du château mais compte tenu de l’hostilité de son père à l’égard d’Adrienne il n’y séjourne pratiquement pas.

4- Adrienne épouse le baron Maurice de Nexon

Le mardi 29 avril 1930, à la mairie du 17ème arrondissement de Paris, « Mademoiselle Gabrielle Chanel, costumière, résidant au 29 rue Faubourg Saint-Honoré », était le principal témoin d’Adrienne pour son mariage avec son amoureux dont le témoin était son frère, Robert de Nexon. Certains des anciens amis de Royallieu, dont Etienne Balsan, étaient présents ce jour-là par ailleurs heureux.

Maurice de Nexon et Adrienne

Aux courses à Vichy

Le 22 janvier 1932 le baron Auguste de Nexon décède. Si son fils à la douleur de perdre son père, ce décès le libère et lui permet de venir à Nexon dans le château dont il hérite en tant que fils ainé.

C’est également en 1932 que Pierre Wertheimer, principal actionnaire des « Parfums Chanel » et habitué des champs de course, cherche un dirigeant pour les parfums Bourjois. Il recrute un dirigeant d’Esso Standard : Robert de Gay de Nexon. Mais s’il dirige Bourjois, Robert de Nexon qui, comme toute la famille , « est né avec les étriers aux pieds », pousse Pierre Wertheimer à louer un haras en Normandie, à Saint-Léonard-des Parcs et c’est lui qui va s’en occuper. Maurice et Robert non seulement sont frères mais, directement ou indirectement, ils sont liés aux Chanel.

Une des premières affiche du n° 5, en 1921

Soir de Paris, lancé en 1928

Maurice continue à étoffer son palmarès de brillant cavalier en disputant les courses de gentlemen comme ici au Tremblay en 1938. Son épouse l’accompagne sur les champs de course ou elle fait briller les couleurs Chanel.

La guerre éclate et Robert qui est officier de réserve est mobilisé. Une fois libéré du camp de prisonnier ou il était retenu en Allemagne, il reprend en main Bourjois et l’écurie de Pierre Wertheimer dont les pur-sang courront sous les couleurs des Nexon,  casaque grise, brassards rouges et toque grise.

Revenu en France à la fin de la guerre Pierre Wertheimer gardera une profonde estime à Robert de Nexon et lorsque celui-ci, à la fin de sa vie, sera obligé de se retirer dans une maison de retraite, Pierre puis son fils Jacques subviendront à ses besoins jusqu’à son dernier souffle, le 10 septembre 1967.

5- Adrienne à Nexon

Une fois mariée et son beau-père décédé, Adrienne peut venir à Nexon. Elle passera son temps entre sa résidence à Paris, 60 rue de Lisbonne, près du parc Monceau et le château de Nexon. Les nexonnais l’ont croisée, toujours élégante, vêtue des tailleurs Chanel  dont elle était toujours une parfaite ambassadrice. Ma mère m’a souvent raconté le plaisir qu’elle avait de pouvoir admirer ses vêtements lorsqu’Adrienne les amenait à la teinturerie de mon grand-père pour qu’ils soient nettoyés.

 

              

 

                                                  

Une série de photos prises à Nexon entre 1940 et 1943. Assis à droite d’Adrienne, Foulques du Bourdieu.  ( collection Ferreol de Nexon)

 

Adrienne et le jeune Pierre de Longuemar dans le parc du château.

Son époux était toujours très occupé par ses responsabilités dans les sociétés hippiques, en particulier la Société de Sport de France qu’il préside de 1937 à 1966, date à laquelle la Ville de Paris lui rachète l’hippodrome du Tremblay qu’elle avait fait construire en 1906. Mais il n’oublie pas qu’il est, malgré son âge, un excellent cavalier et le 5 mai 1951 à Fontainebleau, alors qu’il a 67 ans, il remporte sa 176e victoire.

Adrienne décède le jeudi 22 novembre 1956 au château de Nexon à l’âge de 74 ans. Elle est inhumée dans la chapelle du Parc. Son mari continue à fréquenter les hippodromes et gérer son haras. Il décède le 27 mai 1967 au château de Nexon. Il est inhumé dans la chapelle du parc.

[1] Edmonde Charles Roux, L’irrégulière ou mon itinéraire Chanel, Grasset 1974.

  Cet article est tiré du document  » Histoire d’une ancienne famille Limousine : Les Gay de Nexon »réalisé par Stéphane Rey en décembre 2000 a l’issu d’un stage à l’Office de tourisme du pays de Nexon, des différentes généalogies sur la famille de Nexon publiées sur Internet et de discussions avec Philippe de Nexon.

Les armoiries de la famille Gay de Nexon sont « d’azur au chevron d’or, accompagné de trois chausse-trappes d’argent ». On peut les apercevoir sculptées sur un écu de pierre, sur la troisième clef de voûte de la nef centrale de l’église de Nexon et sur deux vitraux de la façade sud.

La famille De Gay de NEXON, essentiellement limousine, est partie peut-être de La Souterraine puis de Saint Leonard de Noblat. La migration présumée de Saint Léonard n’eut d’autre étape que Limoges (château) avec séjour d’un demi-siècle environ. Les GAY eurent la coseigneurie de NEXON dès 1532.

La famille de GAY est l’une des 4 ou 5 familles nobles établies dans la paroisse de Nexon à cette même époque et antérieurement à eux. Possesseurs de la Seigneurie de Nexon pour la plus grande partie ils se qualifièrent jusqu’à la Révolution de « Seigneur de Nexon ».

Les autres familles nobles sont :

  • Les TEXEROT de la Seylive.
  • Les de BONNETIE de Champagnac.
  • Les COMBROUSE du Brouillet.
  • Les des POUSSES de l’Heyraud et de Bonnetie.

C’est au début du 18° siècle seulement que parurent Les DOUDET de Bosmarèche, Les DAVID de Vantaux dont la branche établie à Nexon retint le nom des Étangs.

Les HEBRARD de Veyrinas issus de la vieille famille bourgeoise des HEBRARD ne furent anoblis que quelques années avant la Révolution.

Après avoir essuyé non sans périls tous les orages de la période qui à la fin du 18° siècle bouleversa de nombreuses familles françaises, nobles et non nobles, les Gay de Nexon sont restés fidèles à Nexon dont ils ont conservé et illustré le nom.

La Seigneurie de Nexon appartenait au moyen âge à la famille féodale de Lastours, mais au 16° siècle cette famille n’avait plus qu’un mineur qui ne fit pas souche et dont le tuteur PEYRUSSE des Cars vendit la Seigneurie à la famille de Nexon. Le premier installé à Nexon fut Paul de GAY.

I- Paul Gay (XVe siècle ; vers 1523). Il exerce une charge de judicature, de Conseiller du Roi en son Grand Conseil, à Limoges. II réside avec sa famille dans la partie appelée le « Château » (actuel centre-ville). En 1500, le chevalier François de Coignac, seigneur de Saint-Jean-Ligoure et de Jumilhac, vend à la famille Gay l’hôtel noble de Collatie, situé à proximité de l’église de Nexon placée sous le vocable de la décollation de Saint-Jean-Baptiste. En plus de Collatie, le chevalier de Coignac vend aux Gay les féodalités de Rémondie, de Biars et des Vanneaux, par contrat reçu par maître Martial des Vergnes, le 04 janvier 1500. Paul a trois fils qui effectuent une transaction le 17 octobre 1509 en faveur du fils aîné, Léonard. Paul est le premier à investir dans des offices anoblissant sur plusieurs générations. Au début du XVI’ siècle, il prête aux Lastours de l’argent, que ces derniers et leurs descendants ne pourront rembourser.

1)            Léonard (qui suit).

2)            Pierre (fin XVe siècle ; milieu XVIe siècle), les descendants actuels sont issus de lui.

3)            Jacques (fin XVe siècle ; milieu XVIe siècle).

 

II- Léonard (fin XVe siècle ; 1536), Conseiller du Roi en son Grand Conseil et lieutenant général en Guyenne. Léonard achète en 1532 la coseigneurie de Nexon à Galliot II, baron de Lastours, qui ne peut rembourser les dettes que son père a accumulées envers la famille Gay. Il n’a qu’un fils.

1)            Pierre (qui suit).

 

III- Pierre (début XVIe siècle ; 1547), écuyer, il est qualifié de noble le 23 juillet 1536 dans un acte passé à Montpellier. Dans un autre acte il est qualifié écuyer, seigneur de Nexon. Il se marie avec Catherine Valeys. Léonard, son père, stipule dans son testament que si son fils n’a pas de descendance mâle, son héritage ira à son neveu Paul Gay, fils de son frère Pierre. Pierre n’aura qu’une fille.

1)            Anne (XVIe siècle), elle se marie avec Joseph d’Aymar, Président au Parlement de Bordeaux. Elle hérite en indivision de la coseigneurie de Nexon avec Martial Gay, fils de Paul Gay et petit neveu de Léonard, l’acquéreur de la coseigneurie de Nexon

 

IV- Martial (milieu XVIe siècle ; 1603), écuyer il épouse le 2 juin 1587 Barbe de Chenau, fille du seigneur de Meilhac. Il teste le 7 février 1596 en instituant héritier son fils Léonard.

1)            Léonard (qui suit).

2)            Marie (fin XVIe siècle ; milieu XVIIe siècle), elle épouse Jacques de la Breuilhe le 19 mars 1609

3)            Anne (fin XVIe siècle ; milieu XVIIe siècle), elle épouse Jean de la Breuilhe le 19 mars 1609.

V- Léonard II (1588 ; 1634), écuyer, seigneur de Nexon et de Campagne, sert en qualité de volontaire au siège de La Rochelle, alors place forte protestante, en 1628. Il épouse le 19 mars 1609, Françoise Bonet de la Porte et de la Breuilhe des Pousses. En 1618, il devient seigneur de Meilhac (paroisse du canton de Nexon). Il lance à partir de 1623-1624 la construction de l’actuel château de Nexon. Après sa mort, sa veuve Françoise de la Breuilhe rachète en 1644, la moitié de la coseigneurie de Nexon qui avait été partagée en 1611 entre les Gay et les Bernet, héritiers d’Anne, la petite fille de Léonard, l’acquéreur de cette terre. La tombe de Léonard II, le constructeur du château, est dans l’église de Nexon. Les descendants possèdent la plaque de cuivre qui y était apposée.

1)            François (qui suit).

2)            Gaston (1626 ; 169? ), il est l’origine de la branche dite Gay des Enclaves établie à Saint-Léonard-de-Noblat. Il épouse Antoinette Texier dont le père possède une terre appelée le Ladeys à Saint-Léonard-de-Noblat. Leur fils Léonard Gay des Enclaves est maintenu dans sa noblesse en 1706.

 

VI- François (1620 ; 1680), écuyer, seigneur de Nexon, du Breuil, brigadier des Chevaux Légers de la garde du Roi, maintenu dans sa noblesse en 1669. Il épouse le 26 janvier 1646 Isabeau de la Bastide de Chateaumorand, fille de Charles de la Bastide, seigneur de Cognac, baron de Chateaumorand et de Jeanne de Lambertye (fille de Gabriel de Lambertye et d’Isabeau de Rochechouart). Après le décès de sa femme, François épouse en secondes noces Léonarde de Benoit, veuve du baron d’Aigueperse, dont il n’aura pas d’enfants. François est tué d’un coup de canon à la bataille de Nerwinde.

1)            Françoise (1647 ; ?), religieuse à Notre-Dame de Limoges.

2)            Jeanne (1648 ; ?), elle épouse Jacques de Villoutreix de la Judie.

3)            Marc Antoine (1650 ; 1693), il sert aux Chevaux légers. Il est tué au service du Roi en Hollande, après le passage du Rhin.

4)            Marie (1651 ; ?), religieuse aux Filles de Notre-Darne de Saint-Léonard.

5)            Marie Christine (1652 ; ?), religieuse aux Filles de Notre-Dame de Saint-Léonard

6)            Marguerite (1653, ?), religieuse à Notre-Dame de Limoges.

7)            Jeanne (XVIIe et XVIIIe siècle), elle épouse Pierre de la Roufie de la Pouyade.

8)            Thoynette (XVIIe et XVIIIe siècle), elle épouse François Barbiés de la Grange. Monsieur de Nexon a acquis les droits qu’elle pouvait prétendre sur Cognac-le-Froid (aujourd’hui Cognac-la-Forêt) en 1740.

9)            Jean (qui suit).

10)         Léonard (1665 ; 1692), il est lieutenant au Royal Vaisseau lorsque, le 3 août 1692, il est tué à la bataille de Steinkerque, victoire française sur la Ligue d’Augsbourg.

On peut être surpris par le nombre de filles qui deviennent religieuses, mais il faut se souvenir qu’à son mariage il fallait doter les filles. Si elles étaient nombreuses cela coûtait cher. En les faisant religieuses ont évitait la dot et on se mettait en bons termes avec l’Eglise. Les garçons cadets embrassaient généralement une carrière militaire ou rentraient dans les ordres. Ce n’a pas été souvent le cas dans la famille de Nexon puisqu’on ne compte qu’un curé, l’abbé Luc.

On pourra lire : Laurent BOURQUIN, « La noblesse du XVIIe siècle et ses cadets », PUF 2010 ; Monique de SAINT-MARTIN, « Les stratégies matrimoniales dans l’aristocratie. Notes provisoires », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 59, septembre 1985, pp. 74-77

VII- Jean (1661 ;1746), écuyer, seigneur de Nexon, la Garde, capitaine au régiment de la Sarre. Il s’unit le 25 octobre 1694 à Marguerite de Trion de Montalembert, décédée en 1712, qui lui donne, entre autres, deux fils. Par la suite, Jean, se remarie avec Jeanne de Moreau du Reignac, avec laquelle il a d’autres enfants.

1)            Pierre (1695 1712), il meurt cornette dans le régiment de Chateaumorand au camp de Wissembourg.

2)            Philippe Ignace (qui suit).

3)            Antoinette (1699 ; ?), elle épouse en 1717 François de la Grange de Rignac.

4)            Marie (1700 ; 1732), elle meurt à Nexon.

5)            Marie Anne (1701 ; ?), religieuse à Saint-Léonard.

6)            Gabrielle (1704 ; ?), religieuse à Saint-Léonard.

7)            Marie Séverin (1704 ; ?), religieuse à Saint-Léonard

8)            François Alexis (1705 ; 1793), il est sous-brigadier et porte-étendard des Gardes du Corps dans les Compagnies du Maréchal de Nouailles. A la bataille de Fontenoy, son cheval est tué sous lui, alors qu’il est près de Louis XV. Le Roi le fait Chevalier de l’Ordre de Saint Louis et lui donne un titre de courtoisie de marquis dans une lettre toujours conservée par la famille, pour le récompenser d’avoir protégé sa royale personne. Il ne laisse pas d’enfant.

VIII- Philippe Ignace (1697 ;1765), chevalier, seigneur de Campagne, de Nexon. Il épouse en 1716, Jeanne de la Grange, fille du baron de Tarnac.

1)            Louise (1719 ; 1721).

2)            Gabrielle (1721 ; 1727).

3)            Antoinette (1723 ; 1726).

4)            Louise Gabrielle (1728 ;1788), elle meurt à Veyrinas.

5)            Jean Baptiste (qui suit)

6)            Marie Charlotte (1729 ; 1760), elle est reçue à Saint Cyr en 1740, elle en sort en 1748, elle est dotée en 1750.

7)            Marie Jeanne (1731 ; 1738).

8)            Gabrielle Charlotte (1732 ; ?), religieuse à Sainte-Ozone.

9)            Marie Marthe (1734 ; 1802), religieuse à Sainte-Croix à Poitiers.

 

IX- Jean Baptiste (1727 ; 1808), chevalier, seigneur de Nexon. Il épouse Anne Marie Hébrard de Veyrinas. Il vote à l’Assemblée de la Noblesse le 16 mars 1789. Pendant la Révolution, le citoyen Jean Baptiste Nexon est obligé de faire un inventaire détaillé de ses biens, conformément à la loi du 9 floréal an 3 qui oblige les pères et mères d’immigrés à fournir un état détaillé de leurs biens à la Nation.

1)            Philippe (1748 ; 1809), il est brigadier de la Garde du Roi de 1758 à 1764, mousquetaire de 1764 à 1782. Il est fait Chevalier de l’Ordre de Saint Louis. Il meurt sans alliance.

2)            Marie Louise (1752 ; 1788).

3)            Luc (1754 ;1846), il est vicaire général d’Oloron, mais il refuse le serment de la Révolution, et il se cache un temps en Espagne. Il revient en France sous le Directoire et reste à Nexon. De la période de son exil lui est venu le goût de la généalogie de sa famille.

4)            Marie Jeanne (1756 ; 1802), elle meurt sans alliance.

5)            Jean Joseph (1757 ; 1809), il ne laisse pas de descendance mâle.

6)            Marie Valérie (1758 ; 1785), elle meurt sans alliance

7)            Claude Joseph (1759 ; 1767).

8)            Jean Baptiste (1761 ; 1844), il est lieutenant sous Louis XVI. Sa formation intellectuelle traditionaliste le pousse à émigrer le 28 juillet 1791, pendant la Monarchie Constitutionnelle. Il est ainsi nommé au grade de capitaine dans l’armée de Condé. Il est capturé en Champagne et il est conduit à Paris, où il est condamné à la guillotine. Mais des femmes l’aident à s’échapper de la charrette qui le mène à la mort et elles le cachent. Il regagne ensuite les rangs de l’armée contre-révolutionnaire. Il est blessé au bras gauche à la bataille d’Oberkamlach en Autriche, tandis qu’est tué son frère cadet Philippe Joseph. Jean Baptiste est fait Chevalier de l’Ordre de Saint Louis en 1797 par Louis Joseph de Bourbon (futur Louis XVIII). Il est démobilisé en 1801 quand l’armée des Émigrés se disloque. Il obtient en 1814 une pension pour ses services en temps de guerre et le Roi lui accorde le droit de porter des fleurs de lys sur son armorial meurt sans alliance.

9)            Louise Gabrielle (1763 ; ?), elle meurt sans alliance.

10)         Marie Ann (1764 ; 1785), elle meurt sans alliance

11)         Philippe Ignace (1765 ; 1806), il meurt officier au régiment Aquitaine.

12)         Luc Martin (1767 ; 1787), il meurt au régiment Austrasie.

13)         François Alexis (qui suit).

14)         Philippe Joseph (1771 ; 1796), il fut page de Monseigneur le comte d’Artois (futur Charles X), fonction pour laquelle il faut justifier d’une noblesse antérieure à 1550. Engagé dans l’armée de Condé, il est tué aux côtés de son frère Jean Baptiste, à la bataille d’Oberkamlach en 1796.

 

X- François Alexis (1769 ; 1837), il est sous-lieutenant au régiment de Penthièvre, capitaine en 1795 dans ce même régiment devenu une composante de l’armée émigrée. Il est fait Chevalier de Saint Louis en 1814. Il se marie avec Hortense de Bermondet de Cromières.

1)            Marie Hortense (1814 ; 189?), elle épouse en 1834 Jean Léon de Livron.

2)            Astolphe Armand (qui suit).

 

XI- Astolphe Armand (1817 ; 1876), est fait Chevalier de la Légion d’honneur. Il réorganise le haras et le développe après avoir été en Angleterre en 1840, d’où il ramène deux juments de race pure (pur-sang). C’est sous son impulsion que se crée la race chevaline appelée anglo-arabe. Grâce à son action le haras de Nexon, qui a failli disparaître lors des événements révolutionnaires, connaît un développement qui va durer jusqu’au milieu du XXe siècle. En 1841, il fonde une écurie de course qui va rapidement devenir l’une des plus importante de la circonscription du Midi. Astolphe qui porte un vif intérêt à ses produits, ne peut se résigner à les faire entraîner loin de sa surveillance. Aussi fait-il aménager sur son domaine de Nexon, une piste de sable de 2 000 mètres et un gazon de la même longueur. Il épouse en 1844 Alix Clotilde de Narp, fille du comte de Narp, Maréchal de camp, Chevalier de Saint-Louis, Commandeur de la Légion d’honneur, Grand-Croix de l’ordre de Léopold de Belgique, et de Zoé de Rouvroy, son épouse.

Alix de Narp, baronne de Nexon.

Avec le prestige grandissant du haras de Nexon, Astolphe Armand devient le premier baron de Nexon, en prenant le titre de baron des Etangs, avec l’assentiment de son vieil oncle l’abbé Luc.

1)            Armand (qui suit)

2)            Félix Renaud (1850 ; 1909), il est capitaine de cavalerie. Un accident de cheval le rend infirme, ce qui met fin à sa carrière équestre.

3)            Auguste Maurice (qui suit).

 

XII- Armand (1847 ; 1912), lieutenant pendant la guerre de 1870, il resta longtemps conseiller général du canton de Nexon. Il crée sa propre écurie de course en 1876 (casaque grise, toque cerise). Après le décès de son père il reprend le haras. Il est lui-même un brillant « gentleman rider ». Le nouveau baron de Nexon épouse en 1892, Marie Antoinette de Chérade de Montbron, fille du comte de Montbron, qui était réputée pour être excellente cavalière comme son père. Ils n’ont pas eu de descendance. Armand resta dans les mémoires pour sa légendaire endurance à cheval.

Il fut l’un des plus grands veneurs de France, souvent accompagné de son épouse, elle-même grande adepte de ce loisir aristocratique. Avec Armand, les heures de chasse à courre ne pesaient pas, même quand les longues heures de retraite, après l’hallali, la nuit, pendant l’hiver, venaient s’ajouter à celles de la journée.

 

XII bis- Auguste Maurice (1853 ; 1932), Ancien élève de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, promotion «du Shah» (1872-1874), Sous-écuyer à l’Ecole de Cavalerie de Saumur (1879) il est officier de cavalerie et il est fait Chevalier de la Légion d’honneur. A la mort de son frère Armand, il devient à son tour baron de Nexon.

Photo prise au château de Veyrinas en 1864.Auguste à 11 ans, il est au premier rang, le deuxième en partant de la gauche. A droite, à ses cotés, sa grand-mère la Baronne de Nexon née Alix de Narp. On note la richesse de sa robe. Armand de Nexon est au premier rang, avant dernier à droite. Il a 17 ans.

 Auguste reconstitue l’écurie en association avec son fils Maurice à qui il cède la glorieuse écurie avant la Grande Guerre. Il fait construire le château de la Garde en 1895-1896, pour la somme de 3 000 francs or, provenant des gains des courses. Il habita cette nouvelle demeure en 1897, où il reste jusqu’à sa mort.

Médaille gravée à l’occasion de la première pierre du château le 23 mars 1896. L’architecte est Paul Blondel, grande prix de Rome. Exemplaire de Ferréol de Nexon.

Auguste Maurice a aussi acheté un charmant château avec une propriété de 80 hectares, dont la moitié consacrée à l’exploitation viticole, à Ludon dans le Médoc. Ce domaine fut vendu par l’indivision après le décès de son acquéreur, vers 1933. Aujourd’hui encore, à Ludon, une rue porte toujours le nom de la famille de Nexon.

                                                             

 

Le château s’appelait Nexon-Lemoyne  lorsqu’il appartenait à la famille de Nexon. Il devenu ensuite Lemoyne Nexon.

Le baron Auguste, brillant cavalier, était également un grand chasseur. Il possédait l’équipage de Villandry que son beau-père avait fondé. Lorsqu’il a habité à Nexon il a continué à chasser en Touraine alors que son frère Armand et son équipe Nexon qui deviendra Rallye Fayat chassait en Limousin.

Auguste Maurice s’est marié en premières noces, le 17 janvier 1883, avec Gertrude Hainguerlot, descendante d’Edouard III, Roi d’Angleterre de 1327 à 1377, fille des propriétaires du château de Villandry. Il loue le château de La Chevrière ou naîtront ses deux premiers enfants.Son épouse décède le 28 mai 1886 à l’age de 26 ans. Le baron est alors capitaine commandant au 3e Régiment de Dragons à Tours.

Faire part du décès de Gertrude Hainguerlot.  On remarquera la très nombreuse liste de personnes qui y figurent. En particulier la Baronne Stéphanie Hainguerlot née Oudinot, fille du Maréchal d’Empire Nicolas Oudinot.

Le 30 novembre 1889 à Nexon, il épouse la meilleure amie de sa première épouse, Gertrude Ricardo, nièce du célèbre économiste britannique David Ricardo (1772 ; 1823), un des premiers penseurs de l’économie politique classique, avec la théorie du libre-échange.

Gertrude Ricardo, baronne de Nexon

Il loue encore le château de La Chevrière et envisage d’acheter le château d’Azay le Rideau que son propriétaire, le marquis de Biencourt, ruiné par le krach boursier de l’Union Générale en 1882, met en vente. Son épouse refuse car elle a peur que leurs enfants se noient dans les douves remplies d’eau qui entourent le château. Il décide alors de faire construire le château de La Garde. Ils auront 6 enfants.

A sa mort, le domaine de Nexon est partagé entre ses héritiers. Son fils aîné Maurice, reçoit le château de Nexon et tout ce qui s’y rapportait, dont la dignité familiale de baron parmi ses autres enfants, Georges hérite du château de la Garde.

1)            Maurice (qui suit).

2)            Alice (1885 ; 1970), elle épouse le 11 novembre 1908 le baron du Bourdieu.

3)            Thérèse (1890 ; 1961).

4)            Robert (qui suit)

5)           Jeanne (1895 ; 1967), elle épouse Joseph Vidal de Lausun, originaire de Cuq-Toulza dans la région de Castres.

6)            Georges (qui suit)

7)            Marguerite (1901 ; 1926), épouse François de la Quintinye en 1924. Sur son lit de mort, elle suggère à son mari d’épouser sa soeur cadette Claire après son décès.

8)            Claire (1903 ; 2000  ), elle épouse François de la Quintinye le 27 août 1927.

 

XIII- Maurice (1884 ;1967), est chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de la Croix de Guerre de 1914-1918. Au décès de son père il a hérité du château de Nexon et du haras. Brillant gentleman rider il était membre du comité de la Société des Steeple-Chases de France et présidait les courses de Vichy, Biarritz, Le Tremblay et présida la Société de Sport de France de 1937 à 1966*. Il compte plus de 170 victoires en course. Du fait de ses diverses présidences les éleveurs lui réservaient leurs meilleurs chevaux, ce qui n’enlève rien à ses mérites.

Maurice de Nexon sur Desperado au Tremblay en 1938 après sa victoire au Grand Prix des Gentlemen.

Il s’est marié avec Adrienne Chanel, la tante de Coco Chanel, avec laquelle elle était très liée du fait qu’elles étaient du même âge. Ainsi Maurice qui vécut la brillante apogée du haras dans l’Entre-Deux-Guerres, côtoya par le biais de Coco Chanel, le « tout Paris », des artistes d’avant-garde à l’aristocratie bohème. Ainsi il fréquenta des personnalités comme le grand-duc Dimitri, le prince Youssoupov, les chorégraphes Diaghilev et Serge Lifar, le compositeur Stravinsky, mais aussi Cocteau, Picasso, Darius Milhaud, etc. Maurice a aussi et surtout vécut avec les grands du monde hippique, dont il était non seulement l’un des membres, mais en plus le chef de file attitré, de par sa fonction de président de la Société de Sport de France. Ainsi ses amis des champs de course étaient le duc Decazes, le vicomte d’Harcourt, monsieur Lazard, le baron Robert de Rothschild, le baron Bayens, le marquis de Triquerville, monsieur Volterra, le prince Aly Khan, monsieur Wertheimer, etc… Dans la mémoire collective des Nexonnais, Maurice fut parmi les barons de Nexon, l’un des plus admirés et des plus appréciés, tant pour sa gentillesse que pour son talent. Il n’a pas eu d’enfants.

Voici un article qu’une revue hippique consacrait au baron Maurice, le 5 mai 1951 :

« La 176e victoire du baron Maurice de Nexon

Le samedi 5 mai, le baron Maurice de Nexon, président de la Société de Sport de France, le plus populaire des gentlemen riders, a remporté à Fontainebleau sa 176e victoire. Il avait monté et gagné sa première course à Guéret, en 1904, à 20 ans. Fils et neveu d ‘écuyers de Saumur, grandi à Nexon, un des plus anciens haras de France (sa création remonte au XVIe siècle) où étaient toujours entretenus 50 à 60 chevaux, le baron Maurice de Nexon n’a vécu que pour le cheval et les courses. Se sentant “rouillé ” après la guerre de 1914, il avait failli renoncer à monter, mais l’entraîneur Bariller l’encouragea à se remettre en selle. La “rouille” était légère, puisque le baron de Nexon n ‘a plus cessé de gagner et qu’il monte encore victorieusement à 67 ans. Spécialiste des courses plates, il s’est vu confier des chevaux par toutes les grandes écuries et a fait triompher notamment les casaques du duc Decazes, du vicomte d’Harcourt, de M. Lazard, du baron Robert de Rothschild, du baron Bayens, du marquis de Triquerville, de M. Boussac, de M. Volterra, du prince Aly Khan, de M. Wertheimer, etc. Son plus beau titre sportif est d ‘avoir gagné cinq fois le Grand Prix des Gentlemen riders.

L’Yser, Despérado, Balthazar, Wigombirou sont les chevaux dont il cite le plus volontiers les noms ; il garde un souvenir particulier du dernier nommé, avec lequel il n’a pas remporté moins de sept victoires. Il cite aussi ses insuccès dont il sait parler avec humour. Aucune amertume ne peut naître d ‘une déception chez un homme aussi droit, dont tout le monde s’accorde à vanter les qualités morales plus encore que les qualités équestres. »

*La Société des Sports de France (SSF) a succédé à la Société de sport de Fontainebleau en 1885. Elle exploite alors cet hippodrome auquel elle adjoindra en 1893 celui de Colombes jusqu’en 1906. Elle fait alors construire l’hippodrome du Tremblay. Il est inauguré le 19 septembre 1906. Largement voué aux Gentlemen Riders (avec le Grand Prix des Gentlemen Riders) et  aux Apprentis il était considéré comme le plus fleuri et le plus coquet de France. La Piste était sélective et faite pour des spécialistes courageux et lents (Ligne d’arrivée montante). Il a été fermé en 1966 suite à l’expropriation par la ville de Paris qui voulait en faire un parc des sports, projet qui n’a finalement jamais vu le jour. Désormais, l’ancien hippodrome est devenu un parc urbain. Avec l’indemnité d’expropriation la SSF a reconstruit un hippodrome très moderne à EVRY. Inauguré le 5 avril 1973 il ne fonctionnera que quelques années et, malgré sa modernité, il sera fermé en 1996. Utilisé comme terrain d’entrainement par l’émir de Dubaï il est à l’abandon au début des années 2000. racheté par la Fédération Française de Rugby en 2013 pour y construire son Grand Stade, projet abandonné en 2017.

Le 3 mai 1995, la « Société d’Encouragement et des Steeple-Chases de France », la « Société de Sport de France » et la « Société Sportive d’Encouragement »fusionnent et créent la société « France Galop ».

Les Présidents successifs de la SSF furent : le Vicomte H. GREFFULHE (Société de Sport de Fontainebleau, 1882 à 1932), Baron Maurice de WALDNER (1932 à 1934), Comte D’IDEVILLE (1934 à 1937), Baron de NEXON (1937 à 1966), Baron Geoffroy de WALDNER (1966 à 1970), Jean GILLOIS (1970), Hubert de CATHEU.

 

III bis – Robert (1892 ; 1967), Saint-Cyrien il est capitaine au début de la Première Guerre mondiale. Ne trouvant pas la cavalerie assez engagée il sert dans les chasseurs alpins. Il est le premier fantassin de la famille ! Il quitte l’armée en 1920 avec le grade de commandant. Après une année sabbatique consacrée au bridge il part aux Etats-Unis pour effectuer un stage chez Esso. Il rentre en France comme sous-directeur de cette société. Il la quitte en 1932 pour devenir PDG de la société Bourjois, propriété de la famille Wertheimer. Pour le compte de cette dernière il crée la maison de parfums Chanel et fait racheter le célèbre n°5 créé par Coco. Pour autant Il n’oublie pas le bridge. En 1935 il fut membre de l’équipe de France victorieuse lors des championnats d’Europe par équipes (open)de 1935. Il écrivit à cette occasion : « quand j’ai commencé jouer au bridge, je ne pensais pas que cela me vaudrait l’honneur de porter les couleurs de mon pays et d’entendre la Marseillaise ». Dès lors, il n’aura qu’un désir, entendre ce chant le plus souvent possible, en menant l’équipe de France à la victoire. Sa personnalité le fit désigner tout naturellement à des fonctions dirigeantes et, il fut le président de la Fédération européenne, bridge de 1941 à 1965. En même temps, il réorganisa la Fédération européenne, qu’il dirigea jusqu’en 1964. C’est enfin son initiative que furent créées, en 1960, les Olympiades du bridge, dont l’équipe de France remporta la première édition.  Robert rédigea avec Pierre Albaran « Notre méthode de bridge » en 1935 et participa à l’élaboration de plusieurs autres ouvrages. Président de la Fédération mondiale en 1958, il cessa ses activités en 1964. Le monde du bridge lui rendit hommage en lui décernant le titre de président emeritus des instances européennes et mondiales. Lorsque la deuxième guerre mondiale éclate il a 47 ans mais il n’hésite pas à s’engager. Il est fait prisonnier en juin 1940 et interné à l’oflag 10B. Au bout d’une année il est libéré en raison de son âge. Il reprend sa place de PDG de la société Bourjois et gère les biens de la famille Wertheimer partie en exil aux Etats-Unis.  Il s’occupe en particulier de leur haras de Normandie et fait courir les chevaux sous ses couleurs. Il continuera à en assurer la gestion après le retour d’exil des Wertheimer.

Le baron Robert de Nexon, dans son bureau à Neuilly, à la fin des années 1950

XIII ter- Georges (1900 ; 1973). A la sortie de l’école d’agronomie il entre à l’Ecole Nationale des Haras et devient officier des Haras. De 1926 à 1928 il est sous directeur du haras de Pompadour. Son père n’apprécie pas plus que cela la profession de son fils car pour la première dans son histoire la famille va compte « un fonctionnaire du cheval ».

Georges de Nexon, officier des Haras

A la mort de son père Georges hérite du château de la Garde, le deuxième château de sa famille à Nexon. Ayant donné sa démission d’officier des Haras il utilise ses compétences d’ingénieur agronome pour gérer son domaine de la Garde et de la Sélive, mais aussi celui de la Grange, propriété de ses sœurs Thérèse et Claire et également le domaine de son frère Maurice.

Le 9 juin 1927 à Versailles il épouse Anne Renée Cesbron Lavau (1902 ; 2005). De leurs quatre enfants, c’est l’aîné qui, selon la tradition, sera désigné par son oncle Maurice comme héritier. Georges a choisi de pratiquement toujours habiter à Nexon plutôt que de jouir d’une vie mondaine à Paris. Sa famille lui doit le mérite d’avoir assumé avec bonheur la gestion de tous les domaines familiaux et du haras de 1928 à 1970. Il était également très investi dans la vie économique et sociale comme président du comice agricole, premier président de la caisse locale de Crédit Agricole de Nexon, administrateur de la caisse Mutuelle Sociale Agricole à Limoges, président de la Société d’Agriculture de la Haute-Vienne. De ce fait il était plus connu que ses frères des Nexonnais qui l’appelaient couramment « monsieur Georges ».  Il était toujours prêt à rendre service à qui le lui demandait, toujours avec une grande amabilité. Après la disparition, sans descendance mâle, de ses deux frères aînés, Georges devient à son tour, en 1967, le chef de la maison des Gay de Nexon.

Son épouse, Anne Renée de Nexon, est décédée à Nexon en 2005 à l’âge de 103 ans. Elle était dans le cœur des Nexonnais, la « baronne douairière » de Nexon.

1)            Ferréol (qui suit)

2)            Marie Amélie (1929), elle épouse Jean Houte de la Chesnais le 15 juillet 1950.

3)            Philippe (qui suit)

4)            Anne (1939), elle épouse Michel d’Aboville le 6 juillet 1963.

XIV- Ferréol (1928), est le neveu et l’héritier de Maurice à la mort de celui-ci. Il a fait une carrière dans l’aviation civile. Mais il a surtout la dure tâche de succéder à son illustre oncle, à une époque qui ne favorise plus guère l’élevage des cheveux de pur-sang. Nexon est loin des grandes villes possédant un hippodrome et un centre d’entraînement, loin de la Normandie où sont désormais regroupés la plupart des grands haras de pur-sang. De plus Ferréol est victime de la crise des années 1970-1980 qui frappe le monde hippique et l’agriculture comme beaucoup d’autres secteurs économiques. Il est contraint de réduire l’activité du haras au profit de l’élevage bovin. Le domaine familial conserve encore au début des années 1980 une certaine rentabilité, mais celle-ci décroît et elle ne suffit plus pour entretenir le château, les dépendances et le parc. En 1983, Ferréol se résout à vendre le château de Nexon à la commune qui, sous l’impulsion de son Maire, René Rebière, décide d’y établir l’Hôtel de Ville après avoir réalisé d’importants travaux. En 1990, Ferréol vend, bien à regret, sa dernière poulinière dont les derniers produits gagnèrent quelques courses en France et à l’étranger et ainsi marque un point final à une histoire qui a duré 500 ans entre les Gay de Nexon, le cheval et la ville de Nexon. Ferréol est parti résider à Paris puis il s’est installé en Normandie pour retrouver le pays de sa mère et les chevaux. Il a épousé en premières noces Marie Claire de Nervo, de nationalité franco-suisse et en secondes noces, France de Marcillac. Ses enfants, deux issus de son premier mariage, deux issus du second, n’ont pas maintenu de liens étroits avec le Pays de Nexon.

1)            Jérôme (1958-2012).

2)            Éric (1960).

3)            Caroline (1974).

4)            Alban (1978).

 

XIV bis- Philippe (1933), frère cadet de Ferréol, est retraité de la fonction publique. Il fut élève de l’Ecole Supérieure d’Agriculture de Beauvais où il obtint son diplôme d’ingénieur agricole et de l’Ecole Nationale des Haras ou il obtint son monitorat d’équitation. De 1970 à 1982 il a mené une carrière dans l’agriculture avec d’excellents résultats dans l’élevage des bovins. Puis il est entré dans l’administration et il a été Délégué régional au Commerce et à l’Artisanat du calvados puis du Limousin. Il réside à Varnet dans une charmante maison de maître, ayant appartenu à famille Barbout des Courrières, une ancienne famille Limousine. Philippe a épousé Anne-Laurence de Blonay, issue d’une vieille famille seigneuriale du pays de Vaud en suisse. Elle lui a donné un fils. En secondes noces, il s’est remarié avec Renate Diels, de nationalité allemande, petite fille du prix Nobel de chimie en 1950, Otto Diels. Philippe est le dentier représentant des Gay de Nexon à maintenir par sa présence une continuité de l’histoire de sa famille à Nexon, présence commencée au début du XVI° siècle avec son aïeul Paul Gay.

Philippe de Nexon, au centre, remet un tableau au vainqueur du prix de Nexon aux courses de Pompadour

1)            Frédéric (1962)

2)            Amaury (1966).

3)            Constance (1969).

4)            Stéphanie (1974).