Une histoire illustrée de nexon
Header

Adrienne CHANEL, baronne Maurice de Nexon

31 mai 2018 | Posté par admin dans Connaissance de Nexon | Famille Gay de Nexon | XX siècle

1 -Les jeunes années d’Adrienne

Adrienne Clotilde CHANEL est née le 5 avril 1882 à Saintes (Charente-Maritime) et sa naissance a été enregistrée le lendemain. Son père, Henri Adrien CHANEL (1832-1916), âgé de 49 ans est marchand ambulant. Sa mère Virginie Angéline Fournier (1836 – 1912) a 44 ans et elle est sans profession. Elle a épousé Henri Adrien en 1854 dont elle a eu 19 enfants dont Henri-Adrien, né en 1856 qui a donc 26 ans de plus que sa sœur Adrienne. Lorsque le 19 août 1883 naîtra à Saumur, Gabrielle, fille d’Henri-Adrien CHANEL, tante et nièce n’ont qu’un an de différence. COCO en jouera beaucoup quand elles étaient jeunes en faisant souvent passer sa tante pour sa sœur.

On ne connait pas les premières années de sa vie mais la notoriété de sa nièce, Gabrielle CHANEL, va faire que l’on va s’intéresser aussi à elle et la suivre à partir du moment la nièce et la tante vont se retrouver ensemble.

Son père l’aurait alors placée avec ses deux sœurs, dans l’orphelinat de l’abbaye cistercienne d’Aubazine en Corrèze. À l’orphelinat, elle aurait appris la couture et mené une vie austère et rigoureuse pendant les six années qu’elle y aurait passées.

Ce séjour de Coco Chanel à Aubazine est controversé, en particulier par Henri PONCHON . Dans son livre « L’enfance de Chanel » publié en juin 2016 aux Éditions Bleu Autour, l’auteur montre qu’au printemps 1896, Gabrielle Chanel vivait à Thiers chez une cousine germaine de sa mère ou elle était  « bonne d’enfants et domestique ». Elle ne pouvait donc pas être à Aubazine ! La légende d’Aubazine aurait été créée par Edmonde Charles-Roux dans son livre « L’Irrégulière » publié chez Grasset en 1974, soit 3 ans après la mort de COCO, sans véritable enquête sur la jeunesse de Coco CHANEL.  Les révélations d’Henri Ponchon sont remises en cause par ceux qui se demandent pourquoi Coco Chanel est venue plusieurs fois à Aubazine, entre 1950 et 1970 ?

En 1901 Gabrielle et Adrienne se retrouvent à l’Institut Notre Dame à Moulins ou elles vont rester deux ans. En 1903 elles sont placées comme commis dans une maison spécialisée dans la dentelle tenue par la famille Grampayre. Sur l’enseigne de la boutique on lit : « A Sainte Marie, soieries, dentelles et rubans ».

A gauche la boutique ou travaillaient Adrienne et Gabrielle Chanel en 1903

Adrienne et Gabrielle étaient logées par leur employeur et partageaient la même chambre ce qui accroit leur complicité. Chargées des commandes et des retouches elles sont vite appréciées par les clientes. Elles sont alors affectées au rayon confection pour dames et fillettes ou elles ont comme clientes les familles bourgeoises de Moulins.

Après quelques mois Gabrielle prend une chambre rue du Pont Ginguet dans un quartier populaire de Moulins ou elle est rejointe par Adrienne. Elles profitent de leurs heures de loisir pour confectionner des vêtements et se constituent ainsi clientèle fidèle.

Gabrielle et Adrienne qui avaient en commun la beauté et l’élégance sont toujours ensemble si bien qu’on les prend pour deux sœurs, ce qu’elles ne démentent pas. Elles sortent ensemble, fréquentent le Grand Café, la Rotonde… Pendant l’hivers 1905 elles vont à Vichy ou une clientèle fortunée vient en cure. Elles y admirent les beaux vêtements et les belles coiffures.

Gabrielle et Adrienne à Vichy en 1905

De retour à Moulins Gabrielle séduit un jeune officier, Étienne Balsan, héritier d’une riche famille. Passionné de chevaux il renonce à la carrière militaire pour se consacrer à l’élevage et aux courses. Il va faire découvrir ce monde à Gabrielle qui accepte de le suivre à Royallieu, son domaine de la forêt de Compiègne en 1907. Leur idylle ne dura que quelques mois, mais il lui permis de rencontrer des gens de la haute société qui influenceront son destin.

Adrienne était aussi séduisante que sa nièce mais elle ne fréquentait pas les mêmes personnes aussi elle ne reste pas à Moulins et choisi d’habiter à Souvigny, à une douzaine de kilomètres de Moulins chez Maud Mazuel. Gabrielle vient souvent la voire et toutes les deux continuent à vivre de leurs travaux de couture.

2- Adrienne et sa nièce Gabrielle rencontrent les jeunes aristocrates.

L’année 1908 va être importante pour toutes les deux. Au cours de randonnées à cheval Gabrielle rencontre un joueur de polo et homme d’affaires anglais, Boy Capel, qui deviendra son grand amour. Adrienne rencontre Maurice de Nexon.

En 1909, Gabrielle ouvre un atelier à Paris dans la garçonnière d’Etienne Balsan, au rez-de-chaussée du 160 boulevard Malesherbes. Elle vie avec Boy Capel qui l’encourage et l’aide à ouvrir en 1910 sa première boutique de chapeaux, « Chanel Modes », au 21 rue Cambon.

Adrienne n’oublie pas ses parents. Elle leur rend régulièrement visite par le train. Lorsqu’elle arrive à la gare de Varennes sur Allier elle fait l’admiration des habitants peu habitués à voir arriver une femme aussi élégante dans leur village.

Gabrielle continue sa marche vers la notoriété et le 29 mai 1913 ouvre une boutique rue Gontaut-Biron à Deauville. Elle y vend ses chapeaux à larges bords sobrement ornés d’une plume ou d’un ruban, mais surtout, elle propose à des clientes aisées des tenues de plein air qui rompent avec le style « Belle Epoque » corsetée et surchargée de mise jusqu’alors. Pour l’aider elle a fait venir sa jeune sœur Antoinette et sa tante Adrienne. Toutes les trois se promènent sur la jetée avec les vêtements et chapeaux de COCO qu’elles changent tous les jours.

Gabrielle avec Adrienne à Deauville en 1913, devant la première boutique Chanel

Son amoureux, le baron Maurice de Nexon en 1913 aux ventes de Yearling

Au mois d’aout 1914, lorsqu’éclate la Première Guerre Mondiale, Adrienne n’a pas le cœur à être à Deauville, loin de son amoureux, le baron Maurice qui est mobilisé. Elle vient quand même rejoindre Gabrielle pour la saison.

La pénurie de tissus due à la Première Guerre mondiale, ainsi que le manque relatif de main-d’œuvre domestique ont créé de nouveaux besoins pour les femmes de ce milieu, et Chanel perçoit ces besoins. Elle achète à Rodier des pièces entières d’un jersey utilisé à l’époque uniquement pour les sous-vêtements masculins, et lance la marinière. Adrienne sera toujours la première à porter les vêtements que sa nièce aura conçu.

3- Adrienne n’est pas acceptée par la famille de son amoureux

La relation du baron ne plait pas à sa famille. Le baron Auguste de Nexon n’apprécie pas que son fil ainé fréquente une roturière. Il craint qu’Adrienne ne soit qu’une courtisane qui pourrait ruiner son fils et lui briser le cœur. Malgré de refus de son père de recevoir Adrienne, le jeune baron resta ferme et ne quitta pas Adrienne. Mais pour ne pas risquer les foudres de son père il vit discrètement avec Adrienne à Paris et à Vichy jusqu’à ce que la mort de son père.

A la fin de l’année 1914 Adrienne a la tristesse de perdre son père, un an après le décès de sa mère . Elle fait inhumer les deux à Vichy.

En septembre 1915 Gabrielle ouvre sa première maison de couture à Biarritz et de nouveau fait venir sa sœur Antoinette et sa tante Adrienne. Celle-ci ne répond pas immédiatement car elle a rendu visite à son amoureux qui est au front. Gabrielle n’aime pas qu’on ne réagisse pas immédiatement à ses appels et elle répondait sèchement « Ton plus tard est désormais trop tard »[1].

A la fin de la guerre Coco Chanel avait créé son style : des vêtements qui libèrent le corps, simples et confortables…

Le 11 novembre 1919 Antoinette, la jeune sœur de Gabrielle, épouse Oscar Flemming, un canadien chez qui elle va partir. Elle a comme témoins Arthur Capel et Maurice de Nexon. En 1921 le baron Maurice est le témoin de Jeanne sa jeune sœur pour son mariage avec M. de Lauzun. Il est seul puisque son père n’accepte pas de recevoir Adrienne.

Une fois la guerre terminée le baron Maurice va s’adonner à sa passion : les chevaux. Depuis 1912 il est propriétaire du haras de Nexon avec son père, le baron Auguste de Nexon. Remarquable cavalier il dispute sa première course en 1904. Elle sera suivie de de nombreuses autres couronnées de plus de 170 victoires. Il consacre beaucoup de temps à l’administration des courses et dès 1919 il est élu  au comité et commissaire de la Société des Sports de France qui possède les hippodromes du Tremblay et de Colombes. En 1925 il est membre de la Société des Steeple Chase de France. Adrienne l’accompagne sur les champs de course, ceux ou ses chevaux courent et ceux où il est commissaire. Le baron Maurice est également propriétaire du château mais compte tenu de l’hostilité de son père à l’égard d’Adrienne il n’y séjourne pratiquement pas.

4- Adrienne épouse le baron Maurice de Nexon

Le mardi 29 avril 1930, à la mairie du 17ème arrondissement de Paris, « Mademoiselle Gabrielle Chanel, costumière, résidant au 29 rue Faubourg Saint-Honoré », était le principal témoin d’Adrienne pour son mariage avec son amoureux dont le témoin était son frère, Robert de Nexon. Certains des anciens amis de Royallieu, dont Etienne Balsan, étaient présents ce jour-là par ailleurs heureux.

Le 22 janvier 1932 le baron Auguste de Nexon décède. Si son fils à la douleur de perdre son père, ce décès le libère et lui permet de venir à Nexon dans le château dont il hérite en tant que fils ainé.

C’est également en 1932 que Pierre Wertheimer, principal actionnaire des « Parfums Chanel » et habitué des champs de course, cherche un dirigeant pour les parfums Bourjois. Il recrute un dirigeant d’Esso Standard : Robert de Gay de Nexon. Mais s’il dirige Bourjois, Robert de Nexon qui, comme toute la famille , « est né avec les étriers aux pieds », pousse Pierre Wertheimer à louer un haras en Normandie, à Saint-Léonard-des Parcs et c’est lui qui va s’en occuper. Maurice et Robert non seulement sont frères mais, directement ou indirectement, ils sont liés aux Chanel.

Une des premières affiche du n° 5, en 1921

Soir de Paris, lancé en 1928

Maurice continue à étoffer son palmarès de brillant cavalier en disputant les courses de gentlemen comme ici au Tremblay en 1938. Son épouse l’accompagne sur les champs de course ou elle fait briller les couleurs Chanel.

La guerre éclate et Robert qui est officier de réserve est mobilisé. Une fois libéré du camp de prisonnier ou il était retenu en Allemagne, il reprend en main Bourjois et l’écurie de Pierre Wertheimer dont les pur-sang courront sous les couleurs des Nexon,  casaque grise, brassards rouges et toque grise.

Revenu en France à la fin de la guerre Pierre Wertheimer gardera une profonde estime à Robert de Nexon et lorsque celui-ci, à la fin de sa vie, sera obligé de se retirer dans une maison de retraite, Pierre puis son fils Jacques subviendront à ses besoins jusqu’à son dernier souffle, le 10 septembre 1967.

5- Adrienne à Nexon

Une fois mariée et son beau-père décédé, Adrienne peut venir à Nexon. Elle passera son temps entre sa résidence à Paris, 60 rue de Lisbonne, près du parc Monceau et le château de Nexon. Les nexonnais l’ont croisée, toujours élégante, vêtue des tailleurs Chanel  dont elle était toujours une parfaite ambassadrice. Ma mère m’a souvent raconté le plaisir qu’elle avait de pouvoir admirer ses vêtements lorsqu’Adrienne les amenait à la teinturerie de mon grand-père pour qu’ils soient nettoyés.

Adrienne à Nexon

Son époux était toujours très occupé par ses responsabilités dans les sociétés hippiques, en particulier la Société de Sport de France qu’il préside de 1937 à 1966, date à laquelle la Ville de Paris lui rachète l’hippodrome du Tremblay qu’elle avait fait construire en 1906. Mais il n’oublie pas qu’il est, malgré son âge, un excellent cavalier et le 5 mai 1951 à Fontainebleau, alors qu’il a 67 ans, il remporte sa 176e victoire.

Adrienne décède le jeudi 22 novembre 1956 au château de Nexon à l’âge de 74 ans. Elle est inhumée dans la chapelle du Parc. Son mari continue à fréquenter les hippodromes et gérer son haras. Il décède le 27 mai 1967 au château de Nexon. Il est inhumé dans la chapelle du parc.

[1] Edmonde Charles Roux, L’irrégulière ou mon itinéraire Chanel, Grasset 1974.

Vous pouvez suivre les réponses à cet article sur RSS 2.0 Vous pouvez laisser une réponse, ou revenir en arrière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.