Une histoire illustrée de nexon
Header

Les curés de Nexon

mars 24th, 2015 | Posted by admin in Connaissance de Nexon | religion - (0 Comments)

L’Église catholique de l’Ancien Régime était constituée du bas et du haut clergé. Le bas clergé regroupait le curé et ses vicaires, se trouvant en bas de la hiérarchie religieuse dans les paroisses. Selon les ressources des paroisses, il était souvent assez pauvre, ne vivant que de la portion congrue de la dîme.
Le haut clergé regroupait les évêques, dirigeant le diocèse, placés en haut de la hiérarchie religieuse et les archevêques, les cardinaux… Ces ecclésiastiques étaient généralement riches, du fait des ressources foncières importantes de chaque siège épiscopal et des biens de leurs propres familles nobles.

XIV, XV siècle et XVIe siècle
Hélie de Campagne est mort en 1323 et Guy de Brugère en 1346.

Jean Julien était curé en 1404.

Plusieurs membres de la famille de Lastours furent curés de Nexon. Jean de Lastours , bachelier en droit civil et canon, fut curé de Nexon, Bussière-Galant et Rilhac. Le 9 février 1496, il fit construire la nef de l’église de Nexon pour 400 livres et 400 setiers froments. Il mourut vers 1511. Geoffroy, fils de Jean de Lastours, devint prêtre et doyen du Puy-en-Velay en 1501. Il présida en 1505 et 1508 l’assemblée des Etats du Languedoc tenues à Nîmes, il fut curé de Nexon et autres lieux de 1523 à 1527. Et aussi François de Lastours, protonotaire du Saint-Siège dès I534, abbé de Dalon (Dordogne), doyen du Puy-en-Velay, prévôt de St-Vaulry (Creuse) et curé de Nexon dès 1537. »Il fut frappée en juillet 1546 en revenant de N.D de Rocamadour de certain coup de canon à St-Robert près de Vignoux duquel il mourut ».

Jean Tectoris, dit Pénicaille, curé de Nexon et chanoine de la cathédrale, consentit le 2 juillet 1556 à l’union de la cure de Nexon au chapitre de la cathédrale conformément à une bulle du pape Paul III du 1er avril 1546 qui l’autorisait. Le chapitre nommait un vicaire et la cure versait un quart de ses revenus. Pour obtenir ce revenu les chanoines mettaient en avant les couts élevés que le chapitre devait supporter pour l’entretien de la cathédrale à la suite des conflits avec les anglais.
Jean Delombre a été nommé curé en décembre 1557.
Joseph Chambon nommé en 1565.
Jean Thomas nommé en 1582.

XVIIe siècle

François Maledent en 1600.

François Fellines était curé en 1638.

Laurent Jean, est porté dans le registre en 1672, comme prieur de la Madeleine et prêtre de Nexon. M. Perrault croit que ce prieuré concerne une fondation faite dans le courant du XVe siècle par deux prêtres de la famille de Gay à l’autel de Sainte Marie Madeleine la Repentie, dans l’église de Saint-Léonard-de-Noblat.
Une des conditions de cette fondation était que le chef de la famille de Gay aurait le droit d’en nommer le titulaire. C’est à François de Gay, seigneur de Nexon, que Laurent Jean devait le titre sous lequel il figure dans les registres paroissiaux.

Pierre Croisier nommé en 1673.

Pierre Juge est curé de 1687 à 1709. A sa demande, le parlement de Bordeaux par un arrêté du 9 aout 1687 déclara l’union avec la cathédrale abusive.

En 1693, Morin est vicaire et Bouthet en 1695.
Le relevé des baptêmes des enfants de Jean de Gay de Nexon, seigneur de Nexon et de Marguerite de Trion, son épouse, commence en 1695 pour la naissance de Campaigne, leur premier fils. Il est baptisé par M. Juge, curé de Nexon qui baptisera cinq autres enfants. Les vicaires Bouté, Breuil et Guerin baptiseront les autres. La lecture de ces actes montre la forte variation dans l’écriture d’un même mot d’une année à l’autre et l’évolution de l’orthographe en moins de trois siècles !
On notera aussi qu’entre 1695 et 1710, Madame de Nexon a mis au monde douze enfants soit une naissance tous les quinze mois en moyenne. Elle est morte le 10 avril 1712 âgée de 35 ans, laissant vivant trois garçons et sept filles.

Mon fils Campaigne. 1- Le 1 septambre 1695, ma fame s’est accouchée, jour de samedy, a huit heures du soir de nostre fils ayné ; a esté batissé le 17 dudit mois par Mr Juge, curé de Nexon. A esté son parein Messire Pierre de Trion, seigneur de Panvilier, et mareine Jeanne de Gay, dame de la Judie, ma sœur. Son nom de batesme est Pierre. Mort le 12 aoust en l’ennée 1712 en Allemagne.

Ma fillie de Nexon. 2.- Le 19 octobre 1696, ma fame s’est accochée a six heures et demy du soir, jour de vendredy ; et si a esté batisé le … (laissé en blanc) par Mr Juge, curé de Nexon. A esté son parein Monsieur le compte de Chataumorand, et sa maraine Madamoiselle de Panvilier. Le nom de batesme de ma fillie est Gabrielle.

Mon fils le chevalier [de Campaigne, a present mon fils ayné].- Le 2 novembre 1697, jour de samedy, ma fame s’est accouchée, environ deux heures apres midy, d’un garson, et a esté batisé par Mr Bouté, viquere de ladite paroisse. Son nom de batesme est Philippe et Igniase. A heu pour parein Mr de Ley[c]urat, et maraine Madame de La Bastide.

Ma Fillie de Campaigne 4- Le 15 fevrier 1699, ma fame s’est accouchée d’une fillie, un jour de dimanche, antre neuf et dix heures du matin. A esté batisée par Mr Bouté viquaire. Son parain est André de Nemon, baron des Monts, et sa maraine Thoinete de Gay, dame de La Grange, ma sœur. Son nom de batesme est Anthoinete.

Ma fillie de Lagrange. 5. Le 3 mars 1700, est naye ma troysieme fille apellé Marie ; a esté batisée dans l’eglise de Nexon par Mr Juge, curé. Son parein, Mr le chevalier de Panvilier , son oncle, et sa maraine Marie de Tavau, dame de Salmase et des Pouses. Batisée le 7 du dit mois.

6- Le 23 mars 1701, ma fame s’est accouchée d’une fillie. Elle s’apelle Mariane-Marguerite. Sont parain est Monsieur de La Judie, mon beau frere, et la maraine est Madame de Lesgurat, ma belle sœur. Elle a esté batisée dans l’eglise de Nexon, par Mr Juge, curé de ladite paroisse.
7- Le 5 novembre 1702, ma fame s’est accouchée de sa cinquieme fille a midy et trois quarts, jour de dimanche. Elle s’apelle Gabrielle. Son parein est Mr de La Bastide, mon oncle, et sa maraine est Madame de Sescheres, ma tante. Elle a esté batisée le 12 present mois, dans l’eglise de Nexon, par Mr Juge, curé.
8.- Le 6 fevrier 1704 ma fame s’est accouchée de sa sisiesme fillie a mydy, jour des Sandres. Elle s’apelle Marie-Severine. Son parein est Mr de La judie le fils, mon neveuf, et sa maraine et Madame de Lestant. Elle a esté batisée dans l’eglise de Nexon par Breuil, vicaire.

9.- Mon troisieme fils Francois Alexis qui s’apelle Lagrange, … (a present le chevalier)- Le 6 mai 1705, ma fame s’est accouchée de son troisieme garson. Son parain est Mr l’abbé de Chateaumorand, et la marraine Madame la presidante de Nemond, de Paris.

10.- Mon quatrieme fils, Jean Fereol, qui s’apelle Lagarde. Le 14 mars 1707, ma fame s’est accouchée de mon quatrieme fils, a neuf heures et demy du soir, jour de mardy au soir ; et s’apelle Jean Fereol. Son parain a esté son frere le chevalier, et la maraine la Minette, sa seur. Il a esté batisé le 15 courant par M. Guerin, fesent la fonction de viquaire a l’eglise de Nexon.- Mort.

11- Mon cinquieme garçon s’apelle Gaspard. .- Le 2 avril , jour de mardy, environ minuit, ma fame s’est accouchée d’un garson ; et a esté batissé par Mr Juge, curé de Nexon, le 5 du mesme mois. Et son parein a esté Mr l’abbé de La Lande, curé de Cougniac, et chanoine de l’eglise royalle de St Spire de Corbeil sur Cene, proche Paris, et la maraine a esté Mademoiselle de la Judie. Et s’est acouchée le 2 avril 1709- Mort.

12.- Ma septieme fillie s’apelle Marie Charlotte.- Le 29 octobre, jour de mescredy, en l’année 1710, entre dix et onse heures du soir, ma fame s’est accouchée de sa septieme fillie. Son parain a esté Monsieur le chevalier de Chateaumorand, et sa maraine a esté Marie de Couet, fillie a Mr de la Qoir…

XVIIIème siècle.

Breuil, vicaire en 1704
Marc Antoine Romanet (Roumanet ?), bachelier de Sorbonne est curé de 1717 à 1739.

Le 6 septembre 1737, Madame de Campaigne s’est accouchée, a onze du matin, d’un garson, tresieme de la famille. Elle a esté batissé a l’eglise de Nexon, par Mr Roumanet aîné, curé de la paroisse.

1745 Rouvenar est nommé curé de Nexon

Jean Pierre Amable de Cosnac, nommé en 1760 meurt en 1780. L’abbé Guyot est vicaire en 1766.

François Desthèves, fut le dernier curé de l’ancien régime et joua un rôle de premier plan dans l’administration municipale de Nexon au début de la Révolution.
La Constitution civile du clergé.

À l’automne 1789 commencent à la Constituante les débats sur la nouvelle organisation de l’Église de France, l’ordre du clergé ayant été aboli à la suite de la Nuit du 4 aout 1789. Le comité ecclésiastique, présidé par Treilhard, est chargé d’élaborer un projet. L’idée des Constituants est de construire une Église de France indépendante du pape dans la lignée des « libertés gallicanes ». La réforme doit également permettre à l’Église de retrouver sa pureté primitive en mettant en place un gouvernement démocratique des communautés paroissiales et diocésaines. La loi sur la Constitution civile du clergé est votée le 12 juillet 1790. Louis XVI promulgue le décret le 24 août 1790.
Cette loi provoque la division du clergé entre les constitutionnels et les réfractaires.

Le serment obligatoire : décret du 27 novembre 1790

Le texte du serment élaboré par l’Assemblée nationale constituante était le suivant : « Je jure de veiller avec soin sur les fidèles de la paroisse [ou du diocèse] qui m’est confiée, d’être fidèle à la nation, à la loi et au roi, et de maintenir de tout mon pouvoir la Constitution décrétée par l’Assemblée nationale et acceptée par le roi. »

Le 7 Mars 1790 la Municipalité suivie de la Garde Nationale, ayant à sa tête son commandant et ses majors, se sont rendus à l’Eglise, en deux lignes et au son du tambour, où la messe fut chantée. Celle-ci terminée, le Procureur requis la bénédiction. Le commandant pris le drapeau de la Légion et le major celui de la loi Martiale et Mr le curé les fit avancer et procéda dans les formes ordinaires de droit à la bénédiction. Mr le Curé prêta le premier serment de fidélité à la Nation, à la Loi et au Roi et de maintenir de tout son pouvoir la Constitution et les décrets de l’Assemblée Nationale.
Le 24 mai sont lus et affichés les décrets des 14 et 20 avril 1790 nationalisant les biens du clergé et mettant à la charge des dépenses publiques le traitement des ecclésiastiques. Ces décrets ne génèrent aucune protestation tant la dime était décriée à la fois du fait de la charge qu’elle représentait pour le peuple mais aussi car les contribuables voyaient que les curés et vicaires des paroisses rurales n’en profitaient pas, certains satisfaisant tout juste leurs besoins. Inutile de dire que les pauvres des paroisses n’étaient pas non plus bénéficiaires des largesses du haut clergé !

Le 10 mars 1791 le pape Pie VI demande aux membres du clergé n’ayant pas encore prêté serment de ne pas le faire, et à ceux qui ont déjà prêté serment de se rétracter dans l’espace de quarante jours. Les élections épiscopales et paroissiales sont déclarées nulles et les consécrations d’évêques sacrilèges. De nombreux prêtres se rétractent et l’Église de France est divisée en prêtres constitutionnels, désignés comme « intrus », et prêtres insermentés, désignés comme « réfractaires ».

A Nexon François Desthèves refusa de prêter serment à la constitution civile du clergé et fut remplacé, en 1791, par un prêtre schismatique, Martial Dumoulin.
Les biens que possédait l’abbé Desthèves furent saisis et vendus nationalement, tandis qu’il prenait le chemin de l’exil en Italie, à Rome, ou il mourut.
De son côté, Martial Dumoulin démissionna de sa cure de Nexon en frimaire an II.

Le 12 Février 1791 il se produisit un incident à l’occasion du serment de fidélité que devait prêter l’abbé Metayer, un des vicaires de NEXON. A l’issue de la Grande Messe, la Municipalité et le Conseil des Notables se réunirent dans l’église, pour faire prêter serment au dit Vicaire. Mais ce dernier, au moment de le faire apporta des restrictions et des interprétations à ce serment, comme le lui indiquait sa conscience.
Il fut invité à prêter ce serment purement et simplement, il refusa à nouveau et le Conseil Général refusa de le recevoir dans d’autres formes.

Ce Conseil resta fort longtemps dans l’église et comme le vicaire et Mr Labesse, curé, ne se présentaient pas malgré l’ordre qui leur en fut donné par la Garde, il fut dressé un procès-verbal de défaut. Le Conseil Général en informa le district de Saint-Yrieix le 9 Mars en priant ce dernier de bien vouloir nommer un nouveau curé en la personne du sieur Élie Martial du Village des Moulins. Ce dernier reçu l’agrément de Monseigneur GAY DE VERNON, évêque de LIMOGES, et du district de Saint-Yrieix et il fut installé curé de la paroisse de Nexon le 10 avril dans les formes suivantes : Le Conseil Général de la Commune, la Municipalité se transportèrent à l’église de Nexon, où le peuple avait été convié à son de trompe de tambours et de cris, par la Garde Nationale. Là, Mr le curé Martial prêta le serment, puis fut accompagné par la Garde Nationale à l’autel de l’église où il prononça un discours au Peuple, célébra une grande messe et signa à la sacristie le procès-verbal de son installation.

Le 6 juin 1791 se présenta de bonne heure devant la municipalité le Commissaire de la Commune, qui donna un arrêté du Directoire du Département ordonnant la fermeture de toutes les églises et chapelles autres que celles paroissiales, et que le culte ne pourrait y être célébré à nouveau que sur autorisation de l’évêque.

Le 8 juin 1791 il fut procédé à la mise sous scellés des chapelles de Veyrinas, des Moulins et des Pousses. Mais le 25 juin, le sieur Des Reneaudies fit porter un pli par un sieur DAVY des Pousses, par lequel il protestait contre ces fermetures, le décret ne visant que les lieux où était célébré un culte ouvert au public, et non celui des lieux particuliers, où n’assistent au culte que les personnes de la maison. Il fut fait droit à sa demande et les scellés levés sur les trois chapelles.

Le 15 Octobre 1791, réunion pour décider de l’entretien et de la conservation du Presbytère, des cloches, des sanctuaires et retables de la paroisse, le curé Labesse émigré à l’étranger, ayant emporté les fonds destinés aux réparations. La municipalité constata que des réparations étaient urgentes et qu’il fallait trouver de l’argent. Il fut donc décidé de faire une saisie arrêt sur les sommes dues au curé Labesse, ce qui fut fait le même jour par le Juge de Paix et le Procureur. Le sieur Desplanches collecteur d’impôts étant chargé de l’exécution.

Le décret contre les réfractaires du 29 novembre 1791.

Les commissaires envoyés en Vendée pendant l’été 1791 indiquent dans leurs rapports que les troubles qui se développent dans cette province sont dus aux prêtres réfractaires auxquels la population reste attachée.
Dans le même temps, au club des Jacobins, Robespierre réclame une politique de répression. L’Assemblée législative dénonce les prêtres réfractaires et vote, le 29 novembre, un décret interdisant à tout prêtre réfractaire d’invoquer les droits de la Constitution ; En conséquence tout réfractaire sera traité en suspect, soumis à une surveillance particulière et il perdra tout traitement ou pension. Quelques jours auparavant, le 23 novembre, il avait été décrété que les églises seraient réservées uniquement au clergé constitutionnel.

Texte du décret du 29 novembre 1791 :
« Le serment civique sera exigé dans le délai de huit jours. Ceux qui refuseront seront tenus suspects de révolte et recommandés à la surveillance des autorités. S’ils se trouvent dans une commune où il survient des troubles religieux, le directoire du département pourra les éloigner de leur domicile ordinaire. S’ils désobéissent, ils seront emprisonnés pour un an au plus ; s’ils provoquent à la désobéissance, pour deux ans ».

Le 8 mars 1792, jour de dimanche, le 4ème de la Liberté Française, à sept heures du matin, dans l’église de Nexon, la Municipalité et le peuple se rassemblèrent pour la prestation de serment de fidélité du sieur Léonard Tarrade, choisi comme vicaire par le curé de Nexon. Ce vicaire prononça un discours au Peuple et jura fidélité à la République.

Le 26 août 1792, un décret bannit les réfractaires qui pourront choisir leur lieu d’exil. Selon le préambule cette « mesure générale, [est] justifiée par le danger de la patrie et l’obligation de rétablir l’union entre les Français. » Les prêtres infirmes ou âgés de plus de soixante ans peuvent rester en France, rassemblés dans les chefs-lieux de département et sous la surveillance de sa municipalité. Tous les membres du clergé qui n’avaient pas été contraints de prêter le serment à la Constitution civile peuvent être arrêtés sur une simple dénonciation. Les prêtres réfractés doivent « sortir du royaume sous le délai de quinze jours ».
Les prêtres infirmes ou âgés de plus de soixante ans peuvent rester en France, rassemblés dans les chefs-lieux de département et sous la surveillance de sa municipalité. Tous les membres du clergé qui n’avaient pas été contraints de prêter le serment à la Constitution civile peuvent être arrêtés sur une simple dénonciation. Les prêtres réfractés doivent « sortir du royaume sous le délai de quinze jours ».
Le 22 novembre 1792 les registres tenus par les curés furent clos et arrêtés pour être remplacés par l’Etat Civil. En 1824, le 11 mars, Charles de David des Etangs, maire, constate : « Ayant ensuite vérifié les registres de l’Etat civil nous avons reconnu qu’ils datent de 1634 et que jusqu’en 1727 ils sont réunis en liasse et sont très mal en ordre ».

Le 10 mars 1793 le citoyen curé Dumoulin présente une pétition en vue de la réduction de ses impôts fixés par le district à 953 livres 48 deniers et disant que jamais pareille injustice fut faite à son égard. Le Conseil ramène la somme à 50 livres.

Le 18 frimaire an 2 (8 décembre 1793), le curé Elie Martial Dumoulin donna sa démission de curé de Nexon et ne plus exercer ses fonctions sacerdotales.
Le 1er Ventôse an 2 (19 février 1794), Martial Dumoulin ancien curé de Nexon, déclara à la Municipalité qu’il voulait ouvrir une école publique pour l’enseignement du 1er degré d’instruction.

Le 6 germinal an 2 (26 mars 1794) le sieur Guyot, notaire public, rendit compte de la gestion des biens Destheves, curé de Nexon, qui avait été déporté et qui était le frère de son épouse. Il avait vendu diverses marchandises et vin pour une somme de 994 livres 5 sols. Mais les dépenses s’élevaient à 835 livres 10 sols et parmi celles-ci des notes de la femme de Tistou, de la Paulie Durand, de la Catherinaude, toutes les trois fileuses; le logement et la nourriture des deux vicaires, et les soins pour traitements médicaux par Tarrade, de Bonnet maréchal pour ferrement des chevaux. Et puis la plus intéressante, une somme de 80 livres que ce brave notaire avait dû donner à des brigands venus lui rendre visite et sous menace de mort, afin qu’ils ne boivent pas son vin.

Le 24 Messidor an 3 (12 juillet 1795), Joseph D’Arsonval prêta serment comme prêtre curé de Nexon.
Ce même jour moyennant 2425 livres marché est passé avec les sieurs Guillaume Rougerie et François Meunier menuisiers à Limoges faubourg St-Antoine pour le rétablissement du principal autel de l’église.

Le 1er Thermidor an 3 (19 juillet 1795) serment de Pierre ROCHE comme curé de Nexon et son traitement est fixé à 6 000 livres pour sa nourriture, son entretien celle d’un domestique et d’un cheval. Il sera logé au presbytère.

XIXème siècle

Régime concordataire français de 1801

Le concordat de 1801 fut signé le 26 messidor an IX à minuit entre Joseph Bonaparte, frère du Premier consul, l’administrateur Emmanuel Crétet et le cardinal Consalvi, secrétaire d’État et représentant du pape Pie VII. Un mois plus tard, le pape ratifie le texte, avec la bulle Ecclesia Christi (15 août 1801). Le régime concordataire fut introduit, sous le Consulat, par la loi du 18 germinal an X (8 avril 1802), relative à l’organisation des cultes. Ce régime restera en vigueur dans toute la France de 1801 à 1905, date de la séparation des Églises et de l’État sauf en Alsace-Moselle, où il est toujours en vigueur.
Le 16 messidor an 12 (4 juillet 1804) de la République, le Préfet de la Haute-Vienne prend un arrêté ordonnant que la somme de 156 F 40, excédent de recettes de l’an 11, soit affectée au rétablissement du culte catholique conformément aux vœux du Gouvernement. Ces dépenses seront affectées aux réparations de l’Église, de la maison du Presbytère et achat d’ornements.

Une autre somme de 464 F est dépensée comme suit :
Le sieur Palette qui a pavé l’Église…………………………… 85 F
Gizardin qui a posé un cadre à l’horloge…………………. 160 F
Objets du culte, curé Mazérieux….,………………………….. 84 F
Le reste, 1 65 F, a été payé à ceux qui l’avaient avancé.
Il fut encore réglé diverses réparations ou achat dont :
Pierre Texier qui a fait les bâtons du dais………………….. 20 F
Morgiére qui a raccommodé la croix…………………………. 24 F
Suisse vitrier………………………………………..………………..9,50 F
Simonet vitrier……………………………………………………. 61,50 F
Au vicaire Régent pour objets nécessaires au culte……… 32 F

Le 19 décembre 1816 le Conseil charge Mr le Curé Jean-Pierre Hervy de prendre les renseignements nécessaires pour dresser la liste des indigents de la commune. Il demande l’ouverture d’un atelier à Nexon pour venir au secours des indigents valides et leur assurer du travail. Il désigne Mr le Curé pour dresser la liste des femmes et vieillards infirmes de la commune et lui ordonne de lancer du haut de sa chaire une invitation à tous les citoyens aisés de la commune à faire des dons en argent et en denrées. Il ordonne également que pareille invitation soit faite à l’issue de la messe par Mr le Maire et que les dons que feront les âmes bienfaisantes seront reçus par le Curé.

Jean-Pierre Hervy, né à Limoges le 31 décembre 1747, membre de la Société de la Sorbonne, fit ses études de latin au collège de Magnac-Laval, puis sa théologie à Paris de 1763 à 1770. Professeur de philosophie à Orléans, puis à Limoges, il fut nommé archiprêtre de Saint-Michel de La Meyze en 1778. En mars 1789, il fut désigné premier secrétaire pour la rédaction du cahier de doléances en vue de la réunion des États Généraux. Prêtre réfractaire, il émigra en Espagne de septembre 1792 à mars 1801. Rentré en France gravement malade, il fut affecté à la cure de Nexon le 24 avril 1803. Sa santé en avait souffert et, fatigué, il lui fallu un vicaire pour le suppléer. Pierre Louis Mazérieux fut nommé vicaire gérant en 1805. Jean Pierre Hervy est mort en 1825, Pierre Louis Mazérieux fut alors nommé curé-doyen le 6 juillet 1825.

Laurent Pradeau a été nommé le 25 aout 1845.

Pierre Gaspard Molinié est nommé le 10 février 1872. L’abbé Charzat est vicaire;

Émile Jean-Baptiste Pinchaud nommé le 18 septembre 1882.

Jean-Baptiste Maurelet, nommé le 22 juin 1890. Il meurt en juin 1896.

Charles Moussard, nommé le 7 juillet 1896. L’abbé Manhes est vicaire.

 

XXème siècle.

1903 Le conseil demande l’affectation du presbytère aux classes scolaires.

1905, Charles Moussard est curé, Edmond Giraud, vicaire.

1907 M. le curé Moussard quitte le presbytère

Léonard-André Michelet, de Janailhac, prêtre, vicaire à Nexon, soldat-brancardier, mort à l’hôpital militaire de Châlons-sur-Marne, le 8 février 1915, des suites d’une maladie contractée au service.
1914, Gustave Tournaud nommé en 1914.

1932, Paul Latzarus est nommé curé de Nexon.

Avril 1935, Paul Latzarus se voit confier, en plus de Nexon, les paroisses de Meilhac et de Lavignac.

L’abbé Latzarus, curé de Nexon et de Saint-Hilaire-les-Places, 1941

cure-lazarus

Abbé Delhoume, dit « le gros »

Jean Delhoume

1965 Abbé Redor (1965-1976)

1973, décès de Louis Mouret (1877 – 1973)dit le « Père Mouret » une figure incontournable de l’église de Nexon pendant un demi siècle. Tertiaire de saint François il a servi plusieurs curés comme sacristain, il donnait de son temps à l’école religieuse ou il avait été élève, il assurait le catéchisme, il était brancardier à Lourdes..Forte personnalité, parfois un peu rude il a marqué son époque.

1976 Abbé Rollet, (octobre 1976 – juillet 1981)

1981 Abbé Jacques Brenac, (aout 1981- septembre 1989)

2012 Nexon (paroisse Saint-Aurélien) P. Michel Lamy, curé.

2014 : Père Pierre Kiedrowski.

 

Les vicaires

Les auxiliaires du curé de Nexon étaient le plus souvent au nombre de deux. Toutefois, pendant de courtes périodes on n’en trouve qu’un seul mais c’est l’exception.

La plus grande partie des actes paroissiaux rédigés par les vicaires les plus anciens, ceux dont on retrouve la signature, les Jouhaud – les Désazérat -les Tarade – les Guyot – les Vergnolle, étaient des enfants du pays.

Initiés aux us et coutumes de l’endroit, ils ont fixé d’une façon exacte et correcte les noms des personnes et des localités. Leurs actes rédigés sans formule réglementée, d’après l’impression du moment, abondent en détails intéressants, ils émulèrent avec complaisance les titres, qualités et professions de chacun. Sans eux, il serait impossible de chercher à établir avec certitude l’état social des générations qui ont grandi à Nexon avant la Révolution. Mais à ces précurseurs succédèrent trop souvent des étrangers venus un peu de partout ignorant les mœurs et le langage de leurs ouailles, et dans ces cas-là, la rédaction des actes devient une Tour de Babel.
Par exemple, sous leur plume, les villages de Plantadis, Lombertie, Montezol, l’Arstissie, deviennent Plante-dix, Lombardie, Montessaut, l’Artiche. L’un d’eux pour désigner le hameau de Montcuq paroisse de Flavignac écrit irrévérencieusement Moncul. De même pour les personnes Martial de la Vigne est fils de Pierre de Laveynia car jusqu’au milieu du 18e siècle la moitié de la population au moins n’avait pour nom que celui du village dont elle était originaire.

Malheureusement la majeure partie des registres antérieurs à 1700 est perdue. Le plus ancien date de 1634.

Il n’y avait pas de formule, pour les baptêmes. A Nexon, on baptisait d’ordinaire les enfants le jour même où le lendemain de leur naissance. Quand la saison était trop rigoureuse ou les chemins trop mauvais les gens des villages éloignés allaient à la paroisse la plus voisine. C’est ainsi qu’on trouve la transcription de nombreux actes de baptême faits à Rilhac-Lastours, St-Hilaire ou St-Martinet avec la mention : « Vu la mauvaise saison et la difficulté des chemins ».

Pendant une certaine période, vers 1730 le nom de l’enfant n’est même pas indiqué ; il faut en déduire qu’il recevait invariablement le nom de son parrain, ce qui d’ailleurs est conforme à la tradition. Mais c’était plutôt le fait d’un vicaire peu consciencieux qui rédigeait parfois ses actes après coup, en les tronquant à l’occasion et en ajoutant en interligne « Vide infra ».

Pour les enterrements, rien de fixe non plus. Certains vicaires citent des témoins, les autres non. S’il s’agit de personnes mariées de femme surtout, les uns indiquent le nom du conjoint, les autres s’abstiennent, ce qui est toujours relaté, ce sont les morts subites, ou accidentelles, et en général tous les cas qui avaient empêché l’administration des sacrements.

Pour aller plus loin:
J. Aulagne, Un siècle de vie ecclésiastique en province. La réforme catholique du XVIIe siècle dans le diocèse de Limoges, Paris-Limoges, 1906.
Michel Cassan, Le temps des guerres de religion. Le cas du Limousin (vers 1530 – vers 1630), Paris, Publisud, 1996, p. 128-141.
Louis Pérouas, Les Limousins. Leurs saints, leurs prêtres, du XVe au XXe siècle, Paris, Le Cerf, 1988.
Pouillé du diocèse de Limoges, manuscrit du grand séminaire de Limoges, par l’abbé Nadaud, curé de Teyjac édité avec de nombreuses additions sous forme de Dictionnaire géographique de la Marche et du Limousin par M. l’abbé Texier, Société archéologique et historique du Limousin, 1859.