Une histoire illustrée de nexon
Header

Pourquoi ce site ?

Né à Nexon il y a plus de 60 ans et bien que n’y résidant plus, mais n’ayant pas quitté le Limousin, je me sens toujours Nexonnais. Ma mère qui a aujourd’hui plus de 90 ans est née dans une commune proche de Nexon. Elle est venue y  habiter avec ses parents en 1928. Elle fait partie des plus anciens habitants de la commune, elle est une mémoire vivante. Elle m’a transmis le goût de l’histoire. Collectionneur de cartes postales et de documents anciens  je lui montre tout ce que je découvre sur Nexon. Elle m’explique qui tenait tel ou tel commerce, comment se déroulait la vie quand elle était jeune…

J’aime beaucoup cette phrase d’Amadou Hampaté Bâ, un sage africain : « Un vieillard qui meurt c’est une bibliothèque qui brûle ». C’est pour éviter cela que je souhaite mettre à la disposition de tous le résultat de mes recherches et que je crée ce site.

15 Responses

  • Mathe Gillet Anne Marie says:

    Bravo pour une telle initiative. Notre façon de vivre aujourd’hui nous amène à sous-estimer ce lien avec le passé . Nos aînés qui ont mieux su que nous faire ce lien entre générations ont été plus forts dans les épreuves de la vie .Cette mémoire est à faire fructifier, pour nos enfant, pour nos petits enfants, qui risquent se trouver déstabilisés par le manque de racines…

  • sylvie says:

    Bonjour,
    C’est tout à fait par hasard que je suis tombée sur votre site récent et parce que je recherche régulièrement des éléments sur l’histoire de Nexon afin d’échanger avec ma famille. Votre site magnifique est venu compléter et combler tout naturellement les informations déjà en ma possession. Un sacré travail à respecter et un très bel ouvrage à consommer et à partager sans modération pour devenir ou rester amoureux de cette belle petite ville !! bonne continuation.

  • Jeff says:

    Bonjour, je recherche des informations et plus particulièrement des photos ou illustrations de la cheminée Frugier qui devait être une ancienne tuilerie ou briqueterie. On voyait écrit en gros le nom Frugier depuis la route allant à Ladignac. Merci.

  • Je viens de découvrir votre site « et si NEXON m’était conté ». Je suis né à NEXON le 23 Avril 1939. S l’ensemble du site m’a rappelé nombres de souvenirs par ses détails et sa justesse, c’est ceux de l’ASN foot qui reste le plus vivace.
    Pour la célébration du cinquantenaire, auquel j’ai participé, Jeannot ADAM un ami proche, m’avait demandé si j’avais des photos de notre époque de joueur (pour ma part de 53 à 62).Je lui ai fourni les 4 premières que vous avez sur votre site et sur lesquelles je figure. Ce jour là, quelques 37 ans après, j’ai eu le plaisir de croiser  » les copains de jeunesse » si les silhouettes ont changé l’esprit est resté … Je viens d’écrire un livre, un gros tiers porte sur mes vingt premières années de ma vie à NEXON alors que je vais fêter mes 77 ans. J’ai visionné l’ensemble du site, merci pour ces années bonheur même si elles ont été entachées parfois de tragédies ….

  • Péquériau says:

    Poussé sans doute par un brin de nostalgie, je suis tombé par hasard sur votre site “Si Nexon m’était conté”. J’ai été tout de suite passionné par sa lecture qui m’a replongé dans les années de mon enfance et de mes vacances d’été nexonnaises.
    Je suis né en 1942, et suis donc votre aîné de quelques années.
    D’entrée de jeu, je vous dirai d’abord que le meilleur pain que j’ai mangé de ma vie, c’est le vôtre, celui du boulanger Nys du Courdein. Ah cette mêlée, agrémentée pour le “4 heures” de la crème de lait de la vache de la maison, un régal.
    2 boulangers passaient chez ma grand’mère: Liénard et Nys…et “il n’y avait pas photo” aurait-elle sans doute dit si elle était encore de ce monde. Mais ce qui épatait le citadin que j’étais, c’était le mode de paiement utilisé non par ma grand’mère, mais par son propriétaire qui avait des métayers, réglait le boulanger en sacs de blé en échange desquels il obtenait des tickets de différentes couleurs selon que l’on souhaitait un “petit pain” ou une “mêlée” (ouna melade en patois).
    Autre souvenir, sportif celui-là. Dans la grande banlieue où je demeurais avec mes parents et mon frère, nous pratiquions le football dans un petit club (dit”de patro”), et j’ai pris l’initiative d’inscrire l’équipe (junior) au tournoi à onze de Pâques organisé par l’ASN. Il se trouve que nous avons gagné le tournoi, non sans mal, car le pied gauche de Magnaud (évoqué dans votre travail), était en effet redoutable.
    A moins que celà ait échappé à ma vigilance de lecteur, il ne m’a pas semblé voir dans la rubrique histoire de votre récit, la bien triste histoire du camp de Nexon. Le passionné d’histoire de la déportation que je suis, aimerait avoir de votre part quelques précisions à ce propos, ceci en tout respect tout honneur bien entendu.
    Enfants, mon frère et moi faisions tous nos déplacements en vélos, ceux-ci étant acheminés par train, puis de la gare à notre demeure par René Laspougeas et sa charrette à cheval.
    J’espère ne pas vous avoir ennuyé avec ce courriel et vous prie d’agréer, Monsieur Nys, l’expression de mes cordiales salutations.

  • Péquériau says:

    Ci-joint 2 photos (si j’arrive à les joindre):

    -la Boule de Neige vers 1952.C’est la maison de mes vacances chez ma grand’mère Bouby. Route de St Priest-Ligoure.Elle a été entièrement « relookée »!!!
    -mon grand-père Bouby mort pour la France le 13 avril 1915. Sur la photo il est au 107ème RI. Ce régiment a été fondu avec le 106ème et c’est comme soldat au 106ème qu’il est mort à Dieue-sur-Meuse des suites de ses blessures. Ses 2 enfants, dont ma mère, avaient alors 3 ans et demi pour mon oncle, 3 mois pour ma mère.

  • BARNY says:

    Comme mon ancien collègue du service des Monuments historiques, je n’ai qu’un mot : BRAVO.
    Je me permets de vous solliciter au sujet des cartes postales représentant des soldats américains en 1918 : vous appartiennent-elles ? Dans le cadre de ma profession (archiviste) je suis à la recherche de photographies ou cartes postales représentant les troupes américaines en Haute-Vienne pour une future exposition
    Vous remerciant par avance de votre réponse
    Recevez mes meilleures salutations

  • Et pour une vue d’ensemble du phénomêne ostensionnaire qui me parait intéressante.https://fr.wikipedia.org/wiki/Ostensions_limousines

  • Gérard says:

    Je voudrais vous dire toute mon admiration, pour votre investissement dans ce formidable travail que vous avez effectué, ainsi que pour la qualité et la clarté de cette œuvre que je parcours avec le plus grand intérêt.
    « Le passé ne meurt jamais complètement pour l’homme. L’homme peut bien l’oublier, mais il le garde toujours en lui. » (Fustel de Coulanges.)

  • Claire says:

    Bonjour,
    juste pour vous dire qu’en lisant un article
    http://etsinexonmetaitconte.fr/?s=clermonteil&op.x=0&op.y=0 sur les morts pour la France à Nexon, je vous confirme que le nom Clermouteil est mal orthographié et qu’il s’agit bien de Clermonteil Léonard. Il a dû être ajouté après car il n’a pas été tué au champs de bataille mais a succombé à une péritonite alors qu’il été 2Cl du 43 régiment d’artillerie.
    Bonne journée

  • Marie-France says:

    Bravo pour ce site remarquable qui offre aux nexonnais leur histoire avec beaucoup d’authenticité et de sensibilité. Ce travail, agrémenté de nombreuses illustrations est digne d’un véritable historien. Connaissant l’auteur, je sais sa réelle passion pour l’histoire, la recherche, les vieux documents et surtout pour Nexon.

  • Kuri daniel says:

    Un bien beau travail mon très cher Jean-François. Je recommanderai la visite de ton blog et je t’adresse mes plus chaleureuses félicitations. Je pense, comme toi, que l’Histoire éclaire l’avenir. Je crois également que toutes nos histoires sont importantes dans la construction collective de la mémoire. Je partage enfin ton opinion à propos des belles paroles de ce sage africain.

  • Je ne suis pas de Nexon, mais « des ponts » – en tout cas ma famille paternelle, donc limougeaud. Mais je suis du Limousin. Et je connais bien Nexon…
    Aussi ce blog m’apparaît-il captivant, nécessaire, particulièrement bien fait. Historien, je suis sensible aussi à l’hommage rendu à la mémoire vivante qu’est la mère de l’auteur.
    Nul doute que dans les prochaines heures, je vais encore plus me promener à travers ces lignes, ces pages, et (re)découvrir Nexon avec un oeil neuf. La première conséquence de cette lecture est d’ailleurs qu’elle me donne l’envie d’y refaire un tour.
    Merci et bravo.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *