Une histoire illustrée de nexon
Header

Hommage à mon grand-père Arthur et à mon arrière grand-père Pierre BOUCHER pour leur guerre de 14-18

16 novembre 2018 | Posté par admin dans Connaissance de Nexon | famille | Histoire | première guerre mondiale | XX siècle

I – La guerre de 1914-1918 de mon grand-père Arthur.

Mon grand-père Arthur n’est pas né à Nexon mais il y a passé les 40 dernières années de sa vie. Il y est arrivé en 1945, il a développé son activité, joui de sa retraite et y est enterré depuis 1985.

Né en Belgique en 1894 il avait 20 ans en 1914. Il a donc participé à la Guerre de 14 comme on disait quand j’étais jeune. Mon grand-père  resté fidèle à sa nationalité de naissance bien qu’il ait vécu plus de la moitié de sa vie   en France.

Il bénéficiait d’une carte de résident privilégié mais également d’une carte d’étranger qui lui permettait d’exercer son métier de minotier.

Au moment de la déclaration de la guerre mon grand-père travaillait avec son père dans le commerce de grains que celui-ci tenait dans la banlieue de Liège. Les belges ne s’inquiétaient pas outre mesure de la déclaration de guerre puisque la Belgique était neutre. Mais l’Allemagne n’a pas respecté cette neutralité. Elle lui demande de laisser passer ses troupes sans combattre ce que refuse le roi Albert 1er. Il se rend à cheval au Palais de la Nation et le 4 aout 1914 il prononce devant les Chambres réunies un discours de résistance à l’envahisseur dont un extrait montre la volonté de préserver l’indépendance de son pays et la résistance qu’il manifeste :

« Si l’étranger, au mépris de la neutralité dont nous avons toujours scrupuleusement observé les exigences, viole le territoire, il trouvera tous les Belges groupés autour du Souverain, qui ne trahira jamais son serment constitutionnel, et du Gouvernement investi de la confiance absolue de la nation toute entière. J’ai foi dans nos destinées : un pays qui se défend s’impose au respect de tous, ce pays ne périt pas. Dieu sera avec nous dans cette cause juste. Vive la Belgique indépendante ! »

Cependant, la ville de Liège tombe le 7 août sans résistance, mais les combats de l’armée belge qui durèrent jusqu’au 16 aout, s’appuyant sur les nombreux forts construits dans la campagne, suscita un vif intérêt pour Liège et lui valut la Légion d’honneur décernée par la France. À Paris, on débaptisa le café viennois qui évoquait l’ennemi, pour le renommer café liégeois. Cependant, à Liège, coupée de Paris durant les quatre ans d’occupation, c’est l’expression « café viennois » qui resta en usage. La résistance de l’armée belge en retardant fortement l’avancée allemande a laissé à la France le temps de se reprendre et d’arrêter les troupes allemandes sur la Marne.

Le café liégeois,une glace au café sur du café chaud, de la crème chantilly et un biscuit à la cannelle.

En 1914, les Belges n’ont plus aucune expérience directe de ce qu’est une guerre car depuis le 18 juin 1815 jour de la sinistre défaite française à la bataille de Waterloo, à 20 km au sud de Bruxelles, il n’y a pas eu de grande bataille sur leur territoire national. Les Belges s’apprêtaient à en fêter le centenaire en même temps que le siècle de paix qu’ils venaient de vivre.

Devant l’avancée des armées allemandes, le gouvernement belge gagne la France et s’installe au Havre mais le Roi Albert décide de rester au front, à la tête de ses soldats. Il s’établit, avec son épouse, à La Panne, dernière ville belge avant Dunkerque. Le courage du Roi l’a non seulement fait aimer de ses concitoyens mais aussi des français. Il fut décoré de la Médaille Militaire, reçut une épée d’honneur (mars 1915), et une journée du Drapeau belge fut organisée le 20 décembre 1914 avec quête, vente d’insignes au profit des réfugiés (voir l’article sur ce blog), etc. L’engouement du public conduisit même à débaptiser un dessert d’origine autrichienne qui devint le « café liégeois » !

Ne pouvant pas rester indifférent à la guerre mon grand-père décide de s’engager et de rejoindre une unité belge en France. Il sera un « volontaire de guerre », V.D.G., sigle qui figure sur tous ses documents militaires. Mais il lui est impossible de traverser la Belgique pour rejoindre la France, la ligne de front s’étend tout le long de la frontière. Avec quelques camardes ils décident de passer par la Hollande dont la frontière est à moins de 20 kilomètres, se rendre à Maastricht et de là rejoindre la Grande-Bretagne puis la France.

Il a noté tout son parcours sur un petit carnet noir. Départ de Chênée le mercredi 5 janvier 1915 à 3h30 pour rejoindre une ferme à 3 km, attendre les autres pour finalement partir à 6h30 à neufs dans une charrette et une douzaine qui suivent à pied. Le convoi chemine à travers les champs et les près pour éviter la cavalerie allemande. Leur guide les conduit jusqu’à la frontière qu’ils franchissent en plusieurs endroits. Ils arrivent le 6 janvier vers midi à Maastricht, crottés et mouillés.

Le lendemain ils vont au Consulat de Belgique qui leur délivre un laissez – passer pour aller en France en passant par l’Angleterre.

Le document est signé le 10 janvier 1915. Mon grand-père arrive à Londres le 14 janvier 1915 ou l’accueil est chaleureux. Puis c’est le départ pour Southampton, la traversée jusqu’au Havre et enfin l’arrivée au Centre d’Instruction pour recrues et anciens militaires (CIAM) à  Fécamp, le 15 février 1915.

Il est nommé ordonnance d’officier. Mais dans ce poste il faut passer beaucoup de temps à cheval. Mo grand-père n’a pas l’habitude et cela le fatigue aussi il demande à être versé au corps de transport de l’armée. Son souhait ne sera pas exhaussé et le 18 juin 1915 il est désigné pour la commission de recrutement de Watou, ville belge située près de la frontière française. Il y arrive le 21 juin et commence aussitôt son travail de rédacteur.

Mais ce travail ne convient pas à mon grand-père qui a toujours été habitué à bouger. Renvoyé à Fécamp, le 15 aout il entre à l’hôpital ou il est déclaré inapte au service sédentaire et envoyé au camp d’Autours, près du Mans. C’est un très grand camp de 1 000 hectares, base arrière des armées alliées où les soldats belges et britanniques se reposent et s’entraînent. Les soldats logent dans des tentes de 10 personnes et la nourriture n’est pas bonne.

Mon grand-père suit les cours au centre d’instruction pour brancardiers d’infanterie (C.I.B.I). Il note tout sur son petit carnet. Il s’en servira toute sa vie.

Sur la page consacrée aux antiseptiques on trouve la teinture d’iode, son remède miracle ! Combien de fois l’ai-je vu boire un grand bol de lait chaud dans lequel il avait versé quelques gouttes de teinture d’iode !

Le 14 décembre 1915 il est affecté comme infirmier à l’Hôpital Complémentaire 49 à  dans la Manche.

Au début de la guerre les blessés belges étaient soignés dans les hôpitaux français de la région de Calais. Mais les milliers de soldats belges qui se retrouvaient dans les hôpitaux militaires de Calais posaient des problèmes aux autorités françaises. Aussi le Gouvernement Français décida à la fin février 1915 d’autoriser 32 hôpitaux complémentaires français situés en Bretagne d’hospitaliser des soldats belges. Puis il permet aux autorités belges de créer des hôpitaux à administration exclusivement belge dont celui de Cherbourg qui fonctionnera du 6 mai 1915 au 27 novembre 1918.

En 1917 mon grand-père est ensuite affecté à l’Hôpital Militaire Belge (H.M.B.) à Cherbourg.

Il travaille principalement dans les services de chirurgie ou il découvre les trépanations.

Mais c’est aussi dans cette ville qu’il rencontre celle qui va devenir sa femme. Le mariage à lieu à Cherbourg le 6 décembre 1917. Le 7 mai 1918 naît  une jeune fille qui se prénommée Elise, ma tante.

Mon grand-père et ma grand mère avec ma tante Elise 

Le service militaire de mon grand-père se poursuit à l’hôpital militaire belge de Cherbourg, loin du front mais avec de plus en plus de blessés.

Il aime ce qu’il fait et une fois sa journée effectuée il peut rejoindre son épouse et, plus tard, il aura le plaisir de pouvoir prendre sa fille dans ses bras ou de la promener dans un grand landau.

Après l’armistice les unités militaires belges regagnent la Belgique. L’Hôpital militaire de Cherbourg ferme le 27 novembre 1918. Mon grand-père est affecté à l’Hôpital militaire de Liège. Sa femme et sa fille découvrent la Belgique.

Mon grand-père est mis en congé définitif le 26 aout 1918.

La commune de Chênée éditera un bel album pour tous ses 440 concitoyens engagés dans la guerre de 1914-1918. Mon grand -père y figure avec cette photo :

Entre temps il a eu un fils, Lothaire, mon père, né le 19 juin 1919 à Chênée, comme son père. Belge, il effectuera son service militaire dans son pays et sera fait prisonnier le 5 juin 1940 avec une grande partie de l’armée belge. Il sera libéré le 16 mai 1945 et quelques mois après il arrivera à Nexon avec ses parents qui ont acheté le moulin et la boulangerie du Courdein. Mais c’est une autre histoire…

 

Un bon d’échange blé-pain

 

II – La guerre de 1914-1918 de mon arrière grand père Pierre BOUCHER

Mon arrière grand-père Pierre BOUCHER, que j’ai eu la chance de connaitre, est né le 27 novembre 1873 aux Cars ou ses parents sont colons dans une ferme à La Veyssière.

Quelques années  ses parents font quelques kilomètres et vont s’installer à Bussière Galant, dans le village d’Aurin ou ils exploitent une toute petite propriété, moins de 10 hectares. Après son certificat d’études Pierre travaille à la ferme avec ses parents.

A 25 ans, le 11 juillet 1898 il épouse Catherine VEYRIER. De ce mariage sont nés 4 enfants : Marie, née le 6 septembre 1899 décède quelques mois plus tard ; Martin naît le 7 octobre 1900. Il prendra la suite de son père et exploitera la propriété ; Marguerite, ma grand-mère, naît le 8 juillet 1902 et Thérèse vient au monde le 10 mars 1906.

La maison dans laquelle habite la famille Boucher est simple. Elle ne possède pas l’électricité. L’éclairage est assuré par une lampe à pétrole. Le pain est rangé sur une planche, au-dessus de la table.

 

Pierre Boucher et son épouse devant chez eux.

Dans un premier temps Pierre BOUCHER est dispensé du service militaire car sa mère est veuve. Mais le 13 novembre 1894, il a vingt et un ans, il est incorporé au 153ème RI. Il y reste jusqu’au 24 septembre 1895.

A son retour il travaille la ferme, se marie et a quatre enfants. Quand la guerre éclate en ce funeste mois d’août 1914 il ne pense pas une seconde qu’il y participera : il a 41 ans.

Et pourtant, après la Mobilisation générale décrétée le 1er aout 1914 il sera rappelé.

Il arrive le 4 décembre 1914 au 89ème Régiment Territorial d’infanterie. Le 15 décembre il passe au 97ème Territorial à Riom et le 11 février 1915 il est versé au 34ème Régiment d’infanterie coloniale. Il monte au front du 12 mars au 24 octobre 1915. Il rejoint le 88ème Régiment d’Infanterie le 5 décembre 1915. Il y restera jusqu’au 4 mai 1917.

Il part au front avec le 34ème colonial du 12 mars au 24 octobre 1915 puis avec le 88ème territorial du 5 décembre 1915 au 24 janvier 1916.

Le 10 mars 1916, il écrit à son épouse :

« Ma très chère femme,

…..

Ces jours-ci il est tombé de la neige. Si l’hivers n’a pas été rigoureux au commencement, il le fait bien sentir à la fin. Nous devons être relevés des tranchées le 11 au soir pour prendre quelques jours de repos, pour nous nettoyer un peu. Pendant les 6 jours que nous y avons passé on n’a pas eu beaucoup trop chaud. On n’a pas froid au corps parce que les habits sont bien fourrés mais ce sont les pieds qui nous perdent. On est obligé de toujours taper des pieds sans ça on ne résisterait pas. La privation de sommeil fatigue aussi. Il faut bien en avoir l’habitude pour pouvoir résister à tout ça.

Je ne croyais pas y retourner dans cette saloperie de tranchées mais il y en a parmi nous qui sont encore plus vieux que moi (Pierre à 42 ans et demi).

Je sais bien qu’il y a des régiments de territoriaux qui ne sont jamais allé aux tranchées mais cette fournée ( ?) de 88 de Bretons est sur le front depuis le début. On nous disait quand nous sommes partis de la Champagne qu’on ne monterait plus en première ligne, que l’on resterait pour travailler à l’arrière mais on n’a pas pu trouver de place pour nous … Je vois qu’il y a des faveurs pour les autres, le 88 est toujours bon pour marcher. On a sorti tous les pères de 5 enfants de n’importe quelle classe. Ils sont à l’arrière employés au ravitaillement. Les plus vieux de 93 et 94, également pères de 5 enfants sont allés travailler dans des fermes… En écrivant ma lettre je suis en face de mon créneau, regardant de temps en temps si je vois remuer les boches. Mais on n’en voit pas souvent. Pendant la nuit ils tirent quelques coups de fusils dans la lune pour faire voir qu’ils sont là. Je pense que ça doit être des vieux comme nous autres. Il n’y a que leur artillerie et là notre qui s’échangent quelques obus de temps en temps. Ça ne doit pas être ainsi du côté de Verdun à entendre dire par les journaux. Depuis le milieu de février ça été terrible et la bataille continue toujours. C’est bien malheureux car on ne voit pas venir la fin de tout ça qui cause tant d’ennuis et de malheurs… Ton cher mari… »

On voit dans cette lettre que de nombreux père de famille nombreuse, au moins 5 enfants, âgés de plus de 40 ans sont encore en première ligne en mars 2016. On les envoient juste les plus âgés, 42 et 43 ans, à l’arrière. Ils attendent avec impatience des permissions, non seulement pour retrouver leurs familles mais pour aider au travail des champs.

Les permissions

Comme la guerre devait être courte, il avait été décidé qu’il n’y aurait aucune permission. Il n’y en a donc pas eu avant juillet 1915. Le 30 juin 1915, le général Joffre instaure un régime de permissions pour tous et décide d’accorder 8 jours de permission à tous les soldats, par roulements. Mais en août 1915, on passe de 8 à 6 jours seulement. A compter du 1 octobre 1916 les soldats peuvent de 3 permissions de 7 jours chaque année. Il s’agit de soutenir autant le moral des militaires que celui des civils.

Des permissions agricoles de 15 jours peuvent être accordées à la demande des maires. Des permissions peuvent être également accordées pour des événements familiaux (décès, naissances…). Globalement les soldats se plaignent des injustices dans l’attribution des permissions, du favoritisme et du pouvoir mesquin de certains chefs. Les permissions de convalescence sont plus objectivement attribuées puisqu’elles sont la conséquence de maladies, de blessures ou d’accidents.

A partir du 1er février 1917, les officiers ou hommes de troupe bénéficiaient, tous les quatre mois, d’une permission de détente de 7 jours, délai de route non compris.
La durée de ces permissions est augmentée de délais de route, 1 jour pour 
un trajet aller-retour de 401 à 800 kilomètres, 2 jours pour un trajet aller-retour de 801 à 1600 kilomètres….

La durée des permissions a été modifiée le 1er octobre 1917 : les permissions de détente sont portées à 30 jours en trois périodes de 10 jours (tous les quatre mois) pour la France et Monaco et deux périodes de 15 jours pour les permissionnaires à destination de la Corse. 

Les blessures de Pierre BOUCHER

En décembre 1916 il se fracture la clavicule, il est envoyé à l’Hôpital d’évacuation H.O.E 37-1, « l’achoé » pour le poilu, dans l’Oise puis à l’Hôpital complémentaire n° 8 au Havre. Dans les lettres qu’il écrit quotidiennement à sa « Très chère femme » il lui dit qu’il préfère être ici, malgré son bras « ligoté » qu’être au 88ème Régiment d’Infanterie et pour y retourner le plus tard possible il « dira qu’il a toujours mal ». Dans sa lettre du 20 janvier 1917, toujours au Havre mais à l’Hôpital temporaire n° 10 il écrit qu’il est  » content car je passe l’hivers au chaud ». Paradoxe que l’on retrouvera plus tard ou le soldat préfère être blessé, quand c’est une blessure somme toute peu grave, qu’être au front ou il risque la mort a chaque instant et ou les conditions de vie sont très dures.

Il passe au 64ème RI, toujours au front et il est blessé le 4 mai 1917 au Mont des Singes (Aisne). Un éclat d’obus lui ouvre la cuisse. La bataille du Mont des Singes est l’un des grands moments de l’année 1917. C’est une des clefs de la réussite de l’offensive Nivelle à l’Ouest du Chemin des Dames. La 3e Division d’Infanterie Coloniale (notamment le 7e RIC) attaque le Mont des Singes le 16 avril 1917 au matin à partir du Bois Mortier. Elle parvient à s’en emparer au prix de pertes terribles, mais doit se retirer dans la soirée malgré les ordres de tenir la position coûte que coûte. Dans le Journal des marches et opérations (JMO) on lit : « nos vagues d’assaut tombent sous les feux croisés de mitrailleuses embusquées […] par surcroît, les réseaux ennemis ont été insuffisamment endommagés par l’artillerie. » Le Mont des Singes devient français après la victoire de La Malmaison, le 23 octobre 1917. Repris par les Allemands fin mai 1918, il est à nouveau le lieu de durs combats mi-septembre, lors de la contre-offensive française.

Pierre BOUCHER passe sa convalescence dans l’hôpital de Vert en Drouai, situé à 4 km à l’ouest de Dreux. Cet hôpital a été ouvert dans son château par Bertha Harjes, fille des riches banquiers « Drexel, Morgan, Harjes & Co. » et épouse de Charles Waddington, fils d’un industriel dans le textile.  Il écrit à sa femme le 4 juillet 1917, 2 mois après sa blessure, « ça ne se referme pas à vue d’œil. C’est un peu long naturellement car la plaie était grande comme toute la main ouverte, mais pas bien profonde ». Il ne manque de rien si ce n’est des enveloppes et du papier car il écrit tous les jours a sa femme et il lui précise qu’il n’a pas besoin de tabac car « Tous les dimanches, Madame nous en achète chacun un paquet ».

Le 27 aout, alors qu’il a été transféré à l’hôpital de Dreux il écrit a son épouse et lui raconte que « Dimanche nous sommes revenus à Vert passer la journée chez Madame Waddington. Nous sommes partis le matin à 8 heures. Ça faisait une bonne voiture , on était 16… Nous avons passé une bonne journée qui m’a semblée bien moins longue que de l’avoir passée à Dreux. Nous avons fait deux repas qui ont du coûter quelque chose! Le soir en partant on a eu chacun un petit billet de 5 francs. Nous pourront tous en garder un bon souvenir. J’aurais bien voulu y passer les jours que je suis obligé de passer à Dreux. Ils auraient passés plus vite ». Le 12 septembre il est toujours à l’hôpital de Dreux et il attend avec impatience une permission de convalescence afin de pouvoir retrouver sa femme et ses trois enfants.

On voit ainsi le paradoxe de cette guerre ou les soldats semblent plus heureux quand ils sont blessés et restent à l’hôpital, loin des champs de bataille, du froid et de la boue.

Le 27 novembre 1917, le jour de ses 44 ans, la Commission de Réforme de Lorient constate qu’il n’est plus apte à l’infanterie et propose un changement d’arme. Il est maintenu au Service armée avec une Invalidité inférieure à 10% et le 8 décembre 1917 il est affecté au 28ème régiment d’Artillerie et détaché au centre de bois à Nantes, puis le 6 mars 1918 à la scierie militaire de Vannes.

Le 4 mars 1918 il passe au 65ème RI et il est mis en congé le 18 janvier 1919 par le Dépôt démobilisateur du 63ème RI de Limoges, il a 45 ans et 2 mois.

Le caporal Pierre BOUCHER en juillet 1918.

Il racontait assez facilement cette guerre, les tranchées, les combats à la baïonnette ou celui qui frappe le premier a une chance de sauver sa peau.

 

Vous pouvez suivre les réponses à cet article sur RSS 2.0 Vous pouvez laisser une réponse, ou revenir en arrière.

5 Responses

  • Anne Marie says:

    Je suis toujours admirative de la richesse de tes sources … Où as tu trouvé le petit carnet noir du grand père ? Et l’arriere Grand père , côté maternel , … ? J’avais lu ses lettres écrites du front à sa chère épouse , que notre cousine avait données à Maman ( qui a su tout garder ) . Bravo pour ton travail mon frère ! Continue …

  • Rose FORGERON says:

    je suis comme votre soeur,admirative devant tout ce que vous avez retrouvé. Et j’admire aussi vos aieux qui ont su garder toutes ces archives,documents,courriers et photos,et leurs descendants qui ont su les conserver pour qu’ils arrivent jusqu’à vous. En plus,votre article est plein d’intérêt ,en tant que narration vécue de la guerre 14-18 . Merci de le publier pour vos fidèles lecteurs.

  • Jean-Christophe says:

    Quel plaisir de découvrir ici l’histoire de nos origines. Merci pour tout ce travail de recherche et de rédaction qui offre un récit captivant à lire (du moins pour la famille).



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.